DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL. Décembre 2006



Fête du Bienheureux Charles de Jésus
le 1er décembre 2006
& 90ème anniversaire de sa mort

Bien chers sœurs, frères et amis.

Désormais le 1er décembre, nous commémorons à la messe l’anniversaire de la mort de Charles de Foucauld. Depuis sa béatification, il m’a été souvent demandé de partager ce qui, de son héritage spirituel, marque le plus notre église du Sahara. Je voudrais en quelques lignes, et dans l’esprit de notre A. D. de mars, vous tracer ce que je vois de plus saillant de cet héritage transmis par notre bienheureux et vécu dans nos communautés.

C’est tout d’abord son attachement profond et viscéral à Jésus, son " Bien Aimé Frère et Seigneur ". Rien d’original, penseront certains : n’est-ce pas tout naturel pour un homme de Dieu? Mais vivre cet attachement contre vents et marées avec un acharnement continuel, dans la solitude, l’éloignement, l’épreuve ! Vivre cet amour têtu de Jésus au fil de sa vie… alors que Lui se tait ! Voilà une interpellation qui nous touche et nous rejoint dans notre quotidien. Une jeune algérienne à qui je demandais ce qui l’avait le plus touchée dans la vie du Frère Charles, me répondait en ces termes : " Il avait tout et il a tout quitté pour ce qu’il n’avait pas " ! Et ce sont des musulmans qui ont fait redécouvrir à Charles la foi de son enfance. Que d’interpellations reçues de leur part, qui nous ramènent à l’essentiel de notre Foi !

Un autre trait que je souligne volontiers, c’est son continuel souci d’incarnation à travers l’apprentissage de la langue et l’enfouissement dans la culture de l’autre. Il n’est pas allé vers les Touaregs pour leur apprendre le français, mais pour se mettre à leur école. Que d’heures passées ainsi à l’étude : un dictionnaire de 4 volumes et 6000 vers de poésie touarègue recueillis ! Nous qui sommes sollicités pour donner des cours de rattrapage de français ou d’anglais, des leçons de broderie et de couture… que ce travail entrepris ne nous fasse pas démissionner de cet effort de nous mettre sans cesse à l’école de la langue et de la culture l’autre !

Charles de Foucauld est allé en priorité vers les plus pauvres de son entourage. C’est pour eux qu’il est parti au désert, pour mêler sa vie à la leur, dans un réel souci de promotion humaine. Il avait même tout donné de ce qu’il avait en vivres au moment d’une grande disette. Et ce sont ses proches qui lui ont sauvé la vie ! Nous voulons mettre ce choix au centre de nos priorités : promotion féminine, aide aux personnes handicapées, souci des migrants en détresse… Cela reste infime au regard des besoins qui se manifestent autour de nous… Mais il nous faut rester ouverts et savoir recevoir, nous aussi, des pauvres que nous côtoyons.

Une autre dimension de son héritage, c’est sa vie eucharistique. Prêtre, il célébrait la messe régulièrement pour les chrétiens de son entourage. Il passait de longues heures dans l’adoration. La privation de cette possibilité, pendant cinq ans, lui a été une souffrance. Il n’a pu la surmonter que dans un amour sans cesse renouvelé de son prochain le plus proche et le plus défiguré. C’est sur le visage de l’autre qu’il lui a été donné alors de reconnaître Celui de son Seigneur.

Enfin, il a voulu se définir comme le " Frère universel ". Grâce à Dieu, le visage de notre Eglise s’est diversifié. Des vocations laïques et religieuses, originaires de nombreux pays sont venu nous rejoindre : ceci a universalisé notre présence, changé le visage de notre Eglise, mais non sans bouleverser nos habitudes. Il est possible de vivre ensemble, dans les différences que nous portons, l’Amour universel de Dieu pour toute personne, et de le crier par toute notre vie.

L’héritage reste ouvert. Qu’allons-nous faire de tant de défis ?



+ Claude, votre frère évêque.


Nouvelles… pour rester proches


* Mr Raymond Davienne, qui a vécu longtemps à Ouargla et a travaillé dans le cadre de la Jeunesse et des Sports, nous a quittés. Avec son épouse il avait décidé de rejoindre son fils Youcef en France. Il s’était montré un fidèle pilier de la petite communauté chrétienne de Ouargla, et a vécu jusqu’au bout son profond attachement au Seigneur, dans un parcours souvent difficile à assumer. Nous adressons à sa famille, et spécialement à son épouse, l’assurance de notre amical et fraternel soutien, et aussi de notre fidèle attachement.

* A la suite d’une chute malencontreuse, Jeanne Borotra, retirée à Metlili où elle a enseigné pendant de nombreuses années, s’est cassé le col du fémur. Une opération assez délicate a pu être faite sur place. Malheureusement, une autre chute de son lit a compromis les effets de l’opération. Elle est dans un état semi-comateux. Bien entourée de ses nombreux et fidèles amis, nous espérons qu’elle pourra se remettre, malgré l’incertitude du moment.

* Deux Sœurs de la Charité Maternelle ont à ce jour obtenu leur visa pour l’Algérie ! Le temps se rapproche donc où le relais pourra être donné par les Sœurs d’El Goléa. Déjà notre chère Sr Theresa se prépare à partir pour l’Espagne. Les jeunes personnes handicapées dont elle s’occupe avec assiduité et amour sont bien tristes, mais ils savent qu’elles ne seront pas abandonnées. La relève est assurée. Comment manifester à Sr Theresa notre reconnaissance pour son service discret et combien efficace dans notre Diocèse ?

* Voici quelques jours, le P.Félix a été pris de malaises et le médecin lui a conseillé un retour en Espagne pour y subir l’ablation d’un caillou au niveau de la vésicule. Le P.Leclerc réclame ce caillou pour son musée ! Nous espérons que Félix va nous revenir sans trop tarder, après un temps de repos nécessaire.

* Le P.Michel Santier, évêque de Vendée, accompagné de Christine (ma nièce) et de Marie Jo, deux membres de la Communauté " Réjouis-toi " fondée par lui, vient de passer une belle semaine parmi nous. Ils ont apprécié la qualité de l’accueil et aussi notre façon de "Sr Zawadi faire Eglise " dans ce vaste diocèse. Ensemble nous avons pu célébrer le renouvellement des vœux de Sr Zawadi à El Goléa. Peu à peu, prend forme un partenariat entre notre Diocèse et celui de Luçon. Nous attendons de leur part un témoignage plus détaillé de leur séjour.

* Alain et Cécile sont fidèles aux nouvelles. Ils arrivent à renoncer pour le moment aux nombreuses sollicitations qui leur sont faites ! Ils ont besoin de se poser, d’atterrir sur la terre bretonne et de réfléchir sur leurs futurs engagements. Ils continuent de nous porter dans l’amitié et la prière.

* Nous avons eu notre premier nouveau " Conseil rapproché ". Il est donc constitué du P.Miguel (absent, en temps de formation continue jusqu’à la fin de l’année), d’Emmanuel, de Sr Speciosa, et aussi de Sr Gisèle (de Ouargla), et de Sr Marie Christine pour le secrétariat. Ce fut bon et assez intense. Je me réjouis d’avoir de tels collaborateurs ! Nous avons aussi un Conseil Financier renouvelé et élargi : le P.Miguel, Emmanuel (Econome diocésain), le Fr. Tahar de Tam, le Fr. Henri de Beni Abbès, le Fr. Raymond d’El Abiodh, et Sr Marie Christine dont nous pourrons bénéficier des compétences. Merci à tous pour leur disponibilité.

* Calendrier. Je vous écris ce mot d’El Goléa. 6-8/12(matin) à Timimoun ; 8(Soir)-11(matin) à Adrar ; 11(soir)-16(matin à Beni Abbès). 16 à Ain Sefra ; 17 (soir)-20(matin) à El Abiodh ; 21-25 à Ain Sefra. Retour vers Ghardaia via El Abiodh, El Bayadh, et Laghouat. J’aimerais être de retour à Ghardaia le 28/12. In shâ Allah !


*  * *  * * *

 

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html