Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 16 au 29 Octobre 2010
n°157


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 


Samedi 16 octobre.

Journée mondiale de l'alimentation: les épouses des militaires des FARDC engagées dans la production agricole à Baraka. La communauté internationale célèbre, samedi 16 octobre, la journée mondiale de l'alimentation sous le thème, cette année, "Unis contre la faim". A Uvira, la FAO vole au secours des déplacés du territoire de Fizi et appuie les épouses des militaires des Fardc dans la relance de la production agricole en territoire de Baraka. Dans le cadre de cet appui et à l'occasion de la journée mondiale de l'alimentation, 500 ménages déplacés ayant fui les affrontements en septembre entre Maï Maï et Fardc à Kafulo, Simbi et Kananda, devraient recevoir, ce même samedi, des semences vivrières et des outils aratoires. L'objectif, selon la FAO/Uvira, est de permettre l'autosuffisance alimentaire aux déplacés dès leur retour dans leurs villages d'origine. La FAO se félicite, par ailleurs, de nouvelles habitudes alimentaires acquises par les maraîchères dans le territoire de Fizi. La célébration de cette journée coïncide avec la saison culturale où les pluies sont abondantes dans Fizi. Pour le responsable de la FAO/Uvira, Papy Busangu, les paysans en particulier sont encouragés à fournir plus d'efforts pour produire davantage. Les humanitaires, les services étatiques et les paysans ont réussi à introduire des nouvelles habitudes alimentaires au niveau local. Des choux, des épinards, des amarantes (communément appelés à Baraka " lenga lenga ") ainsi que d'autres produits maraîchers foisonnent sur les marchés locaux, se félicite-t-il, au point que plusieurs localités du territoire en forment le grenier.A noter dans ces efforts, l'apport des épouses des soldats Fardc de l'ex-12e brigade intégrée réunies au sein de l'association Panda Boga. Des témoignages affirment que ces femmes ont constitué la principale source de relance dans la production des légumes à Baraka, grâce à la sensibilisation et aux dons en semences et en outils reçus de la part de la FAO. Avec le temps, selon les mêmes sources, des produits comme la tomate, l'oignon et l'ail devraient plus être importés dans cette région. Cependant, pour augmenter leur production, l'inspecteur agricole de Fizi a recommandé aux paysans l'apprentissage de nouvelles techniques agricoles ainsi que l'usage d'outils de travail et de semences de qualité. (Radio Okapi)

Kinshasa: haute cour militaire, début du procès pour innocenter Simon Kimbangu. Une audience publique de la haute cour militaire à Kinshasa s'est ouverte, vendredi 15 octobre, pour réhabiliter la mémoire collective en innocentant le prophète Simon Kimbangu et ses coaccusés des années 1921. Puisque l'initiateur de l'église kimbanguiste été élevé au rang de grand cordon de l'ordre des héros nationaux, son casier judiciaire devrait être vierge, a-t-on estimé. L'affaire encore en instruction a été remise au 19 novembre. Cette requête concerne la révision du jugement du 3 octobre 1921 du Conseil de guerre de Thysville, actuel Mbanza Ngungu, ayant condamné le prophète Simon Kimbangu à la peine de mort. Deux préventions avaient été retenues à charge de Kimbangu à l'époque : atteinte à la sûreté de l'Etat et trouble de l'ordre public.

Kinshasa: la loi de lutte contre les mines antipersonnel adoptée. L'Assemblée nationale a adopté, vendredi 15 octobre, la proposition de loi relative à l'interdiction des mines antipersonnel, lors de la plénière présidée par son premier vice-président, Boris Mbuku Laka. Cette adoption, d'après ce dernier, constitue une avancée pour l'adhésion de la RDC à la convention d'Ottawa.

New York: le dialogue avec les autorités congolaises a débuté sur de bonnes bases mais beaucoup reste à faire, selon Roger Meece. Le conseil de sécurité a entendu, samedi 16 octobre dans la matinée, le nouveau représentant spécial des Nations unies en RDC. Au cours de sa première intervention devant les quinze, Roger Meece, a estimé que le dialogue avec les autorités gouvernementales a débuté sur une bonne base, même si beaucoup de travail reste encore à accomplir. Le diplomate américain a rappelé que, dès son arrivée et sa prise de fonctions à Kinshasa, il y a près de trois mois, il s'est fixé comme priorité immédiate de nouer un dialogue constant et constructif avec le gouvernement de la RDC. Selon lui, il s'agit d'un effort indispensable pour les opérations à court, à moyen et à plus long terme de la Monusco, la mission des Nations unies qu'il dirige, que ce soit dans les domaines de la sécurité, de l'aide humanitaire ou de la stabilisation. Il a largement insisté sur la situation dans l'Est de la RDC, dominée par les viols et autres violences contre les populations civiles. Roger Meece a expliqué que sa période de mise en place en RDC a été interrompue à la suite de l'escalade de la violence et d'une série d'événements graves survenus au Nord-Kivu. (Radio Okapi)

La Société Kibali Gold Mines et le Diocèse d'Isiro-Niangara s'accordent sur la délocalisation-relocalisation de la paroisse Sainte Barbe de Durba. Le 4 octobre, un Protocole d'accord a été signé, à Isiro, dans la salle paroissiale de Tely, entre la Société Kibali Gold Mine représentée par son directeur général, M. Louis Watum qui conduisait une délégation venue de la Cité minière de Durba, et le Diocèse d'Isiro-Niangara, représenté par son évêque, Mgr Julien Andavo Mbia, sur la délocalisation et la relocalisation de la Paroisse Sainte Barbe de Durba. Cette délocalisation-relocalisation de la paroisse Sainte Barbe de Durba est tout un processus qui rentre dans le projet de construction d'une mine en vue de l'exploitation de l'or par la société Kibali Gold Mines Sprl dans la cité minière de Durba.

Dimanche 17 octobre.

Uvira: marche mondiale des femmes, hommage aux martyrs de Makobola. En marge de la marche mondiale des femmes au Sud Kivu, les femmes humanitaires et associatives du territoire d'Uvira sont allées s'incliner devant les monuments des martyrs des massacres de Makobola. Selon le point focal de la marche mondiale, organisateur de cette activité à Uvira, l'objectif était d'aller visiter ce site où les femmes ont été témoins des méfaits de la guerre, dont les violences sexuelles. Vêtus presque toutes en noir et foulard sur la tête, plusieurs centaines de femmes d'Uvira se sont mobilisées en guise de solidarité. Sur les différentes banderoles, on pouvait lire, notamment: "Plus jamais de massacres et de violences sur la femme." A un kilomètre de Makobola 1 est érigé un monument sur la route vers Fizi. Un autre encore plus grand se trouve au pied des montagnes, à quelques mètres de la route, à Makobola 2. De l'avis du chef de cette localité, plus de 750 civils avaient été massacrés dont des femmes et enfants en majorité. Par ailleurs, une autre délégation de femmes est allée aussi à Kasika, en territoire de Mwenga, pour visiter la fausse commune où des femmes avaient été enterrées vivantes. C'est en principe ce dimanche 17 octobre que doit intervenir la cérémonie de clôture de la marche mondiale à Bukavu. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: fichier électoral, l'UDPS dénonce le vol des kits électoraux. Des ordinateurs et autres accessoires des kits électoraux destinés au Kasaï-Oriental pour la révision du fichier électoral, ont disparu à Mbuji-Mayi, volés, selon les sources. La direction locale de l'UDPS, parti d'Etienne Tshisekedi dénonce cette situation et parle d'une opération planifiée en vue de saboter le processus électoral dans cette province.

Seke Banza: une épidémie de varicelle parmi les enfants. Un SOS de la société civile de la place. Près d'une centaine d'enfants du territoire de Seke Banza, à plus de 50 km à l'ouest de Matadi, au Bas-Congo, sont atteints de la varicelle. Et d'après la source, la prise en charge des malades n'est pas possible pour tous, faute notamment de médicaments à l'hôpital général de référence de la place.

Bukavu: marche mondiale des femmes, un bosquet en mémoire des femmes victimes des guerres. Olive Lembe Kabila, épouse du chef de l'Etat congolais, a symboliquement mis en terre, ce dimanche matin en marge de la marche mondiale des femmes, à Bukavu, la première plantule du bosquet destiné à immortaliser toutes les femmes victimes des guerres en RDC. La cérémonie s'est passée sur le site du Triangle de Nguba, dans la commune d'Ibanda et constituait l'un des derniers moments de la 3e édition de la marche mondiale des femmes dont la clôture intervient ce jour même. Il était question, par ce geste, d'immortaliser toutes ces femmes tuées, violées et violentées lors des atrocités dans les guerres ayant endeuillé la RDC, particulièrement dans l'Est du pays. Ensuite, des milliers des femmes ont pris d'assaut les rues de la ville de Bukavu. Une véritable marrée humaine constituée aussi des femmes venues de quatre coins du monde pour prendre part à la 3e édition de la marche mondiale démarrée mercredi le 13 octobre dernier. Le tout accompagné des chants et des danses de toutes les cultures. Sur des banderoles, on pouvait lire, notamment: "Tant que la femme ne sera pas libre, nous marcherons " (Radio Okapi)

Kinshasa: les infirmiers appelés à surseoir au mouvement de grève. Le secrétaire général du syndicat des infirmiers du Congo, Patrice Samukungu, a appelé, samedi 16 octobre à Kinshasa, les infirmiers à ne pas aller en grève. Il dit avoir été reçu avec sa délégation, le même jour, par le ministre de la Santé, Makweng Kaput, pour parler de leurs revendications contenues dans le mémorandum adressé au Gouvernement. D'après les assurances reçues du ministre Makweng, le Gouvernement est prêt à discuter avec l'autre partie pour essayer de trouver des réponses à ces revendications.

Le territoire de Niangara pris en tenaille entre la LRA et les Mbororo. Au nord du territoire de Niangara, à 600 km de Kisangani, la rébellion ougandaise de la LRA, qui se reconstitue peu à peu, tracasse la population locale. Tandis qu'au sud, les éleveurs Mbororo gagnent du terrain. C'est ce qu'a déclaré le président de la société civile de Niangara au commissaire de district assistant du Haut-Uélé, vendredi 15 octobre..

Violences sexuelles: Charles Mwando rejette les accusations de Margot Wallström contre les Fardc. Dans un point de presse animé, samedi 16 octobre à Kinshasa, le ministre de la Défense, Charles Mwando Nsimba, s'est dit indigné des propos tenus, la veille devant le conseil de sécurité à New York, par la représentante spéciale du secrétaire général de l'Onu pour les violences sexuelles dans les conflits, Margot Wallström. Celle-ci accusait les militaires des Fardc de commettre des viols dans l'Est de la RDC. Charles Mwando a estimé que ces déclarations sont de nature à décourager l'élan des militaires loyalistes dans la lutte qu'ils mènent contre les groupes armés.

Lundi 18 octobre.

Kinshasa: la RDC et le Rwanda renouvellent leur engagement à combattre les FDLR. Le ministre de Défense de la RDC, Charles Mwando Nsimba, et son homologue Rwandais, James Kabarebe, ont réaffirmé, dimanche 17 octobre à l'issue d'une séance de travail à Kinshasa, la volonté de leurs pays de continuer à œuvrer ensemble pour ramener la paix et la stabilité dans la sous région des Grands Lacs. Ils ont exprimé leur satisfaction des avancées réalisées dans la neutralisation et l'éradication progressive des groupes armés et forces négatives, dont les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Lubumbashi: 2 000 cas de violences sexuelles recensés en 5 mois. L'unité de la police de protection de la femme et de l'enfant dit avoir enregistré plus de deux mille cas des violences sexuelles dans la ville de Lubumbashi, au Katanga. C'est le commandant de cette unité de la police, le capitaine Aloïs Kalasa qui a révélé le bilan de travail réalisé, cinq mois, après la création de cette structure

Kinshasa: insécurité, Mende appelle la population à collaborer avec la police. Des cas de vols, viols et assassinats ont été signalés ces jours dans la capitale de la RDC. C'est le cas à Bibwa, dans la commune de la N'Sele et le long de la rivière Pumbu à Selembao. Les victimes se comptent en grand nombre parmi les femmes. Des hommes en uniforme et en armes sont désignés comme auteurs de ces crimes. Les victimes et leurs familles disent avoir saisi les autorités compétentes mais jusque là aucune solution n'a été trouvée.

Bukavu: clôture de la marche mondiale des femmes. La coordination provinciale de la marche mondiale des femmes s'est dite satisfaite du déroulement de ces assises organisées du 13 au 18 octobre à Bukavu, capitale du Sud Kivu. Environ cinq mille femmes ont participé à ces assises. La coordinatrice locale de la marche mondiale des femmes a notamment salué l'inauguration de deux maisons de la femme dont la construction de l'une a été financée par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Unikin: plus de 800 diplômés sur le marché de l'emploi. L'Université de Kinshasa (Unikin) a déversé, samedi 16 octobre, sur le marché de l'emploi plus de huit cents diplômés dans divers domaines d'études. Parmi eux, plus de six cents médecins. Une première pour l'Unikin depuis sa création en 1954. Cette situation s'explique par le cumul des années académiques au sein de cette institution universitaire. La situation est revenue à la normale à l'Unikin où les années académiques se chevauchaient depuis dix ans. Le recteur de l'Unikin a annoncé la création de deux nouvelles facultés : il s'agit des facultés du pétrole et gaz et de la médecine vétérinaire.

Bulongo: retour au calme après une manifestation violente de la population. La cité de Bulongo dans le territoire de Beni. Le calme est revenu, lundi 18 octobre en fin d'après midi, à Bulongo localité située à environ 50 km de Beni, en secteur de Ruwenzori après des violentes manifestations populaires signalées depuis le matin. A l'origine, un cambriolage dans quatre maisons des commerçants la nuit dernière dans cette cité du territoire de Beni.

Kasaï-Occidental: un policier tué à Kazumba, un autre grièvement blessé. Un policier a été tué et un autre blessé grièvement le week-end dernier par les habitants du territoire de Kazumba, situé à 125 km de Kananga, au Kasaï Occidental. L'administrateur du territoire exprime son inquiétude étant donné que ces agents de l'ordre étaient dans l'exercice de leurs fonctions. Le premier policier faisait partie d'un groupe de quatre policiers déployés à Tshimpanga pour exécuter un mandat d'amener du parquet de grande instance de Kananga. Voulant échapper à la police, la personne interpellée a tiré à bout portant sur les policiers à l'aide de son fusil de chasse. Un policier a succombé sur le champ. Le meurtrier a été peu après maîtrisé alors qu'il était en fuite. Le deuxième policier a été battu pendant qu'il intervenait dans une dispute entre deux civils. L'un des civils pris de colère, l'a poignardé. L'incident s'est déroulé au marché de Tshiebwe, dans le secteur de Kafumba. (Radio Okapi)

Bukavu: plusieurs blessés dans des tensions entre civils et militaires à Katana. Des actes de violence ont été rapportés entre la population civile et les éléments des Fardc, dans la nuit de dimanche à ce lundi matin 18 octobre, à Katana, localité située à environs 50 km de Bukavu. Le porte-parole des opérations Amani Leo signale qu'un militaire a succombé dans la même matinée lors de ces échauffourées De son côté, la société civile a fait état de plusieurs personnes blessées. La police a réussi à rétablir le calme.

Kinshasa: Assemblée nationale, Adolphe Muzito expose le projet de budget 2011. La plénière de l'Assemblée nationale a entamé, lundi 18 octobre, le débat sur le projet de budget 2011, présenté par le Premier ministre Adolphe Muzito. Ce budget se chiffre à 7 milliards de dollars américains. Mais l'opposition, particulièrement le MLC, a demandé à la plénière de rejeter ce budget. Dans sa présentation, le chef du gouvernement a indiqué que, sur les 7 milliards USD, plus de 4 milliards devraient être mobilisés par des ressources internes. Ces ressources, selon lui, couvrent plusieurs secteurs de la vie nationale, notamment : le renforcement de l'autorité de l'Etat, la construction de l'économie et l'amélioration des conditions de vie de la population. Plus de 400 millions USD ont été affectés à l'organisation des élections. La plupart des députés ont plaidé pour l'augmentation de la part du budget alloué à l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), qui ne représente que 1,8 milliards de FC (environ 2 millions USD). (Radio Okapi)

Mont Ngafula: la population se rue sur des poulets avariés. Des cartons des poulets avariés enterrés ont été immédiatement déterrés et vendus par la population, jeudi 14 octobre dans la localité Kimvula, quartier Mitendi dans la commune de Mont Ngafula à Kinshasa. Ces poulets avariés provenaient du centre ville de Kinshasa, a-t-on appris, lundi 18 octobre.

Sud Kivu: l'ONG Asaalta dénonce la multiplicité des services de taxe au beach Milongwe. Les membres de l'ONG Association des armateurs sur le Lac Tanganyika (Asaalta) dénoncent la multiplicité des services de perception des taxes ce dernier temps au niveau du Beach de Milongwe à Uvira. A l'heure actuelle, plus de dix services œuvrent dans ce port, a signalé le président de l'association. Il a demandé aux autorités compétentes de remettre de l'ordre en rappelant à tous que les services habilités à percevoir des taxes sont la DGM, le service maritime, d'hygiène et la police.

Du Kivu au Katanga, un regard sur le pays avec Mgr Muteba. Évêque du diocèse de Kilwa-Kasenga, au Katanga, depuis cinq ans, Mgr Fulgence Muteba Mugalu est également président de la Commission épiscopale des Communications sociales et vient de participer au Congrès international de la presse catholique, tenu à Rome. La Misna l'a rencontré pour parler de l'actualité de son pays, la RDC.

Misna - Depuis plusieurs mois, le Congo est revenu sous les projecteurs avec les dénonciations de violences massives sur les femmes et les civils dans l'Est, suivies de la publication d'un rapport du Conseil des Droits de l'homme de l'Onu sur 10 ans (1993-2003) de crimes commis par les forces armées et les groupes rebelles et contestés entre autres par le Rwanda, l'Ouganda et le Burundi. Que pensez-vous de ce rapport ?

Mgr MUTEBA - À titre personnel - la Conférence épiscopale du Congo ne s'est pas encore réunie sur le sujet -, je pense que la publication de ce rapport est une bonne chose pour notre pays, lacéré par le fléau de l'impunité. À un certain stade de l'histoire, les auteurs des crimes doivent en répondre. On juge encore aujourd'hui les criminels du régime nazi, cela pourrait se vérifier dans des décennies pour les crimes commis au Congo, mais l'important, c'est qu'on le fasse, tôt ou tard. De même qu'il est important de rendre publics les faits. Nous sommes étonnés de constater que certains dirigeants cités dans le rapport - je me réfère au président rwandais Paul Kagame - aient pu menacer l'Onu de retirer leurs troupes des contingents militaires internationaux. Et que ces menaces aient été prises au sérieux, même si ça peut se comprendre : la communauté internationale a sûrement bien des choses à se reprocher dans la gestion du génocide rwandais de 1994 et c'est sur ça que joue Kagame.

Misna - D'innombrables violences continuent encore d'être commises aujourd'hui dans l'Est, où sévit une insécurité constante malgré la présence des militaires congolais ainsi que de milliers de casques bleus de la Monusco. De quelle manière évaluez-vous l'apport de la mission de l'Onu ?

Mgr MUTEBA - Si la mission de l'Onu aspirait, métaphoriquement, à mettre un enfant debout et à le faire marcher, je crois que l'heure est venue de le laisser marcher tout seul. Si on l'assiste en permanence, il n'y arrivera jamais. À mon avis, dans l'intérêt du Congo, la Monusco devrait se retirer. Sa présence dans le pays témoigne d'un infantilisme entretenu pour des raisons que nous ne connaissons peut-être pas. Souvenons-nous pas par ailleurs que les casques bleus ont été accusés par le passé de violences sexuelles, de participation aux trafics et sont restés trop souvent inactifs alors que des attaques se vérifiaient à quelques kilomètres de leurs bases.

Misna - Ces deux dernières années se sont caractérisées dans l'Est du Congo par les agissements de la rébellion ougandaise Armée de résistance du Seigneur, la Lra sous commandement de Joseph Kony. Comment estimez-vous possible de mettre fin à ces attaques ?

Mgr MUTEBA - Il faut conjuguer les efforts de tous. Si le Congo, l'Ouganda et le Soudan parvenaient véritablement à coopérer à partir d'un partenariat clair et transparent pour mettre un terme à ces massacres, ce serait alors une avancée décisive. Les crimes de la Lra sont terribles, les victimes sont toujours les civils. Il faut vraiment parvenir à un accord régional pour les combattre. Mais n'oublions pas qu'au Kivu sévissent d'autres groupes rebelles, comme les Fdlr (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, Ndlr), dont les idéologues circulent en toute liberté en Europe. Si ce groupe est responsable de crimes, pourquoi ses chefs ne sont-ils pas arrêtés ? Après toutes ces années, nous apprenons maintenant que l'un d'eux a été arrêté et c'est un grand progrès dans la lutte contre l'impunité. D'autre part, certaines alliances sur le terrain sont surprenantes, comme celle des Fdlr et des Maï-Maï (autochtones du Kivu, Ndlr). Mais je crois que ceux qui se font appeler aujourd'hui Maï-Maï sont surtout des jeunes sans aucun espoir pour leur avenir, qui se laissent enrôler facilement. Non seulement de nombreuses ressources naturelles se trouvent dans la région mais les armes y circulent aussi à tout va. Il est donc aisé de tomber dans le piège de l'illégalité et de la violence.

Misna - Votre diocèse se situe dans la région du Katanga, dont le sous-sol regorge de ressources minières. Comment avez-vous perçu l'initiative du gouvernement, qui a décrété en septembre la suspension provisoire de l'exploitation minière dite artisanale au Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema, pour combattre les trafics illégaux de minerais ?

Mgr MUTEBA - C'est une décision courageuse. Le président a enfin pris les choses en main et a compris qu'il fallait commencer à trouver des solutions concrètes aux grands problèmes. Cependant, pour les zones où aucune activité rebelle n'est signalée, comme au Maniema, c'est une mesure suicidaire. L'économie est faible et le travail aux mines est un moyen de gagner sa vie, comme c'est par exemple le cas dans mon diocèse. Le Congo perd vraiment beaucoup d'argent dans l'exploitation de son sous-sol car tous les gains partent pour l'étranger. La cassitérite qui est extraite dans ma région, au Katanga, prend la route du Kivu, sort au Rwanda et arrive enfin sur le marché international. Le cuivre qui est extrait chez nous va jusqu'en Namibie, où il est raffiné pour finir enfin sur le marché international. Pour nous, riverains, il ne reste rien ou presque. Quand la question sera résolue dans l'Est, il faudra passer à une seconde phase et se demander pourquoi les richesses du Congo ne profitent pas à la population du Congo.

Misna - Estimez-vous que la justice a fait des progrès depuis quelques années ? Et que pensez-vous des meurtres des militants pour les droits de l'homme ?

Mgr MUTEBA - Il y a quelques progrès, mais il reste encore beaucoup à faire. La démocratisation est encore très fragile. Les violences et les intimidations à l'encontre des défenseurs des droits de l'homme et des journalistes sont inacceptables. Je connaissais personnellement Floribert Chebeya (président de l'ong Voix des sans Voix, assassiné à Kinshasa en juin 2010) car j'ai été autrefois responsable de la commission Justice et Paix de ma province et je participais souvent aux réunions. C'était un homme très courageux. Sa mort doit être élucidée et la justice rendue. Si un régime touche à ces personnes - je me réfère aussi au journaliste Serge Maheshe -, alors il n'a pas compris ce qu'est une démocratie et tout est à refaire. Toutefois, je ne pense pas, dans le cas du meurtre de Chebaya, qu'il s'agisse d'un crime commis au nom du régime mais plutôt par des éléments isolés. Les défenseurs des droits de l'homme et les journalistes aident les gouvernements à voir ce qu'au pouvoir on ne peut pas voir. Il faut les écouter, leur action ne sert pas à nuire. S'il y a un point positif en République Démocratique du Congo sur lequel je voudrais insister, c'est bien la grande liberté d'expression médiatique. Il ne se trouve pas un autre pays en Afrique qui possède autant de radios ou autant de chaînes télévisées ou autres médias, où l'on peut diffuser et trouver toutes les tendances et tous les points de vue comme au Congo. Ça, c'est une force immense. Les avancées à réaliser maintenant dans ce domaine consistent à réduire le fossé numérique qui nous sépare encore trop de l'accès à internet et aux nouvelles technologies de l'information. (Misna)

Mardi 19 octobre.

Budget 2011: irréaliste selon l'opposition, équilibré selon la majorité. Plusieurs réactions ont été enregistrées, lundi 18 octobre à Kinshasa, après la présentation du budget 2011 par le Premier ministre Adolphe Muzito. Ce budget est chiffré à 7 milliards de dollars américains. L'opposition parle d'un budget irréaliste et déséquilibré, alors que la majorité s'en félicite. Comme à l'accoutumée, le problème d'exécution du budget 2011 va toujours se poser, a estimé le vice-président du groupe parlementaire de l'Ordre des démocrates républicains. Emery Okundji a qualifié ce budget de chapelet d'intentions, estimant que l'observation des faits sur terrain en termes d'exécution conduit à un constat déplorable. Il a déclaré : " Il y a accroissement de la paupérisation généralisée, il y a grogne sociale perpétuelle, il y a systématisation de l'impunité, il y a passation des marchés sans transparence et respect des normes. Donc, on revient toujours à la case départ avec les bonnes intentions mais, la situation est catastrophique sur le terrain. Notre intervention était d'amener le gouvernement à faire réellement de l'année 2010, une année du social comme proclamée par le chef de l'Etat." En revanche, la majorité s'est félicitée de ce budget qui contient des avancées significative Pour le député Gaston Musemena, membre du secrétariat exécutif du PPRD (le parti présidentiel), le Gouvernement a pris en compte, dans ce budget, tous les secteurs de la vie particulièrement les élections. (Radio Okapi)

Beni: des vivres et non vivres pour de 5 000 ménages de déplacés sur l'axe Mavivi-Mbau-Oicha. Plus de trente mille déplacés regroupés en environ cinq mille ménages ont bénéficié du 12 au 17 octobre dernier d'une assistance en vivres et non vivres, don de l'ONG PAP/RDC, grâce à l'appui de ses partenaires, l'ONG internationale Diakonie et le ministère allemand des Affaires étrangères.

Des magistrats affectés dans les provinces tournent encore les pouces à Kinshasa. Près de deux mois après leur nomination et leur affectation, les nouveaux magistrats n'ont toujours pas reçu du gouvernement leurs frais d'installation. Nombre d'entre eux affectés dans les provinces tournent encore les pouces à Kinshasa, faute de moyens de transport. Ceux qui le peuvent se débrouillent pour se rendre à leurs postes d'attache à leurs frais.

Kabinda: 15 jeunes gens violent une fille de 18 ans. Une fille, âgée de 18 ans, a été victime de viol par quinze délinquants, lundi 18 octobre, dans la cité de Kabinda, située à 130 km de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï-Oriental. La victime, une élève de sixième année des humanités à l'Institut Batshimbue, a été kidnappée, très tôt lundi matin alors qu'elle se rendait à l'école. C'est en empruntant un sentier dans une broussaille, qu'elle a été surprise par une bande de quinze jeunes hommes faisant partie d'un groupe des délinquants connu sous le nom de " Maï-Maï ". Ces bourreaux ont entraîné la fille dans une maison inachevée en dehors de la cité où ils ont abusé d'elle à tour de rôle. Après avoir constaté l'absence de l'élève, le préfet de l'école a averti la police qui s'est immédiatement lancée à la recherche de l'élève. Sur le lieu du crime, la police a réussi à capturer trois des quinze délinquants dont le chef de bande. Les ONG locales de défense des droits de l'homme craignent pour la sécurité des filles dans cette cité surtout avec la fuite des douze autres délinquants. (Radio Okapi)

Sud-Kivu: 13 morts, bilan de dernières pluies dans trois territoires. Treize personnes sont mortes, plusieurs autres blessées et des dégâts matériels enregistrés dans les chefferies de Luhwinja, Kaziba et Mutambala, dans les territoires de Mwenga, Walungu et de Fizi après les premières pluies de la saison.

La CPI peut juger Jean-Pierre Bemba. Le sénateur Jean-Pierre Bemba peut-être jugé par la Cour pénale internationale (CPI). Les juges de la chambre d'appel ont rendu, mardi 19 octobre, un arrêt qui confirme que l'affaire concernant le sénateur congolais Bemba reste recevable.

Bukavu: cinquante pupitres volés après la marche mondiale de femmes. Cinquante pupitres, quatorze chaises en bois et plusieurs autres biens ont été volés, dimanche 17 octobre, à la clôture de la marche mondiale des femmes sur le site de l'athénée d'Ibanda, le lieu d'accueil de cette manifestation.

Mbuji-Mayi: la CEI retrouve quatre ordinateurs volés. La police a retrouvé, lundi 18 octobre, quatre des douze ordinateurs de la Commission électorale indépendante (CEI) volés la semaine dernière, à l'aéroport de Bipemba, à Mbuji-Mayi.

Dilolo: quarante cas de rougeole déclarés, déjà quatre morts. Une épidémie de rougeole frappe depuis la semaine dernière une dizaine de villages du territoire de Dilolo, dans ses frontières avec l'Angola et la Zambie, dans la province du Katanga. Selon les premiers éléments fournis à ce sujet, la maladie serait venue d'Angola. A ce jour, une quarantaine d'enfants souffrent de rougeole dans plusieurs villages de Dilolo dont Muyeye, Mangoa, Katoka, Katende et autres. Le bilan fait état de quatre morts déjà enregistrés.

Kinshasa: Lambert Mende met en garde les CNDP et les Pareco contre les chantages sur le gouvernement. Le porte-parole du gouvernement et ministre de Communication et Médias, Lambert Mende, a mis en garde, mardi 19 octobre, le Congrès national pour la défense du peuple(CNDP) et les Patriotes résistants congolais (Pareco) contre leurs "chantages" sur l'Etat congolais. Cette mise en garde fait suite aux déclarations faites, la veille, par ces deux formations politiques au cours d'une conférence de presse tenue à Goma. Les deux mouvements avaient accusé le gouvernement de constituer un obstacle au bon fonctionnement du comité national de suivi, cadre légal de la mise en œuvre des accords de paix de mars 2009. La reconnaissance formelle des grades des ex-militaires CNDP et Pareco et intégration politique des cadres issus de ces anciens groupes armés dans le gouvernement restent les points clés des revendications de ces deux formations politiques.

Bunia: 24 prestataires de santé formés pour limiter la mortalité maternelle à l'accouchement. Vingt-quatre prestataires de santé, infirmiers, accoucheuses et médecins, de la zone de santé de Rwampara, située dans la périphérie Sud de la cité de Bunia, prennent part, depuis mardi 19 octobre, à une formation sur les moyens de limiter la mortalité maternelle à l'accouchement.

Mercredi 20 octobre.

Kisangani: Nzanga Mobutu s'explique sur le bilan mitigé du chantier Emploi. Le secteur de l'emploi en RDC, l'un de cinq chantiers du programme de l'actuel gouvernement, n'a pas donné les résultats attendus durant les quatre dernières années, a reconnu devant la presse le vice-Premier ministre et ministre de l'Emploi, Travail et Prévoyance sociale, Joseph Nzanga Mobutu. Cette situation, selon lui, est consécutive à la mauvaise gestion de la fiscalité.

Budghet-2011: les 270 millions USD alloués à la SNCC préoccupent certains députés du Katanga. L'enveloppe globale prévue dans le budget 2011 pour relancer la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) s'élève à 270 millions de dollars américains. Cet argent doit être affecté à l'achat de nouvelles locomotives, ont estimé certains députés nationaux élus de la province du Katanga, mardi 19 octobre devant la presse à Kinshasa. Parmi ces députés, Jean de la Croix Mwenze Mutombo a proposé quelques pistes pour sauver la SNCC qui, d'après lui, se meurt : "La SNCC est une société charnière. Sans elle, il n'y a pas de vie dans la Province Orientale, dans les deux Kasaï, au Katanga et au Maniema" "Nous avons demandé au Premier ministre de changer d'abord l'équipe dirigeante de cette entreprise. Cette fois-ci, ce n'est plus le combat seulement des agents de la SNCC, ça devient le combat de nous tous. C'est une question de vie ou de mort. " (Radio Okapi)

Kinshasa: affaire poulets avariés, vice de procédure dans la destruction. Les poulets avariés déterrés et revendus dans la commune de Mont-Ngafula, jeudi 14 octobre, étaient entreposés depuis quelques semaines dans des containers Maersk au terminal des containers du port de Kinshasa à côté du Beach Ngobila, a appris Radio Okapi, mardi 19 octobre. Toutefois, l'identité du propriétaire de cette cargaison reste inconnue et les circonstances de sa destruction sont encore floues.

Les gardes du cortège de " Zoé KABILA " tuent 2 policiers de roulage à bout portant. Mardi 19 octobre 2010 vers 18 heures, alors que tout le monde quittait le centre ville pour rentrer chez soi, l'embouteillage était terrible et le roulage avec le moyen de bord, cherchait tant mieux que mal à régler la circulation. Au même moment, le cortège du petit frère du président Kabila, Zoé Kabila roulait à toute allure. Arriver au rond Socimat et ne pouvant plus avancer, l'un de ses gardes du corps descend de la voiture monte là où les roulages se tiennent pour réguler la circulation et dit au roulage qui régulait la circulation à ce moment d'empêcher les autres véhicules de circuler et laisser passer leur " Boss ", après échange de paroles avec le roulage, le militaire sort son arme et abat le roulage devant tout le monde. Les sbires de Zoé Kabila ont voulu arrêter l'agent du roulage pour l'emmener, mais ses collègues présents sont accourus à sa rescousse et se sont vaillamment opposés à ces éléments de la GR. Devant cette résistance farouche des policiers, les gardes de " Kabila " ont tout simplement tiré à bout portant sur le pauvre agent de roulage et l'ont abattu sur le champ ! Profitant de la cohue et de la panique générale qui s'en est suivi suite à des rafales tirés en l'air, ces tueurs à gage ont en plus embarqué le corps de leur victime et l'ont emporté avec eux.

Zongo: 172 ménages sans abris à la suite des inondations. C'est depuis un mois que les inondations ont ravagé la ville de Zongo dans l'extrême Nord-ouest de l'Equateur. Des maisons, des champs de maïs et de manioc se trouvent sous l'eau. Cette catastrophe est due non seulement aux eaux des pluies diluviennes qui continuent de tomber, mais aussi aux crues de la rivière Ubangi qui a débordé de son lit.

Mgr Monsengwo nommé Cardinal. Le Pape Benoît XVI, a élevé Monseigneur Laurent Monsengwo Pasinya au rang de Cardinal, ce mercredi 20 octobre, lors d'une audience publique à la cité du Vatican, selon le site Internet de Radio Vatican. A propos de cette élévation, l'église catholique de la RDC a exprimée sa satisfaction à travers la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui regroupe les évêques de la RDC.

Grève des enseignants à Goma, des milliers d'élèves dans la rue. Les enseignants de tous les réseaux confondus du secteur public viennent de déclencher depuis ce mercredi 20 octobre dans la matinée un mouvement de grève illimitée, revendiquant des meilleures situations salariales.

Kananga: une forte pluie détruit six bâtiments de l'école primaire de la SNCC. Environ neuf cents élèves de l'école primaire de la société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC), au Kasaï Occidental, ne peuvent suivre les enseignements cette semaine. La pluie qui s'est abattue, mardi 19 octobre, sur la ville a complètement endommagé six bâtiments de cet établissement scolaire.

Kinshasa: plaidoyer pour l'amélioration de la santé des adolescents. Au cours d'un atelier organisé, mercredi 20 octobre à Kinshasa, le programme national de la santé des adolescents (PNSA) a recommandé de construire des espaces pour recevoir les adolescents et jeunes, de réduire leur tarif de soins dans les structures de prise en charge et d'organiser un suivi des activités à tous les niveaux.

Kolwezi: gestion des creuseurs artisanaux, le syndicat Semak et la coopérative à couteaux tirés. La gestion des creuseurs artisanaux de la carrière de Tulizembe à Kolwezi est au centre d'un conflit entre Le Syndicat des exploitants artisanaux (Semak) et la coopérative minière Madini kwa kilimo (CMKK). L'implantation dans cette nouvelle carrière d'un comité syndical pour défendre les intérêts des creuseurs artisanaux serait à la base de ce conflit. Les responsables de CMKK, qui exploitent cette carrière, s'opposent à ce nouveau comité syndical, estimant que leur coopérative est en mesure d'encadrer ses propres membres.

Bukavu: 18 journalistes formés sur la couverture des violences liées au genre. Dix huit journalistes dont quatre du Rwanda, quatre autres du Burundi et dix de la RDC sont en formation depuis mardi 19 octobre à Bukavu sur la couverture médiatique des procès des violences basées sur le genre. Ces activités sont organisées par l'ONG EIRN. A l'issue de ces activités, les participants vont échanger des émissions radiophoniques qu'ils diffuseront dans leurs pays respectifs, a fait savoir le responsable d'EIRN.

Vital Kamerhe : "Ma candidature à l'élection présidentielle n'est pas exclue". Dans une interview exclusive à "Jeune Afrique", l'ancien président de l'Assemblée nationale congolaise, Vital Kamerhe, lève le voile sur ses intentions pour 2011. Après une longue cure de silence médiatique, l'ancien compagnon de route du président Joseph Kabila, revient en force sur le devant de la scène politique congolaise. Fidèle allié du chef de l'État lors du scrutin présidentiel de 2006, puis président de l'Assemblée nationale jusqu'à sa tonitruante démission en mars 2009, Vital Kamerhe est entré en dissidence. " Je suis du côté du peuple congolais, affirme-t-il, et le peuple congolais se présente pour l'instant comme un opposant. " Le patron du nouveau parti de l'Union pour la nation congolaise (UNC) s'explique sur ses désaccords avec le chef de l'État, sur les contrats avec la Chine et les relations avec le Rwanda notamment. " Dans ma tête, je ne franchissais pas la ligne rouge ", assure-t-il pourtant. Mais maintenant que la rupture a eu lieu - Vital Kamerhe affirme n'avoir pas eu d'entretien seul avec le président depuis mars 2009 -, il se montre sans concessions avec le pouvoir. " Il y a des gens autour du président qui sont en train de le conduire dans un trou ", lance-t-il. En ligne de mire : la présidentielle prévue en novembre 2011. Vital Kamerhe se refuse à confirmer ses récentes rencontres avec les leaders de l'opposition, Jean-Pierre Bemba et Etienne Tshisekedi. Mais, il faudra, sans aucun doute, compter avec lui. (Jeune Afrique)

Jeudi 21 octobre.

Bunia: une vingtaine de présumés contrefacteurs poursuivis par la justice. Le chef de la cité de Bunia a annoncé, pour ce jeudi 21 octobre, la clôture de l'instruction du dossier relatif à l'arrestation d'une vingtaine de pensionnaires de l'hôtel Canadia. Ces derniers ont été arrêtés parce que soupçonnés d'être des contrefacteurs des billets des banques ou de les abriter. Sur les vingt neuf personnes arrêtées, mardi 19 octobre, seules deux ont été surprises avec de la poudre prétendument utile pour nettoyer des billets de dollars américains, mais aussi avec une dizaine de faux billets de 100 dollars. D'autres personnes arrêtées, filles et garçons, ont été mises au cachot faute de cartes d'électeurs. Celles qui ont payé 12 dollars américains, le même jour, ont été relaxées en attendant la suite de l'instruction judiciaire. Celles qui sont encore en détention sont sommées d'acheter des attestations de perte de pièces d'identité, condition préalable pour recouvrer la liberté. Mardi, le chef de la cité de Bunia a décidé de fermer l'hôtel Canadia. Jusque mercredi dans la soirée, cet hôtel fonctionnait encore. L'autorité municipale de Bunia et ses policiers avaient assiégé, mardi, l'hôtel Canadia et procédé à l'arrestation de tous ceux qui n'avaient pas des pièces d'identité. C'est au cours de cette descente que les présumés contrefacteurs ont été arrêtés. (Radio Okapi)

Kalemie: 107 cas d'accidents routiers de janvier à la mi-octobre. De janvier à la mi-octobre 2010, la ville de Kalemie a connu cent sept cas d'accidents, dont cinq mortels. Alors que pour toute l'année 2009, les statistiques ont montré cent huit cas, dont trois mortels, rapporte des sources de la police.. D'après elles, ces accidents ont été provoqués par des motards, nombreux dans la ville, et à cause du non respect du code de la route.

Bukavu : deux morts dans un crash d'avion survenu ce jeudi. Un avion Antonov s'est écrasé, ce jeudi dans la matinée, dans le parc national de Kahuzi-Biega, dans la province du Sud-Kivu. Le pilote de nationalité philippine et son copilote congolais, seuls passagers de cet appareil, ont péri dans l'accident, a indiqué le ministre provincial des Transports et communication du Sud-Kivu. Des témoins affirment que l'avion a pris feu en plein vol à 20 mètres de la plantation Pharmakina, à la lisière du parc national de Kahuzi Biega.

Bukavu: un étudiant de l'UEA porté disparu, ses condisciples dans la rue. Une manifestation des étudiants paralyse la circulation et les activités dans la partie sud de la ville de Bukavu, depuis ce jeudi 21 octobre dans la matinée. Aucun véhicule ni moto ne circule sur la route nationale qui relie Bukavu-Nyangezi et Uvira. Les étudiants de l'université évangélique en Afrique (UEA) protestent contre la disparition de leur camarade et activiste des droits humains au sein de la synergie des associations des jeunes.

Kwilu-Ngongo: les agents s'opposent à la suspension de la production de sucre. Plus de deux mille travailleurs de la compagnie sucrière de Kwilu-Ngongo, cité située à plus de 200 km de Matadi, ont barricadé depuis ce matin l'accès à cette société, ont indiqué plusieurs sources jointes par Radio Okapi. Ces agents s'opposent à la mesure prise par les responsables de cette entreprise de suspendre la production du sucre au moment où ils n'ont pas encore touchés leur prime saisonnière.

Loterie américaine DV: les cybercafés réalisent jusqu'à 1500 USD de recettes journalières. Beaucoup de petites entreprises ont vu le jour à Kinshasa, depuis que le département d'Etat du gouvernement américain a lancé, mardi 5 octobre, la loterie qui permet chaque année à plus de 50 mille personnes dans le monde d'émigrer aux Etats-Unis d'Amérique. L'engouement des congolais désirant aller trouver de l'emploi et du bien-être aux USA donne l'occasion à ces petites entreprises, des cybercafés créés pour la circonstance, de réaliser des bonnes affaires. Il n'est pas difficile de reconnaître ces cybercafés. Tous ou presque arborent soit les effigies du président américain Barack Obama soit le drapeau américain. Chacune de ces entreprises occasionnelles embauche environs 25 personnes qui s'occupent de l'accueil, de la capture des photos, de l'infographie, de la saisie et de l'envoi des candidatures. La loterie DV étant gratuite, le prix du service rendu par ces entreprises varient entre 5 et 10 dollars américains par personne. Certains tenanciers des cybercafés ont déclaré réaliser des recettes journalières qui varient entre 500 et 1500 USD. Selon les chiffres fournis par l'ambassade des USA à Kinshasa, environ 2000 Congolais ont voyagé cette année pour les USA grâce à la loterie DV. (Radio Okapi)

Ituri: collecte des données sur les violences sexuelles. L'UNFPA a lancé ce jeudi à Bunia un programme des collectes des données sur les violences sexuelles. Des engins roulants ainsi que du matériel de bureautique ont été remis aux organisations qui exécuteront ce programme qui va durer une année dans tous les cinq territoires de ce district, pour un coût total de 280 000 USD

Ngandajika: un journaliste aux arrêts pour diffamation. Priterius Mbaya Kaniki, journaliste de la Radio télévision des bâtisseurs, installée à Ngandajika, est détenu depuis mercredi 20 octobre à la prison centrale de ce territoire. Selon la section locale de l'UNPC (Union nationale de la presse congolaise), ce confrère est poursuivi à cause d'un reportage sur le déroulement de la dernière édition de l'examen d'Etat dans cette partie de la province du Kasaï-Oriental. C'est l'inspecteur de l'EPSP de la place qui le traine en justice pour diffamation.

Kisangani: le gouverneur Médard Autshai menacé des poursuites judiciaires. Dix-huit anciens membres de cabinet du gouverneur de la province Orientale, Médard Autshai, menacent ce dernier des poursuites judiciaires si leurs indemnités de sortie et leurs arriérés de salaire de quatre mois ne sont pas payés. Ils ont pour cela saisi un avocat.

Le procès de Bemba programmé pour le 22 novembre. Deux ans et demi après son arrestation à Bruxelles, une date a enfin été arrêtée pour le début du procès de Jean-Pierre Bemba. À partir du lundi 22 novembre, l'ancien vice-président congolais devrait donc être jugé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité en Centrafrique par la Cour pénale internationale (CPI), a-t-elle annoncé. La Cour a levé le dernier obstacle mardi en rejetant, en appel, l'exception d'irrecevabilité de la procédure réclamée par la défense. Celle-ci réclamait l'annulation du procès, avant même qu'il ait commencé, en s'appuyant sur le non-lieu dont l'accusé avait bénéficié devant la justice centrafricaine. Selon les avocats de Bemba, il ne pouvait être poursuivi une seconde fois pour les mêmes faits par la CPI. Les poursuites en Centrafrique, avaient été abandonnées en vertu de l'immunité diplomatique dont bénéficiait le vice-président de la RDC. Mais pour la CPI, cette décision n'a aucune valeur puisqu'elle a par la suite été partiellement infirmée par la cour d'appel de Bangui. Laquelle a en effet confirmé les charges retenues contre l'ex-vice-président congolais et a elle-même déféré l'affaire devant la CPI. À la suite de quoi, elle a émis un mandat d'arrêt international permettant l'arrestation de Bemba en 2008. Jean-Pierre Bemba serait, selon l'accusation, responsable de meurtres, viols et pillages commis par les hommes de sa milice, le Mouvement de libération du Congo (MLC), envoyés en Centrafrique pour appuyer le régime de l'ex-président Ange-Félix Patassé. (Jeune Afrique)

Vendredi 22 octobre.

Kinshasa: les médecins radicalisent leur grève. Le dialogue entre le gouvernement et le Synamed autour des revendications des médecins n'a pas débouché sur un compromis entre les deux parties. Conséquence, le mouvement de grève lancé depuis quelques jours se radicalise chez les disciples d'Hippocrate congolais jusqu'à ce que l'exécutif national réponde favorablement à leurs desiderata. Un tour fait dans quelques formations médicales de la capitale congolaise a fait voir que cet appel n'a pas été suivi de la même manière.

Francophonie : Joseph Kabila attendu au XIIIe sommet des chefs d'Etat à Montreux. Le XIIIe sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la francophonie s'ouvre le samedi 23 octobre à Montreux, en Suisse. Le président Joseph Kabila qui représentera la RDC à cette rencontre y est déjà précédé par une délégation ministérielle conduite par le ministre Raymond Tshibanda de la Coopération régionale et internationale.

Kinshasa: affaire Zoe Kabila, les auteurs des incidents de Socimat aux arrêts. Les éléments commis à la garde de Zoé Kabila, auteurs des incidents survenus mardi 19 octobre sur le Boulevard du 30 juin au niveau du rond-point Socimat ont été arrêtés et déférés devant les juridictions compétentes, a annoncé, jeudi 21 octobre, à Radio Okapi l'Inspecteur général intérimaire de la police nationale, le général Charles Bisengimana.

Bukavu: l'étudiant de l'UEA porté disparu depuis jeudi est retrouvé. L'étudiant de l'Université évangélique en Afrique (UEA) porté disparu jeudi 21 octobre à Bukavu a été retrouvé ce vendredi 22 octobre, à 4 heures du matin, dans le quartier Mulengeza, près de cette même université. Pour le moment, il est sous surveillance médicale à l'hôpital de la police nationale congolaise à Nyamoma.

Agriculture : les syndicalistes déplorent l'exécution partielle de leur budget. Les cadres du ministère de l'Agriculture ont dénoncé l'exécution partielle du budget alloué à leur ministère de tutelle depuis trois ans. C'était au cours de leur assemblée générale de jeudi 21 octobre 2010 à Kinshasa. D'après eux, la diminution du budget alloué à leur secteur pour l'exercice 2010 a entraîné l'irrégularité de leurs primes.

Julien Paluku suspend l'enseignement primaire et secondaire à Goma. Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku a suspendu, jeudi 21 octobre, les enseignements du cycle primaire et secondaire sur toute l'étendue de la ville de Goma, pour éviter des débordements consécutifs aux manifestations des élèves qui réclament le paiement de leurs enseignants en grève.

Dr. Kambale Muliro, 54 ans, a été assassiné jeudi à Beni. L'accalmie sur le plan sécuritaire observée depuis plus de trois mois dans la ville de Beni, province du Nord-Kivu, a été brisée cette nuit par l'assassinat du médecin chef de zone de santé de Beni-Butembo. Dr. Kambale Muliro, 54 ans, a été abattu, jeudi 21 octobre aux environs de 21 heures locales, dans son domicile situé au quartier Tamendi.

Kolwezi: un accident de circulation fait 10 morts. Un bus transportant les agents de l'entreprise Mutanda Mining est entré en collision avec un camion remorque d'une brasserie de Kolwezi ce vendredi 22 octobre vers 8 heures locales vers l'aéroport de cette ville. Dix personnes ont succombé à leurs blessures à l'hôpital Mwangeji, l'un des plus grands hôpitaux de la ville de Kolwezi. Le bus de l'entreprise Mutanda Mining ramenait une trentaine d'agents qui ont assuré la garde de nuit, la veille, dans cette entreprise, ont indiqué les témoins.

Maladies diarrhéiques: l'Unicef propose un traitement au zinc. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef) propose d'ajouter aux mesures curatives et préventives jusque là en cours contre les maladies diarrhéiques en RDC, le traitement par le zinc. Selon des experts, un supplément avec cette matière offre plusieurs avantages dans la lutte contre la diarrhée chez les enfants et même chez les adultes.

L'Académie militaire de Kananga sort ses premiers officiers pilotes et techniciens d'aviation. Cinquante et un officiers des Forces armées congolaises ont terminé leur formation à l'Académie militaire de Kananga, ex-Efo (École de formation des officiers) comme pilotes et techniciens d'aviation et avec le grade de sous lieutenant. La cérémonie marquant la fin de cette formation a eu lieu jeudi 21, présidée par le ministre de la Défense et anciens combattants, Charles Mwando Nsimba.

Samedi 23 octobre.

Kinshasa: Assemblée nationale, le projet de budget 2011 jugé recevable. Le projet de budget 2011 a été déclaré, vendredi 22 octobre, recevable par la plénière de l'Assemblée nationale. Le premier ministre Adolphe Muzito a répondu aux préoccupations des députés. Mais, certains élus du peuple ont, quant à eux, affirmé que le chef du Gouvernement a escamoté les questions essentielles soulevées lors de la présentation de ce projet de budget, chiffré à 7 milliards USD. Cependant d'autres élus de la majorité sont d'avis qu'il faut s'appuyer sur les ressources internes, comme l'a affirmé le député Mukendi Tshiambula : "Les craintes de ceux qui ont dit qu'il ne faut pas compter sur les recettes extérieures sont fondées. Parce que ce n'est pas toujours évident que ces apports extérieurs vont tomber automatiquement. Il faut que le gouvernement renforce la production nationale. Il faut soutenir les unités de production " (Radio Okapi).

Kinshasa: le ministre de la Justice promet de régulariser la situation des magistrats Le gouvernement est actuellement en pourparlers avec la Monusco pour l'aider à transporter les magistrats qui sont affectés en provinces. Quant à leurs conditions salariales et matérielles, dans moins d'un mois, d'après le ministre de la Justice et des Droits humains, tous seront payés.

Butembo: le Sheikh Shaban Mubajje appelle les ADF-Nalu à désarmer. Le grand Mufti (chef religieux) de l'Ouganda, Sheikh Shaban Mubajje a appelé les ADF-Nalu, dont la majorité des membres sont des musulmans, à déposer les armes et à opter pour un retour en toute dignité dans leur pays. Cette guerre sainte ou jihad que les ADF-Nalu mènent en RDC n'a pas de raison d'être, a souligné ce chef religieux dans son communiqué transmis, jeudi 21 octobre, aux radios de Beni-Butembo par le truchement de la Monusco.

Sommet de la Francophonie: Sarkozy mobilise pour la réforme de l'Onu. Le 13ème sommet de la Francophonie s'est ouvert, samedi 23 octobre à Montreux, en Suisse, en présence d'une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement ayant en commun la langue française. C'est pour la première fois que le président de la RDC, Joseph Kabila, participe à ce sommet. A cette occasion, le Français Nicolas Sarkozy a plaidé pour la réforme des Nations unies. Ce dernier a appelé les participants à examiner, au cours de ce sommet, les questions relatives notamment aux réformes du système monétaire international et des Nations unies. "Comment imaginer l'Afrique ou l'Amérique latine non représentées dans le conseil permanent des Nations unies ?", s'est-il interrogé. Cette année, le sommet est axé sur le thème: "Défis et vision d'avenir pour la Francophonie."

Matadi: Journée des Nations unies, le gouverneur Mbatshi promet de renforcer le partenariat avec l'Onu. L'Organisation des Nations unies célèbre, dimanche 24 octobre, le 65eme anniversaire de sa création. En RDC, cet événement est célébré ce samedi. A Matadi, dans le Bas-Congo, plusieurs personnalités politico-administratives de la province ont pris part à cette manifestation au quartier général de la Monusco. A cette occasion, le gouverneur de cette province, Simon Floribert Mbatshi Batshia, a affirmé que dans les jours à venir, ce sont les vaillants jeunes congolais qui, selon lui, vont gonfler les rangs des soldats des Nations unies afin de contribuer à l'instauration de la paix et la sécurité dans le monde.

Bunia: l'Okimo annonce l'exploration du site Nizi 4. Au cours d'une visite guidée organisée à l'intention de la presse locale, l'Office des mines d'or de Kilo Moto (Okimo) a annoncé, jeudi 21 octobre, le début des travaux d'exploration dans le site de Nizi 4, à 30 km de Bunia. Ce site minier représente une centaine des kilomètres carrés déjà récupérée dans la concession 40 par cette entreprise, après avoir fait objet d'amodiation pendant plusieurs années. Selon l'Administrateur directeur général adjoint (ADGA) de l'OKIMO, Jean Chrysostome Vahamwiti, ces travaux d'exploration vont relancer les activités de production de son entreprise dans le secteur Kilo. Jusqu'à sa fermeture à l'époque coloniale, le site minier de Nizi 4 renfermait un gisement riche en or dont la teneur était estimée à 30 grammes des pierres jaunes pour une tonne des sables. (Radio Okapi)

Dimanche 24 octobre.

Journée des Nations Unies: Meece réaffirme la détermination de l'Onu d'accompagner la RDC dans la recherche de la paix. L'Onu fête ce dimanche 24 octobre 2010 son 65e anniversaire. En RDC, c'est samedi que l'événement a été célébré au ministère des Affaires étrangères. La Monusco a pris part à cette fête, et à l'occasion, Roger Meece, représentant spécial du secrétaire général de l'Onu en RDC, a réaffirmé la détermination des Nations Unies d'accompagner ce pays dans la recherche de la paix, de la stabilité et le développement.

RDC: de l'assistance aux victimes des mines antipersonnel. Le centre des Nations unies chargé de lutter contre les mines anti personnel en RDC tient à apporter son assistance aux personnes victimes de ces engins de mort. Ce qui justifie l'organisation à Kinshasa, du 19 au 21 octobre, d'un atelier auquel une centaine d'experts venus de toutes les provinces du pays ont pris part. Le but était de réfléchir sur la nature d'assistance à apporter aux victimes des mines antipersonnel.

Montreux confirme la tenue du 14ème sommet de la Francophonie à Kinshasa. Le 13ème sommet de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) s'est clôturé, dimanche 24 octobre à Montreux, en Suisse. L'une des grandes décisions de cette session, c'est la reconduction, samedi à l'ouverture des travaux, de l'ancien chef d'Etat sénégalais, Abdou Diouf, à la tête de cette organisation. D'autre part, les participants ont confirmé la tenue du sommet de 2012 à Kinshasa. Le secrétaire général de l'OIF, Abdou Diouf, s'est dit satisfait de ce choix.
La RDC mérite d'abriter le prochain sommet, vu son poids en tant que l'un des pays membres les plus importants de l'espace francophone, a estimé le secrétaire général de l'OIF.

Bukavu: la population de Katana exige le départ des militaires de Fardc. Une dizaine de personnes présumées auteurs de l'insécurité permanente à Katana dans le territoire de Kabare sont aux arrêts depuis samedi 23 octobre. Leur arrestation a coïncidé avec le séjour dans ce village de la délégation du conseil de sécurité provincial, conduite par le gouverneur de province. La population locale en a profité pour remettre à ce dernier un mémorandum réclamant le départ immédiat des militaires de Fardc déployés à Katana. Ce mémorandum insiste sur l'assistance sécuritaire de la population de Katana, mais aussi sur l'assistance humanitaire en faveur des victimes des atrocités quotidiennes sur les civils par des hommes armés et en uniformes. Il s'agit des blessés, des veuves et des orphelins. Une note positive, c'est l'arrestation, samedi, de neuf présumés auteurs de vol à main armée, parmi lesquels un militaire de Fardc de la 13ème compagnie. (Radio Okapi)

Kinshasa: un réseau des faussaires démantelé aux cliniques universitaires. Un réseau de trafic de faux documents aux cliniques universitaires de Kinshasa a été démasqué par les services d'enquêtes de l'Enseignement supérieur et universitaire (ESU). Ce sont des agents et cadres de ces cliniques qui falsifient des documents et trafiquent même des certificats de décès. Ils ont été présentés, samedi 23 octobre, aux autorités gouvernementales et judiciaires.

Bande dessinée et film d'animation: plusieurs rendez-vous culturels à Kinshasa. La première édition du Festival international de la bande dessinée et du film d'animation dénommée " Kin Anima Bulles " s'est poursuivie samedi au Centre culturel français de Kinshasa, à la Gombe. Cette édition s'est ouverte le 18 octobre et se clôturera le vendredi 29 prochain. Plusieurs sites autres sites accueillent les activités de cet événement culturel, dont le Lycée français, ABA (Académie des beaux arts), Espace Sadi, Centre Wallonie Bruxelles et la halle de la Gombe.

Lundi 25 octobre.

Nord-Kivu : raid contre une base des dorces de la Monusco. Dix personnes ont étés tuées et plusieurs autres blessées durant le raid mené ce week-end par une cinquantaine d'hommes armés contre la base des opérations de la mission des Nations Unies (Monusco) de Rwindi, à environ 150 km de Goma.. Selon des sources de la Monusco, les troupes des Nations Unies ont réagi à l'attaque des rebelles "Maï-Maï" tuant huit d'entre eux et capturant plusieurs autres, tandis que deux rebelles ont été tués par les gardes du Parc national des Virunga, où le groupe rebelle a ses bases. Confirmant l'information, un responsable de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) a déclaré que l'un des rebelles capturés, Kalambe Katshiva, alias "Katsho" a été identifié par les autres prisonniers comme étant la tête du mouvement "Maï-Maï Munyoma. " Selon l'ICCN, les assaillants disposaient seulement de quatre armes à feu et étaient armés surtout de bâtons et de lance-pierres. Les rebelles capturés disent que le but de leur attaque était de voler des armes. (Misna)

Mbandaka: radicalisation de la grève des médecins, les malades chassés des hôpitaux. Difficile et même parfois impossible de se faire soigner dans les hôpitaux publics à cause de la radicalisation de la grève des médecins. A Mbandaka, capitale de la province de l'Equateur, les malades admis dans des structures sanitaires publiques éprouvent d'énormes difficultés. Les médecins en grève sèche, depuis vendredi 23 octobre, les évacuent de force.

Masisi: afflux de déplacés à Nyabiondo et Bulongo. L'intensification des combats entre les Fardc et les rebelles FDLR coalisés aux Maï Maï du commandant Janvier dans la région de Lukweti provoque l'afflux des populations vers les localités de Nyabiondo et Bulongo, des agglomérations situées à plus ou moins 50 km de Masisi-centre. L'autorité territoriale locale lance un SOS pour cespopulations qui sont sans assistance depuis trois semaines.

RDC: Washington soutient l'idée d'une chambre mixte pour juger les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité. L'ambassadeur itinérant américain, M. Stephen Rapp, a indiqué, dimanche 24 octobre à Kinshasa, que son pays soutenait l'idée de la mise en place d'une chambre mixte de justice pour juger les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité enregistrés ces dernières années en RDC. Il a fait cette déclaration à l'issue de sa visite de travail à Goma et Bukavu, la semaine dernière.

Francophonie : liberté de la presse, la RDC parmi les derniers au classement de RSF. En marge des travaux de la Francophonie clôturés dimanche à Montreux, en Suisse, Reporters sans frontières, RSF, une ONG de défense de la liberté de la presse, a publié un classement des pays francophones membres de l'Union africaine en matière de respect de la liberté de la presse dans l'espace francophone. La RDC, 39e au classement des pays francophones, n'a pas avancé dans ce domaine, selon cette organisation.

Katanga: les pluies font des malheurs à Fungurume, Kolwezi et Pweto. Un mort, une vingtaine des blessés dont cinq dans un état grave, plus de 600 maisons écroulées, un bateau qui a coulé. C'est le tableau que présentent Fungurume, Kolwezi et Pweto après les pluies qui se sont abattues dans la province du Katanga le week-end dernier.

Kindu: des élèves protestent contre la grève de leurs enseignants. Les élèves des écoles de la commune de Kasuku (Mapendano, Tuendelee et Mikelenge) sont descendus dans la rue ce lundi 25 octobre dans la matinée pour manifester leur mécontentement face au débrayage de leurs enseignants.

Kalemie: l'ONG VMI dénonce la violation des droits des pygmées. Le président de l'ONG " La Voix des minorités indigènes "(VMI), Georges Mbuyu, a affirmé que la pratique de l'esclavagisme était courante dans le district du Tanganyika, au Katanga. Il a fait cette déclaration à la suite de la publication par cette ONG d'un communiqué qui dénonce de cas de violations graves des droits humains au sein des communautés pygmées dans le district. Georges Mbuyu a affirmé qu'il était fréquent qu'un homme fasse d'un pygmée son esclave après lui avoir donné un peu d'argent ou un bien matériel. Il a aussi évoqué l'existence du phénomène "Kusonga " ou le fait qu'un homme épouse ou s'approprie toutes les filles d'une famille. Georges Mbuyu a demandé aux autorités de s'impliquer pour mettre fin à ces pratiques. Le communiqué du VMI dresse un tableau sombre sur la situation des droits de l'homme dans les chefferies de Kalemie. (Radio Okapi)

Mardi 26 octobre.

Goma: des rencontres pour désamorcer la grève dans les écoles publiques. Gestionnaires et responsables syndicalistes des écoles publiques de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel de Goma se sont réunis lundi pour discuter des questions qui divisent les deux parties autour des revendications des enseignants des écoles publiques. Des revendications qui ont poussé les enseignants à lancer leur mouvement de grève depuis le 20 octobre.

Unikin: lutte anti-érosive sur le site universitaire du Mont Amba. Avec plus ou moins 90 000 USD, trois têtes d'érosions sur dix-huit sont déjà presque remblayées à la suite des travaux qu'effectuent les services de l'intendance générale de l'Université de Kinshasa et l'Office des voiries et drainage (OVD).

Lubumbashi: les agents de CRAA exigent le départ de leur comité de gestion. Les agents du Centre de recherche agro-alimentaire (CRAA) ont scellé tous les bureaux de leur service avant de descendre dans la rue, le lundi 25 octobre. Ils exigeaient le départ du comité de gestion qu'ils accusent notamment de détournement de fonds et de mauvaise gestion.

CEEAC : évaluation de la deuxième manœuvre militaire commune d'Angola. Les Chefs d'états-majors, les commandants des gendarmeries et des polices des pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) sont en conférence, depuis ce mardi 26 octobre à Kinshasa, pour évaluer la deuxième manœuvre militaire dénommée "Kwanza" qui avait eu lieu en mai et juin 2010 sur le territoire angolais. Les exercices militaires auxquels se livrent les armées des pays membres de la CEEAC rentrent dans le cadre des activités du projet de la force multinationale de l'Afrique centrale (Fomac), au sein de la région. Au terme du processus, la CEEAC devra mettre en place une brigade chargée du maintien de la paix dans l'ensemble de cette région d'Afrique. Le but : une armée africaine pour l'Afrique et par les Africains. (Radio Okapi)

Kinshasa: des engins non explosés désamorcés à l'aéroport de N'djili. Plusieurs minutions de guerre, dont 45 objets non explosés, ont été déterrés mardi 26 octobre, à l'aéroport international de N'Djili par Mechem, une compagnie sud-africaine de déminage, en collaboration avec le Centre de coordination d'action de mine de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (UNMACC).

Mbuji-Mayi: FSDRC, des ONG appelées à justifier les fonds mis à leur disposition. Trois quarts des projets financés par le Fonds social de la RDC au Kasaï-Oriental sont, soit inachevés, soit bâclés, selon la cellule provinciale de planification de développement. Une quinzaine d'ONG qui avaient été sélectionnées pour l'exécution de ces ouvrages sont accusées de mauvais usage des fonds mis à leur disposition.

Martin Kabwelulu: "La RDC a fait beaucoup d'efforts dans l'amélioration du climat des affaires". Le ministre des Mines a fait cette déclaration, lundi 25 octobre à Kinshasa, à l'ouverture de la 6e édition du forum d'hommes d'affaires dénommé IPAD, (Infrastructure en Afrique, partenariats pour le développement). Cette année, les échanges sont centrés sur le thème : " secteur minier de la RDC ou les défis de la relance économique en RDC." En adhérant à l'Initiative pour la transparence dans l'industrie extractive et à l'Organisation pour l'harmonisation du droit des affaires en Afrique (Ohada), la RDC a fourni beaucoup d'efforts dans l'amélioration du climat des affaires, a estimé lundi le ministre congolais des Mines, Martin Kabwelulu. La RDC a aussi limité, dans le domaine minier, le nombre de services habilités à intervenir dans la chaîne allant de l'extraction à l'exportation des minerais, en luttant contre les tracasseries, a dit le ministre Kabwelulu. Il a d'ailleurs annoncé que la RDC prendrait la tête, en 2011, du processus de Kimberley pour la certification du diamant. Une preuve de plus, d'après lui, que la RDC n'est pas un si mauvais élève. Martin Kabwelulu a invité les nombreux hommes d'affaires présents à ce forum, à investir dans le secteur du diamant, du cuivre, du cobalt, du fer, du manganèse, et des pierres ornementales. (Radio Okapi)

Sénat: examen proposition de la loi cadre à l'environnement. La chambre haute du parlement a examiné, lundi 25 octobre, la proposition de loi cadre liée à la gestion et à la protection de l'environnement. Cette proposition de loi intervient pendant que la législation congolaise en vigueur est dépassée en la matière et par conséquent inadapté, estiment les sénateurs. Le texte en examen servirait de soubassement dans les règlements des différents secteurs de l'environnement, ont déclaré des sénateurs interrogés lundi.

Nouvelles expulsions de l'Angola : dénonciation de violations des Droit de l'Homme. Des sources humanitaires contactées à Kinshasa ont confirmé la récente expulsion de l'Angola dans des conditions violentes de 200 ressortissants congolais, soldée par deux morts et de nombreux cas de viols. "Nous procédons actuellement à des vérifications sur le terrain mais il s'agit néanmoins de témoignages collectés par des sources fiables dans la région de Tembo, dans la province de Bandundu, dit le porte-parole d'Ocha, Maurizio Giuliano. Près de 150 Congolais expulsés sans préavis auraient subi des violences physiques, et plus particulièrement 30 femmes auraient été violées et deux hommes tués, selon les témoignages directs recueillis par les ONG locales dans les villes d'arrivée. "Nous nous efforçons de comprendre s'il s'agit d'un épisode isolé ou du début d'une nouvelle vague d'expulsions sauvages et massives entre les deux pays", poursuit M Giuliani, qui appelle les autorités angolaises à expulser les migrants illégaux - conformément à "leur droit", souligne le responsable de l'Ocha - "de manière coordonné avec leurs homologues congolais dans le respect de la dignité humaine et des droits de l'homme". Selon les chiffres fournis par la presse internationale, plus de 400.000 migrants clandestins, congolais pour la plupart, ont été expulsés depuis 2004 des provinces minières de l'Angola pour lutter contre le trafic illégal de pierres précieuses extraites sur place. En 2009, en réponse aux près de 200.000 expulsions de ressortissants congolais, le Congo avait à son tour expulsé 16.000 Angolais, dont la plupart se trouvaient légalement sur le territoire. Une commission mixte avait alors été créée pour statuer sur la question. (Misna)

Katanga: la production annuelle du maïs passe de 250 000 à 700 000 tonnes. Le ministre provincial de l'Agriculture, Pêche et Elevage, Mumba Gama, a indiqué, lundi 25 octobre, que la production annuelle du maïs de la province du Katanga est passée de 250 000 voire 300 000 tonnes à 700.000 tonnes en 2010. Cette hausse, selon lui, est le résultat de la politique de promotion de l'agriculture menée par le gouvernement provincial.

Lubumbashi: les médecins assouplissent leur grève. Les médecins du Katanga ont levé, lundi 25 octobre à Lubumbashi, la radicalisation de leur mouvement de grève. Ils ont pris cette décision au cours de leur assemblée consacrée à l'évaluation de ce mouvement, une semaine après son déclanchement. Ils ont opté pour le service minimum.

Kasaï Oriental: grève dans les écoles catholiques. Les enseignants de toutes les écoles conventionnées catholiques du diocèse de Mbuji Mayi sont à leur deuxième jour de grève. Ils revendiquent le versement de leurs salaires des mois de septembre et d'octobre 2010 ainsi que le paiement du salaire mensuel à l'échéance du 20 de chaque mois.

Lubumbashi: arrêt de travail à la SNCC. Les cheminots ont débrayé le lundi 25 octobre à la Société nationale des chemins de fer du Congo, SNCC, à Lubumbashi. Deux secteurs seulement sont concernés : les ateliers centraux et la circonscription d'exploitation. Les agents de ces deux secteurs réclament notamment la paie de quatre mois des salaires.

Kananga: campagne contre la polio, les leaders religieux s'engagent à mobiliser les fidèles. Les leaders religieux et communautaires du Kasaï Occidental s'engagent à mobiliser leurs fidèles pour la réussite de la campagne de vaccination contre la poliomyélite.

Mercredi 27 octobre.

Nationale numéro 1: tracasseries militaires sur l'axe Kikwit-Tshikapa, à Mikedi. Un nouveau poste de contrôle sur l'axe routier Kikwit-Tshikapa, sur la nationale numéro 1 a vu le jour dans la localité de Mikedi, secteur de Lozo, en territoire de Gungu. Une fouille systématique des bagages des voyageurs y est effectuée, et chaque passager est en plus tenu de présenter sa carte d'identité. Les auteurs de ces tracasseries seraient des militaires de la Garde républicaine, d'après les témoignages.

PNC: sécurisation du processus électoral de 2011, la Monusco prête à recycler la PIR. L'inspection générale de la Police nationale congolaise (PNC) a exprimé son intention d'impliquer la police de la Monusco dans le recyclage des éléments de la Police d'intervention rapide (PIR) en vue de la sécurisation du processus électoral. C'est ce qu'a affirmé le commissaire de la police de la Monusco, Abdallah Wafy, dans un entretien qu'il a accordé mardi à Radio Okapi.

Mbandaka: les malades appelés à retourner à l'hôpital. Le ministre provincial de la Santé de l'Equateur, Roger Mwamba, a appelé, mardi 26 octobre, les malades chassés le week-end dernier des hôpitaux publics par des médecins en grève à regagner leurs lits d'hôpital pour se faire soigner. Cet appel est consécutif à la levée de la grève sèche décidée, le même jour, à l'issue de la réunion du conseil provincial du Syndicat des médecins.

Bandundu: les transporteurs dénoncent les tracasseries policières sur l'axe Kinshasa-Kikwit. Les transporteurs se plaignent du nombre élevé des barrières érigées par la police de circulation routière (PCR) sur le tronçon Kinshasa-Kikwit. Ils disent débourser 10.000, 15.000 voire 20.000 francs congolais (22 USD) à chacune de vingt trois barrières existant sur ce tronçon. Les défenseurs des droits humains dénoncent le rançonnement des transporteurs sur cet axe routier.

Nord-Kivu: situation sociale et sécuritaire "catastrophique", selon les administrateurs des territoires. Les administrateurs des territoires du Nord-Kivu sont formels : la situation sociale et sécuritaire de leur province est loin d'avoir retrouvé son rythme normal. Elle reste "catastrophique". Ils l'ont dit mardi 26 octobre à Goma, lors d'une conférence sur l'état des lieux de la territoriale, organisée par le PNUD. Cette conférence a été organisé pour faire une carte postale de l'administration de cette province et envisager des solutions durables aux problèmes qui s'y posent.

Mbuji-Mayi: la prison centrale surpeuplée au triple. De juillet à octobre 2010, le nombre de pensionnaires à la prison centrale de Mbuji-Mayi est passé de moins de 500 à 600 personnes, selon le rapport publié, mardi 26 octobre, par la section Etat de droit de la Monusco. Alors que cette prison dispose d'une capacité d'accueil installée de 200 pensionnaires. Les défenseurs des droits de l'homme attribuent cette situation au ralentissement du rythme des audiences en chambres foraines dans cette maison carcérale.

Dilolo: la rougeole fait 10 morts en une semaine, les équipes d'intervention débordées. Le nombre de malades atteints de rougeole a dépassé 170 en l'espace d'une semaine dans le territoire de Dilolo, dans le Lualaba et on déplore déjà dix morts. Tshimbayi Kanyinda, administrateur du territoire de Dilolo, qui donne cette information, affirme par ailleurs que les équipes d'intervention arrivées sur les lieux sont débordées.

RDC : élections 2011, l'Union européenne, la Belgique et la Monusco apportent leurs contributions. L'Union européenne vient de consentir 47,5 millions d'euros, la Belgique annonce 17 millions de dollars à titre de leur contribution pour l'organisation des élections en RDC.

Kalemie: les creuseurs artisanaux accusent Mining Mineral Resources de ne pas écouler leur coltan. Les creuseurs de la carrière artisanale des mines de coltan de 100 kg, à 17 km de Mayi-Baridi et à plus de 40 km de Nyunzu, se plaignent depuis une semaine et demie. Ils accusent la société minière Mining Mineral Resources (MMM) de ne pas disposer de suffisamment d'argent pour payer leur production. Accusation rejetée par le siège de MMR-Kalemie, qui soutient qu'une quantité de 800 kg de coltan vient d'arriver ce jour même de Mayi-Baridi. Cette situation intervient depuis la cessation des activités des négociants venant du Sud-Kivu dans le secteur de Nyunzu. Ceci, en application d'un arrêté du gouverneur de la province du Katanga. Arrêté qui interdit toute sortie des minerais du Katanga vers d'autres provinces.

Jeudi 28 octobre.

Assemblée provinciale de Kinshasa : la Cour suprême de justice réhabilite Roger Nsingi. Roger Nsingi reste le président légal et habilité à engager l'assemblée provinciale de Kinshasa. C'est le sens de l'arrêt que la Cour suprême de justice (CSJ) a rendu mardi 26 octobre. Cet arrêt déclare inconstitutionnelles et nulles les résolutions 2 et 3 de l'assemblée provinciale de Kinshasa qui portaient respectivement sur le plein pouvoir de conduite des débats accordé au vice-président de cette institution et sur la déchéance du député Roger Nsingi au poste de président. La CSJ s'est exprimée en rapport avec la requête déposée le 20 septembre dernier par Roger Nsingi.

Kinshasa: Regideso, la paie des candidats à la retraite annoncée pour novembre. Le président de la délégation syndicale de la Régie de distribution d'eau (Regideso), Jean Bosco Mwaka, a annoncé, mercredi 27 octobre à Kinshasa, que les agents candidats à la retraite recevront leurs paies à partir du mois de novembre 2010. Le paiement est prévu dans les différents sites de la Regideso retenus.

Kasaï Occidental: Victor Makwenge lance la campagne de vaccination contre la poliomyélite à Kananga. Le ministre de la Santé, Victor Makwenge, a lancé ce jeudi 28 octobre, la campagne de vaccination contre la polio à Kananga, capitale du Kasaï Occidental. Cette province compte actuellement vingt huit des trente cas de polio enregistrés en RDC, selon les récents rapports du ministère de la Santé.

Mahagi: un mort dans un conflit sur la gestion d'un terrain de football. Le calme est revenu, jeudi 28 octobre à Mahagi, après qu'un conflit foncier a dégénéré en affrontement entre des habitants et la police dans ce territoire. Les groupements Sabo et Abira se disputent un terrain de jeu en chefferie des Ang'als, à plus de 200 km de Bunia. La société civile et les autorités locales ont dressé un bilan provisoire d'un mort, trois élèves blessés et environ 30 cases incendiées.

Goma: défection d'un commandant de bataillon des Fardc à Alimbongo. Le major Patient Akilimani, commandant du 3e bataillon de la 122e brigade d'infanterie Fardc, issu de la branche ex-CNDP, aurait déserté avec vingt-deux de ses éléments dans la nuit de mardi 26 octobre à Alimbongo, à 55 km au sud de Lubero centre.

L'attaque de Rwindi est l'œuvre d'un nouveau groupe armé, selon Roger Meece. Le représentant spécial du secrétaire général de l'Onu s'est exprimé pour la première fois jeudi 28 août dans un point de presse tenu à son cabinet à Kinshasa , sur l'attaque d'une base des casques bleus samedi dernier à Rwindi, au Nord Kivu. Cette attaque perpétrée par des hommes armés a fait dix morts du côté des assaillants. Le chef de la Monusco estime que cette agression est l'œuvre, apparemment, d'un nouveau groupe armé. Cela démontre, précise-t-il, qu'il existe encore des groupes armés étrangers et congolais qui menacent la stabilité de la région. (Radio Okapi)

Kalima: les Lega et les Nonda Kasenga fument désormais le calumet de la paix. La cérémonie de réconciliation entre les deux communautés s'est déroulée ce jeudi 28 octobre à l'Eglise " Viens et vois " à Kalima, cité minière située à 101 km de Kindu, en territoire de Pangi, dans le Maniema. Lega et Nonga Kasenga étaient en conflit depuis le 16 octobre dernier. Cette cérémonie est le résultat d'un atelier de réflexion organisé par une barza intercommunautaire et tenu, du 25 au 26, sur le rétablissement d'une paix durable. La barza a regroupé en tout 22 tribus vivant à Kalima. Les signatures de différents représentants ont été apposées sur le texte final issu de la barza intercommunautaire. Les recommandations reprises dans ce texte final concernent notamment, la restauration de l'autorité de l'Etat à Kalima, l'organisation des rites d'initiation de la tribu Lega loin du centre extra coutumier pour éloigner ainsi les initiés qui incitent les jeunes à la haine, ainsi que le respect strict de la coutume Lega par les communautés hôtes. Cette cérémonie de réconciliation fait suite à une bagarre entre deux élèves à l'Institut Matenda : Bazile, un Nonda et Kaseke, un Lega. tRadio Okapi)

Nouvelles expulsions de l'Angola, augmentation des cas de viols. Quelques jours après la divulgation de l'expulsion de ressortissants congolais de l'Angola, des sources humanitaires contactées à Kinshasa font état de nouvelles informations alarmantes. "En vertu des témoignages que nous avons recueillis de source fiable, sur les 1200 personnes expulsées, une cinquantaine de femmes auraient été violées et torturées et 30 d'entre elles auraient été gardées en captivité et violées à plusieurs reprises des jours durant. L'une d'elle est morte", dit le porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha) de l'Onu, Maurizio Giuliano. Les ressortissants congolais expulsés sans préavis sont arrivés dans la région de Tembo, dans la province de Bandundu (sud-est). "Nous ne pouvons pas confirmer pour l'instant qu'il s'agit du début d'une nouvelle vague d'expulsions sauvages et massives entre les deux pays", précise M Maurizio Giuliano, avant d'ajouter que "Ocha se tient prêt pour faire face à une éventuelle crise humanitaire et reste en étroit contact avec les gouvernements des deux pays", qui n'ont jusque là donné aucun commentaire sur les faits. (Misna)

Vendredi 29 octobre.

Prison centrale de Makala : identification des prisonniers militaires et policiers. Une commission des Forces armées de la RDC (FARDC) procède depuis mercredi 27 octobre à l'identification des détenus militaires et policiers de la prison centrale de Makala. Selon les responsables militaires de la prison, cette opération consiste à déterminer le nombre de détenus condamnés et ceux qui ne le sont pas encore. Ce qui permettrait de régulariser leurs dossiers judiciaires.

Goma: les enseignants refusent de lever la grève. Le gouvernement provincial du Nord-Kivu a levé la décision suspendant les enseignements dans les écoles publiques de Goma. Les deux grands syndicats des enseignants qualifient cette décision du gouvernement provincial d'unilatérale. Ils exigent la satisfaction de leurs revendications avant toute reprise. Pour eux, la grève se poursuit.

RDC/exploitation illégale des minerais: les Fardc et les FDLR pointées du doigt. Un nouveau rapport commandé par l'Union européenne indique que les Forces armées de la RDC et les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) exploitent illégalement les ressources minières dans une partie de l'Est de la RDC. Ce rapport porte sur l'exploitation minière et le commerce des minerais au Kivu, au Nord Katanga, au Maniema et dans les territoires de Mambasa et de Bafwasende en Province orientale.

Sud-Kivu : la frontière Ruzizi I ouverte jusqu'à 22 heures. La frontière Ruzizi I qui sépare le Rwanda et la RDC sera désormais ouverte de deux côtés jusqu'à 22 heures au lieu de 18 heures, comme c'était le cas. D'après les autorités provinciales du Sud-Kivu, cette décision est consécutive aux résolutions prises en juin 2010 à Gisenyi par les directeurs généraux de l'immigration de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL).

Kisangani : pénurie de carburant dans la ville. Le carburant se raréfie dans les différentes stations services de la ville de Kisangani, capitale de la Province Orientale. Les camions citernes de l'entreprise pétrolière SEP Congo ne savent plus atteindre Kisangani à cause du mauvais état de la route Simi-Simi. Le prix du litre d'essence chez les revendeurs communément appelés " kadhafis " est passé de 1100 FC (1.2 USD) à 1400, voire 1500 FC (1.6 USD).

Mbandaka: la Monusco plaide en faveur des prisonniers. La Monusco se dit préoccupée par la situation alimentaire des pensionnaires de la prison centrale de Mbandaka. Lors d'une réunion de concertation, mercredi 27 octobre, elle a fait des propositions concrètes au gouvernement provincial afin de répondre aux besoins alimentaires de ces prisonniers. Après examen du plaidoyer fait par la Monusco, Bruno Bindamba, gouverneur intérimaire de l'Equateur, s'est engagé à approvisionner, chaque mois, la prison centrale de Mbandaka en vivres. Une enveloppe de près de 900 000 francs congolais (environ 990 USD) devrait être désormais remise, chaque mois, à cette maison d'arrêt, a-t-on décidé au cours de cette rencontre.

Kalemie: polio, des parents refusent de faire vacciner leurs enfants. Le médecin chef d'antenne du Programme élargi de vaccination (PEV) au Tanganyika, le docteur Colar Madik, a constaté, jeudi 28 octobre à Kalemie, que certains parents rechignent à faire vacciner leurs enfants. Ce contact intervient au deuxième jour de la campagne de vaccination contre la poliomyélite dans cette ville du nord du Katanga.

Kampala: la tripartite HCR-RDC-Ouganda s'accorde pour rapatrier 30 000 réfugiés congolais. La RDC, l'Ouganda et le HCR ont convenu, vendredi 29 octobre à Kampala, de rapatrier plus de trente mille réfugiés congolais vivant en Ouganda. Selon le communiqué final de cette tripartite, les réfugiés congolais ont déjà exprimé le souhait de rentrer dans leur pays, qu'ils avaient quitté, pour la plupart, depuis plus de dix ans. Après la signature de cet accord à Kampala, l'étape suivante devrait consister à recueillir les informations sur les cités qui devraient accueillir les rapatriés.

Kinshasa: blanchiment des capitaux et financement du terrorisme, la Cenaref affûte ses armes. La Cellule nationale des renseignements financiers (Cenaref) met à niveau les contrôleurs du blanchiment des capitaux et financement du terrorisme. En partenariat avec le Pnud, elle organise à cet effet, depuis ce vendredi 29 octobre à Kinshasa, un séminaire de deux jours à l'intention de ses experts et correspondants. Ce séminaire vise à outiller les participants des textes de loi devant leur permettre d'avoir la même compréhension de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme en RDC.

Bukavu commémore la mort de son archevêque. "Alors que 14 ans se sont écoulés depuis son meurtre, Mgr Munzihirwa est encore dans nos cœurs et nos pensées. Il est encore vivant ! Pour nous, c'est un modèle et s'il tombait dans l'oubli, ce serait néfaste non seulement pour notre passé mais aussi pour notre avenir", déclare père Luigi Lo Stocco, missionnaire xavérien ayant opéré 35 ans dans l'Est du pays, en mémoire de l'archevêque de Bukavu (chef-lieu du Sud-Kivu), Mgr Christophe Munzihirwa Mwene Ngabo, assassiné le 29 octobre 1996. Mgr Munzihirwa avait été trouvé mort Place Nyawera - aujourd'hui dénommée Place Munzihirwa - abattu par balles par des hommes en uniforme, dont on ignore encore l'identité. Connu pour sa franchise et ses nettes prises de position pour la paix dans la région, Mgr Munzihirwa avait été nommé archevêque en 1994, tandis que sévissait le génocide de l'autre côté de la frontière, au Rwanda, et que des dizaines de milliers de personnes cherchaient refuge au Congo. Mgr Munzihirwa avait alors pris la défense des réfugiés rwandais, tutsis et hutus confondus, ainsi que de la population locale, abandonnée à son sort par les autorités congolaises occupées à échapper à l'invasion imminente des troupes rwandaises et ougandaises. L'année de sa mort, en 1996, allait par ailleurs marquer une nouvelle ère de guerre dans le pays dont les impacts sont toujours tangibles. (Misna)