Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 29 Mai au 11 Juin 2010
n°147


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 


Samedi 29 mai.
Monuc : réduction de ses effectifs et modification de son mandat.
Une réduction de 10% des effectifs de la mission de l'Onu au Congo (Monuc) a été approuvée vendredi par le Conseil de sécurité de l'Onu. La Résolution 1925, adoptée à l'unanimité, a en revanche reporté la décision de l'organisme sur le retrait complet des casques bleus, sollicité par le gouvernement congolais. Le Conseil a en outre validé le changement de nom de la Monuc en Monusco (mission de l'Onu pour la stabilisation du Congo) et modifié son mandat - qui a été renouvelé d'un an, jusqu'au 30 juin 2011 - en la chargeant essentiellement de protéger les populations civiles. Actuellement composée de plus de 20.000 effectifs, la Monusco sera allégée de 2000 casques bleus "dans les zones où la situation en matière de sécurité le permet" d'ici le 30 juin. La Résolution indique également que toute reconfiguration future de la mission "dépendra de l'évolution de la situation sur le terrain et du degré d'achèvement de certains objectifs par le gouvernement et la mission de l'Onu", dont la fin des opérations militaires au Kivu et en Province Orientale et la consolidation de l'autorité de l'État sur tout le territoire. Le gouvernement congolais sollicitait depuis plusieurs mois la requalification de la mission des Nations Unies et l'élaboration d'un plan de retrait progressif des casques bleus, essentiellement déployés dans l'Est du pays. La Monuc a été l'objet des virulentes critiques de la population riveraine. Cependant, la question de la paix est toujours irrésolue dans les régions de la frontière orientale du Congo. (Misna)

Nord-Kivu: une bactérie attaque les bananeraies. Wilt bactérien, c'est le nom d'une maladie qui a déjà attaqué 75% des bananeraies dans la province du Nord-Kivu. Les humanitaires appellent à une forte mobilisation du gouvernement central pour lutter contre cette maladie qui menace la sécurité alimentaire de la région. Au cours d'une rencontre avec la presse mercredi dernier, les humanitaires du Nord-Kivu ont indiqué que la production de la banane dans cette province a baissé de 90% à cause du wilt bactérien. Quatre territoires de cette province sont particulièrement frappés: Masisi, Nyiragongo, Rusthuru et Beni. Si l'on n'y prend garde, a averti un responsable du programme "Action contre la faim", la culture de la banane risque de disparaître dans la province du Nord-Kivu. Les humanitaires déplorent la faible implication des structures gouvernementales dans la réponse contre la maladie. Découverte en 2001 à Masisi, wilt bactérien a un impact certain sur la sécurité alimentaire des populations de la région dont la banane est l'un des aliments de base. (Radio Okapi)

Ituri: un séminaire pour les exploitants et exportateurs de bois. L'Office Congolais de Contrôle (OCC) a débuté jeudi 27 mai à Bunia un séminaire de formation sur les techniques de quantification et taxation des bois destinés à l'exportation. Les services concernés sont celui de l'environnement, du commerce extérieur et des petites et moyennes entreprises, ainsi que la Direction Générale des Douanes et Assises (DGDA) Selon le directeur de l'OCC, ce séminaire sert à diminuer certaines tracasseries administratives et douanières, souvent décriées par les exportateurs de bois. Il permettra aussi de montrer comment délivrer l'autorisation d'exportation selon les essences forestières et le tonnage.

Global Rights dénonce les atteintes à l'indépendance de la justice en RDC. L'indépendance du pouvoir judiciaire en RDC a fait l'objet d'un rapport de monitoring réalisé par trois partenaires de Global Rights, au Katanga, au Maniema et au Sud-Kivu. Le rapport de Global Rights, réalisé entre janvier 2009 et avril 2010 révèle les formes des atteintes de cette indépendance judiciaire, le profil des auteurs ainsi que les causes et les conséquences de ces écarts. Concernant particulièrement le volet de ce rapport élaboré par l'ACIDH sur le Katanga, il relève plusieurs formes d'atteintes à l'indépendance judiciaire. Il s'agit de: l'interférence dans la gestion de la carrière des magistrats et dans l'instruction des affaires judiciaires, la soustraction des affaires judiciaires de leur connaissance par les juges, la suspension de l'exécution des décisions judiciaires, etc. Les auteurs de toutes ces atteintes, toujours selon ce rapport, se recrutent au sein du Gouvernement, au Parlement, dans la hiérarchie de la magistrature elle-même et auprès de justiciables. L'ACIDH estime que les causes de ces atteintes se retrouvent dans la faiblesse de réception des principes de cette indépendance et par leurs auteurs, et par les magistrats eux-mêmes qui sont victimes. Pour que cette indépendance ne reste pas seulement dans les textes et ne paraisse pas comme un slogan creux, l'ACIDH recommande non seulement un grand travail de vulgarisation de la constitution et autres lois votées depuis 2006. L'ONG souhaite aussi que le conseil supérieur de la magistrature fonctionne réellement et très correctement. (Radio Okapi)

Equateur: vive tension dans le village Likata. De vives tensions sont observées depuis deux semaines au village Likata, situé à 200 km de Gemena dans le secteur de Mwanda, province de l'Equateur. A la base de cette tension, les habitants de ce village voudraient lyncher un préfet d'une école de la place qu'ils accusent de sorcellerie. Et ils s'opposent aux forces de l'ordre dépêchées sur les lieux pour calmer la situation. Selon la police, ce préfet aurait envoûté des dizaines d'élèves, dont deux sont morts. Le chef de secteur de Mwanda était descendu au village Likata avec deux policiers pour sécuriser ce préfet et sa famille, menacés de mort après le décès de ces deux élèves. Il a été copieusement battu avec les deux policiers par les villageois déchaînés. Grièvement blessés, les trois hommes suivent les soins dans un centre de santé où ils ont été admis. Jusqu'à présent le préfet accusé de sorcellerie est en fuite. Personne ne sait où il se trouve. Des policiers envoyés en renfort pour rétablir l'ordre dans cette localité, ont été accueillis avec des bâtons et des armes blanches. Ils ont dû rebrousser chemin.

Journée des casques bleus : des manifestations commémoratives à travers la RDC. Le monde célèbre, vendredi 29 mai, la 8ème journée internationale des casques bleus. Des manifestations commémoratives sont organisées en RDC, notamment à Kindu, Kisangani et Matadi. La population du quartier Lwama de Kindu a bénéficié, à cette occasion, de consultations médicales gratuites effectuées par le contingent bolivien au stade Tchomba. Cette activité intervient juste après la présentation de danses cultures et gymnastiques par ce contingent de la Monuc basé à Kindu. Les chefs de différentes sections du bureau de la Monuc à Matadi ont co-animé, samedi matin dans la ville portuaire, une conférence-débat sur cette la journée internationale des casques bleus. Cette conférence-débat doit réunir 250 enseignants, parents d'élèves et personnalités politico administrative. C'est grâce aux casques bleus que la paix a été réinstaurée en Ituri, a déclaré le gouverneur intérimaire de la Province Orientale, Jean-Claude Esuka Alphani, samedi, au cours d'une cérémonie organisée par le bureau de la Monuc/Kisangani. Il a proclamé la reconnaissance des populations de la Province Orientale par rapport aux efforts fournis et a rendu hommage à tous les soldats de la paix tombés au champ d'honneur. (Radio Okapi)

Projet de loi sur le commerce: les sénateurs exigent la protection des nationaux. Le ministre de Commerce extérieur, Bernard Biando Sango, a apporté des réponses aux questions des sénateurs sur son projet de modification de la loi sur le commerce. Un texte très critiqué par les sénateurs, dont la plupart pensent que ce projet de loi ne protège pas les nationaux. Ce projet de loi présenté par le ministre de Commerce extérieur vise à supprimer l'exclusivité de l'exercice du commerce aux nationaux. Pour le ministre Biando Sango, l'objectif est d'améliorer le climat des affaires. Ce projet de loi, selon lui, fait donc partie de l'arsenal juridique que la RDC doit modifier pour se conformer aux exigences de l'Organisation pour l'harmonisation des droits des affaires en Afrique (Ohada). Mais, la plus grande majorité des sénateurs se sont opposés estimant que le Gouvernement ne protège pas l'entreprenariat national. D'après les sénateurs, plus de 70% d'activités de commerce sont détenus par les expatriés.

Dimanche 30 mai.
La résidence surveillée pour Mukonkole, c'est la prison de Makala, selon le PGR "La résidence surveillée pour un député du rang de Martin Mukonkole est la prison centrale de Makala."
C'est en ces termes que Flory Kabange Numbi, procureur général de la République, PGR, a réagi à l'appel lancé samedi par Roger Lumbala, président du Rassemblement des Congolais démocrates et nationalistes, RCDN.

Kinshasa: l'URDC, un nouveau parti, voit le jour. L'Union pour le Réveil et le Développement du Congo, URDC a fait sa première sortie officielle samedi à Kinshasa. Ce nouveau parti est dirigé par son président national François Nicéphore Kakese. Son agrément a été obtenu depuis le premier décembre 2009. L'URDC entend conquérir le pouvoir par des voix démocratiques et diriger le Congo sur des valeurs chrétiennes qui doivent favoriser le développement du pays, selon le président François Kakese : "L'URDC accorde une place de première importance à l'Eglise dans son projet de société. Nous comptons mettre en place un partenariat privé entre l'Eglise et l'Etat où chaque partie saura jouer correctement son rôle de manière à offrir le meilleur service à la population." Dans cet ordre d'idées, l'Etat sera amené à faciliter à l'Eglise l'obtention des moyens financiers utiles à son épanouissement, à son organisation, son meilleur fonctionnement et sa meilleure implication dans la prise en charge des plus faibles, a indiqué M. Kakese. (Radio Okapi)

Kamina: fin de la formation de nouvelles recrues de l'armée. La cérémonie officielle s'est déroulée samedi à la base militaire de Kamina. Elle a été présidée par le ministre Mwando Nsimba de la Défense. Cette première formation a été assurée par des instructeurs chinois.

Kalemie: reprise des vols UNHAS pour Pweto et Moba. UNHAS, une organisation appuyée par le Programme alimentaire mondial PAM, a reprisses vols à destination des localités de Moba et Pweto, au profit des humanitaires. Cette reprise intervient après 5 mois d'interruption, à cause du mauvais état des pistes. L'atterrissage manqué d'un avion de Echo-Fligth le 13 janvier dernier à Moba a pesé lourd dans la décision des pilotes de UNHAS. Ces derniers ont arrêté de se poser sur les pistes de Moba et Pweto. Les pilotes de UNHAS ont projeté mercredi soir, à l'intention des humanitaires, des images qui montrent un terrain boueux et des flaques d'eau de la piste de Moba. Celle de Pweto est logée à la même enseigne. Les pilotes ont donc décidé d'attendre la saison sèche pour atterrir de nouveau sur ces deux pistes et ce dès le vendredi prochain. Cette annonce soulage les humanitaires.

Biens mal acquis, pillage des ressources: la société civile exhorte Kabila à sanctionner les auteurs. Des biens mal acquis dont au moins 350 villas dans la seule commune de la Gombe à Kinshasa doivent être restitués au peuple congolais. La Ligue congolaise de lutte contre la corruption, Licoco, a fait cette révélation samedi à Kinshasa, à l'occasion de la journée dite " devoir de mémoire " organisée par la Nouvelle dynamique syndicale sur le thème "Cinquante ans d'indépendance, de pillage des ressources naturelles et de pauvreté. La société civile appelle le chef de l'Etat à s'impliquer pour que les spoliateurs d'immeubles de l'Etat et pilleurs des ressources naturelles de la RDC soient punis. La journée de "devoir de mémoire " sur le pillage des ressources naturelles de la RD Congo a été organisée en prélude de la célébration des 50 ans de l'indépendance. La Nouvelle dynamique syndicale en a profité pour rappeler au peuple congolais tous les rapports sur le pillage des ressources et des biens, avant de s'engager à la fête du cinquantenaire. De nombreuses personnalités de la société civile ont développé différents thèmes. Philippe Kayumba, secrétaire général de la Licoco, s'est penché sur les biens mal acquis à travers le rapport Blumenthal et celui de la commission des biens mal acquis. Il explique "Nous sommes dans une situation où l'Etat vole le peuple. Le patrimoine immobilier de l'Etat à l'époque était donné soit à titre gratuit, soit à titre onéreux. Ce qui avait été donné à titre gratuit l'était à vil prix ou en violation des instructions données. Lorsqu'on regarde le rapport, il y a au moins 350 villas, rien qu'à la Gombe. Et les prix de ces 350 villas qui avaient été données ne correspondent pas à la valeur des immeubles. Il y en a qui les ont obtenus à vil prix et qui n'ont jamais terminé à payer."Pour récupérer les biens pillés, tous les intervenants ont recommandé la mise en œuvre de la volonté politique au sommet de l'Etat, en vue de traduire en justice les personnes citées dans les différents rapports. (Radio Okapi)

La route Bukavu - Burhinyi en réhabilitation. La multinationale Banro Mining est en train de réhabiliter le tronçon Butuza - Burhinyi, long de 30 km et qui conduit vers les gisements miniers de Twangiza en chefferie de Luhwindja. Conséquence, la circulation devient de plus en plus aisée sur la route Bukavu - Burhinyi en territoire de Mwenga, à plus de 85 km au sud-ouest de Bukavu. La société Banro procède, selon la même source, au profilage de la route et à la construction des ponts.

Kalehe: la société civile dénonce les tracasseries militaires. Les militaires de la 241è brigade des Fardc en déplacement de Nyabibwe, à 100 km de Bukavu vers les hauts plateaux, prennent de force des civils pour le transport des bagages, selon la société civile de Kalehe. Ce transport s'effectue sur une longue distance dans les montagnes et peut prendre plusieurs jours de marche, précise la même source.

Bukavu: les autorités provinces appelées à accorder priorité à la santé. Le Programme de bonne gouvernance a organisé, samedi 29 mai à Bukavu, un atelier sur le thème : "La santé et la bonne gouvernance." L'atelier est destiné aux autorités locales, aux représentants des institutions qui forment les médecins et les infirmiers et des organisations de la société civile. Il s'agit surtout de faire en sorte que la question de la santé soit inscrite aux priorités du gouvernement de la province et qu'elle soit prise en compte dans le budget provincial. Tout est parti, selon la même source, du constat selon lequel la plupart de personnalités vont se faire soigner au Rwanda, au Kenya, en Ouganda en Afrique du Sud voire en Europe ou en Asie. Ce qui témoigne de la dégradation de la qualité de soins médicaux au Sud-Kivu.

Lundi 31 mai.

Le poisson de plus en plus rare et cher à Bukama. Les pêcheurs de Bukama, dans le centre du Katanga, lancent un cri de détresse: les eaux de ce territoire réputées très poissonneuses sont aujourd'hui complètement dépeuplées. La population locale dénonce l'extermination des poissons par des pécheurs véreux, qui utilisent des moustiquaires et des filets à mailles prohibés. De leur côté, ces pêcheurs pointent du doigt les agents de l'Etat chargés d'interdire la pêche pendant la période de fermeture. Ces agents de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) autorisent les pêcheurs de se livrer à la pêche illicite moyennant des pots-de-vin; et cela, chaque année." Le conservateur de l'ICCN à Bukama, Kaboja Ngeleka, regrette cette situation. Mais, il rejette la responsabilité sur le gouvernement provincial, qui a écarté son service du contrôle de la réglementation de la pêche.

Célébration du centenaire de l'évangélisation. L'avenue Tabora de la ville de Lubumbashi s'appellera désormais avenue Mgr Jean-Félix de Hemptine, du nom du tout premier évêque de Lubumbashi. Les autorités politiques ont décidé la débaptisations à l'ouverture de l'année du centenaire de l'évangélisation de la province du Katanga.

Crise à l'AMP, Kabila appelle à l'unité au sein de sa coalition. Le président Kabila, autorité morale de l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP), a réuni le samedi 29 mai les députés, sénateurs et ministres de cette coalition politique. Le but: prodiguer des conseils à ses alliés pour l'unité de la coalition. Selon le secrétaire exécutif de l'AMP, Koyagialo Ngbase te Gerengbo, la démarche de Joseph Kabila vise à garantir le succès de sa coalition aux élections de 2011. Le groupe des parlementaires pour le renouveau à l'AMP n'est pas satisfait des conseils du chef de l'Etat. Selon le porte-parole de ce regroupement, l'heure est à l'autoévaluation au sein de cette plateforme politique. Gustave Omba explique : "Il est beau et agréable de rester dans l'union. Mais, il est également important de s'interroger: durant le mandat, qu'est-ce que nous avons fait pour que la population redonne encore confiance à cette union ?". "La réaction de la majorité des députés à la communication du chef de l'Etat n'était pas favorable", a-t-il ajouté, évoquant un sondage fait parmi les parlementaires concernés. Mais, ces derniers ont obéi à l'ordre du chef concernant l'unité au sein de l'AMP, selon la même source. La réunion convoquée par Joseph Kabila est consécutive à la création, le 19 mai, d'un nouveau courant politique à l'AMP dénommé: Centre libéral patriotique (CLP). Trois ministres du gouvernement Muzito sont les initiateurs de ce courant. Il s'agit de : Olivier Kamitatu du Plan, José Endundo de l'Environnement, Mbusa Nyamuisi de la Décentralisation et du député Bahati Lukwebo de la société civile. (Radio Okapi)

Goma: la DGDA bloque les pagnes imprimés pour le cinquantenaire de la RDC. Quatre containers de la Shenimed contenant chacun deux cents ballots des pagnes frappés des marques du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC, sont placés sous scellés dans les entrepôts de la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA/Goma) depuis une semaine, selon le responsable de cette entreprise au Nord-Kivu. La Shenimed figure parmi les entreprises sélectionnées pour fournir notamment les pagnes aux cérémonies du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC. Les services des douanes exigent à cette entreprise les droits et taxes à l'importation des marchandises. Le directeur financier de la Shenimed, Marcel Kalenga, déplore le non-respect des accords d'exonération signés entre le commissariat général au cinquantenaire et son entreprise.

CPI: la révision du Statut de Rome en marche à Kampala. Plus de deux mille délégués des Etats parties, d'ONG et d'organisations intergouvernementales réunis en conférence vont examiner à partir de ce lundi 31 mai à Kampala, en Ouganda, des amendements à apporter au Statut de Rome. Il sera question aussi de faire le bilan de la mise en œuvre de la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2002 et de son impact sur les victimes et les communautés affectées. Les participants vont débattre, notamment sur la définition du crime d'agression. En cas de son adoption, le gouvernement congolais voudrait obtenir pour son exécution, le principe d'effets rétroactifs jusqu'en 2002, l'année de la mise en œuvre du statut de Rome

Caritas évalue ses 50 ans au service des populations congolaises. Depuis dimanche 30 mai, plusieurs délégations de Caritas participent au 3e forum national organisé par la Conférence épiscopale nationale du Congo, Cenco, à Kinshasa. C'est une occasion pour la Caritas Congo-Développement de se pencher sur les services rendus aux populations de la RDC depuis 50 ans. L'objectif général de ce forum est de consolider le travail de la Caritas-développement Congo (CDC) en rapport avec sa mission. Les participants évaluent également la contribution de l'ensemble du réseau national de la Caritas au développement socioéconomique de la RD Congo durant 50 ans ainsi que celle des partenaires du Nord. Les participants s'attèlent enfin sur le suivi des résolutions et recommandations du précédent forum.

Walendu Bindi: affrontements entre miliciens et Fardc, trois morts. Les Forces armées de la RDC ont récupéré le village de Mabili conquis au début de la semaine dernière par des miliciens du Front populaire pour la justice au Congo (FPJC), selon des sources militaires congolaises. Deux miliciens et un militaire des Fardc ont été tués au cours des affrontements qui ont duré quatre jours à Matalatala et Mabili, deux villages situés à plus de 70 km de Bunia dans la collectivité de Walendu Bindi.

Kananga: pas d'eau potable depuis une année. L'eau a cessé de couler aux robinets de la Regideso à Kananga depuis plus d'une année. La majorité de la population se sert d'eau des sources non aménagées. Cette situation perdure alors que le gouvernement provincial a remis 500 000 dollars à cette entreprise. A quoi a servi cette somme ? S'interrogent les observateurs.

Mardi 1er juin.

Goma: enrôlement des réfugiés congolais, la CEI devant une équation difficile. La représentation de la Commission électorale indépendante (CEI) au Nord-Kivu demande au bureau national de cette institution de trouver des mécanismes devant aider à l'enrôlement des réfugiés qui rentrent du Rwanda et de l'Ouganda. La coordonnatrice du bureau de la représentation provinciale de la CEI au Nord Kivu, Marie Shematshi, explique: "Actuellement, il y a des gens qui entrent à partir du Rwanda et même de l'Ouganda sans l'autorisation du HCR. C'est-à-dire que ces gens là n'ont pas de documents qui les identifient comme des Congolais. Lors de la révision du fichier électoral, nous risquons d'avoir des problèmes avec de telles personnes qui n'auront pas de carte et qui risquent de ne pas avoir les cinq témoins tel qu'exigé par la loi parce qu'ils viennent d'entrer il n'y a pas longtemps. Nous ne voudrions pas que ce soit une source de conflit." Les opérations de révision du fichier électoral doivent débuter en juillet au Nord-Kivu.

RDC: le nombre des fumeurs serait en diminution. Le monde entier a célébré, lundi 31 mai, la Journée sans tabac, axée cette année sur le thème: " Tabac et appartenance sexuelle". En RDC, la tendance à fumer serait en baisse. Du coté des fabricants de la cigarette, on constate aussi une baisse de la production. La société BAT, par exemple, n'a produit que 3 milliards de cigarettes en 2009 contre 4 milliards en 2008. Cette entreprise a fermé 20 de ses 21 dépôts à l'intérieur du pays à cause de la multiplicité des taxes, a expliqué son patron, Luc Badibanga.

Kisangani: peine de mort requise pour 2 Norvégiens. Au terme de la sixième audience publique dans le procès qui oppose le ministre public à deux sujets norvégiens, l'organe de la loi a requis, lundi 31 mai la peine de mort contre les deux prévenus. Selon l'avocat de ces derniers, maître Guillaume Likwela, le ministère public s'est fondé sur les griefs mis à la charge des prévenus pour requérir cette peine. Néanmoins, il compte donner sa position par rapport à cette réquisition au cours de l'audience de mardi 1er juin, consacrée à la défense. Les deux sujets norvégiens sont poursuivis notamment pour meurtre du chauffeur Abedi Kasango, tué en mai 2009 sur la route Ituri.

Willy Airlift à la conquête de l'espace du Nord-Ubangi. Willy Airlift, c'est le nom de la nouvelle compagnie d'aviation qui va désormais exploiter les lignes du Nord-Equateur. Le vol inaugural Kinshasa - Mbandaka - Gemena - Gbadolite est intervenu, samedi 29 mai avec 23 passagers a bord. Gbadolite est resté enclavé depuis plus de 2 ans faute de vols commerciaux sur cette ville.

Révision du statut de Rome: davantage de sécurité requise pour les victimes. Les ONG congolaises présentes à Kampala à la conférence sur la révision du statut de Rome plaident en faveur d'une plus grande sécurisation des victimes et des informateurs de la Cour pénale internationale (CPI). Elles ont livré leur position le lundi 31 mai en marge de l'ouverture la Conférence internationale sur la révision du statut de Rome qui institue la CPI.

Lutte contre le VIH/Sida en RDC: des bailleurs de fonds se retirent. L'ONG internationale Médecins sans frontières (MSF) se dit inquiète de l'avenir de la lutte contre le VIH/Sida en RDC. Plusieurs bailleurs de fonds se retirent, ce qui risque de priver beaucoup de personnes d'avoir accès à des anti-rétro-viraux. Il faut donc, estime MSF, renforcer le plaidoyer international et la sensibilisation en faveur de la RDC.

Kamina: les agents de la Regideso s'opposent au départ volontaire et massif. Les agents et cadres de la Regideso Kamina dans le Haut Lomami s'insurgent contre la décision du gouvernement central , les exhortant à partir volontairement de la société. Ils ont exprimé leur ras-le-bol le lundi 31 mai dans un communiqué signé par leurs délégués syndicaux. Ces agents et cadres disent avoir encore en mémoire la triste expérience des ex-agents de la Gécamines, de la SNNC (Société nationale des chemins de fer du Congo) et de l'Onatra. Ceux-ci avaient quitté leur emploi à titre des partants volontaires. Jusque-là, ils ne sont toujours pas payés. Les agents de la Regideso-Kamina demandent plutôt au gouvernement et à la Banque mondiale d'équiper leur entreprise en matériels modernes en vue d'augmenter sa production, au lieu d'exiger ce départ massif.

Walikale: près de cinq cents Maï-Maï retournent dans leur fief. Au total, 497 éléments Maï-Maï Kifuafua, qui attendaient depuis cinq mois leur intégration au sein des Fardc, se sont soulevés, lundi 31 mai, à Walikale centre. Ils ont regagné leur position antérieure à Musenge, localité située à 70 km du chef-lieu du territoire de Walikale, au Nord-Kivu. Sur leur passage, ils ont ravi quelques armes et munitions à un groupe de militaires Fardc basés à Nyasi dans le même secteur.Ces combattants ont décidé de regagner leurs anciennes positions, parce qu'ils se disent abandonnés par le gouvernement et vivent dans des conditions médiocres. L'administrateur assistant de ce territoire souligne que ce départ en masse des hommes armés a entraîné la panique au sein de la population. Celle-ci, craint que ces Maï-Maï se rallient à d'autres groupes armés réfractaires présents dans la zone pour accroître l'insécurité. De son côté, le porte-parole de l'opération Amani Leo au Nord et Sud-Kivu indique que le gouvernement est conscient de la situation. Il invite ces Maï-Maï à la patience. (Radio Okapi)

Lubudi: déraillement d'un train, 5 morts et des blessés. L'accident s'est produit lundi 31 mai sur l'axe Lubudi-Buyofwe, à environ 30 km de Lubudi, dans le Katanga. Pour l'instant, les wagons sont toujours couchés et obstruent la voie ferrée. A la Société nationale des chemins de fer du Congo, SNCC, on indique que ces victimes sont des clandestins.

Mercredi 2 juin.

Nindja: la population sous la menacée croisée des FDLR et des déserteurs Farc. Des rebelles hutu rwandais des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) basés à Mirhanda dans le groupement de Luhago menacent de piller certains villages de Nindja si leurs habitants ne leur versent pas la ration quotidienne. Cette situation met la population de cette contrée, située à plus de 80 km de Bukavu, dans une psychose d'une double menace. Les habitants de Nindja ont pris au sérieux la menace. Ils demandent ainsi aux forces congolaises déployées dans la région de prendre des dispositions nécessaires pour assurer leur sécurité. Une autre menace dans la région est signalée dans le groupement d'Iregabarhonyi à la limite entre les territoires de Shabunda et de Kabare. Cette menace vient d'un ex-officier Mai-Mai, déserteur des Fardc en provenance de Bunyakiri en novembre dernier. Le colonel Kyangombe chercherait à recruter tout habitant ayant collaboré avec le mouvement Maï-Maï. Cette situation a déjà pour effet d'occasionner le déplacement des habitants qui vont se cacher dans la forêt ou chercher refuge dans d'autres villages lointains.

Kampala: Luzolo Bambi soutient le renforcement de la CPI. " Il n'existe pas de paix sans justice ", a déclaré le ministre de la Justice, Luzolo Bambi, le mardi 1er juin dans la matinée à Kampala au cours de la conférence sur la révision du statut de Rome. Il a réitéré le soutien de son gouvernement à tout amendement du statut de Rome qui renforcerait l'efficacité et la crédibilité de la Cour pénale internationale, (CPI).

Goma: fusillade entre policiers et agents de la Cenaref. La scène s'est passée le lundi en pleine journée dans le quartier Himbi, à Goma. Des éléments de la Police nationale ont échangé des coups de feu avec deux agents de la Cellule nationale des renseignements financiers (Cenaref), une nouvelle structure "étatique" installée à Goma par des imposteurs, selon les autorités de la Cenaref à Kinshasa. Un agent de l'Agence nationale de renseignements a été blessé au cours de cette fusillade. A la base de l'incident, la réouverture des bureaux de la Cenaref pourtant fermés le vendredi 28 mai sur instruction du procureur général de la République à Kinshasa.

Parc de la Garamba: le rhinocéros blanc réapparait. Conserver la faune et la flore du parc national de la Garamba. C'est l'objectif que s'est assigné le ministère national de l'Environnement et de la conservation de la nature à travers son service de la conservation communautaire. Pour atteindre l'objectif, un programme d'activités autour du parc a été mis au point. Les premiers résultats sont là: le rhinocéros blanc réapparaît dans le parc de la Garamba. Ce programme s'articule autour de deux axes: la sensibilisation des communautés riveraines du parc national et le financement de quelques projets communautaires dans les domaines de chasse tels que Mondomisa, Azande et Gangala-na-bodio. L'action vise à encourager les chasseurs à œuvrer ailleurs que dans le parc de la Garamba. La campagne de sensibilisation cible les écoles, les églises ainsi que les ONG de développement et des droits de l'homme. Quant aux projets de développement communautaire, le financement porte d'une part sur les activités génératrices de recettes, notamment la fabrication des briques cuites et l'élevage, et d'autre part, sur l'appui aux centres de santé et aux ONG locales. Le financement de ce programme est assuré par l'Union européenne. Au moins trente quatre espèces animales peuplent le parc national de la Garamba parmi lesquelles des espèces rares comme le rhinocéros, la girafe et l'éléphant, signale la même source. Pour l'instant, l'action combinée du programme mis en place et la sécurité du parc assurée par un régiment des Farc porte ses fruits: quelques espèces rares menacées d'extinction commencent à réapparaître. C'est le cas du rhinocéros blanc dont quatre individus ont été répertoriés lors du monitoring de février dernier, précise la source. (Radio Okapi)

Katanga: bientôt une usine de purification d'eau à Pweto. Un lot des matériels de construction d'une usine de purification d'eau est arrivé le lundi 31 mai dans le territoire de Pweto, au Katanga. Ce matériel comprend des machines, des moteurs, des tuyaux et deux groupes électrogènes, a indiqué l'administrateur du territoire de Pweto. D'après la même source, l'usine sera construite à coté du port maritime. Déjà, une équipe d'ingénieurs sud-africains séjourne à Pweto depuis une semaine pour la réalisation de ce projet.

Sud-Kivu: des militaires multiplient les barrières à Bugobe, selon la FCB. L'organisation de défense des droits de l'homme Fondation Christophe Biringanine (FCB) dénonce l'érection des huit barrières par des militaires sur les routes du groupement de Bugobe et dans la localité de Ludaha-Cirunga, depuis plus d'un an, au Sud-Kivu. Cette ONG affirme qu'à chaque barrière les passants sont contraints de payer entre 50 et 100 Francs congolais, à l'aller comme au retour. L'administrateur du territoire de Kabare reconnaît les faits et affirme avoir prévenu sa hiérarchie et les autorités militaires. Mais sur terrain la situation perdure, déplore FCB.

Kisangani: consultation publique pour des projets routiers. Les routes nationales 26 Niania-Isiro et Kisangani-Bondo-Bunduki ainsi que Kisangani-Beni seront réhabilitées grâce au financement de la Banque mondiale et de la Coopération britannique (DFID). Le groupe d'études environnementales du Congo, une structure du ministère de l'Environnement, organise une consultation publique dans le cadre du financement additionnel pour que les populations des régions concernées de s'approprier le projet.

L'opposition accuse le procureur général de la République de violer l'immunité de Mukonkole. Dans une déclaration faite le mardi 1er juin à Kinshasa, l'opposition parlementaire estime que le procureur général de la République a violé l'immunité parlementaire en ordonnant l'arrestation du député Martin Mukonkole. Elle juge que le député ne peut pas faire l'objet d'une procédure de flagrance, car les faits qui lui sont reprochés datent de décembre 2009.

Les cadres exclus de l'UDPS contestent l'acte de leur exclusion. Le bureau politique de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a publié le mardi 1er juin une déclaration dans laquelle il qualifie de faux le document qu'aurait signé Etienne Tshisekedi et qui exclut cinq cadres de ce parti. Selon le bureau, cette décision n'émane pas du président national du parti car, estime-t-il, il est impensable que Etienne Tshisekedi s'oppose au 1er congrès au point d'exclure des cadres, alors que ces derniers ont réussi à redynamiser le parti.

Mbuji-Mayi: réhabilitation de la route nationale n°1. L'Office des routes a lancé les travaux de réhabilitation de la route Mbujimayi-Kananga le lundi 31 mai 2010 à Mbuji-Mayi, capitale du Kasaï-Oriental. A l'occasion, deux sites ont été ouverts pour le démarrage de ce chantier dans la commune de Bipemba à Mbujimayi et au niveau du pont Kakangayi sur la rivière Lubi dans le territoire de Miabi.

Débat sur la sécurité, les sénateurs accordent un sursis à Mwando Nsimba. Le passage du ministre de la Défense nationale et Anciens combattants, Charles Mwando Nsimba devant la plénière du Sénat ce mercredi 2 juin a été bref. Juste pour demander un temps de réflexion nécessaire pour répondre aux préoccupations des sénateurs sur la situation sécuritaire qui prévaut dans plusieurs provinces. Il a une semaine pour ce faire.

Le corps de Floribert Chebeya retrouvé sans vie à Mitendi. Floribert Chebeya n'est plus. Porté disparu depuis le mardi 1er juin, le corps du président de l'ONG de défense des Droits de l'Homme la " Voix des Sans Voix " a été retrouvé par la police ce mercredi 2 juin dans la matinée à bord de sa voiture sur la route de Matadi vers Mitendi, dans la périphérie de Kinshasa. Disparu depuis hier aussi, on n'est toujours sans nouvelles de Fidèle Bazana, le chauffeur de Floribert Chebeya.

Jeudi 3 juin.

Mort de Chebeya: Oleko, Ntumba Luaba et Avocats sans frontières s'expriment. Le Général Jean de Dieu Oleko, commandant provincial de la police de Kinshasa, le secrétaire exécutif de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL) et ancien ministre des Droits Humains Ntumba Luaba, ainsi que Richard Bondo, président de l'ONG Avocats sans frontières ont réagi le mercredi 2 juin à l'annonce de la mort de Floribert Chebeya. Le Général Oleko s'est exprimé le mercredi 2 juin dans la soirée. Il a déclaré: " Nous avons l'obligation constitutionnelle de pouvoir retrouver ceux qui ont posé cet acte ignominieux. Aussitôt qu'on a été au courant, on a lancé déjà des éléments, des gens sont commis pour des enquêtes afin que nous puissions aboutir à des résultats pour éclairer cet événement macabre." De Gisenyi où il séjourne, Ntumba Luaba, s'est dit consterné par la mort de Floribert Chebeya. "Pour moi, c'est une perte incommensurable, parce que Floribert Chebeya, j'ai eu à travailler avec lui comme ministre des Droits humains, c'était un homme très engagé aux côtés des faibles, des exclus, des orphelins et des veuves. Voilà qu'il meurt de façon tragique." Ntumba Luaba estime que cette mort est inacceptable et insiste sur la nécessité de mener des enquêtes. Avocats sans frontières/Congo, une ONG de défense des droits de l'homme, est tout aussi bouleversée par la mort tragique du président de la VSV. Richard Bondo, le président de cette organisation interpelle particulièrement le chef de l'Etat pour "qu'il s'implique personnellement dans la recherche de l'assassin de Chebeya". (Radio Okapi)

Kampala: réaction des ONG au discours du ministre Luzolo. Réunis, mardi 1 juin autour du ministre Luzolo, les représentants de ces ONG, lui ont exprimé leur préoccupation sur la position du gouvernement congolais, qui résiste jusque-là à exécuter le mandat d'arrêt lancé contre l'ancien chef de guerre de l'Ituri Bosco Taganda. Lors de son intervention, le ministre Luzolo a soutenu, mardi 1 juin, le principe selon lequel : ''il n'y a pas de paix sans justice.'' Il traduisait par là, l'engagement de son pays à œuvrer dans la lutte contre l'impunité en soutenant l'amendement positif de statut de Rome. Pour l'un des membres de la coalition congolaise pour la CPI, Robert Falay Yuma, il est bon que le ministre dise "pas de paix sans justice'', mais il faudrait également qu'il soit suivi des actes. Juste après, il y a eu une rencontre avec la société civile congolaise au cours de laquelle le gouvernement a ffirmé qu'il n'est pas question de transférer Bosco Taganda à la Haye, selon la même source.

Près d'un million d'élèves participent au test national de fin d'études primaires. Le test national de fin d'études primaires (Tenafep) qui évalue les élèves finalistes du niveau primaire de l'enseignement national se tient ce jeudi 3 juin sur l'ensemble du pays. Cette année, près d'un million d'enfants, filles et garçons, y prennent part. A cette occasion, le ministre de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) a lancé un appel pour qu'aucun candidat ne soit empêché de présenter cette épreuve d'évaluation pour des raisons de non paiement des frais.

Kampala: les victimes du Kivu fustigent la lenteur de la CPI. La participation des victimes aux procédures de la Cour pénale internationale (CPI) a été l'objet des discussions le mercredi 2 juin à la conférence sur la révision du statut de Rome qui se tient à Kampala en Ouganda. La Synergie des femmes pour les victimes des violences sexuelles, une ONG basée à Goma au Nord-Kivu, dénonce la lenteur des procédures dans les enquêtes de la CPI.

Bukavu: 4 personnes tuées dans une embuscade sur la nationale n°2. Quatre personnes ont été tuées et cinq autres gravement blessées, mercredi 2 juin lors d'une embuscade tendue par des hommes armés sur la nationale n°2 à une vingtaine de km de Bukavu. La scène macabre s'est produite non loin de deux positions des Fardc., Les victimes, 2 enfants et 2 adultes, revenaient d'un deuil à Burhinyi. Selon un rescapé, les assaillants ont échangé des tirs vers 18 heures locales avec la garde rapprochée du vice gouverneur du Sud Kivu qui revenait d'une mission de service dans le territoire de Mwenga à Kasika. La garde du vice gouverneur est tombée elle aussi dans cette embuscade

RDC : Assassinat d'un important défenseur des droits humains. Le gouvernement de la RDC doit de toute urgence ouvrir une enquête crédible et transparente, avec l'assistance des Nations Unies, sur la mort d'un important défenseur des droits humains, Floribert Chebeya Bahizire, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Le cadavre de Chebeya a été découvert le 1er juin 2010, peu après qu'il s'était rendu au quartier général de la police à Kinshasa. Le 2 juin, le chef de la police de Kinshasa, Jean de Dieu Oleko, annonçait que la mort de Chebeya était le résultat d'un acte criminel et que la police menait une enquête. Le chauffeur de Chebeya, Fidèle Bazana Edadi est toujours porté disparu. " L'annonce choquante de la mort de Floribert Chebeya porte un coup aux droits humains au Congo ", a déclaré Anneke Van Woudenberg, chercheuse senior pour la division Afrique à Human Rights Watch. " L'enquête policière annoncée a besoin de l'aide de l'ONU pour être crédible et transparente et permettre de traduire en justice tous les responsables. " Chebeya était directeur exécutif de l'une des organisations de défense des droits humains les plus importantes et les plus respectées du Congo, la Voix des Sans Voix, basée à Kinshasa, la capitale. Il faisait partie des défenseurs des droits humains congolais les plus actifs, exposant régulièrement les atteintes commises par les services de sécurité du pays et le gouvernement, et ce, depuis de nombreuses années. Cela faisait des années que Chebeya faisait l'objet des menaces et des mesures d'intimidation des autorités congolaises du fait de son travail. Ces dernières semaines, il avait signalé qu'il se pensait à nouveau placé sous la surveillance des services de sécurité. Le 1er juin, Chebeya a reçu un coup de téléphone le convoquant au bureau de l'inspecteur général de la police nationale, le général John Numbi, ont affirmé ses collègues à des agents de l'ONU. Il a quitté son bureau à 17 heures pour aller à ce rendez-vous. Quelques heures plus tard, il a contacté sa famille en lui disant qu'il attendait toujours à l'inspection de la police, mais toutes les communications ont cessé à partir de 21 heures. Le 2 juin, la police a déclaré que Chebeya avait été retrouvé mort dans sa voiture dans le quartier Mont Ngafula à Kinshasa. En fin de matinée, le 2 juin, un rapport de police selon lequel le corps de Chebeya aurait été retrouvé sur le siège arrière de sa voiture avec des préservatifs usagés et des stimulants sexuels a été diffusé auprès des journalistes et d'autres entités à Kinshasa alors qu'aucune enquête n'avait été ouverte. La famille de Chebeya et des agents de l'ONU chargés des droits humains ont demandé à voir la dépouille, mais les autorités ont dans un premier temps refusé d'accéder à cette requête. Aujourd'hui, un membre de la famille du défunt, un collègue et des représentants de l'ONU ont eu le droit de se rendre à la morgue à la condition de ne pas toucher la dépouille. Ils ont identifié Chebeya et remarqué qu'il avait un pansement de taille moyenne au front, couvrant apparemment une blessure. Le reste du corps était recouvert d'un drap qui n'a pas été retiré pendant la visite. " L'accès très limité de la famille Chebeya à la dépouille et les déclarations contradictoires de la police concernant la cause du décès soulèvent de graves préoccupations quant à ce qui s'est réellement passé ", a ajouté Anneke Van Woudenberg. " Ces irrégularités indiquent qu'une tentative aurait déjà été faite de dissimuler la vérité. " Au Congo, les défenseurs des droits humains et les journalistes courent des risques de plus en plus importants du fait de leur travail. Les attaques et assassinats déjà perpétrés n'ont pas souvent fait l'objet d'enquêtes en bonne et due forme et rares sont les responsables qui ont été traduits en justice. Le 31 juillet 2005, Pascal Kabungulu Kibembi, défenseur des droits humains, a été tué par balle à son domicile à Bukavu, dans l'est du Congo. Sa mort a été suivie par l'assassinat de deux journalistes de Radio Okapi bien connus, Serge Maheshe en juin 2007 et Didace Namujimbo en novembre 2008, toujours à Bukavu. En novembre 2005, le journaliste Franck Ngyke et son épouse Hélène Mpaka ont été assassinés devant leur maison à Kinshasa. Les enquêtes sur ces assassinats et les procès qui s'en sont suivis, menés par les autorités militaires congolaises, ont été marqués par de sérieuses irrégularités. Human Rights Watch a exhorté le ministre de la Justice et des Droits de l'homme à instituer sur-le-champ une commission d'enquête composée notamment d'agents congolais et de l'ONU, ainsi que d'un représentant de la communauté congolaise des droits humains, afin d'enquêter sur la mort de Chebeya. " Les autorités congolaises devraient faire tout leur possible pour traduire les assassins de Chebeya devant la justice et veiller à ce que l'enquête ne soit pas bâclée, contrairement à ce qui s'est produit par le passé ", a conclu Anneke Van Woudenberg. " Des agents de l'ONU et des organisations congolaises des droits humains devraient jouer un rôle afin de s'assurer que l'enquête du gouvernement est bien réelle et pas simplement pour la forme. " (Human Rights Watch)

Steven Vanackere sur le défenseur des Droits de l'Homme Floribert Chebeya, retrouvé mort à Kinshasa. Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Steven Vanackere se déclare choqué par la nouvelle du décès à Kinshasa de Floribert Chebeya, une défenseur des Droits de l'Homme bien connu et apprécié, également en Belgique et notamment aux Affaires étrangères. 'Il est important qu'une enquête approfondie soit lancée afin de faire toute la lumière sur les circonstances de ce décès', dit le Ministre. Le Ministre Vanackere a demandé à l'Ambassadeur de Belgique à Kinshasa de suivre de près cette affaire préoccupante et de se pencher, avec ses collègues de l'Union européenne, sur les suites qui y seront données. L'Ambassadeur de la RDC en Belgique, Mova Sakanyi, a été interpellé sur cette affaire le jour même du décès. (SPF Affaires étrangères. Belgique)

Vendredi 4 juin.

Ban Ki-Moon demande une enquête indépendante sur la mort de Floribert Chebeya. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon s'est dit " profondément choqué " d'apprendre la mort de Floribert Chebeya dont le corps a été retrouvé sans vie le mercredi 2 juin à la périphérie ouest de Kinshasa sur la route du Bas-Congo. Dans un communiqué publié le jeudi 3 juin, Ban Ki-Moon affirme que le travail de Floribert Chebeya restera gravé dans l'Histoire comme un hommage à la persévérance du peuple congolais. Le Secrétaire général de l'ONU a attiré l'attention sur la nécessité de faire en sorte que l'enquête sur la mort de Chebeya ainsi que sur tous les cas similaires soient menée de manière approfondie, transparente et indépendante, et dans le plein respect des procédures en vigueur dans un Etat de droit. La mission de l'ONU en RDC est prête à accorder son soutien aux autorités congolaises pour bien mener cette enquête si ces dernières en expriment l'intention, souligne le communiqué. La haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme a lancé un appel similaire le jeudi 3 juin. La mort de Floribert Chebeya "est une grande perte pour la communauté des défenseurs des droits de l'homme, pas seulement en RDC mais dans le monde entier", a déploré Mme Navi Pillay. Elle a exhorté " les autorités de la RDC à enquêter rapidement et rigoureusement sur la mort de Chebeya Bahizire et à ne ménager aucun effort pour s'assurer que les responsables soient traînés en justice ". Mme Pillay s'est dit " profondément inquiète en raison de la tendance croissante à l'intimidation et au harcèlement des défenseurs des droits de l'homme, journalistes, opposants politiques" en RDC.". Par ailleurs, une dizaine d'ONG du Congo-Brazzaville dont l'Observatoire congolais des droits de l'homme (OCDH), et l'Association pour les droits de l'homme et l'univers carcéral (ADHUC), ont décidé de déposer ce vendredi 4 juin dans la matinée à l'ambassade de la RDC à Brazzaville une lettre ouverte adressée aux autorités de la RDC. Dans ce document, ces ONG demandent l'ouverture enquête indépendante et internationale. (Radio Okapi)

Mort de Chebeya: un flot de condamnations. Les responsables des ONG de défense des droits de l'homme du Katanga réunis ce jeudi 3 juin à Lubumbashi doutent de la véracité de la version donnée sur les circonstances de la mort de Floribert Chebeya. Au lendemain de la découverte du corps de cet activiste des droits de l'homme dans la périphérie ouest de la ville de Kinshasa, des nombreuses réactions affluent pour condamner cette mort. Le président de l'Association africaine pour la défense des droits de l'homme ASADHO/Katanga a estimé que la version officielle de la mort de Floribert Chebeya peut-être balayée par tout Congolais réfléchi. Les responsables des ONG de défense des droits de l'homme projettent d'organiser une marche de protestation pour exprimer leur indignation contre la disparition de Chebeya. A Kinshasa, le collectif des ONG de défense des droits de l'homme a demandé, ce jeudi 3 juin, au chef de l'Etat congolais de se prononcer sur la situation d'insécurité dont les activistes des droits de l'homme congolais sont victimes. Dans sa déclaration, ce collectif encourage ses membres à rester sereins face à l'épreuve. Une autre réaction vient de Kampala où se tient la conférence sur la révision du statut de Rome. Une vingtaine de représentants d'ONG congolaises et internationales de défense des droits de l'homme qui participent à ces assises ont demandé au ministre congolais de la Justice l'ouverture d'une enquête indépendante. Dismas Kitenge de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH), a considéré que " Floribert Chebeya a été assassiné pour son engagement en faveur des droits de l'homme", rappelant que la victime avait été arrêtée en mars 2009 par les services de sécurité congolais. Une réaction similaire provient des Forces novatrices pour l'union et la solidarité (FONUS). Ce parti de l'opposition pense qu'on se trouve en face d'un " cas d'assassinat qui rappelle les méthodes dictatoriales d'une époque récente.". La Monuc. Alan Doss demande aux autorités congolaises de diligenter une enquête pour que la lumière soit faite sur les circonstances de la morte de cet activiste "connu pour son engagement en faveur de la défense et de la promotion des droits de l'homme en RDC. " Par ailleurs, la France a adressé ses condoléances à la famille, aux proches et aux collègues de Floribert Chebeya. Dans un communiqué du porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, la France a souhaité que les autorités congolaises fassent toute la lumière sur les circonstances de ce décès et prennent les mesures appropriées. (Radio Okapi)

Masisi: recrutement des jeunes, le CNDP dément les accusations portées contre lui. Dans les territoires de Masisi et Rutshuru, plusieurs allégations portées contre le CNDP, ancien mouvement armé mué en parti politique, portent sur des faits suivants: la création d'un centre de formation militaire à l'insu des autorités, le recrutement des jeunes et un double commandement au sein de la police et de l'armée. Des sources concordantes dans cette zone qui citent les autorités locales, parlent d'une influence croissante des cadres politiques et militaires issus du CNDP sur l'administration à Kitchanga, Tongo, Burungu, Kabati et plusieurs autres régions, dans le Masisi. Des recrutements sont faits par la police du CNDP à Bukombo et Bwisha en groupement de Tongo, territoire de Rutchuru et ailleurs, ajoutent les mêmes sources. Un centre de formation serait ouvert non loin de Kilolorwe, dans le territoire de Masisi, à plus de 50 kilomètres à l'ouest de Goma, indiquent ces sources. Le secrétaire général du CNDP, Kambasu Ngeve, rejette ces allégations. Il reconnaît toutefois que le cafouillage constaté dans l'administration civile et militaire dans ces territoires découle de la non-application de certains points de l'accord signé avec le gouvernement. Certains cadres du CNDP gardent leurs positions dans certaines zones qu'ils contrôlaient, a-t-il révélé, alors qu'ils sont censés partir ailleurs. Mais, il affirme qu'il y a une part d'intoxication de la part de la population et de certains politiciens extrémistes. Des organisations locales ont dénoncé plusieurs fois une administration parallèle de l'ex-CNDP dans ces régions, souvent source de tracasseries pour les populations. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: le ministère des PTT menace de fermer sept médias audiovisuels. La division du ministère provincial des Postes Téléphones et Télécommunications de Mbuuji-Mayi menace de fermer sept de neuf stations de radio et télévision de cette ville pour non paiement de leurs redevances annuelles. Ces médias privés disposent de quinze jours à dater du 3 juin pour solder leurs arriérés.

Masisi: les FARDC lancent une offensive contre les FDLR. De violents affrontements sont signalés, depuis le mercredi 2 juin dans la soirée entre les Fardc et les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans plusieurs villages du territoire de Masisi, à plus de 100 km de Goma.

Quatre militaires tués dans une embuscade des miliciens à Shabunda. Les habitants du territoire de Shabunda sont inquiets. Des coups de feu entendus ce vendredi 4 juin depuis le matin les obligent à se terrer chez eux. Selon des sources policières locales, ces coups de feu ont été tirés par des militaires Fardc lors de l'enterrement de quatre de leurs compagnons d'armes fauchés dans une embuscade des miliciens du général autoproclamé Kyatenda le jeudi 3 juin dans la localité de Kiombi.

Samedi 5 juin.

Kisangani: Colfadhema lance un projet de dépistage volontaire du VIH/Sida. L'ONGD Collectif des Femmes actrices de développement et de la défense des droits de l'enfant et de la mère en Afrique (Colfadhema) envisage de procéder au dépistage volontaire du VIH/Sida auprès de 12 000 personnes à Kisangani, en Province Orientale, d'ici quatre mois. L'annonce de ce projet a été faite dans la capitale de la Province Orientale le mardi 1er juin.

Kinshasa: les enjeux du 11ème forum pharmaceutique international. Les représentants de plus de 20 pays africains sont réunis, depuis le 3 juin à Kinshasa, pour tenter de mettre fin à la circulation de médicaments de qualité douteuse, aux marchés pirates ainsi qu'aux contrefaçons.

Tripoli: insolvabilité, l'ambassade de la RDC sommée de déguerpir. La mission diplomatique de la RDC en Libye est obligée de déguerpir dans 3 jours, faute de paiement de trois ans de loyer. Si rien n'est fait, le personnel diplomatique et la famille de l'ambassadeur congolais seront dans la rue.

RDC: SOS d'Ocha, les activités humanitaires faiblement financées. Le manque de financement met en péril plusieurs milliers de vies humaines en RDC, a indiqué, vendredi 4 juin,, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha). Selon Ocha, l'évaluation à mi-parcours du Plan d'action humanitaire (PAH) 2010 en RDC indique que les activités humanitaires ne sont actuellement financées qu'à hauteur de 30 %; soit un montant de l'ordre de 249 millions USD sur un total demandé de 828 millions. Outre le report de 70 millions USD de l'exercice 2009, le montant du financement reçu cette année est de 179 millions, soit seulement 22% des besoins. Alors, si la mobilisation de fonds continue à ce rythme, alerte Ocha, le financement total pour 2010 risque de ne pas atteindre 500 millions USD, soit moins de 60% des besoins. Ce qui créera un déficit de plus de 328 millions. Ocha propose de prioriser et se concentrer sur les besoins les plus urgents. Il faut aussi sensibiliser l'opinion nationale et internationale, donc avoir un dialogue soutenu avec les bailleurs de fonds sur les besoins humanitaires et financiers. (Radio Okapi)

Lubumbashi: zone de libre échange de la SADC, la RDC invitée à hâter le pas. Les travaux de la 20ème réunion du sous comité de la coopération douanière de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) se sont clôturés, jeudi 3 juin à Lubumbash. Les participants ont encouragé la RDC à intégrer la zone libre échange. La RDC ne fait pas parti dans la zone libre d'échange, à laquelle 12 pays ont déjà adhéré.

Lubumbashi: First Quantum dénonce des pressions politiques derrière l'arrêt de la CSJ. La compagnie minière First Quantum considère l'arrêt rendu par la Cour suprême de justice (CSJ), le 14 mai, comme une nouvelle manœuvre du gouvernement national visant à freiner ses projets miniers au Katanga. Cet arrêt pourrait faire retirer à First Quantum 6 de ses gisements miniers les plus importants, au profit de la société Sodimico. L'affaire a commencé en 2000, lorsque l'ex-ministre des Mines, Frédéric Kibasa Maliba, a octroyé des espaces miniers à First Quantum, à travers sa filiale zambienne Bwana Mukubwa Mining. Les gisements passent d'une main à une autre, mais toujours sous contrôle de First Quantum. En 2009, Sodimico a réclamé ses gisements. Une bataille juridique a été engagée, au terme de laquelle la CSJ a annulé les lettres de Kibassa Maliba. Cette entreprise qui exploite le cuivre et emploie plusieurs personnes voit une main noire dans cet arrêt de la CSJ. Dans une lettre adressée au ministre national des Mines, First Quantum déclare avoir subi des menaces des autorités congolaises. Ces dernières lui ont promis, affirme-t-elle, de s'attaquer à tous ses projets, si elle ne retire pas sa plainte en arbitrage international pour son projet fermé. Un des contrats de First Quantum a été résilié, il y a dix mois à Kolwezi. (Radio Okapi)

Bukavu: le personnel pénitentiaire recyclé sur les droits des prisonniers. L'atelier de formation du personnel pénitentiaire du Sud-Kivu sur les droits des détenus s'est clôturé jeudi 03 juin à Bukavu. Les directeurs, gardiens et greffiers en provenance de plusieurs territoires de la province se sont dotés d'une nouvelle politique des droits des personnes détenues. Les travaux, débutés depuis lundi le 31 mai, ont porté sur le renforcement des capacités techniques.

Ituri: des soldats Fardc sensibilisés sur les violences sexuelles. Des soldats du 132ème bataillon des Fardc, basés à Tchekele, à plus de 40 km de Bunia dans la collectivité des Walendu Bindi, en Ituri, ont été sensibilisés sur la protection de l'enfant et la loi portant sur les violences sexuelles. D'après le président du tribunal militaire de Bunia, l'objectif de cette sensibilisation est de permettre aux soldats de bien s'informer sur les peines qu'ils encourent en cas de violation de ces lois et les conséquences qu'ils pourront causer sur la santé des victimes notamment en cas de viol.

Sénat: adoption du projet de loi sur la communication audiovisuelle. La loi portant sur les principes fondamentaux applicables à la communication audiovisuelle a été adoptée le jeudi 3 juin au sénat. Selon le sénateur Modeste Mutinga, initiateur de cette loi, la création des médias audiovisuels devra désormais tenir compte des conditions de viabilité sociale et économique de l'entreprise en gestation. Les nouveaux organes de presse audiovisuelle de la République Démocratique du Congo devraient disposer du matériel correspondant au standard technologique moderne pour avoir l'autorisation de fonctionner.

Etienne Tshisekedi demande aux Congolais de rester vigilants. Le président national de l'Union pour la démocratie et le progrès social, UDPS, a lancé ce message vendredi de Bruxelles où il séjourne. Répondant aux questions de Radio Okapi, Tshisekedi a appelé les Congolais à ne pas se laisser intimider par "ceux qui cherchent à le faire taire pour agir librement."

Kinshasa: échéances électorales de 2011, le PPRD bat déjà le rappel des troupes. Le secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, PPRD, a invité vendredi à Kinshasa les militants de son parti à plus d'engagement pour gagner la bataille des prochaines élections. C'était à l'occasion de la célébration des 39 ans de naissance de Joseph Kabila, initiateur du PPRD.

Shabunda: les ressortissants exigent l'arrestation du seigneur de guerre Kiatenda. Les ressortissants de Shabunda vivant à Bukavu demandent au gouvernement d'arrêter le nouveau seigneur de guerre, le général autoproclamé Kiatenda. Ils l'accusent de meurtres et de semer la terreur et autres actes barbares dans ce territoire du Sud Kivu. La communauté Lusu-lega interpelle le gouvernement congolais ainsi que le chef de l'Etat afin d'arrêter toute affaire cessante les aventures de ce nouveau seigneur de guerre.

Dimanche 6 juin.

Démantèlement des milices en Ituri: la Monuc s'engage à renforcer ses effectifs. Le Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies est rentré à Kinshasa vendredi soir, après une mission effectuée à Kisangani et à Bunia dans la Province Orientale. A l'issue de sa visite, Alan Doss a annoncé le renforcement des effectifs des casques bleus de la Monuc en Ituri. Objectif : appuyer le gouvernement à démanteler les milices encore actives dans ce district et assurer ainsi la protection des civils. Ce geste de la Monuc entre dans le cadre de son programme d'appui à la stabilisation et au redressement économique et social du Congo, a-t-il ajouté. Et d'ajouter : "Nous voulons aider à démanteler ces milices pour qu'on puisse commencer la stabilisation et bien sûr le développement social et économique du district et de la Province Orientale La Monuc, la Monusco est là pour appuyer l'effort national et provincial. Donc le programme Starlec devient à mon sens très important." Dans ce volet de consolidation de paix et de stabilisation, Alan Doss entend travailler avec tout le monde : les autorités congolaises, la société civile, les partenaires du système des Nations unies et ceux de la coopération. Au cours de sa brève visite, le Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies a présenté ses adieux aux agents de la Monuc en Ituri. Il les a félicités pour les efforts consentis dans l'amélioration de la sécurité dans ce district. (Radio Okapi)

Environnement: environ 25 000 arbres à planter en Ituri en 2010. La coordination locale de l'Environnement et de la Conservation de la nature, a livré cette information samedi à Bunia, à l'occasion de la commémoration de la journée internationale de l'environnement. Selon ce bureau, l'objectif de ce projet est de lutter contre le réchauffement climatique et de promouvoir la culture vivrière. La coordination locale de l'Environnement a planté symboliquement samedi à Bunia une vingtaine de types d'arbres pour commémorer la journée internationale de l'environnement. Selon Tshombe Thoams Ingalori, technicien en reboisement du bureau, ce projet a deux objectifs : "Nous visons la lutte contre le réchauffement climatique, tout en associant à cette lutte la culture vivrière." Déjà à Mambasa, à environ 75 km de Bunia, des milliers de plants ont été distribués aux écoles secondaires de la place pour sensibiliser la communauté locale sur le reboisement.

Première arrestation concernant assassinat Floribert Chebeya. L'enquête s'est accélérée samedi 5 juin 2010 à Kinshasa autour de l'assassinat du militant des droits de l'Homme, Floribert Chebeya. Mais le motif invoqué pour l'assassinat de Floribert Chebeya ne convainc pas ses proches. Plusieurs responsables de la police de RDC sont aux arrêts et un colonel responsable de la Direction des renseignements et services spéciaux de la police est présenté comme le principal suspect. Le chef de la police nationale, également soupçonné, aurait été suspendu de ses fonctions. L'affaire Floribert Chebeya crée le scandale dans les hautes sphères de l'administration. Selon une source sécuritaire le général John Numbi, inspecteur général de la police nationale aurait été suspendu par le conseil supérieur de la Défense. Il serait suspecté d'être mêlé au meurtre. Selon la même source, plusieurs autres suspects, tous officiers et agents de la Direction des renseignements généraux et des services spéciaux de la police, auraient été arrêtés. Le principal responsable présumé serait le colonel Daniel Mukalay. L'officier aurait avoué l'assassinat de Floribert Chebeya sans pour autant avoir eu l'intention de le tuer. Le mobile reste incertain. Selon une source proche du dossier, Floribert Chebeya était soupçonné de faire campagne contre la venue du roi des Belges aux cérémonies du cinquantenaire de l'indépendance. Les autorités voulaient l'empêcher de continuer son action. Mais selon plusieurs collaborateurs du patron de "La Voix des Sans-Voix", cette thèse ne tiendrait pas. Certains affirment que l'activiste travaillait sur des dossiers autrement plus sensibles comme sur les massacres perpétrés au Bas-Congo notamment début 2007 et sur une série d'arrestations arbitraires et de disparitions forcées. Le nom du colonel Mukalay apparaîtrait plusieurs fois dans les enquêtes de Floribert Chebeya. (Kris Berwouts. Eurac)

Affaire Chebeya: le gouvernement promet une enquête objective. Le ministre de la Justice et Droits humains a fait part de l'engagement du gouvernement à faire mener une enquête sereine en vue de dégager la vérité sur les circonstances du décès de Floribert Chebeya. Il l'a dit samedi lors d'un point de presse à Kinshasa et a souhaité l'implication dans ce processus de la famille biologique de la victime ainsi que des ONG des droits de l'homme, notamment en qui concerne l'opération de l'autopsie. Selon le ministre Luzolo Bambi, le procureur de la République a déjà diligenté une enquête sur cette affaire. " Il faut qu'on veuille à ce que la clause soit administrée de manière à préserver toute le sérénité susceptible de rendre à celui qui a passé toute sa vie à se battre pour le respect des droits humains, qu'on lui rende ses droits, par rapport à sa mémoire, par rapport aux circonstances de son décès et par rapport aux responsabilités que la société tout entière peut en tirer," a souligné Luzolo Bambi. Par ailleurs, selon président de l'ONG Les Amis de Nelson Mandela, Robert Ilunga Numbi, le ministre de la Justice est d'accord pour que des médecins légistes américains et hollandais soient impliqués dans le cadre d'une enquête internationale indépendante. Mais il a demandé que les ONG formulent leur demande d'une manière formelle. (Radio Okapi)

Mort de Floribert Chebeya: John Numbi suspendu à titre conservatoire. Le président de la République, Joseph Kabila, a présidé samedi 5 juin, à Kinshasa à son bureau de travail, une réunion extraordinaire du Conseil supérieur de la défense. A l'ordre du jour: la mort de Floribert Chebeya. Au cours de cette rencontre, un certains nombre de décisions ont été prises dont la suspension, à titre conservatoire, de l'inspecteur général de la Police nationale congolaise (PNC), John Numbi Banza Tambo. Le compte rendu de la réunion a été fait tard dans la soirée par le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Adolphe Lumanu. D'après cette autorité, c'est pour permettre un déroulement serein de l'enquête diligentée sur la mort de Floribert Chebeya que le Conseil supérieur de la défense a pris cette décision. L'inspecteur divisionnaire adjoint, Charles Bisengimana a été désigné pour exercer à titre intérimaire les fonctions d'inspecteur général de la Police nationale congolaise. Selon le vice-Premier ministre Lumanu, le président Joseph Kabila a fait part aux membres du Conseil de l'émotion suscitée par la mort de Floribert Chebeya et sa détermination de voir toute la lumière être faite sur cette affaire. Par ailleurs, les premiers éléments d'enquête ont abouti à l'interpellation et à l'arrestation de certains officiers de la Police nationale congolaise. (Radio Okapi)

John Numbi: Renadhoc attend plutôt son arrestation préventive. Le Réseau national des ONG des droits de l'homme de la RDC (Renadhoc) salue la décision du Conseil supérieur de la défense prise samedi de suspendre à titre conservatoire l'inspecteur général de la Police nationale congolaise dans l'affaire de la mort de Floribert Chebeya de la Voix des sans voix. Mais cette plate-forme exige plus: que John Numbi Banza Tambo soit plutôt l'objet d'une arrestation préventive. Pour le Renadhoc, il faut que le chef de l'Etat, Joseph Kabila aille plus loin et autorise, sans tarder, le début d'une enquête internationale en vue de tirer au clair les circonstances de la mort de Floribert Chebeya. Par ailleurs, le Renadhoc insiste sur le fait que l'enquête sur la mort de M. Chebeya doit être une enquête internationale, parce que, a-t-il précisé, les ONG congolaises n'ont pas confiance en la justice congolaise.

Incidents de Lodja: le MSDD rejette le rapport de la Monuc. Le Mouvement de solidarité pour le développement et la Démocratie (MSDD), parti du député national Christophe Lutundula Apala, est indexé, à l'instar de la Convention des Congolais unis (CCU) du ministre Lambert Mende Omalanga, dans le rapport de la mission conjointe Monuc-assemblée provinciale-gouvernement provincial sur les incendies d'avril dernier à Lodja, au Kasaï-Oriental. Ce parti rejette sa mise en cause dans ce rapport et parle d'une manipulation. Selon le secrétaire national du MSDD, François Njeka, son parti n'est mêlé ni de près ni de loin aux incidents d'avril dernier à Lodja. D'après lui, la cause de ces incidents était l'attribution des véhicules par l'ONG Gavi aux zones de santé de Katako Kombe et de Lubefu ainsi qu'au médecin-chef de santé du district du Sankuru.

Bunia: le leader du FPJC transféré à Kisangani. Le chef milicien Jean Claude Baraka Nguna, un des leaders du mouvement armé du front populaire pour la justice au Congo (FPJC) a été transféré samedi 5 juin à Kisangani, chef-lieu de la Province Orientale. Ce transfert est intervenu trois jours après son arrestation par les Fardc à Aru-centre, une cité située à plus de 250 km de Bunia, en Ituri. Selon le commandant de la zone opérationnelle des Fardc à Bunia, la destination finale de Jean Claude Baraka Nguna est Kinshasa, où il devra répondre aux préoccupations des autorités militaires et gouvernementales face aux activités de rébellion qu'il menait en Ituri.

Lundi 7 juin.

Assassinat Tchebeya: John Numbi, 1ère piste d'enquêtes, selon 27 ONG congolaises. Les représentants de 27 ONG congolaises des droits de l'homme participant aux travaux sur la révision de statut de Rome estiment que l'Inspecteur général de la police John Numbi doit servir de première piste d'enquêtes sur la mort du défenseur des droits de l'homme Floribert Tchebeya. Georges Kapiamba, de l'Association Africaine des Droits de l'Homme, Asadho, justifie cette position : "Etant donné que notre collègue a été invité par l'office de l'Inspecteur général, afin de s'entretenir autour d'un motif qui n'était pas connu dès le départ. Et depuis qu'il était parti pour ce rendez-vous, il n'est plus rentré et le résultat, c'est de le trouver inanimé, et son chauffeur vient d'être aussi retrouvé mort." M. Kapiamba souhaite qu'avec tous ces recoupements, les enquêteurs tiennent compte de cette piste-là. Cette voie peut permettre de clarifier les circonstances de ce forfait, conclut-il.

Fardc: Cobra Matata rejoint le maquis de FRPI en Ituri. La zone opérationnelle Fardc du district de l'Ituri, en Province Orientale dit avoir lancé une opération d'investigations pour mettre la main sur le colonel Cobra Matata qui se trouve, depuis deux semaines, dans les collines de la collectivité de Walendu Bindi. Selon des sources militaires, l'ancien chef de la Force de résistance patriotique pour l'Ituri (FRPI) a rejoint dans le maquis cette milice.Cobra Matata a quitté Kinshasa, son lieu d'affectation au sein des Forces armées de la RD Congo, en transitant par Kisangani, chef-lieu de la Province Orientale. Les autorités militaires du district confirment la présence de cet ancien chef milicien dans les collines de Walendu Bindi et précisent que son mouvement, de Kinshasa en Ituri, n'a pas été autorisé par l'état-major général des Fardc. La FRPI elle-même confirme aussi la présence de Cobra Matata en son sein.

Kinshasa réclame 23 milliards de dollars à Kampala. La RC réclame à l'Ouganda 23 milliards de dollars américains de dommages et intérêts pour indemniser les victimes des exactions commises sur les populations de la Province Orientale lors de l'invasion des forces ougandaises en 2000. La RDC a gagné un procès contre l'Ouganda en 2005 devant la Cour internationale de justice à ce propos. Le ministre des Affaires étrangères, Alexis Thamwe Mwamba, avait récemment conduit une délégation congolaise à Kampala pour discuter la facture de cette guerre. "Il sied simplement de rappeler qu'on est dans la bonne direction pour la défense des intérêts des victimes congolaises dans la Province-Orientale", a-t-il affirmé.

Affaire Chebeya: la marche des ONG à Bukavu interdite. La marche de protestation du Réseau des ONG des droits de l'homme du Sud-Kivu (Rodoski), en rapport avec l'assassinat de Floribert Chebeya de la Voix des sans voix, (VSV) n'a pas eu lieu comme prévu ce lundi 7 juin dans les rues de Bukavu. Le maire de la ville l'a interdite ce jour même vers midi local, après une longue explication entre les organisateurs de la manifestation et le Conseil urbain de sécurité. Les organisateurs qui étaient prêts pour amorcer la marche ont attendu toute la matinée le feu vert des autorités locales. C'est finalement vers midi que la décision est tombée. Pour des raisons du "contexte sécuritaire", la manifestation a interdite. Certains observateurs attribuent la décision des autorités locales à la présence inattendue à Bukavu, du président de la République Joseph Kabila. En revanche, au même moment, à Mbandaka, la marche de la société civile de l'Equateur qui était prévue pour le même motif a bel et bien eu lieu.

Province Orientale: deux fillettes enlevées par la LRA retrouvent bientôt leurs proches. Solange et Bonané, deux fillettes d'environ 12 ans chacune vont retrouver leurs proches cette semaine, l'une à Faradje et l'autre à Dungu, en Province Orientale. Il y a près deux ans, elles avaient été kidnappées par des rebelles ougandais de la LRA avant d'être ensuite emmenées jusqu'en terre centrafricaine, après une longue marche à travers la forêt. Le Comité international de la Croix-Rouge les a récupérées et leur a facilité la réintégration familiale.

Kisangani: bientôt, le démarrage des travaux de Cipor. Anicet Kuzunda Mutangshi, ministre de l'Industrie, a annoncé samedi à Kisangani que tout est fin prêt pour démarrer les travaux de construction de la Cimenterie de la Province Orientale, Cipor. Dans moins d'un mois, les matériels de gros tonnage arriveront au port de l'Onatra de Kisangani, puis seront acheminés au site aménagé pour la construction de cette usine à Maiko, à une cinquantaine de km de Kisangani.

Goma: le Parec poursuit les activités de délocalisation des FDLR. Après le Sud-Kivu, le Programme œcuménique de paix et réconciliation (PAREC) poursuit ses activités dans le Nord-Kivu. En dehors de la collecte d'armes de guerre des mains des civils, il procède depuis quelques temps à la délocalisation des ex-combattants rwandais de la province du Nord Kivu. Cette ONG a présenté à la presse vendredi 4 juin, 263 FDLR et leurs dépendants, candidats à la délocalisation dans le Katanga. Seulement, cette action du Parec préoccupe les acteurs de la société civile du Nord Kivu qui croient qu'une délocalisation n'est pas une solution idoine au problème. Pour sa part, le président de l'assemblée provinciale, Léon Bariyanga Rutuye, espère que cette délocalisation ne sera que transitoire. Si leur délocalisation peut être une courte période transitoire puis retourner chez eux au Rwanda, ce sera une bonne chose non seulement pour le Congo mais aussi pour la région des Grands Lacs, a-t-il souligné.

Les 50 ans de la RDC: les évêques organisent un triduum : " comprendre le passé et le présent pour projeter le futur ". Une célébration à l'enseigne de trois regards croisés: rétrospectif, introspectif et prospectif. Tel est le choix de la Conférence épiscopale du Congo (CENCO) à l'occasion des 50 ans d'indépendance de la RDC (30 juin 1960). " Notre pays s'apprête à célébrer le jubilé d'or. Célébrer un tel jubilé signifie trois choses: se demander d'où nous venons, où nous sommes et où nous allons " affirme une note de la CENCO qui présente le " Colloque national ", dédié aux 50 ans d'indépendance, qui se tiendra du 9 au 12 juin à l'Université catholique du Congo de Kinshasa. Les trois jours de travaux sont consacrés respectivement aux rétrospectives, aux questions actuelles, et aux perspectives. En expliquant le sens de l'initiative, la note des évêques rappelle qu'" il faut, avant tout, rendre grâce à Dieu pour les bienfaits reçus, et mettre à la lumière les réalisation des 50 ans d'indépendance, mais aussi effectuer, sans tergiverser, un diagnostique de chaque déviation, négligence et erreur ayant miné le bien du pays ". Le tout " pour définir de nouveaux comportements à adopter et pour développer des projets de société pour un avenir meilleur pour tous ". " C'est dans cette perspective que la CENCO organise le colloque du cinquantenaire pour reconstruire peu à peu le tissu social si gravement endommagé. De cette manière, l'Eglise catholique, fidèle à sa mission spécifique qui est d'annoncer à tous les hommes et femmes la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ, continuera à apporter sa contribution particulière à cette noble mission accomplie pour le bien-être intégral du peuple congolais " conclut la note. (Agence Fides)

Mardi 8 juin.

Assassinat de Chebeya: le PGR peu bavard, sous le sceau du secret d'instruction. Flory Kabange Numbi, procureur général de la République, n'a pas pu dire davantage sur le meurtre de Floribert Chebeya, secrétaire exécutif de l'ONG la Voix des sans voix, dans le point de presse qu'il a tenu lundi 7 juin à Kinshasa, il s'est limité à confirmer l'arrestation et l'interpellation de certains officiers de la police nationale congolaise.

Découpage territorial: Muzito s'est expliqué devant les sénateurs. Le chef du gouvernement a répondu ce lundi 7 mai à la déclaration d'interpellation du sénateur Patrice Aimé Sessanga. Ce dernier l'avait accusé de violer intentionnellement les textes légaux et la Constitution, pour avoir notamment conféré le statut de villes et communes à certaines agglomérations. Le Premier ministre a rejeté les allégations selon lesquelles son gouvernement a violé intentionnellement les textes légaux et la constitution. Il a toutefois reconnu implicitement les erreurs commises dans son décret conférant le statut des villes et communes à certaines agglomérations. Adolphe Muzito a par ailleurs affirmé qu'une commission technique a été mise sur pied en vue de corriger ces erreurs. Le dossier sur la mise en œuvre de nouvelles provinces a été également abordé au cours de l'interpellation. Les sénateurs ont déploré le manque de volonté politique du gouvernement quant au respect des dispositions constitutionnelles. Mais Adolphe Muzito a rassuré les élus qu'il avait foi dans la mise en place des nouvelles entités. Un chronogramme sera mis à la disposition des sénateurs. Pour le reste, les sénateurs accusent les gouverneurs de province d'être les principaux responsables de l'anarchie. Ces derniers auraient octroyé à certaines agglomérations le statut de ville ou de commune alors qu'elles ne remplissent pas de critères. (Radio Okapi)

Nouvelle vague de 263 FDLR au Katanga, inquiétude au Lualaba. Deux cent soixante-trois ex-combattants hutus rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), sont en route vers la cité minière de Kisenge, située à environ 700 km de Lubumbashi, dans le district du Lualaba. Les ressortissants de ce district protestent contre la venue de ces rebelles dont la présence pourrait être source d'insécurité. Les responsables de l'ONG Parec qui assurent leur transfèrement du Kivu vers le Katanga, jouent à l'apaisement.

Sud-Ubangi: la population se plaint des tracasseries policières à Likimi. Les habitants de la localité de Likimi située à 150 km de Gemena dans le district du Sud-Ubangui affirment être victimes de tracasseries de toutes sortes de la part de la police. Selon des nombreux témoignages, des éléments de la Police nationale congolaise s'illustrent par des arrestations arbitraires et exigent des amendes exorbitantes. Par exemple, pour une simple dispute, les policiers exigent entre 100 mille (111 USD) et 300 mille Francs congolais (333 USD).

Souvenir: le 8 juin 1971, Mobutu enrôle des étudiants dans l'armée. Les Congolais se souviennent le mardi 8 juin des événements survenus, il y a 39 ans, à Lovanium (actuelle université de Kinshasa). Ce jour là, le président Mobutu avait décidé d'enrôler de force dans l'armée plus de 2200 étudiants de cette université. Cette décision était consécutive aux manifestations de ces étudiants qui s'opposaient au régime de l'époque.

Les écoles de Bolombo en difficulté de fonctionnement. Les écoles de la localité de Bolombo à 185 km de Mbandaka dans la province de l'Equateur, victimes de pillage des insurgés du Mouvement de libération indépendante et alliés (MLIA), se retrouvent, jusqu'à ce mardi 8 juin, sans tableaux et autres matériels didactiques.

Kasaï oriental: des détenus puisent de l'eau en dehors de la prison. En l'espace de six mois, la Régie de distribution d'eau (Regideso) n'a fourni de l'eau à la prison de Mwene-Ditu qu'une seule fois. C'était lors d'une visite du gouverneur Ngoy Kasanji dans cette ville. Après sa visite, les détenus se débrouillent en dehors de la prison pour trouver de l'eau de boisson et pour leur toilette.

Maniema: début de la campagne électorale pour le poste de gouverneur. La campagne électorale pour le poste de gouverneur et vice-gouverneur a commencé ce mardi 8 juin 2010 à Kindu, la capitale du Maniema. Deux candidats, sur les six retenus, se sont succédés à l'Assemblée provinciale pour battre campagne devant leurs électeurs. Les autres candidats vont s'adresser aux députés provinciaux les 9 juin et le 10 juin.

Kisangani: les médecins congolais en forum pour l'éradication complète de la lèpre. Tous les responsables des services chargés des malades de la lèpre en RDC se retrouvent, depuis le lundi 7 juin à Kisangani, pour apprendre la nouvelle stratégie de prise en charge pour une éradication complète de cette maladie.

La CEI commande 9 500 nouveaux kits auprès de ZETES en Belgique sur fonds du gouvernement. La ZETES, une société de droit belge, vient de gagner le marché pour la livraison de 9 500 nouveaux kits électoraux à la Commission électorale indépendante, CEI. Selon le rapporteur de la CEI qui a donné l'information, cette société a obtenu du gouvernement congolais une assurance de 32,7 millions de dollars pour ces kits constitués d'ordinateurs, d'imprimantes, de scanners et de groupes électrogènes.

L'Afrique centrale se dote d'une 1ère brigade de maintien de la paix. Cette force multinationale de l'Afrique centrale (Fomac) a fait sa première démonstration le samedi 5 juin lors d'un exercice militaire dénommée "Kwanza 2010" en Angola. Cette brigade devra s'engager dans les opérations multinationales et multidimensionnelles de maintien de la paix au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, CEEAC.

Mercredi 9 juin.

Affaire Chebeya: des légistes néerlandais autorisés à pratiquer l'autopsie. Dans une lettre datée de lundi 7 juin adressée à l'ambassadrice des Pays-Bas en RDC, le ministre congolais de l'Intérieur Adolphe Lumanu a donné son accord à la venue d'une équipe des médecins néerlandais composée d'un légiste et de ses assistants. Ils arrivent à Kinshasa le jeudi 10 juin et pratiqueront l'autopsie du corps de Floribert Chebeya le vendredi 11 juin, avant de retourner dans leur pays le même jour, indique la même source.

Mundial de football: l'électricité sera disponible, selon l'ADT de la SNEL. L'Administrateur directeur technique (ADT) de la Société nationale d'électricité (Snel), Lokala Jifasso a rassuré, mardi 8 juin à Kinshasa, que " la Snel fournira régulièrement de l'énergie aux Congolais pendant la coupe du monde de football".

Le sort des tribunaux coutumiers se discute à l'Assemblée nationale. La proposition de supprimer les juridictions coutumières à travers le pays a suscité le mardi 8 juin, un débat houleux à l'Assemblée nationale. Ce débat entre dans le cadre du projet de loi organique portant code de l'organisation des compétences des juridictions de l'ordre judiciaire.

Bafwasende: de milliers des déplacés en détresse. De milliers d'habitants du groupement de Loya, dans le secteur de Bakamu Dangumu dans le territoire de Bafwasende se sont refugiés, depuis plus de deux mois, au poste d'encadrement administratif d'Opienge et dans d'autres groupements voisins de ce territoire, situé à plus de 382 km de Kisangani. Ces personnes viennent de treize localités de Loya, complètement détruits en avril lors des affrontements entre les Fardc et les combattants Maï-Maï. Plusieurs cas de décès et de maladies des enfants de moins de 5 ans ainsi que des femmes enceintes sont signalés parmi ces déplacés. Ces derniers sont dépourvus de tout. La plupart d'entre eux accusent de signes de malnutrition. Le poste d'encadrement d'Opienge, à lui seul, a enregistré plus de 6 000 déplacés, dont 987 enfants de moins de 5 ans et 103 femmes enceintes. (Radio Okapi)

Les OPJ du Sud-Kivu en formation à Bukavu. Les officiers de la police judiciaire (OPJ) de tous les territoires de la province du Sud-Kivu participent depuis le mercredi 9 juin à une formation de deux jours sur le thème " La Police judiciaire au service d'un Etat de Droit. " Le but: outiller les OPJ, dans la confection des Procès-verbaux et l'instruction des affaires judiciaires.

RDC : la situation alimentaire se dégrade, selon Ocha. La situation alimentaire s'est détériorée dans onze provinces de la RDC, de septembre 2009 à mars 2010, a annoncé mercredi 9 juin la chargée de l'information publique et plaidoyer adjointe à Ocha, Stephania Trassari. Elle donnait ainsi les résultats des enquêtes menées par le Programme national de nutrition (PRONANUT) avec l'appui de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme mondiale de l'alimentation (Pam). Stephania Trassari explique : " Aujourd'hui il y a des couches de population, surtout dans l'Est mais ailleurs aussi, qui ne mangent pas à leur fin. Cela est dû à plusieurs raisons: on a enregistré une hausse des prix de denrées alimentaires de 28% par apport à l'année dernière. A cela, s'ajoute le fait que les jeunes, surtout dans certains provinces de l'Est, abandonnent le secteur agricole au profit d'autres activités, comme l'exploitation minière artisanale." Elle épingle une autre cause: "On a enregistré malheureusement le recrutement de la population active dans de groupes armés. Il y a (une frange de la) population qui, au lieu de cultiver les champs, se concentre sur des activités militaires." Mme Stephania Trassari a fait état également, surtout au Nord-Kivu, de " la présence de la mosaïque des plantes qui cause la perte de beaucoup de production du manioc et celle d'une bactérie qui attaque les bananiers qui, bien sûr, entraîne une baise de production de ce produit." (Radio Okapi)

Sénat: Mwando Nsimba déplore le mariage contre nature FDLR-Maï Maï. Le ministre de la Défense nationale et Anciens combattants a répondu mercredi 9 juin à la chambre haute du parlement au sujet des foyers de tension persistant encore dans plusieurs coins de la RDC. Tout en reconnaissant l'existence des opérations menées par les Fardc, Charles Mwando Nsimba déplore des alliances contre nature entre les FDLR et les Groupes Maï Maï. La situation sécuritaire qu'a présentée le ministre Mwando concernait notamment l'Equateur, la Province Orientale, le Nord et le Sud Kivu ainsi que le Nord Katanga. "Il est malheureux de constater que des alliances contre nature se sont tissées entre les FDLR et certains groupes armés. C'est le cas notamment avec les FRF et le groupe dit Maï Maï Yakutumba, respectivement basés sur les hauts plateaux de Minembwe et dans les environs de Fizi. Allez-y comprendre, honorable président. " Par ailleurs, le ministre a affirmé que la plupart de ces groupes armés n'ont plus d'existence politique ni militaire, mais plutôt économique. Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo a ajouté qu'il s'agit d'une situation lié à la pauvreté. (Radio Okapi)

Monuc: Roger Meece succède à Alan Doss. Le successeur d'Alan Doss est connu. Le secrétaire général Ban Ki-moon, a annoncé mercredi son intention de le nommer Roger Meece comme représentant spécial pour la République démocratique du Congo et chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC, Monusco. Il a informé le Conseil de sécurité de sa décision dans une lettre datée du 7 juin.

Jeudi 10 juin.

L'Afrique centrale adopte la déclaration de Ndjamena contre le phénomène enfants soldats. L'Afrique centrale tient à renforcer les juridictions nationales pour lutter contre le phénomène "Enfants soldats" "Comment mettre fin au recrutement et à l'utilisation des enfants soldats en vue de renforcer la paix et la sécurité et de promouvoir la stabilité et le développement en Afrique centrale? " Le thème a été au centre d'une conférence régionale tenue à Ndjamena, la capitale tchadienne, du 8 au 9 juin 2010. Les participants ont adopté ce qu'il faudra désormais appelé "la Déclaration de Ndjamena" qui marque une nouvelle phase dans la lutte contre le phénomène des enfants soldats qui endeuille l'Afrique. En effet, sur environ 300 000 enfants soldats à travers le monde, 100 000 se trouvent en Afrique. Et de ces 100 000, 30 000 au moins sont localisés en RDC. C'est pourquoi, l'expérience de la RDC à cette conférence a été fortement appréciée. Le Congolais Ntumba Lwaba, secrétaire exécutif adjoint de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL), a indiqué que les délégués ont insisté sur le fait que l'enrôlement ou l'utilisation des enfants dans les groupes armés constituent un crime passible des poursuites devant la Cour pénale internationale. Autre résolution adoptée: le renforcement des appareils judiciaires nationaux pour éviter l'impunité, de façon que les premières poursuites puissent se faire au niveau national. (Radio Okapi)

Ruberwa: "La décentralisation, c'est urgent et non négociable". La population doit se mobiliser pour obtenir la sécurité et la décentralisation. C'est ce qu'a déclaré Azarias Ruberwa, président du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD). Pour l'ancien vice-président de la République, il y a manque de volonté politique dans le chef des dirigeants à Kinshasa pour rendre effectives la décentralisation et la retenue des 40% des recettes produites par les provinces à la source.

Kisangani: peine de mort reconduite pour les deux Norvégiens. Le verdict du procès en appel à la cour militaire de Kisangani est tombé ce jeudi 10 juin dans la matinée. Tjostolv Moland et Joshua French sont condamnés à la peine capitale. La cour militaire de Kisangani reconduit ainsi la peine de mort prononcée au premier degré. Cette peine étant commuée en une peine d'emprisonnement à perpétuité en RDC, les deux ressortissants norvégiens devront passer le reste de leur séjour dans la prison de Kisangani.

Ituri: en provenance d'Aveba, des déplacés sans assistance à Gety. Environ 350 déplacés sur plus d'un millier qui avaient quitté Aveba sont arrivés le dimanche 6 juin à Getty, à une vingtaine de km de la collectivité de Walendu Bindi, en Ituri, après deux jours de marche à pied. Cette vague de nouveaux venus est essentiellement constituée d'enfants dont la plupart présentent des signes d'anémie et de malnutrition.

Coupe du monde: la vente des téléviseurs augmente à Lubumbashi. Les maisons de redistribution des images satellitaires ou de vente des postes téléviseurs de Lubumbashi font de bonnes affaires, à la veille du coup d'envoi de la coupe du monde de football. Des clients se bousculent à leurs portes, a-t-on constaté le jeudi 10 juin. Outre l'acquisition des téléviseurs, les abonnements aux chaînes câblées connaissent un accroissement ces derniers jours dans la capitale du Katanga.

Sakania: la Cour suprême menace de fermer la Société Frontier. Le cobalt est l'une des matières qu'exploite Frontier à Sakania. La population de Sakania, au sud du Katanga, est inquiète suite à la menace de la fermeture qui pèse sur la société Frontier, filiale du minier canadien First Quantum Minerals (FQM). Cette menace viendrait d'un arrêt de la Cour suprême de justice. En effet, l'arrêt pris à la mi-mai 2010 attribue certains gisements de cuivre et de cobalt de Frontier à la Sodimico. La même décision judiciaire annule une lettre du ministère des Mines et vise les gisements de Lonshi et de Kijiba, les plus riches de ce territoire. Ceux qui ont connu les bienfaits de First Quantum Minerals par l'exploitation de ces deux gisements, acceptent mal le départ du minier. Frontier est à la tête du peloton des entreprises minières pour l'impôt de 2009. Elle représente une importance particulière aussi pour le ministère provincial des Mines au Katanga. Le ministre des Mines du Katanga, Juvénal Kitungwa appelle l'entreprise à introduire un recours en justice. Il souhaite l'intervention personnelle du chef de l'Etat pour sécuriser le secteur minier au Katanga. (Radio Okapi)

Parc de Virunga: l'ONG IDPE accuse les militaires des Fardc de braconnage, pêche illicite et carbonisation. Dans sa lettre adressée, le mardi 8 juin aux autorités du Nord-Kivu, l'ONG Innovation pour le développement et la protection de l'environnement (IDPE) dénonce la passivité des autorités politico-administratives dans la destruction de la faune et flore des sites du parc national de Virunga. Selon le directeur général de cette ONG de défense de droits des animaux, Bantu Lukambu, quelques éléments des Fardc basés au Parc national des Virunga s'adonnent au braconnage, à la pêche illicite sur le lac Edouard et la carbonisation. En ce qui concerne le braconnage, pour le mois de mai, environ soixante dix animaux ont été abattus dans ce parc par les militaires de la 18ème et 15ème brigades intégrées des Fardc en particulier dans le secteur centre et est du parc, selon le directeur de l'IDPE. La pêche illicite est pratiquée dans trois pêcheries sur le lac Edouard, où elle a pris une ampleur beaucoup plus élevée, ajoute le directeur général de l'IPDE. D'après lui, les militaires des Fardc emploient plus de 40 enfants en âge scolaire pour cette activité. Ces enfants armés sont protégés par les militaires basés à Kamandi, selon la même source. Concernant la carbonisation, Bantu Lukambu indique que vingt-six camions remplis de sacs de charbon de bois et quatre autres véhicules des bois de construction ont été identifiés et interceptés, aux environs du parc de Virunga.Pour sa part, l'administrateur directeur général de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), Cosma Wilungula a déclaré: "Nous sommes conscients de cette situation. Une équipe mixte de 300 personnes, composée de soldats des Fardc et de gardes des parcs sera lancée, bientôt, sur le terrain pour mettre fin à cette situation." Il promet également, en collaboration avec les autorités militaires de la 18ème région militaires du Nord-Kivu, de démilitariser les sites du parc national de Virunga et de déférer les téméraires devant la justice. (Radio Okapi)

Vendredi 11 juin.

Kinshasa: les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères en grève. La majorité de bureaux du ministère des Affaires étrangères étaient fermés, jeudi 10 juin, et tous leurs occupants, dehors ; à l'exception des membres du cabinet de ministre. C'est la conséquence de la grève entamée depuis quatre jours par les fonctionnaires et agents de ce ministère.

Sénat: Muzito retire ses décrets sur la création des nouvelles villes. Le chef du gouvernement a annoncé jeudi qu'il retirait les décrets qui confèrent le statut de villes et communes à certaines agglomérations. Adolphe Muzito répondait à la déclaration d'interpellation du sénateur Patrice Aimé Sessanga. Toutefois, le Premier ministre n'a pas été explicite quant à l'installation de nouvelles provinces, a estimé le sénateur Sessanga.

Mort de Chebeya: le PGR accrédite la thèse de meurtre. Le procureur général de la République (PGR) atteste la thèse de meurtre concernant la mort de Floribert Chebeya, ancien directeur exécutif de la Voix des sans pour les droits de l'homme. Flory Kabange Numbi l'a déclaré jeudi à la presse à Kinshasa, affirmant que la justice congolaise mène bien ses enquêtes. Il a aussi attesté que ces enquêtes n'ont pas connu de difficultés pour qu'elles soient épaulées par des enquêteurs internationaux : " Aujourd'hui, je voudrais porter à votre connaissance que les éléments obtenus à ce jour tendent qu'il s'agirait d'un meurtre. "

Nord-Kivu: le PNUD valide son plan 2010, 6 millions USD disponibles. Le Programme des Nations unies pour le développement, PNUD a organisé mercredi à Goma le premier exercice de validation de son plan de travail 2010, en présence des autorités provinciales des acteurs de développement engagés dans les mêmes secteurs que le PNUD et des comités de suivis du programme pauvreté et gouvernance. A cette occasion, le PNUD a annoncé qu'il s'apprêtait à injecter 6 millions de dollars américains. "Le développement est d'abord l'affaire des nationaux. Le PNUD et les partenaires techniques ne font que les accompagner. C'est pourquoi le PNUD réaligne ses interventions aux positions du gouvernement, " a indiqué le docteur Sergine Bamba Gaye, chef de bureau intérimaire du PNUD. Il justifie la tenue de cette rencontre : " Il s'agit en l'occurrence d'avoir une feuille de route pour 2010, à travers les deux domaines d'intervention du PNUD qui sont la gouvernance et la pauvreté. C'est également un exercice technique, politique mais aussi un exercice très important qui participe dans le sens d'un réalignement de l'intervention du PNUD sur les positions du gouvernement mais en même temps ça permet de favoriser l'appropriation nationale. " Pour l'année 2010, le PNUD se propose de renforcer les capacités de pilotage du gouvernement provincial du Nord Kivu et aussi de réaliser des projets par compétence sectorielle, a indiqué pour sa part Moussa Diagana, coordonnateur du Programme pauvreté du PNUD dans cette province. (Radio Okapi)

Mgr Simon Ntamwana réélu président de l'ACEAC. Kinshasa a accueilli la 10eme assemblée plénière de l'Association des Conférences Episcopales de l'Afrique Centrale (ACEAC) du 7 au 8 juin à la salle Isidore Bakanja de la Gombe. Les évêques de Burundi, Rwanda et la RDC ont pu réfléchir ensemble sur les initiatives issues de la IIe assemblée synodale de l'Afrique, surtout sur les questions de la Justice et Paix. L'assemblée a adopté les statuts révisés de l'ACEAC et a réélu à l'archevêque de Gitega (Burundi), Monseigneur Simon Ntamwana, pour un deuxième mandat à la tête de l'ACEAC. (Ademis)

L'ambassade de Belgique sensibilise les Kinois contre la drépanocytose. L'ambassade de Belgique en RDC prévoit de projeter le samedi 19 juin prochain au centre culturel Boboto de Kinshasa un film sur la situation de la drépanocytose ou anémie SS. Le diplomate belge l'a annoncé jeudi au cours d'une rencontre avec la presse et les partenaires sanitaires en marge de la journée internationale de cette maladie. L'objectif de cette campagne c'est de sensibiliser les populations congolaises sur les méfaits de la drépanocytose.