DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL. MAI 2006

 



Bien chers sœurs, frères et amis.

C’est de Tamanrasset que je vous envoie ces quelques lignes. Non pas de cette oasis des dépaysements touristiques ou des ressourcements spirituels, mais de cette ville-carrefour où tant de rêves se transforment en cauchemars.

Dès ma descente d’avion, je suis mis devant une bonne part du réel quotidien de notre petite communauté chrétienne. Sr Martine accueille " A. M. ", une femme venue du Congo après le massacre de sa famille en 97, et une errance de plusieurs années. Elle est malade, atteinte d’une forte et persistante fièvre, elle tient à peine sur ses pieds. Sa fille handicapée mentale est tout juste assez âgée pour subir les drames du viol ou de la prostitution que peuvent toujours subir les femmes dans cette situation.

Le Fr. Antoine vient d’inhumer deux autres victimes de cette errance des sans terre.
Emmanuel console " P" de la mort de son frère qui s’est fracassé la tête en sautant du camion qui le ramenait à la frontière. Avertie de ce drame, sa mère veuve lui enjoint de ne pas revenir, mais de continuer à tenter sa chance. Emmanuel accueille aussi chez lui pour la nuit " JB ", un épileptique venu du Cameroun, tout juste sauvé d’une amputation de la jambe grâce à ses soins.

Ici, le drame des migrations subsahariennes n’est pas une affaire de politique à mettre en branle, ni une affaire de stratégie visant à " choisir " les migrations plutôt qu’à les " subir ". Si les choix sont faits, ils le sont d’abord en faveur des plus pauvres et des plus démunis. Le prochain dans l’Evangile n’est pas celui que l‘on choisit, c’est celui qui nous arrive et de qui nous devenons proches.

Je viens tout juste de recevoir la lettre du Conseil des Eglises chrétiennes de France à leur Premier Ministre, et je lis : " Les questions que soulèvent les migrations ne cessent d’interroger nos sociétés européennes depuis de nombreuses années. Elles constituent un véritable défi pour notre avenir et mériteraient d’être situées dans le cadre d’une politique globale de développement des pays du sud ".

La question est posée à son juste niveau, mais sans doute pas assez fortement soulignée. Le flot migratoire ne s’arrêtera pas tant qu’un véritable développement de l’Afrique ne sera pas amorcé. Il faudrait aussi que les Responsables africains s’interrogent davantage sur les questions que soulève l’hémorragie humaine de leurs propres pays et de leurs élites. Rien ne pourra être fait sans une véritable concertation. Avec une politique de migration choisie, même l’aide apportée au développement risque d’être une chance de plus pour " les meilleurs " de trouver leur place dans les sociétés euro-américaines.

Jadis, le peuple romain réclamait " du pain et des jeux "…Tant que le Continent Africain restera une mine potentielle pour alimenter les tables et les stades d’Occident, le flot migratoire continuera d’affluer vers le Nord, rien ne pourra l’arrêter.

Et les pays de transit, en l’occurrence ceux du Maghreb resteront incapables d’absorber ce flot humain soumis aux trafics et aux marchandages de tout genre. C’est une manne qui se chiffre en centaines de milliers d’euros.

Pendant que les politiques statuent sur la meilleure façon de choisir les migrants comme on le faisait pour les esclaves, des hommes, des femmes et des enfants meurent de faim, de soif, de froid, de désespoir, ruinent les économies amassées par leur famille pour rejoindre quelque pays de rêve, et finalement, ils ne se nourrissent que de cauchemars.


+ Claude, votre frère évêque.


Nouvelles… pour rester proches


* Le P. Miguel, après des congés bien mérités en Espagne, prendra un temps de ressourcement en Belgique. Il vient de mener à bien une exposition à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Fr. Cominardi, avec la participation de Malika Hachid. Il sera de retour dans le Diocèse au début janvier, et rejoindra la communauté de Ouargla. Beaucoup de projets sont en cours dans ce Secteur de l’Est du Diocèse. Il y apportera toute l’énergie que nous lui connaissons.

* Un autre M.A Père Blanc, Krzysztof Stolarski, viendra se joindre à la communauté de Ghardaia au début de septembre.

* Enzo et Franca, après un séjour à Touggourt, ont regagné l’Italie. Ils se donnent un temps de réflexion avant de décider de leur retour. Ils ont beaucoup apprécié l’accueil, notamment celui des Petites Sœurs !

* La communauté des PIME devrait voir le jour à Touggourt au cours du mois d’octobre. Merci au Fr. Fabio d’avoir mené à bien ce projet !

* Sr Patricia, Sr Mariste, actuellement à Alger, après un séjour en France au cours de l’été, rejoindra la communauté d’Adrar. Plusieurs membres de notre Diocèse ont bénéficié de ses compétences en matière d’animation ou d’accompagnement. Nous continuerons ainsi une collaboration fort appréciée !

* Depuis un mois, Marthe Lefèvre, jadis enseignante à Laghouat, est parmi nous. Après un séjour à Ghardaia, qui a permis un temps de réflexion pour lui trouver un possible lieu d’insertion adéquat, elle va passer quelques semaines à Tamanrasset. Elle pourrait par la suite occuper la maison des Petites Sœurs de Jésus qui vont nous quitter en fin juin. Celles-ci sont heureuses de cette transmission !

* La Responsable Générale des Srs de l’Immaculata et la Provinciale d’Italie ont donc passé quelques jours avec les Petites Sœurs de St François à Ouargla. Elles sont allées aussi à Hassi Messaoud. Visite prometteuse ? Elles ont invité le P.Claude à leur Chapitre Général en septembre. Il se fera avocat pour une bonne cause : celle d’une communauté de leur congrégation dans le Diocèse !

*Nous avons maintenant un centenaire ! Le P. Caudrelier, retiré dans le Var, a soufflé ses 100 bougies le 28 avril !

* Sr Cécile, d’El Goléa, a dû quitter assez vite sa communauté pour des soins en France. Les nouvelles ne sont pas des meilleures. Elle peut compter sur le soutien de notre amitié et de notre prière.

* Avec les Srs de la Charité Maternelle, déjà venues faire une visite à El Goléa, le projet d’une transmission d’El Goléa avance. Un courrier reçu de Goma (Congo RDC), de la part de Sr Thérésa, leur Supérieure Générale, nous promet l’envoi de trois sœurs. Il restera à définir les temps et conditions, mais le projet avance. Le P.Claude ira faire une visite à leur maison de Metz cet été.

* Nous avons pu mettre au point la succession d’Alain au poste d’économe diocésain : c’est Emmanuel Auphan, de Tam, qui prendra ce service en septembre. Pour ce qui est du poste du secrétariat de l’évêché, à la suite de Cécile, Sr Marie Christine (déjà à Ghardaia) prendra en main cette tâche dans le courant de septembre également. Merci à tous pour leur belle disponibilité !

* Calendrier du P.Claude.
30 avril-15 mai : Tamanrasset et retraite à l’Assekrem.
18-19 mai : réunion de Secteur à Ghardaia / 23-24 : El Goléa / 25-27 : Timimoun / 28-30 : Adrar / 31-2 juin : Beni Abbès / 3-5 : Ain Sefra / 6-7 : El Abiodh / 8 : Ghardaia.
Prévision ensuite d’une visite à Touggourt. Avec Miguel : départ le 19 juin pour Alger.
La suite… au prochain billet.