DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL Janvier 2015


Bien chers amis.

Avec quelques membres du Diocèse, nous avons célébré à Tizi Ouzou le 20ème anniversaire de la mort tragique des quatre Pères Blancs assassinés le 27 décembre 94 : les Pères Alain Dieulangard, Jean Chevillard, Charles Deckers et Christian Chessel. J’avais eu la chance de les connaître et de collaborer étroitement avec l’un ou l’autre. J’ai été profondément touché de voir l’engagement de leurs amis de Tizi, en collaboration étroite avec la communauté des Pères Blancs. Les autorités locales ont tenu à être des nôtres à cette occasion, et leur présence a été un hommage et un encouragement à aller de l’avant.

Le crime innommable perpétré sur la personne des journalistes de l’hebdomadaire français « Charlie Hebdo » nous remet à l’esprit les événements tragiques que nous avions vécus alors. C’est la même folie humaine, la même barbarie qui ont arraché à leurs familles des artisans de ce journal, même si les raisons et les circonstances ont été différentes. Rien ne peut justifier cet acte odieux qui risque en plus de discréditer l’Islam et nombre de croyants musulmans, touchés eux aussi dans leurs convictions profondes. Beaucoup ont manifesté ouvertement leur réprobation, voire même leur colère, aux côtés des citoyens qui ont tenu à le faire en France et dans d’autres pays.

Revenant à la mémoire de nos quatre confrères Pères Blancs, ces figures nous interpellent comme chrétiens engagés aux côtés de la population musulmane de ce pays. Célébrer une mémoire, c’est une responsabilité. Souvent des amis évoquent le souvenir et la marque profonde qu’on laissés nos anciens par leur vie et leur engagement humain, religieux, professionnel et social.

Que de références aux valeurs qu’ils ont inculquées à ceux qu’ils côtoyaient dans le domaine de l’éducation notamment ! Ils n’ont certes pas été les seuls à mettre en avant ces valeurs d’humanité et de citoyenneté : respect de l’autre dans son identité culturelle, ethnique et religieuse, dans ses biens, mais aussi sens de la valeur du travail, de l’honnêteté, de la ponctualité et de la droiture de conscience dans les engagements professionnels et sociaux. Nous nous retrouvons tous dans ces convictions humaines respectives !

Même si nos moyens demeurent modestes dans nos différents engagements, nous, Prêtres, Religieuses, Laïcs, ressentons le poids de notre responsabilité pour continuer dans cette direction. Et je suis heureux de voir que notre nouvelle génération va toujours de l’avant. La greffe du vieil olivier s’est chargée de toutes ces valeurs qui aident à construire notre commune humanité. Merci à nos partenaires algériens de nous aider à continuer dans ce mouvement.

Notre Église, elle aussi, a pour but de collaborer à construire cette humanité pour qu’elle soit plus à l’image de celle que Dieu veut voir sur notre terre. Le message et l’œuvre de Jésus qui nous inspirent s’appuient sur ces profondes valeurs qui construisent l’homme et les rapports humains. Nous n’avons pas la prétention d’être les seuls à les promouvoir. Je demeure persuadé que l’Islam est porteur lui aussi de ces nobles vertus qui structurent l’homme et la société, et il ne faut pas le réduire, comme le font certains, aux déviations meurtrières dont nous sommes les témoins.

A nous chrétiens et musulmans, hommes et femmes de bonne volonté, de donner une priorité à ce qui édifie la personne et les sociétés, sans arrière-pensée de récupération. Nous sommes conscients du poids de la responsabilité qui pèse sur nos épaules : celui de la fidélité à ce que nos anciens ont toujours prôné dans le respect des consciences : faire grandir l’autre, collaborer à sa promotion, nous enrichir mutuellement en nous stimulant dans le bien. Le Cardinal Lavigerie, fondateur des Pères Blancs et des Sœurs Blanches, écrivait : « Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ». C’est à cette humanité commune que nous nous référons, en nous appuyant sur les valeurs spirituelles qui nous habitent.

Notre Pape François redit souvent qu’« il nous faut construire des ponts et non pas des murs ». Nous avons besoin d’unir nos forces pour continuer cette œuvre. Nous le faisons au nom de notre humanité commune, au nom de nos convictions les plus profondes, qu’elles soient puisées dans notre Foi ou dans le sens que nous portons en nous d’une fraternité qui va au-delà de toute frontière.

C’est cela que nos quatre frères tragiquement disparus ont vécu. C’est ce bel héritage qu’ils nous laissent. Puissions-nous y rester attachés. C’est la meilleure façon de célébrer leur mémoire et d’y être fidèles.

+ Claude, votre frère évêque.

 


 

Nouvelles… Pour rester proches

* Un double heureux événement dont nous nous réjouissons tous : la naissance d’une petite Lucile chez la fille d’Emmanuel Auphan et d’un petit Jérémie chez son fils en Nouvelle Zélande. Le voilà grand-papa ! Tous nos vœux aux papas et aux mamans ! Une autre naissance nous réjouit : Philippine, chez Eric et Hélène Perrodon. La famille diocésaine expatriée s’agrandit !

* Luc et Marie sont allés faire leur premier grand voyage dans le Diocèse, et ont visité le P. Philippe à Adrar. Ils ont aussi été accueillis par la « communauté Notre Dame » des Sœurs de Timimoun. Dommage, ils n’ont pas pu rester pour la fête du « Sbou’ », manifestation célèbre qui a lieu dans cette petite ville une semaine après le Mouloud, et qui fait revivre à tous une réconciliation entre zaouïas sévèrement affrontées par le passé.

* Georges Vimard nous annonce que sa santé va mieux et lui permet un retour parmi nous dans le courant de ce mois. Une bonne nouvelle qui nous réjouit, à commencer par nos Sœurs d’El Goléa.

* Pour déjà nous mettre à nos calendriers, nous prévoyons notre Assemblée Diocésaine, en espérant que rien ne viendra la contredire cette fois. Elle aura lieu à Ghardaia du mardi 21 avril au soir au dimanche 26 au matin.
Cette fois-ci nous y consacrerons 4 journées pleines. La première sera consacrée à une information sur l’évolution de l’Islam dans ses relations avec les Eglises en Europe, au Proche et Moyen Orient et en Afrique. Nous avons demandé à Christophe Roucou, actuellement Secrétaire du SRI (Secrétariat pour les Relations avec l’Islam à Paris) qui a accepté de nous donner quelques informations sur ce sujet. Il se trouve très engagé dans ce domaine.

Les trois autres journées seront consacrées au prolongement de l’AIDA et à la vie de notre Communauté Diocésaine. Une plus large information vous sera donnée ultérieurement.


* La seconde session d’arabe dialectal
va reprendre à Ouargla avec le P. Krzysztof, après la session des nouveaux arrivants à Alger du 17 au 23 janvier.

* Nous avons eu en décembre, à Touggourt et à Hassi Messaoud, la visite du P. Ferruccio Brambillasca, Supérieur Général des PIME et de l’un de ses Assistants, le P. Paolo, plus spécialement chargé des communautés PIME d’Algérie. Egalement, nous avons eu la visite de Sr Mia Dombrecht, coresponsable des Communautés des SMNDA (Sœurs Blanches) pour leur nouvelle entité Maghreb-Afrique de l’Ouest. Elle était accompagnée de Sr Marie-Alice Perrettaz, Assistante générale de leur Conseil à Rome.

* Nous avons relancé les Rencontres de Secteur, avec la proposition d’un programme qui nous situe dans la suite de l’AIDA. Merci de vous mettre à vos calendriers si ce n’est déjà fait. C’est une façon de continuer à faire fructifier ce qui a été semé durant l’Année Interdiocésaine et l’Assemblée Générale à Alger.

* La situation sécuritaire à Ghardaia continue d’être préoccupante. Les émeutes récurrentes dans la vallée jusqu'ici se déroulaient surtout dans des quartiers éloignés d’El Hoffra (où sont la Maison d’accueil « Dar Keltoum » et la Maison des Sœurs). Mais la situation s’est aggravée à partir du week-end de la fête du Mouloud. Les deux maisons donnent toutes deux sur une place. Là, une grande partie de la journée et de la nuit de samedi 10 janvier et la nuit du 11 au 12, se sont déroulées des échauffourées entre jeunes mozabites et gendarmes. Les assaillants (de 12 à 30 ans, venus pour beaucoup d’autres quartiers), ont tout fait (incendie de maisons et de voitures, jets de pierres) pour en faire partir les familles arabes, installées ici depuis des générations. Non seulement les familles arabes, mais la plupart des familles mozabites, installées depuis des générations tout près de nos maisons ont donc déménagé dimanche et lundi. Les deux communautés vivaient en effet dans une bonne entente, et sont toutes les deux victimes de ces violences.

Pour le moment, les membres de notre communauté chrétienne ne se sentent pas en danger, car, beaucoup de voisins le disent, nous ne sommes pas concernés par ces conflits. Actuellement, les gendarmes (présents dans toute la ville depuis des mois), installés en grand nombre sur les toits et dans les maisons, nous protègent donc d’éventuels pillages ou autres exactions. Leur présence et leur vigilance sont rassurantes et efficaces. Cependant, nous sommes très attentifs à la moindre évolution et nous sommes en relation étroite avec les autorités locales, notamment les forces de l’ordre qui nous portent une attention toute particulière.

Calendrier de Mgr Rault
Janvier 2015

Visite des communautés de l'Est jusque mi janvier, puis préparation de l'assemblée Diocésaine d'Avril & conseil Episcopal rapproché.

De la mi-janvier au début février, Paris. Démarches diverses. Préparation de la « Commission Mixte » de Madrid. Retraite aux prêtres du Diocèse de Valence. Marseille : visite à la communauté des Pères Blancs et participation à la fête du 2 février à Marseille.

(liens & illustrations de la Rédaction du Site ADS)

Pour +: 20ème anniversaire de l'assassinat des 4 pères blancs à Tizi-Ouzou. sur le site de l'Eglise Catholique d'Algérie (4 pages)

* * *

Pour plus :

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html