St François de Sales
Texte Pris sur le site Fides


MESSAGE DU SAINT-PÈRE BENOÎT XVI
POUR LA 47ème JOURNÉE MONDIALE
DES COMMUNICATIONS SOCIALES

le 12 Mai 2013

Réseaux Sociaux: portes de vérité et de foi;
nouveaux espaces pour l’évangélisation

Message pour la prochaine Journée mondiale des communications sociales

Réseaux sociaux : Benoît XVI appelle les chrétiens à la "cohérence"

Benoît XVI
ROME, Thursday 24 January 2013 (Zenit.org).

« Il ne devrait pas y avoir de manque de cohérence ou d'unité dans l'expression de notre foi et dans notre témoignage évangélique dans la réalité où nous sommes appelés à vivre, qu’elle soit physique ou numérique », déclare Benoît XVI.

Comme chaque année, le message du pape pour la 47e Journée mondiale des communications sociales de 2013 a été publié ce 24 janvier, en la fête de saint François de Sales.

Les réseaux sociaux numériques, estime Benoît XVI, « peuvent renforcer les liens d'unité entre les personnes et promouvoir efficacement l'harmonie de la famille humaine », à conditions qu’ils soient « bien valorisés » et que le dialogue y soit vécu dans le « respect, l’attention pour la vie privée, la responsabilité et le dévouement à la vérité ».

Pour le pape, « les personnes qui y participent doivent s'efforcer d'être authentiques », et d’avoir conscience que cette espace « exige de l’engagement », en cherchant « à cultiver des formes de discours et d'expression qui font appel aux plus nobles aspirations de ceux qui sont impliqués dans le processus de communication ».

Message de Benoît XVI

Réseaux Sociaux: portes de vérité et de foi; nouveaux espaces pour l’évangélisation

Chers frères et soeurs,

A l’approche de la Journée mondiale des Communications sociales de 2013, je voudrais proposer quelques réflexions sur une réalité toujours plus importante concernant la manière dont les personnes communiquent entre elles aujourd'hui. Je voudrais examiner le développement des réseaux sociaux numériques qui contribuent à mettre en évidence une nouvelle « agora », un espace public ouvert où les personnes partagent des idées, des informations, des opinions, et où peuvent naître aussi de nouvelles relations et formes de communauté.

Ces espaces, quand ils sont bien valorisés et de manière équilibrée, contribuent à promouvoir des formes de dialogue et de débat qui, si elles sont effectuées avec respect, attention pour la vie privée, responsabilité et dévouement à la vérité, peuvent renforcer les liens d'unité entre les personnes et promouvoir efficacement l'harmonie de la famille humaine. L'échange d'informations peut devenir une réelle communication, les liens peuvent se développer en amitié, les connexions faciliter la communion. Si les réseaux sont appelés à réaliser ce grand potentiel, les personnes qui y participent doivent s'efforcer d'être authentiques, parce que dans ces espaces on ne partage pas seulement des idées et des informations mais en définitive on se communique soi-même.

Le développement des réseaux sociaux exige de l’engagement : les personnes participent à construire des relations et à trouver de l'amitié, dans la recherche de réponses à leurs questions, en se divertissant mais aussi en se stimulant intellectuellement et dans le souci du partage des compétences et des connaissances. En unissant les personnes en fonction de ces besoins fondamentaux, les réseaux font de plus en plus partie du tissu social même. Les réseaux sociaux sont donc alimentés par des aspirations enracinées dans le coeur humain.

La culture des réseaux sociaux et les changements dans les formes et les styles de communication, posent des défis importants à ceux qui veulent parler de vérité et de valeurs. Souvent, comme c'est le cas pour d’autres médias sociaux, la signification et l'efficacité des différentes formes d'expression semblent plus déterminés par leur popularité que par leur importance intrinsèque et leur validité. La popularité est encore fréquemment liée à la célébrité ou à des stratégies de persuasion plutôt qu’à la logique de l'argumentation. Parfois, la voix discrète de la raison peut être dominée par la rumeur des informations excessives et ne parvient pas à éveiller l'attention qui est réservée par contre à qui s'exprime d’une manière plus persuasive. Les médias sociaux ont besoin donc de l'engagement de tous ceux qui sont conscients de l'importance du dialogue, du débat raisonné, de l’argumentation logique ; des personnes qui cherchent à cultiver des formes de discours et d'expression qui font appel aux plus nobles aspirations de ceux qui sont impliqués dans le processus de communication. Le dialogue et le débat peuvent s'épanouir et grandir aussi quand on converse et prend au sérieux ceux qui ont des idées différentes des nôtres. « Étant donné la diversité culturelle, il faut faire en sorte que les personnes, non seulement acceptent l’existence de la culture de l’autre, mais aspirent aussi à s’en enrichir et à lui offrir ce que l’on possède de bien, de vrai et de beau. » (Discours à la rencontre avec le monde de la culture, Belém, Lisbonne, 12 mai 2010).

Le défi que les réseaux sociaux doivent affronter est d’être effectivement inclusif : alors ils bénéficieront de la pleine participation des croyants qui souhaitent partager le message de Jésus et les valeurs de la dignité humaine promues dans son enseignement. En fait, les croyants ont de plus en plus ce sentiment que si la Bonne Nouvelle n’est pas connue aussi dans l'environnement numérique, elle pourrait être absente de l'expérience d'un grand nombre pour qui cet espace existentiel est important. L'environnement numérique n'est pas un monde parallèle ou purement virtuel, mais fait partie de la réalité quotidienne de nombreuses personnes, en particulier des plus jeunes. Les réseaux sociaux sont le résultat de l'interaction humaine, mais ils donnent à leur tour de nouvelles formes à la dynamique de la communication qui crée des relations : une compréhension approfondie de cet environnement est donc la condition préalable pour y assurer une présence significative.

La capacité d'utiliser les nouveaux langages est requise non pas tant pour être à la mode du temps, mais justement pour permettre à l’infinie richesse de l’Évangile de trouver des formes d'expression qui soient en mesure d'atteindre les esprits et les coeurs de tous. Dans l'environnement numérique la parole écrite est souvent accompagnée d'images et de sons. Une communication efficace, comme les paraboles de Jésus, nécessite l'implication de l'imagination et de la sensibilité émotionnelle de ceux que nous voulons inviter à la rencontre avec le mystère de l'amour de Dieu. En outre, nous savons que la tradition chrétienne a toujours été riche en signes et en symboles : je pense par exemple, à la croix, aux icônes, aux images de la Vierge Marie, à la crèche, aux vitraux et aux peintures des églises. Une partie importante du patrimoine artistique de l'humanité a d’ailleurs été réalisée par des artistes et des musiciens qui ont essayé d'exprimer les vérités de la foi.

L'authenticité des croyants dans les réseaux sociaux est mise en évidence par le partage de la source profonde de leur espérance et de leur joie : la foi en Dieu riche de miséricorde et d'amour révélé en Jésus Christ. Un tel partage consiste non seulement dans l'expression explicite de la foi, mais aussi dans le témoignage, c'est-à-dire dans la façon dont se communiquent « choix, préférences, jugements qui soient profondément cohérents avec l'Évangile, même lorsqu'on n’en parle pas explicitement. » (Message pour la Journée mondiale des Communications sociales, 2011). Une manière particulièrement significative de témoigner sera la volonté de se donner soi-même aux autres à travers la disponibilité à s'impliquer avec patience et respect dans leurs questions et leurs doutes, sur le chemin de la recherche de la vérité et du sens de l'existence humaine. L'émergence dans les réseaux sociaux du dialogue autour de la foi et des croyances, confirme l'importance et la pertinence de la religion dans le débat public et social.

Pour ceux qui ont accueilli d’un coeur ouvert le don de la foi, la réponse la plus radicale aux questions de l'homme sur l'amour, la vérité et le sens de la vie – questions qui ne sont en aucune façon absentes dans les réseaux sociaux – se trouve dans la personne de Jésus Christ. Il est naturel que celui qui a la foi désire, avec respect et sensibilité, la partager avec ceux qu'il rencontre dans l'environnement numérique. En définitive, cependant, si notre partage de l'Évangile est capable de donner de bons fruits, c'est toujours grâce à la force de la Parole de Dieu de toucher les coeurs, bien avant tout effort de notre part. La confiance dans la puissance de l'action de Dieu doit toujours dépasser toute sécurité mise dans l'utilisation de moyens humains. Même dans l'environnement numérique, où il est facile que s’élèvent des voix sur un ton trop vif et conflictuel et où parfois le sensationnalisme risque de l'emporter, nous sommes invités à un discernement attentif. Et rappelons-nous à cet égard, que Élie reconnut la voix de Dieu non dans le vent impétueux et fort, ni dans le tremblement de terre ou le feu, mais dans le « murmure d'une brise légère » (1 R 19, 11-12). Nous devons avoir confiance dans le fait que les désirs fondamentaux d’aimer et d’être aimé, de trouver sens et vérité – que Dieu lui-même a mis au coeur de l'être humain – maintiennent également les femmes et les hommes de notre temps toujours et de toute manière ouverts à ce que le Bienheureux Cardinal Newman appelle la « gentille lumière » de la foi.

Les réseaux sociaux, outre qu’instruments d'évangélisation, peuvent être un facteur de développement humain. Par exemple, dans certains contextes géographiques et culturels où les chrétiens se sentent isolés, les réseaux sociaux peuvent renforcer le sentiment de leur unité effective avec la communauté universelle des croyants. Les réseaux facilitent le partage des ressources spirituelles et liturgiques, rendant les personnes capables de prier avec un sens revigoré de proximité avec ceux qui professent la même foi. La participation authentique et interactive aux questions et aux doutes de ceux qui sont loin de la foi doit nous faire ressentir le besoin de nourrir avec la prière et la réflexion notre foi en la présence de Dieu, ainsi que notre charité active : « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je ne suis plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit. » (1 Co 13, 1).

Il existe des réseaux sociaux qui, dans l'environnement numérique, offrent à l'homme d'aujourd'hui des opportunités de prière, de méditation, ou de partage de la parole de Dieu. Mais ces réseaux peuvent aussi ouvrir des portes à d'autres dimensions de la foi. En effet, beaucoup de gens sont en train de découvrir, grâce à un contact au départ en ligne, l'importance de la rencontre directe, des expériences de communauté ou même de pèlerinage, éléments toujours importants dans le cheminement de foi. En nous efforçant de rendre l'Évangile présent dans l'environnement numérique, nous pouvons inviter les personnes à vivre des rencontres de prière ou des célébrations liturgiques dans des lieux concrets tels que des églises ou des chapelles. Il ne devrait pas y avoir manque de cohérence ou d'unité dans l'expression de notre foi et dans notre témoignage évangélique dans la réalité où nous sommes appelés à vivre, qu’elle soit physique ou numérique. Lorsque nous sommes en présence des autres, de toute manière, nous sommes appelés à faire connaître l'amour de Dieu jusqu'aux extrémités de la terre.

Je prie pour que l'Esprit de Dieu vous accompagne et vous éclaire toujours, et de tout cœur je vous bénis tous, afin que vous puissiez être vraiment les hérauts et les témoins de l'Evangile. « Allez dans le monde entier et proclamez l'Evangile à toute créature » (Mc 16, 15).

Du Vatican, le 24 janvier 2013, fête de saint François de Sales.

BENEDICTUS PP. XVI

 


site Fides

St François de Sales


MESSAGE OF THE HOLY FATHER BENEDICT XVI
FOR THE 47th WORLD COMMUNICATIONS DAY 2012

12th May 2013

"Social Networks: portals of truth and faith; new spaces for evangelization."


Dear Brothers and Sisters,

As the 2013 World Communications Day draws near, I would like to offer you some reflections on an increasingly important reality regarding the way in which people today communicate among themselves. I wish to consider the development of digital social networks which are helping to create a new “agora”, an open public square in which people share ideas, information and opinions, and in which new relationships and forms of community can come into being.

These spaces, when engaged in a wise and balanced way, help to foster forms of dialogue and debate which, if conducted respectfully and with concern for privacy, responsibility and truthfulness, can reinforce the bonds of unity between individuals and effectively promote the harmony of the human family. The exchange of information can become true communication, links ripen into friendships, and connections facilitate communion. If the networks are called to realize this great potential, the people involved in them must make an effort to be authentic since, in these spaces, it is not only ideas and information that are shared, but ultimately our very selves.

The development of social networks calls for commitment: people are engaged in building relationships and making friends, in looking for answers to their questions and being entertained, but also in finding intellectual stimulation and sharing knowledge and know-how. The networks are increasingly becoming part of the very fabric of society, inasmuch as they bring people together on the basis of these fundamental needs. Social networks are thus nourished by aspirations rooted in the human heart.

The culture of social networks and the changes in the means and styles of communication pose demanding challenges to those who want to speak about truth and values. Often, as is also the case with other means of social communication, the significance and effectiveness of the various forms of expression appear to be determined more by their popularity than by their intrinsic importance and value. Popularity, for its part, is often linked to celebrity or to strategies of persuasion rather than to the logic of argumentation. At times the gentle voice of reason can be overwhelmed by the din of excessive information and it fails to attract attention which is given instead to those who express themselves in a more persuasive manner. The social media thus need the commitment of all who are conscious of the value of dialogue, reasoned debate and logical argumentation; of people who strive to cultivate forms of discourse and expression which appeal to the noblest aspirations of those engaged in the communication process. Dialogue and debate can also flourish and grow when we converse with and take seriously people whose ideas are different from our own. “Given the reality of cultural diversity, people need not only to accept the existence of the culture of others, but also to aspire to be enriched by it and to offer to it whatever they possess that is good, true and beautiful” (Address at the Meeting with the World of Culture, Bélem, Lisbon, 12 May 2010).

The challenge facing social networks is how to be truly inclusive: thus they will benefit from the full participation of believers who desire to share the message of Jesus and the values of human dignity which his teaching promotes. Believers are increasingly aware that, unless the Good News is made known also in the digital world, it may be absent in the experience of many people for whom this existential space is important. The digital environment is not a parallel or purely virtual world, but is part of the daily experience of many people, especially the young. Social networks are the result of human interaction, but for their part they also reshape the dynamics of communication which builds relationships: a considered understanding of this environment is therefore the prerequisite for a significant presence there.

The ability to employ the new languages is required, not just to keep up with the times, but precisely in order to enable the infinite richness of the Gospel to find forms of expression capable of reaching the minds and hearts of all. In the digital environment the written word is often accompanied by images and sounds. Effective communication, as in the parables of Jesus, must involve the imagination and the affectivity of those we wish to invite to an encounter with the mystery of God’s love. Besides, we know that Christian tradition has always been rich in signs and symbols: I think for example of the Cross, icons, images of the Virgin Mary, Christmas cribs, stained-glass windows and pictures in our churches. A significant part of mankind’s artistic heritage has been created by artists and musicians who sought to express the truths of the faith.

In social networks, believers show their authenticity by sharing the profound source of their hope and joy: faith in the merciful and loving God revealed in Christ Jesus. This sharing consists not only in the explicit expression of their faith, but also in their witness, in the way in which they communicate “choices, preferences and judgements that are fully consistent with the Gospel, even when it is not spoken of specifically” (Message for the 2011 World Communications Day). A particularly significant way of offering such witness will be through a willingness to give oneself to others by patiently and respectfully engaging their questions and their doubts as they advance in their search for the truth and the meaning of human existence. The growing dialogue in social networks about faith and belief confirms the importance and relevance of religion in public debate and in the life of society.

For those who have accepted the gift of faith with an open heart, the most radical response to mankind’s questions about love, truth and the meaning of life – questions certainly not absent from social networks – are found in the person of Jesus Christ. It is natural for those who have faith to desire to share it, respectfully and tactfully, with those they meet in the digital forum. Ultimately, however, if our efforts to share the Gospel bring forth good fruit, it is always because of the power of the word of God itself to touch hearts, prior to any of our own efforts. Trust in the power of God’s work must always be greater than any confidence we place in human means. In the digital environment, too, where it is easy for heated and divisive voices to be raised and where sensationalism can at times prevail, we are called to attentive discernment. Let us recall in this regard that Elijah recognized the voice of God not in the great and strong wind, not in the earthquake or the fire, but in “a still, small voice” (1 Kg 19:11-12). We need to trust in the fact that the basic human desire to love and to be loved, and to find meaning and truth – a desire which God himself has placed in the heart of every man and woman – keeps our contemporaries ever open to what Blessed Cardinal Newman called the “kindly light” of faith.

Social networks, as well as being a means of evangelization, can also be a factor in human development. As an example, in some geographical and cultural contexts where Christians feel isolated, social networks can reinforce their sense of real unity with the worldwide community of believers. The networks facilitate the sharing of spiritual and liturgical resources, helping people to pray with a greater sense of closeness to those who share the same faith. An authentic and interactive engagement with the questions and the doubts of those who are distant from the faith should make us feel the need to nourish, by prayer and reflection, our faith in the presence of God as well as our practical charity: “If I speak in the tongues of men and of angels, but have not love, I am a noisy gong or a clanging cymbal” (1 Cor 13:1).

In the digital world there are social networks which offer our contemporaries opportunities for prayer, meditation and sharing the word of God. But these networks can also open the door to other dimensions of faith. Many people are actually discovering, precisely thanks to a contact initially made online, the importance of direct encounters, experiences of community and even pilgrimage, elements which are always important in the journey of faith. In our effort to make the Gospel present in the digital world, we can invite people to come together for prayer or liturgical celebrations in specific places such as churches and chapels. There should be no lack of coherence or unity in the expression of our faith and witness to the Gospel in whatever reality we are called to live, whether physical or digital. When we are present to others, in any way at all, we are called to make known the love of God to the furthest ends of the earth.

I pray that God’s Spirit will accompany you and enlighten you always, and I cordially impart my blessing to all of you, that you may be true heralds and witnesses of the Gospel. “Go into all the world and preach the Gospel to the whole creation” (Mk 16:15).

From the Vatican, 24 January 2013, Feast of Saint Francis de Sales.

BENEDICTUS XVI