DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL Octobre 2014


Bien chers amis.

L’assassinat du citoyen français, Hervé Gourdel, venu en promeneur dans le nord du pays a provoqué un grand émoi et une profonde indignation aussi bien en Algérie qu’en France, et ce tragique événement a été très largement diffusé par les médias. Comment ne pas compatir avec sa famille et ses amis si cruellement touchés par ce drame ? Suite à cet assassinat, lors de mon séjour en France, j’ai senti une profonde inquiétude manifestée entre autres à l’égard des chrétiens d’Algérie et des citoyens français, comme si nous étions revenus aux tristes « années noires » de la décennie 90.

L’insistance des médias a donc eu pour effet, une fois encore, de tomber dans le piège posé par les acteurs de tels actes atroces et injustifiables : provoquer la peur, le trouble et faire parler d’eux. Chaque jour des victimes innocentes, femmes, enfants, vieillards, tombent sous les coups du nouveau et contesté « Califat », et de ceux qui s’en réclament. Mais les djihadistes ont leurs cibles médiatiques préférées: les occidentaux. Ils savent l’impact que leur mise en scène peut avoir sur les opinions publiques. Ce triste scénario risque de se reproduire, mais plus il sera médiatisé, plus il produira l’effet recherché. Dans le monde de la communication, malheureusement ce genre de tragédie se « vend » bien ! Faut-il toujours du neuf, de l’inédit, voire même de l’horreur pour meubler le temps ou le papier impartis à l’information ? Il y aurait tant à dire de ce qui se fait de beau, de bon, de bien dans notre monde. Mais…cela se vend mal !

Que dire de la résonance profonde de tels actes dans l’esprit et le cœur de nombreux Algériens, et aussi de nombreux musulmans en Europe et ailleurs ? Ces assassinats presque en direct ont provoqué un sursaut chez nombre d’entre eux : ils sont atteints dans leur foi, leur honneur et leur conscience profonde. Alors que des voix s’empressent de récupérer ces événements pour justifier des idées toutes faites sur l’Islam et la violence, sur l’Islam et l’intolérance, des mouvements de protestation surgissent pour se démarquer de telles atrocités. C’est le cas de « Not in my name !» (« Pas en mon nom ! ») , initié par de jeunes britanniques musulmans.

A Lyon, un collectif de responsables religieux, et de croyants de toutes confessions vient de s’exprimer ouvertement sur ces types de violence dans un manifeste intitulé « Nous nous engageons », suivi de 110 signatures de personnalités diverses : chrétiennes, musulmanes, juives, et autres. Permettez-moi de citer quelques interrogations qui nous rejoignent dans notre vie quotidienne de chrétiens dans ce pays. C’est un examen de conscience que nous pouvons faire nôtre et qui donne plus de sens encore à notre présence:

« Avons-nous été en capacité à donner aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui du sens à leur vie, au sein de nos traditions religieuses ?

Avons-nous été profondément des croyants libres et engagés, habités du souffle de Dieu, prêts à témoigner de la fraternité des hommes et à agir pour elle, conformément à nos Ecritures ?

Avons-nous été suffisamment des croyants miséricordieux pour aimer le bien et le vouloir sincèrement pour tous les humains, comme nous le demande notre Seigneur ? Avons-nous suffisamment jeté de ponts entre nos différentes communautés, créé des espaces d’échange et de rencontre, et renforcé la dimension d’entre-connaissance ? »

Et nous faisons nôtre aussi la conclusion de cet engagement :

« Ainsi, croyants, citoyens, de toutes générations, nous nous engagerons ensemble, dans notre quotidien, à favoriser des attitudes de dialogue et de respect de l'autre pour construire ensemble un monde de paix. »

+ Claude, votre frère évêque.

 


 

Nouvelles… Pour rester proches

* Voici quelques jours, notre évêque Claude était parmi les Petites Sœurs de St François à Angers, en France. Depuis leur départ définitif d’Ouargla, une journée d’action de grâces était prévue chez elles pour célébrer le don de Dieu que leurs Fraternités ont pu représenter pour l’Eglise d’Algérie, où elles étaient présentes depuis 61 ans, et pour le Diocèse du Sud. Il a eu la grande joie de revoir quelques-unes des premières pionnières de leur engagement et bien sûr de revoir celles qui ont eu la tristesse de nous quitter. Mais ce qui a été semé de tout l’amour qu’elles ont pu répandre autour d’elles ne peut pas mourir. Quelques jours après ces festivités fraternelles, il recevait de la Supérieure Générale des Sœurs de l’Immaculée Conception de Ouagadougou l’annonce que sa Congrégation répondait positivement à l’appel d’envoyer une communauté à Ouargla pour prendre la suite des Petites Soeurs de St François. Cette décision a été prise suite à leur Chapitre Général qui s’est tenu au mois d’août, et où sr Bernadette Roamba a été réélue. Notre grand Merci à Dieu se prolonge donc avec cette bonne nouvelle. Bien sûr il va falloir prendre un peu de temps pour mettre les choses en place, et cette nouvelle communauté ne pourra pas venir dans l’immédiat. Il faut constituer une communauté et la préparer à ce nouvel engagement, mais il y là une bonne et joyeuse nouvelle qui nous réjouit beaucoup. Nous vous tiendrons au courant de ce projet.

* Toujours à Angers, notre évêque Claude a eu la joie de revoir le Pt Frère Jean Marie, qui doit se faire opérer ces jours-ci et espère être de retour en décembre. Au cours du même périple, il a pu rencontrer Mgr Castet, évêque de Luçon, passer un bon temps avec le P. Daniel Archambaud, le P. Henri Gautron, voir le P. Roger Grondin qui ont vécu quelque temps (voire plusieurs années) au service de notre Diocèse. Ce fut aussi une bonne occasion de faire connaître l’évolution des Eglises au Maghreb au cours de deux conférences dans ce diocèse de Vendée.

* A Ghardaia, nous avons eu le regret du départ de Sr Marcela et de Sr Aline (chez les SMNDA Sœurs Blanches). Ce départ a cependant été fêté le soir du 11 octobre, notamment pour Marcela qui nous quitte et rejoint l’Espagne après plus de 40 ans vécus en Algérie. Quant à Aline, elle nous quitte pour la suite de sa formation. Espérons qu’elle nous reviendra !

* Ce 1er octobre, les Franciscaines Missionnaires de Marie, réunies en Chapitre Général à Rome, ont élu leur nouvelle Supérieure Générale Françoise Massy. De nationalité française, Sœur Françoise a longtemps été en Amérique Latine avant d'être pendant douze ans Conseillère générale. Ces dernières années, elle était Provinciale de France. Elle est élue Supérieure Générale pour six ans. Les Franciscaines Missionnaires de Marie sont environ sept mille, présentes dans le monde entier. Leur Congrégation est présente en Algérie depuis 1920. Elle a des communautés dans chacun des diocèses, et nous avons la joie d’en avoir une parmi nous à Ain Sefra.

* Différentes Responsables des Soeurs Blanches (SMNDA) vont se retrouver à Rome ces jours-ci pour un Conseil Plénier, au cours duquel, entre autres, elles vont mettre en place de nouvelles structures de gouvernement. Nous les assurons de notre soutien et de notre prière.

* Mercredi 22 et jeudi 23, une quarantaine de membres du Diocèse va converger vers Alger, afin de participer à l’Assemblée Interdiocésaine des Diocèses d’Algérie. Elle se tiendra successivement à Notre Dame d’Afrique et à la Cathédrale d’Alger. Nous saluons tout spécialement l’équipe de préparation et les autres organisateurs qui se sont beaucoup donnés pour cette rencontre, entre autres, notre Sœur Marie Christine, membre du « comité de pilotage ».

* S’est tenue à Paris le 5 octobre une journée organisée par « les Amis du Diocèse du Sahara ». Une soixantaine de participants ont apprécié les échanges sur le thème « Vivre la rencontre ici et au désert ».

Calendrier de Mgr Rault
Octobre 2014

Conférences en Vendée et rencontre avec l’évêque, Journée de l’ADS à Paris. Association des Amitiés Charles de Foucauld (Paris) Journée paroissiale « saharienne » dans le sud de la Manche (France), AIDA. Comité national Caritas .

* * *

Pour plus :

http://amisdiocesesahara.free.fr/index.html