Nouvelles
Texte Pris sur le site AGENCE Fides


AFRIQUE/BURKINA FASO - Fiche du pays
Rome (Agence Fides) – Le Burkina Faso a une superficie de 286.451 km2 et une population de 13 millions d’habitants. Le pays, jusqu’en 1984, s’appelait Haute Volta ; il est situé dans la partie nord-occidentale de l’Afrique. Il est limité au nord par le Mali et le Niger, au Sud par le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire. Dans le pays vivent différentes ethnies. Le groupe majoritaire est celui des Mossi (50% de la population), suivi des différents groupes : Peuhls, Bellas, Gourmantchés, Foulsés, Dogons, Bissas, Kussasés, Yaambas, Mobas, Yarsés. La langue officielle est le français.

Histoire. Le territoire de l’actuel État était gouverné par les Mossi jusqu’au XIXe siècle. Leur règne disparaît seulement au XIXe siècle, avec le début de l’occupation coloniale. Devenu colonie française en 1919, il prend le nom de Haute-Volta en 1958, car le pays se trouve entre les bras du fleuve Volta. En 1960, le pays proclame son indépendance. L’histoire récente du pays est caractérisée par une série de coup d’état, le dernier en 1987, année durant laquelle Blaise Compaoré s’est autoproclamé chef de l’État, après le meurtre de Thomas Sankara (le président qui, en 1984, avait changé le nom du pays en Burkina Faso, qui signifie ‘République de la Terre des hommes droits et justes’).

Situation politique. Le Burkina Faso est une république semi-présidentielle, avec une constitution inspirée de celle de la Ve République française, qui prévoit en plus de l’Assemblée des députés du peuple, une seconde chambre, composée de catégories professionnelles, sociales, religieuses et traditionnelles. Il y a comme représentant, des syndicats, des femmes, des chefs traditionnels, et tous ceux qui sont engagés dans la promotion des droits de l’homme. Le pouvoir est dans les mains du président Compaoré, réélu pour la troisième fois en 2005, et du parti qu’il a fondé, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP).
Économie. Le pays est essentiellement agricole. La grande force de l’exportation est le coton. La sécheresse régulière contraint pourtant un nombre toujours plus grand de paysans à émigrer dans la capitale, Ouagadougou, à Bobo-Dioulasso, ou près de la Côte d’Ivoire.

L’Église catholique. L’évangélisation du Burkina Faso a commencé en 1900, grâce aux Missionnaires d’Afrique (les Pères Blancs), qui fondèrent leur première mission à Koupéla. L’année suivante, en 1901, ils s’installèrent à Ouagadougou. En 1925, fut ouvert le premier petit séminaire, à Pabré et en 1933, le grand séminaire de Koumi. En 1942, furent ordonnés les premiers prêtres locaux, parmi lesquels le Rév. Paul Paul Zoungrana, Missionnaire d’Afrique, nommé archevêque d’Ouagadougou, en 1955, puis créé cardinal en 1965, mort en 2000.

Le 4 septembre 1955, fut mise en place une hiérarchie, et Ouagadougou devint siège métropolitain. Le 20 janvier 1956, fut érigé le diocèse de Koupéla, première circonscription ecclésiastique de l’Afrique francophone à être confiée à un clergé séculier. Le Serviteur de Dieu, Jean-Paul II, a visité le pays deux fois, en 1980 et en 1990. En 2000, on a célébré le centenaire de l’évangélisation, en même temps que le Jubilé de la Rédemption.

Certaines données sur la présence catholique : les catholiques sont 1 809 0000, répartis sur 13 diocèses, avec 155 paroisses. Il y a 19 évêques, 662 prêtres diocésains, 154 prêtres religieux, 229 frères profès, 1 401 religieux, 10 428 catéchistes. L’Église catholique dirige 38 écoles maternelles, avec 2 643 élèves ; 108 écoles élémentaires avec 23 014 écoliers ; 58 écoles moyennes inférieures et supérieures avec 19 876 étudiants. L’Église catholique gère aussi 12 hôpitaux, 58 cliniques, une léproserie, 13 maisons d’accueil, 33 orphelinats (selon le dernier Annuaire Statistique de l’Église). (L.M.) (Agence Fides 20/3/2010 ; 44 lignes, 594 mots)

AFRIQUE/NIGER - Fiche du pays

Rome (Agence Fides) – la République du Niger a une superficie de 1.287.000 Km2 et une population d’environ 14 millions d’habitants. Elle est limitée au nord par la Lybie et l’Algérie, à l’ouest par le Mali et le Burkina Faso, au sud par le Bénin et la Nigéria, et à l’est par le Tchad. Les principales ethnies du pays sont les Haussa, les plus nombreux et les plus investis dans la vie politiques, suivis des Zerma-Songhai, des Fulani, des Touareg et des Berbères.

Histoire. Le Niger a été depuis les temps les plus reculés un passage obligatoire dans les échanges économiques entre les habitants du Maghreb et ceux du Tchad. Pratiquement inconnu des européens pendant très longtemps, un accord franco-britannique fit entrer le pays dans l’orbite française en 1890. En 1922 le Niger devint une colonie française faisant parie de l’Afrique Occidentale Française. En 1960 l’indépendant fut proclamée. Le Niger est une république dirigée par un président élu tous les 5 ans. L’Assemblée législatives est elle aussi renouvelée tous les 5 ans.

L’histoire de l’indépendance est marquée par une série de coups d’état militaires. Le dernier est celui du 18 février 2010 qui a renversé le Président Mamadou Tandja, qui avait imposé un changement dans la Constitution pour pouvoir obtenir un troisième mandat. Une autre crise récurrente est liée à l’intégration des populations nomades Touareg, qui ont donné vie à une série de rébellions dans les dernières 20 années. Économie. Le pays est riche en matières premières : uranium (le Niger représente 7,5% de la production mondiale d’uranium), fer, argent, platine et titane.

Le Niger st cependant à la 174ème (sur un total de 179) de l’Indice de Développement Humain des Nations Unies. 90% de la population est analphabète et vit de l’élevage et d’une agriculture de subsistance. Situation religieuse. 90% de la population du Niger est musulmane. Environ 250 mille personnes appartiennent à la religion traditionnelle. Les catholiques sont environ 20 mille (0,20% de la population).

L’Église catholique. L’œuvre d’évangélisation fut commencée par les Pères de la Société des Missions Africaines (SMA) qui fondèrent la première mission à Niamey en 1931. La mission fut érigée en Préfecture Apostolique le 28 avril 1942 et élevée en diocèse le 21 mars 1961. Dans la pays sont présents les Pères rédemptoristes, les missionnaires de la SMA, les Missionnaires d’Afrique (Père Blancs), les Petits frères de jésus (du bienheureux Charles de Foucauld), les Frères des Écoles Chrétiennes et 7 congrégations religieuses féminines. Le 25 juin 2007, le Saint Père Benoît XVI a créé la nouvelle Province Ecclésiastique de Niamey, qui a comme suffragant le diocèse de Maradi.

Quelques données sur la présence catholique : il y a 2 diocèses avec 19 paroisses. Le pays compte 3 évêques, 22 prêtres diocésains, 24 prêtres religieux, 4 frères profès, 91 religieuses et 255 catéchistes. L’Église catholique gère 7 écoles maternelles avec 1 482 élèves ; 14 écoles primaires avec 6 161 élèves ; 2 écoles moyennes inférieurs et supérieures avec 2 550 étudiants. L’Église catholique gère aussi 2 hôpitaux, 6 cliniques, une léproserie et un orphelinat. (D’après le dernier Annuaire statistique de l’Église). (L.M.) (Agence Fides 20/3/2010 ; 38 lignes, 517 mots)





AGENCY Fides

AFRICA/BURKINA FASO - Brief Overview of the Country
Rome (Agenzia Fides) – Burkina Faso has an area of 286,451 km2 and a population of 13 million inhabitants. The country, which until 1984 was called Upper Volta, is located in northwest Africa. It is bordered to the north by Mali and Niger and to the south by Benin, Togo, Ghana, and Ivory Coast.

Various different ethnic groups are present there. The majority group are the Mossi (50% of the population), followed by several other groups: Peuhls, Bellas, Gourmantchés, Foulsés, Dogons, Bissas, Kussasés, Yaambas, MoBas, Yarsés. The official language is French.

History
The territory of the present state was ruled by the Mossi since the twelfth century. Their reign lasted into the nineteenth century, starting with the colonial occupation. A French colony in 1919, in 1958 it assumed the name of Upper Volta, as the country is among the three branches of the Volta River. In 1960, the country proclaimed independence. The country's recent history is characterized by a series of coups, the last in 1987, when, following the assassination of Thomas Sankara (the President, who in 1984 renamed the country Burkina Faso, which means "Republic of the Earth of the Upright and Righteous"), Blaise Compaore declared himself head of state.

Political situation
Burkina Faso is a semi-presidential republic with a constitution inspired by that of the Fifth French Republic, which in addition to the House of People's Representatives, calls for a second chamber consisting of social, religious, and traditional professionals. All kinds of people are represented: trade unions, youth, women, traditional leaders, and those engaged in promoting human rights.
The power is in the hands of President Compaore, reelected for the third time in 2005, and the party he founded, the “Congrès pour la Démocratie et le Progrès” (CDP).

Economy
The country is mainly agricultural. The largest item of export is cotton. However, a recurring drought is forcing an increasing number of peasants to migrate to the capital, Ouagadougou, to Bobo-Dioulasso, or to the neighboring Ivory Coast.

The Catholic Church
The evangelization of Burkina Faso began in 1900, thanks to the Missionaries of Africa (White Fathers), who established their first mission in Koupéla. A year later, in 1901, they settled in Ouagadougou. In 1925, the first minor seminary was opened at Pabre and in 1933, the major seminary in Koumi was opened. In 1942, the first local priests were ordained, including Fr. Paul Zoungrana, Missionary of Africa, appointed Archbishop of Ouagadougou in 1955, created Cardinal in 1965, and who died in 2000.

On September 4, 1955, the hierarchy was established, and Ouagadougou became the Metropolitan See. On January 20, 1956, the Diocese of Koupéla was erected, being the first ecclesiastical circumscription of French-speaking Africa to be entrusted to the diocesan clergy. The Servant of God John Paul II visited the country twice, in 1980 and 1990. In 2000, they celebrated the centenary of evangelization, in conjunction with the Jubilee of the Redemption.

Some data on the Catholic presence in the country: Catholics are 1,809,000, distributed in 13 dioceses with 155 parishes. There are 19 bishops, 662 diocesan priests, 154 religious priests, 229 professed brothers, 1,401 religious, and 10,428 catechists. The Catholic Church runs 38 kindergartens with 2,643 pupils, 108 elementary schools with 23,014 pupils, and 58 junior high and high schools with 19,876 students. The Catholic Church also runs 12 hospitals, 58 clinics, a leper colony, 13 care centers, and 33 orphanages (taken from the most recent Church Yearbook). (L.M.) (Agenzia Fides 20/3/2010)

AFRICA/NIGER - Brief Overview of the Country

Rome (Agenzia Fides) – The Republic of Niger has an area of 1,287,000 km2 and a population of about 14 million inhabitants. It is bordered to the north by Libya and Algeria to the west by Mali and Burkina Faso, on the south by Benin and Nigeria, and east Chad.
The country's main ethnic groups are the Hausa, the most numerous and involved in politics, followed by Zerma-Songhai, the Fulani, the Tuareg, and the Berberi.

History
The Niger has been since time immemorial a hub for economic exchanges between the inhabitants of the Maghreb and Chad. Virtually unknown to Europeans for a long time, in 1890 an agreement between France and Britain made the country enter French orbit. In 1922, Niger became a French colony in French West Africa. In 1960, independence was proclaimed.
Niger is a republic governed by a President elected every 5 years. Even the Legislative Assembly is renewed every 5 years. The history of independence is marked by a series of military coups. The last one took place on February 18, 2010 and overthrew President Mamadou Tandja, who had forced a change in the Constitution in order to obtain a third term.
Another recurring crises is related to the integration of the nomadic Tuareg, which triggered a series of rebellions in the last 20 years.

Economy
The country is rich in raw materials: uranium (Niger is home to 7.5% of global uranium production), iron, silver, platinum, and titanium. Niger, however, ranks 174 (out of 179) on the Human Development Index of the United Nations. 90% of the population is illiterate and lives on subsistence farming and pastoralism.

Religion
90% of Niger's population is Muslim. Approximately 250,000 people belong to traditional religion. Catholics are about 20,000 (0.20% of the population).

The Catholic Church
The work of evangelization was begun by the Fathers of the Society of African Missions (SMA) who founded the first mission in Niamey in 1931. The mission was established as a Prefecture Apostolic on April 28, 1942 and elevated to a diocese on March 21, 1961. Working there are the Redemptorist Fathers, missionaries of SMA, the Missionaries of Africa (White Fathers), the Little Brothers of Jesus (of Blessed Charles de Foucauld), the Brothers of Christian Schools, and 7 female religious congregations.

On June 25, 2007, Pope Benedict XVI created the new Ecclesiastical Province of Niamey, which has as its suffragan the Diocese of Maradi.

Some data on the Catholic Church in the country: there are 2 dioceses with 19 parishes. There are 3 bishops, 22 diocesan priests, 24 religious priests, 4 professed brothers, 91 religious sisters, and 255 catechists. The Catholic Church runs 7 kindergartens with 1,482 students, 14 elementary schools with 6,161 pupils, 2 junior high and high schools with 2,550 students. The Catholic Church also operates 2 hospitals, 6 clinics, a leper colony, and an orphanage. (from the most recent Church Yearbook). (L.M.) (Agenzia Fides 20/3/2010)