Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 26 Juin au 8 Juillet 2010
n°149


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 


Samedi 26 juin.

Miba: 10.000 francs de substance à chaque agent. Ils attendaient leur salaire rabattu comme recommandé dans le plan de relance de l'entreprise. Mais depuis vendredi, les agents de la Minière de Bakwanga (Miba) touchent, chacun, un acompte de 10.000 francs congolais, à titre de motivation, pour le mois de juin. Bien que dérisoire, le personnel de la Miba n'a pas refusé de toucher cette somme, même si la délégation syndicale se dit indignée. Toutefois, pour la délégation syndicale de la Miba, l'acceptation de cette somme ne change en rien l'ultimatum lancé au gouvernement congolais dans une lettre adressée au ministère du Portefeuille. Un ultimatum qui exigeait le paiement des six mois d'arriérés de salaire avant le 25 juin 2010. Pour sa part, la haute direction de la Miba n'a pas voulu s'exprimer sur le sujet.

Affaire Chebeya : début des obsèques, procession dans la capitale. Près d'un millier de personnes ont accompagné à pied en procession le corps du militant pour les droits de l'homme Floribert Chebeya Bahizire tout au long du Boulevard du 30 Juin, à Kinshasa. Parti de la morgue de l'hôpital général de la capitale, le cortège funèbre est arrivé jusqu'au domicile du défunt. "Les gens se sont recueillis en silence et étaient très émus. Ils étaient nombreux à être venus rendre un dernier hommage à Floribert ; j'ai vu des religieux et des membres de l'opposition, mais aucun représentant du régime", dit Dolly Ibefo Mbunga, qui a provisoirement revêtu les fonctions de directeur exécutif de l'ong Voix des Sans Voix (VSV) qu'occupait le défunt. À l'unisson, VSV et des centaines d'organisations de défense des droits de l'homme continuent de solliciter l'ouverture d'une enquête indépendante et internationale sur la mort de Chebeya. VSV demande par ailleurs au gouvernement congolais de reconnaître Floribert "héros national, mort pour les droits de l'homme", poursuit l'interlocuteur. Pour VSV, le gouvernement est impliqué dans la mort de Chebaya et dans la disparition depuis lors de son collègue et beau-frère Fidèle Banzana Edadi. Au moment de sa mort, "Floribert travaillait sur des affaires de détention prolongée et peut-être injustifiée", précise Munga. Le chef de la police, le général John Numbi, qui a été démis de ses fonctions depuis qu'il est soupçonné d'être l'éventuel commanditaire du meurtre, serait toujours en liberté, selon l'interlocuteur de la Misna, qui observe avec amertume : "Le plus triste, c'est qu'à l'époque de Mobutu Sese Seko, Numbi avait été emprisonné et libéré grâce à l'intervention de défenseurs des droits de l'homme et notamment de Chebaya". Le programme des obsèques prévoit des moments de recueillement et de prière interreligieuse jusqu'à la messe qui sera célébrée samedi à 11 heures dans la cathédrale de Notre-Dame de Lingwala. (Misna)

Drogue: le fléau n'épargne pas la RDC. L'Assemblée générale de l'Onu a institué depuis 1987 le 26 juin, une journée internationale contre l'abus et le trafic illicite de drogues. A cette occasion, le comité interministériel de lutte contre la drogue en RDC va procéder ce samedi à Kinshasa à l'incinération des drogues saisies l'année en cours. C'est que le fléau n'épargne pas la société congolaise. Selon le comité interministériel, en 2009 une centaine de personnes étaient interpellées et 500 grammes de cocaïne ont été saisis dans la seule ville de Kinshasa. Et dans la capitale congolaise, des petits marchés où se vend et se consomme le chanvre se multiplient. Ils sont créés souvent dans des endroits isolés. Que prévoit donc la politique congolaise en matière de la lutte contre la drogue ? Le président national du comité interministériel de lutte contre la drogue, Pini Moke explique : "Au niveau international, le pays a signé toutes les conventions des Nations unies. Ce sont des instruments juridiques qui autorisent la RDC à lutter contre la drogue. Nous avons quatre conventions. Au niveau national, nous avons toute une série de lois, nous constatons que ces lois sont très faibles par rapport à celles d'autres pays, parce que la plupart de ces lois datent du temps colonial." (Radio Okapi)

Masisi: le CNDP met fin à l'administration parallèle, le gouvernement s'en réjouit. Le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) a annoncé avoir mis fin à l'administration parallèle depuis le 14 juin, jour de l'installation officielle de l'administrateur adjoint du territoire de Masisi issu de ce parti. Selon le ministre Lambert Mende, le gouvernement se réjouit de bonnes dispositions du CNDP et espère que cela se vérifiera sur le terrain.

CPI: l'ouverture du procès Jean-Pierre Bemba reportée au 14 juillet. Initialement prévu le 5 juillet 2010, le procès de Jean-Pierre Bemba à la Cour pénale internationale débutera le 14 du même mois, selon un communiqué de cette juridiction rendu public vendredi. Un report décidé pour des raisons administratives, précise la source.

Bukavu: cambriolage en plein jour à la Biac, un mort et trois blessés. Six hommes armés dont quatre en tenue militaire ont attaqué vendredi à Bukavu, la Banque internationale pour l'Afrique au Congo (Biac), direction locale, en pleine journée et emporté, selon les sources, 50.000 dollars américains en laissant derrière eux un cadavre et des blessés. Il est 15h passées en plein centre ville de Bukavu, vendredi 25 juin, lorsqu'une jeep de couleur verte stationne devant la Biac. Six personnes en descendent et entrent dans la banque. Celle qui était devant, en tenue civile, se présente à la réception comme un client de la banque. Selon le chef d'agence de la Biac Bukavu, Aimé Masimango, l'homme était immédiatement suivi de deux autres, habillés, eux , en tenue militaire. L'un d'eux portait même des galons de colonel. Deux autres étaient entrés par derrière, entre-temps. Dans les secondes qui ont suivi, le soit disant client ordonne à tout le monde trouvé à l'intérieur de se coucher. Un lieutenant de la police qui a essayé de résister attrape une balle tirée sur lui à bout portant par l'un des assaillants. Il meurt sur le champ. D'autres coups de feu sont tirés, blessant deux personnes dont un policier. Les assaillants profitent alors de la panique générale créée par leur attaque pour se diriger vers le guichet où, selon le chef d'agence, ils emporteront une enveloppe contenant 50.000 dollars américains. La bande reprend place à bord de la jeep qui démarre en trombe vers le marché Benyewera. Quelques policiers qui assuraient la garde de l'établissement bancaire avaient réussi à répliquer en tirant sur les bandits, blessant l'un d'eux. (Radio Okapi)

Progosa - Onatra: divorce consommé. Selon Jeannine Mabunda, le Premier ministre Adolphe Muzito a décidé de ne pas proroger le contrat de gestion qui liait la firme espagnole Progosa à l'Office national de transport (Onatra). Adolphe Muzito a aussi demandé à Jeannine Mabunda d'initier un processus de sélection d'un prestataire pouvant apporter des ressources financières et présenter diligemment une proposition sur les structures de gestion de l'Onatra pendant cette période transitoire. Toutefois, Jeannine Mabunda n'a pas évalué le contrat Progosa.

Nord-Kivu: quarante sept personnes torturées depuis janvier, selon ACAT. L'ONG Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT) a recensé quarante sept cas de tortures depuis le début de l'année 2010 dans toute la province du Nord-Kivu. Ces chiffres ont été révélés jeudi 24 juin, au cours de la table ronde organisée par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme Nord-Kivu en collaboration avec les ONG des droits de l'homme de cette province. La torture est effectuée dans différents lieux de détention dont des cachots de la police, a déclaré un responsable de l'ACAT.

Dimanche 27 juin.

Kinshasa: lundi 28 juin, journée ouvrable. La journée de lundi 28 juin 2010 sera une journée ouvrable dans la capitale congolaise. Précision du gouvernement provincial qui vient couper aux rumeurs selon lesquelles cette journée allait être déclarée chômée à Kinshasa. A part le 30 juin, date du cinquantenaire de l'indépendance, seule la journée du mardi 29 sera chômée et payée, a indiqué samedi Thérèse Olenga, porte-parole du gouvernement provincial de Kinshasa.

Nord-Katanga: protection de l'enfance, les vaccins à nouveau disponibles. Après rupture des stocks pendant quatre mois, les vaccins sont de nouveau disponibles pour le Nord-Katanga. Le médecin coordonnateur du Programme élargi de vaccination (PEV), le Dr. Collart qui l'a lui-même annoncé, parle de 64.000 doses du vaccin à cinq antigènes. Selon le médecin, ce vaccin protège les enfants contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l'hépatite virale B et les infections hémophilie influenza, dont la méningite purulente.

Le corps de Floribert Chebeya inhumé à Kinshasa. Le corps de Floribert Chebeya a été enterré, samedi 26 juin à Kinshasa, à l'issue d'une messe d'action de grâce en la cathédrale Notre Dame du Congo, pleine de monde comme un œuf. Cris de détresse, colère, désaveux… ont accompagné la dépouille mortelle de celui qui était jusqu'au 1er juin, directeur exécutif de l'ONG La Voix des sans voix (VSV), à sa dernière demeure au cimetière de Benseke. Membres de famille, ressortissants Bashi du Sud Kivu, militants des droits de l'homme congolais et autres venus de tous les coins du monde… tout le décor était planté pour rendre un dernier hommage à Floribert Chebeya. L'archevêque de Kinshasa, Monseigneur Laurent Monsengwo, condamne toute atteinte à la vie humaine, avant d'exiger de l'Etat congolais une enquête sérieuse pour dépister ces coupables et les punir comme il se doit selon la justice.

Kinshasa: la CENCO invite les politiciens à privilégier l'intérêt du peuple. A l'issue de la session ordinaire de l'assemblée plénière de la Conférence épiscopale nationale du Congo, samedi 26 juin 2010 à Kinshasa, les évêques catholiques ont recommandé que le Congolais soit placé au centre de l'action politique pour un Congo nouveau et prospère. Cette recommandation s'inscrit dans le cadre de la célébration, le 30 juin, du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC. Pour le président de la CENCO, cinquante ans après l'accession du pays à l'indépendance, le rêve des pères de l'indépendance a été brisé faute des hommes politiques capables de répondre à leurs obligations.

Kisangani: les fonctionnaires de l'Etat annoncent le boycott des festivités du cinquantenaire. L'intersyndical de la Fonction publique en Province Orientale a décidé de boycotter le défilé du 30 juin prochain sur le cinquantenaire de l'indépendance de la RDC. Elle l'a signifiée, samedi 16 juin à Kisangani, aux autorités provinciales.

Bukavu: cinquantenaire, l'ONG Vision Barza couronne les "héros dans l'ombre". Au cours d'un point de presse, samedi 26 juin à Bukavu, l'ONG Vision Barza, a publié une liste non exhaustive des " Héros dans l'ombre ", c'est à dire des personnalités ayant marqué cette ville, secteur par secteur, depuis 1960. Selon les propos du Révérend Byemba Lusolo Jules, président du jury, ces personnalités ont été pointées sur base des résultats des sondages, interviews au près de la population. Ces personnalités, originaires ou non du Sud-Kivu, recevront des prix honorifiques internationaux qui leur seront décernés au moment opportun, en guise de remerciement pour leur contribution au développement de la province. Vision Barza est une organisation confessionnelle internationale qui travaille en collaboration avec la coordination provinciale du Cinquantenaire.

Kinshasa: les universités francophones africaines se liguent avec celles de la CPGL. Les universités de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL) vont bientôt bénéficier de l'expérience et de nouvelles technologies des autres universités francophones africaines. Un accord de partenariat a été signé à Yaoundé (Cameroun) l'agence universitaire de la francophonie et la CEPGL.

Dungu: nouvelles incursions de la LRA, les chefs coutumiers appellent à l'autodéfense. La rébellion ougandaise, la LRA, a fait de nouvelles incursions des dans le territoire de Dungu, à environ 780 km de Kisangani, selon la société civile locale. Face à cette situation, plusieurs chefs coutumiers sensibilisent présentement leurs populations à vivre regroupées pour contrecarrer les exactions de la LRA, affirme le président de la société. Les récentes attaques de la LRA ont eu lieu samedi. D'abord à Ngagalanadabio. Cette incursion a été perpétrés par 5 éléments LRA au moment où le village pleurait un des ses fils décédé. Ensuite, une autre incursion a été signalée au poste d'Etat de Ngilima. Les assaillants ont emporté quelques bêtes dans la brousse. Quelques jours auparavant, la LRA a stoppé un convoi de 10 commerçants à Nangume sur la route Dungu-Faradje. Des caisses de bière, des sacs de farine et des vélos ont été emportés dans la brousse. Enfin, le dimanche dernier, la LRA a tué deux personnes à Gongolo, avant de se retirer dans la forêt, emportant vivres et des vêtements, produits du pillage. Face à cette situation, les chefs coutumiers invitent les ménages éloignés les uns des autres à venir construire et habiter dans des lieux de grand regroupement pour bien combattre l'ennemi.

Lundi 28 juin.

Albert II et la reine Paola à Kinshasa ce lundi. Le couple royal belge arrive à Kinshasa ce lundi 28 juin pour assister aux cérémonies du cinquantième anniversaire de l'indépendance de la RDC. Selon le programme remis par l'ambassade de Belgique à Kinshasa, outre sa présence au défilé militaire qui se déroulera le mercredi 30 juin, le roi Albert visitera, entre autres, le chantier naval de l'entreprise Chanic et l'hôpital Roi Baudouin de Masina. Pour Dominique Struye, ambassadeur de Belgique, la visite du roi Albert II à Kinshasa est un évènement exceptionnel : " La première signification, reconnaissons-le, c'est le courage qu'a eu le président Joseph Kabila d'inviter l'ancienne puissance coloniale. Je pense que c'est l'un des rares pays au monde où l'ancienne puissance coloniale est présente à l'occasion du cinquantième anniversaire. Ce qui est un geste aussi de reconnaissance de la grandeur et de l'importance que le Congo a aux yeux de la Belgique. Et au travers de la Belgique, je constate que tous mes collègues diplomates disent: quoi, le roi vient ? C'est que le Congo reste important.". Le diplomate belge avoue par ailleurs que tous les pays sont frappés de la présence du roi. Qu'ils soient Russes, Chinois, Américains, lorsqu'ils apprennent que le roi vient au Congo et que ce dernier replace ce pays pendant quelques jours au centre d'un intérêt mondial, ils sont surpris. (Radio Okapi)

Kabila inaugure trois ouvrages à Kinshasa. Le président Joseph Kabila a inauguré le dimanche 27 juin successivement le nouveau salon présidentiel de l'aéroport international de Ndjili, la place de la gare modernisé devant la gare centrale au centre ville et le jardin botanique de Kinshasa réhabilité. Cette série d'inaugurations s'inscrit dans le cadre des festivités du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC.

Accusé d'usage de faux: Stany Nkundiye retrouvé au cachot du ministère des Affaires étrangères. Stany Nkundiye, journaliste membre de l'Observatoire des médias congolais (Omec) a été retrouvé lundi 28 juin au matin au cachot de la police nationale attachée au ministère des Affaires étrangères dans la commune de la Gombe. La nouvelle a été livrée par le directeur général intérimaire de l'Agence congolaise de presse (ACP), Jean-Marie Vianney Longonya. Stany Nkundiye a été interpellé pour faux et usage de faux, a déclaré le patron de l'ACP. Il aurait tenté d'obtenir un passeport de service à l'aide d'une fausse carte de l'Agence congolaise de presse. Selon Jean-Marie Vianney Longonya, Stany Nkundiye est passé aux aveux et a présenté ses excuses. Dimanche 27 juin, le président de l'Observatoire des médias congolais (Omec) avait lancé un avis de recherche de Stany Nkudiye dans les médias. Sa famille et ses collègues n'avaient pas reçu de ses nouvelles depuis vendredi 25 juin. (Radio Okapi)

Cinquantenaire: l'état de lieu à 48 heures des festivités. Le 30 juin 2010 la RDC commémore le cinquantenaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale. A 48 heures de l'événement, les préparatifs se poursuivent à travers tout le territoire national dans presque toutes les villes. Zoom sur ce qui est déjà en place. Des jeux de lumière sont installés dans plusieurs artères de Lubumbashi où un grand monument est en érection à la place de la poste. Des monuments sont également érigés à Kinshasa, la capitale. Sur la place de l'Indépendance, au rond-point situé entre le ministère de la Justice et celui des Affaires étrangères donnant sur le palais de la nation un monument est fin prêt. Un autre est construit au rond-point Kimpwanza. Il immortalise Joseph Kasa-Vubu, premier président de la RDC. Des bâtiments sont repeints à Goma, à Bukavu, à Bunia et à Kinshasa. Des artères sont nettoyées à Matadi et dans la ville de Bandundu. A Kalemie au Katanga, pour emballer la population dans ces festivités, des conférences sont organisées et se poursuivent encore. A Goma, au Nord-Kivu, le gouverneur a lancé une tombola du cinquantenaire avec des milliers des prix dont deux voitures à gagner. Des rencontres sportives sont organisées à Mahagi et à Mongwalu, en Ituri. A Mbandaka, dans la province de l'Equateur, par manque de moyens, le gouvernorat avait pensé à des retenues sur les salaires des agents pour organiser les festivités. Les fonctionnaires s'y sont opposés. (Radio Okapi)

Kisangani: inauguration de la cellule Simon Kimbangu à la prison centrale. C'est une cellule qu'occupait le prophète Simon Kimbangu pendant son incarcération à la prison centrale de la capitale de la Province Orientale en 1921. Le gouverneur Médard Autsai l'a inaugurée dimanche 27 juin après sa réhabilitation sur financement du gouvernement provincial.

Beni: attaque des rebelles de l'ADF/Nalu à Mutwanga, 8 morts et 2 blessés. Les rebelles ougandais de l'ADF/Nalu ont encore frappé. Ils ont attaqué ce lundi 28 juin au matin le village de Mutwanga, chef-lieu du secteur de Rwenzori, en territoire de Beni, au Nord-Kivu. Bilan de l'attaque : huit personnes tuées et deux autres blessées, toutes des victimes civiles.

Bukavu: un chercheur met en garde contre la consommation des colorants. La santé publique des habitants de Bukavu serait menacée par la consommation des boissons fabriquées à base de l'eau mélangée au colorant en poudre. Ce produit communément appelé " 'baraffe' 'ou "sain glace " pourrait provoquer des maladies parce que les producteurs de ces boissons ne connaissent pas la teneur et la nature de ces colorants, a prévenu lundi 28 juin le professeur Cimanuka, docteur en sciences pharmaceutiques.

Mardi 29 juin.

Mbuji-Mayi: plus de 150 Officiers de police judiciaire prêtent serment. Cent quinze officiers et trente sept inspecteurs de police judiciaire du parquet de grande instance de Mbuji-Mayi ont prêté serment lundi 28 juin à l'issue d'une formation sur l'instruction des dossiers judiciaires. La formation a été organisée par les ministères de la Justice et de l'Intérieur avec l'appui de la Mission de l'Onu en RDC.

Albert II est arrivé à Kinshasa. Accompagné de son épouse la reine Paola et du Premier ministre belge démissionnaire Yves Leterme, Albert II est arrivé lundi 28 juin après-midi dans la capitale congolaise. Le roi des Belges a été accueilli à l'aéroport international de Ndjili par le Premier ministre congolais Adolphe Muzito. Le roi a également eu des entretiens le soir avec le Chef de l'Etat congolais Joseph Kabila au Palais de la nation au cours d'un dîner privé. Pour rappel, il y a vingt cinq ans qu'un roi de la Belgique n'a plus été en visite à Kinshasa. Le dernier voyage officiel étant celle du roi Baudouin en 1985.

Walikale: opérations Amani leo, les FARDC observent une trêve. Les opérations militaires conjointes et coordonnées contre les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans le territoire de Walikale, au Nord-Kivu, sont momentanément suspendues depuis le 25 juin. Question de permettre aux unités de stabilisation de s'installer dans toutes les zones où les rebelles des FDLR ont été délogés, selon le commandement des opérations Amani Leo au Nord-Kivu.

Cinquantenaire: inauguration des monuments de Kasavubu et Tshombe. Le président de Joseph Kabila a inauguré mardi 29 juin à Kinshasa, le monument de Joseph Kasavubu, premier président de la République Démocratique du Congo, à l'occasion de la fête du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC.

William Swing: "Je suis optimiste quant à l'avenir de la RDC. L'ambassadeur William Lacy Swing est l'un des invités du gouvernement congolais aux festivités du Cinquantenaire. Le directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations OIM et ancien représentant du secrétaire général des Nations unies en RDC se dit optimiste quant à l'avenir de la RDC.

RDC: le signal de RFI pourrait être rétabli avant le 14 juillet. Les responsables français de l'audiovisuel extérieur l'ont fait savoir mardi lors d'un point de presse à Kinshasa. Le patron de RFI a estimé que les relais du media français émettront avant le 14 juillet. Il a déclaré avoir obtenu des garanties du gouvernement congolais à ce sujet. Alain Duplessis de Pouzilhac a promis d'ouvrir un bureau à Kinshasa comme c'est le cas dans certains pays de l'Afrique de l'Ouest.

L'ICCN dénonce le braconnage des éléphants et des singes rouges à Dekese. Plus d'une centaine d'éléphants ont été abattus dans les parcs congolais en 2009. L'administrateur délégué général de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) dénonce le braconnage à grande échelle des éléphants et des singes rouges au parc de la Salonga, dans le territoire de Dekese, au Kasaï-Occidental. Selon Cosma Wilungula, ce braconnage serait l'œuvre des populations riveraines aux parcs et quelques éléments incontrôlés des Fardc. La vente de viande d'animaux provenant du braconnage et le trafic d'ivoire se portent bien à Dekese, à en croire Cosma Wilungula. Selon lui, le parc national de la Salonga est en tête de liste des parcs et aires protégées les plus frappés par le braconnage. De son côté, José Endundo Bononge, ministre de l'Environnement, conservation de la nature et tourisme, affirme que des actions s'effectuent déjà sur le terrain pour combattre ce fléau. En mars 2010, la convention sur le commerce international des espèces animales et végétales en danger ou menacées (Cites), avait démontré que la fréquence du braconnage est croissante et la répartition des éléphants est en baisse. (Radio Okapi)

La reine Paola découvre l'INPP. La reine de Belgique, sa majesté Paola, s'est rendue mardi avant-midi à l'Institut national de préparation professionnelle, l'INPP, à la 11e rue de la commune de Limete à Kinshasa. Après avoir été accueillie par le vice-Premier ministre Nzanga Mobutu et le comité de gestion de l'INPP, la reine a palpé du doigt quelques réalisations de cette institution de préparation professionnelle. Il s'en est suivi un défilé de mode. Cinquante ans d'indépendance de la RDC, 46 ans d'existence de l'INPP. A l'occasion de sa visite, l'INPP a présenté à la reine ses compétences à travers divers services. De la coupe couture-motorisation en passant par la restauration, l'hôtellerie jusqu'à la maçonnerie, l'INPP a démontré qu'une main d'œuvre qualifiée et abondante, gage de la reconstruction nationale, passe par une formation professionnelle de qualité. L'une des missions étant la sélection et l'orientation professionnelle, soit pour l'embauche, soit pour la formation. L'INPP impressionne par la qualité de ses services. La reine Paola l'a pu constater. Le responsable de l'INPP souhaite l'établissement d'une coopération agissante entre son institution et la Belgique.

Mercredi 30 juin.

30 juin 2010: la RDC indépendante totalise cinquante ans d'âge. Le 30 juin 1960, le Congo belge a accède à la souveraineté nationale et internationale devenant ainsi la RDC. Cinquante ans plus tard, des festivités sont organisées pour commémorer ce jour sur l'ensemble du territoire congolais. Comment la RDC en est-elle arrivée à l'indépendance ? Le processus de l'indépendance de la RDC commence avec les luttes internes de libération du peuple congolais du joug de la colonisation. Simon Kimbangu (Prophète et père spirituel de l'Eglise kimbanguiste), Kimpa Vita (une prophétesse dont l'enseignement est inspiré du catholicisme) et bien d'autres personnages prédisent l'autodétermination de l'homme noir. Ce qui leur vaut d'être considérés comme prophètes alors qu'ils sont en vie ou après leur mort. Puis arrivent des luttes organisées dont la révolte des Batetela de Luluabourg en 1895, une révolte des guerriers de la tribu Batetela de l'armée coloniale. Sous la direction de Joseph Ileo et encouragé par les conseils de l'Abbé Joseph-Albert Malula, curé de la paroisse Saint-Pierre de Kinshasa, un groupe de Congolais décide de rédiger le manifeste de la conscience africaine. Ce document est publié le 1er juin 1956. Le manifeste de la conscience africaine est une réponse au plan du professeur belge Jeff van Bilsen publié en 1956. Face à ce plan qui préconise l'indépendance du Congo belge dans trente ans, en 1986, l'intelligentsia congolaise propose de dégager un compromis entre l'impatience des Congolais qui veulent une émancipation immédiate et le conservatisme des Belges. Le 4 janvier 1959, une révolte éclate à Kinshasa après l'annulation d'un meeting de l'Alliance des Bakongo. Elle est réprimée dans le sang. Ces mouvements de résistance aboutissent à l'organisation de la table ronde de Bruxelles du 20 janvier au 21 février 1960. Ce forum regroupe dans la capitale belge l'élite congolaise, les chefs coutumiers de l'époque et le gouvernement belge. Au début des travaux, deux options contradictoires émergent. Le ministre belge des colonies tient à ce que la table ronde définisse les structures politiques, analyse les problèmes politiques qui se posent dans la colonie et mette sur pied un calendrier d'exécution. La majorité de l'élite congolaise estime qu'il faut d'abord fixer la date de l'indépendance. Sur ce point, les Congolais avancent la date du 1er juin 1960. Les Belges proposent d'abord le 15 juillet 1960. Finalement, la poire est coupée en deux: la date du 30 juin est retenue par toutes les parties. Jean Bolikango, l'un des pères de l'indépendance, annonce le 27 janvier 1960 à Bruxelles que l'indépendance du Congo sera proclamée à Léopoldville, aujourd'hui Kinshasa, le 30 juin 1960. Ce qui fut fait. Ce jour là, le tout premier Premier ministre de la RDC, Patrice Emery Lumumba prononce un discours perçu par beaucoup comme contraire aux usages diplomatiques. (Radio Okapi)

Joseph Kabila: " Nous sommes tous responsables des ratés ". "Nous sommes tous responsables des ratés observés aussi bien dans le secteur de développement que celui des droits humains ", a déclaré le président Joseph Kabila dans son discours à la nation lors de la cérémonie de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC, à Place du soldat inconnu en face du Palais du peuple de Kinshasa. Le discours du président Kabila peut se résumer en trois mots: hommage, évaluation et perspectives. Faisant l'évaluation des cinquante dernières années, Joseph Kabila a indiqué que la RDC n'a pas connu que des ratés mais elle a aussi remporté des victoires remarquables parmi lesquelles: l'unité nationale, la réconciliation nationale, la transition consensuelle, la démocratie et l'organisation des élections de 2006. Joseph Kabila estime que les " ratés " ont été surtout observés dans le secteur du développement et du progrès social. Des secteurs qui ont connu un retard considérable, à en croire le président Kabila. Loin de croiser les bras, il a indiqué que le Congo se redresse comme en témoigne des nombreux chantiers. Pour lui, l'ambition du Congo est de devenir un centre d'impulsion de développement dans la région des Grands lacs. Joseph Kabila a rendu hommage aux pères de l'indépendance mais aussi à Simon Kimbangu pour avoir " allumer le symbole de la liberté ". Hommage rendu également au Cardinal Joseph Malula pour son action à la prise de conscience du peuple congolais. Les prédécesseurs n'ont pas été oubliés. De Kasavubu à Laurent Désiré Kabila en passant par Mobutu Sese Seko, Joseph Kabila a salué la mémoire des anciens présidents congolais. Joseph Kabila a aussi félicité l'action les Nations unies pour leur action en RDC. Il a particulièrement remercié les différents contingents militaires qui ont participé à la restauration de la paix en RDC ainsi qu'à ceux qui sont tombés sur le champ d'honneur pour que la paix revienne en RDC. (Radio Okapi)

Cinquantenaire: défilés des militaires et civils dans les grandes villes congolaises. Kinshasa la capitale a revêtu sa plus belle robe. Un défilé majestueux des Forces armées de la RDC, des anciens combattants, de la police et des autres membres de la société congolaise se déroule à la Place du soldat inconnu, en face du Palais du Peuple à Kinshasa. Plusieurs chefs d'Etat ont répondu à l'invitation du président congolais Joseph Kabila. Outre Albert II le roi des Belges, on a noté la présence de plusieurs chefs d'Etats et de gouvernements, notamment Denis Sassou Nguesso de la République du Congo, Ali Ben Bongo du Gabon, Paul Kagame du Rwanda, Robert Mugabe du Zimbabwe, Yoweri Museveni de l'Ouganda, Francois Bozizé de la République centrafricaine. Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon et son ancien représentant spécial en RDC, William Lacy Swing sont aussi présents à ces festivités.

Kinshasa: Ban Kin-Moon inaugure la Monusco. Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Kin-Moon, a inauguré mercredi 30 juin à Kinshasa, le nouveau mandat de la Monusco (Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC) qui succède à la Monuc (Mission des Nations unies en RDC). Ce mandat continue d'accorder la priorité à la protection des populations civiles, en particulier les femmes sur lesquelles pèse un fardeau disproportionné, a indiqué M. Ban Ki-Moon.
Devant les représentants des différentes agences des Nations, Ban Ki-Moon a insisté sur la nécessité de protéger les civils et combattre les violences sexuelles. Il a déclaré : Tous les acteurs y compris les forces gouvernementales doivent s'attacher à combattre la violence sexuelle. En ma qualité de Secrétaire général, je ne ménagerai aucun effort pour lutter contre cette très grave violation de l'un des droits fondamentaux. Ban Ki-Moon a saisi cette occasion pour présenter son nouveau représentant spécial en RDC, l'ambassadeur Roger Meece, au personnel de la Monusco. Cela, avant de dévoiler la plaque frappée de la mention "Monusco"

Cinquantenaire de l'indépendance : du discours de Lumumba aux festivités actuelles. " Cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd'hui dans l'entente avec la Belgique, pays ami avec qui nous traitons d'égal à égal, nul Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier cependant que c'est par la lutte qu'elle a été conquise, une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n'avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang. C'est une lutte qui fut de larmes, de feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu'au plus profond de nous-mêmes, car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l'humiliant esclavage, qui nous était imposé par la force" : les premières phrases du discours historique prononcé le 30 juin 1960 par le Premier ministre de l'époque et père du Congo indépendant, Patrice Lumumba, retentissent encore aujourd'hui dans le pays qui fête le cinquantenaire de son émancipation en la présence du roi de Belgique Albert II. "La première signification, reconnaissons-le, c'est le courage qu'a eu le président Joseph Kabila d'inviter l'ancienne puissance coloniale. Je pense que c'est l'un des rares pays au monde où l'ancienne puissance coloniale est présente à l'occasion du cinquantième anniversaire. Ce qui est un geste aussi de reconnaissance de la grandeur et de l'importance que le Congo a aux yeux de la Belgique", a par ailleurs observé l'ambassadeur belge au Congo, Dominique Struye. Dans son discours tenu il y a 50 ans, Patrice Lumumba avait lui-même tendu la main à la Belgique, "qui, comprenant enfin le sens de l'histoire, n'a pas essayé de s'opposer à notre indépendance, est prête à nous accorder son aide et son amitié", évoquant le traité de coopération bilatérale signé par les deux nations souveraines le même jour. L'indépendantiste Lumumba, qui allait être assassiné quelques mois plus tard (en janvier 1961), précisément au nom de la sauvegarde des intérêts économiques de la Belgique dans la région du Katanga (sud), avait invité ses compatriotes à entamer "une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur", bâtir la "justice sociale et assurer que chacun reçoive la juste rémunération de son travail" et faire des lois "justes et nobles", dans le respect des "libertés fondamentales prévues dans la déclaration des Droits de l'Homme" et de "la dignité humaine". Il demandait aux Congolais "d'oublier les querelles tribales qui nous épuisent et risquent de nous faire mépriser à l'étranger" et à la minorité parlementaire d'aider le gouvernement par "une opposition constructive" dans le strict respect des "voies légales et démocratiques". Pour Lumumba, l'indépendance du Congo marquait "un pas décisif vers la libération de tout le continent africain", qui connut un important essor indépendantiste en 1960 avec l'émancipation de 16 autres pays. À l'occasion de cet anniversaire, le gouvernement congolais a instauré un commissariat général du Cinquantenaire de l'indépendance, qui a organisé et coordonné les festivités dans tout le pays dans le cadre d'un important dispositif de sécurité. La capitale Kinshasa a été nettoyée et embellie pour l'occasion : autrefois surnommé "Kin la belle", elle est désormais appelée "la poubelle" en raison de toutes les ordures qui envahissent ses rues. Pour la première fois, outre celle du roi de Belgique, les festivités verront la participation de représentants des pygmées, peuple autochtone marginalisé au sein de la société congolaise. La "fièvre du cinquantenaire", telle que la définit la presse, est néanmoins atténuée par la menace de boycott de la cérémonie annoncée par des mouvements sociaux. Certains représentants de la société civile et d'organisations de défense des droits de l'homme ont annoncé qu'ils ne prendraient pas part aux festivités, depuis le meurtre de Floribert Chebeya, directeur de Voix des sans voix (Vsv), retrouvé mort le 2 juin dernier dans la périphérie de la capitale, tandis que le Mouvement de libération du Congo de l'opposant Jean-Pierre Bemba a dénoncé la recrudescence de l'insécurité. Les membres de l'administration publique devraient également être absents pour afficher leurs revendications salariales. La célébration du cinquantenaire de l'indépendance semble ainsi diviser la nation et non pas représenter, comme l'avait espéré l'ex-président du parlement Vital Kamerhe, "un jour de communion nationale. C'est un jour où nous nous réconcilions, où nous passons en revue ce que nous avons fait des 50 ans d'indépendance pour prendre un nouvel élan". (Misna)

Jeudi 1er juillet.

Cinquantenaire: les Fardc montrent leur arsenal militaire. Le défilé du 30 juin a été riche en couleurs sur la place du soldat inconnu à Kinshasa. Après le passage en revue des troupes par le président Joseph Kabila, plus de 15 000 hommes des troupes ont défilé dans la discipline. Les policiers ont ouvert le défilé. Ils ont été suivis par les casques bleus de l'ONU et les militaires des Forces armées de la RDC.

Kinshasa: la société civile salue l'avènement de la Monusco. Le Secrétaire général de l'ONU s'est entretenu, mercredi 30 juin, à Kinshasa avec des membres de la société civile. Ces derniers ont salué l'avènement de la Mission de stabilisation de l'ONU en RDC. Selon Mme Chantal Kanyimbo, présidente de la société civile, cette mission correspond aux préoccupations que son organisation a soumises par le passé au Conseil de sécurité de l'ONU. Au cours de l'entretien, les défenseurs des droits humains ont exprimé à Ban Ki-Moon leurs inquiétudes concernant la liberté des journalistes et de défenseurs des droits humains. Selon Dismas Kitenge, les défenseurs des droits humains ont aussi attiré l'attention du diplomate onusien sur l'impunité consécutive à la faiblesse du système judiciaire et l'absence de l'indépendance du pouvoir judiciaire en RDC. Autre sujet évoqué: les rapports du panel des experts des Nations unies sur l'exploitation des ressources naturelles de la RDC. Avec l'avènement de la Monusco, la société civile espère qu'une suite sera donnée à ces rapports. (Radio Okapi)

Matadi: les détenus s'évadent de la prison centrale Camp Molayi. La situation demeure confuse dans la prison Camp Molayi de Matadi. Les détenus se sont soulevés jeudi 1er juillet le matin vers 7 heures locales. Beaucoup d'entre eux ont réussi à s'évader. Ces prisonniers ont attendu, en vain, d'être graciés par Joseph Kabila à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC. Ce qui expliquerait ce soulèvement, selon des sources ayant requis l'anonymat.

Albert II et la reine Paola visitent l'hôpital Baudouin 1er avant de s'envoler pour la Belgique. Le couple royal belge a terminé son séjour de 3 jours à Kinshasa ce jeudi. Mais avant de retourner dans leur pays, Albert II et la reine Paola ont dévoilé le buste du roi Baudouin Ier au centre hospitalier qui porte le même nom à Masina, une commune populeuse de l'Est de Kinshasa.

Beni: assassinat d'un activiste des droits de l'homme. Le cinquantenaire de l' indépendance de la RDC a été célébré dans le deuil dans le territoire de Beni suite à l'assassinat de Muhindo Salvator, activiste des droits de l'homme et représentant de l'ONG de défense des droits humains "Bon samaritain ". Il a été abattu à son domicile par des hommes en armes dans la nuit de mardi au mercredi 30 juin 2010.

Sud-Ubangi: le Cinquantenaire célébré sur fond de chômage. Le district du Sud-Ubangi, dans la province de l'Equateur, compte plus d'un million de chômeurs, a indiqué le commissaire de ce district dans son message du Cinquantenaire. A l'origine de cette situation, l'abandon de plusieurs plantations et autres industries. Il a invité les hommes d'affaires à investir dans cette contrée.

Kinshasa obtient 12 milliards de dollars de réduction de dette. Après le Congo-Brazzaville en janvier (1,9 milliard de dollars) et le Liberia, mercredi dernier (4,6 milliards), c'est au tour de la RDC d'atteindre le point d'achèvement de l'Initiative des pays pauvres très endettés (PPTE). Le montant du désendettement annoncé le 1er juillet - 12,3 milliards de dollars - est à la hauteur des richesses du pays : faramineux. L'annonce n'intervient évidemment pas au hasard dans un calendrier marqué, la veille, par les célébrations du cinquantenaire de l'indépendance du pays. Et permet de dresser un début de bilan du régime du président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001. " Grâce à cet allègement, la RD Congo ne sera plus confrontée à un lourd service de la dette par rapport à ses recettes fiscales et ses ressources en devises ", ont indiqué le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, dans un communiqué. Mais les créanciers privés et bilatéraux n'ont pu faire de si importantes concessions qu'en échange de l'application, par Kinshasa, d'un ensemble de mesures pilotées par les institutions de Bretton Woods. Celles-ci comprenaient " la mise en œuvre d'une stratégie de réduction de pauvreté et de croissance, le maintien de la stabilité macroéconomique, des progrès dans la gestion des dépenses publiques et de la dette, et une amélioration de l'administration et des services fournis dans des secteurs sociaux essentiels tels que la santé, l'éducation et le développement rural ", selon le communiqué du gouvernement congolais. Le chef de mission du FMI à Kinshasa, Brian Ames, a salué " les progrès qu'ont fait les autorités de la RDC ces dernières années pour renforcer la gestion et les performances de la politique macroéconomique après un conflit d'une décennie qui a détruit l'infrastructure économique et sociale du pays ". Mais la route est encore longue. Car, comme l'a dit le président Kabila lui-même dans son discours du cinquantenaire, le pays doit " engager de manière résolue une révolution morale ". Et les lignes de crédit ouvertes par la Chine font craindre à certains observateurs un ré-endettement rapide de la RDC, qui doit déjà 6 milliards de dollars à Pékin, selon le ministre du Plan, Olivier Kamitatu. Dotée d'immenses réserves minières (or, cuivre, cobalt, diamants), la RDC reste l'un des pays où le niveau de vie des habitants est le plus bas. Les institutions internationales présentes dans le pays dénoncent régulièrement une corruption endémique et le pillage des ressources par les groupes armés, des compagnies étrangères, voire même des pays voisins. " À l'avenir, renforcer l'État de droit, améliorer l'administration, en particulier dans les secteurs pétrolier et minier, ainsi que le climat des affaires seront des étapes essentielles pour faire bénéficier les citoyens congolais les plus vulnérables " des retombées de l'allègement de la dette, a souligné la directrice de la Banque mondiale pour la RDC, Marie-Françoise Marie-Nelly. Mais, là encore, tout coûte cher. Même la lutte contre la corruption. La BM a ainsi annoncé avoir débloqué à cette fin 50 millions de dollars de dons, " pour accroître la transparence et la responsabilité dans le secteur minier, de sorte à utiliser les revenus des ressources naturelles pour une croissance durable et qui intègre" la population. (Jeune Afrique)

Vendredi 2 juillet.

Le président Kabila dote Mbandaka d'un générateur électrique. Le gouverneur de l'Equateur Jean-Claude Baende a inauguré mercredi 30 juin dans la soirée un générateur électrique de 500 KVA, don du président Kabila à la population de la capitale de l'Equateur. Selon le directeur de la Société nationale d'électricité SNEL/Equateur, l'acquisition de ce groupe électrogène va permettre à cette entreprise d'améliorer la fourniture de l'énergie électrique pour ses abonnés. Le nouveau générateur va desservir en priorité les quartiers qui sont privés d'électricité depuis six mois, a déclaré le directeur de la SNEL/Equateur. Ce nouvel équipement vient appuyer la centrale thermique de Bowera incapable de fournir actuellement l'électricité dans toute la ville de Mbandaka.

Dictionnaire, une édition spéciale RDC pour les écoles congolaises. Les éditions Hachette Livre international ont procédé, vendredi 2 juillet à Kinshasa, à la présentation officielle de trois dictionnaires Larousse offerts par le président de la République, Joseph Kabila, au peuple congolais à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance. Ils seront distribués gratuitement dans toutes les écoles du pays. Il s'agit de trois dictionnaires qui viennent de paraître aux éditions Hachette: le Larousse illustré, le dictionnaire de poche Larousse et le dictionnaire universel. Pour le chef de projet et chargée d'affaires à la présidence de la République, il s'agit des outils détaillés sur plusieurs domaines: l'histoire, la géographie, l'économie, la culture et la politique de la RDC, situé au cœur de l'Afrique. Cette édition spéciale RDC constitue le don de Joseph Kabila pour accroître le savoir de la jeunesse congolaise. Beaucoup de supports pédagogiques et didactiques manquent à l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP). D'où, le ministre de l'EPSP, Maker Mwangu, a promis de distribuer ces livres aux quarante cinq mille écoles congolaises et quatorze millions d'élèves. (Radio Okapi)

Initiative PPTE: Paris salue les efforts consentis par Kinshasa. L'ambassadeur de France Kinshasa, Pierre Jacquemot a félicité la RDC d'avoir atteint le point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE). Il l'a déclaré à l'occasion de la signature d'une convention entre l'Agence française de développement et la RDC, vendredi 2 juillet à Kinshasa.

Kinshasa: la BCC lance un nouveau billet de 500 francs. La Banque centrale du Congo (BCC) a lancé un nouveau billet de 500 francs congolais en marge de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance de la RDC. Ce nouveau billet de couleur verte sera mis en circulation dès samedi 3 juillet. La quantité du nouveau billet injectée sur le marché est de 20 millions. Il va circuler simultanément avec l'ancien billet, bleu, dont la quantité s'élève à 600 millions.

Des actes pillages perpétrés par les FDLR à Kalehe. Les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont pillé des maisons dans les villages de Katasomwa et Kitendebwa, en territoire de Kalehe mercredi 30 juin, selon les autorités locales. Ces rebelles, dont certains campent dans le parc national de Kahuzi Biega, continuent de faire des incursions dans les villages de Kalehe malgré la présence des éléments de la 242ème brigade de l'armée congolaise déployés dans la région.

Samedi 3 juillet.

Uvira: 200 morts après incendie d'un camion citerne à Sange. Le camion accidenté revenait de Tanzanie et transportait du carburant sur l'axe Kamanyola-Uvira. Il s'est renverse en plein centre de la cité de Sange. Selon le chef de la cite et la police de roulage sur place, plusieurs habitants se sont alors précipités sur le camion citerne pour soutirer le carburant. Et delà est parti l'incendie, dont l'origine n'est pas connue. Le camion a tout de suite pris feu et l'incendie a progressé brûlant tout sur son passage, à l'entrée de la cité et du marche de Sange. Après l'incident, le chauffeur a été blessé; mais il a pu se sauver selon le gérant de la société GINKI, propriétaire de ce camion. Le bilan officiel provisoire de l'explosion du camion citerne à Sange, dans le territoire d'Uvira au Sud-Kivu est revu samedi soir à 232 morts et 107 blessés. Ce bilan a été rendu public par le gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Cisambo, qui s'est rendu sur le lieu du drame. Entre-temps, la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco) vole au secours des victimes de cette catastrophe. Ses hélicoptères et ambulances étaient mis à contribution pour évacuer les blessés vers Uvira, pour les premiers soins, et vers Bukavu et Goma, pour les blessés les plus graves. De son côté, le gouvernement congolais a annoncé la mise sur pied d'une cellule de crise et l'envoi d'une équipe médicale robuste au Sud-Kivu pour renforcer les équipes locales sur place. (Radio Okapi)

Brazzaville: création d'un prix panafricain des droits de l'homme en mémoire de Chebeya. Le président de l'Union interafricaine des droits de l'homme (UIDH), Maitre Brahima Kone, annoncée vendredi 2 juillet à Brazzaville la création d'un prix panafricain des droits de l'homme, dédié à Floribert Chebeya.

Lubutu: Exetat, un inspecteur de l'EPSP toujours pris en otage par les élèves finalistes. L'Inspecteur provincial principal (IPP) de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) -Maniema, Amuri Lupema, a annoncé, samedi 3 juillet à Kindu, qu'une session spéciale de l'examen d'état sera organisée pour les élèves de la section sociale la semaine prochaine à Lubutu. . Cette annonce constitue un début de dénouement de la prise en otage de l'inspecteur de l'Epsp à Lubutu, Mwania Kankimba, par les finalistes de la section sociale depuis la fin des examens d'Etat édition 2009-2010. Selon plusieurs sources concordantes à Lubutu, les élèves de la section sociale n'ont pas pu faire leur examen de culture générale, le 21 juin, faute d'enveloppe contenant les cahiers d'items (de type questions-réponses) oubliés à Kindu. L'IPP Amuri affirme avoir demandé aux finalistes, quelques heures après le début des examens, de passer l'examen, dès le premier jour, au type traditionnel. Et à partir de Kisangani, il y avait moyen de leur envoyer les items des jours suivants, mais les élèves avaient refusé. Fâchés, ces derniers ont pris en otage l'inspecteur Mwania, le délégué du centre, promettant de la garder jusqu'au jour où ils vont passer leur examen. (Radio Okapi)

Kasumbalesa: les déclarants en douane en grève. Les déclarants en douane n'ont pas travaillé, vendredi 2 juillet au guichet unique de la Direction générale de douanes et accises (DGDA, ex-Ofida) au Village Whisky, à près de 7 km du poste frontalier de Kasumbalesa au Katanga. Ils dénoncent, selon eux, les méthodes drastiques de travail appliquées par le nouveau sous-directeur de ce site. Conséquence, plusieurs camions des marchandises à l'importation comme à l'exportation bloqués au site Wisky. Selon un déclarant, depuis l'instauration de ce guichet, un importateur qui veut déclarer sa marchandise doit obligatoirement être codifié, c'est-à-dire, avoir un numéro d'impôt bien connu et enregistré dans l'ordinateur de la DGDA. Mais, poursuit-il, tout a changé avec l'arrivée du nouveau sous-directeur. Ce dernier exige, en plus de ce numéro d'impôt de l'importateur, d'autres documents: la copie de sa carte d'électeur (faisant office de carte d'identité provisoire), les originaux des documents accompagnant la marchandise, une décharge pouvant permettre à l'agence en douane de déclarer sa marchandise. Cette exigent est de trop, estiment les déclarants en douane, car la plupart d'importateurs ne sont pas sur place. Le sous-directeur incriminé, de son coté, affirme respecter la loi et combattre la fraude et la tricherie des déclarants en douane. (Radio Okapi)

Washington débloque 82 millions USD pour les interventions du Pam en RDC. Le Programme alimentaire mondial a reçu, pour ses opérations en RDC, un lot des vivres d'une valeur de 82 millions USD, don du gouvernement américain, selon un communiqué du Pam rendu public ce vendredi 3 juillet. Cette aide constitue l'une des plus importantes contributions que le Pam a reçu au cours des trois dernières années, a déclaré le représentant du Pam en RDC, Abdou Dieng. Ces vivres aideront à nourrir plus de 3,5 millions de personnes à travers le pays cette année, y compris quelques 145 000 personnes dans les régions de Haut-Uélé et de Bas-Uélé dans la Province Orientale.

Dimanche 4 juillet.

Bunia: l'Okimo annonce l'embauche de certains agents de l'ex Kimin. L'Administrateur délégué général de l'Office des mines de Kilo Mto a révélé ce dimanche à Bunia que certains agents ex Kimin qui attendent leur décompte final auprès de l'Ashanti Anglogold Kilo, AGK, une compagnie sud africaine qui exploite l'or en Ituri, seront engagés. Selon Willy Bafoa qui siège aussi au conseil d'administration de l'AGK comme sociétaire, cette décision s'inscrit dans le cadre d'un plan social mis sur pied par le gouvernement central.

Drame de Sange : la nation en deuil. Le président de la RDC a décrété un deuil national de deux jours après l'explosion d'un camion-citerne rempli d'essence à Sange, dans l'est du pays, vendredi. Les victimes, qui seraient au nombre de 235 d'après le gouverneur de la province, ont été enterrées dans des fosses communes. Après le drame, le temps du recueillement. Le président Joseph Kabila a présenté " ses condoléances les plus attristées " pour ce " accident malheureux " au cours d'un message diffusé dimanche à la radio et la télévision. Vendredi en fin d'après-midi, l'explosion d'un camion-citerne transportant environ 50 000 litres d'essence avait coûté la vie à 235 habitants de la commune de Sange, dans le Sud-Kivu, d'après un dernier bilan du gouverneur de la province, Marcellin Cishambo. Des habitants qui récupéraient l'essence s'échappant du camion, et d'autres réunis dans une salle pour regarder le Mondial de football, ont été brûlés vives par le feu qui a touché une vingtaine d'habitations. Il y aurait une soixantaine d'enfants et une trentaine de femmes parmi les victimes, qui ont été inhumées dans trois fosses communes, samedi. Depuis le drame, trois victimes auraient succombé à leurs brûlures, d'après Marcellin Cishambo, qui n'a pas exclu que le bilan puisse encore s'alourdir. Il y aurait entre 105 (chiffre du gouvernement provincial) et 200 blessés (selon la Monuc). Ceux qui n'ont pas pu être soignés sur place ont été transportés par les hélicoptères de l'ONU et répartis entre les hôpitaux de Bukavu et Uvira. Dans son allocution, le chef de l'État a annoncé que les drapeaux seront mis en berne lundi et mardi sur toute l'étendue du territoire " en mémoire des frères et soeurs ainsi arrachés brutalement à notre affection ". Dimanche, le ministre de la Santé, Victor Makwenge Kaput, a rendu visite aux blessés de l'hôpital de Bukavu. (Jeune Afrique)

Equateur: le père du chef rebelle Oudjani, arrêté puis transféré à Kinshasa. Le ministre de la Défense nationale, Charles Mwando Simba, a présenté à la presse, samedi 3 juillet à Kinshasa, le président le Mouvement de libération indépendante et alliés (MLIA) et père d' Oudjani, Ibrahim Mangbama Mambenga. Le ministre Mwando a remis Ibrahim Mangbama à la justice militaire pour qu'il puisse y répondre de ses actes. Ibrahim Mangbama Mambenga a été appréhendé, jeudi 1er juillet, par les Fardc au village Bowa, à 30 km de Bomongo centre dans la province de l'Equateur. Toujours selon le général Ekutsu, le président du MLIA est tombé dans une embuscade tendue par les FARDC, au moment où il s'apprêtait à traverser la rivière Ubangui pour se rendre au Congo Brazzaville. Le bilan des affrontements fait état de plusieurs rebelles tués et un élément des FARDC légèrement blessé, confirme le Général Ekutsu. Le gouverneur de l'Equateur, Jean Claude Baende, s'est dit satisfait de l'arrestation de ce cerveau moteur du mouvement rebelle dans sa province. Il a estimé que la capture de Ibrahim Mangbama met fin de la rébellion, qui a éclaté depuis octobre 2009 à Dongo dans le nord de l'Equateur. (Radio Oakpi)

Kolwezi: saisie d'une cargaison d'alcool indigène. La police a procédé, samedi 3 juillet à Kolwezi, à la destruction de deux cents cinquante bidons de 25 litres d'alcool indigène, communément appelé: "Cinq cents." Cette cargaison en provenance du Kasaï oriental a été interceptée, la veille, à Kanzenze, une localité située à 50 km de Kolwezi. La boisson était dissimilée dans deux camions. Les sources policières indiquent que six personnes, considérées comme propriétaires de cette marchandise, sont détenues au cachot de la police.

Goma: incendie, 200 ménages sans abri. Plus d'une centaine d'habitations sont parties en fumée, dimanche 4 juillet dans la matinée au quartier Birere de Goma. Selon un des responsables du quartier, le feu est parti d'une habitation en planches, où dormaient seuls trois enfants, avant de se propager sur d'autres habitations. Il n'y a pas eu de perte en vies humaines, mais les dégâts matériels sont énormes. Plus de deux cents familles sont pour l'instant sans abri.

Lundi 5 juilet.

Joseph Kabila à Bukavu pour réconforter les blessés de Sange. Le chef de l'Etat est arrivé dans la capitale du Sud-Kivu ce lundi 5 juillet dans la matinée. Joseph Kabila a aussitôt rendu visite aux personnes blessées dans l'incendie survenu vendredi 2 juillet à Sange dans la plaine de la Ruzizi, en territoire d'Uvira. Il a aussi visité d'autres victimes internées à l'hôpital de Panzi.

Le chef rebelle Gadi Ngabo aux arrêts en Ouganda. La police ougandaise a arrêté la semaine dernière Gadi Ngabo, chef du mouvement armé Front patriotique pour la libération du Congo, FPLC. Le chef rebelle Gadi était recherché par les services de sécurité au Nord-Kivu depuis plusieurs mois. L'un des cadres du Front patriotique pour la libération du Congo, FPLC, indique que c'est depuis le 30 juin dernier, pendant que la RDC commémorait le cinquantenaire de son indépendance, qu'ils ont perdu tout contact avec leur leader, Gadi Ngabo. Celui-ci s'était rendu en Ouganda le lundi 28 juin pour y suivre un traitement médical. D'après la même source, Gagi Ngabo a été arrêté à Kampala, la par la police ougandaise. Les raisons de son arrestation ne sont pas encore dévoilées, le contact avec les autorités ougandaises étant jusque-là, impossibles, affirme ce cadre qui a requis l'anonymat. Pour certains observateurs, l'arrestation de ce chef rebelle serait le fruit de la présence à Kinshasa du président Museveni aux festivités de l'indépendance. Pour rappel, Gadi Ngabo, originaire du territoire de Masisi dans la province du Nord-Kivu, a commencé à faire parler de lui dans ce territoire au lendemain de l'arrestation de Laurent Nkunda. Mais son mouvement insurrectionnel, le FPLC, n'existe officiellement que depuis le 5 juillet 2009, à l'issue d'un conclave à Kama, en territoire de Pangi, dans la province du Maniema. Le FPLC a fait parler de lui lors d'une attaque menée par ses éléments contre une position militaire des Fardc dans la nuit du 1er au 2 juin dernier à Burungu, une localité située près de Kitchanga, à plus de 100 km de Goma, en territoire de Masisi. Cette attaque a coûté la vie à quatorze personnes dont douze soldats Fardc et deux civils. (Radio Okapi)

Kabinda: les prisonniers sont privés d'eau et de nourriture. La situation reste critique à la prison de Kabinda situé à 150 Km à l'est de Mbuji Mayi, au Kasai-Oriental. Les détenus manquent de nourriture et d'eau potable depuis près d'un mois. Cette carence en ration alimentaire expose ainsi cinquante-deux pensionnaires de cette maison carcérale à des maladies.

Nyamilima: manifestations violentes de la population contre l'assassinat d'un jeune homme. Des violentes manifestations de la population sont signalées depuis lundi 5 juillet au matin à Nyamilima. C'est à plus de cent km de Goma, en territoire de Rutshuru. A l'origine, le meurtre dans la nuit de dimanche à ce lundi d'un jeune homme à son domicile, non loin d'un poste de la police. Le garçon, 19 ans, a été tué par balle par des hommes armés. Ce qui a justifié des manifestations violentes de la population.

Trois nouveaux sites d'attraction pour la ville de Kinshasa. La place du 30 juin à la gare centrale, la place du soldat inconnu sur le prolongement du boulevard triomphal et le rond point Kimpwanza dans son nouveau look avec le monument du président Kasavubu, sont transformés en sites touristiques par les Kinois. Les dimanches, ces sites sont envahis par les visiteurs qui viennent des différentes communes de la capitale.

Kinshasa: lutte contre les "Kuluna", dérapages de la police à Kingabwa. Le commandant de la Police Mont Amba prêt à sanctionner des éléments auteurs des bévues s'il y a des preuves. Les populations innocentes du quartier Kingabwa, dans la commune de Limete, payent les frais de la lutte contre le phénomène "Kuluna", selon des témoignages des habitants du lieu qui accusent les policiers déployés dans cette partie de la ville pour combattre le banditisme de tracasseries de tous genres contre les civils. Extorsions, menaces, rapts, molestions et séquestrations, tel est le martyre que vivent les habitants de Kingabwa chaque soir de la part des hommes en uniforme. Des hommes armés en uniforme font des descentes dans certaines parcelles de la place à la recherche des "Kuluna", ces jeunes désœuvrés qui sèment la terreur dans certains quartiers de la capitale au moyen d'armes blanches. Selon certains témoignages, au lieu de les combattre, certains policiers coopéreraient même avec les "Kuluna". (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: les prix des denrées alimentaires en hausse. La tendance s'est observée deux jours avant les festivités du cinquantenaire. En ce début de semaine, les prix des produits alimentaires sur les marchés de Mbuji-Mayi sont toujours à la hausse. Une situation attribuée, selon les consommateurs de la place, à la spéculation due aux festivités du Cinquantenaire.

Un prix des droits de l'homme au nom du militant congolais Chebeya. La création d'un prix panafricain des droits de l'homme dédié à la mémoire du militant congolais Floribert Chebeya Bahizire, retrouvé mort le 2 juin dernier à Kinshasa, a été annoncée par le président de l'Union interafricaine des Droits de l'homme (Uidh), Brahima Kone. "Nous sommes heureux de l'apprendre. Ce prix permettra de rappeler au monde la situation de la RDC et d'honorer le nom de Floribert, assassiné dans l'exercice de ses activités de défenseur des droits de l'homme", a déclaré Dolly Ibefo Mbunga, devenu directeur exécutif intérimaire de l'organisation Voix des sans Voix à la place du défunt. (Misna)

Sange : accident ou drame de la pauvreté ? "Accident naturel ? Conséquences de la pauvreté ? Résultat d'un intense trafic commercial frauduleux ?", s'interroge le quotidien Le Potentiel. Alors que la commémoration du cinquantenaire de l'indépendance venait de se conclure, "ce nouveau drame allonge la liste des victimes de la tragédie congolaise qui n'en finit pas". Deux jours de deuil national ont été proclamés dans tout le pays par le président Joseph Kabila, de la capitale Kinshasa jusqu'au Sud-Kivu théâtre de l'accident vendredi soir, une des provinces de l'Est les plus instables. Selon les derniers bilans diffusés par le gouvernement et confirmés par la mission locale de l'Onu (Monusco), l'explosion du camion-citerne qui traversait le village de Sange aurait causé 235 victimes et près de 200 blessés, dont la plupart ont été hospitalisés à Bukavu et Uvira. Selon Radio Okapi, dans la région de Sange, les parents des blessés doivent eux-mêmes se procurer les médicaments nécessaires car les hôpitaux sont presque dépourvus de tout. Selon la Monusco, 60 enfants et 30 femmes figureraient parmi les victimes, qui ont été presque toutes enterrées samedi soir dans trois fosses communes. L'incendie s'est rapidement propagé dans tout le village, car, précise Le Potentiel, "quand on sait comment sont construites nos maisons dans les villages, la plupart en paille, le feu ne pouvait que ravager tout sur son passage et causer des dégâts considérables". Au mépris de la loi, le camion roulait de nuit en transportant des matières inflammables : serait-ce, s'interroge le quotidien, que le chargement, provenant de Tanzanie, devait gagner Bukavu sans être vu. Le Sud-Kivu dépend presque exclusivement de ses importations de pétrole du Burundi et du Rwanda, frontières que passent en sens inverse les précieux chargements de minerais congolais. Le besoin de carburant expliquerait aussi l'ampleur de la catastrophe de Sange, des dizaines d'habitants s'étant précipités avec leurs seaux et bidons pour se procurer quelques litres d'essence. Au moment de l'accident, plusieurs des victimes étaient rassemblées devant le téléviseur pour suivre le match Brésil-Pays Bas d'une Coupe du Monde africaine tout à coup extrêmement éloignée. (Misna)

Mardi 6 juillet.
Rutshuru: la tension baisse à Nyamilima.
Après une journée particulièrement tendue, le calme est revenu lundi soir à Nyamilima, localité située à 100 km de Goma, en territoire de Rusthuru. A l'origine, le meurtre dans la nuit de dimanche à ce lundi d'un jeune homme à son domicile, non loin d'un poste de la police. Le garçon, 19 ans, a été tué par balle par des hommes armés. Ce qui a justifié des manifestations violentes de la population.

Tragédie de Sange: un comité de crise est installé à Bukavu. Plus d'une tonne de médicaments ont été acheminés au Sud-Kivu pour les soins des blessés de Sange. Un comité de crise vient d'être créé à Bukavu pour étudier et canaliser les efforts de prise en charge des blessés de l'incendie de Sange. Selon le coordinateur de ce comité de crise, le but de cette action est de réduire sensiblement les risques de décès. Sur les 107 blessés de l'incendie meurtrier de Sange, 92 sont vivants à ce jour. Le président Kabila, accompagné d'une délégation gouvernementale, a rendu hommage aux victimes de sange lundi 5 juillet. Le bilan actuel fait état de deux cent quarante deux morts, a indiqué le ministre Makweng lundi au cours d'une conférence de presse à Kinshasa.

L'Assemblée nationale se réjouit de l'atteinte du point d'achèvement. A l'Assemblée nationale, l'opposition et la majorité sont satisfaites de l'annulation, la semaine dernière, de plus de 90 % de la dette extérieure de la RDC par les institutions du Breton Woods. Vu cette performance, le député Médard Mulangala Lwa Kabwanga, rapporteur de la Commission économique et financière de l'Assemblée nationale, estime que le moment est venu pour que les secteurs sociaux bénéficient des retombées escomptées.

Kisangani: une grenade explose et tue trois enfants. Trois enfants âgés d'une dizaine d'années ont été tués et un autre grièvement blessé, lundi 5 juillet à Kisangani à la suite de l'explosion d'une grenade. L'accident s'est produit derrière le camp militaire sergent Ketele, un quartier habité majoritairement par des militaires des Forces armées de la RDC et des anciens combattants.

Nord-Kivu: deux morts et un blessé, bilan d'une attaque des miliciens à Rwenga. Une coalition des rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et de Maï-Maï de Akilimali a attaqué, dans la nuit de lundi 5 juillet vers 22 heures, la localité de Rwenga, dans le territoire de Walikale. Bilan: deux morts parmi les civils. On enregistre aussi un blessé interné à l'hôpital général de Walikale-centre.

Dix-neuf ex-FDLR de Kisenge interceptés à Kasaji. Dix-neuf ex-combattants des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont été interceptés samedi 3 juillet à Kasaji, dans le district du Lualaba au Katanga. Selon le commissaire de district du Lualaba, ces ex-combattants se sont soustraits de leur site d'hébergement de Kisenge, localité située à 60 Km de Kasaji. Ils font partie de plus de deux cents ex-combattants démobilisés dans le Masisi au Nord-Kivu et transférés à Kisenge par l'ONG Parec.

Coopératives d'épargne: 90 institutions agréées en RDC. L'humanité entière célèbre ce mardi 6 juillet la journée internationale des coopératives. La RDC compte actuellement plus ou moins 90 coopératives d'épargne et de crédit agréées par la Banque centrale et près de 230 autres qui fonctionnent sans agréments. Aux années 1970 où on pouvait dénombrer plus de 500 coopératives. Les coopératives d'épargne et de crédit sont une alternative pour les personnes non éligibles aux services des banques, notamment dans les milieux ruraux où les banques sont inexistantes.En plus, les coopératives ont la capacité de prêter de faibles montants dont les petits commerçants ont parfois besoin mais que les banques ne peuvent pas leur donner.Le travail des coopératives est donc complémentaire à celui des banques. En RDC, les principales difficultés que rencontrent les coopératives restent la méfiance de la population aux services financiers classiques ainsi que le manque de subvention de la part de l'Etat. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: les élèves de la Miba attendent toujours d'être proclamés. Les professeurs des écoles de la Société minière de la Bakwanga (Miba) refusent de proclamer les résultats de fin d'année scolaire 2010. Cette situation s'est généralisée dans toutes les écoles de l'entreprise où plus de huit mille cinq cents élèves ne connaissent toujours pas leur sort. A l'origine, le non paiement de la prime de motivation de deux derniers trimestres de l'année scolaire

Kindu: insécurité, la population se livre à la justice populaire. Un jeune homme d'une vingtaine a été pris à partie lundi 5 juillet, au bloc Hewa Bora, dans le quartier Lwama. Ces habitants l'accusent d'être l'un des malfaiteurs qui ont mutilé deux personnes, la semaine dernière. Selon les sources policières sur place, les habitants de Lwama l'ont attrapé et roué des coups, alors qu'il se rendait au champ à Misenge. Après une ribambelle de questions sur son identité, la population de ce quartier a conclu qu'il faisait partie du groupe des bandits qui sèment actuellement l'insécurité dans la ville. Blessé, ce jeune homme est admis dans un centre de santé de la place.

Equateur: le gouverneur Baende interdit l'exportation des grumes brutes. Désormais, aucune grume coupée dans la province de l'Equateur ne peut quitter cette province à l'état brut. C'est ce qu'a déclaré dimanche 4 juillet le gouverneur de la province, au cours d'un meeting tenu à Mbandaka, la capitale de la province de l'Equateur. Le gouverneur Jean-Claude Baende a enjoint les exploitants forestiers de transformer ces grumes sur place.

Mgr Plevoest, 60 ans de sacerdoce. Une multitude d'amis, confrères, camarades, étudiants et connaissances de Mgr Plevoest s'est ressemblé au tour de lui, dimanche 4 juillet, à la paroisse Notre Dame de la Sagesse de l'Université de Kinshasa pour fêter ses 60 ans de sacerdoce. Mgr Monsengwo, archevêque de Kinshasa, qui a présidé la messe d'action des grâces, a loué la personnalité du père Maurice Plevoest, ses qualités morales et intellectuelles et son engagement pour la pastorale universitaire. En effet, depuis la fondation de l'UNIKIN par Mgr Luc Guillon, la présence de Mgr Plevoest a été un exemple constant dans le dévouement pour l'encadrement des étudiants. "En ce moment où notre pays fête son cinquantenaire, nous vous disons merci au nom de toute l'élite congolaise qui est passée entre vos bonnes mains", a-souligné Mgr Monsengwo. De sa part Mgr Plevoest a conclu avec des mots de remerciement : "Je rends grâce à Dieu pour ce moment merveilleux. A vous tous qui avez quitté la ville pour venir jusqu'ici, je vous dit grand merci". (Ademis)

Mercredi 7 juillet.

OCPT: le personnel en grève. Les agents de l'office congolais des postes et des télécommunications (OCPT) exigent le départ des membres du comité de gestion de cette entreprise publique et la transformation de cette dernière en une entreprise commerciale. Pour appuyer leur cahier de charges, ils ont amorcé depuis lundi un mouvement de grève.

Goma: restauration de l'autorité de l'Etat dans l'Est de la RDC, état de lieu. Le PNUD et ses partenaires participent depuis ce mardi 6 juillet à Goma, au Nord-Kivu, à un atelier d'évaluation du programme de stabilisation et de restauration de l'autorité de l'Etat dans l'Est de la RDC. Objectif de cette rencontre: dégager les enjeux liés au déploiement des acteurs dans la restauration de l'autorité de l'Etat et définir leurs modalités de prestation afin d'accompagner, en définitive, les autorités locales de l'administration publiques et les acteurs de la société civile dans le processus de décentralisation. Le programme de stabilisation et de restauration de l'autorité de l'Etat dans l'Est de la RDC est financé par la communauté internationale. Il prévoit plusieurs projets, notamment la construction des bureaux de l'administration civile, de la justice et de la police ainsi que la réhabilitation de certains axes routiers tels que Sake-Masisi, Matanda-Kibabi et Ishasha-Nyamilima-Kinyandoni. Pour l'instant, seuls deux axes prioritaires ont été choisis: Sake-Masisi et Rusthuru-Ishasha. (Radio Okapi)

L'Inde dote l'Unikin du matériel de télémédecine. La faculté de Médecine de l'Université de Kinshasa (Unikin) a acquis mardi 6 juillet près d'une tonne de matériels informatiques, fruit de la coopération indienne. Un équipement qui va permettre des consultations médicales et une transmission des connaissances en ligne dans les divers domaines de la médecine. Les autorités congolaises et le représentant résident de l'OMS en RDC ont aussi procédé à l'évaluation d'avancement du projet de télémédecine mardi aux Cliniques universitaires où ce matériel est logé.

Equateur: retour timide de la population à Buburu. A peine deux cent cinquante personnes ont regagné leurs milieux sur les huit mille habitants que comptait la cité de Buburu, située à environ 300 km de Mbandaka. Et ce, après la reprise de cette localité par les Fardc. Cependant, la situation humanitaire est déplorable à Buburu, Imese et à Mokolo, a constaté sur place une délégation conjointe composée des membres du gouvernement provincial, de la Monusco, des agences des Nations unies, des Fardc et de police nationale. Cette localité avait été désertée en novembre 2009 à la suite de l'insurrection conduite par Ondjani au Sud-Ubangi.

Idiofa: la société civile dénonce l'assassinat des chefs coutumiers. Deux chefs de groupements ont été tués en l'espace de quatre mois dans le territoire d'Idiofa, des suites de divers conflits, selon la société civile de ce territoire. Elle déplore ces assassinats qu'elle attribue à la lenteur judiciaire et à l'impunité.

Sange: Muzito appelle à une assistance en faveur des victimes. Le premier ministre Adolphe Muzito a réuni mardi 6 juillet à Kinshasa les mandataires des entreprises publiques en vue d'un soutien financier en faveur des populations sinistrées de Sange au Sud Kivu.

Lubumbashi: les cas des violences sexuelles ont baissé de moitié. La campagne de lutte contre l'impunité face aux violences sexuelles a pris fin mardi 6 juillet à Lubumbashi, la capitale du Katanga. Cette campagne a été menée conjointement par le bureau des droits de l'homme des Nations unies, l'Unicef et certaines ONG des droits humains. A l'issue de la campagne, quatre cents cas des viols ont été recensés à Lubumbashi, soit environ la moitié du chiffre relevé en 2009 au cours de la même période.

Butembo: plus de trois mille déplacés manquent d'assistance. Les déplacés de Butembo viennent du Sud de Lubero et de Beni, dans la province du Nord-Kivu. Ces personnes fuient l'insécurité causée par les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), de l'ADF-NALU et d'autres milices congolaises. Installés à Butembo depuis le mois de mars, ces déplacés sont actuellement dépourvus d'assistance. Leur situation est précaire et ils l'ont fait savoir mardi 6 juillet dans une lettre adressée au maire de la ville de Butembo.

Kalemie: l'aide humanitaire destinée aux malnutris bloquée à Kabalo. Le Programme alimentaire mondial (PAM) et la Caritas Développement ont commencé la distribution des vivres à 200 enfants malnutris dans huit unités nutritionnelles du territoire de Kalemie. Seulement, les humanitaires se disent préoccupés par le fait que les wagons transportant de l'aide humanitaire sont actuellement bloqués sur l'axe Kabalo, dans le district du Tanganyika.

Tragédie de Sange: nouveau bilan, 254 morts. Cinq jours après le drame survenu à Sange, le bilan continue à s'alourdir. Mardi, les autorités locales et le rapporteur général de l'Assemblée nationale, Wildor Makonero, sont allés préparer 12 nouvelles tombes où devraient être inhumés d'autres corps en provenance de Panzi, d'Uvira et de Bujumbura où certains blessés de la tragédie avaient été évacués.

Bunia: le drame de Sange hante la population. Chaque jour, devant la sous-direction de la DGDA (ex-Ofida) de Bunia, en Ituri, des colonnes de camions citernes transportant du carburant et en attente des formalités douanières stationnent des heures durant, parfois des nuits entières. Un décor qui inquiète toute la ville après le drame qui a endeuillé la localité de Sange, en territoire d'Uvira, au Sud-Kivu.

Le taux directeur de la BCC passe de 42 à 12,5%. La septième réunion ordinaire du comité de politique monétaire de la Banque centrale du Congo (BCC) a évalué mardi 6 juillet la situation macroéconomique de la RDC au terme du premier semestre 2010. L'économie de la RDC se porte assez bien dans l'ensemble, estime ce comité. Une bonne note pour les opérateurs économiques: la Banque centrale a encore revu à la baisse son taux directeur qui passe de 42 % au mois de mai à 29,5% actuellement. Le comité de politique monétaire justifie sa décision par une légère amélioration de la situation sur le marché des biens et services et la poursuite de la stabilité de la monnaie nationale sur le marché de change. On a aussi observé sur le marché, la poursuite du recul de l'inflation qui se situe à ce jour à 4,5 % selon le même comité. D'après cette structure, dans l'hypothèse où la tendance à la baisse est maintenue, l'année 2010 pourrait se clôturer avec un taux de 9 % au lieu de 15 initialement prévu. Au gouvernement et à la BCC, le comité recommande la vigilance et leur demande de poursuivre leurs efforts conjoints pour maintenir la stabilité acquise, améliorer le climat des affaires au bénéfice d'une croissance forte et soutenue. (Radio Okapi)

Jeudi 8 juillet.

Fardc: 3 bâtiments réhabilités remis au corps du centre des transmissions. L'ambassade du Royaume Uni a remis ce mercredi trois bâtiments réhabilités au corps des troupes de transmissions des Fardc. Une action qui s'inscrit dans le cadre du projet Africap en charge de la prévention des conflits et financé par les Etats-Unis et la Grande Bretagne.

Beni: sécurité à Rwenzori, l'implication de la Monusco vivement souhaitée. Les coordinations de la société civile, du territoire et de la ville de Beni sollicitent l'implication des forces de la Monusco dans la sécurisation des populations civiles dans les zones libérées par les Fardc des rebelles ougandais de l'Armée nationale de libération de l'Ouganda, ADF/NALU. Ce, à la suite des opérations militaires dénommées " Opérations Ruwenzori " en cours dans la collectivité du même nom depuis le 25 juin dernier. Omar Kavota, président de la société civile de Beni-territoire explique les raisons de leur inquiétude :"Jusqu'à présent, on note des sérieuses avancées des Fardc, mais nous pensons que les Fardc ne sont pas seules en mesure d'assurer en ces jours la protection des populations et de leurs biens au cours de ces opérations. Comme la Monusco est un partenaire privilégié en matière de la protection et de la sécurisation des populations civiles, nos coordinations ont recommandé que la Monusco soit impliquée dans ces opérations pour leur efficacité et ce, dans l'intérêt supérieur de ces populations. Il importe que les Fardc respectent les droits humains ainsi que le droit international humanitaire au cours de ces opérations." Par ailleurs, la même société civile de Beni indique qu'il importe que le gouvernement congolais prenne réellement en charge les hommes des troupes pour qu'ils ne se retournent pas contre les civils. (Radio Okapià

Kisangani: début d'assistance aux réfugiés centrafricains de Bondo. Plus de six cents réfugiés centrafricains, fuyant les exactions des rebelles de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), sont arrivés à Baye, un poste d'Etat, situé à 70 kilomètres du territoire de Bondo, dans le district du Bas-Uélé, en Province Orientale. Dès mardi 6 juillet, la Caritas Allemagne et Congo a commencé en faveur de ces démunis une assistance alimentaire et des abris.

CPI: nouveau report du procès Bemba. L'ouverture du procès Jean-Pierre Bemba à la Cour pénale internationale n'aura pas lieu le 14 juillet prochain comme initialement prévu. La chambre de première instance III de cette juridiction a décidé de reporter de nouveau le rendez-vous. La décision a été prise mercredi 7 juillet pour permettre à la chambre d'appel de se prononcer sur l'exception d'irrecevabilité soulevée par la défense du sénateur congolais.

Global Witness exige plus de transparence dans les secteurs miniers et pétroliers. Le transfert des droits d'exploitation miniers et pétroliers en RDC enfreint la régularité des procédures. C'est ce qu'on peut lire dans le dernier communiqué de Global Witness sur la RDC. L'ONG britannique estime que les contrats conclus dans ces secteurs ne passent pas par à un processus d'appel d'offre international. Elle appelle l'Etat congolais à renverser la tendance actuelle pour que l'allègement de la dette profite à la population. " Nous assistons depuis peu à des développements préoccupants dans le secteur des ressources naturelles contrairement au progrès sur l'allègement de la dette ", indique le communiqué de Global Witness. " Maintenant [que la dette est allégée] c'est l'occasion de tourner la page. Il faut que les contrats sur les ressources pétrolières soient gérés de manière transparente pour que tout le monde sache comment les bénéfices profitent au pays tout entier ", a déclaré mercredi 7 juillet Daniel Balint-Kurti, chef du programme RDC au sein de Global Witness. Daniel Balint-Kurti a exprimé les craintes de Global Witness en ces termes : "Nous voulons de la clarté pour savoir qui contrôle ces sociétés. Si elles sont enregistrées dans les îles Vierges, nous avons très peu de chance de savoir qui les contrôle parce que les sociétés enregistrées aux îles Vierges cherchent à payer le minimum de taxes possibles. Ils veulent envoyer de l'argent dans des comptes bancaires en dehors du pays. " Le communiqué de Global Witness pointe du doigt trois sociétés : La première, Highwind Properties Ltd, à qui le ministère congolais des Mines a octroyé le droit d'exploiter la mine de cuivre de Kingamyambo Musonoi Tailings au Katanga en janvier 2010. Les deux autres, Caprikat Ltd et Foxwhelp Ltd, toutes deux également enregistrées dans les îles Vierges britanniques, ont obtenu les droits relatifs à deux blocs pétroliers pour l'instant inexploités en Ituri. (Radio Okapi)

Bukavu: un mort et seize disparus lors d'un chavirement sur le Lac Kivu. Quatre pirogues motorisées ont chaviré, dans la nuit du mercredi 7 juillet sur le lac Kivu. Le bilan provisoire de l'accident fait état d'un mort, un blessé grave, seize disparus et plusieurs vaches noyées. La surcharge serait à l'origine de ce drame car passagers et vaches, en provenance du Rwanda se trouvaient à bord de ces embarcations. A la force navale du Sud-Kivu, on estime plutôt que des violentes vagues auraient provoqué l'accident. Ces genres d'accidents surviennent souvent la nuit alors que la navigation nocturne est interdite par la hiérarchie militaire pour des raisons de sécurité.

Goma: un incendie évité grâce aux pompiers de la Monusco. Un bâtiment de plusieurs appartements a été épargné d'un incendie mercredi 7 juillet, à Goma. Le véhicule anti-incendie de la Mission de l'ONU en RDC a pu éteindre à temps le feu provoqué par l'explosion d'une batterie en charge. Le feu est parti d'un container qui abrite des charges batteries et une quincaillerie, selon des témoins. Ce container jouxte un bâtiment occupé par des expatriés travaillant pour le compte des diverses organisations à Goma. L'incendie a été évité certes, mais les experts estiment que le risque demeure toujours car ce bâtiment se situe dans une zone qui compte plus de cinq stations services dans un rayon d'environ 500 mètres. Pour l'observatoire vulcanologique de Goma (OVG), en cas d'éruption volcanique, l'évacuation de la population sera difficile car les stations qui bordent les routes exploseront également en désordre. Selon les spécialistes de l'OVG, la distance recommandée entre deux stations services est de deux cents mètres.

Le Palu demande au gouvernement d'améliorer les conditions sociales des Congolais. Le Parti lumumbiste unifié (Palu) a recommandé mercredi 7 juillet au gouvernement congolais d'affecter davantage des moyens aux projets générateurs des ressources pour améliorer le bien-être des Congolais. Le porte-parole du Palu a estimé que c'est la meilleure façon de faire bénéficier les Congolais des retombées de l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative Pays pauvres très endettés (PPTE)