DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL. Mars 2006





Bien chers sœurs, frères et amis.

C’est au cours d’un repas partagé, où il est plus facile, même pour un Pape, de se laisser aller à des confidences, que Jean Paul II avait dit en substance aux Evêques du Maghreb : " Au fond, l’essentiel pour vous ce n’est pas de faire nombre, mais de faire signe ". Il avait résumé en quelques mots ce qui constitue non seulement le fond de notre Eglise d’Afrique du Nord, mais aussi, n’est-ce pas, le poids qualitatif de toute communauté chrétienne.

Cette réflexion de Jean Paul II m’a beaucoup accompagné pendant ces dernières semaines, et surtout pendant notre toute récente Assemblée Diocésaine à Ghardaia. En février, après la réunion à Alger de la CERNA (Conférence des Evêques du Nord de l’Afrique), je suis allé en France dans le Diocèse de Vendée, accueilli par l’Evêque, Michel Santier, un ancien compagnon de collège. Ce grand Diocèse est en plein bouillonnement synodal, à l’écoute de ce monde qui change, y saisissant les nouveaux défis et les appels évangéliques pour les temps à venir.

Pour faire cette " route ensemble " (c’est le sens étymologique du mot Synode), plusieurs centaines de groupes de réflexion se sont mis à l’œuvre. J’ai donc trouvé une Eglise Diocésaine en pleine effervescence et en plein questionnement. Invité à participer à deux des nombreux forums j’ai pu partager ce que nous vivons dans notre condition d’Eglise " minoritaire ", et aussi dégager les accents évangéliques de notre existence… " spécifique "… au cœur du monde saharien. Quel contraste entre nos deux diocèses ! Mais, au fond, le vrai défi n’est pas d’être " majoritaire " pour une Eglise ou " minoritaire " pour une autre. D’ailleurs, notre consistance numérique n’est même pas assez…volumineuse pour que nous puissions en mériter sociologiquement le nom !

L’important pour nous, comme pour l’Eglise de Vendée, est d’être l’Eglise de Jésus Christ, de rayonner Sa Présence et son Amour universel au cœur du monde quel qu’il soit. Pour les chrétiens de Vendée comme pour ceux du Sahara, l’essentiel n’est pas dans l’étendue de ce que nous entreprenons, mais dans la qualité de notre vocation chrétienne. Et c’est là que nous nous rejoignons en profondeur. L’appel est le même pour eux comme pour nous.

Nous voici, majoritaires ou non, affrontés aux mêmes défis, porteurs de la même vocation, celle que Jésus assignait à ses premiers disciples : " Vous êtes le sel de la terre "… Quelle prétention, allez-vous dire ! Ce n’est pas un brevet d’honneur, c’est un don qui nous est fait, une responsabilité qui nous est confiée.

Nous en avons pris une plus grande conscience à Ghardaia, à l’occasion de notre Assemblée Diocésaine. Nous étions une soixantaine, c’est à dire plus que les 2/3 de notre Diocèse ! C’est vraiment peu, penseront certains habitués à " faire nombre "… Les convictions qui se sont dégagées de nos partages, les orientations que nous nous sommes données, nous mènent vers plus de profondeur dans notre témoignage de vie, plus de disponibilité dans la relation et dans le service. Tout cela pour mieux " faire signe ". Grande a été la joie de nous retrouver ainsi, comme aux premiers temps de l’Eglise " n’ayant qu’un cœur et qu’une âme ", comprenant que "l’essentiel n’est pas de faire nombre, mais de faire signe ". Merci, Jean Paul II, de nous avoir laissé ce bienheureux propos de table.


+ Claude, votre frère évêque.


Nouvelles… pour rester proches


* Nous venons donc de nous retrouver en Assemblée Diocésaine, pour trois jours de partage, de retrouvailles et aussi de travail. Les cinq " secteurs " étaient bien représentés. La première journée s’est déroulée dans le cadre de notre " maison diocésaine " (merci pour l’accueil !).

Ouverte par un exposé de +Claude sur ce qu’il a vu et entendu pendant cette première année au service du Diocèse, elle s’est centrée surtout sur la recherche des axes essentiels de notre projet d’Eglise diocésaine. Ce travail s’est fait à travers différents carrefours. La seconde journée a été plus détendue, dans le cadre magnifique d’un jardin de l’Oasis : écoute mutuelle de nos différentes vocations, repas fraternel, célébration festive, prière et détente. La troisième journée était consacrée à des ateliers sur nos différents engagements (Accueil, migrants, promotion féminine, soutien scolaire, personnes handicapées, bibliothèques, culture, etc…).

Un regard compétent a été porté sur nos finances et sur la Caritas. Poursuite de notre journée par l’écoute inédite d’un témoignage sur les personnes qui ont " façonné " la personnalité de Charles de Foucauld. Et nous avons célébré notre Bienheureux au cours de l’Eucharistie finale. Mais le travail n’était pas fini puisque le lendemain matin, le Conseil élargi (c’est à dire le Conseil rapproché de +Claude et les responsables de Secteurs) se retrouvait pour mieux voir comment poursuivre le travail dans cette période de 3 ans que nous nous sommes donnés pour concrétiser et évaluer notre projet diocésain.La prochaine " Lettre du Diocèse " sera consacrée à une information plus détaillée sur cette Assemblée Diocésaine.

Durant ces jours, nous avons rendu grâces pour les Ptes Srs de Jésus de Tam. Elles vont nous quitter, mais leur présence continuera de rayonner dans beaucoup de familles et chez beaucoup de personnes connues depuis si longtemps… avec les nomades et dans cette ville qui a beaucoup grandi. Notre Merci s’est aussi manifesté pour Sr Marie Thérèse, des Ptes Srs de St François. Elle va nous quitter à la fin du printemps. Ses larmes se mêlent aux nôtres… elle a beaucoup donné d’elle-même à Ouargla, ce qui a été semé continuera de donner du fruit en son temps.

* Une bonne nouvelle pour nos Sœurs Franciscaines d’Ain Séfra : elles ont pu faire les démarches pour obtenir leur carte de séjour, et elles peuvent plus facilement envisager des engagements sur place. Le choix ne semble pas leur manquer !

* Pour le service eucharistique du Secteur Nord Ouest, notre frère Bruno, de la fraternité d’El Abiodh, a été ordonné diacre, puis prêtre. Le tout s’est déroulé dans une ambiance très familiale et fraternelle, dans la discrétion, comme il en avait exprimé le désir. Merci, Bruno… Je n’ose en dire plus, sa modestie en souffrirait !

* Benoît, jeune collaborateur de la DCC, a terminé son séjour algérois, pendant lequel il s’est initié à l’arabe parlé. Il vient de nous rejoindre et participe déjà activement aux activités du CCDS.

* Deux amis d’Italie, Enzo et Franca, un couple qui nous a été recommandé par les PIME, sont en visite dans le Diocèse, en vue d’un engagement futur dans la région de Touggourt. L’Ass. Diocésaine leur a donné un bel aperçu de notre diversité.

* Grâce au suivi de Miguel et de l’entreprise chargée des travaux, nous espérons bientôt aménager le nouvel évêché. D’ailleurs, il a déjà été habité et béni par les occupantes de notre Assemblée Diocésaine !

* Notre site Internet des Amis du Diocèse du Sahara est de plus en plus visité. Vous pouvez toujours avoir des nouvelles du Diocèse en le consultant. Christian Fournier veille à le nourrir régulièrement.