Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 15 au 28 Mai 2010
n°146


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 


Samedi 15 mai.

Mbuji-Mayi: le centre de capture des passeports est mis en location. Le centre de capture des passeports de Mbuji-Mayi, au Kasaï Oriental, est fermé pour cause d'insolvabilité depuis deux semaines. Le bailleur qui réclame ses arriérés de loyer aurait interrompu la fourniture électrique pour empêcher toute activité dans ce centre.

Kambove: Boss Mining sommé d'élever davantage les cheminées de son usine. Le ministre provincial de l'Environnement du Katanga, en mission dans le territoire de Kambove, a donné cette injonction aux responsables de l'entreprise minière Boss Mining le mercredi 12 mai. Le but: prévenir les maladies respiratoires qu'occasionnent les fumées dégagées par les cheminées de Boss Mining dans la cité de Kambove.

Shabunda: libération des 45 otages après de violents affrontements. Les éléments de la 511e brigade des FARDC Amani Leo ont libéré le jeudi 13 mai les 45 personnes enlevées le lundi dernier par les FDLR sur le pont Nyakakubwamià Shabunda, après de violents affrontements, indique le capitaine Olivier Hamuli, porte-parole des opérations Amani Leo. L'administrateur du territoire de Shabunda et d'autres sources indépendantes confirment cette information.

Le gouvernement réaffirme son engagement pour la décentralisation. A l'issue du conseil des ministres de vendredi à Kinshasa, le gouvernement congolais a confirmé l'irréversibilité du processus de décentralisation. Son porte-parole, Lambert Mende, a déclaré sur la télévision officielle (RTNC) : "Le gouvernement s'engage à exécuter le chronogramme d'installation de nouvelles provinces tel qu'il sera coulé en forme légale par la Parlement." Lambert Mende lie le retard enregistré dans la mise en œuvre de ce processus aux exigences du nouveau programme que Kinshasa a conclu avec les institutions de Bretton Woods pour atteindre en 2010 l'initiative Pays pauvre très endettés (PTTE).

Le gouvernement appelé à adopter une gestion rationnelle des terres. La conférence nationale sur la problématique foncière s'est clôturée vendredi 14 mai à Kinshasa. A l'issu de trois jours des travaux, plusieurs résolutions ont été formulées à l'endroit du gouvernement pour une gestion rationnelle du patrimoine de l'Etat. Les conférenciers ont proposés, dans le cadre de la réforme de la loi foncière, qu'on tienne compte de nouveaux intervenants dans la distribution des terres, source des conflits. L'un d'eux, Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu, explique : "Au-delà de la loi foncière, qui reconnaît à certaines autorités le droit de partager les terres, on n'a pas précisé exactement ce que les chefs coutumiers doivent faire. " Pour lui, cette conférence a jeté les bases pour que la politique foncière de la RDC soit claire et que ce secteur cesse désormais d'être la base de beaucoup de conflits, surtout à l'intérieur du pays. Mais, pour d'autres participants, cette conférence a plutôt laissé un goût d'inachevé. (Radio Okapi)

Kisangani: 25 députés provinciaux annoncent le démembrement de la Province Orientale. Vingt cinq députés provinciaux sur les 96 que compte l'assemblée provinciale disent prendre acte, samedi 15 mai, du démarrage effectif de leurs provinces issues du découpage territorial. Ces députés, élus de quatre districts de cette province, ont rendue publique leur déclaration, samedi en début d'après midi à l'assemblée provinciale à Kisangani. Paulin Odiane, député élu du Bas-Uélé et porte parole du groupe, a précisé : "Depuis l'installation de la dernière institution de la République en date, qui est le Sénat, jusqu'à ce jour, aucune disposition ou acte juridique contraire n'a été pris. De ce fait, prenons acte du démarrage effectif des provinces du Bas Uele, Haut-Uélé, Ituri et de la Tshopo, issues du démembrement de la Province Orientale à dater de ce 15 mai 2010. Ainsi, la Province Orientale, dans sa configuration actuelle y compris ses institutions, cesse d'exister." Ensuite, ces députés disent attendre du gouvernement central les mesures d'accompagnement de ces dispositions constitutionnelles. Ce groupe de députés provinciaux vogue à contre courant du gouvernement central. (Radio Okapi)

Kisangani: le PAIDECO offre 295 vélos au ministère provincial de l'Agriculture. Le projet d'appui aux initiatives de développement communautaire, PAIDECO/Tshopo, a remis, vendredi 14 mai à Kisangani, 295 vélos au ministère provincial de l'Agriculture et Développement rural. Ces bicyclettes, d'une valeur de plus de 60 000 dollars américains, sont destinées aux moniteurs agricoles des différents territoires du district de la Tshopo. Le don vise à faciliter leur mobilité dans l'encadrement des paysans et agriculteurs.

Mbandaka: les communautés locales exigent leur implication dans la gestion des forêts. Les rideaux sont tombés, vendredi 14 mai à Mbandaka, sur le 2ème forum provincial relatif à la gestion des forêts communautaires. Les participants ont notamment examiné le mode de gestion des forêts des communautés locales de nature à contribuer à la lutte contre la pauvreté en RDC. Cette session fait suite au premier forum. Le président de commission diocésaine pour les ressources naturelles (CDRN) de Basankusu, l'Abbé Dieudonné Eluo, explique : "Nous continuons de récolter des données, auprès de nos communautés de base. Ces dernières expriment leurs desiderata par rapport à la foresterie afin que cela puisse constituer des matières de réflexion enrichies pour que le législateur et le gouvernement congolais puissent trouver des mesures d'application dans ce secteur." Cinquante participants, dont des députés provinciaux, des membres du gouvernement provincial et d'autres ONG environnementales, ont pris part à ces travaux de 2 jours. Cette rencontre de Mbandaka a été organisée par la commission diocésaine pour les ressources naturelles (CDRN) de Basankusu, avec l'appui de l'ONG britannique Forest Monitor. (Radio Okapi)

Dimanche 16 mai.

Le Conseil de sécurité et la RDC d'accord pour la reconfiguration du mandat de la Monuc. La visite de deux jours de la délégation du Conseil de sécurité des Nations unies en RDC s'est clôturée samedi. Selon l'ambassadeur français Gérard Araud qui a conduit cette mission, le gouvernement congolais n'a pas demandé le retrait de la Monuc, mais la reconfiguration de son mandant. Des précisions données au cours d'une conférence de presse après la rencontre, le même samedi, à Inga, dans le Bas-Congo, avec le président Joseph Kabila. "La situation a changé sur le terrain. Il faut, donc, que les missions de la Monuc, la configuration de la Monuc, correspondent à cette nouvelle situation sur le terrain", a expliqué le diplomate onusien samedi au cours d'une conférence de presse à Kinshasa. La situation dans le domaine de la sécurité s'est améliorée, a dit l'ambassadeur Araud tout en indiquant que celle-ci demeure fragile et les groupes armés subsistent. Gérard Arnaud a explicité cette position :"Je pense, il y a un accord profond entre les autorités congolaises et le Conseil de sécurité pour dire que lorsqu'il y aura départ de la Monuc, il faut que ce départ se fasse dans les meilleures conditions. C'est cet objectif que nous poursuivons ensemble. Pour que ça se fasse dans les meilleures conditions, nous devons avoir un dialogue constant sur la base de la situation sur le terrain. Et cela, les autorités congolaises en sont d'accord. Il ne s'agit pas d'être dirigé par un calendrier artificiel ou par des chiffres artificiels. Il s'agit se savoir, si dans tel endroit, la Monuc peut se retirer, parce que, derrière, les autorités congolaises vont assurer la sécurité de la population." (Radio Okapi)

Découpage: application immédiate, selon les sénateurs de l'Equateur. L'ancienne province de l'Equateur doit immédiatement donner naissance à cinq nouvelles juridictions provinciales et ce, conformément aux dispositions constitutionnelles. Telle est la position exprimée samedi par la majorité des sénateurs de cette province qui demandent aux populations de ces nouvelles provinces respectives de s'assumer pleinement pour l'accomplissement de ce découpage.

La RDC et l'organisation de la CAN : atouts et handicaps. Le ministre congolais de la Jeunesse et des Sports a annoncé, le 28 avril dernier, l'intention de la RDC d'accueillir la phase finale de la 30e coupe d'Afrique des Nations de football (CAN) prévue en 2016. La commission chargée de la préparation de la candidature de la RDC pour l'organisation de l'événement s'est réunit (en principe) le vendredi 14 mai.

Nyiragongo: des morts et des disparus dans une inondation à Kibumba. Une forte pluie s'est abattue dans la nuit de samedi à dimanche dans la région du groupement de Kibumba, en territoire de Nyiragongo, à une vingtaine de kilomètres de Goma, au Nord-Kivu. Le constat dimanche matin fait état de cinq morts, une cinquantaine de disparus et plusieurs maisons emportées dans le village de Gafizi.

Echec de la décentralisation: Valentin Mubake accuse la majorité au pouvoir. Lors d'une conférence de presse, samedi 15 mai à Goma, le président du comité national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Valentin Mubake, a responsabilisé le gouvernement dans l'échec de la mise en place de nouvelles provinces issues du découpage territorial défini par la constitution.

Tchomia: inondation, 800 maisons emportées et 15 disparus. Plus de 800 cases et tous les biens ont été emportés, samedi 15 mai, par l'inondation aux villages lacustres de Gbi et de Joo, près de Tchomia à 60 km au sud de Bunia. Selon l'autorité locale, il y a aurait une dizaine de disparus et plus de 1000 personnes sans abris qui passent la nuit a la belle étoile. Les bâtiments scolaires et sanitaires ainsi que et les médicaments ont été également balayés par les eaux de pluie. Certains habitants affirment avoir été surpris par un flot d'eaux venant de montagne, qui a envahi tous ces villages, situés au pied du mont bleu et à 200 mètres du bord du lac Albert.

TFM accusé de fournir à ses agents des aliments périmés. L'entreprise minière Tenke Fungurume Mining (TFM) offre à son personnel des produits alimentaires périmés. Une accusation de l'ONG Action des chrétiens pour l'abolition de la torture, ACAT, section de Fungurume, que TFM rejette.

Le commerce des minerais du sang préoccupe Washington. L'administration américaine fait pression sur les industries américaines utilisatrices du tunsgtène, le tentale et l'or en provenance de l'est de la RDC. Cette pression vise à mettre un terme à ce commerce des minerais du sang, selon Assicaited Press. Le département d'état américain et les représentants de ces entreprises se sont réunis à ce sujet, vendredi 14 mai à Washington. Selon le sous-secrétaire d'état américain, Robert Hormats, cité par l'agence de presse américaine, les deux parties travaillent dans le but de mettre fin à l'utilisation des minerais des conflits de la RDC.

Braquage des camions à Beni Mbau. Quatre véhicules et plusieurs motos ont été victimes d'un braquage de la part des hommes armés, vendredi 14 mai soir sur l'axe Mbau - Mandumbi, secteur Beni Mabu, à 30 km de Beni au Nord-Kivu. L'opération a duré près de deux heures. Ces hommes en armes ont réussi à dépouiller tous les biens des passagers, notamment: argent, téléphones et marchandises avant de s'en fuir dans la brousse.

Retard dans les procédures de création des nouvelles provinces. L'instauration de 26 provinces à la place des 10 existantes ne c'est pas effectuée le 15 mai, indiquent des sources de la Misna proches du gouvernement, précisant que l'assemblée nationale s'apprête à amender le texte de la Constitution pour pouvoir proroger le délai des procédures. Dans certaines régions du pays, et plus particulièrement dans l'Est, théâtre d'une instabilité chronique et de luttes de pouvoir pour le contrôle des ressources naturelles, ce retard suscite le mécontentement général et alimente le risque de heurts. La transformation de certains districts en provinces aspire à conférer de plus grands pouvoirs aux collectivités locales. Le Premier ministre Adolphe Muzito est engagé dans des négociations avec les dirigeants locaux pour parvenir à un accord et atténuer le mécontentement. Les retards, expliquent les sources de la Misna, sont dus aux règlementations administratives des nouvelles provinces, qui ne seraient que partiellement achevées, et à des résistances au niveau local. La nouvelle division administrative du pays avait été validée en 2005 avec l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution et aurait dû être définitivement mise en place le 15 mai 2010. (Misna)

Lundi 17 mai.

Lubumbashi: l'église catholique s'implique dans la transparence de l'exploitation des ressources minières.
" L'église catholique veut s'impliquer pour la transparence de la gestion des ressources naturelles congolaises ", a déclaré l'évêque de Kilwa Kasenga, Monseigneur Fulgence Muteba, le samedi 15 mai à Lubumbashi lors de l'ouverture du séminaire de formation des membres de l'observatoire des ressources naturelles. L'église préconise une éthique de l'exploitation de ressources minières congolaise" En clair, l'Eglise doit préconiser l'éthique de l'exploitation de ces ressources, a expliqué l'évêque de Kilwa Kasenga. Monseigneur Fulgence Muteba a déclaré : "Il est important que l'église puisse comprendre si l'exploitation de ces ressources contribue au développement du pays. Il est important également que l'église sache dans quelles conditions des droits humains se fait l'exploitation des ressources naturelles." Selon lui, il est un devoir pour l'église catholique de chercher à savoir si les droits des travailleurs des sociétés minières sont garantis et les normes environnementales respectées. L'Eglise désire que l'exploitation de ressources naturelles contribue réellement au développement de la RDC et profite aux populations autochtones de notre pays. Les assises de Lubumbashi sont organisées par la commission épiscopale pour les ressources naturelles (CERN), en collaboration avec la Conférence épiscopale nationale du Congo. (Radio okapi)

Le 17 mai 1997, l'Alliance des Forces démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL) entrait triomphalement dans la capitale congolaise désertée la veille par le maréchal Mobutu. Le pouvoir venait de changer de mains après près de 32 ans d'un régime dictatorial.

Goma: 36 disparus après les éboulements de Kibumba. Les autorités du Nord Kivu ont décrété l'état de catastrophe à Nyiragongo, Masisi et Rutshuru. Les autorités territoriales ont fait état lundi 17 mai de deux rescapés, 36 disparus et 200 maisons emportées par les eaux. Ce bilan s'ajoute à la dizaine de corps sans vie déjà découverts. Les recherches se poursuivent pour retrouver les disparus.

Les tracasseries aux barrières se multiplient à Kananga, selon la société civile. Le président de la société civile du Congo (Socico/Kasaï Occidental) demande au gouvernement provincial de revoir la situation des barrières installées sur les tronçons routiers qui partent de Kananga vers les localités du Kasaï Occidental. Edel-Martin Kabutakapua déplore le fait que les agents de l'Etat commis à ces postes de contrôle se détournent de leur mission et rançonnent les passants.

Minerais de guerre: Global Witness demande l'intervention de l'Onu. Global Witness s'insurge contre le commerce des minerais de guerre en RDC. Dans une publication parue le 14 mai à l'intention du Conseil de Sécurité des Nations unies, l'ONG britannique recommande d'agir pour que ce commerce cesse d'alimenter la guerre au Congo. Elle exige que le retrait de la Monuc de la RDC soit subordonné à la délimitation des mines. L'ONG affirme qu'il existe encore des groupes, dont l'armée nationale, qui se disputent le contrôle du commerce de minerais tels que le coltan et l'étain. Selon le groupe de campagne Global Witness, cela fait plus de douze ans que des richesses minérales considérables de l'est du pays alimentent une guerre brutale et sanglante. Celle-ci a coûté la vie à des millions de civils. Global Witness invite le Conseil de Sécurité à renforcer le mandat de la Monuc afin d'agir efficacement dans la lutte contre ce genre de commerce et à élaborer des normes de diligence raisonnable à l'intention des entreprises actives dans ce secteur. La publication de ce document a coïncidé avec la visite en RDC d'une délégation du Conseil de Sécurité, venue discuter avec les autorités congolaise de l'avenir de la Monuc. (Radio Okapi)

Tracasseries fiscales: les opérateurs économiques menacent de quitter le Kasaï oriental. Les entrepreneurs dénoncent ce qu'ils qualifient de tracasseries de la part des services de l'Etat au Kasaï oriental. Ceux qui n'ont pas encore quitté la province menacent de délocaliser leurs affaires.

Goma: démobilisation de 61 ex-combattants congolais. La section DDRRR de la Monuc, en charge de la démobilisation et du rapatriement des ex-combattants étrangers se trouvant sur le sol congolais, a facilité du 1er au 14 mai dernier, la démobilisation de 61 ex-combattants congolais, dont 51 enfants. Selon le rapport de la Monuc, ces ex-combattants proviennent de multiples groupes armés se trouvant dans le Nord-Kivu. Depuis janvier 2010, les Nations unies ont déjà facilité la démobilisation de 484 ex-combattants congolais et de leurs dépendants, dont 310 enfants.

Nord-Kivu: du 1er au 14 mai, 98 ressortissants rwandais rapatriés. Au total, 98 ressortissants rwandais, parmi lesquels 38 ex-combattants, 3 enfants associés aux forces et groupes armés et 57 dépendants ont été rapatriés, dans leur pays, du 1er au 14 mai par la Monuc. Ce chiffre porte à 1032, le nombre des ex-combattants et leurs dépendants rapatriés par la section Démobilisation, désarmement, rapatriement, réinsertion et réinstallation de la Monuc depuis le début de l'année. Ils ont été rapatriés au Rwanda, au Burundi et en Ouganda.

Mardi 18 mai.

La fête du 17 mai doit se pérenniser, selon le professeur Ndaywel. "La date du 17 mai doit être fêtée sous le signe du renouveau, du changement et cette fête doit se pérenniser", a déclaré le professeur Isidore Ndaywel. Ce dernier assistait au culte d'actions de grâce organisé lundi 17 mai dans la cathédrale du centenaire à Kinshasa. Les Congolais se souviennent de cette date qui a connu la chute du président Mobutu et l'avènement de Laurent-Désiré Kabila. Le professeur Ndaywel explique : "Pour moi, la journée du 17 mai est celle de la renaissance du Congo. La journée où nous redécouvrons les intuitions fondamentales des années 60 qui ont été des intuitions de libération, d'accès à la démocratie, de développement." Pour lui, le changement du 17 mai a été symbolisé par la reprise en main du nom du pays " République démocratique du Congo ". L'historien Ndaywel pense qu'on doit fêter tous ces signes du renouveau et du changement. Hommages à Mzee à travers le pays. Après le culte d'action de grâces, les compagnons de Laurent Désiré Kabila ont déposé des gerbes de fleur au mausolée du défunt. A Kindu, Justin Omolela, ancien compagnon de Laurent-Desiré Kabila et Pierre Lokombe, premier gouverneur du Maniema sous l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo, AFDL, ont animé un point de presse. A Bukavu, les autorités provinciales du Sud-Kivu et leurs invités ont participé ce lundi à la mi journée à une messe à la cathédrale Notre Dame de la paix. Au cours de ce culte, le porte-parole du gouvernement provincial a brossé la vie de Mzee Laurent-Désiré Kabila. Enfin, une grande marche a été organisée à Lubumbashi à l'occasion de ce 13e anniversaire. (Radio Okapi)

Les NTIC et le foisonnement des cybercafés à Kinshasa. Ce 17 mai, la communauté internationale célèbre la journée mondiale des télécommunications, sous le thème : " Vivre mieux dans la ville grâce aux nouvelles technologies ". A l'occasion de cette journée, radiookapi.net a fait la ronde de Kinshasa. Constat : les cybercafés connaissent un essor considérable dans la capitale congolaise ces dernières années. Bien que les cybercafés soient en expansion à Kinshasa, leur répartition n'est pas équitable dans tous les quartiers. Selon les statistiques d'un tenancier d'un cybercafé à Limete, on compte un ou deux cybercafés dans un rayon de 2 km2. Par ailleurs, des jeunes de moins de 30 ans sont les plus intéressés à Internet. Ils sont souvent dans facebook ou hi5, toujours selon ce tenancier. Les adultes s'y rendent soit pour rechercher les informations, soit pour communiquer avec leurs proches en dehors ou à l'intérieur du pays. La plupart des intellectuels kinois utilisent Internet pour les recherches scientifiques, les informations et les messages. Ce moyen moderne ramène le monde à l'échelle d'un village et augmente l'interactivité entre les peuples. (Radio Okapi)

Les opérations de "bec de lièvre" débutent jeudi à Kinshasa. Des médecins sud-africains et congolais vont procéder aux opérations chirurgicales gratuites de fentes palatines et labiales à la clinique Ngaliema. Ces malformations buccales sont communément appelées "bec de lièvre".

Le Japon promet 94 millions de dollars au titre de la coopération. Les gouvernements congolais et japonais ont signé mardi 18 mai 2010 un accord d'entraide s'élevant à 94 millions de dollars.

Kasongo Lunda: la population exige le départ du président du tribunal de paix. Des milliers de personnes, majoritairement des jeunes, sont descendus dans les rues du chef lieu du territoire de Kasongo-Lunda, le lundi 17 mai. Ils réclamaient le départ inconditionnel du président du tribunal de paix. Ce dernier est accusé notamment de procéder à des arrestations arbitraires sans convocation ni mandat, d'exiger des amandes allant parfois au delà de 1000 dollars américains, selon les manifestants.

Les assureurs africains du commerce en Assemblée générale à Kinshasa. Les travaux de la 10ème Assemblée générale annuelle des Agences d'assurance du commerce en Afrique (ACA) ont débuté ce mardi 18 mai à Kinshasa. Les assises sont axées sur l'impact du risque dans les échanges commerciaux et les investissements en Afrique.

Goma: arrivée de la Cellule nationale de Renseignement financier. Le Nord-Kivu dispose depuis lundi 17 mai d'une antenne provinciale de la Cellule nationale de Renseignement financier (Cenaref). Cet organisme vise à éradiquer le terrorisme et la criminalité en identifiant et en démantelant les réseaux financiers mafieux. Au Nord-Kivu, ses agents se confronteront aux nombreux groupes armés qui tentent de déstabiliser la région. Pour John-Israël Malubunyi, ces différents mouvements armés se sont enrichis en négligeant la population. " Il est temps de redynamiser les choses au niveau du secteur public et du secteur privé, " conclut-il.

Electricité prépayée: le délestage persiste. La Société nationale d'Électricité (Snel) a déjà implanté 1200 compteurs chez certains de ses abonnés pour la facturation prépayée de la consommation électrique. Le système en est encore en phase d'expérimentation. Mais en deux mois, il semble ne pas avoir résolu les problèmes récurrents de distribution du courant à Kinshasa, notamment celui du délestage.

Baisse des activités douanières aux ports de Matadi et Boma. La multiplicité des services et la hausse des taxes de dédouanement sont à l'origine de cette situation, d'après certains opérateurs économiques. Conséquence: les opérateurs économiques affichent un manquent d'intérêt pour ces ports. Pour le directeur chef de Département du port maritime de Matadi, Tito Umba Di Malanda : "La compétition en matière portuaire est liée à la logistique. Les infrastructures du port de Matadi doivent être aménagées. Ce port doit être doté des équipements adéquats. En dehors de cela, il faut avoir la passe divagante. Quand nous n'avons pas une bonne profondeur au niveau de la passe divagante, les bateaux auront de la difficulté pour arriver jusqu'à Matadi. Le port de Matadi peut être compétitif si ces conditions sont réunies", a-t-il précisé. Le député national Fabrice Puela, élu de Matadi, estime que le secours doit venir du gouvernement. Le député Puela explique : " Premièrement, il faut que le gouvernement dote la RVM (Régie des voies maritimes) des moyens nécessaires pour assurer la navigabilité de notre bief maritime. Deuxièmement, il est important d'appliquer le décret 036 du 28 avril délimitant à 4 le nombre des services habilités à prester aux frontières, c'est-à-dire la douane, la quarantaine végétale et animale, la DGM (Direction générale des migrations) et les concessions de l'Onatra au lieu d'une vingtaine de services observées actuellement dans ces ports." Le député Puela propose également l'abrogation de la double taxation, la construction d'un port en eau profonde ainsi que la réduction du taux de douane. (Radio Okapi)

Assainissement de Kinshasa: bilan après sept jours. Kinshasa, ville propre le 30 juin 2010. C'est l'objectif que s'est assigné le gouverneur André Kimbuta en lançant une campagne d'assainissement sur l'ensemble de la capitale. Où en est-on une semaine après. Dégagement des artères publiques, évacuation des immondices et des épaves qui encombrent les rues, démantèlement des marchés pirates, désherbage et "Kin la belle" Pourtant, les hautes herbes qui ont envahi des sites importants comme l'Echangeur de Limete et le stade Tata Raphaël ne sont pas encore dégagées. De même, le long de plusieurs avenues de la capitale, les garages de fortune existent encore. Les observateurs se demandent si l'autorité urbaine, qui a exprimé sa volonté de rendre à la capitale son surnom de "Kin la belle", ira jusqu'au bout de son objectif. Beaucoup se rappellent que certains des prédécesseurs de Kimbuta s'étaient également donné le même ambitieux programme sans le réaliser. (Radio Okapi)

Mercredi 19 mai.

Kinshasa: des délégués de 11 pays africains réfléchissent sur la politique nationale de santé. L'Organisation mondiale de la santé, OMS, organise depuis mardi à Kinshasa un atelier sur la formulation d'une politique nationale de santé et d'un plan national de développement sanitaire. Cet atelier vise à renforcer les capacités des Etats africains, de manière à formuler et à mettre en œuvre une politique nationale de santé et un plan national de développement en matière des soins de santé primaires, selon l'OMS. Les délégués de 11 pays d'Afrique centrale et de l'Ouest prennent part à cet atelier de quatre jours.. D'après André Ezanza, administrateur technique en charge des urgences et actions humanitaires de l'OMS en RDC, chaque pays va en profiter pour pouvoir enrichir un plan national de développement sanitaire. Cette rencontre devrait permettre aux pays d'Afrique du centre et de l'Ouest de disposer d'une masse critique de personnes formées pouvant aider d'autres pays, a indiqué M. Ezanza. Selon le secrétaire général à la santé, ce plan va au-delà des urgences. Il va s'étendre à un programme qui assure à toute la population congolaise l'accès aux soins de santé primaire de qualité. C'est ce qu'a recommandé l'OMS aux pays d'Afrique à la conférence internationale de Ouagadougou, tenue du 28 au 30 avril 2008. (Radio Okapi)

Bukavu: comment relancer le tourisme professionnel autour du parc Kahuzi Biega ? La question a été au centre d'un atelier de restitution d'une étude menée par les experts de l'ONG allemande EOS à l'hôtel Horizon de Bukavu. Cette étude a porté sur le processus de relance du tourisme professionnel autour du parc national de Kahuzi Biega, principal attrait touristique de la région. Plusieurs acteurs et opérateurs du secteur touristique de la province ont participé à cette séance de restitution. D'après les experts, le but de cette étude est de faire connaître les attractions et les produits touristiques à mettre en avant, et aussi les préoccupations majeures des touristes potentiels. Pour relancer le tourisme, il faut d'abord transformer les attraits touristiques en produits touristiques, améliorer les infrastructures et les moyens de communication et simplifier le processus d'octroi des visas. Concernant le dernier point, il faut demander aux ministères des Affaires étrangères et aux ambassades étrangères, de faire évoluer leurs conseils à leurs ressortissants voyageurs en leur montrant les progrès réalisés et non pas seulement se borner aux problèmes qui subsistent. (Radio Okapi)

La CEI lance la révision du fichier électoral au Bas-Congo. L'opération consiste à inclure sur la liste électorale les personnes qui atteindront l'âge de 18 ans au 30 juin 2011. Les réfugiés qui sont de retour au pays sont aussi concernés. La révision de la liste électorale au Bas Congo débute en principe ce mercredi 19 mai et durera trois mois avant d'être lancée dans une autre province, indique la Commission électorale indépendante.

Paix et sécurité en Afrique: le Groupe des sages de l'UA fait le point à Kinshasa. Le Groupe des sages de l'Union africaine (UA) tiendra vendredi 21 mai à Kinshasa sa 8e réunion pour faire le point de l'état de la paix et de la sécurité ainsi que des crises et des conflits potentiels sur le continent.

L'opposition retire sa motion de censure contre le gouvernement Muzito. Au cours d'une courte plénière tenue ce mercredi 19 mai à l'Assemblée nationale, le député de l'opposition François Mwamba a retiré la motion de censure contre le gouvernement Muzito indiquant que les conditions ne sont pas réunies pour l'examiner, sans préciser lesquelles.

Katanga: polémique autour de l'enrôlement biométrique des fonctionnaires. Alors que l'opération de recensement biométrique des agents de l'Etat a débuté mardi 18 mai, plusieurs voix s'élèvent pour mettre en doute son utilité. Le président de l'intersyndicale provinciale affirme que le recensement dans la fonction publique au Katanga n'a jamais résolu les problèmes des fonctionnaires. Eric Nonga en veut pour preuve différents rapports envoyés à Kinshasa par le syndicat à l'issue d'opérations antérieures et qui sont restés sans suite. Eric Nonga cite de nombreux cas de détournement des salaires et autres indemnités des fonctionnaires. Il explique : " Certains fonctionnaires totalisent plus de vingt ans dans l'administration publique sans avoir de numéro de matricule. L'État les utilise abusivement sans les rémunérer. Nous avons aussi vu des ordonnances mettant des fonctionnaires à la retraite sans leur verser leurs indemnités. On les mène ainsi à la mort. " Pour Dieudonné Upira Sunguma, le problème actuel tient à des listes de fonctionnaires sans rapport avec l'effectif réel.

Election du gouverneur du Sud-Kivu: conflit entre l'AMP et un ex-allié. La course au poste de gouverneur de la province du Sud-Kivu s'annonce serrée. Dans une correspondance adressée à la Commission électorale indépendante, l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP) demande l'invalidation d'une candidature du regroupement des patriotes congolais (RPCO) au poste du gouverneur. Ce regroupement a rompu récemment le partenariat qui le liait à l'AMP.

Maladies bucco-dentaires: dépistage gratuit à Kinshasa. Une campagne de dépistage gratuit a eu lieu dans les grands centres hospitaliers de la capitale mercredi 19 mai à l'occasion de la journée internationale de la santé bucco-dentaire. L'initiative provient de l'Association des Chirurgiens Dentistes et du programme bucco-dentaire.

Ituri: remise de 19 tonnes de vivres pour la cantine scolaire. La Fédération luthérienne mondiale (LWF) a remis mercredi 19 mai des vivres en faveur des élèves de huit écoles primaires de Gety et ses environs, dans la collectivité de Walendu-Bindi. Il s'agit notamment de farine de maïs, de haricots, d'huile végétale et de sel.

Ituri: dénonciation des fraudes et des tracasseries frontalières. La Commission diocésaine Justice et Paix (CDJP) de Mahagi, dénonce la vente en Ouganda de motos volées et la fraude douanière à destination de ce même pays. La CDJP l'a annoncé lors d'une réunion mercredi 19 mai à Arua en Ouganda avec leurs homologues ougandais. De son coté, la CDJP d'Arua a fustigé les tracasseries administratives et militaires dont sont victimes les opérateurs économiques ougandais à la frontière congolaise. Un comité de suivi a été institué pour échanger les informations et sensibiliser les autorités des deux pays.

Jeudi 20 mai.
Monuc: Alan Doss s'en va.
Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC quitte la Monuc. Dans une lettre adressée au personnel de la Monuc, Alan Doss a fait savoir qu'il a informé au secrétaire général des Nations unies son intention de prendre sa retraite après l'adoption du nouveau mandat de la Monuc.

HRW appelle les Etats membres à un soutien accru de la CPI. Selon l'ONG Human Rights Watch (HRW), ce soutien a pour but de maximiser les chances de traduire en justice les auteurs des crimes les plus graves. Elle lance cet appel en marge des préparatifs de la conférence de Kampala prévue du 31 mai au 11 juin prochain. Ce forum sera axé sur les révisions nécessaires de la CPI pour une meilleure justice internationale. Dans son rapport intitulé "Pour que Kampala compte: faire avancer la lutte mondiale contre l'impunité lors de la conférence de révision ", HRW recommande aux Etats membres de la CPI de mettre en place des mesures pour renforcer la justice internationale. Selon le directeur du programme de justice internationale à HRW, Richard Dicker, " le temps est venu pour les membres de la CPI qui se réuniront à Kampala de faire comprendre aux auteurs de crimes, avérés ou éventuels, qu'ils seront confrontés à la justice." HRW exhorte les gouvernements qui seront représentés à la conférence de Kampala à fournir des efforts conjoints pour rendre plus efficaces les procès nationaux ouverts pour des crimes couverts par le mandat de la CPI. Et Richard Dicker d'ajouter que "les Etats devraient arriver à Kampala avec des engagements précis pour accroître leur soutien pratique et politique envers la CPI." (Radio Okapi)
Moustiquaires imprégnées: début de la 2e phase de distribution à Kinshasa. Cette campagne concerne les communes de Kimbaseke et de Masina, à la partie Est de la capitale non couverte à la première phase. Environ 3500 moustiquaires seront distribuées à quelque 1 800 ménages. Toutefois, chaque ménage devrait se faire enregistrer et obtenir un macaron pour recevoir deux moustiquaires.
Motion de censure contre Muzito: les raisons du retrait. La motion de censure contre le gouvernement Muzito n'a pas été examinée le mercredi 19 mai par la plénière de la chambre basse du parlement. Elle a été retirée par l'opposition. Selon le rapporteur de l'Assemblée nationale, la décision de retrait avait été prise au cours de la conférence des présidents. L'opposition évoque la pression exercée par les militants du parti lumumbiste unifié (Palu), qui ne pouvait pas faciliter les débats. Au Palu, l'on estime que la motion contenait de fausses signatures.

Kasaï Oriental: une maladie inconnue tue trois personnes à Lusambo. Une maladie apparentée à la malaria grave sévit dans le territoire de Lusambo au Kasaï Oriental. Trois décès et environ 250 cas de fièvre accompagnée d'anémie sont déjà signalés. Ces statiques ont été communiquées ce Jeudi 20 mai à Radio Okapi par les autorités sanitaires locales. Ces dernières tâtonnent encore sur la nature de la maladie. Elles préconisent l'envoi des échantillons à l'Institut national des recherches biologiques (INRB) à Kinshasa pour des analyses approfondies.

Examen d'Etat: calculatrice autorisée. Désormais les élèves finalistes de l'école secondaire peuvent utiliser la calculatrice lors des épreuves de l'Examen d'Etat. La décision a été prise par l'Inspection générale de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel.
Volcan Karisimbi : premiers secours après une coulée de boue. La coulée de boue libérée il y a quelques jours par le volcan Karisimbi, dans le district nord-oriental du Nord-Kivu, a détruit un quart du village de Kibiriga, qui enregistre jusque là 19 victimes et 27 disparus, selon un premier bilan du Bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha) de l'Onu. De même, sept victimes seraient recensées au Rwanda, situé à trois km seulement de Kiribiga. "Personne ne s'attendait à cette coulée de boue : ça c'est passé en pleine nuit de samedi à dimanche. La terre a englouti 232 logements et 205 champs cultivés. C'est un phénomène inhabituel dans cette région volcanique, plus encline aux coulées de lave", indique Taylor Toekakala, préposé aux communications de l'organisation Caritas à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. En collaboration avec l'évêque local, Mgr Théophile Kaboy Ruboneka, Caritas a distribué des aides (couvertures, seaux, savon) aux quelque 1200 sinistrés, actuellement réfugiés dans des foyers d'accueil. La Croix Rouge nationale et internationale, la mission locale de l'Onu (Monuc), les organisations humanitaires et les autorités de la province se sont rendues sur place pour porter assistance aux habitants riverains. D'autres coulées de boue en provenance du cratère de Karisimbi (4507 mètres) s'étaient déjà vérifiées en 1917 et en 1952. (Misna)

Province Orientale: les Fardc accusées des tracasseries au port Lobai. Le comité d'exploitation du Beach Lobai (CEBLO) situé à 102 km à l'ouest de Kisangani se plaint des tracasseries qui seraient orchestrées par des militaires Fardc à ce port. "Ces militaires, sous le commandement d'un sous lieutenant ont ravi la gestion du port aux civils et assurent eux-mêmes le contrôle de cinq autres ports dans cette contrée", affirme Dany Ohume, le président du CEBLO.

Un deuxième lot de semoule de maïs japonais disponible à Kinshasa La RDC a réceptionné en début de semaine plus de 10 mille tonnes de semoule de maïs, don du peuple japonais. C'est le deuxième lot après celui de décembre 2009.
Bunia: OCHA distribue une assistance en non vivres à des vieillards. Le service des Affaires sociales a distribué des ustensiles de cuisines et des friperies à 800 vieillards nécessiteux de la cité de Bunia ce jeudi 20 mai. Il s'agit notamment de casseroles, gobelets, bidons, pantalons et tricots. Selon le chef du Service des Affaires sociales, l'objectif est d'assurer des conditions de vie acceptables à ces personnes vulnérables. Notez que ces kits ont été donnés par le bureau des Nations unies pour la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA) à Bunia.

Mbandaka: Ouverture d'un atelier sur la médecine naturelle. Le but de l'atelier: valoriser les savoirs et les ressources locales pour la santé de la population. Cette initiative est de l'Action Nature et Médecine (ANAMED) et la Fondation Développement et Paix. Environ trente personnes participent à cet atelier.

Vendredi 21 mai.

Kinshasa : Le Bâtiment Assanef récupéré par les Frères des Ecoles Chrétiennes. Le 16 mai, les Frères des Ecoles Chrétiennes ont récupéré la propriété, après plusieurs années d'occupation par les services de l'Etat, du grand bâtiment Assanef, situé au croissement des avenues Kalembelembe et Libération, dans la commune kinoise de Lingwala. Le bâtiment Assanef n'est pas l'unique bien de l'Eglise Catholique confisqué par l'Etat congolais. (Ademis)

Plus que la moitié des politiciens de la RDC sont catholiques. L'abbé Ambroise Mutshembe, secrétaire général de la Commission Episcopale pour l'Apostolat des Laïcs a affirmé, au cours d'un entretien à une chaîne privée de la capitale, que le 55% des politiciens actifs au Congo sont catholiques. Pour l'abbé Mutshembe les politiciens catholiques devraient se demander quel est leur apport dans la marche et le développement de la nation. Un appel leur a été lancé à participer de manière régulière à la vie de l'Eglise et à montrer la foi dans l'exercice de la politique. (Ademis)

Des soldats des Fardc pillent la carrière de Mwame à Kasese. Des militaires des Fardc venus de Kibeleketa, poste situé à 27 km de Kasese dans le territoire de Punia au Maniema, ont pillé plus de 400 kilos de cassitérite et environ une tonne de marchandises des boutiques, dans la nuit du 17 au 18 mai dans la carrière Mwame Mokota à Kasese. Tout cela sans qu'un coup de feu ne soit tiré.
Incidents du Palais du peuple: l'Asadho et la VSV exigent une enquête judiciaire. L'Association africaine de défense des droits de l'homme (Asadho) a exprimé sa préoccupation face "à la violence et les voies de fait utilisées par les militants du Parti lumumbiste unifié (Palu) pour empêcher les députés nationaux d'exercer leurs droits constitutionnels ", dans un communiqué de presse publié le jeudi 20 mai à Kinshasa. La VSV a déploré les mêmes incidents. Les deux ONG appellent à l'ouverture d'une enquête judiciaire. L'Asadho déplore le climat de tension observé au Palais du peuple, le mercredi 19 mai, où la motion de censure contre le Premier ministre Adolphe Musito (Palu) devrait être examinée à l'Assemblé nationale. Le président national de l'Asadho, Me Jean-Claude Katende, explique :"Il y a eu quelques irrégularités dans la motion de censure contre le gouvernement Muzito par certains députés nationaux. Mais, nous pensons qu'il y a des lois et règlements qui permettent aux députés de régler tous les problèmes qui se posent au sein de l'Assemblée nationale, sans qu'il y ait besoin de recourir aux militants qui mettent la sécurité de tous les députés en danger." Selon lui, même la police commise à la garde du Palais du peuple, siège du Parlement, n'a pas pu intervenir. Cet activiste des droits humains crie à la discrimination : "Si cette situation était causée par des militants d'un autre parti qui n'est pas membre de l'alliance [au pouvoir], la police se serait déployée pour les empêcher de le faire." Même son de cloche du coté de la Voix des sans voix pour les Droits de l'homme (VSV). Dans un communiqué publié le même jeudi, la VSV exprime " sa vive désapprobation consécutivement à la terreur orchestrée à l'Assemblée nationale par le Gouvernement en instrumentalisant les partisans du Palu ". Selon cette ONG, il est plus que temps de mettre fin à l'intolérance politique, au non respect de la liberté d'opinion et à tout comportement susceptible de mettre en péril la démocratie en RDC. Par ailleurs, la Voix des sans voix invite l'opposition congolaise à mettre dorénavant du sérieux dans son travail et d'éviter les coups de théâtre lors des plénières de l'Assemblée nationale. Allusion faite au retrait de la motion de censure contre le gouvernement Muzito. La VSV va plus loin. Elle demande à l'Assemblée parlementaire de la Francophonie de diligenter une enquête sur les incidents survenus le 19 mai au Palais du peuple en vue de sanctionner les coupables. (Radio Okapi)

Mbandaka: Cojeski réclame la libération des filles mineures associées au MLIA. Le Collectif des associations des jeunes solidaires du Congo-Kinshasa (Cojeski) dénonce la détention prolongée des filles mineures associées aux insurgés du Mouvement de libération indépendante des Alliés (MLIA). En effet, selon ce Collectif, ces filles ont été arrêtées à la 3e région militaire à Mbandaka, consécutivement aux à l'attaque de la ville de Mbandaka survenue le 4 avril dernier. Cojeski qualifie cette détention d'illégale et accuse l'armée d'avoir violé la constitution et les autres instruments juridiques en matière de protection de l'enfant. Par conséquent, le Collectif exige le transfèrement rapide de ces enfants devant leur juge naturel. Selon Me Iwolo, l'accès dans des cachots militaires n'est pas facile. Ce ne sont pas de lieux indiqués pour garder les enfants. De son côté, le commandant de la 3e région militaire estime que ceux qui veulent plaider pour ces mineures n'ont qu'à se référer à l'auditorat supérieur militaire de l'Equateur. Le général Michel Ekutsu ajoute que ses services ne sont pas habilités à traiter le dossier des enfants associés aux groupes armés.

Bas-Uele: les directeurs des écoles primaires et secondaires accusent l'ANR des tracasseries. Certains chefs d'établissements du district du Bas-Uélé accusent des éléments de l'Agence nationale de renseignement (ANR) de leur faire payer des amendes allant de 20 000 à 80 000 Francs congolais. L'ANR reprocherait à ces chefs d'établissement le fait de n'avoir pas distribué gratuitement les fournitures scolaires offertes aux écoles de ce district par Olive Lembe Kabila, l'épouse du président de la RDC. Des accusations rejetées par l'ANR.
Environ 100 000 déplacés installés à Masisi et Rutshuru hésitent de rentrer chez eux. Les territoires de Masisi et Rutshuru hébergent plus de 35000 ménages des déplacés repartis dans 45 camps. Ces déplacés sont concentrés dans deux zones de santé situées à cheval entre les deux territoires, à plus ou moins 100 km de Goma. La cellule provinciale chargée de la gestion des camps des déplacés estime que la situation sécuritaire encore précaire dans plusieurs zones retarde le retour des déplacés.

HRW exhorte Obama à appliquer la nouvelle législation américaine contre la LRA. Le phénomène LRA étant régional, Anneke Van Woudenberg, chercheuse senior pour la division Afrique de Human Rights Watch (HRW) pense qu'une solution durable ne peut être trouvée que par la collaboration des pays concernés, avec l'appui d'autres Etats, notamment des Etats-Unis. HRW demande justement à l'administration américaine de mettre en œuvre, dans de brefs délais, la nouvelle législation adoptée la semaine dernière par le Congrès américain. Dans un communiqué publié vendredi, cette ONG internationale précise que cette nouvelle loi préconise l'élaboration d'une stratégie exhaustive de protection des civils de la région d'Afrique centrale contre les attaques de la LRA. La loi met également en exergue le respect d'un Etat de droit et la mise en commun des mesures conjointes pour mettre un terme aux violences cette rébellion. Mme Anneke Van Woudenberg explique la quintessence du communiqué : "En fait, cette législation n'est pas un pont pour les troupes américaines d'arriver au Congo ou dans d'autres parties de la région. C'est en fait une loi qui demande au président Barack Obama de travailler ensemble avec les pays de l'Afrique centrale pour chercher des solutions de la LRA. Ce n'est pas une question de souveraineté, cette loi demande au président Barack Obama de trouver des solutions dans les six prochains mois ensemble avec les pays de la région." Mme Van Woudenberg espère que le gouvernement américain va parler avec le président Kabila et les autres gouvernements de la région pour trouver des solutions. Elle insiste sur le fait que cette loi enjoint le président américain et les gouvernements de la région à chercher une solution pour appréhender les dirigeants de la LRA. La chercheuse conclut : "Je pense que c'est ce qui est nécessaire, les trois dirigeants de la LRA sont déjà recherchés par la Cour pénale internationale." Le commandant de la 9e région militaire ne trouve pas d'inconvénient qu'une telle disposition soit prise au niveau du gouvernement américain. Le général Jean-Claude Kifwa explique : " Nous vivons à l'heure de la mondialisation, et s'il y a une volonté manifeste de mettre fin au phénomène LRA, les USA peuvent contribuer efficacement à ce projet." (Radio Okapi)

Bunia: 600 familles sont sans abris à Joo et à Gbi. Les populations Joo et Gbi, deux localités situées au bord du lac Albert à une centaine des kilomètres au nord de Bunia, manquent d'eau potable et des latrines à la suite des inondations. Il y a eu plus de dégâts matériels. C'est ce qu'a indiqué, vendredi 21 mai à Bunia, le médecin chef de la zone de santé de Tchomia, le docteur Louis Tshulu, de retour d'une mission d'évaluation dans cette région.

Samedi 22 mai.
Kinshasa: interdiction de la vente d'eau en sachet
. Le gouverneur de la ville province de Kinshasa, André Kimbuta a interdit la fabrication et la vente d'eau en sachet, communément appelée : " eau pure ". Au cours d'une réunion, jeudi 20 mai, avec les fabricants d'eau pure et de sachets, André Kimbuta leur a demandé d'utiliser des bouteilles en lieu et place de sachets.

UA: défi de la paix en Afrique, une flamme à la RDC. A l'occasion de la 8ème réunion, vendredi 21 mai à Kinshasa, le groupe des sages de l'Union africaine (UA) a décerné la flamme de la paix au gouvernement congolais. Selon Yvette Ngandu, coordinatrice du secrétariat du groupe des sages, la flamme de la paix se situe dans le contexte de l'année de la paix déclarée par les chefs d'Etat pour pouvoir accélérer un certain nombre de décisions politiques qu'ils avaient prises mais qui n'ont jamais été mises en œuvre. Le groupe a, par ailleurs, examiné les conclusions et les recommandations de l'atelier sur la problématique des femmes et des enfants dans les conflits armés qui s'est clôturé jeudi. Parmi les 20 recommandations adoptées, indique Yvette Ngandu, figure l'idée de mettre en place un manuel qui serait disséminé et partagé avec toutes les sociétés civiles et les différentes personnes concernées par cette problématique pour que soient connus les mécanismes mis à leur disposition. En général, ces mécanismes restent connus des experts. Donc, il faut assurer qu'il y ait une certaine vulgarisation, pour que, par exemple, les procédures judiciaires puissent être connues, que les femmes et les enfants qui sont confrontés à ces problèmes puissent connaître leurs droits et les instruments auxquels ils peuvent faire appel pour essayer de réduire leur vulnérabilité. (Radio Okapi)

Afrique centrale: assurer la prise en charge de la drépanocytose. Travailler ensemble pour améliorer la prise en charge de l'anémie SS et sa prévention. Un symposium sur la drépanocytose ou anémie SS en Afrique centrale s'est tenu vendredi à Kinshasa. C'est le premier rendez-vous du genre. Selon le coordonnateur du Centre de formation et d'appui sanitaire de la RDC, il était question d'étudier les moyens et de réduire la mortalité et les complications de cette pathologie, cent ans après sa découverte.

Présidentielle 2011: l'UDPS met la pression. Le parti d'Etienne Tshisekedi promet d'avoir le pouvoir en 2011. Le 6 décembre 2011 la RDC devra commencer un nouveau mandat à la tête du pays. C'est le message de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d'Étienne Tshisekedi que Valentin Mubake, président du Comité national de ce parti, a lancé vendredi à Bunia, en Ituri, au cours d'une conférence de presse. Il faut donc, estime l'UDPS, organiser la prochaine élection présidentielle avant la fin de l'actuel mandat.

Walikale: la 212e brigade Fardc indésirable. La société civile de Walikale, au Nord-Kivu, a adressé au président de la République un mémo dans lequel elle déplore la situation sécuritaire de ce territoire et demande le remplacement de la 212e brigade des Forces armées de la RDC incapable, selon elle, de sécuriser les populations de cette région.

Bunia: sept personnes blessées dans une embuscade à Ariwara. Des hommes armés non autrement identifiés ont braqué deux véhicules le jeudi 20 mai vers le village de Adranga, à une trentaine de km d'Ariwara, en territoire d'Aru. Ils ont blessés sept personnes. Les victimes voyageaient à bord d'un mini-bus qui se rendait à Watsa en district du Haut-Uélé. Selon le chef de centre de négoce d'Ariwara, ces assaillants ont pillé d'importantes sommes d'argent et des marchandises.

Climat des affaires en RDC: les réformes marquent le pas. La mise en œuvre des réformes pour améliorer le climat des affaires en RDC a du plomb dans l'aile. Selon un expert du Comité de pilotage de ces réformes, ces mesures sont ignorées ou non appliquées. Un constat fait après une tournée en provinces, a indiqué vendredi Jean Vikyambo au cours d'un atelier de vulgarisation à Kinshasa.

Dimanche 23 mai.

Kinshasa: relance des travaux de l'avenue "la Libération". Après une année d'interruption, les travaux de réhabilitation de l'avenue la Libération, dans son tronçon UPN-Rond point Molaert, viennent de reprendre. Le ministre des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction, Fridolin Kasweshi a effectué une visite sur le terrain, afin de se rendre compte du niveau d'avancement des travaux exécutés par la société Afritec sur fonds koweitien. Par la même occasion, le ministre a visité le chantier du site érosif Mimokin à Selembao.

Bas-Uele: la justice populaire refait surface. Le Bas Uélé, en Province Orientale, s'enfonce dans un cycle de violences, suite à l'absence d'une justice militaire opérationnelle. Quatre cas de justice populaire ont été enregistrés de janvier à mai sur les hommes en uniforme. Une situation qui risque de durer si l'autorité ne l'arrête pas. Froribert Kateka, président de la société civile locale, s'exprime à ce sujet : "Au niveau de Pitshole, un militaire a tiré à bout portant sur un politique. Pour venger le leur, les politiques ont égorgé le militaire. A Lituka, un policier avait tiré sur u jeune homme. La population s'est vengée en tuant le policier. Au niveau de Boha, un policier avait tué un garçon, et la population s'est vengée aussi en tuant ce policier " Cette situation préoccupe l'auditorat militaire de Buta. Selon l'auditorat, le tribunal militaire ne fonctionne plus depuis 10 ans au Bas Uele. Pour le moment, la loi de la jungle prime et "œil pour œil, dent pour dent ", refait surface, déclare l'auditeur de la garnison. (Radio Okapi)

Cinquantenaire de l'indépendance: le Kasaï-Oriental démarre ses festivités. Une journée scientifique sous le thème "Jubilé d'or de la RDC: bilan provincial " a donné le coup d'envoi samedi à Mbuji Mayi des activités commémoratives de 50 ans de l'indépendance de la RDC. Elle a consisté en une série de conférences-débats animées par des professeurs d'université.

Goma: une assistance du gouvernement provincial aux sinistrés de Kibirigya. Un lot de 70 tonnes des vivres et non vivres, tel est le volume de l'assistance humanitaire du gouvernement provincial du Nord-Kivu aux familles sinistrées de la localité de Kibirigya, en territoire de Nyiragongo, victime, il y a plus d'une semaine, d'un éboulement provoqué par une coulée de la boue venue du sommet du volcan dormant de Karisimbi.

Trafic aérien: ultimatum de l'AAC. L'Autorité de l'aviation civile congolaise (AAC) lance un dernier ultimatum aux opérateurs aériens pour débarrasser le hangar technique de l'aéroport international de N'djili des aéronefs radiés. Le directeur général de l'AAC menace d'instruire la Régie des voies aériennes (RVA) d'envoyer ces épaves à la démolition. Le communiqué de l'AAC donne une liste des opérateurs concernés notamment, Wimbi Dira avec un Boeing 727, Wetrafa avec un DC9 et Bravo Air Congo avec DC3.

Nord-Kivu: un casque bleu de la Monuc tué dans une embuscade. Une patrouille des casques bleus indiens de la Monuc est tombée dans une embuscade d'hommes armés non autrement identifiés près du pont Mabenga. C'est sur la route Mabenga -Maimoto Rwindi, au Nord-Kivu. Un casque bleu grièvement blessé évacué à Goma est mort de suite de ses blessures.

Lundi 24 mai.

RDC: plaidoyer pour l'institution du Tribunal pénal international. Une pétition de la Nouvelle société civile du Congo (NSCC) réclamant à la communauté internationale la création d'un Tribunal pénal international pour la RD Congo a été lancée le week-end dernier à Kinshasa. Le document a recueilli près de 12.000 signatures. La NSCC tient à recueillir d'ici le 24 juin prochain 100.000 signatures. Elle a annoncé ce projet le samedi 22 mai au cours d'une conférence-débat organisée à Kinshasa par le groupe de presse Le Potentiel. Pour le ministre de la Justice, le parlement devra se prononcer. " L'idée est bonne, mais je crois que la démarche est légèrement dépassée, " a déclaré le ministre de la Justice. Le ministre a rappelé que l'idée d'un tel tribunal avait déjà été évoquée lors du dialogue inter-congolais de Sun City en 2002. Cet instance judiciaire devrait statuer sur les crimes de guerre et de génocide commis avant le 1er juillet 2002, date de l'entrée en vigueur du Statut de Rome instituant la Cour pénale internationale (CPI). La CPI ne juge que les crimes commis à partir du 1er juillet 2002. La NSCC fait pression pour que soient poursuivis les auteurs des nombreux crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis au cours des différents conflits qui ont affecté la RDC à partir de 1994. Pour le ministre, cette récolte de signatures peut laisser croire qu'il n'y a pas de volonté du gouvernement d'élucider ces différents crimes. " Il n'en est rien, " soutient-il. (Radio Okapi)

Équateur : l'insécurité diffuse entrave l'intervention humanitaire. L'insécurité empêche les organisations humanitaires d'intervenir sur au moins 70% des territoires de la province nord-occidentale de l'Équateur, indique un rapport du Bureau d'Ocha. Alors que près de deux mois se sont écoulés depuis l'attaque contre Mbandaka par des insurgés Enyele, l'Ocha précise avoir classé dans les zones à risque les routes entre Dongo et Imese et celle entre Buburu et Bomongo, restreignant ainsi les distributions d'aides aux populations riveraines. De même, de nombreux civils ont trouvé refuge chez leurs voisins, au Congo-Brazzaville. Selon le HCR, 31.174 civils ont été dernièrement recensés, portant à 120.000 le nombre de Congolais réfugiés dans la zone de Likouala, dans le Nord-est de la République du Congo. Les retours chez eux des réfugiés restent très peu nombreux malgré le déploiement de soldats (Fardc) soutenus par la mission locale de l'Onu (Monuc) et la récente arrestation du chef des insurgés Enyele, Udjani Mangbama. Pendant ce temps, 36 présumés insurgés ont été dernièrement arrêtés et jugés à Mbandaka pour leur implication dans les violences de début avril, soldées par une vingtaine de victimes. (Misna)

Lubumbashi: les forces de sécurité en alerte. Des éléments des forces de sécurité lourdement armés ont été déployés dimanche soir 23 mai dans les points stratégiques de la capitale du cuivre, sans qu'aucune explication officielle ne soit fournie. Dès 20h locales, des militaires FARDC et des éléments de la police nationale ont investi la chaussée M'Zee Kabila, l'avenue Kamanyola où se trouve la résidence présidentielle, les abords de la RTNC locale, le bureau du gouvernorat de la province et même l'aéroport international de la Luano. Les autorités provinciales ont convoqué en urgence une réunion de sécurité lundi matin. Avant le déploiement des forces de sécurité dimanche soir, entre 16 heures et 17 heures locales, une situation confuse a été observée à l'aéroport de la Luano selon plusieurs témoins, sans en préciser la nature exacte. Certaines sources parlent cependant d'une attaque imminente sans déterminer l'identité des éventuels assaillants ni le motif de leur action. D'autres sources affirment qu'au cours de la même nuit, une vingtaine de personnes ont été arrêtées. Au mois de décembre 2009, des dizaines de personnes soupçonnées de chercher à déstabiliser le pouvoir en place avaient été arrêtées à Lubumbashi. (Radio Okapi)

Embuscade du pont Mabenga: les Fardc et la Monuc à la poursuite des assaillants. Le bilan de l'attaque survenue dimanche soir 23 mai atteint désormais trois morts. Les recherches ont été engagées pour retrouver les auteurs de cette embuscade, selon le commandement militaire congolais de l'axe Nord de la province du Nord-Kivu. Il impute cette action aux Forces démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR). Vers 13 heures, les assaillants ont pris pour cible un camion civil en provenance de Butembo et transportant des passagers, dont un militaire. Parmi les personnes touchées, le militaire et un civil sont morts sur le coup. Quatre autres passagers ont été blessés. Selon des sources militaires, une patrouille Fardc et une patrouille du 4e bataillon de la brigade de la Monuc Nord-Kivu sont arrivées sur le lieu de l'embuscade peu après. Elles ont à leur tour essuyé des tirs venant des collines environnantes. Un casque bleu indien de la Monuc a été blessé. Ce dernier est décédé peu après son transfert à Goma.

Kinshasa: les enjeux du forum économique RDC-Russie. Kinshasa abrite, depuis le lundi 24 mai, un forum de deux jours réunissant la chambre de commerce et d'industrie russe et les hommes d'affaires de la RDC.

Kinshasa. Chaire Cardinal Malula: La corruption, une gangrène pour le pays. "La corruption en RDC, enjeux et défis du cinquantenaire", voilà le thème de la XXXIXe session de la Chaire Cardinal Malula qui s'est tenue du samedi 22 au dimanche 23 mai à l'institut Saint Eugène de Mazenod de Kitambo. Pour l'intervenant principal, le professeur de droit pénal Raphaël Nyabirungu Mwana Songa, la corruption est une gangrène qui hypothèque tout développement en RDC. Avec des phrases lapidaires comme : "La corruption est endémique en RDC" ou "nous sommes tous corrompus", l'orateur a voulu signaler que la corruption ne touche pas seulement le monde de la politique et les agents de l'Etat, mais aussi les services publiques, les agents étrangers et même le peuple simple. Les lois et mesures gouvernementales n'arrivent pas à mettre fin à ce fléau et jusqu'à maintenant aucun jugement n'a été rendu sur la corruption par les tribunaux en RDC, même si déjà le code pénal congolais de 1915, dans ses articles 147-150, la reconnaissait comme une infraction. Pour le professeur Nyabirugu il faut d'abord un changement de mentalité qui passe nécessairement par l'éducation civique. Aussi, il faut un effort de prévention avec des mesures précises qui favorisent la transparence et dans ce sens, la création d'organes paraétatiques avec des agents bien formés et des moyens adéquats : cela pourrait beaucoup aider. (Ademis)

Mardi 25 mai.

Tensions à Watsa: 1 mort et 3 blessés dans un accrochage entre policiers et manifestants. Le bilan des manifestations du lundi 24 mai dans la localité de Burba dans le territoire de Watsa, en Province orientale, fait état d'un mort et de trois personnes blessées par balles. Boutiques et marchés sont restés fermés. Selon plusieurs témoins, cette manifestation a dégénéré lorsque la police est intervenue pour disperser la foule. Celle-ci protestait contre une correspondance des autorités de l'Office des Mines d'Or de Kilomoto (Okimo) adressée la semaine dernière aux exploitants artisanaux. Dans cette lettre, l'Okimo demande à ces creuseurs d'évacuer une vingtaine de carrières au plus tard le 30 juin prochain. L'administrateur du territoire devait rencontrer, lundi matin, les représentants des compagnies minières Okimo, Kibali Gold Mine ainsi que des délégués des orpailleurs. L'objectif de la rencontre consistait à trouver un compromis face à cette expulsion. Selon le président de la société civile locale, une jeep remplie de policiers a débarqué vers 9 heures dans un quartier périphérique de Durba appelé Ndala. Elle a trouvé sur place une foule qui attentait les résultats des pourparlers. C'est dans un climat tendu que la police aurait ouvert le feu sur les manifestants et aurait touché 4 personnes. (Radio Okapi)

Ouganda-RDC: la facture de la guerre se discute à Kampala. Une délégation gouvernementale congolaise séjourne à Kampala depuis le dimanche 23 mai pour discuter de la mise en œuvre de l'arrêt de la Cour internationale de Justice (CIJ) sur les préjudices causés par l'Ouganda en RDC. Le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende, l'a confirmé, lundi soir.

Kindu: l'AMP saisit la Cour d'appel contre 4 candidats au gouvernorat. Quatre prétendants à l'élection du gouverneur de la province du Maniema s'expliquent devant la Cour d'appel de Kindu à la suite d'une plainte déposée contre eux par l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP). Tunda et Sanda, candidats aux charges de gouverneur et de vice-gouverneur, ainsi que le duo Shabani et Atigo, eux aussi candidats, se sont présentés lundi 24 mai devant les juges. L'AMP, qui ne reconnaît que Tutu comme candidat à l'élection, nie à ces quatre personnes le droit de se présenter au scrutin alors qu'ils sont encore membres de cette même famille politique. La Cour d'appel de Bukavu examine en ce moment une autre requête en annulation dans le cadre de l'élection du gouverneur du Sud-Kivu.

Matadi: la Monuc réhabilite un tronçon de la route Soyo village. C'est une route longue d'environ 1500 mètres dont 26 mètres ont été réhabilités grâce à un financement de l'administration de la Monuc Bas-Congo. Les travaux ont duré trois semaines pour un coût de 4.000 dollars. Le maire de Matadi a salué un partenariat efficace et sincère entre sa ville et la Mission des Nations unies au Congo.

Transfèrement des condamnés MLIA de Mbandaka vers Kinshasa. Les insurgés du Mouvement de libération indépendante et des Alliés (MLIA) condamnés mercredi dernier par le tribunal militaire de garnison de Mbandaka ont été transférés samedi dernier à Kinshasa pour y purger leurs peines.

Une formation pour apprendre aux Fardc à respecter les civils. Éviter les abus et faire preuve de respecter envers les citoyens en toutes circonstances. Obed Rwibassira, commandant de la 4ème Région Militaire, a délivré ce message à 55 officiers et sous-officiers des Fardc lundi 24 mai à Kananga.

Goma: dernier hommage au casque bleu indien tué à Rutshuru. Les autorités locales de la Monuc et du gouvernement provincial du Nord Kivu ont rendu, ce mardi 25 mai dans la matinée, un dernier hommage au caporal Hussan Lal, casque bleu indien de la Monuc tué dans une embuscade tendue par un groupe armé non identifié le dimanche 23 mai. La cérémonie d'adieu s'est déroulée sur le tarmac de l'aéroport de Goma devant les camarades d'armes du défunt et le personnel de la Monuc.

Elaboration du plan de développement de la ville de Gbadolite. Trente membres du comité local de développement de la ville de Gbadolite, province de l'Equateur, ont été formés le lundi 24 mai sur l'élaboration du plan de développement de cette ville. La formation est assurée par la section des affaires civiles de la Monuc, en collaboration avec le bureau du PNUD/Equateur. Consécutivement à cette formation, les participants vont proposer à l'exécutif provincial un plan de développement de Gbadolite.

Lubumbashi: une marche contre les violations des droits de l'homme. Une centaine de membres de l'ONG internationale Droits de l'Homme pour la Défense et la Protection des Droits et Libertés individuelles sont descendus dans les rues de Lubumbashi mardi 25 mai pour dénoncer les pratiques judiciaires observées dans la capitale du Katanga. Le mémo déposé auprès du procureur de la République indique que les justiciables de Lubumbashi subissent de multiples violations. L'ONG évoque le cas de l'arrestation de deux agents de l'établissement Salman suite à une dispute. Ces hommes auraient été tabassés au parquet avant d'être écroués. Le parquet aurait exigé une caution de 5000 dollars pour les libérer. Les manifestants réclament la révocation des magistrats responsables de ces abus.

Mercredi 26 mai.

Kinshasa: les panneaux publicitaires pour RFI intriguent. La présence de ces affiches a de quoi surprendre : Radio France Internationale (RFI) est interdite de diffusion en FM en RDC depuis mai 2009. Selon le ministre de la Communication et des Médias, son cette mesure tient à des raisons de sécurité. Les panneaux sont disséminés dans une grande partie de la capitale. Des lettres rouges sur fond blanc, frappées du logo de RFI, proclament : " L'info devient mondiale. " Geneviève Goetyinger, directrice déléguée de RFI/Afrique, explique :
" Cette campagne a pour but de nous rappeler à nos auditeurs, pour qu'ils se souviennent que cette radio est importante sur le continent, qu'elle soit coupée ou pas. Nos auditeurs ne peuvent pas nous entendre sur modulation de fréquence aujourd'hui, mais nous n'avons pas disparu d'Afrique. "

RDC: les parlementaires appelés à s'impliquer dans la gestion de l'aide au développement. Le Parlement congolais n'a pas été impliqué suffisamment dans la gestion de l'aide au développement depuis 1960. Ce constat a été fait lors de la clôture, mardi 25 mai à Kinshasa, des travaux du séminaire parlementaire organisé par l'Association des parlementaires européens pour l'Afrique (AWEPA). Les participants à cet atelier ont également reconnu que le bilan du Parlement congolais de 1960 à ce jour est maigre. La production législative est tout de même importante. C'est dans ce cadre que la déclaration de Paris et le programme d'action d'Accra ont mis en place un cadre, en vue d'améliorer la mise en œuvre de l'aide au développement sur le continent. C'est ici que le Parlement congolais doit jouer son rôle constitutionnel, a précisé, le représentant de l'AWEPA, en sa qualité de contrôleur du Gouvernement et des services publics. Pour cette association, le Parlement congolais doit influer sur les décisions en matière de contrôle et de l'efficacité de l'aide au développement.

L'économie congolaise en progression prudente à l'approche du 30 juin. La Banque centrale du Congo (BCC) vient de baisser à nouveau son taux directeur de 70 à 42% en l'espace de deux mois. L'inflation annualisée est de 12%, contre 50% au mois de janvier. C'est ce qu'indique la toute dernière note de conjoncture économique de la RDC publiée par la BCC. Avec un taux directeur qui baisse, cela peut encourager la consommation et donc toute l'économie. Cela montre que l'augmentation des prix des biens de consommation ralentit de manière générale. A part l'inflation, qui semble être maîtrisée, le taux de change est resté constant ces six derniers mois à environ 900 FC pour un dollar. Excédent budgétaire. Les mines et les hydrocarbures, selon la BCC, affichent une croissance de presque 3,5% et le secteur manufacturier fait un tout petit peu moins. Par contre, dans le secteur énergétique, la cote est encore négative. Jusqu'à la mi-mai, la caisse de l'Etat était excédentaire avec 17 millions de dollars. En d'autres termes, il y a eu moins de dépenses et plus de recettes. Risque de dérapage. Si cette tendance perdure, estime la BCC, ceci faciliterait l'annulation de la dette extérieure, prévue après le 30 juin 2010. Les experts craignent que les festivités du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC éloignent ce point d'achèvement du processus Pays pauvres très endettés (PPTE). Leurs inquiétudes portent surtout sur les dépenses qui pourraient être engagées pour assurer la sécurité des nombreux invités attendus à cette fête. Au moindre dérapage, estiment-ils, plusieurs acquis de la stabilité économique s'envoleront. Le gouvernement ferait mieux d'utiliser les excédents réalisés au cours des mois passés et de ne pas recourir à la planche à billet, conseillent certains banquiers. (Radio Okapi)

Bukavu: préparatifs de la session de l'examen d'Etat 2009-2010. L'Inspectrice principale provinciale de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) s'est rendue mardi 25 mai à Kinshasa. Objectif de sa mission dans la capitale: s'assurer qu'il n'y aura pas de retard dans l'acheminement au Sud-Kivu des malles contenant les épreuves de l'examen d'Etat.

Barack Obama promulgue une loi pour lutter contre la LRA. Le président américain, Barack Obama, a promulgué le lundi 24 mai dans la soirée à Washington une loi visant à combattre les rebelles ougandais de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA). Ces derniers ont commis beaucoup d'atrocités en Afrique centrale, notamment dans la Province Orientale en RDC. Ce texte de loi dispose que les Etats-Unis doivent protéger les civils contre la LRA. De ce fait, il faut appréhender le leader de cette rébellion, Joseph Kony, ainsi que ses hauts commandants et les traduire en justice, recommande le texte. En plus, le texte préconise le désarmement et la démobilisation du reste des combattants de cette rébellion. Il demande à Barack Obama de lever une stratégie globale afin de mettre définitivement fin aux violences perpétrées par la LRA. Cette loi avait déjà été votée par le congrès américain en mai 2009. Elle avait été ensuite présentée par 226 parlementaires américains, représentant 49 Etats, soit 86% de la population des Etats-Unis. Barack Obama l'a promulguée devant d'importants membres du congrès et des représentants de la société civile, et a publié une déclaration officielle. Les ONG rapportent qu'en l'espace de dix-sept mois, la LRA a assassiné brutalement plus de 1500 civils et a enlevé plus de 1600 autres parmi lesquels des enfants. (Radio Okapi)

Assemblée nationale: un nouveau courant au sein de la majorité présidentielle. Le CLP estime que la décentralisation a échoué. Centre libéral et patriotique (CLP). C'est la dénomination d'un regroupement politique au sein de l'Alliance de la Majorité présidentielle (AMP) qui a vu le jour lundi 24 mai à Kinshasa.

Barème de Mbudi: les fonctionnaires reviennent à la charge. Le gouvernement a deux semaines pour rendre effective l'uniformité du salaire du premier palier de la grille salariale de Mbudi au profit de tous les agents et fonctionnaires de l'Etat. Un ultimatum lancé par ces derniers au terme de leur assemblée générale tenue mardi à l'esplanade du bâtiment du ministère de la Fonction publique, place communément appelée "Golgotha", à l'initiative de l'Intersyndicale nationale du secteur public.

Kasaï-oriental: mission conjointe Monuc-société civile à Lodja. Les délégués de la Monuc, de la société civile et du gouvernement provincial ont ouvert mardi 25 mai à Lodja deux séminaires de formation à l'intension des OGN de développement du district du Sankuru.

Bukavu: Marcellin Chishambo retire sa requête contre 4 candidatures. Coup de théâtre ce mercredi à la cour d'appel de Bukavu. Marcellin Chishambo, candidat gouverneur de l'Alliance de la majorité présidentielle, AMP vient de retirer son action en justice contre 4 candidatures indépendantes.

Décentralisation: Adolphe Muzito va s'expliquer devant les sénateurs. Adolphe Muzito attendu au Sénat, alors qu'une motion de censure contre son gouvernement couve à l'Assemblée nationale. La chambre haute du parlement a adopté ce mercredi la déclaration d'interpellation du chef du gouvernement. Selon le sénateur Patrice Sessanga, initiateur de la déclaration d'interpellation, Adolphe Muzito devrait s'expliquer sur ses différents décrets qui confèrent le statut de communes et autres villes à certaines agglomérations de la RDC. Selon ce sénateur, ces décrets violent la constitution et les textes légaux. Adolphe Muzito doit s'expliquer pour n'avoir pas soumis au Parlement le calendrier d'installation des provinces après la promulgation de la loi organique de 2008. Cette situation, explique le Sénat, a plongé le pays dans l'inconstitutionnalité. Une autre violation de la constitution, selon le Sénat, est d'avoir remplacé l'article 175 de la constitution qui fixe 40% la part des recettes à caractère national allouées aux provinces par une convention signée entre le gouvernement et les gouverneurs de province. Le sénateur Patrice Sessanga estime que le chef du gouvernement a violé la constitution et la loi organique de 2008 pour avoir décentralisé certains groupements et villages. Selon lui, les villages et les groupements sont des entités territoriales déconcentrées. Le Sénat reproche également au Premier ministre d'avoir accordé les statuts de ville et de commune à des agglomérations qui ne remplissent pas des conditions. Dans ce cadre, souligne le Sénat, les chefs-lieux de secteur ou des chefferies ne peuvent être érigés en communes. (Radio Okapi)

Jeudi 27 mai.

Equateur: la déperdition scolaire inquiète. Les responsables et encadreurs des espaces communautaires d'éveil, initiés par l'Unicef, ont déploré, mardi 25 mai à Mbandaka, la déperdition scolaire enregistrée dans les grandes villes de l'Equateur; à l'approche de la fin de l'année scolaire.

Lutte contre la LRA: Kinshasa se réjouit de la loi promulguée par Barack Obama. Selon le ministre de la Communication et Médias et porte-parole du gouvernement, Kinshasa et Washington vont prochainement discuter de la forme que va prendre cet appui américain.

Martin Mukonkole devant la justice: l'opposition crie à l'instrumentalisation. Le député national et membre du RCD a comparu mercredi 26 mai devant la Cour suprême pour vol, recel et association de malfaiteurs. Parmi ses quatre coaccusés se trouve Godefroi Muteba, juge au tribunal de grande instance de Ndjili. Selon le parquet général de la République, la police nationale aurait découvert il y a six mois que Martin Mukonkole entretient un réseau de voleurs de véhicules. Les enquêteurs ont convoqué le député et le magistrat avant de les traduire devant le parquet général. Celui-ci les a ensuite transféré devant la Cour suprême. Les figures de l'opposition présentes mercredi à l'audience, dont Francois Mwamba, ont dénoncé une instrumentalisation de la justice. Selon eux, aucune procédure n'est respectée dans cette affaire. Avant d'aborder le fond de l'affaire, les avocats de Martin Mukonkole ont affirmé devant la Cour que cette affaire ne relevait pas d'un cas de flagrance. Par conséquent, ils demandent son renvoi à une audience ordinaire. La Cour a indiqué que le procès se poursuivrait jeudi 27 mai de façon régulière. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: la pénurie d'eau provient d'un détournement. Les responsables ont été transférés jeudi au parquet général. Deux responsables de la Regideso ont reconnu leur responsabilité dans l'absence d'eau qui frappe la capitale du Kasaï-Oriental depuis dix jours. Conséquence: la population paie entre 500 et 800 Francs congolais pour un bidon de 20 litres d'eau.

Loi américaine contre la LRA: deux sociétés civiles plaident pour l'indemnisation des victimes. Les sociétés civiles des territoires de Dungu et Niangara dans le district du Haut-Uélé saluent la promulgation lundi 24 mai par le président américain d'une loi visant au désarmement de la l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA).

Bunia: UNFPA fait un don médical au centre de santé de Bukiringi. Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a officiellement remis mercredi 26 mai 2010 aux autorités du district à Bunia un lot des médicaments et des matériels médicaux. Cette action est destinée exceptionnellement au centre de santé de Bukiringi, village situé à environ 100 km au sud de Bunia.

Kinshasa: améliorer la fourniture d'eau et d'électricité. Les délestages affectent quotidiennement la capitale. Un forum a tenté, mercredi 26 mai au Grand-Hôtel de Kinshasa, de définir des stratégies pour que la Régie des Eaux (Regideso) et la Société nationale d'électricité (Snel) desservent correctement la capitale.

Kinshasa: mise en œuvre de la résolution 1325, les femmes congolaises s'impliquent. Les agences des Nations unies, la société civile et les membres du gouvernement ont commencé jeudi 27 mai 2010 à Kinshasa des ateliers pour asseoir un plan national pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité de l'ONU. Il s'agit de mettre en place des stratégies pour la mise en œuvre de cette résolution. Pour la présidente du Cadre permanent de concertation de femmes congolaises, la vulgarisation de ce texte fait défaut. Elle invite par ailleurs les femmes à la vulgariser . Il faut évaluer et lister les activités qui devraient être menées pour que cette résolution soit connue de tous et surtout qu'elle soit appliquée par les décideurs du pays, insiste-t-elle Mme Mutombo pense également que la tâche de vulgarisation de cette résolution revient à la société civile. C'est pourquoi elle sollicite l'appui des partenaires dans le dispatching des équipes sur terrain en provinces. 5Radio Okapi)

Nord-Kivu: l'armée et la police sources d'insécurité, selon une ONG. La situation sécuritaire dans les territoires de Masisi et de Walikale reste préoccupante depuis le lancement des opérations militaires contre les Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR). L'organisation non gouvernementale Action sociale pour le Développement affirme que des policiers et soldats Fardc contribuent à cette insécurité.

Katanga: des coups de feu entendus à Kamina. La situation sécuritaire est inquiétante à Kamina, chef-lieu du district du Haut-Lomami depuis la nuit de mercredi à jeudi. Des coups de feu ont été entendus entre 1 heure et 2 heures du matin à différents coins de la ville. La sécurité a été renforcée et des patrouilles organisées durant toute la journée. Les habitants de Kamina attendent une explication des autorités locales. Mais jusque-là, aucune déclaration officielle n'a été faite.

Les pagnes du Cinquantenaire bloqués aux postes frontaliers. Plusieurs opérateurs économiques affirment que les douanes n'ont pas reçu la consigne de la primature. Celle-ci avait ordonné au ministère des Finances d'exonérer les 800.000 pagnes commandés.

Bukavu: détention illégale des mineurs dans la prison centrale. L'Organisation Non gouvernementale Vision sociale dénonce, dans sa lettre du 25 mai adressée aux autorités de la province, la détention illégale des mineurs, dans la prison centrale de Bukavu, au Sud-Kivu. Cette Ong demande aux autorités compétentes une descente à la prison pour se rendre compte de la situation pour faire accélérer les dossiers de ces enfants. La plupart d'entre eux ont été incarcérés, depuis un long moment, sans comparution.

Manono: une production agricole abondante, des routes impraticables. Le territoire de Manono, à 450 km au sud-ouest de Kalemie au nord du Katanga a enregistré une augmentation de la production agricole pendant cette saison culturale. Sur place, les prix des produits agricoles ont fortement baissé. Cependant, l'évacuation de ces produits de champ pose problème. La plupart des routes de desserte agricole sont impraticables, selon le service agricole local. La mesurette de maïs, par exemple, soit 18 verres, qui coûtait deux mois auparavant 800 FC, revient aujourd'hui 450 FC au marché local et 200 FC dans les villages environnants, indique la même source. Le service de l'agriculture enregistre depuis un mois et demi une récolte abondante des premiers produits de champ. La cellule de dépenses des végétaux du même service parle d'un retour effectif des agriculteurs à la terre. Le recensement agricole avance le chiffre d'environ 83 000 planteurs qui ont réalisé plus de 210 000 hectares de superficies cultivées cette saison. Les principaux produits agricoles sont l'arachide, le haricot, le maïs, le manioc, la patate douce et le riz. Et l'important tonnage des produits agricoles est attendu à la fin de la saison culturale B dans la région, indique le service de l'agriculture. Toutefois, les agriculteurs doivent faire face aux problèmes d'évacuation des denrées ainsi produites. La majorité des routes de desserte agricole posent problème. Les inondations du fleuve et de principales rivières viennent en plus isoler les villages entiers à d'autres localités environnantes. Cette situation décourage beaucoup d'agriculteurs qui ne peuvent ni vendre ni évacuer au moment opportun leurs marchandises. Ils assistent souvent impuissants au pourrissement des produits de champ. (Radio Okapi)

Vendredi 28 mai.

Procès Mukonkole: le député emmené par la police contre l'avis de la Cour suprême. La Cour suprême a ordonné jeudi 27 mai la mise en résidence surveillée du député Martin Mukonkole. Toutefois, la décision n'a pu être exécutée. Un secrétaire divisionnaire du parquet général s'est interposé. Cet agent a affirmé avoir reçu des instructions, et l'élu de l'opposition a été embarqué dans une jeep de la Police d'Intervention rapide (PIR).

Bukavu: une tripartite RDC-Burundi-HCR pour le rapatriement des réfugiés. Une rencontre tripartite entre le HCR, la RDC et le Burundi se tient depuis mercredi 26 mai 2010 à Bukavu. Objectif : mettre en place des modalités pratiques et un plan d'action pour démarrer les opérations de rapatriement des réfugiés burundais vivant en RDC et vice versa.

Cinquantenaire: Théodore Mugalu exhorte les pasteurs à compiler leurs prophéties sur la RDC. Au nom de la première dame Olive Lembe, le chef de la maison civile du chef de l'Etat, Théodore Mugalu, a réuni jeudi plusieurs délégués des confessions religieuses en la cathédrale protestante du centenaire à Kinshasa. Objet de la rencontre: s'accorder sur les prophéties reçues et remercier Dieu pour son soutien à la RDC après 50 ans de souffrance. L'ambassadeur Mugalu estime :"Nous avons survécu à beaucoup de catastrophes, de guerres, de sécessions d'indépendance, de calamités naturelles depuis la colonisation jusqu'aujourd'hui. Tout le monde estime qu'il y a un besoin de dire merci à ce Dieu là qui nous a fait survivre à toutes ces calamités." Le peuple croyant veut, au travers toutes les propositions reçues, dégager une position commune sur la manière de remercier Dieu, affirme le chef de la maison civile du Chef de l'Etat. Enfin pour l'ambassadeur Mugalu, la tâche revient aux sacrificateurs de donner des propositions écrites qui seront rassemblées et analysées le jeudi 3 juin 2010. (Radio Okapi)

Troubles de Lubumbashi: 7 suspects arrêtés. La 6ème région militaire a présenté vendredi 28 mai sept personnes accusées d'avoir semé le trouble dimanche dernier dans la capitale du Katanga. Les autorités disent poursuivre l'enquête pour démanteler tout le réseau. Ces hommes affirment appartenir à un mouvement dénommé Congrès des Peuples katangais (CPK) dont le chef s'appellerait Kazadi Mutombo Tanda Imena. Parmi eux se trouvent cinq ex-combattants de l'époque de Moïse Tshombe et deux civils. Lors de leur arrestation, ils détenaient trois fusils AK-47 rouillés, un chargeur, deux drapeaux rouge, vert et blanc et quelques sachets remplis de fétiches. Les suspects ne nient pas leur forfait. Ils affirment avoir voulu semer le désordre à Lubumbashi pour hisser un nouveau drapeau sur la ville, celui du Katanga indépendant. Les lieux ciblés étaient la poste, le camp militaire Vangu et le gouvernorat de province. Les hommes affirment qu'il n'était pas encore question d'attaquer la ville dimanche car ils ne seraient pas encore assez nombreux. Ils prétendent aussi que leur action devrait bénéficier d'un appui substantiel des puissances occidentales. (Radio Okapi)

Tenafep: les élèves réfugiés de la RDC au Congo-Brazzaville reviendront passer l'épreuve au pays. Les élèves réfugiés au Congo-Brazzaville suite à l'insurrection du MLIA (Mouvement de libération et indépendant des Alliés) devront traverser l'Ubangi pour passer le test national de fin d'études primaires, Tenafep, prévu le jeudi 3 juin, à Dongo et à Imese, en RDC.

Pagnes du Cinquantenaire: la Sotexki sur la touche. La Société textile de Kisangani (Sotexki), seule entreprise active dans le secteur en RDC, ne bénéficie pas des commandes du Commissariat général pour le Cinquantenaire (CGC).

Sud-Kivu: les FDLR font 5 morts et 20 blessés à Maheta. Une attaque des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) a causé cinq morts et vingt blessés mardi 25 mai dans le village de Maheta, groupement de Bashimukinzi II à la frontière entre les territoires d'Uvira et de Mwenga. Selon Joël Namunene, porte-parole de l'ex-groupe armé de Zabuloni, plusieurs vaches et chèvres ont été également emportées, et une centaine de maisons incendiées dans cette zone où l'on déplore l'absence des Fardc. Le porte-parole des opérations Amani Leo dément cette information et invite la population à ne pas céder à ce qu'il qualifie d' "intoxication. "