DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL Juin 2014

Vœux du Père Claude RAULT
évêque de la communauté catholique du Sud Algérien
pour l'entrée en Ramadan 1435 H /2014

VŒUX DE RAMADAN 2014 / 1435 H.
A TOUS LES MUSULMANS ET MUSULMANES,

AMIS DE L’ EGLISE CATHOLIQUE DU SUD DE L’ALGERIE

Bien chers Amis.

Vous entrez dans le saint mois de Ramadan et à cette occasion,
au nom de la Communauté Catholique du Sud Algérien,
je viens vous offrir mes vœux fraternels.

Que Dieu accueille et bénisse votre jeûne et votre prière.
Notre monde et parfois nos sociétés sont traversées par des conflits
et par des rivalités qui font du mal à toute notre famille humaine.
Dieu a pour nom La Paix,
et c’est cette Paix qu’ensemble nous cherchons.
Elle est à la fois le don du Très Haut et le fruit de nos efforts.
Ensemble, prions et œuvrons pour une terre et une société
où chacun, avec sa différence, puisse trouver toute sa place.
La différence ne peut pas être un obstacle à la fraternité
car elle est une Miséricorde de Dieu.
Le jeûne, la prière et les efforts de solidarité
sont un chemin pour y parvenir.
Avec l’aide de Dieu, là où il y a la division,
la réconciliation est toujours possible.
Unissons nos efforts et notre prière
pour que vienne cette Paix qui nous désirons tous.

Bon et saint Ramadan.

Paix à nos cœurs. Paix à nos familles. Paix à nos communautés.
Paix à notre monde.

le 11 juin 2014

Bien chers amis.

Voici quelques jours, le 1er juin, nous faisions mémoire de Michel Gagnon, mon prédécesseur, décédé soudainement voilà 10 ans chez un de ses grands amis d’El Bayadh. Rien ne laissait présupposer une fin si rapide, même si l’on sentait chez lui une longue et profonde fatigue. Il avait voulu se faire accompagner pour cet ultime voyage de Pentecôte par un jeune stagiaire, Dieudonné. Mais qui pouvait prévoir qu’il aurait été emporté en pleine course, comme un cavalier infatigable sur son cheval ?

Permettez-moi quelques réflexions plus personnelles. Il m’avait confié une année plus tôt (j’étais alors Provincial des Pères Blancs) son intention d’écrire à la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, pour donner sa démission, vu sa fatigue, son usure et sa grande difficulté à faire face maintenant à sa charge. Au regard de la rapidité donnée à la succession, j’en ai conclu plus tard que sa lettre avait effectivement été faite et prise en compte.

Lorsqu’il avait pris sa charge en 91, il m’avait « reconduit » comme vicaire général, et demandé de le rejoindre à Laghouat au moins pour la première année, me disant qu’après « il me tirerait de la naphtaline » pour une autre nomination. C’est donc pendant cette année là que j’ai appris à le connaître et à l’apprécier. Ce qui m’a le plus impressionné chez cet homme, c’est sa Foi ! Cela devrait aller de soi chez un évêque… mais elle était solide comme le roc, entière, sans fioriture, bien trempée dans la tradition de l’Eglise, et l’Ecriture. A Laghouat, il m’arrivait de concélébrer la messe avec lui. Nous avions renoncé à célébrer avec la communauté locale… c'est-à-dire à 6h30 du matin ! Michel travaillait tard dans la nuit et il était mieux de célébrer en fin de matinée. Je n’en étais pas du tout mécontent. A chaque messe célébrée, même avec moi tout seul comme « assemblée »… il faisait une bonne homélie ! C’est là que j’ai pu mesurer la solidité de cette Foi dont je viens de parler. Elle s’enracinait et dans la vie de l’Eglise et dans la vie des gens qu’il côtoyait, gens simples comme personnes plus intellectuellement équipés.

Un autre trait que je voudrais noter, c’est l’étendue de son savoir, un savoir qu’il n’étalait pas mais qui montrait une rare mémoire. Qui savait qu’il était un bon joueur de saxo ? Il aimait la musique : classique, jazz… et son répertoire était étonnant. C’est sans doute cela qui le tenait bien éveillé lors de ses longues traversées du désert. Je dois ajouter aussi sa grande connaissance de l’arabe, de l’islamologie, de l’histoire musulmane. Il avait une culture générale étonnante. Il me plaisait lors de nos grandes randonnées de le faire parler (au volant, il s’y prêtait volontiers !) et j’ai pu ainsi repasser tous mes cours suivis au PISAI quelques années auparavant. Ce savoir était parsemé d’humour, ce qui donnait du piquant à ses propos. Humour qu’il ne craignait d’ailleurs pas d’appliquer à lui-même… signe des grands hommes !

Michel aimait les Musulmans, avec ce sens critique qui n’en voilait pas les limites. Mais il les aimait ! J’ai reçu après sa mort des témoignages bouleversants de cette amitié, qui touchaient aussi bien les lettrés que les petits. Avec les uns et les autres, il tenait le langage approprié, laissant parler son cœur aussi bien que son intelligence.

J’ajouterais qu’il était « homme de devoir » dans le sens noble du terme. Pendant la longue « décennie noire », il ne s’est jamais dérobé lorsqu’il fallait prendre la route pourtant parfois dangereuse… Inconscience ? Ou plutôt grande conscience de son devoir de pasteur ?

Michel, tu étais l’homme « des grands espaces et des vastes horizons ». Je ne t’imagine pas figé dans un Paradis que tu n’as pas démérité. Je te vois, parcourant le vaste Univers, circulant entre les étoiles, toujours habité par l’Amour de ce Dieu Grand et Beau qui a rempli ta vie. Un ami m’écrivait ces jours-ci en parlant de toi. Tout est dit en ces quelques mots :

« Pas un jour qui ne passe sans avoir au moins une occasion qui me ramène à Michel, cet homme de Dieu qu'il m'a été donné de connaitre, de côtoyer, et de tant apprécier...Cet HOMME au sens plein du terme, avec son sens du partage, son humour sur lui-même, son intelligence si vive, son regard sur les choses simples, son regard sur ses limites.... une vraie école ! »

+ Claude, votre frère évêque.

 


 

Nouvelles… Pour rester proches

* Anne et Patrick nous ont donc quittés… laissant un grand vide dans les locaux de l’évêché, dans la paroisse, et dans la maison d’accueil, Dar Keltoum. Mais sur leur calendrier, ils ont déjà noté des dates de retour pour des visites. Nous les attendons.

Ils ne vont pas laisser la place vide puisque nous espérons recevoir un autre couple envoyé eux aussi par la DCC : Luc et Marie Feillée, bien dotés eux aussi de bons cv mais surtout désireux de faire caravane avec nous. Ils ont pu voir sur place les postes de travail qui les attendent (à la photothèque et au secrétariat), et prendre connaissance avec la communauté locale. Merci d’avoir choisi notre Eglise diocésaine pour commencer leur retraite…

* Depuis quelque temps le P. Marek de Tam aspirait à reprendre les études d’arabe et d’Islamologie. Notre évêque s’est mis en quête d’un successeur comme curé de Tam. Après avoir pris contact et auprès de l’intéressé (Bertrand GOURNAY) et auprès de son évêque, et fait les formalités de visa, il a obtenu celui-ci. Nous l’attendons donc pour la mi-aout. Merci à Mgr DI FALCO de bien vouloir nous l’envoyer. Voilà qui va resserrer les liens entre nos diocèses. Le Diocèse de Gap en effet a accueilli pendant longtemps le Noviciat des Pères Blancs et notre évêque Claude y a fait son noviciat, et en a été économe de 1968 à 1970. Il y a d’ailleurs gardé des liens de fidèles amitiés. Bertrand est venu voici quelques années faire un pèlerinage à Tam et les lieux ne lui sont pas inconnus. Un beau et nouveau défi pour ce prêtre qui a passé la soixantaine ! Bienvenue à Bertrand ! Notre évêque doit le visiter à Briançon à la fin du mois de juin et rencontrer Mgr di Falco, l’évêque de Gap.

* La communauté des Pères Blancs de Ghardaia va recevoir des renforts : le P. Mariusz Bartuzi, venant de Tizi Ouzou, vient d’y être nommé pour un an. Nous espérons aussi un second stagiaire après le départ de Matthieu pour les études. Un espoir se dessine aussi de ce côté à Ouargla.
Malheureusement,le P. Jean Gaignard va devoir nous quitter pour la France. Mais il met à profit le temps qui le sépare de sont départ pour apporter quelques améliorations à la maison des Sœurs… qui sera prête pour accueillir celles que le Seigneur voudra bien nous envoyer ! Merci à Jean pour les nombreux services rendus sur les chantiers à travers l’Algérie… la fondation d’au moins deux bibliothèques (Oran et Tizi Ouzou), pour ne citer que ceux-là.

Sr Serena, qui a été un peu la « mère » de la communauté des Sœurs de l’Immacolata à Hassi Messaoud (pour avoir longtemps porté ce projet…), a quitté le Diocèse pour celui d’Oran. Mais elle va être relayée par Sr Annammal, une Sœur Indienne du Cameroun, qui vient d’obtenir son visa. Une bonne nouvelle pour les deux communautés concernées !

* Le P. Felix et notre évêque Claude vont se rendre à Rome pour participer à la CERNA du 14 au 18 juin. Felix, qui a subi une petite opération, annonce un bon bilan médical ! Il doit revenir au début de juillet.

* Enfin si cela n’a pas déjà été fait, vous êtes invités à rejoindre le site des Amis du Diocèse du Sahara où de belles pages web ont été présentées grâce à notre webmaster pour le dixième anniversaire du décès de notre cher Michel Gagnon.

Calendrier de Mgr Rault
Juin 2014

début juin : Tamanrasset et l’Assekrem. Alger : Comité National Caritas

à la mi juin : CERNA (Rome) & Visites diverses à Rome (Congrégations)

puis en fin de mois , Hautes Alpes (Briançon et Gap) et Paris

* * *

Pour plus :

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html