DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL. Décembre 2005



Bien chers sœurs, frères et amis.

Mais où donc est passé le cœur de Charles de Foucauld, le bienheureux?
Bonne question que posent parfois visiteurs, curieux, historiens, et même familiers du frère universel ! Elle vient d’être soulevée dans le journal La Croix, quotidien de bonne réputation, qui ne peut être accusé de donner dans le sensationnel. Il propose même une réponse à cette énigme : certains semblent en posséder la clé…

Mais de quel cœur s’agit-il ?
Son cœur de chair, c’est vrai, a été prélevé, lors de l’un des nombreux transferts de son corps (transferts interdits par lui, son testament en fait foi !). Il ne doit plus être maintenant qu’un morceau de chair desséchée et sans forme. Qui nous dira donc où " on l’a mis ", ce cœur là, du moins ce qu’il en reste… ?

Plusieurs changements de sépulture ont eu lieu en effet. Enterré à la hâte après sa mort tragique, sur le lieu de son dernier soupir, il le fut une autre fois, un peu plus loin, de façon plus digne par les soins de son ami Laperrine. Puis, plus tard, transporté jusqu’à El Goléa, dans une première tombe, enfin placé dans le tombeau actuel… qui correspond si peu à sa modestie. Le corps repose bien là, mais c’est un cadavre sans cœur !

Mais de quel cœur parlons-nous ?
De ce cœur voyant, rouge comme le sang, surmonté d’une petite croix, peint ou cousu sur ce qui lui servait de soutane ou de gandoura ? Il semble s’en être défait les derniers mois de son existence terrestre. Sans doute était-il désormais assez intérieur pour qu’il se passe de visibilité ! Ce cœur là, est désormais retenu comme emblème plein de sens pour les membres de sa nombreuse famille spirituelle.

Mais quel cœur cherchons-nous ?
Ce cœur laborieux et assidu au travail ? Et il lui en fallait du cœur lorsque, bien avant l’aube sonnait son réveil ; il y avait écrit à l’encre de chine " il est l’heure d’aimer ". Tout un programme pour commencer une journée ! Du cœur à l’ouvrage il en avait à revendre pour écrire ces centaines de lettres, de billets, rédiger son dictionnaire, recopier les vers de poésies recueillies, corrigées et retravaillées, recopiées dans l’écriture soignée que nous lui connaissons. Sans parler de tout le reste : voyages, constructions, projets, rencontres si diverses.

Où donc est passé ce cœur ?
Ce cœur tout humain, passionné parfois jusqu’à l’excès, insurgé et révolté contre " l’ennemi français" perçu alors comme héréditaire, mais aussi débordant d’amour tendre, compatissant jusqu’à se dépouiller de ses réserves de nourriture et de son essentiel, jusqu’à tout donner de lui-même ?

Où est donc passé ce cœur ouvert, brûlé d’amour pour l’autre et pour Dieu ?
Et si nous le cherchions au-dedans de nous ? Celui-là, au moins, nous savons où il est ! Il n’est pas dissimulé jalousement dans quelque lieu, à l’abri de tout voyeurisme. Il est à notre portée, accessible, vivant, ni pétrifié ni fossilisé. Point n’est besoin de chercher ailleurs. Le cœur ardent qui vibrait dans la poitrine de Charles le Bienheureux est aussi le nôtre.

A nous de le faire battre, au rythme qui était le sien pour que grandisse dans notre monde, nos communautés, nos foyers et notre être tout entier cet Amour universel et fou, vécu jusqu’au don de soi.


+ Claude, votre frère évêque.


Nouvelles… pour rester proches


* Notre jeune confrère Lambert Basabose (du Congo RDC), ordonné prêtre dans sa famille en juillet, récemment arrivé à Ouargla, vient d’apprendre l’assassinat de l’un de ses frères. Deux autres ont échappé de justesse à ce tragique événement et sont hospitalisés. Lambert, très touché par ce drame, a demandé un moment de recul pour reprendre souffle après ce drame qui touche sa famille. Nous pouvons l’assurer du soutien de notre fraternelle affection.

* Nous accueillerons pour trois mois Sr Béatrice de Meester. Elle a été plus de dix ans à El Atteuf et Beni Izguen, membre de la communauté des Sœurs de St Augustin. Elle a accepté de venir travailler dans le cadre de la Caritas diocésaine, pour des sessions de formation pédagogique auprès de personnes engagées dans la formation d’enfants et d’adultes.

* Les " PIME " avancent dans leur projet de communauté à Touggourt. Nous espérons voir arriver bientôt l’un d’entre eux pour cette nouvelle étape. Claude a rencontré Fabio Mussi et le Supérieur Général à Rome pendant la béatification à Rome. Nous espérons la venue prochaine d’un couple rattaché à la famille spirituelle des PIME.

* Nous avons eu la joie de voir assister à la béatification de Charles de Foucauld une petite délégation algérienne, notamment du Hoggar, et aussi un représentant spécial du Président Bouteflika, à qui nous souhaitons un prompt rétablissement. La délégation des membres de notre Eglise d’Algérie était-elle aussi bien fournie. Merci au Diocèse d’Alger, notamment le P. Teissier, Sr Ghislena et le Pt. Fr. François pour l’aide apportée à l’obtention des visas auprès de l’ambassade d’Italie.

* Le Pt Fr. Bernard, de Béni Abbès, rappelé auprès de sa maman malade, est de retour. Le Pt. Fr. Ventura, quant à lui, après quelques semaines passées auprès du " Cheikh Xavier ", va remonter à l’Assekrem rejoindre ses valeureux aînés. Ces derniers ont été assez sollicités sur le Plateau par l’arrivée d’un pèlerinage du journal La Croix, composé d’une centaine de pèlerins. Il est possible de voir augmenter le nombre de ces pèlerinages

* Heureux grands-parents ! Cécile et Alain ont appris la naissance de leur petite fille Alice, un rayon de sourire en plus dans leur ciel saharien.

*Nous espérons la venue assez prochaine d’un nouveau collaborateur de la DCC, Benoît Blin, qui va venir prêter main forte au CCDS (Centre Culturel de Documentation saharienne) pour l'informatisation. Il donnera aussi quelques cours de français.

*Notre Assemblée diocésaine se tiendra donc les 2,3 et 4 mars à Ghardaia. Le 3e jour a été prévu pour des carrefours libres dont nous vous donnerons plus tard les différents thèmes. L’Assemblée aura pour tâche de réagir et d’avancer dans la mise en œuvre de notre " Projet Diocésain ". +Claude en prépare une présentation, en écho de notre dernière Assemblée et aussi de l’AID de septembre 2004 à Alger.
Un groupe de préparation a été constitué, mais les membres du groupe n’ont pas encore tous donné leur accord… ce qui ne saurait tarder. Le 5 mars, nous prévoyons un Conseil Diocésain élargi.

Nous prévoyons un Conseil Financier pour le 2 février (fête de la Lumière !). Les intéressés seront contactés dès que possible.
Le Bureau Caritas se réunira à Ouargla les 17 et 18 janvier.

*Calendrier de +Claude : Il vient de passer 3 jours pleins à El Goléa. Puis : 7-9 décembre à Beni Abbès (réunion de Secteur). 10-13 Déc. à Adrar. 14-16 à Timimoun. 17-22 à Beni Abbès. 23-29 à Ain Sefra et El Abiodh Sidi Cheikh.

Ghardaïa vu de la terrasse de l'évêché.

A tous et à toutes Bon Avant-Noël !