DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL Avril 2014


(cliché cf)

du 15 avril 2014

Bien chers amis,

«A Ghardaïa, nous sommes toujours dans un climat de conflits et de violence entre membres des deux communautés, depuis plusieurs mois maintenant. La grande majorité de la population est pourtant loin d’approuver ces exactions. Elle se sent comme prise en otage par des violences souvent anonymes et sans visage. Déjà se manifeste le regret des temps encore proches où la Vallée était une oasis de paix fragile, certes, mais où la différence était respectée.

Localement nous sommes confrontés à une vague de conflits mais l’actualité internationale nous place aussi face à des violences - sans commune mesure : Le Rwanda commémore le vingtième anniversaire du génocide de 1994. Les populations de la République de Centre Afrique sont ancrées dans une lutte fratricide qui dure. La guerre en Syrie continue à égrener ses morts et ses réfugiés… Arrêtons-là cette tragique énumération… elle serait démobilisatrice !

Toutes ces violences et ces haines nous plongent dans une profonde interrogation… Comment des voisins qui cohabitaient depuis des décennies et des générations en viennent-ils à un tel niveau d’aversion au point de devenir des ennemis ? Où chercher un sursaut d’humanité et de raison? Ils sont nombreux ceux et celles qui cherchent à comprendre la complexité et l’origine de ces déchaînements. Mais ils restent démunis devant la recherche d’une sortie de crise ! Faut-il désespérer ? Mais si nous perdons l’espérance, qui la gardera ? Au nom de ma foi, je refuse de m’en remettre au destin aveugle, à quelque perversion constitutive du cœur humain, au « c’était écrit » comme si Dieu était à mettre au banc des coupables. Il n’y a pas que cette violence. Dans la discrétion, telle mère a invité ses amies de « l’autre bord » pour le mariage de son petit-fils ; des amis refusant les barrières de la méfiance continuent de se téléphoner et de se rendre visite ; des personnes continuent de se rencontrer sur leur lieu de travail. Regardons avec les yeux du cœur. On ne voit bien qu’avec eux, disait le Petit Prince au Renard. Et Jésus n’a-t-il pas été le seul à voir l’obole de la veuve ?

Regardons avec le cœur. Nous avons vu dans notre histoire des revirements étonnants : des bourreaux se repentir, des victimes pardonner, des ennemis se tendre la main pour un nouvel avenir. Je rêve ! Oui, mais ce rêve est éveillé. Je relisais récemment ces lignes :

« J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé ou de sa religion… La bonté de l’homme est une flamme que l’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et des étroitesses d’esprit. Nous n’avons pas encore fait le dernier pas de notre voyage… car être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres…»

De qui sont ces propos ? De Nelson Mandela. Ses longues années de prison n’avaient pas émoussé sa foi en la bonté humaine. Le moindre sourire de ses geôliers l’empêchait de désespérer. Son poing tendu à sa sortie de prison était celui d’un boxeur qui avait vaincu la haine. Oui, tout est donc possible, y compris de continuer à croire en cette bonté inscrite en toute personne. Où trouver cette foi sinon d’abord en nous-mêmes ? « A chaque nouvelle exaction, chaque nouvelle cruauté, nous devons opposer un petit supplément d’amour et de bonté à conquérir sur nous-mêmes » a écrit Etty Hillesum, volontaire des camps nazis de la mort, dans « Une vie bouleversée ».

En ce temps de carême, il est un bon combat à mener : celui de l’Espérance.

+ Claude, votre frère évêque.

* * *

Voeux PÂQUES 2014

Bien chers proches et amis.
C’est bien dans la nuit qu’il nous faut croire à la Lumière.
Ce lever de soleil sur les montagnes jumelles de l’Assekrem peut en être l’image.
Chaque jour le soleil se lève sur ce monde minéral de volcans éteints.
Et chaque jour aussi il se lève sur notre monde en éruption.
Nous le sentons plus spécialement dans la vallée du M’Zab.
D’autres régions du monde sont traversées
par des jaillissements de violence, aveugle ou calculée.
Comme si quelque volcan éteint depuis des siècles s’était soudainement réveillé.
Parfois nos esprits eux aussi sont traversés par le trouble, le doute,
voire même une nuit sans fin.
Le mystérieux marcheur d’Emmaüs, reviendra-t-il
apaiser nos peurs, relever nos têtes
et rendre nos cœurs tout brulants d’Espérance ?
Voici venu le temps de croire à la Vie
plus forte que toute mort.
Nous en doutons peut-être.
Mais c’est vrai !
Jésus s’est levé d’entre les morts.
Invisiblement Il nous entraîne à sa suite.
Malgré tout ce qui peut obscurcir notre horizon,
Le Soleil se lève, et rien ne pourra l’arrêter.

Belles fêtes de Pâques.

+Claude, votre frère.

 


Nouvelles… Pour rester proches

* Après une brève escale à Alger, les Sœurs de Notre Dame du Lac, Sr Bernadette, Sr Delewinde et Sr Pauline sont bien arrivées à Timimoun, accompagnées par Sr Renée qui leur fait découvrir leur nouvel environnement et les initie à la vie locale. Merci à Sr Renée pour ce passage de relais et bonne acclimatation aux nouvelles arrivées ! Notre Evêque Claude vient de passer quelques jours avec elles.

* Alex et Sr Isabelle ont terminé leur deuxième session de formation à l’arabe algérien à Ouargla. Ils ont rejoint leurs communautés respectives, Alex à Ghardaïa et Sr Isabelle à Aïn Sefra ; et nous ne doutons pas que leur pratique de l’arabe algérien favorisera localement leurs contacts. Merci au P. Krzysztof de leur avoir transmis ce goût de la langue de l’autre et de les avoir bien outillés pour leur mission.

* Nous sommes heureux que le frère Édouard, de retour de France, ait pu remonter à l’Assekrem en dépit de son âge. Nous lui souhaitons que sa santé lui permette de continuer à vivre là-haut longtemps encore !

* Le P. Félix prévoit de partir fin avril en Espagne pour des soins médicaux. Il sera de retour au début de juillet. Nos vœux de meilleure santé l’accompagnent.

* A Ghardaïa, en dépit de la situation précaire, la session d’initiation à l’islam organisée en mars a pu bien se dérouler à la grande satisfaction des participants. Merci à Michel Guillaud qui a conduit cette session de main de maître !

Il nous a semblé par contre préférable, à notre grand regret, d’annuler le projet notre assemblée diocésaine annuelle qui devait avoir lieu fin avril. De même nos diverses activités sont actuellement suspendues.

* Mais notre marche vers l’Assemblée Inter Diocésaine d’octobre poursuit sa route. Nous comptions sur l’Assemblée Diocésaine pour marquer une nouvelle étape mais nous poursuivrons notre chemin d'Emmaüs dans « l'obéissance au réel ». Nous comptons sur les suggestions de Marie-Christine qui vient de rentrer d’Alger et de participer au comité de pilotage de cette Assemblée d’octobre.


Calendrier de Mgr Rault Mars 2014

Adrar, Timimoun et Béni-Abbès,
en fin de mois, célébrations à ND d’Afrique à Alger puis Annaba,
à Hippone, pour la célébration du centenaire de la basilique Saint Augustin

* * *
.

Chapelle Beni Abbès & Communauté des Petits Frères de Jésus
(Clichés et liens sont de la rédaction du site ADS)

Pour plus :

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html