DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL. Mai 2007


Bien chers sœurs, frères et amis.

   Ce 1er mai a été, sur toute la Planète, marqué par la " fête du travail ", avec, comme toujours, un  arrière fond politique. Mais cette célébration du travail n’est-elle pas en train de devenir un luxe réservé à quelques privilégiés de notre Terre ?
Voici quelques jours, je me trouvais à Tamanrasset. Occasion de revoir la petite communauté locale, et d’écouter tout ce qu’elle porte comme joies et soucis. L’un de ces derniers, et non le moindre est celui du sort des migrants subsahariens, qui n’ont d’autre refuge que les rochers avoisinant la ville, toujours sous la menace d’une reconduite aux frontières.
           
       Il est absolument illusoire de se dire que ce courant va s’estomper comme un oued en crue après une bonne pluie. Non, il s’agit bien là d’une situation permanente, endémique, ancrée dans les rêves impossibles et les tentations les plus folles. La Migration ne ferait-elle pas partie maintenant de notre perception de la " Culture Africaine " ? Combien de fois assimile-t-on plus ou moins consciemment les mots " Africains ", " Migrants ", voire même " sans papiers " ?
       Il est absolument illusoire pour l’Europe de croire que la surveillance des frontières, l’érection de murs et de rideaux de barbelés, la reconduite dans les pays d’origine, la migration choisie, la légalisation des " sans papiers " suffiront à apaiser ce mal, fruit parmi d’autres d’une société planétaire " structurée dans le péché ", pour reprendre une expression de Vincent Cosmao. Car au fond, personne parmi les responsables politiques et les grands décideurs financiers, n’a intérêt aborder la question en face.

       Pourtant, les " Migrants " ne sont ni des voyous, ni des fantômes, ni des pirates, ni des anges. Ce sont des personnes qui, dans la grande majorité, pour des raisons de survie, quittent leur pays pour se donner un avenir. Ils sont prêts pour cela à braver la mer ou le désert. Mais ils sont vite pris dans les filets de gangs bien organisés et de multiples filières rançonneuses, qui ont trouvé là un moyen de réussir dans la Migration. Il leur faut réussir à tout prix ! Revenir les mains vides sans avoir réussi est trop humiliant face à une famille qui s’est sacrifiée pour envoyer l’élu vers de meilleures terres.

Il est tout à fait illusoire de croire que le flot migratoire s’arrêtera au pied des murs de dissuasion érigés par les nations occidentales ou les pays de transit. La racine du mal est de taille puisqu’il ne s’agit pas moins que de développer l’Afrique. Pour y arriver, il faut que cessent les dons condescendants (on reprend dix fois d’une main  ce qui a été donné de l’autre), payer au juste prix le pétrole, le café, le thé, le coton, les bananes... Et cela, il faut l’oser. Qui en aura le courage ?
                  
               Que font les Eglises? Que faisons-nous ? Il ne suffit pas de " gérer le sacré ", mais dans ce sacré intégrer toute personne humaine avec toute sa dignité d’enfant de Dieu, qui commence par la possibilité de faire sa vie et non de la mendier.
               Notre petite Eglise diocésaine est bien démunie, mais il y a toujours quelque chose à faire : d’abord recevoir les Migrants comme des personnes, sans être dupe parfois de l’ambiguïté de notre geste à une " aide au retour ", soigner l’homme ou la femme en détresse sur son chemin, éveiller nos pays d’origine à leur détresse, œuvrer pour la justice jusqu’au bout de nos possibilités et de notre imagination, multiplier les petits projets qui ne passent pas par l’épuisette des pouvoirs en place. Montrer enfin que, en cohérence avec l’Evangile, nous sommes vraiment des " experts en humanité ".


+ Claude, votre frère évêque.


Nouvelles… pour rester proches


Assemblée de la Famille Spirituelle de Charles de Foucauld. Pari tenu : elle a eu lieu dans le cadre bien conçu du " camping " de l’un de nos amis de Tamanrasset, et rassemblé une quinzaine de branches de la famille. Temps de convivialité, et aussi de ressourcement dans les lieux de vie du Frère Universel.

* Notre évêque Claude a dû quitter l’Algérie pour un suivi médical à Paris. Rien de grave semble-t-il: une infection urinaire mal soignée, doublée d’une crise de paludisme sans doute contractée au Congo en janvier. D’autres examens sont en cours. Un peu de repos dans les prairies normandes remettra " frère âne " sur pied.

Claude Giraud a été hospitalisée d’urgence le 14 Avril à Ghardaïa à la suite d’un sérieux problème cardiaque. Les soins qu’elle a reçus lui ont permis, bien que fatiguée, d’être assez vite " sur pied ". Odette Viguier l’héberge actuellement durant sa convalescence. Elle ne peut plus désormais vivre seule, et a besoin d’un sérieux suivi médical. Avec elle, nous avons envisagé son départ prochain dans sa famille, départ qui est prévu le 26 mai. Elle sera toujours bienvenue pour une visite à Ghardaia, où elle laisse une marque profonde !

* Antoine Châtelard est à Paris pour examens médicaux, la marche et la station debout lui sont devenues pénibles, et une opération est peut-être possible. A suivre… La nomination d’un prêtre " Fidei Donum " pour Tamanrasset se confirme
* Nous apprenons que le jeune frère prêtre de Pte Sr Henia (Touggourt) est atteint d’une maladie très grave. Nous la soutenons dans l’espérance et dans la prière, ainsi que son frère souffrant.

Sr Marie-Agnès, d’Ain Sefra a reçu une nouvelle nomination et a quitté notre diocèse à la fin du mois d’Avril. Elle va prendre soin des Sœurs anciennes de Khajnadar(Tunisie). Elle devrait ensuite aller à Madagascar pour être auprès de sa maman alitée paralysée. Nos prières et  tous nos vœux l’accompagnent dans la nouvelle mission qui lui est confiée.

Cécile et Alain Mignot s’annoncent pour le 18 Mai. Ils n’ont d’autre intention que de prêter main forte à Achoura, notre cuisinière de Ghardaia, pendant l’Assemblée Diocésaine… Bienvenue ! Vous allez être pris au mot !

*Nous avons eu la visite du P. Hippolyte Simon, Archevêque de Clermont (France), et ancien compagnon de collège de notre évêque Claude. Il a été très impressionné par le pèlerinage " sur les traces de Charles de Foucauld " qu’il a fait (Bechar, Beni Abbès, Timimoun, El Goléa, Ghardaia, et enfin Tamanrasset, où Claude l’a rencontré). Il a découvert une Algérie bien différente de celle de ses souvenirs, et il veut " faire de la pub " auprès de ses frères évêques. Déjà s’annoncent (pour l’été) le P. Michel Dubost, évêque d’Evry, et le P. Stanislas Lalanne, nouvel évêque de Coutances (Manche).

*Rappel important : L’Assemblée Diocésaine aura lieu à Ghardaia comme prévu  les 25, 26 et 27 Mai. Elle sera précédée du Conseil financier le 24 et suivie du Conseil Diocésain élargi le 28.

Calendrier de notre évêque :
Retour en Algérie… dès que le " frère âne " sera en état de reprendre la route.
In shâ’ Allah !
* Visite " Ad Limina " de la CERNA. : elle aura lieu à Rome du 4 au 9 juin. Claude et Miguel y participeront et en profiteront pour visiter les responsables des différentes congrégations présentes dans le Diocèse.

.

*  * *  * * *


http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html