DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL.
Juin 2010

Assekrem

Bien chers amis,

        Je vous écris sur le toit du Diocèse. En retraite à l’Assekrem, j’ai pris de l’altitude, mais je ne suis pas plus près du Ciel pour autant ! Ce temps de prière et de désert m’aide à prendre un peu de recul dans un vécu où, le nez collé au quotidien,  il n’est pas toujours facile de prendre de la distance.
         Nous venons de vivre une Session Diocésaine assez intense, dont la suite est encore à donner. Dans quelques semaines, un certain nombre parmi nous va prendre le large pour le temps de l’été. Il en est qui vont retrouver leur Eglise d’origine, et il n’est pas toujours facile de faire comprendre le sens de ce que nous vivons, comme chrétiens, avec ce peuple et au milieu de ce peuple. Les « vieux démons » ressurgissent souvent sur l’apparente inutilité de notre présence, alors qu’ailleurs « il y a tant à faire » ! Et je ne pense pas qu’aux pays d’Europe. Pour donner une réponse  juste, il est important que nous soyons clairs avec nous-mêmes et en harmonie avec le sens que nous donnons à notre présence.
Depuis Paul VI, cette présence chrétienne, en pays à grande majorité musulmane, est qualifiée résolument comme un engagement privilégié dans le « Dialogue ». Ce mot a pris de l’âge, voire même de l’usure, c’est vrai, et  pourtant il qualifie bien notre vocation fondamentale. Le P. Etienne Renaud nous l’a rappelé au cours de notre dernière Session. 
         Je relisais ces derniers jours une réflexion du Fr. Christian de Chergé sur ce point précis qui résume l’essentiel de notre engagement chrétien :
« Le dialogue est essentiellement caractérisé par le fait que nous n’en prenons jamais l’initiative. Je le qualifierais volontiers d’existentiel. Il est souvent le fruit d’un long vivre ensemble et de soucis partagés, parfois très concrets, c’est dire qu’il est rarement d’ordre strictement théologique… » (Cité par C. Salenson dans « Christian de Chergé. Une théologie de l’espérance ». p.82.)
         Eh bien oui, notre présence, notre travail, notre prière, nos engagements « ici et maintenant » ont du sens dans le cœur même de Dieu, que nous soyons étudiants et étudiantes, membres d’une famille religieuse, prêtres ou laïcs.  
         Le Royaume de Dieu, annoncé et réalisé en la personne de Jésus, n’est la propriété de personne. Seulement, nous y œuvrons avec ce que Dieu nous a révélé de Lui.
 Et c’est en raison même de ma Foi en ce Dieu Communion que j’aime exprimer notre vocation dans une
« forme  trinitaire » :                                                                                            
        * Engagés dans une œuvre de promotion de la personne humaine, nous voulons être fidèles à la Parole de Jésus : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ».      
        * Mettant davantage nos forces sur ce qui est du domaine de la culture, nous voulons, à la façon de Jésus, nous incarner davantage dans ce monde « Le Verbe s’est fait chair ».
        * Consacrés à la contemplation, nous sommes sensibles à l’action de l’Esprit : « Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie Abba ! Père ».                    
          Nous avons trois champs à cultiver qui ne sauraient être de petites propriétés privées, car c’est ensemble que nous les cultivons, chacun et chacune selon le don qui lui est fait : Charité, Culture et Contemplation. Trois « C » qui prennent leur sens dans un quatrième : Communion.

Dans cette Communion est l’essentiel de notre témoignage.


+ Claude, votre frère évêque.


Nouvelles…. Pour rester proches

Nous étions 61 personnes du diocèse à avoir vécu la session. Cela représente beaucoup de km cumulés, beaucoup de fraternité et de joie de retrouvailles. Un peu de fatigue sans doute, et puis chacun est revenu chez soi, avec, au cœur, du grain à moudre.
Certains, chanceux !, sont revenus à Ghardaïa,  dès le 3 juin, afin de participer au Conseil élargi. Nous en aurons, probablement des échos dans un prochain billet. Un apéritif festif a rassemblé tous les présents, le soir du 3 juin, pour remercier et fêter ceux qui quittent notre diocèse cette année :
  Soeur Anastasie, des sœurs blanches de Ghardaïa, part faire des études de comptabilité en France.
Le Père Bona Mwenda, Père Blanc, quitte la communauté de Ghardaïa et part un an au Caire, où il commence une formation au PISAI (Institut Pontifical d’études arabes et islamiques).  Il la poursuivra ensuite à Rome.
Le Père  Daniel Archambaud, après ses trois années comme curé de Tamanrasset, va recevoir une nouvelle charge pastorale dans son diocèse d’origine (Luçon). 
Marie-Bernadette Bertrand  termine son temps de service à l’évêché, elle part fin juin. 
Béatrice Guillermin, volontaire DCC à Tamanrasset, achèvera fin août ses deux années de service à la maison d’accueil de Béthanie. Elle  sera heureuse de saluer  les amis, lors de son passage à Ghardaïa, sur le chemin de son retour.

Les arrivées sont également nombreuses :
Sr Bernadette Djakoye, arrivée dans la communauté des sœurs blanches de Ghardaïa, s’est  mise, sans attendre, à l’étude de l’arabe, avec le Père Felix ; nous lui disons bonne chance pour son apostolat futur.
Petit Frère  Bruno Rozan, après un séjour à l’Assekrem, rejoint la communauté d’El Abiodh, à la mi-août
C’est au moment de la session diocésaine que Sœur Christiane Barcelo avait rejoint la communauté des Sœurs Maristes à Adrar.

Trois volontaires DCC arriveront dans le diocèse à partir de septembre : Anne et Patrick de Boissieu à Ghardaïa et Catherine Chapelle à Tamanrasset. La confirmation de leur venue vient de nous parvenir et elle nous réjouit ;  nous vous en parlerons dans le  billet de juillet.

Nous les connaissons déjà un peu : Anna-Jana, Anne-Pierre, Eva, Giulia, et Jasmin. Venues de Pologne, de France, de Slovaquie, d’Italie et d’Allemagne, les postulantes ont partagé depuis deux mois la vie des communautés des Petites sœurs à Beni Abbès, El Abiodh et Touggourt. Elles ont fait leur entrée en noviciat le dimanche de Pentecôte à Beni Abbès. Elles vont passer trois mois à Alger, et reviendront dans le diocèse à la mi-septembre.

Très prochainement, le 17 juin, Claude partira vers la France et la Belgique. Il est heureux d’avoir pu visiter, depuis le printemps, chacune des communautés du diocèse. Vous êtes nombreux à avoir noté qu’il célèbrera le 19 juin une messe à Champigny, dans la paroisse de Claude Giraud, « Keltoum ». Elle est décédée il y a deux ans en France, mais son souvenir reste vivant dans le quartier d’El Hofra, à Ghardaïa , où elle habitait.

Calendrier de notre évêque
( juin 2010)

5 - : départ pour Tiaret avec Emmanuel.
6 - : El Bayadh.
6 (soir) - : Etape à Laghouat.
7, 8 et 9 - : Touggourt.
10, 11 et 12 - : Ouargla.
13 au matin - : retour à Ghardaïa.
13 - : Rencontre avec la paroisse de Ghardaïa.
18 : Paris. Réunion Commission Episcopale Mixte.
19 : à l’église St Saturnin de Champigny sur Marne (94), messe à 18h pour Claude Giraud dans sa paroisse.
24 : Conférence à Bruxelles.
27 : Conférence et Eucharistie à Villeneuve sur Ascq.
29 : Retraite pour les Filles de la Charité à Lille (fin le 7 juillet).

Retour à Ghardaïa début août

****

 

Pour plus :

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html