Biskra

DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL.
JUIN 2012

Bien chers amis,

C’est au fil de mes visites dans le Diocèse que je vous rejoins. Elles ne m’éloignent pas des soubresauts qui affectent la Planète et l’Église. Celle-ci est ébranlée dans son gouvernement même, notamment au niveau de l’entourage le plus immédiat du Pape qui vient d’atteindre ses 85 ans : éviction du Président de l’IOR (« la Banque Vaticane ») et rumeurs autour de la Secrétairerie d’État…

Que dire ? Ce que je pourrais faire, c’est me fondre dans le monde des indignés, ou pire encore, des indifférents. Plus que de l’indignation, c’est une profonde peine qui me touche. Ce n’est pas la personne du Pape qui est ici mise en cause, ni sa probité comme pasteur de l’Église universelle. Mais hélas sa tentative de réformer la Curie romaine semble bien avoir échoué. Il en connaît les rouages et les subtilités. Mais comment, à son âge, en assurer le bon fonctionnement ? Seuls les responsables de ses différents services pourraient en garantir la bonne marche, dans un esprit de réelle collégialité et non de concurrence.

Depuis que l’Église romaine s’est fondue dans le moule constantinien, elle en a épousé tous les risques, notamment celui de se confondre avec les institutions de ce monde. Pourtant Jésus lui-même avait mis en garde ses propres apôtres : « Vous le savez, ceux que l’on regarde comme les chefs des nations les tiennent sous leur pouvoir et les grands sous leur domination. Il n’en est pas ainsi parmi vous. Au contraire, si quelqu’un veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur… »(Mc 10,42-43). Jésus n’a pas voulu voir son Église modelée sur les institutions humaines, et pourtant il faut bien l’organiser ! Mais dès que la notion de pouvoir est substituée à celle de service, il faut bien avouer que tous les glissements sont possibles. Comment gouverner ce grand Corps de l’Église sinon par un plus grand sens de la collégialité et de la coresponsabilité, et dans une plus grande docilité à l’Esprit Saint ? N’était-ce pas le grand rêve de Vatican II qui célèbre ses cinquante ans d’âge ! Ce Concile n’a pas vieilli, mais la tentation n’est-elle pas de le classer déjà dans les archives ?

Pardonnez-moi ces propos sans détour. Je m’inclus pleinement dans ce que j’avance et je n’ai nullement la prétention de me mettre au dessus de la mêlée. Qui n’est pas conscient de ses propres limites et défaillances ? Mais… rassurez-vous, je n’ai perdu ni la foi ni la confiance dans cette Église que j’aime et que j'essaie de servir au mieux, comme le font, au jour le jour, tant de chrétiens anonymes.

Au milieu de ces tempêtes auxquelles s’ajoutent celles de tant de pays, les visites dans les petites communautés diocésaines, les contacts profonds avec des amis algériens me tiennent la tête hors de l’eau. Lorsque je suis pris de vertige et tenté de baisser les bras, elles me ramènent aux commencements que l’Église continue de vivre. J’en suis le témoin. Là, je la sens plus proche des recommandations du Maître, plus fondue dans les Béatitudes, plus ancrée dans le Royaume de Dieu, plus configurée au Christ mort et ressuscité. Dans toute leur fragilité et leur précarité, ces petites communautés ne vivent pas sur un nuage, elles ont aussi leurs limites, leurs tensions internes, mais elles les surmontent dans un surcroît de confiance et d’espérance dans un continuel recentrage sur Celui qui demeure la tête de l’Église, le Seigneur Jésus.

Ces petites communautés, c’est aussi l’Église. Une Église « universelle » par la grande diversité de leurs membres, une Église qui ne vit et ne trouve son sens qu’en sortant d’elle-même, une Église au service du Royaume, une Église, petit grain de sénevé et levain dans la pâte. Malgré les incertitudes du lendemain, je vous redis ma joie d’en être l’humble serviteur.


+ Claude, votre frère évêque.

 


Nouvelles… Pour rester proches


Du mouvement en ce mois de juin dans le diocèse, certains partent, d'autres arrivent ou reviennent et cela va se poursuivre ! C'est une donnée marquante du temps présent :

* C'est avec regret que nous voyons partir plusieurs des permanentes du diocèse : -Sr Patricia d’Adrar part pour la France, en région lyonnaise (Ste Foy les Lyon) De Timimoun, Sr Magdalena va nous quitter pour aller à la maison provinciale d’Allemagne, et Sr Anne-Christine pour une maison des SMNDA (Sœurs Blanches) à Calluire, près de Lyon. -Sr Assunta d’Aïn Sefra retourne au Japon. Elle a été l’une des pionnières de la Communauté d’Ain Sefra. Sr Ludivina est déjà arrivée pour prendre le relais. -De Ghardaïa, partent Sr Gloria pour Oran et Sr Apolline pour la suite de sa formation. Chacune a marqué notre diocèse par sa présence. Nous les remercions encore une fois et leur souhaitons bon vent pour la poursuite de leur mission sous d'autres cieux.

* Le P. Philippe a été heureux de passer quelques semaine à Adrar Il a retrouvé un bel équilibre et une belle santé malgré la montée de la chaleur… mais il retourne en France pour la période de l’été. Il nous reviendra lorsque la température sera redevenue plus clémente.

* A Ghardaïa, nous sommes heureux de voir revenir le P. Norbert. Mais en raison de son état de santé, il va devoir être affecté à Alger pour un temps. Il est prévu que de là il parte en France pour des soins plus appropriés, qui risquent de durer. Nous lui souhaitons un bon rétablissement, et un retour rapide parmi nous. Nous avons été heureux d’accueillir le P. Johannes MILTENBURG, de nationalité hollandaise, qui s’est joint à la communauté des Pères Blancs de Ghardaia. Il bénéficie d’une bonne expérience de l’Afrique. Ayant fait dans sa jeunesse le « PISAI » à Rome, et après un séjour au Soudan, il se trouve assez à l’aise en arabe. Sa longue présence en Afrique de l’Ouest est aussi un atout précieux pour notre communauté.

* Des contacts assez prometteurs ont été pris par notre évêque pour assurer l’avenir de notre Communauté diocésaine. Il nous faut faire preuve de patience et de persévérance dans la prière pour voir se réaliser certains projets. Si rien n’est fait, nous allons devoir quitter des lieux, ce qui serait dommageable pour ces amitiés nouées dans le temps et entretenues dans un souci de réelle fraternité réciproque. Merci aux Congrégations qui ont déjà manifesté un intérêt réel pour venir prendre le relais de communautés qui vont devoir quitter le Diocèse. Merci aux Congrégations qui nous soutiennent par l’envoi de nouveaux membres. La « Caravane » continue ! Au fait… saviez-vous que c’est ainsi que l’on nommait l’Eglise dans les premiers siècles ?

* Bien sûr, l’été va être le temps de la dispersion habituelle. Nous souhaitons beaucoup de fraîcheur à ceux et celles qui vont demeurer au moins un temps sur place pour des raisons d’activité et de présence. Le climat saharien est rude, et il est bon d’aller refaire sa bosse sur des pâturages plus cléments !

* A tous et à toutes, bon temps d’été, en famille, sur place… ou ailleurs. Que le soleil brille pour ceux qui en auront besoin, que la pluie soit abondante là où il en faut. Et que nous puissions tous et toutes reprendre le travail avec des énergies nouvelles !

********

Calendrier de Mgr RAULT : Ghardaïa, Visite des Communautés du Hoggar, de l'Ouest, Bureau Caritas et Bureau Culturel , Conseil episcopal "rapproché" , en fin de mois, réunion de l'A D S à Paris.

* * *

Remise de médaille au Père Bernard Lefebvre, recteur de N.-D. d'Afrique
longtemps au diocèse du Sahara, notamment à Ghardaïa avec le P. Raphaël Deillon

Biskra

Pour plus :

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html