DIOCESE DE LAGHOUAT - GHARDAIA .
BILLET MENSUEL NOEL 2005 - JANVIER 2006


Ghardaïa vu de la terrasse de l'évêché.


Bien chers sœurs, frères et amis,


Heureuses fêtes de la Nativité.
Bonne, belle année 2006.
Noël et An nouveau se touchent presque :
Une fête vient donner tout son sens à l’autre.
Noël !
Voici qu’un goût de Paix et de Bonheur passent dans nos vies :
Un enfant nouveau-né nous arrive dans la nuit.
Qu’allons-nous en faire ?
Des bergers, guidés par des refrains de paix, sont venus le visiter.
Puis des sages venus de loin, attirés par une étoile.
Si tu crois que la paix n’est plus qu’une illusion pour notre temps,
Ecoute le chant d’amour qui vient du Ciel ou qui monte du fond de toi.
Si tu désespères dans ton coin, seul et oublié,
Regarde la petite étoile qui brille dans ton ciel fragile.
Et ce sera pour toi et les tiens une fête, le premier pas d’une nouvelle étape,
Une année vraiment nouvelle.


Parmi les messages qui vous arrivent de tous les points cardinaux, je ne voudrais pas trop en ajouter ! Je vous écris de Beni Abbès. Charles de Foucauld y avait construit son premier ermitage. Il existe toujours, restauré maintes fois au fil des temps. Deux fraternités qui s’inspirent de sa vie et de son message, y continuent son témoignage de présence et de vie au milieu des " lointains " et des pauvres. Il fait froid. Un professeur venu nous voir ce matin disait que dans sa classe, il faisait 10°… Et pourtant, la vie continue : il ne baisse pas les bras, organise des activités pour ses jeunes, se dépense dans compter.

Pour Noël, je serai à El Abiodh, après une étape à Ain Sefra, où nous espérons que la communauté de nos sœurs Franciscaines va pouvoir prendre chair. Espérance de Noël… " Comment cela se fera-t-il ? " - " Rien n’est impossible à Dieu " . Il nous faut croire encore plus dans les moments de doute. " Le doute est le moteur de la foi ", disait un ami musulman au cours d’une conversation entre amis voici quelques jours. Alors ce doute qui plane sur la naissance de notre communauté d’Ain Sefra est peut-être aussi une invitation à aller de l’avant et à croire à l’impossible !

Voici un an, m’était confié ce " Diocèse des sables ", comme on me dit quelquefois… Mais j’y rencontre beaucoup de trésors de fraternité et de solidarité… plus que de sable ! Je dois vous dire que je suis aussi " heureux " que lorsque le " oui " a été dit !

Heureux d’un bonheur qui est loin d’être béat et facile… Heureux, au fil des mes visites, d’un émerveillement devant toutes ces petites communautés du diocèse qui s’accrochent à leur quotidien. " Diocèse des sables ". Oui, elles sont splendides, ces dunes dorées au coucher du soleil ! Mais qu’il est beau le cœur humain lorsqu’il se met à aimer et à s’oublier pour le bonheur de l’autre.

Belle et lumineuse année !


+ Claude, votre frère évêque.


Nouvelles… pour rester proches


*La prochaine " Lettre du Diocèse " est en préparation. Elle vous redonnera les grandes lignes des journées romaines de la Béatification de Charles de Foucauld.

* Notre " Khalti Marie " vient de s’éteindre, à Ghardaia. Elle attendait depuis longtemps cette "" délivrance ", usée par l’âge et le souci d’une grande famille. Claude G. a bien veillé sur elle, jusqu’à la fin, en voisine et compagne attentive.

* L’Assemblée Diocésaine des 2,3,4 mars se précise. Un comité de préparation, composé de Cécile, Félix (de Ghardaia), de Gisèle (de Ouargla), et de +Claude va se mettre au travail pour en mieux définir la marche et le programme.

* Ce mois de décembre aura été pour moi un temps de visites, je vous en livre l’essentiel… au fil de la route.
A El Goléa, notre " Tonton René ", attend toujours la relève d’un responsable pour le musée qu’il a créé avec tout le soin que nous lui connaissons. La communauté de nos " Sœurs Blanches " SMNDA reste bien active. Cécile donne des cours de couture, Theresa prend soin d’un groupe de jeunes filles handicapées, Christiane fait la classe à un groupe de jeunes sourds le matin, et donne des cours de français l’après-midi. Zawadi va dans des familles pour soigner des handicapés profonds, et aider leurs mamans ; et à la maison, Marcella reste active et disponible à tout imprévu !

A Timimoun, le trio de nos Soeurs est engagé au service des femmes. Magdalena quitte souvent sa cuisine pour aller visiter des femmes handicapées, Renée prend chaque matin la voiture pour aller dans tel ou tel village rejoindre des groupes de femmes pour leur apprendre la couture, ce que fait aussi Gertrud à Timimoun même.

A Adrar, Philippe ne peut pas élargir les dimensions de sa classe, qui n’est pas aussi extensible que son bon cœur. Il est très sollicité par les petits et les grands pour donner des cours de français, ainsi que Marie Claude sa voisine des Srs Maristes qui elle aussi est très sollicitée. Jacqueline entretient la maison, et Colette va dans des villages pour des cours de couture.

A Beni Abbès, les Petits frères de l’Evangile sont très pris par l’accueil. Henri travaille au jardin, Xavier se transforme presque chaque année en professeur d’arabe, et se montre un excellent pédagogue. Bernard se consacre à l’accueil, disponible à l’imprévu (qui ne manque pas…) et anime liturgies et soirées grâce à sa guitare. Les Petites Sœurs sont aussi engagées dans l’accueil de retraitantes, on frappe souvent à leur porte pour divers services de voisinage (Bernadette Chantal), mais aussi pour des travaux de couture et de broderie (José Renée). Lucie est toujours disponible pour les multiples services de la maison.

Je ne vous ai pas dit l’essentiel… ces communautés vivent aussi le " service " de la prière pour ce monde qui les entoure, l’adoration silencieuse, et aussi le témoignage d’une vie fraternelle, ouverte au voisinage.

Je pars dans deux jours pour Bechar, puis Ain Sefra y rejoindre Miguel, puis nos Sœurs Franciscaines. Et nous passerons Noël à El Abiodh. De là, je regagnerai Ghardaia, ainsi que Miguel. En janvier, j’irai faire la visite des communautés de l’Est (Touggourt, Ouargla), et en fin de ce même mois, je ferai un saut à El Goléa.