DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL.
Août 2012

L'abbé Pierre et le Sahara
(5 août 1912, 100° anniversaire de sa naissance)

Vœux du Père Claude RAULT pour l'Aïd El FITR 1433 H /2012

Bien chers amis,
Ce temps de l’été est diversement vécu selon nos occupations du moment, le lieu où nous sommes et notre attention à l’événement : que nous y soyons attentifs ou pas, l’actualité est toujours bien chargée.

De cette actualité, je retiendrai deux grands événements emblématiques : celui des Jeux Olympiques qui se terminent et celui de la guerre civile en Syrie qui, elle, semble loin de son terme. Dans l’un comme dans l’autre cas, la plupart des nations - plus spécialement les plus puissantes - se trouvent directement impliquées. Souvent d’ailleurs ce sont ces dernières qui dictent les règles du jeu au détriment des plus faibles. Dans les jeux
comme dans la guerre, ce sont elles qui sont aux commandes, pour le meilleur et pour le
pire. Si, aux Jeux Olympiques, elles se confrontent et s’affrontent directement de manière pacifique, elles téléguident souvent les guerres sur la terre des autres : la guerre entre les grands se fait par autres nations
interposées.

Dans les jeux, les faibles ont, à quelques exceptions près, le seul rôle de figurants. C’est le cas de l’Algérie qui doit se contenter d’une médaille, et de combien d’autres pays peu équipés pour le recrutement et l’entraînement de leurs athlètes.

Dans les guerres, ce sont eux qui subissent violences et mort. Nous sentons bien derrière la Syrie la pression de pays comme la Russie et la Chine, s’opposant par là aux pays occidentaux indirectement sur le terrain et
dans le cadre du Conseil de Sécurité de l’ONU. Et qui en fait les frais ?

Un économiste célèbre, le P. Vincent Cosmao (o.p.), disait sans ambages que le monde politico-économique se structurait dans le péché ! Faut-il nous enfermer dans cette vision pessimiste ? Des nations sortent peu à
peu de structures d’oppression pour instaurer un état de droit (le « printemps arabe », dans toutes ses incertitudes, en est un exemple). Un bon nombre y parvient, ou est en voie d’y parvenir. Prenons le cas du Sénégal et du Ghana.

Des mains nues se lèvent pour réclamer justice et dignité, des volontaires s’engagent parfois au péril de leur vie pour aller au secours des victimes de la guerre ou des cataclysmes naturels, des hommes et des femmes – plus
nombreux qu’on ne le pense – franchissent les frontières de leur ethnie, de leur religion, de leur condition sociale, pour construire, avec l’autre différent, une société plus conviviale.

Ces nouvelles ne se vendent pas et suscitent peu l’intérêt des médias. Sans doute ceux-ci seraient-ils submergés s’il fallait en faire état !

Je citais deux événements au début de ce billet : les jeux et la guerre. Nous n’avons pas de prise sur eux. Mais comment les regarder et les entendre ? « Quant à vous, heureux vos yeux parce qu’ils voient, heureuses vos oreilles parce qu’elles entendent ». C’est ce que Jésus disait à ses disciples, leur demandant
d’apprendre à regarder la face cachée des choses (Mt 13,16).

Et c’est peut-être aussi dans ce regard intérieur, à notre portée, qu’il nous faut puiser l’énergie nécessaire en vue de la reprise de nos activités et de nos engagements, pour ce nouveau marathon qui s’annonce.

Les Jeux Olympiques sont finis. Les combats se poursuivent en en Syrie. Ahmed, un ami, me disait tout à l’heure, alors que nous évoquions les désordres actuels de notre planète, que commencer par soi et par son environnement le plus proche était la meilleure façon de changer la face du monde. Il m’a planté là et est
parti faire ses courses.

Terminant cette page, me revient à l’esprit cette pensée de Etty Hillesum dans son fameux journal :
« Je me sens comme un petit champ de bataille où se vident les querelles, les questions posées par notre époque. Tout ce qu’on peut faire, c’est de rester humblement disponible pour que l’époque fasse de vous un champ de bataille. Ces questions doivent trouver un champ clos où s’affronter, un lieu où s’apaiser et nous, pauvres hommes, nous devons leur ouvrir un espace intérieur et ne pas le fuir… » (Une vie bouleversée. Ed. du Seuil. Collection Points. p. 39).

+ Claude, votre frère évêque.

 


Nouvelles… Pour rester proches

* Nous accueillons Sœur Maria de Lourdes Santos, qui vient de nous arriver du Brésil. De la Congrégation des Sœurs de l’Immacolata, elle va se joindre à Sr Serena et à Sr Jyoti. Pour le moment, elle reste sur Alger pour perfectionner son français et peut-être commencer quelques leçons d’arabe. Bienvenue donc en Algérie, bienvenue dans notre Eglise diocésaine !

Nous penserons dans notre prière aux Sœurs de l’Immacolata qui vont s’engager en septembre dans leur Chapitre Général.

* Après une assez longue attente, le P. Georges Vimard vient de nous rejoindre. Il est originaire d’un diocèse de Normandie, en France, et son évêque, Mgr Jean Claude Boulanger, a bien voulu le laisser partir malgré le manque de prêtres qui affecte nombre de diocèses. Pour ne pas être plongé dans la canicule saharienne, il a été accueilli à Notre-Dame d’Afrique où il se rend disponible pour l’accueil. Il pourra aussi exercer ses talents musicaux sur l’orgue de la Basilique. Il ne pouvait pas rêver mieux que l’orgue de Camille Saint Saëns ! Une belle entrée en vérité ! Le P. Georges se prépare à prendre la suite du P. Leclerc à El Meniaa (El Goléa). Il y est attendu.

* Une autre bonne nouvelle, celle de la venue prochaine de Matthieu Kané (malien), comme stagiaire dans la communauté des Pères Blancs de Ghardaïa. Il est encore dans le Nord de l’Algérie et a participé à « l’Université d’été » à la Maison Diocésaine d’Alger. Il rejoindra sous peu sa communauté.

* Nous avons eu à Ghardaïa le plaisir d’un certain nombre de passages, notamment sur le chemin de Tamanrasset. A Dar Keltoum, la maison diocésaine d’accueil, Anne et Patrick n’ont mis la clé sous la porte que pendant quelques semaines !

Quelques étudiants subsahariens de Ouargla vont venir y passer une semaine pour profiter d’autres horizons que celui de leur chambre universitaire.

* On nous a fait savoir que le P. Davide Carraro n'aura pas son visa pour l'Algérie ! Les raisons invoquées ne sont pas claires, et nous pouvons craindre qu'il y ait là une certaine méprise. Le P. Davide avait fait un gros effort linguistique en passant 4 ans au Caire pour apprendre l'arabe littéraire. Nous sommes persuadés que cela n'aura pas été en vain.
Qu’il soit remercié pour ce noble effort, cette longue préparation pour nous rejoindre. Et que le Seigneur le garde dans la future mission qui lui sera confiée.

* Le Ramadan doit se terminer d’ici quelques jours ; la « Nuit du Doute » « Leila echchek » (l’apparition du nouveau croissant de lune qui marque la fin du mois de Ramadan) pouvant avoir lieu dans la nuit de vendredi à samedi. Cette année, ce temps aura été particulièrement éprouvant, surtout au mois de juillet où le thermomètre a grimpé jusqu’à 50° à l’ombre à Ouargla !

Calendrier de Mgr Rault Aout 2012

Ghardaïa , puis en fin de mois, journée de l'ADS


* * *

le 19 août 2012

Vœux du Père Claude RAULT
évêque du Sahara
pour l'Aïd El FITR 1433 H /2012



Eglise Catholique d’Algérie.

Diocèse de Laghouat-Ghardaïa (Sud Algérien)
19 août 2012


VŒUX DE L’AID EL FITR 2012 / 1433 H.

A TOUS LES MUSULMANS ET MUSULMANES

AMIS DE NOTRE EGLISE CATHOLIQUE DU SUD DE L’ALGERIE

En arabe


Bien chers Amis,Cette année, le mois de Ramadan s’est encore déroulé dans une période de chaleur excessive, et beaucoup d’entre vous ont souffert, offrant à Dieu ce temps d’épreuve en esprit d’obéissance et de soumission à Sa volonté. Ce temps était encore plus difficile pour ceux qui travaillaient dehors et pour les mères de famille qui préparaient les repas. Une fois encore, il a été aussi marqué par la tristesse face à des conflits dans plusieurs pays où les victimes ont été très nombreuses.

C’est au nom de toute la communauté chrétienne du Sud Algérien que je viens vous offrir mes vœux de belle et sainte fête. Que Dieu accueille votre jeûne, votre prière et votre partage.

Ensemble nous voulons travailler pour un monde construit dans la Justice, dans la Concorde et dans la Paix.

Pour nous y inviter, le Cardinal Tauran, Président du Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux a adressé aux Musulmans du monde entier, un message dont je vous livre un passage :

« Dans le monde tourmenté qui est le nôtre, l’éducation des jeunes à la paix devient toujours plus urgente. Pour s’y engager de manière adéquate, il faut comprendre la véritable nature de la paix qui ne se limite pas à une absence de guerre, ni à un équilibre des forces adverses, mais qui est à la fois don de Dieu et œuvre humaine, à construire sans cesse. Elle est un fruit de la justice et un effet de la charité. Il est important que les croyants soient toujours actifs au sein des communautés dont ils sont membres : pratiquant la compassion, la solidarité, la collaboration et la fraternité… ils peuvent contribuer efficacement à relever les grands défis de l’heure : croissance harmonieuse, développement intégral, prévention et résolution des conflits, pour n’en citer que quelques uns…. »

C’est en effet une sainte et noble tâche que de travailler ensemble à la paix : cet effort nous rapproche de Dieu et nous unit les uns des autres. Continuons de multiplier les gestes qui contribuent à la paix et au rapprochement des cœurs.

Et prions le Miséricordieux, notre Dieu à tous, de nous aider dans ce sens.Chrétiens et chrétiennes du Sud Algérien, nous désirons de tout notre cœur poursuivre notre engagement avec vous dans cette voie.

Que la bénédiction de Dieu s’étende sur ce pays, sur vos familles et vos communautés.

Mgr. Claude Rault.Ghardaïa. Evêque catholique du Diocèse du Sud de l’Algérie


P. Claude Rault


Fêtes musulmanes

Pour plus :

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html