Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 2 au 15 Octobre 2010
n°156


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 


Samedi 2 octobre.

Dongo: les Fardc se désengagent, mais…Les Forces armées de la RDC se retirent progressivement, a-t-on constaté vendredi 1er octobre, du secteur de Dongo (Equateur) où elles étaient déployées à la suite de l'insurrection du MLIA (Mouvement de libération indépendante et des Alliés).Le problème, c'est que, jusque-là, toutes les localités où les militaires loyalistes se désengagent ne sont pas forcément sécurisées tout de suite par la Police nationale congolaise (PNC).

Kananga: fin des travaux sur la résolution de conflits entre les deux Kasaï. Les travaux sur le règlement pacifique des conflits frontaliers entre le Kasaï occidental et le Kasaï oriental se sont clôturés, vendredi 1er octobre à Kananga. A l'issue de ces travaux de plus de 48 heures, les délégations de deux assemblées provinciales ont convenu qu'il existe 10 foyers de tensions et se sont s'engagées à y amener un message de paix pour une cohabitation pacifique des populations. Les participants ont mis l'accent sur le respect des textes de lois qui fixent les limites entre les deux provinces.

RDC: droits de l'homme, Kigali, Bujumbura et Luanda rejettent le rapport de l'Onu. Le rapport Mapping, publié vendredi 1er octobre, par les Nations unies sur les graves violations des droits de l'homme commises en RDC entre 1993 et 2003, a suscité beaucoup de réactions. Le représentant de la RDC auprès des Nations unies a réaffirmé la détermination du gouvernement congolais à tout mettre en œuvre en vue d'amener les coupables devant la justice et d'obtenir des réparations pour les victimes. Kigali, Bujumbura et Luanda rejettent ce rapport, alors qu'Amnesty International s'en réjouit mais demande plus. Les victimes congolaises méritent justice, a déclaré l'ambassadeur de la RDC aux Nations unies, Ileka Atoki. Pour lui, ce rapport, détaillé, est crédible. Kinshasa a accueilli favorablement sa publication, a ajouté le diplomate congolais, rappelant les actions et paroles du Président Joseph Kabila à ce sujet. Il a rappelé la détermination du gouvernement congolais à tout mettre en œuvre en vue d'amener les coupables devant la justice et obtenir des réparations pour les victimes. Théorie du double génocide. Le Rwanda, pour sa part, a rejeté catégoriquement ce rapport. Dans un commentaire officiel joint au rapport de l'Onu, le gouvernement rwandais a accusé les auteurs du rapport de chercher à "valider la théorie du double génocide." Selon cette théorie, les massacres de réfugiés hutus rwandais en RDC en 1996-1997 seraient à mettre sur le même pied que le génocide contre les Tutsi perpétré en 1994 par le régime extrémiste hutu, alors au pouvoir à Kigali. Pour le Rwanda, ce rapport des Nations unies se fonde sur des preuves insuffisantes et fait l'impasse sur la situation militaire de l'époque. Il s'agit, selon ce pays, de la présence en masse parmi les réfugiés hutus rwandais en RDC de militaires fidèles au précédent régime hutu extrémiste et désireux de lancer une contre-attaque depuis le sol congolais. Les autorités angolaises ont également rejeté catégoriquement ce rapport, considérant comme diffamatoires, insultantes et provocantes les allégations selon lesquelles des unités de l'armée angolaise ont été déployées en RDC en échange d'avantages économiques. Déstabiliser la sous région. Le gouvernement burundais a refusé de reconnaître ce rapport onusien, selon une déclaration faite, vendredi à l'AFP, par son porte-parole, Philippe Nzobonariba.Ce rapport est clairement destiné à déstabiliser la sous région, a-t-il soutenu. Philippe Nzobonariba a traité de non-sens l'implication, citée dans ce document, de l'ex-armée burundaise et des anciens mouvements rebelles dans les exactions commises en RDC. Mettre fin à l'impunité. L'organisation humanitaire "Amnesty international" a, par contre, appelé le gouvernement congolais et l'Onu à établir de manière urgente un groupe de travail. Ce dernier devrait avoir pour mission de mettre au point un plan d'action global et à long terme visant à mettre fin à l'impunité pour les crimes commis dans le pays au cours de la décennie couverte par ce rapport. Dans un communiqué cité par l'agence France presse, cette ONG a aussi demandé que soit mis un terme aux crimes qui continuent à être commis tous les jours dans ce pays. Pour Amnesty international, le cycle des violences et des mauvais traitements ne cessera que quand les responsables de crimes, au regard de la loi internationale, devront faire face à leurs responsabilités. (Radio Okapi)

RDC: rapport de l'Onu sur les droits de l'homme, les Congolais de l'étranger manifestent à New York. A l'invitation de l'opposition politique, des Congolais de l'étranger, venus particulièrement des Etats-Unis et du Canada, ont organisé, vendredi 1er octobre, une marche devant le bâtiment des Nations unies à News York. Cette marche intervenait en marge de la publication du rapport des Nations unies sur les atrocités commises en RDC de 1993 à 2003. Elle avait pour but d'inviter notamment la communauté internationale de mettre sur pied un tribunal international pour la RDC.

Dungu: sous la hantise des attaques de la LRA, déplacement massif de la population de Ngilima. Un déplacement massif de la population du poste d'Etat de Ngilima, à 45 km au nord-ouest du territoire de Dungu dans la Province Orientale, a été signalé depuis trois jours, a indiqué, vendredi 1er octobre, président de la société civile locale. Toutes ces personnes en provenance de Ngilima, dont le nombre n'est pas encore connu, se dirigent vers Dungu centre. Les habitants de Ngilima quitteraient leur milieu craignant la présence des rebelles ougandais de la LRA, après l'assassinat d'un homme et de son épouse le 28 septembre, a indiqué le président de la société civile locale de Dungu.

Lubumbashi: reprise de l'exploitation artisanale à la carrière de Mbola. L'exploitation artisanale dans la carrière de Mbola à 80 km de Lubumbashi a été rouverte, vendredi 1er septembre. Une cérémonie inaugurale s'est tenue au marché de Luisha (à 7 Kilomètre de là); avant que les creuseurs artisanaux, les responsables des coopératives artisanales et les délégués des entreprises minières partenaires ne se dirigent vers cette carrière. Trois cent cinquante creuseurs artisanaux ont choisi de retourner à l'exploitation des gisements de cuivre et de cobalt dans la carrière de Mbola. L'identisation des creuseurs a duré plus de deux mois dans les bureaux de la Coopérative Maadini kwa Kilomo (CMKK) et Syndicat d'encadrement mutuel des creuseurs artisanaux du Katanga (Semak), les deux coopératives reconnues sur le site. Sur place, trois entreprises font les travaux de découverture : Volcano Mining, qui détient le monopole du site, Goupe Bazano, qui prend la partie sud-est, Acacia, qui a été à la base du soulèvement des creuseurs il y a trois. Ces travaux visent à faciliter aux creuseurs artisanaux le travail d'exploitation et leur éviter des éboulements. Chaque produit recueilli par les creuseurs sera directement vendu à ces trois partenaires, qui ont signé le contrat avec les coopératives CMKK et Semak. Cette carrière était fermée, il y a trois mois, sur décision du gouvernement provincial pour permettre les travaux de transformation de la carrière en une mine à ciel ouvert. (Radio Okapi)

Kinshasa : Ouverture conjointe des activités académiques des différentes institutions catholiques. Ce samedi 2 octobre 2010 a eu lieu l'ouverture des activités académiques de l'Université Saint-Augustin, l'Institut Saint Eugène de Mazenod et l'Institut Supérieur des Sciences Pédagogiques et Religieuses. La cérémonie a rassemblée environ 830 étudiants et nombreux professeurs et supérieurs majeurs des différentes congrégations. La journée est commencée par la célébration de l'Eucharistie présidée par le P. Crispin Solula, oprem. Dans son homélie, le père a invité tous les responsables des communautés et des institutions académiques à se comporter en véritables témoins, à l'instar de l'Esprit Saint, témoin par excellence, qui nous montre que l'unité existe et elle est déjà là. Après l'Eucharistie, le professeur Mbolo Kala de l'Université Saint Augustin, a présenté la toute première leçon de l'année, intitulée : " Face à l'avenir : le philosophe et la reconstruction nationale à l'ère du cinquantenaire de la RDC ". Dans son allocution, le professeur a invité les philosophes congolais à ne pas s'éterniser dans des vaines rêveries qui caractérisent souvent notre temps présent, mais plutôt, à devenir des penseurs-ouvriers. Car, selon lui, la cloche a sonné : Il faut se retrousser les manches et se salir les mains. Ensuite, les représentants des différentes institutions académiques ont présenté le plan et l'organigramme de l'année scolaire 2010 - 2011, qui vient commence. (Ademis)

Dimanche 3 octobre.

RDC: le Gouvernement salue le rapport Mapping de l'Onu, mais…Le gouvernement congolais a accepté le rapport mapping des Nations unies sur les plus graves violations des droits de l'homme commises en RDC entre 1993 et 2003. Au cours d'un point de presse, samedi 2 octobre à Kinshasa, le ministre de la Justice et des Droits humains, Luzolo Bambi, a donné la position officielle du gouvernement sur la publication, vendredi, de ce rapport par le Haut commissariat de l'Onu aux droits de l'homme. La RDC se félicite du fait que les Nations unies aient enfin rendu justice au peuple congolais qui a longtemps souffert des tribulations de guerre, selon le ministre Luzolo Bambi. Le gouvernement reste ouvert, a-t-il ajouté, à la demande du haut commissariat des nations unies sur les droits de l'homme de créer les juridictions mixtes pour juger les criminels.

Kinshasa: rapport mapping, Human rights watch exige des sanctions. L'ONG Human rights watch (HRW) demande l'identification des auteurs des crimes et exige que les sanctions soient infligées aux concernés. Pour le directeur exécutif de HRW, Kenneth Roth, il faut sanctionner tous les coupables en allant jusqu'au sommet de la chaîne de commandement. Cette ONG britannique soutient l'option mise en avant par le rapport de l'Onu consistant à mettre sur pied d'une chambre judiciaire mixte pour juger ces crimes. Cette chambre de justice devrait être, d'après HRW, intégrée dans le système judicaire congolais avec des magistrats congolais et étrangers.

Mbuji-Mayi: menaces de mort contre les journalistes, une commission d'enquête à pied d'œuvre. Le président provincial de l'Union nationale de la presse du Congo (UNPC), Luc Benoit Tshabembi, a fait part officiellement, vendredi 2 septembre, au gouverneur du Kasaï oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, de menaces de mort contre les journalistes et quelques acteurs de la société civile à Mbuji-Mayi et solliciter son implication. Il ressort de cet entretien la décision de mettre sur pied une commission d'enquête sur ces menaces.

Violences sexuelles: Margot Wallstrom réconforte les victimes de Walikale. Les viols, le manque d'accès aux champs et aux médicaux, les mauvaises conditions de vie et bien d'autres problèmes liés à l'insécurité dont sont victimes les populations de Walikale (Nord-Kivu), particulièrement les femmes et les enfants, ont été présentés sur place, samedi 2 octobre, à la secrétaire générale adjointe des Nations unies et représentante spéciale du secrétaire général de l'Onu pour les violences sexuelles dans les conflits armés, Margot Wallstrom. Celle-ci est allée s'enquérir de la situation des violences sexuelles dans les villages Kampala et Nyasi. Une femme du village de Kampala a lancé ce cri de détresse à l'endroit de Margot Wallstrom : "Nous souffrons beaucoup, nos enfants n'étudient pas comme il faut, nos champs sont envahis par des ennemis, nous vivons comme des oiseaux…." Tous les habitants de ces deux villages ne demandent rien que la paix. (Radio Okapi)

Kinshasa: décès de Tungulu Mudiandambu Armand, le lanceur de pierre sur le cortège présidentiel. Tungulu Mudiandambu Armand, l'homme qui a jeté la pierre sur le cortège présidentiel le mercredi 29 septembre à Kinshasa, est décédé, d'après un communiqué signé par le directeur de cabinet du Procureur général de la République (PGR) et lu samedi 2 octobre sur les antennes de la RTNC. Les enquêtes préliminaires indiquent qu'il se serait suicidé dans la nuit du 1er au 2 octobre au sein de l'Amigo de la Garde républicaine à l'aide d'un tissu dont il se servait comme oreiller.

AMP: les "exclus" donnent de la voix. Revendication ou lutte de repositionnement? En tout cas, une vingtaine de partis, associations et autres personnalités, membres de l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP) dénoncent leur "exclusion" dans la gestion du pouvoir par "leurs collègues" de cette famille politique. Ils l'ont déclaré samedi à la presse, à Kinshasa. Emmanuel Mudura, porte-parole de ces "exclus", n'a pas mâché ses mots "Nous avons voulu éveiller la conscience du chef de l'Etat, qui est l'autorité morale de l'AMP et l'informer de notre exclusion en ce qui concerne la gestion des ambitions au sein de l'AMP." De son côté, le secrétaire exécutif de l'AMP, estime que les répartitions des postes de gestion de la chose publique au sein de sa famille politique se font au prorata des sièges gagnés lors des élections de 2006. (Radio Okapi)

Emplois en RDC: le député Lumeya s'en prend au Parlement. Le député Lumeya évoque l'adage de la paille et la poutre. Le budget alloué pour la création des emplois en RDC n'est pas à la hauteur des objectifs attendus, a déclaré vendredi dernier en plénière de l'Assemblée nationale, le député Lumeya Dhu Malengi, membre de l'opposition, à la suite de la réplique du Vice-Premier ministre et ministre de l'Emploi, Travail et Prévoyance sociale Joseph François Nzanga Mobutu. Donc, pour ce député, le Parlement, autorité budgétaire, ne donne pas suffisamment des moyens à ce ministère pour créer des emplois.

Zongo: des cas de paludisme grave et de fièvre typhoïde signalés à l'hôpital général de référence. Plus de 150 cas de paludisme grave et de fièvre typhoïde sont signalés ces deux dernières semaines à l'hôpital général de référence de Zongo, à plus ou moins 260 km de Gemena, dans la province de l'Equateur. Selon le médecin chef de district de Zongo, 4 décès sont déjà enregistrés parmi les malades.

Buta: peine de mort contre un homme pour assassinat de sa femme. Le tribunal militaire garnison de Kisangani a condamné à mort ce week-end, en chambre foraine à Buta, un jeune homme de 23 ans qui était poursuivi pour assassinat de sa femme.

Lundi 4 octobre.

Affaire Chebeya: éventuel début du procès en audience publique. Les présumés meurtriers de Floribert Chebeya, défenseur des droits de l'homme retrouvé mort début juin dernier dans la périphérie ouest de la ville de Kinshasa, pourront bientôt comparaitre devant leur juge naturel. Le ministre de la Justice, Luzolo Bambi l'a annoncé samedi au cours d'une conférence de presse. Le ministre qui a utilisé le conditionnel concernant la fixation du procès Chebeya, a indiqué que celui-ci pourra se dérouler en audience publique, " à moins que le huis clos ait été réclamé ", a-t-il cependant nuancé.

Kinshasa approuve le rapport " Mapping " et réclame justice pour les victimes. Le gouvernement de la RDC approuve le rapport Mapping des Nations Unies sur les plus graves violations des droits de l'homme commises en RDC entre 1993 et 2003 et demande à l'ONU de rendre justice aux nombreuses victimes de ces violations. C'est en substance les propos tenus par le ministre congolais de la Justice, Luzolo Bambi, samedi 2 octobre à Kinshasa au cours d'une conférence de presse.

Electricité: plus de 70 transformateurs basse tension attendus à Kinshasa. Les travaux d'installation des deux nouveaux transformateurs haute tension au poste Lingwala, dans la commune de Bandalungwa sont à leur phase finale. L'administrateur directeur technique (ADT) de cette entreprise l'a annoncé dimanche 3 octobre, indiquant à l'occasion l'arrivée à Kinshasa de plus de soixante dix transformateurs basse tension, des câbles et autres matériels électriques, d'ici le mois de novembre prochain.

Nord-Kivu: enlèvements et exactions sommaires dans le territoire de Béni. La Coordination territoriale de la Société civile de Béni a répertorié dans un rapport en attente de publication, plus de trente cas d'enlèvements et une dizaine d'exécutions sommaires, perpétrés par les rebelles ougandais de l'ADF/Nalu au cours du mois de Septembre 2010 dans ce territoire. Ces exactions ont été perpétrées dans les localités de Tenambo, Mapobu, Abialos, Makendi, Sefele et Kasuku, sur la route Beni -Eringeti, au nord de la collectivité secteur de Beni Mbau, a indiqué le président de Coordination de la société civile de Beni, Omar Kavota. Selon les responsables de la société civile dans cette région, les localités victimes de ces exactions sont celles où les populations sont rentrées après les opérations de ratissage effectuées par les Fardc dans le cadre des opérations Ruwenzori. " La plupart des personnes ont été kidnappées dans leurs champs. Des nombreux corps sont retrouvés ligotés, pendus ou amputés de leurs organes ", affirment les responsables de cette structure. Omar Kavota plaide pour un le renforcement des militaires et le déploiement de la police dans les périphéries des localités précitées, car, explique-t-il, " les populations sont rentrées mais on se rend compte que les périphéries de ces localités ne sont pas sécurisées pour qu'elles aient l'occasion de se ravitailler dans leurs champs". (Radio Okapi)

Opération Ruwenzori : dénonciation de nouveaux crimes contre les civils. Exécutions sommaires, disparitions, pillages, extorsions : tels sont les crimes dénoncés par plusieurs mouvements de la société civile et antennes religieuses, dont la Commission épiscopale Justice et Paix, et qui se seraient vérifiés en septembre dans les zones de Beni et Mbau, au Kivu (Nord-est), où se déroule la seconde phase de ladite Opération Ruwenzori lancée par les forces armées congolaises (Fardc) contre les groupes rebelles qui opèrent sur place. Selon le rapport de la société civile, qui répertorie de nombreux épisodes de violence advenus dans la région contre les civils, "depuis le déclenchement de la deuxième phase des Opérations Ruwenzori début septembre 2010, (…) plus de 30 personnes sont déclarées enlevées ou portées disparues et une bonne dizaine exécutées. La plupart des victimes font partie des populations retournées, il y a peu, dans leurs localités déclarées conquises par les Fardc et récupérées des rebelles ougandais traqués, les Adf-Nalu". Les violences sont imputées tant aux rebelles d'origine ougandaise, également accusés d'actes de torture, tant aux soldats indisciplinés des Fardc. Lors de l'un des épisodes de violence les plus récents, advenus la semaine dernière, des soldats des Fardc "se sont introduits dans la paroisse catholique de Mbau, où ils ont menacé de mort le père-curé, Augustin Mbusa, lui extorquant une importante somme d'argent. (…) Les mêmes militaires ont opéré dans plusieurs habitations du chef-lieu de la collectivité, pillant, extorquant et violant les civils", précise le document. La société civile et les mouvements religieux dénoncent depuis plusieurs mois la recrudescence des violences contre la population civile en territoire de Beni et appellent les autorités, les Fardc et les casques bleus de la mission locale de l'Onu à se mobiliser davantage pour protéger les habitants riverains. (Misna)

Beni: une partie du territoire congolais annexée à l'Ouganda. Le constat vient d'être fait par une délégation provinciale du Nord-Kivu. Les Ougandais ont déplacé à leur profit la frontière qui les sépare du territoire congolais au niveau de la rivière Lubiriyam en territoire de Beni, au Nord-Kivu. La situation dure depuis plus de deux mois, et un député provincial qui a fait partie de cette délégation regrette que l'affaire n'ait pas été portée à la connaissance des autorités de la province.

Affaire Tungulu: les ONG des droits de l'homme réclament la libération immédiate des activistes arrêtées. Me Nicole Mwaka et Mme Madeleine Mangabu, activistes des droits de l'homme arrêtées le 29 septembre dernier à la suite de l'incident créé ce jour là par Armand Tungulu, l'auteur du jet de pierre sur le cortège présidentiel, sont encore en détention dans les geôles de l'ANR (Agence nationale de renseignement). Cinq jours après cet événement, les ONG des droits de l'homme disent n'avoir plus accès à ces activistes et réclament leur libération immédiate.

Habitat/Kinshasa: cité de l'Espoir, l'espoir tarde à venir. La communauté internationale célèbre chaque premier lundi du mois d'octobre la journée mondiale de l'habitat. Cette année, cette journée est tombée ce 4 octobre et a été placée sous le thème " Meilleure ville, meilleure vie ". En RDC, la réalité est loin de correspondre à cet objectif. Cas de Kinshasa, la capitale, particulièrement à la cité d'Espoir, dans la commune urbaine de la Nsele. Au moins 1 502 familles vivent croupissent encore sous des bâches et des " maisons " en sachets. En 2007, ces familles étaient délocalisées sur les sites de Socopao et Bribano au quartier Kingabwa, à Limete ainsi le quartier Jamaïque, à Kintambo, avec promesse de la part des autorités compétentes (Affaires humanitaires et Urbanisme) de leur construire des toits dignes de ce nom dans la cité de l'Espoir. Trois ans après, la cité ne compte que trois maisons témoins, une école secondaire qui n'a fonctionné qu'une année, pour plus de 1 500 familles exposées aux intempéries sur un espace où il n'y a ni ombre (pas d'arbre, le site étant sur le sable), ni électricité, ni eau potable. (Radio Okapi)

Mardi 5 octobre.

Affaire Armand Tungulu: la veuve réclame une autopsie à l'étranger. Jointe au téléphone depuis Bruxelles où elle vit, Mme Philo Tungulu, épouse d'Armand Tungulu le lanceur des pierres sur le cortège présidentiel, a parlé. Elle rejette la thèse du suicide et réclame le rapatriement du corps de son mari pour une autopsie en dehors du Congo.

Lubumbashi: des motards agressent leurs passagers. Certains habitants de Lubumbashi accusent les conducteurs des taxis motos d'être à l'origine de l'insécurité dans la ville. Plusieurs témoignages indiquent que les victimes sont des passagers qui sont agressés et dépouillés de leurs biens par des conducteurs des taxis motos. Les sources policières confirment cette information et parlent d'une situation confuse qu'elles ne parviennent pas encore à maîtriser.

Affaire Chebeya: des ONG réclament deux magistrats pour le procès. Les ONG de défense des droits de l'homme demandent au président Joseph Kabila de nommer deux magistrats militaires de carrière au grade et rang de lieutenant général ou à défaut commissionner deux hauts magistrats militaires de la cour militaire et de l'auditorat général de l'armée congolaise pour la tenue du procès Chebeya. Treize ONG dont l'Asadho, le Cojeski, Toges Noires, la VSV et l'ACIDH font observer qu'actuellement, la haute cour militaire de même que l'auditorat général des Forces armées de la RDC n'ont chacun que deux magistrats de carrière ayant le grade de Général de brigade. Elles craignent " un déni de justice et la violation manifeste des garanties du droit à un procès équitable au mépris des standards tant internationaux que nationaux pertinents." Pour pallier cette insuffisance qui accrédite, selon elles, la thèse du manque de volonté et de l'incapacité de la justice militaire à organiser ce procès, ces ONG exhortent le Président Kabila à nommer des magistrats militaires aux grades et rang voulus. Dans le cas extrême, elles l'encouragent à envisager le mécanisme de coopération avec les juridictions pénales internationales potentiellement compétentes en la matière. Dans cette lettre, les ONG craignent que l'instruction du dossier Floribert Chebeya piétine au risque de sombrer dans une impasse, malgré l'arrestation du Colonel Daniel Mukalayi, ses subalternes, ainsi que la suspension et l'audition du général John Numbi, chef de la police au moment de la mort de Floribert Chebeya. (Radio Okapi)

Ashanti Anglogold Kilo menace de poursuivre les juges du tribunal de grande instance de l'Ituri. Ashanti Anglogold Kilo (AGK) s'oppose à la procédure de saisie de ses deux jeeps initiée par le tribunal de grande instance de l'Ituri depuis la semaine dernière à Bunia. Le tribunal voudrait vendre publiquement ses deux véhicules pour dédommager un habitant de Mongbwalu à qui la firme minière sud africaine doit plus de 30 mille dollars américains de loyer. L'avocat conseil de l'AGK menace de poursuivre les juges du tribunal de grande instance de l'Ituri au cas où ils vendraient les biens de l'entreprise minière.

Bukavu: pénurie d'eau, des écoles ferment. Beaucoup de quartiers de la ville de Bukavu, au Sud-Kivu, sont toujours privés d'eau. Cette situation dure depuis plusieurs semaines déjà. Si certaines familles trouvent encore un peu d'eau au milieu de la nuit en allant d'un quartier à un autre, certains responsables d'écoles ont décidé de fermer temporairement.

Muene-ditu: trois prisonniers meurent de faim. La prison centrale de Muene-Ditu, au Kasaï-Oriental, a enregistré trois décès depuis le dimanche 3 octobre. Ceci porte à huit le nombre des détenus morts depuis le mois de septembre. Ces morts seraient causées par le manque de nourriture. Des sources officielles confirment cette information livrée par les membres de la section des droits de l'homme de la Monusco en mission à Muene Ditu, depuis le lundi 4 octobre.

Journée internationale des enseignants: plaidoyer à Kinshasa, campagne de la gratuité à Bukavu. A l'occasion de la célébration ce mardi 5 octobre de la journée internationale des enseignants et de l'enseignement, l'intersyndicale nationale des enseignants a plaidé, à Kinshasa, pour l'amélioration des conditions de travail dans ce secteur, alors qu'à Bukavu, au Sud-Kivu, était lancée la campagne de la gratuité de l'enseignement au niveau de trois premières années primaires.

Goma: un lieutenant colonel Mai Mai poursuivi pour viols massifs en territoire de Walikale. L'officier Mai Mai Cheka a été ramené ce mardi de Walikale à Goma où un dossier judiciaire est ouvert contre lui. Présumé comme l'un des auteurs des viols de plus de 150 femmes dans plusieurs villages du secteur de Mpofi, à environ 85 km de Walikale, le lieutenant colonel Sadoke Kikonda Mayele se trouve entre les mains de la justice militaire. Un dossier à charge du prévenu a été ouvert. Menotté, les yeux bandés, cet officier du groupe Mai Mai Cheka a été emmené à Goma, à bord d'un hélico de la Monusco. Âgé d'une trentaine d'années, le lieutenant colonel Sadoke a été cité par son chef direct, Ntabo Ntambui Cheka comme étant le principal instigateur des viols de 154 femmes à Walikale. Les événements se sont déroulés lors d'une attaque d'hommes armés intervenue du 31 juillet au 2 août dernier

Mbandaka: lancement du projet " forêt et conservation de la nature ". Le secrétaire général du ministère de l'Environnement conservation de la nature et tourisme et le vice gouverneur de l'Equateur ont lancé le Projet forêt et conservation de la nature (PFCN), lundi 4 octobre, à Mbandaka, capitale de la province de l'Equateur. Trois provinces sont concernées par ce projet : l'Equateur, le Bandundu et la Province Orientale. A l'Equateur, le projet couvrira les sites du lac Tumba, de la Salonga-Lukeni et de la Maringa-Lopori. Financé à hauteur de 70 millions USD par la Banque Mondiale, le projet devra être exécuté pendant 5 ans. Selon le coordonnateur de ce projet, Martin Lukaya, ce projet prévoit, pour les populations riveraines des aires protégées, des activités alternatives telles la pêche, la création des centres de santé, des écoles, etc.

Mercredi 6 octobre.

Viols massifs à Walikale: la Monusco salue l'arrestation du lieutenant colonel Mayele. L'arrestation de l'officier Maï Maï du groupe Cheka présumé commanditaire des viols massifs dans le territoire de Walikale entre le 30 juillet et le 2 août dernier était une priorité pour la Monusco, a déclaré la représentante spéciale adjointe du secrétaire général de l'ONU en RDC, Mme Leila Zerrougui qui estime que ce qui s'est passé dans cette région est inacceptable.

Mbuji-Mayi: les victimes des menaces se méfient de la commission d'enquête. Certains journalistes et personnalités du Kasaï-Oriental qui ont récemment reçu des menaces de mort via leurs téléphones ne se présentent pas à la commission d'enquête instituée par le gouvernement provincial. Interrogés, certains d'entre eux ont affirmé ne pas placer leur confiance en cette commission qui doit commencer les auditions, mercredi 6 octobre.

Kinshasa: des députés déplorent le dépôt tardif du budget 2011. Le Premier ministre Adolphe Muzito a déposé mardi, 5 octobre, le projet de budget 2011 au bureau de l'Assemblée nationale, avec un retard de vingt jours au regard de la constitution. Du côté de l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP), on se félicite de ce dépôt malgré le retard. Un retard que dénonce l'opposition. Le budget 2011 se chiffre à 7 milliards de dollars américains. D'après l'AMP Adèle Kayinda, l'Assemblée nationale doit veiller sur le social. Du côté de l'opposition, le député Sylvain Pitshi estime que le retard observé dans le dépôt de ce budget ne permet pas de l'examiner avec sérénité.

Kinshasa: l'ANR a libéré Me Nicole Mwaka. Me Nicole Mwaka, défenseure des droits de l'homme et membre des Toges noires, interpellée mercredi 29 septembre à Kinshasa consécutivement à l'affaire Armand Tungulu et incarcérée depuis au cachot de l'Agence nationale de renseignement, a été libérée mercredi 6 octobre. La nouvelle a été confirmée par le secrétaire exécutif adjoint de l'ONG Observatoire congolais des droits de l'homme (OCDH), Jacob Balwisha.

Uvira: le général Etumba exhorte les troupes au respect du règlement militaire. "Tout militaire congolais sur le sol congolais doit travailler partout à travers le pays et ne doit s'opposer à aucune permutation", a déclaré, mardi 5 octobre, le lieutenant général Didier Etumba, chef d'Etat-major général des Fardc, au cours d'une parade organisée dans la garnison d'Uvira, dans le Sud-Kivu. Une permutation des officiers militaires et de certaines unités est envisagée, a déclaré le commandant la 4e zone opérationnelle des Fardc.

Kinshasa: panier de la ménagère, les prix des denrées alimentaires en hausse. Le constat est depuis deux semaines : les prix des denrées de première nécessité connaissent une hausse qui affecte presque tous les produits dans les marchés de la capitale congolaise. La population s'en plaint, les vendeurs aussi. Au marché central de Kinshasa, une acheteuse se dit révoltée par la surchauffe des prix des biens, notamment des produits alimentaires. Elle incrimine les autorités. D'après elle, ces dernières encouragent cette situation sur le marché. Une autre dame appelle l'Etat congolais à arrêter vite cette hausse des prix, au moins cette fois-ci. "Je demande au gouvernement de réagir. Dans tous les pays du monde, l'Etat contrôle les prix sur le marché. Mais pourquoi en RDC l'Etat accepte n'importe quoi?". Et pour cause. Le prix du poisson chinchard est passé de 1800 francs congolais il y a une semaine, le kilo, à 2 300 francs congolais. Mais, au marché central, les acheteurs ne sont pas les seuls à se plaindre. Les vendeurs aussi. "Au niveau de la vente notre chiffre d'affaires est depuis quelques jours réduit de moitié à cause du faible nombre d'acheteurs. Et au niveau des approvisionnements, nous avons aussi constaté une rupture des stocks pour certaines denrées," explique un vendeur. Une rupture qui reste encore à expliquer, car les principaux importateurs contactés n'ont pas souhaité réagir encore. (Radio Okapi)

Kinshasa: l'UDPS, le RCD et l'UN en concertation pour les trois postes de la CENI. L'UDPS, le RCD et l'UN, des partis et plateformes de l'opposition ont décidé de se réunir, mercredi 6 octobre, à Kinshasa pour dégager un consensus sur les noms des candidats à proposer au bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A l'issue des concertations ouvertes, mardi, le député de l'opposition Clément Kanku s'est dit persuadé que les députés nationaux ne fermeront pas la porte à l'UDPS. Le parti d'Etienne Tshisekedia n'a pas de siège au parlement et ne peut légalement prétendre à un poste au bureau de la Ceni.

Fichier électoral: le déploiement du matériel s'accélère dans les provinces. Le déploiement des kits électoraux dans différentes provinces s'est accéléré grâce à l'appui logistique de la Monusco qui, la semaine dernière, a effectué sept vols en six jours pour acheminer le matériel à l'intérieur de la RDC.

Jeudi 7 octobre.

Lubumbashi : tracasseries et insécurité dans les hôtels. La corporation des hôteliers de la commune de Kampemba à Lubumbashi a dénoncé, mercredi 6 septembre, les tracasseries et l'insécurité policières qui règnent dans leurs hôtels. Ces hôteliers ont pointé du doigt l'unité de police de la protection de la femme et enfant. Les policiers fouillent les chambres, extorquent les clients et les arrêtent sans raison valable, sous prétexte de rechercher les filles mineures qui seraient dans ces hôtels avec des adultes, ont déclaré les hôteliers

Kinshasa: 10 000 réfugiés burundais candidats au rapatriement. Les réfugiés burundais vivant en RDC ont commencé, mercredi 6 octobre, à retourner dans leur pays. Deux cents quarante d'entre eux, ont quitté le sol congolais à partir du Sud-Kivu. Le HCR a estimé que dix mille réfugiés burundais ont choisi de rentrer chez eux, sur les quinze mille que compte le Sud-Kivu

Kananga: la mairie vise l'enregistrement de 25 000 naissances à l'état civil. La mairie de la ville de Kananga se fixe un objectif d'enregistrer en 2010 plus de vingt cinq mille naissances à l'état civil, a déclaré la maire de la ville, Antoinette Kapinga, à la clôture d'un atelier, mercredi 6 octobre. Cet atelier, a indiqué la même source, veut apporter une réponse aux statistiques nationales sur l'enregistrement des naissances à l'état civil, publiées par le programme national de la santé de reproduction. D'après Antoinette Kapinga, la ville de Kananga a enregistré en 2009, deux mille enfants seulement, alors qu'il y a eu plus de vingt cinq mille naissances.
Kalemie: les transfusions sanguines en hausse. Soixante-cinq cas de transfusion sanguine sont enregistrés en moyenne chaque jour, à l'hôpital général de référence de Kalemie, a indiqué, mercredi 6 octobre, le point focal de la sécurité transfusionnelle du district du Tanganika dans le Nord du Katanga, le docteur Jean Marie Tshilumbu. De sept cents cas au mois de septembre, on tend vers mille cinq cents malades en octobre.

Mwenga: une grenade tue 5 enfants d'une même famille. Cinq enfants d'une même famille sont morts déchiquetés par une grenade, jeudi 7 octobre dans le village de Chishukwe, dans le groupement de Birhala au Sud-Kivu. Les victimes ont ramassé cet engin qu'ils considéraient comme un jouet. Soudain, la grenade a explosé entre leurs mains.

Kalemie: résurgence du choléra, sept morts déjà. Le choléra frappe de nouveau la ville de Kalemie, au nord du Katanga. Le centre de traitement du choléra de l'hôpital général de référence a enregistré plus de deux cents cas, depuis le mois de septembre. Parmi ces malades, sept ont déjà trouvé la mort.

Exploitation de la carrière à l'Unikin, le ministre des Mines accuse l'ancien comité de gestion. Le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, a rejeté en bloc sa responsabilité dans l'octroi du site d'exploitation de la carrière de terre jaune à l'Université de Kinshasa (Unikin). Il répondait devant la plénière de l'Assemblée nationale à la question orale lui adressée par la députée Micheline Biye. Cette question a porté sur l'exploitation, par une société chinoise, de la terre jaune de ce site très menacé par les érosions.

Kinshasa: une journée de dépistage des certaines maladies non transmissibles au stade des Martyrs. Une campagne de dépistage des maladies non transmissibles telles que l'hypertension, le diabète, l'obésité et les maladies des reins a eu lieu ce jeudi à Kinshasa. Elle n'a duré qu'une journée, et cette campagne a été organisée par la faculté de Médecine de l'Université de Kinshasa avec l'appui de plusieurs partenaires dans le cadre de la de la célébration de la journée nationale contre les maladies des reins.

Nord-Kivu : enlèvement d'un dirigeant de la Commission pour les réfugiés. Le responsable du centre de transit de la Commission nationale pour les réfugiés (CNR) du Nord-Kivu, Protais Mumaro, a été enlevé lundi dernier par des hommes non identifiés, a annoncé le secrétaire permanent du CNR à Kinshasa. Protais Mumaro a été enlevé à son bureau à Goma, par des hommes armés et cagoulés qui n'ont jusque là communiqué aucune revendication. La police a indiqué avoir lancé des unités dans la zone de l'enlèvement sur les traces de l'otage dont elle n'a encore aucune nouvelle. Deux autres dirigeants du CNR avaient été enlevés en juillet par des groupes armés actifs au Nord-Kivu, avant d'être libérés quelques jours plus tard sans conditions. (Misna)

Vendredi 8 octobre.

Kinshasa: le député Martin Mukonkole est libre. Le député national de l'opposition Martin Mukonkole a été libéré jeudi 7 octobre 2010 à la suite d'un arrêt de la Cour suprême de justice rendu mardi. Pour le député Lumeya, premier vice-président du groupe parlementaire chrétien démocrate la Cour suprême n'a fait qu'appliquer le droit, en rapport avec les dernières recommandations du Parlement national. Pour rappel, Martin Mukonkole, avait été arrêté en juin dernier pour une affaire de véhiculés qui auraient été volés.

Kinshasa: le Général Faustin Munene est porté disparu, selon sa famille. La famille du général Faustin Munene, ancien chancelier des ordres nationaux, s'inquiète de sa disparition. Cet officier supérieur de l'armée est porté disparu depuis le 27 septembre, selon sa famille. Actuellement, ses trois résidences à Kinshasa sont assiégées par des militaires du Bataillon de la police militaire (PM), indique la même source. S'exprimant, jeudi 7 octobre à Radio Okapi, le fils aîné du Général Munene a livré le témoignage suivant: " Papa s'est senti en danger. Il en a été informé, ça s'est vérifié juste après quand il s'est déplacé, toutes nos maisons ont été scellées et pillées. La maison officielle de la Gombe, la maison privée de Ma campagne et celle de la commune de Bandalungwa. C'est ce qui nous inquiète, on ne sait pas s'il est vivant, on ne sait pas où il se trouve en ce moment. " Les quelques informations parvenues à la famille du Général Munene sont celles reprises ces jours dans les journaux kinois faisant étant d'une complicité de leur père dans une tentative de coup d'Etat, selon son fils aîné. " S'il y a une accusation, la RDC est un pays de droit que la justice s'en occupe ", clame Fabrice Munene. Ancien vice-ministre de l'Intérieur et chef d'état-major des forces aériennes congolaises sous le régime de Laurent Désiré Kabila, le Général Faustin Munene a été promu chancelier des ordres nationaux à l'avènement du président Joseph Kabila. (Radio Okapi)

Bunia: arrestation de deux soldats et deux policiers accusés d'assassinat. Ces agents de l'ordre sont accusés d'avoir assassiné un prisonnier qui avait tenté de s'enfuir de la prison de Bunia. Ils sont arrêtés depuis le mercredi 7 octobre 2010 au cachot de l'auditorat militaire de garnison à Bunia. Le défunt est un ancien adjudant des Forces armées de la RDC (FARDC) condamné à la peine capitale au mois d'août 2010.

Katanga : les voyageurs du train Kambelembele en détresse depuis 3 jours à Kabalo. La machine qui remorquait le train en provenance de Lubumbashi, a abandonné les passagers à Kabalo. Elle s'est ensuite dirigée vers la ville de Kalemie au lieu de poursuivre son parcours vers Kindu, capitale du Maniema. Les voyageurs se plaignent des conditions de séjour difficiles à Kabalo.

Mbandaka : Madame Kyung-Wha Kang visite les victimes des viols de Songo Mboyo. La haut commissaire adjoint des Nations unies aux droits de l'homme, Mme Kyung-Wha Kang séjourne à l'Equateur depuis jeudi 7 octobre et doit se rendre dans la localité de Songo-Mboyo où des viols massifs des femmes ont eu lieu en 2004. Les victimes de ces viols ne sont pas encore indemnisées jusqu'à ce jour. Quelques victimes des viols de Songo Mboyo présents à Mbandaka ont été présentées, vendredi, à Mme Kyung-Wha Kang et aux experts des Nations unies qui l'accompagnent. Une table ronde avec la société civile s'en est suivie. Pour compléter les données fournies par la société civile, la délégation va se rendre ce week-end à Songo Mboyo au Nord-Est de Mbandaka. Outre les victimes, elle va s'entretenir avec les organisations et les institutions qui soutiennent leur prise en charge. Le panel envisage une réponse aux attentes des victimes de Songo Mboyo dans un cadre global avec les victimes de Shabunda, Bunia, Komanda dans l'Est du pays. Des discussions à Kinshasa avec le gouvernement sont prévues à ce sujet en début. C'est pour voir comment l'Etat congolais devrait indemniser l'ensemble des victimes de violences sexuelles en RDC au vu des jugements déjà prononcés. tRadio Okapi)

Tshikapa: affaire du diamantaire assassiné, l'OCDH dénonce l'arrestation des innocents. Sept personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur le dossier de l'assassinat d'un diamantaire, mardi 5 octobre dans sa résidence, par trois individus. Cependant, l'Observatoire congolais des droits de l'homme (OCDH) a dénoncé, trois jours après, les arrestations arbitraires des personnes non impliquées dans cette affaire.

Kabeya Kamwanga: plusieurs maisons incendiées, plus de 30 familles sans abri. Plus de trente familles de la localité de Bakwa Kanjinga en territoire de Kabeya Kamwanga, au Kasaï oriental, sont sans abris, après incendie, jeudi 7 octobre, de leurs maisons par les habitants du village voisin de Bena Mpeta. La police a été dépêchée le lendemain sur les lieux pour ramener le calme.

Kinshasa: l'Onatra récupère son bateau réquisitionné par le Service national. L'Office national des Transports (Onatra) a récupéré un de ses grands bateaux, le MB Ipamu, réquisitionné depuis 1998 par le Service national. La récupération du MB Ipamu entre dans le cadre du vaste programme de relance des activités fluviales, a déclaré l'Administrateur directeur général intérimaire de l'Ontra, Serge Basaula. Dans le même cadre, a ajouté Serge Basaula, des démarches se poursuivent en vue de récupérer d'autres bateaux, en ce jour gérés par les Fardc.

Kinshasa: la DGI sensibilise les opérateurs économiques sur la TVA. Le directeur général de la Direction générale des impôts (DGI), Dieudonné Lokadi, a présidé, vendredi 7 octobre à Kinshasa, à l'intention des opérateurs économiques et responsables d'entreprises tant publiques que privées, la cérémonie de présentation de la loi portant institution de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Le but de la séance a consisté à expliquer aux participants les avantages, le fonctionnement et tous les contours de cet impôt. La TVA est un impôt indirect sur la consommation des biens et services qui est supporté par tout consommateur final. Il viendrait remplacer en RDC l'impôt sur le chiffre d'affaire (ICA), selon les explications fournies par le directeur général de la DGI. La TVA a un taux d'imposition unique qui est de 16 % de la valeur ajoutée. Concernant les modalités de paiement de cet impôt, Dieudonné Lokadi a expliqué : "Concernant son fonctionnement, il faut ajouter que sont assujetties à cet impôt toutes personnes effectuant des opérations imposables, dont le chiffre d'affaire est supérieur ou égal à 50 000 dollars américains. Son paiement sera fractionné. Il sera géré par la Direction générale des douanes et accises (DGDA), concernant les produits importés, et la DGI à travers sa direction des grandes entreprises et les centres d'impôt de Kinshasa et de Lubumbashi, avant que d'autres soient créés à travers le pays." (Radio Okapi)

Samedi 9 octobre.

Thomas Lubanga reste en détention. La Cour pénale internationale (CPI) a ordonné vendredi en appel la reprise du procès pour crimes de guerre de l'ex-chef de milice de RDC Thomas Lubanga, suspendu depuis le 8 juillet. Les magistrats de la CPI avaient alors ordonné sa libération arguant que "l'équité des procédures à l'encontre de l'accusé n'était plus garantie". "La décision de suspendre la procédure doit être infirmée", a déclaré le juge Sang-Hyun Song en lisant un résumé des arrêts rendus par la chambre d'appel de la CPI à La Haye. Une audience se tiendra lundi après-midi pour déterminer la date de reprise du procès de M. Lubanga, accusé notamment d'enrôlement d'enfants-soldats durant la guerre civile en Ituri entre 2002 et 2003. Les juges de première instance avaient ordonné la suspension du procès, qui avait débuté le 26 janvier 2009, à la suite du refus du procureur de communiquer à la défense le nom d'un intermédiaire chargé de retrouver des témoins pour l'accusation. Selon la défense de l'ex-chef de milice, des faux témoignages avaient été "fabriqués" avec l'assistance d'intermédiaires et la collaboration du bureau du procureur. Dénonçant "un refus délibéré et totalement injustifié d'appliquer les directives de la chambre", les magistrats avaient estimé que "l'équité des procédures à l'encontre de l'accusé n'était plus garantie". Ils avaient ordonné, quelques jours plus tard, la libération de Thomas Lubanga. Le procureur Luis Moreno-Ocampo avait, le 16 juillet, interjeté appel de la suspension des procédures, ce qui avait entraîné le maintien en détention de M. Lubanga. "La chambre de première instance a commis une erreur en ayant recours directement à la suspension de la procédure sans imposer dans un premier temps des sanctions qui auraient pu permettre d'obtenir que l'accusation obéisse à son ordonnance", a estimé le juge Song. Le magistrat a toutefois affirmé que le procureur aurait dû obéir à la chambre de première instance, rappelant que "les ordonnances des chambres ont valeur obligatoire". "Quels que soient les pouvoirs et devoirs du procureur, ils ne peuvent pas supplanter l'autorité suprême de la chambre de première instance pour déterminer ce qui constitue un procès équitable", a-t-il souligné. "Le bureau du procureur se félicite de la levée de la suspension des procédures ainsi que de la décision de ne pas remettre M. Lubanga en liberté", a réagi Luis Moreno-Ocampo dans un communiqué. (AFP)

Bunia: l'UPC et les ONG locales saluent l'annonce de la reprise du procès Lubanga à la CPI. L'Union des patriotes congolais (UPC), le parti politique de Thomas Lubanga et les ONG de défense des droits de l'homme en Ituri ont salué, vendredi 8 octobre à Bunia, l'arrêt de la Chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) annulant la décision prise par la chambre de 1ère instance en Juillet 2010 relative à la suspension du procès et de la remise en liberté de cet ancien chef de guerre de l'Ituri. Tous voudraient voir le procès arriver jusqu'au bout pour connaître la vérité.

Kinshasa: dépôts des produits pétroliers, Célestin Mbuyu s'explique devant l'Assemblée nationale. La manipulation des produits pétroliers par des personnes non indiquées est au centre de préoccupations du Gouvernement, a déclaré, vendredi 8 octobre, le ministre des Hydrocarbures, Célestin Mbuyu, lors de sa réponse à la question orale du député national Christophe Masumbuko. Ce dernier a estimé que l'application des textes de lois est de nature à aider le Gouvernement pour éviter une nouvelle catastrophe à l'instar de celle de Sange au Sud Kivu. A l'origine de la question orale adressée au ministre Mbuyu se trouve un dépôt de produits pétroliers basé sur l'avenue Forgeron dans la commune de Limete à Kinshasa, qui a attiré l'attention du député Christophe Masumbuko. Ce dépôt est comme tant d'autres à travers la capitale congolaise, qui comptent plusieurs centaines de fûts stockés sans la moindre mesure de sécurité. (Radio Okapi)

Tshikapa: les députés provinciaux déplorent les conditions inhumaines dans les prisons. Une commission parlementaire en mission de contrôle dans différents lieux de détention de Tshikapa a quitté, vendredi 8 octobre, la deuxième ville du Kasaï occidental. Les parlementaires ont examiné les conditions d'hébergement des prisonniers, leur alimentation et la question de l'insuffisance de magistrats. A la fin de la mission, le président de cette commission parlementaire, André Katanga, a dressé un bilan nécessitant une intervention immédiate.

Le partenariat entre la Banque mondiale et la ville de Matadi prorogé. La société générale de réhabilitation urbaine, une structure de la banque mondiale en RDC, a prolongé d'une année son contrat de partenariat de réhabilitation des infrastructures urbaines avec la mairie de Matadi. Signé en décembre 2008, ce contrat devait s'achever fin 2010. Il a été donc prolongé jusqu' au 30 septembre 2011. Cette prolongation est intervenue à l'issue d'une mission d'évaluation effectuée par une délégation composée des responsables de cette structure, vendredi même, à Matadi.

Kabamabare toujours sans eau potable ni électricité. Kabambare, chef-lieu du territoire du même nom, situé à plus de 450 km de Kindu dans le sud de la province du Maniema est dépourvu d'eau, d'électricité et de moyens de communication. La cité se trouve dans un enclavement total. Mais, tous ces problèmes devraient bientôt trouver solution, a promis le gouverneur de province, Pascal Tutu Salumu, lors de sa mission, vendredi 8 octobre, à Kabambare.

Dimanche 10 octobre.

Bunia: violences sexuelles, 80 % des cas enregistrés ont été réprimés. Au cours d'une conférence publique, vendredi à Bunia, le bureau local du Pnud en collaboration avec le service de Genre, Famille et Enfant, a fait l'état des lieux de la politique de tolérance zéro en matière de la répression des violences sexuelles en Ituri. 80 pourcents des cas de violences sexuelles ont été réprimés sur environ 500 cas référés à la justice civile et militaire depuis le deuxième semestre de l'année 2009, selon les statistiques publiées à cette occasion.

Kinshasa: l'ONG CPJ invite le parlement congolais à examiner la proposition de loi sur l'abolition de la peine de mort. La 8ème Journée mondiale contre la peine de mort 2010 est célébrée en RDC, dimanche 10 octobre, sous le thème: "Tous pour l'examen par le parlement congolais de la proposition de loi Mbata/ Nyabirungu portant abolition de la peine de mort." Au cours d'un point de presse tenu la veille à Kinshasa, l'ONG La Culture pour la paix et la justice (CPJ) a réaffirmé sa détermination d'amener le législateur congolais à examiner ce texte de loi.

Mbandaka: violences sexuelles, fin de la visite du Panel onusien aux victimes de Songo Mboyo. "J'ai été frappée par le courage des femmes victimes de viols massifs de Songo Mboyo qui attendent depuis cinq ans, la réparation des préjudices quelles ont subies", a déclaré la haut commissaire adjointe aux Droits de l'homme, Kyung-Wha Kang, samedi 9 octobre à Mbandaka. Elle a fait cette déclaration à l'issue de la visite effectuée dans cette localité du territoire de Bongandanga, au nord est de l'Equateur, par le panel des Nations unies chargé d'auditionner les victimes des violences sexuelles en RDC.

La Monusco réussit à acheminer 134 tonnes des équipements électoraux à Kisangani. Au total, 134 tonnes de matériel électoral sont arrivées, samedi 8 octobre dans l'après midi, au port public de l'Office national des transports (Onatra) à Kisangani en provenance de Kinshasa. Il s'agit des kits pour les enrôlements des électeurs et autres matériels roulant en prévision des élections prévues en 2011. Ces équipements ont été transportés sur deux barges affrétées par la Monusco. Leur déchargement est prévu pour lundi.

Kinshasa: une délégation de l'UE évalue la situation politico-économique et sécuritaire de la RDC. Une délégation des ambassadeurs du Comité politique et de sécurité (CoPS) de l'Union européenne (UE) conduite par le Belge Walter Stevens, séjourne à Kinshasa depuis samedi 9 octobre. Sa mission consiste à évaluer la situation politique, sécuritaire et économique actuelle de la RDC. Elle va également s'intéresser à l'étendue de la contribution de l'UE en République démocratique Congo en matière de paix, de sécurité et de développement socio-économique

Mbuji-Mayi: les ONG locales contre le retrait annoncé du CICR. Les défenseurs de droits humains ont sollicité, samedi 9 octobre à Mbandaka, de l'autorité provinciale un plaidoyer pour la prorogation du mandat du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au centre de la RDC. Ils ont réagi ainsi à l'annonce faite par le CICR de fermer sa représentation locale d'ici au 31 octobre, au motif de l'absence des conflits armés dans la région.

Muanda: la nouvelle direction de Perenco préconise le dialogue avec les communautés locales. Au cours d'une rencontre avec les représentants des quinze villages du territoire de Muanda, M. Eric Ivochevitch a promis de renforcer le dialogue avec les communautés locales. La cohabitation paisible entre les sociétés pétrolières et les communautés locales demande, de part et d'autre, un travail au quotidien, a-t-il déclaré à une centaine de représentants, membres du comité de concertation de quinze villages du territoire de Muanda. Ce comité doit continuer d'être le seul canal de transmission des revendications, a indiqué le directeur général de Perenco/RDC. Les communautés ont d'importantes difficultés, nous leur demandons aussi de comprendre que la société ne peut y répondre dans la limite de ses moyens et de ses responsabilités. Le comité de concertation pour le développement de Muanda, déclare attendre la concrétisation de sa demande contenue dans un mémo adressé à l'entreprise. (Radio Okapi)

Beni: plus de 14 000 ménages en voie de déguerpissement au quartier Congo ya sika. Un mémo des habitants du quartier Congo ya sika regroupés en 14 000 ménages environ, demande au gouvernement central et à l'Assemblée nationale d'intervenir en leur faveur dans le conflit qui les oppose à l'ICCN (Institut congolais pour la conservation de la nature) au sujet de l'espace qu'ils occupent. Ils sont menacés de déguerpissement. Le différend date d'il y a un mois et l'espace querellé mesure 900 mètres sur 280. Les habitants qui l'occupent disent y être installés après un lotissement en bonne et due forme. Des preuves existent, souligne leur mémo. Par ailleurs, d'après le chef du quartier Congo ya sika, Paluku Mayenga, plusieurs services étatiques y ont également érigé leurs bureaux, notamment, la DGDA, l'OCC, la DGM et la Sonas. La plupart des écoles, des micro finances et des centres de santé de Kasindi ont également été construits dans cet espace, ajoute la même source. Une commission d'enquête composée des députés nationaux et provinciaux ainsi que des représentants de l'ICCN vient de séjourner à Kasindi vendredi dernier pour l'étude de ce dossier. (Radio Okapi)

Lundi 11 octobre.

RDC: controverse autour de la peine de mort. La communauté internationale a commémoré dimanche 10 octobre 2010 la 8ème Journée mondiale contre la peine de mort. Comme toujours dans le monde, cette journée relance la controverse entre partisans de cette peine et les abolitionnistes. En RDC, ces derniers se basent sur la Constitution du pays, laquelle consacre, en ses articles 16 et 61, le caractère sacré de la vie humaine. Il faut donc supprimer l'article 5 du code pénal congolais qui est en contradiction avec la loi fondamentale sur cette question, estiment les défenseurs de l'abolition de la peine de mort en RDC. Les partisans du maintien de la peine de mort ne manquent pas non plus d'arguments pour soutenir leur thèse. Ils estiment que la peine de mort doit être appliquée justement pour protéger la vie de la communauté. Selon Me Gustave Mayila, magistrat du parquet, écarter de la société les criminels par la peine de mort serait une façon de garantir le caractère sacré de la vie humaine telle que consacrée par la Constitution. Donc, la loi pénale congolaise n'est pas en contradiction avec la loi fondamentale, estime de son côté ce magistrat. Evariste Kazadi, avocat au barreau de Lubumbashi et de Kinshasa-Matete partage aussi ce point de vue. Il pense que l'abolition de la peine de mort dans un pays comme la RDC risquerait d'aggraver la criminalité dans le pays. (Radio Okapi)

Tshikapa : près de 20 000 Congolais expulsés de l'Angola en situation précaire. Près de vingt mille Congolais ont été expulsés de l'Angola de janvier à septembre 2010. Ces statistiques sont incluses dans le rapport hebdomadaire du comité provincial inter agence humanitaire (CPIA) publié le week-end dernier. Ces expulsés, majoritairement des femmes et des enfants, se concentrent essentiellement au poste frontalier de Kamako, localité située à moins de 10 km de la frontière angolaise, dans le territoire du Tshikapa.

Plus de 20 enfants s'évadent de la prison de Bunia. Une vingtaine des mineurs se sont évadés de la prison centrale de Bunia, dans le district de l'Ituri, en Province Orientale, dans la nuit de samedi à dimanche dernier. Ils se sont exfiltrés de leur lieu de détention à travers une conduite d'eau, selon les responsables de cette prison. Les évadés du week-end sont toujours en cavale.

Gemena: l'unique juge transféré à Kinshasa pour des soins médicaux. Le Tribunal de grande instance de Gemena, à l'Equateur, a suspendu ses activités. L'unique juge en poste dans cette ville de l'Equateur séjourne à Kinshasa pour des soins médicaux. Les prévenus en détention à l'attente, leur jugement ne pouvant être rendu pour le moment

Bukavu: la ville dans la fièvre de la marche mondiale de femmes. A deux jours de la marche mondiale des femmes, les préparatifs vont bon train dans la ville de Bukavu. La capitale de la province du Sud-Kivu est en train de se parer de sa plus belle robe pour la circonstance. Officiels et délégations en provenance d'autres pays à travers le monde y arrivent déjà alors que la fièvre monte particulièrement au sein des associations des femmes locales.

Kinshasa: lutte contre le paludisme, 8ème revue annuelle pour l'Afrique centrale. L'OMS et le projet RBM, Roll Back malaria (faire reculer la malaria), planchent sur la revue annuelle et la planification des programmes de lutte contre le paludisme. Ouverts ce lundi à Kinshasa, les travaux vont durer six jours. Il s'agit de la 8ème réunion annuelle pour évaluer la mise à l'échelle des interventions de lutte contre l'endémie.

Archidiocèse de Kinshasa : congrès missionnaire des jeunes. Le mouvement catholique Jeunesse du monde organise un congrès missionnaire des jeunes du 7 au 10 octobre au centre Shaloom du monastère des Prémontrés de Kinshasa, autour du thème : "Promotion de la communion ecclésiale, clef de la mission ", reprenant ainsi le thème de la journée mondiale des missions 2010. A la fin de cette rencontre, les congressistes seront invités à s'engager dans l'animation missionnaire dans leurs paroisses en vue de la Journée Mondiale de la Mission.

Mardi 12 octobre.

Kinshasa satisfait de l'arrestation de Callixte Mbarushimana. Le gouvernement congolais se dit satisfait de l'arrestation, lundi à Paris, du secrétaire exécutif des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), Callixte Mbarushimana. Le ministre de la Communication et des médias, Lambert Mende, a exprimé cette satisfaction en indiquant qu'elle va avoir un impact majeur sur l'activisme des FDLR au Nord et au Sud-Kivu. Callixte Mbarushimana, 47 ans, dirige les FDLR depuis juillet 2007. La Cour pénale internationale l'accuse d'être impliqué, avec son groupe armé, dans plus de 300 viols dans le Nord-Kivu. La CPI avait émis un mandat d'arrêt sous scellés à son encontre le 28 septembre. Il a été placé dans un centre de rétention et dans cinq jours, il sera présenté au procureur général de Paris pour sa remise à la CPI, selon le parquet de Paris. Le procureur de la CPI, Luis Moreno, Ocampo, qualifie son arrestation " d'étape essentielle dans les efforts menés pour juger les crimes sexuels de masse commis en RDC ". Callixte Mbarushimana, doit répondre de onze chefs d'accusation de crimes contre l'humanité et crimes de guerre, y compris de meurtre, viols, persécutions fondée sur le sexe et la destruction de propriété. Ces crimes auraient été commis en 2009. Son arrestation est le résultat de deux ans d'enquête commune menée par la France, l'Allemagne, la RDC, le Rwanda et la CPI. (Le parquet de Paris a précisé que Mbarushimana faisait aussi l'objet depuis le 29 septembre d'une information judiciaire pour " génocide et crimes contre l'humanité " et visant cette fois son implication présumée dans le génocide rwandais, qui a fait 800.000 morts en 1994. (Radio Okapi)

Sécurité alimentaire: Kinshasa désormais doté d'un laboratoire de semence. Le ministre de l'Agriculture, pêche et élevage a réceptionné lundi de la Coopération technique belge (CTB) un laboratoire de semence construit et équipé par cette structure de la Belgique. L'ouvrage servira à contrôler la qualité des semences produites par le Service national de semences, augmenter le pouvoir de germination de ces semences et ainsi augmenter la production agricole afin de lutter contre la faim. Ce laboratoire a pour vocation de proposer aux agri-multiplicateurs de la semence améliorée de qualité en vue de l'amélioration de la production agricole.

L'Assemblée nationale adopte la loi sur le conseil supérieur de la défense. La plénière de l'Assemblée nationale a adopté, lundi 11 octobre, le projet de loi portant organisation et fonctionnement du Conseil supérieur de la défense. Ce texte de loi complète l'arsenal juridique mis en place par le parlement pour le fonctionnement d'une armée congolaise républicaine

Likasi: des élèves attaquent les locaux de la police, la mairie et le parquet. Les élèves des écoles du centre ville et de la commune Kikula à Likasi situé à 120 km de Lubumbashi, au Katanga ont manifesté, mardi 12 octobre, dans les rues de cette ville. Ils protestent contre un accident de circulation qui a failli coûter la vie à leur condisciple de 14 ans, accusant la police de circulation routière de ne pas faire son travail.

La Banque congolaise sous administration provisoire de la BCC. C'est une mesure du gouverneur de l'Institut d'émission, Jean Claude Masangu. Depuis le 29 septembre dernier, la Banque congolaise, l'une des banques commerciales de la place, a été mise sous administration provisoire de la Banque centrale du Congo (BCC). Dans un entretien avec Radi Okapi, le directeur adjoint chargé de contrôle sur place à la surveillance des intermédiaires financiers à cette institution monétaire du pays, Jean Marcel Kalubi Kayembe confirme cette mesure et en donne les raisons. L'opération consiste à suspendre le conseil d'administration et le comité de gestion de la Banque congolaise et à leur substituer l'administrateur provisoire. Cet administrateur provisoire a pour mandat "de bien gérer la banque, d'élaborer le plan de redressement et de l'exécuter dans le délai imparti par la BCC pour l'intérêt du système bancaire, pour l'intérêt de la population nationale et les résidents dans notre pays" a souligné le cadre de la BCC. Pourquoi en est-on arrivé là ? Selon M. Jean Marcel Kalubi, il a été constaté des faiblesses de gestion à la Banque congolaise, notamment au niveau de la gouvernance, de la solvabilité, de la liquidité et de la rentabilité. Cette mesure vise donc essentiellement le redressement de la banque, en rétablissant cette dernière dans ses équilibres fondamentaux pour qu'elle soit saine, solide et rentable. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: le gouverneur décide d'une nouvelle procédure de paie des fonctionnaires. Le gouverneur de province du Kasaï oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, a signé, lundi 11 octobre, un arrêté portant sécurisation de la paie des agents et fonctionnaires de l'Etat. Cette décision, prise sur proposition du ministre provincial de l'Economie et des Finances, fait suite à une série des détournements des salaires des fonctionnaires par des comptables publics, constatés ces derniers mois dans la province.

Bukavu: violences sexuelles, le Pnud évalue les réponses juridiques. Le Pnud, en collaboration avec le ministère provincial de la Justice a organisé, mardi 12 octobre à Bukavu, un atelier dans la perspective de la marche mondiale des femmes, prévue pour le lendemain dans cette même ville du Sud-Kivu. L'objectif poursuivi consiste à "Faire ressortir l'image réelle et actuelle de la situation des violences faites aux femmes en RDC, et les solutions juridiques et judiciaires y apportées." A l'issu de cette marche, un document contenant les recommandations et les solutions devrait être remis au panel de la marche mondiale, selon les propos de la chargée du projet "Accès à la Justice, et violences basées sur le Genre au Sud-Kivu " du Pnud, Marie Thérèse Wakubwe. (Radio Okapi)

Kinshasa: affaires Chebeya, Tungulu, signal RFI et zaïrianisation, Lambert Mende fixe l'opinion. Au cours d'une conférence de presse, mardi 12 octobre à Kinshasa, le porte-parole du gouvernement a annoncé plusieurs mesures gouvernementales: l'ouverture prochaine du procès de feu Floribert Chebeya, l'enquête en cours pour déterminer les circonstances exactes de la mort d'Armand Tungulu, l'indemnisation des victimes de la zaïrianisation, la reprise du signal de RFI etc.

Mercredi 13 octobre.

Goma: la délégation de l'UE déplore la persistance de l'insécurité. Trente sept ambassadeurs de l'Union européenne (UE) sont arrivés mardi 12 octobre, à Goma. Sur place, ces diplomates devraient examiner ce que l'UE peut faire de plus pour soutenir les efforts du gouvernement congolais. La situation sécuritaire au Nord-Kivu ne fait que se détériorer, a indiqué la chef de cette délégation, Walter Stevens. Elle a condamné les viols récents des femmes dans le territoire de Walikale.

FDLR: "L'arrestation de Callixte Mbarushimana n'aura aucun impact militaire sur le terrain", déclare un expert. L'arrestation de Callixte Mbarushimana, dirigeant des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) est un signal très fort pour les différents groupes armés actifs dans l'Est de la RDC, a affirmé mardi Jason Stearns, expert indépendant sur les questions sécuritaires dans la région des Grands Lacs. Mais l'expert craint que cette arrestation n'ait aucun impact réel sur le terrain des opérations militaires de la rébellion rwandaise hutu. "Je pense que l'impact sera sur les responsables des différents groupes armés au niveau international", a souligné Jason Stearns et il ajoute : "Il faut signaler que Callixte n'est pas quelqu'un qui était très influent au niveau militaire sur terrain. L'arrestation de Mbarushimana n'aura aucun impact militaire. L'impact sera au niveau moral, l'impact sera au niveau symbolique et diplomatique, mais je ne pense pas que les opérations de financement, les opérations logistiques et militaires sur terrain seront affectées." (Radio Okapi)

Kinshasa: Lambert Mende réaffirme le soutien du gouvernement à la marche mondiale des femmes. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende a exprimé le soutien de l'exécutif national à la marche mondiale, mardi 12 octobre à Kinshasa au cours d'une conférence de presse. La marche mondiale des femmes doit se dérouler, mercredi à Bukavu. Plusieurs délégations congolaises et internationales sont déjà arrivées sur place.

PNLS: l'Hôpital général de Kinshasa doté d'un laboratoire du VIH Sida pour enfants. Le Programme national de lutte contre le Sida (PNMLS) a inauguré, mardi 12 octobre, à l'Hôpital général de référence de Kinshasa un laboratoire des activités de diagnostic précoce de l'infection à VIH chez les enfants en RDC. Un ouvrage réhabilité et équipé par le projet américain CDC PEPFAR en partenariat avec le PNMLS.

Mbandaka: des délinquants investissent l'assemblée provinciale avec des armes blanches. La plénière de l'assemblée provinciale de l'Equateur prévue lundi dernier n'a pas eu lieu, faute de quorum. Au moment où 54 députés provinciaux présents attendaient encore dans l'hémicycle, un groupe de délinquants armés notamment des machettes a fait irruption dans la cour de cette institution. Les motifs de cette irruption ne sont pas encore connus.

Nord-Kivu: reprise de l'opération de récupération des armes à Goma et Butembo. Après plus de trois mois de suspension, le Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation (Parec), a relancé mardi à Goma, l'opération de collecte d'armes détenues illégalement, dans cette province. Une cinquantaine d'armes ont été récupérées lors d'une cérémonie officielle mardi 12 octobre 2010.

Droits de l'homme: HRW demande une arrestation urgente de Bosco Ntaganda. HRW accuse Bosco Ntangada d'être impliqué, depuis janvier 2010, notamment dans l'assassinat d'au moins huit personnes, les arrestations arbitraires de sept autres. "Bosco Ntaganda devra être urgemment arrêté." C'est une demande de l'organisation non gouvernementale internationale des droits de l'homme, Human Rights Watch (HRW), adressée au gouvernement de la RDC, dans un communiqué publié ce mercredi 13 octobre..

Kasai Oriental: la localité de Bakua Tembua vidée de sa population. Les habitants se sont réfugiés dans la brousse depuis quatre jours. Ils craignent l'intervention de la police. Un conflit de pouvoir coutumier avait dégénéré dimanche 9 octobre 2010. Bilan : quinze maisons brulées, deux blessés graves par balles. L'administrateur du territoire de Miabi affirme que le calme est revenu, et que la population peut regagner le village sans inquiétude.

Sud Kivu: la fièvre aphteuse tue 430 vaches dans la Ruzizi. Plus de 430 bêtes ont été tuées sur les 5800 bêtes atteintes par la fièvre aphteuse dans la plaine de la Ruzizi depuis le 2 juillet dernier à Uvira. Ces chiffres sont donnés par le président de la coopération des éleveurs, mercredi 12 octobre, quelques jours après la clôture d'une mission mixte effectuée dans la région par la FAO et l'inspection provinciale de l'élevage. Dans le rapport d'Ocha, l'équipe a prélevé des échantillons sur des cheptels affectés à Bwegera, Sange, Luvungi et Runingu. Ces échantillons permettront d'analyser le type de vaccin à utiliser pour combattre cette maladie. En attendant, chaque éleveur se débrouille pour soigner ses vaches jusqu'à la solution appropriée.

Sud Kivu: déploiement de kits électoraux à Bukavu. Un lot de 194 kits dont des caméras, des ordinateurs, des scanners et 198 générateurs, est arrivé mardi 12 octobre à Bukavu. Ce matériel destiné à l'identification et à l'enrôlement des électeurs est arrivé à Bukavu par l'aéroport de Kavumu grâce à un avion affrété par la Monusco. Les opérations de révision du fichier électoral doivent commencer le 30 novembre 2010 dans cette province.

Kinshasa: violences sexuelles ou "terrorisme sexuel", le panel onusien recommande l'indemnisation des victimes. Le panel des Nations unies pour l'audition des victimes de violences sexuelles en RDC a confirmé l'augmentation de cas de ces violences dans l'Est du pays. A Bukavu par exemple, dix à quatorze cas sont enregistrés par jour à l'hôpital de Panzi, selon le panel, qui parle carrément de "terrorisme sexuel." A l'issue de sa mission en RDC, le panel a appelé à la réparation en faveur des victimes.

Jeudi 14 octobre.

RDC: Rfi, une reprise sans condition, selon Geneviève Goetzinger. Radio France Internationale (Rfi) émet de nouveau à Kinshasa depuis le mardi 12 octobre après 15 mois de suspension. Cette une reprise d'émissions non conditionnée qui concerne six stations implantées dans différentes villes de la République démocratique du Congo, a indiqué mercredi à Radio Okapi Geneviève Goetzinger, directrice déléguée de Rfi.

L'Université de Kinshasa bientôt réalimentée en eau potable. Après dix huit ans d'interruption, l'eau va bientôt couler à nouveau des robinets des résidences des professeurs et des homes des étudiants de l'Université de Kinshasa, grâce à la réhabilitation de son réseau de distribution datant de 1954.

L'Union européenne préoccupée par les agressions sexuelles contre les femmes dans les Kivu. Une délégation de quarante diplomates de l'Union européenne s'est rendue, mercredi 13 octobre, à Bukavu, au Sud-Kivu, où a eu lieu le jour même une marche mondiale des femmes. A l'issue de ce déplacement, la délégation européenne a exprimé sa préoccupation par rapport à la situation des femmes congolaises, particulièrement celles des provinces du Kivu, victimes des agressions sexuelles. L'ambassadeur Walter Stevens, président du comité politique et sécurité de l'Union européenne qui conduisait cette délégation, a laissé entendre que les résolutions qui sortiront du panel des femmes du monde réunies à Bukavu seront utiles à l'Europe des 27 dans les décisions qu'elle compte prendre par rapport à ce fléau. "Nous essayons quand même aussi de développer la police et la justice pour amener ceux qui sont coupables de ces actes devant la justice et, bien sûr, les arrêter aussi. Donc, c'est la lutte contre l'impunité, ce sera certainement un encouragement en plus pour continuer notre action," a encore indiqué M. Walter Stevens. (Radio Okapi)

Augmentation des enfants vivant dans la rue en RDC. Kinshasa compte actuellement environ 20 341 enfants contre 13 877 enfants en 2006. Ces chiffres ont été publiés la semaine dernière par l'ONG réseau des éducateurs et des jeunes enfants vivants dans la rue (REEJER). Selon cette ONG, un mélange des facteurs économiques, politiques et socioculturels seraient à l'origine de cette situation à Kinshasa et dans d'autres villes de la RDC.

Kalemie: un mort et 26 blessés, bilan de l'écroulement des murs d'une école. Un élève est mort, jeudi 14 octobre à l'hôpital général de Kalémie, et vingt-six de ses condisciples sont blessés dont quatre grièvement lors de l'écroulement des murs et de la toiture de l'école primaire du village d'Amisi, situé à 25 km sur la route de Bendera, au Nord de Kalemie. Cet accident a été provoqué par une forte pluie accompagnée des vents violents, qui s'est abattue mercredi 13 octobre dans ce village.

Goma: la société civile favorable au maintien de la peine de mort. Une centaine d'acteurs de la société civile, membres du Réseau d'actions citoyennes pour la démocratie (Racid) ont organisé une marche pacifique, jeudi 14 octobre dans la matinée, à Goma, pour exprimer leur désaveu à l'examen et au vote au parlement congolais de la loi sur l'abolition de la peine de mort. Il est inopportun, estiment ces manifestants, d'abolir la peine de mort alors que le dysfonctionnement de la justice ne permet pas aux malfaiteurs de purger correctement leur peine en prison.

Beni: l'Ouganda restitue la partie du territoire congolais annexée depuis plus de deux mois. Près de vingt hectares du sol congolais que les Ougandais avaient annexés à partir de la rivière Lubiriya, frontière naturelle entre les deux pays, ont été restitués mercredi aux autorités locales de la RDC, à une soixantaine de kilomètres à l'est de la Beni, au Nord-Kivu, selon l'administrateur de ce territoire.

Affaire Armand Tungulu: Kinshasa refuse d'exécuter la décision de la justice belge. Le gouvernement congolais a rejeté l'ordonnance du juge belge Van Welkenhuysen sommant la RDC de restituer la dépouille de feu Armand Tungulu à sa famille, a indiqué son porte-parole, Lambert Mende, jeudi 14 octobre à Kinshasa. Selon lui, l'Etat congolais ne payera pas au tribunal de grande instance de Bruxelles l'astreinte de 25 000 euros par jour de retard, en cas de non exécution de cette ordonnance. L'ordonnance prise, depuis lundi 11 octobre, par le juge belge est totalement inopportune, selon le ministre Lambert Mende. Car, dit-il, elle compromet l'enquête en cours sur la mort d'Armand Tungulu, le lanceur de pierre sur le cortège du président Kabila le 19 octobre à Kinshasa. Pour le porte-parole du Gouvernement, la justice belge viole la charte des Nations unies, dont l'article 2 proclame l'égalité souveraine entre Etats membres : "Rien, absolument rien, n'autorise un juge belge à enjoindre à la justice d'un Etat souverain enquêtant sur la mort à l'intérieur de son territoire d'un de ses ressortissants, bien que résidant en Belgique." Lambert Mende se demande aussi si la veuve de Tungulu était réellement l'épouse légitime du défunt pour réclamer son corps. Il a fait savoir que la justice congolaise attend un membre de famille Tungulu pour venir identifier le corps du défunt.

D'après le ministre Mende, la RDC compte aussi traduire en justice le gouvernement belge sur l'assassinat de feu Patrice Emery Lumumba : "Le gouvernement envisage à partir de ce jour, d'initier une action contre les dirigeants et l'Etat belges, devant les juridictions congolaises pour ce véritable acte d'agression contre notre jeune Etat en 1960 (NDRL: Patrice Emery Lumumba a été assassiné le 17 janvier 1961)." Lambert Mende a également rectifié d'autres affirmations faites, mardi 12 octobre, à la presse. S'agissant de la disparition présumée du général Faustin Munene, Lambert Mende a rectifié que ce dernier avait reçu le mandat de convocation de la justice militaire et qu'il s'est soustrait. A la question de savoir où se trouve Faustin Munene, il a répondu qu'il est dans la nature. (Radio Okapi)

Kinshasa: le député Gustave Omba demande la levée de la suspension des activités dans l'Est. Dans une déclaration faite à Radio Okapi, mercredi 13 octobre, Gustave Omba, un des députés nationaux du Maniema, a demandé au Gouvernement de lever la mesure portant suspension de l'exploitation des minerais dans les provinces du Maniema, Nord et Sud-Kivu. Cette décision, selon lui, a été prise dans la précipitation. Pour lui, cette suspension ne fait qu'accentuer la misère des paysans qui n'avaient plus d'autres activités pour leur survie.

Kinshasa: la conférence sur le droit à l'alimentation plaide pour plus d'investissements dans l'agriculture. La RDC attend encore beaucoup de l'extérieur dans le secteur de l'alimentation malgré ses énormes potentialités dans ce domaine, a déclaré le représentant de la FAO, jeudi 14 octobre à Kinshasa, au cours de la conférence sur la sécurité alimentaire organisée par l'ONG danoise Dan Church Aid et la direction des urgences de l'Eglise du Christ au Congo (ECC). Ainsi, pour remédier à cette situation, différents orateurs ont recommandé d'investir massivement dans le secteur agricole, incluant la forêt, la pèche, l'élevage et l'agriculture traditionnelle.

Vendredi 15 octobre.

Controverse autour de l'identification et du rapatriement du corps d'Armand Tungulu. La famille Tungulu insiste pour que le corps de feu Armand Tungulu, le lanceur de caillou sur le cortège du président Kabila le 29 septembre à Kinshasa, soit rapatrié pour une autopsie en Belgique, a déclaré, jeudi 14 octobre, l'avocat de cette famille, Me Jean-Claude Ndjakanyi. Ce dernier réagissait au communiqué publié, mardi 12 octobre par l'office du Procureur général de la République (PGR) demandant aux membres de la famille du défunt de se présenter en vue d'identifier formellement le défunt, condition préalable à toute pratique d'autopsie.

Chebeya: les éléments sont suffisants pour l'ouverture du procès. L'auditeur général près la Haute cour militaire a estimé, jeudi 14 octobre dans un communiqué, qu'à ce jour, les éléments de preuve recueillis dans le cadre de l'instruction pré juridictionnelle entamée par son office du 24 juin au 8 octobre 2010 sont suffisants pour justifier le renvoi du dossier judiciaire dans l'affaire Floribert Chebeya devant le juge. Cela pour permettre aux suspects dûment identifiés de lui présenter leurs moyens de défense.

Bukavu: les femmes proposent le désarmement des groupes armés. Les travaux des panels ont débuté jeudi 14 octobre dans le hall de l'Athénée d'Ibanda, à Bukavu, avec comme l'un des thèmes " Paix et Démilitarisation ". Cet atelier intervient au lendemain de l'ouverture officielle de la marche mondiale des femmes organisée à Bukavu. Quatre exposés ont été présentés entre autres sur les origines des conflits en RDC et les efforts fournis dans la recherche de la paix par les femmes.

Journée mondiale de la femme rurale : les Congolaises de l'Est réclament la paix. "Vous violez une femme, vous avez violé votre mère et votre sœur. Nous ne réclamons que la paix et la sécurité dans nos villages. Mes récoltes sont pillées, vous me rendez malheureuse". Des messages inscrits sur les calicots exhibés par une centaine de femmes rurales et des associations féminines de développement, vendredi 15 octobre 2010, au centre ville de Goma.

Motion de défiance contre Baende, des députés dénoncent le blocage. Le groupe des députés provinciaux de l'Equateur dits " légalistes " accusent l'assemblée provinciale de bloquer la motion de défiance introduite lundi 11 octobre contre le gouverneur de province de l'Equateur, Jean-Claude Baende. Ils ont exprimé leur position, jeudi 14 octobre, au cours d'un point de presse à Mbandaka. Leur motion a été jugée recevable par le bureau qui estime que la motion ne peut pas être soumise au vote à la plénière, le gouverneur étant absent de la province.

CEI: une délégation à Mbuji-Mayi pour l'enquête sur les ordinateurs volés. Une délégation du bureau national des opérations de la commission électorale indépendante (CEI) séjourne à Mbuji-Mayi depuis jeudi 14 octobre. Elle est partie appuyer le bureau de représentation provinciale de la CEI au Kasaï Oriental dans l'enquête et la procédure judiciaire concernant le vol des douze ordinateurs de la CEI.

Kinshasa: démarrage des travaux d'élargissement de l'avenue des Poids lourds. En présence du chef de l'Etat, Joseph Kabila, les travaux de réhabilitation et de modernisation de la route Poids lourds ont été lancés ce vendredi à Kinshasa. Quatre discours ont sanctionné cette cérémonie à laquelle plusieurs responsables politiques du pays et des diplomates étrangers ont aussi pris part.

Pweto: 46 pêcheurs congolais arrêtés du côté zambien du lac Moero. La police d'immigration zambienne a procédé, mercredi dernier, à l'arrestation de 46 pêcheurs congolais du territoire de Pweto, au Katanga, accusant ces derniers d'avoir violé le territoire zambien. Une délégation congolaise de ce territoire s'est rendue jeudi dans la province zambienne de Luapula pour négocier leur libération. Elle n'a pas eu gain de cause.

Journée mondiale de la canne blanche: appel aux non voyants de la RDC. La communauté internationale a commémoré ce 15 octobre 2010 la journée mondiale de la canne blanche en faveur des personnes non voyantes, sous le thème : "Je n'ai pas la vue, mais je vis." En RDC, le ministre des Affaires étrangers a lancé un appel pour que ces personnes participent comme toutes les autres au développement de la société.

Bunia: l'entreposage des produits pétroliers pose toujours problème. Un SOS du groupe Equitas, une ONG locale des droits de l'homme. Si la question de l'entreposage des produits pétroliers n'est pas résolue, il y a risque d'incendies dans la ville de Bunia, en Province Orientale. Et cela inquiète cette organisation qui dénonce à ce sujet le "laxisme" des autorités de la place. Le groupe Equitas a exprimé ses appréhensions dans un communiqué de presse publié en début de semaine. Au centre ville de Bunia, le décor est inquiétant depuis environ un mois. Le long de presque toutes les artères principales, stationnent des camions citernes en attente du dédouanement de leurs produits. Le commissaire de district assistant, Avo Eka, reconnaît le danger, en même temps il propose une solution : "Nous avons identifié presque deux hectares à Délé où on va faire le stationnement des camions citernes des carburants." (Radio Okapi)

Mongbwalu: l'impact environnemental d'un projet d'exploitation minière suscite l'inquiétude. Environ trente personnes ont exprimé, jeudi 14 octobre à Bunia, leurs préoccupations sur le projet de mine d'or de l'entreprise Ashanti Goldfield Kilo. Cette dernière compte exploiter une mine d'or à Mongbwalu, situé à plus de 80 km de Bunia, dans le district de l'Ituri. Une présentation du rapport de consultations publiques menées en mai et juin 2010 auprès de la population et des ONG locales a été faite. Ce rapport a été présenté par l'ONG sud africaine SRK Consulting aux autorites de l'Okimo, politico-administratives de l'Ituri et aux|ONG locales. La société civile de l'Ituri salue le projet d'exploitation d'AGK, et demande à l'entreprise de tenir compte des préoccupations des populations locales. Il s'agit par exemple des risques de pollution d'air. En effet, les habitants estiment qu'avec la création de cette mine, il y aura une intense circulation des engins et une augmentation de la poussière. Une autre inquiétude est relative à la délocalisation de la population locale. Les orpailleurs seront dépossédés de leurs sites d'exploitation artisanale avec comme conséquences l'augmentation du nombre des chômeurs. Outre ces préoccupations, les personnes consultées ont aussi évoqué le fait que certaines personnes perdront leurs cultures et cela risque d'avoir des conséquences sur la sécurité alimentaire. Une autre conséquence sur la biodiversité est la crainte de voir certaines espèces de faune et flore disparaître à cause des activités de la mine. Pour sa part, la société minière AGK promet de respecter le contrat signé avec le gouvernement congolais sur l'exploitation de ces minerais, et de mener une etude sur le terrain afin d'éviter tout conflit avec ces populations locales. (Radio Okapi)