Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 30 Octobre au 12 Novembre 2010
n°158


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 

 

Samedi 30 octobre.

Kinshasa: le Sénat adopte la loi organique de la Cour constitutionnelle. Il n'existe plus des divergences entre les deux chambres du Parlement sur la proposition de loi portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle. La Chambre haute a, en effet, adopté, vendredi 29 octobre, le rapport de la commission mixte Assemblée nationale - Sénat. Pour le Président de la commission Politique, administrative et judiciaire (PAJ) du Sénat, Toussaint Ekombe, ce texte de loi répond au vœu du constituant de séparer le contentieux constitutionnel du contentieux administratif. L'adoption de la loi organique de la Cour constitutionnelle vise à renforcer l'indépendance du pouvoir judiciaire face au pouvoir législatif et exécutif, afin de répondre aux exigences de la constitution du 18 février 2006, a expliqué le président de la commission PAJ du Sénat, Toussaint Ekombe. Si cette loi est promulguée dans sa forme, elle va connaître des recours en interprétation de la constitution et trancher des conflits de compétence entre le Gouvernement et le Parlement; mais aussi entre le pouvoir central et les provinces ainsi qu'entre les ordres judiciaires. A propos de la compétence pénale, la Cour constitutionnelle est la juridiction pénale du Président de la République et du Premier ministre, notamment en ce qui concerne les infractions politiques de haute trahison. Il s'agit ici, selon la loi, d'outrage au Parlement, d'atteinte à l'honneur ou à la probité ainsi qu'au délit d'initié. Mais, le texte de loi reste muet concernant les infractions politiques commises par les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. (Radio Okapi)

Kinshasa: regain d'insécurité, la police sollicite le concours de la population. Plusieurs quartiers de la ville de Kinshasa sont victimes d'actes de vandalisme, extorsion, viol, menaces et de rapt, a-t-on constaté ces derniers jours. Les derniers cas en date se sont produits dans la Cité des Anciens Combattants, quartier Binza Ozone, dans la commune de Ngaliema dans les environs de la paroisse St Christophe. Sans oublier ceux du quartier Herady, dans la commune de Selembao, où plusieurs maisons ont été visitées par des hommes en uniforme. La recrudescence de l'insécurité est favorisée par des poches noires, par manque d'électricité, dans ces quartiers. Cette situation a déjà occasionné trois morts dans le quartier Herady. Certains parents déplacent leurs filles la nuit vers d'autres quartiers pour échapper aux viols, d'autres quittent carrément le quartier. Dans la cité des anciens combattants à Binza Ozone, c'est plutôt des jeunes gens qui pillent et arrachent téléphones, argents et autres biens de valeurs aux passants. La police a reconnu l'existence des cas isolés d'insécurité, tout en soulignant que la criminalité n'est pas à grande échelle dans la capitale. Le colonel Kanyama, commandant Police du district de la Lukunga demande à la population d'aider la police en dénonçant ces cas. (Radio Okapi)

Polio: les autorités provinciales rassurent sur l'effectivité de la vaccination sur tout le Nord-Kivu. La campagne de vaccination des enfants âgés de zéro à 59 mois rentre dans sa troisième journée, ce samedi 30 octobre au Nord-Kivu. D'après le ministre provincial de la Santé, le docteur Valerien Twirangi, tous les enfants de cette tranche d'âge devraient recevoir leur vaccin contre la poliomyélite. Même dans les endroits où la sécurité n'est pas encore totalement rétablie, a-t-il précisé, les enfants devraient être vaccinés.

Kinshasa: partenariat Rosspessplav - Somikivu, le coordonnateur de CONRUS explique les enjeux. En partenariat avec la Société minière du Kivu (Somikivu) depuis 2006, le groupe russe Rosspessplav a décidé d'acquérir des participations dans Somikivu, une société para étatique dont le capital social est composé de 70% appartenant au gouvernement allemand, 20% au gouvernement Congolais et 10% à l'ex Sominki). Su le terrain, ce groupe russe agit à travers ses deux filiales KZF (de droit russe) et CONRUS (de droit congolais).

Kinshasa: médecins, la grève continue sur fond de service minimum. Le Syndicat national des médecins (Synamed) n'a pas levé la grève, mais a plutôt décidé de la continuité du service minimum instauré depuis le 26 octobre. Tout en saluant l'issue favorable des négociations entamées avec le Gouvernement, le secrétaire général du Synamed, le docteur Mankoy, a affirmé, samedi 30 octobre, que la levée de la grève ne doit pas être automatique. Il faudra, selon lui, que les provinces donnent leur point de vue sur le compromis trouvé lors de ces négociations.

Dimanche 31 octobre.

Spectre d'une nouvelle guerre à Kitshanga: Roger Meece appelle la population au dialogue. " Le temps de la violence est révolu. Il faut désormais privilégier le dialogue entre toutes les parties pour la résolution des problèmes ", c'est message de Roger Meece à la population de Kitshanga samedi 30 octobre à l'occasion d'une mission qu'il a effectuée au Nord Kivu. Cette population vit dans la psychose d'une nouvelle guerre. Après Kitshanga, Roger Meece a visité dimanche 31 octobre la localité de Rwindi, en territoire de Rutshuru, à 50 km de Goma, où la base de la Monusco a été l'objet d'une attaque des hommes armés la semaine dernière. Aussi, le représentant spécial a-t-il voulu comprendre sur place les circonstances de cette l'attaque. A Kitshanga, ancien fief du CNDP, mouvement polico-militaire, même les autorités civiles sont persuadées d'une nouvelle guerre en gestation. Tumaini Bahati, chef de groupement de Bashali Kahembe , lui aussi en est conscient : " Ça, c'est un message de la guerre : quand vous voyez des gens qui courent derrière des ex-militaires, qui commencent encore à recruter des jeunes gens dans des villages comme dernièrement à Busumba, on se dit que ça va barder d'un moment à l'autre. Vous savez aussi que les Mai Mai ont fui, ils sont allés dans la brousse ; ils sont mécontents parce qu'ils n'ont plus de main mise sur leurs terres. Et là, on se dit ça y est ! " Mais, une autorité du territoire de Masisi estime que cette psychose qui gagne la population de Kitshanga ne se justifie pas: Gatemba Alexandre est administrateur de territoire adjoint, issu du CNDP : " La guerre que le CNDP mène actuellement est une guerre qui est plutôt politique qu'une guerre militaire. Elle est liée à la revendication des engagements signés entre le gouvernement et lui-même. Que la population se tranquillise, je pense qu'il n'y a pas de guerre. Pour le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en RDC, le temps de la violence est révolu. Quelle que soit la nature de la revendication, il faut toujours privilégier le dialogue entre toutes les parties. (Radio Okapi)

Kasaï Oriental: faible taux d'enregistrement des enfants à l'Etat civil. Au Kasaï Oriental, la situation n'a pas évolué malgré les recommandations de l'Unicef sur l'enregistrement des enfants à l'Etat civil.. Seuls 14 % d'enfants sont enregistrés après l'enquête menée par l'Unicef au cours du premier trimestre de l'année en cours.

Butembo: attaque des Mai Mai Pareco à Kirikiri, un blessé. Le village de Kirikiri situé à 90 kilomètres au sud-est de Butembo a été victime d'une incursion des hommes armés, dans la nuit de vendredi à samedi. La société civile qui donne l'information attribue cette attaque aux Mai Mai Pareco conduit par le commandant Chichicho. L'épouse du commandant de la police a été atteinte d'une balle lors de cette attaque.

Ariwara: taxes, les opérateurs économiques s'insurgent contre les pénalités de la DGDA. Une dizaine de camions transportant des marchandises sont stationnés au centre de négoce d'Ariwara, à plus de 300 km de Bunia, à la frontière ougandaise. Des magasins et boutiques fermés. C'est l'expression du ras-le-bol des opérateurs économiques qui exploitent cet axe. D'après le bureau local de la Fédération des entreprises du Congo, Fec, ces opérateurs économiques protestent contre la mesure de la Direction générale de douanes et Accises, imposant des pénalités à l'importation, faute de détenir un certificat de l'entreprise Bivac. Conséquence: la flambée des prix de certains articles s'observe sur le marché. Pour le vice-président de la Fec/Aru, le paiement de ces amendes ne se justifie pas, d'autant plus qu'il n'existe sur place ni banque agréée, ni de cellule de l'entreprise Bivac. Cette entreprise est chargée de contrôler les prix, la qualité ainsi que la quantité des marchandises importées. (Radio Okapi)

Kananga: une cartographie des conflits pour désenclaver Dekese. L'Unité de médiation de la société civile du Kasaï Occidental a organisé samedi 30 octobre, avec l'appui de la Monusco et de EISA (Electoral Institute of South Africa), une séance de présentation de la cartographie des conflits dans le territoire de Dekese, au Kasaï Occidental. Cette rencontre a été axée sur l'échange d'expériences en gestion des conflits au Kasaï et à l'Equateur. Cinquante délégués de la société civile du Kasaï Occidental y ont pris part. Dekese est l'un des territoires du Kasaï Occidental en proie à des multiples conflits intercommunautaires, indique l'Unité de médiation de la société civile du Kasaï Occidental. Ces conflits attisés par le clivage Nord-Sud et auxquels aucune solution durable n'est trouvée. Cette situation est favorisée par l'enclavement du territoire de Dekese. Les routes pour y accéder sont impraticables. L'on continue à user de la phonie avec des messages quasi inaudibles pour transmettre et recevoir des informations de Dekese. Les effectifs policiers y sont insignifiants et mal équipés. L'autorité de l'Etat a du mal à s'imposer, renseigne la même source. (Radio Okapi)

Bunia : vers un plan de contrôle des armes légères et de petit calibre. Un atelier sur la citoyenneté et la PNC (Police nationale congolaise) s'est tenu cette semaine à Bunia, en Ituri, en province Orientale, avec pour finalité de mettre au point un plan de contrôle de la circulation des armes légères et de petit calibre.

Décentralisation: les élus du Bas-Congo haussent le ton. Les députés nationaux, élus de la province du Bas-Congo, accusent le gouvernement central de ne pas appliquer la Constitution en matière de la décentralisation. La colère des élus de cette province a pour origine précisément la suspension, par le Premier ministre, de tous les édits provinciaux imposant de nouvelles taxes aux opérateurs économiques dans les provinces. Pour rappel, la décision du Premier ministre Adolphe Muzito de suspendre tous les édits de gouverneurs de province sur de nouvelles taxes provinciales a été annoncée le 27 octobre dernier à l'issue d'une rencontre entre le chef du gouvernement, le ministre de l'Économie nationale et une délégation de la Fec (Fédération des entreprises du Congo), à Kinshasa.

Lundi 1er novembre.

Nord-Kivu: Roger Meece évalue la situation sécuritaire à Kitchanga. " Nos forces onusiennes ainsi que les Fardc se préparent toujours à protéger les civils et à réagir contre toute tentative de la violence, " a déclaré, dimanche 31 octobre à Kitchanga, le patron de la mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC à la fin de sa mission d'évaluation de la situation sécuritaire du Nord-Kivu. Roger Meece s'est rendu respectivement à Kitchanga, un ancien bastion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), à une centaine de km de Goma, en territoire de Masisi, et à la Rwindi, 150 km au nord de la même ville, cette fois en territoire de Rutshuru. A Kitchanga particulièrement, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en RDC, a été informé du fait que les femmes paysannes ne savent plus vaquer à leurs activités champêtres parce qu'elles sont devenues la cible d'une forme de violence particulière : la mutilation des organes génitaux féminins. Terrifiées par cette pratique honteuse et sadique, les femmes de cette contrée ont décidé de ne plus se rendre aux champs. L'une de ces femmes témoigne : "Ici [à Kitchanga], aucune femme ne peut se déplacer jusqu'à son champ à Kitomo ou à Kibarizo sans être accompagnée. Assurément, elle sera tuée avec une corde au cou. Elle sera amputée de tous les organes qui font sa féminité: les seins et le sexe. Même les hommes perdent leurs organes génitaux. Deux hommes ont déjà subi ce sort, mais le nombre des femmes est de loin plus élevé." Celle-ci en rajoute à la psychose créée déjà à Kitchanga par la rumeur persistante d'une nouvelle guerre qui serait en préparation par les groupes armés, Maï-Maï et CNDP nommément cités. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC a été formel: le temps de la violence est révolu. Et, quelle que soit la nature de la revendication, il faut privilégier le dialogue entre toutes les parties. Ce à quoi s'emploie d'ailleurs la Monusco, sans pour autant déroger au principe de protection de la population civile en cas de violences contre celle-ci, a souligné Roger Meece. (Radio Okapi)

Assemblée nationale: l'absentéisme aux plénières retarde les travaux. Les députés nationaux sont-ils fatigués? C'est la question que l'opinion se pose face à l'absence constatée des députés aux séances plénières. Et le plus souvent, plusieurs députés brillent par leur absence dans la salle, empêchant ainsi d'atteindre le quorum. Pour sa part, le président de l'Assemblée nationale Evariste Boshab n'a cessé d'attirer l'attention de ses collègues sur cette question.

Projet "Alerte précoce" contre la LRA: une délégation de l'USAID en prospection à Dungu. Une délégation de l'agence américaine pour le développement international (USAID) est arrivée, samedi 30 octobre à Dungu, territoire situé à plus de 700 km de Kisangani. Cette visite s'inscrit dans la cadre de l'appui que l'USAID compte apporter au projet baptisé: "Alerte précoce" du diocèse de Dungu-Doruma. Ce projet consiste à désenclaver certaines localités dans les deux districts de Uélé par des moyens de communications rapides.

Kinshasa: les femmes parlementaires de la SADC veulent renforcer leur représentation. Les travaux du Caucus des femmes parlementaires de la SADC, Communauté de développement de l'Afrique australe, se sont ouverts ce lundi 1er novembre matin à l'hôtel Venus de Kinshasa. Au menu de cette rencontre, l'appui aux initiatives qui promeuvent la participation et la représentation des femmes au sein des parlements ainsi qu'aux objectifs et domaines de travail de la femme parlementaire.

Goma: les syndicats des enseignants suspendent leur grève. Les syndicats des enseignants des écoles publiques de Goma ont suspendu, dimanche 31 octobre, la grève qu'ils avaient déclenchée depuis le 20 octobre. Bien que leurs conditions salariales n'aient pas été sensiblement améliorées comme ils l'espéraient, ils ont estimé que l'Etat a répondu favorablement à une partie non négligeable de leurs revendications.

ESU: collation des grades académiques, la mesure du ministre bafouée. Des cérémonies de collation de grades académiques en 2e session sont organisées à Kinshasa avec tout ce que cela comporte comme dérapages dans le chef des lauréats et les membres de leurs familles qui se permettent d'organiser des caravanes motorisées au point même de gêner la circulation routière. Pourtant, un arrêté ministériel interdit formellement ces cérémonies qui ne sont réservées qu'aux étudiants finalistes qui terminent en première session.

Ngaliema: enregistrement des nouveau-nés à l'état civil, les certificats manquent depuis une année. Les certificats d'enregistrement des nouveau-nés à l'état civil de la maison communale de Ngaliema font défaut depuis près d'une année. Des témoignages font état de nombreux parents dont les enfants ont été enregistrés mais qui ne sont pas entrés en possession de ces documents.

Mardi 2 octobre.

Kinshasa: affaire Armand Tungulu, la famille à Kinshasa se désiste, l'instruction se poursuit à Bruxelles. La famille de feu Armand Tungulu vient de retirer, à Kinshasa, la plainte sur la mort de ce Congolais de la diaspora qui avait lancé une pierre sur le cortège présidentiel et qui s'est suicidé, selon la version officielle. Sa famille à Kinshasa avait saisi la justice le 20 octobre dernier, contre l'Etat congolais qu'elle accusait d'avoir failli à sa mission de protection de citoyens. Aucune raison de ce désistement n'est avancée, selon l'avocat de la famille. Pendant ce temps, l'instruction du dossier se poursuit à Bruxelles où une autre plainte a été déposée.

Fichier électoral: l'abbé Malu Malu lance la campagne de sensibilisation au Maniema. Le président de la Commission électorale indépendante (CEI) va diriger personnellement le lancement des opérations de révision du fichier électoral ce mardi 2 novembre à Kindu où il est arrivé lundi après-midi, à la tête d'une délégation de la CEI. Il s'agit de la deuxième étape de la campagne de sensibilisation sur l'opération de révision du fichier électorale, après le Bas Congo.

Bunia: attaque des miliciens FPJC à Kaya et Ngendi, 2 morts et des cases incendiées. Les miliciens du Front populaire pour la justice au Congo, FPJC, ont fait une incursion dimanche 31 octobre et lundi 1er novembre à Kaya et à Ngendi, deux villages situés respectivement à 28 et 45 km au sud ouest de Bunia, en territoire d'Irumu. Selon le chef de collectivité de Mobala et la société civile d'Irumu, le bilan de cette attaque est de deux miliciens tués par balles, un civil et un militaire blessés, une dizaine de cases incendiées, le pillage des biens de population ainsi qu'une centaine de déplacés.

Equateur: grève des enseignants à Gemena. Le mot d'ordre de grève de l'intersyndicale des enseignants de Gemena a été suivi dans plusieurs écoles publiques ce mardi 2 novembre.

Beni: après le meurtre d'un étudiant, des patrouilles mixtes pour sécuriser la population. Une réunion du comité de sécurité élargi de la ville de Béni a été tenue lundi 1er novembre pour lutter contre la recrudescence de l'insécurité qui caractérise cette ville depuis quelques semaines. Cette rencontre qui a réuni tous les services spécialisés de la ville a décidé l'instauration des patrouilles conjointes Fardc, Police nationale et Monusco et l'implication des populations locales pour dénoncer des personnes suspectes. Elle fait suite au meurtre d'un étudiant tué par balles dimanche 31 octobre dans la soirée par des hommes armés dans le quartier Bas-Congo, dans la commune de Bulekera. Selon les animateurs de la société civile de Beni, huit cas de meurtres ont été enregistrés dans l'espace de deux semaines dans trois quartiers de la même commune. Deux cas de tentative de meurtre et six de vol à main armée, ont également été répertoriés. Pour les mêmes sources, les auteurs de ces crimes seraient des ADF/NALU qui ont perdu leur position à la suite des attaques menées par les Fardc et se seraient installés dans la ville. D'autres sources pointent du doigt des militaires incontrôlés qui opèrent dans la ville et regagnent la brousse aussitôt après. En dehors des patrouilles diurnes et nocturnes, les autorités locales ont aussi décidé la mise à la disposition de la population d'un numéro pour alerter l'équipe d'intervention de la police. (Radio Okapi)

RDC-BAD: 159 millions USD pour sécuriser la navigation aérienne congolaise. Les aéroports internationaux de N'djili à Kinshasa, de Bangboka à Kisangani et de la Loano à Lubumbashi, vont bénéficier d'un montant global de 159 millions USD dans le cadre du projet prioritaire pour la sécurisation.

Katanga: un éboulement de terrain tue trois creuseurs à Bukama. Un éboulement de terrain est survenu, lundi 1er novembre, dans la soirée dans la carrière de cassitérite de Kienze située dans le territoire de Bukama à la suite d'une forte pluie. Trois personnes sont mortes et une quatrième est grièvement blessée. Selon des témoins, les quatre creuseurs s'étaient refugiés dans une galerie souterraine pour s'abriter contre la pluie. Ils y ont été surpris par l'éboulement.

Un magistrat agressé à Bukama pour un jugement de viol d'une mineure, indignation à Kinshasa. Le magistrat chef du parquet secondaire du territoire de Bukama, dans le district du Haut-Lomami, au Katanga, Charles Kabozia, a été agressé le week-end dernier et sa résidence incendiée par une foule en colère. D'après les sources, le tort de ce magistrat c'est d'avoir arrêté un présumé violeur d'une fillette de 9 ans et d'avoir rendu un jugement contre le mariage d'une fille de 13 ans.

Mercredi 3 novembre.

RDC: les médecins suspendent la grève. Les médecins des services publics de l'Etat suspendent le mouvement de grève déclenché le 11 octobre dernier, sur toute l'étendue du territoire de la RDC, pour laisser au gouvernement le temps de matérialiser ses engagements. Selon le secrétaire général du Syndicat national des médecins (Synamed), l'évaluation de l'exécution des engagements du gouvernement se fera après la paie de salaires du mois de janvier 2011.

Likasi: l'hôpital Daco sans électricité ni moyens de locomotion. L'hôpital général de référence Daco de Likasi, situé à près de 120 km de Lubumbashi se trouve dans une situation déplorable à cause notamment du manque d'électricité permanente. Cette situation dure depuis des mois et les conséquences sont visibles, selon le médecin directeur de cette institution hospitalière.

Assemblée nationale: adoption d'une motion sur le renforcement du contrôle parlementaire. La plénière de l'Assemblée nationale a adopté mardi 2 novembre la motion relative au renforcement du contrôle du gouvernement et des services publics de l'Etat. Le député Emery Okundji, auteur de cette motion, estime que la deuxième mission de l'Assemblée nationale, celle de contrôler le gouvernement, n'est pas suffisamment remplie par les élus du peuple. Le député Okundji a aussi demandé l'accélération des commissions d'enquête parlementaire dont le travail piétine ou qui ne sont pas encore à pied d'œuvre. Il s'agit notamment de l'enquête parlementaire sur la vente des immeubles de la Banque centrale, la commission d'enquête parlementaire sur la Customs and Tax Consultancy (CTC), une firme américaine qui avait signé en 2008 un contrat d'assistance technique avec la RDC pour la maximisation des recettes de l'Office des douanes et accises (Ofida). Le contrat a été résilié et ce dernier s'est mué en Direction générale des douanes et accises (DGDA). Emery Okundji a aussi souhaité que la commission d'enquête parlementaire sur la Régie des voies aériennes (RVA) puisse s'activer. Le Bureau de l'Assemblée nationale soutient qu'il n'a aucune intention de faire obstruction aux contrôles parlementaires. A ce propos, Evariste Boshab, président de la chambre basse du parlement a indiqué au chef du gouvernement que les commissions parlementaires n'ont pas besoin d'une autorisation préalable pour effectuer des contrôles parlementaires. (Radio Okapi)

Sud Ubangi: le vandalisme et les conflits intercommunautaires à la base de l'insécurité. Les actes de vandalisme des démobilisés et les conflits intercommunautaires sont à l'origine de l'insécurité dénoncée par plusieurs sources concordantes dans le district du Sud-Ubangui, province de l'Equateur. Le week-end dernier, les autorités locales du district ont sollicité le concours de la Monusco pour descendre sur le terrain en vue d'étouffer des conflits en gestation.

Kikwit: attaque du camp militaire Ebeya, trois soldats tués. Des inconnus ont attaqué le poste de garde du camp militaire colonel Ebeya dans la nuit de mardi à mercredi à Kikwit. Trois soldats commis à la garde du camp ont trouvé la mort sur place. Le commandant de la 1ère région militaire indique que les investigations sont en cours pour retrouver les traces des assassins.

Mbuji-Mayi: les passagers se plaignent de tracasseries à l'aéroport de Bipemba. Plus de dix sept services publics opèrent dans les installations de l'aéroport de Bipemba à Mbuji-Mayi, capitale du Kasaï-Oriental. Les passagers se plaignent des exigences des services œuvrant à ce poste frontalier. Le gouvernement provincial s'engage à remettre de l'ordre et exige que seuls les quatre services autorisés puissent œuvrer à l'aéroport.

Boma: le tribunal de paix acquitte cinq membres de Bundu dia Mayala. Les personnes acquittées ont été arrêtées depuis plus de deux mois pour organisation des activités politiques non autorisées. L'accusation n'a pas réuni toutes les preuves pour condamner les membres de ce regroupement né des cendres de l'ex-mouvement politico religieux Bundu dia Kongo, ont affirmé des sources proche de la défense de ces membres.

Nord-Kivu: l'Université de Goma sous haute surveillance policière. Les cours sont suspendus depuis mardi au campus universitaire de Goma placée sous haute surveillance de la police. Une décision des autorités locales suite à une bagarre rangée qui a opposée dans la journée les étudiants de cet établissement à ceux de l'Institut supérieur des techniques appliquées, ISTA.

Assemblée nationale: Adolphe Lumanu attendu au Palais du peuple. Le ministre de la Justice et Droits humains, Luzolo Bambi, s'est présenté ce mercredi devant la représentation nationale au Palais du peuple où il devait répondre à une question orale sur la situation des assemblées provinciales de Kinshasa et de l'Equateur. Il n'a pu s'exprimer, la plénière ayant exigé, à la suite d'une motion, la présence à cette séance du Vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Adolphe Lumanu Nsefu. L'auteur de la motion, le député MLC Jean-Lucien Busa, a estimé que la crise de fonctionnement qui prévaut dans les deux assemblée provinciales (Kinshasa et Equateur) requiert des explications, en plus du ministre de la Justice, du Vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, en la personne d'Adolphe Lumanu.

RDC: sécurité aérienne, un atelier à Kinshasa. Des experts de la Banque africaine de développement (BAD), de la Régie des voies aériennes (RVA) ainsi que ceux des ministères des Transports et voies des communications, du Plan, du Portefeuille, et des Finances réfléchissent depuis ce mercredi 3 novembre sur les différentes procédures à suivre pour la mise en application du projet d'urgence de sécurité aérienne (PPSA)en RDC .Lundi lundi dernier à Kinshasa, le gouvernement congolais et la BAD ont signé un accord de financement de ce projet à hauteur de plus de 150 millions USD, en raison de 88,6 millions pour la BAD (86%) et de 14,25 millions (14%) pour la partie congolaise. L'administrateur délégué général de la RVA, Jean Assise, a fixé quelques priorités du projet : "Il y a quatre grands projets. Il y a d'abord le projet d'équipements de navigation aérienne et de sécurité aérienne. Celui-ci se déroule sur l'ensemble du territoire. Il y a 40 aéroports qui sont visés plus 11 stations de télécommunication de surveillance aérienne. Le projet de la piste de Lubumbashi, de la tour de contrôle se passe à Lubumbashi, celui de Kisangani à Kisangani, celui de N'djili à côté du pavillon présidentiel sera érigé la nouvelle tour de contrôle et le nouveau centre de contrôle national." (Radio Okapi)

Insécurité et mouvements anti-Rwanda, les forces armées prêtes à de nouvelles actions dans l'Est. De nouvelles mesures "concrètes" visant à éliminer la rébellion des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr) et d'autres groupes armés ont été prises par les autorités militaires du Congo et du Rwanda, indique le quotidien New Times, qui précise que de nouvelles stratégies ont été adoptées lors d'une réunion de deux jours tenue à huis clos à Kigali par les ministres de la Défense des deux pays avec les généraux James Kabarebe (Rwanda) et Charles Mwando Nsimba (Congo). La collaboration militaire entre le Congo et le Rwanda s'inscrit dans le cadre du programme de rapprochement entrepris par les deux gouvernements après de longues années de tensions dues aux méfaits commis dans l'Est du Congo, à la frontière du Rwanda, par des groupes armés soutenus par le gouvernement rwandais. Depuis plusieurs semaines, les rumeurs se multiplient quant à la formation d'un nouveau mouvement rebelle opposé au président rwandais Paul Kagame et sous commandement des généraux dissidents Kayumba Nyamwasa et Patrick Karegeya, en quête de soutien au Congo. Il s'agirait par ailleurs pour certains observateurs d'un autre motif qui inciterait les autorités à renforcer leurs troupes dans l'Est congolais malgré les critiques de la société civile. (Misna)

Jeudi 4 novembre.

Ceni : l'opposition accuse la majorité de bloquer le processus. Dans une motion à la plénière de mercredi 3 novembre à l'Assemblée nationale, le député de l'opposition Lisanga Bonganga a laissé entendre que la machine de la mise en place de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) est bloquée par la majorité présidentielle. Ce, en dépit du fait que la conférence de présidents des groupes parlementaires a mis en place une commission informelle pour proposer les candidats désireux d'occuper des postes au bureau de la Ceni. L'opposition parlementaire s'est déjà acquittée de ses obligations au sein de cette commission informelle, a rappelé le député Lisanga Bonganga. Les noms des candidats de l'opposition pour le bureau de la Ceni sont connus. Il faut faire diligence et pour cela, le député préconise que cette commission informelle se mue en une commission ad hoc. Toujours selon Lisanga Bonganga, dans le camp de la majorité présidentielle, seul le Palu, le parti du Premier ministre, aurait déjà présenté son candidat à la Ceni dans le quota de la majorité, alors que le PPRD, parti présidentiel, le MSR et Alliés n'ont pas encore apprêté leurs listes. (Radio Okapi)

Le Maniema prêt pour la révision du fichier électoral. La société civile du Maniema promet une totale mobilisation de la population pour garantir le bon déroulement de l'opération de révision du fichier électoral dans cette province. Elle se dit satisfaite des réponses données par le président de la Cei lors des échanges du mercredi 2 novembre. En mission dans le Maniema, l'abbé Malu Malu a rencontré des chefs coutumiers, des délégués de la société civile, des représentations des femmes, des confessions religieuses et des hommes des médias. Ils ont discuté des préparatifs de la révision du fichier électoral.

La France accorde 600 000 euros au Pam pour les agriculteurs de l'Equateur. Le représentant du Programme alimentaire mondial (Pam), Abdou Dieng, et l'Ambassadeur de la France en RDC, Pierre Jacquemot, ont signé, mercredi 3 novembre à Kinshasa, un accord de 600 000 euros ( environ 786.370 dollars américains) pour financer les activités des 2000 agriculteurs dans la province de Équateur dans le cadre du projet dénommé "Achat pour le progrès".

La Zambie libère 36 pêcheurs congolais clandestins sur le lac Moero. Trente six Congolais, parmi les quarante sept arrêtés à la mi octobre par le service d'immigration de la Zambie pour pêche clandestine dans l'espace zambien sur le lac Moero, ont été libérés, mercredi 3 novembre. Le commissaire de la province zambienne de Lwapula a annoncé la nouvelle à l'administrateur du territoire de Pweto, au Katanga, au cours d'une réunion bipartite tenue mercredi dans ce territoire de la RDC.

Walikale: exploitation illégale des minerais, la Cour militaire promet des poursuites contre les militaires indexés. Les responsables du parquet militaire détaché du territoire de Walikale affirment que certaines autorités militaires et policières continuent d'exploiter illicitement les minerais dans certains sites miniers de Walikale. La semaine dernière, la police des mines a arrêté six personnes en possession d'un important lot de minerais, à Binakwa. Il s'agit du résultat des enquêtes menées par les services spécialisés tels que la police des mines, les Fardc et l'auditorat militaire précise cette instance judiciaire, qui n'a pas voulu dévoiler les noms des militaires mis en cause. Les responsables du parquet militaire détaché de Walikale estiment que : "Certaines autorités militaires et policières utilisent des civils pour exploiter les minerais dans le territoire de Walikale ", a indiqué le chef du parquet militaire détachement de Walikale. Le capitaine Magistrat Mungamba indique que : "Les responsables militaires et de la police, impliqués dans cette exploitation, seront poursuivis par la justice militaire à l'issue des enquêtes", a-t-il promis. (Radio Okapi)

Fizi: un champ communautaire pour réduire les violences sexuelles. Dans le cadre du projet de réduction des violences sexuelles basées sur le genre initié par l'Eglise du Christ au Congo (ECC/Meru) en collaboration avec l'ONG Dan Church Aid, les travaux du premier champ communautaire ont été lancés mercredi 3 novembre dans le territoire de Fizi, au Sud-Kivu. Selon les initiateurs de ce projet, les différents réseaux communautaires formés par le projet veulent expérimenter une nouvelle approche pour lutter contre les violences sexuelles basées sur le genre grâce aux travaux champêtres.

RDC: des importateurs sommés de payer des amendes pour 60 millions USD gagnés illicitement. Le ministre de l'Économie nationale, Jean Marie Bulambo Kilosho, a transmis mercredi 3 novembre, à son collègue des Finances les dossiers de quelques grands importateurs pour le recouvrement des amendes dues à l'Etat. Il reproche à ces importateurs d'avoir réalisé des bénéfices de l'ordre de 60 millions de dollars après avoir fixé des prix exorbitants en dehors du cadre légal. Jean Marie Bulambo Kilosho affirme avoir initié des concertations avec les opérateurs économiques qui opèrent dans les secteurs des produits de grande consommation pour obtenir la révision à la baisse des prix de certains produits sur le marché. Un protocole d'accord a même été signé par les deux parties pour baisser les prix, selon lui, mais quelques jours après, les entreprises concernées l'ont dénoncé et aucune réduction des prix ne s'est opérée sur le marché. D'où sa décision de transmettre le dossier au ministre des Finances pour que des amendes soient imposées à ces importateurs. "Les mêmes entreprises avaient exigé que leur situation soit analysée au cas par cas. C'est ce que nous avons fait. Et nous venons de remettre au ministre des Finances le premier lot des dossiers analysés. Il s'agit des dossiers de Socimex, Congo Futur, Taba Congo, et quatre autre dossiers d'import de plus de 60 millions des dollars américains", a déclaré Jean-Marie Bulambo Kilosho. Ces importateurs se sont illustrés notamment dans la pratique des prix illicites, des marges bénéficiaires dépassant les limites légales, selon le ministre de l'Économie. Une situation à l'origine de l'augmentation des prix sur le marché. (Radio Okapi)

Mbandaka: fichier électoral, la Monusco conscientise les partis politiques. Cette initiative de la Monusco vise le bon déroulement du processus électoral dès le début en vue d'aboutir à des résultats apaisés, c'est-à-dire valables et non contestés, gage de la stabilisation dans le pays a indiqué le chef du bureau de la Monusco Equateur, Mohamed Abdelahi a organisé une rencontre hier mercredi 03 novembre entre les partis politiques et la Monusco en partenariat avec le PNUD et la CEI.

Ituri: l'ANR saisit encore un véhicule de Ashanti Anglogold Kilo. Deux véhicules de cette entreprise minière avaient été vendus aux enchères par le greffier divisionnaire de l'Ituri. C'est en exécution d'un arrêt de la cour d'appel de Kisangani dans l'affaire concernant un habitant de Mongwalu qui réclamait à Ashanti Anglogold Kilo le paiement de plus de 30 000 dollars américains à titre d'arriérés de loyer. Ce véhicule de marque Toyota saisi de nouveau le mardi dernier par le service de l'ANR à Mahagi est stationné dans la cour de l'Agence nationale des renseignements à Bunia. Il a été saisi sur ordre du procureur de la république alors que son acquéreur l'emmenait en Ouganda pour un contrôle technique.

Kinshasa: assemblée provinciale, Roger Nsingi sommé de convoquer une session extraordinaire. Vingt-huit députés provinciaux de l'assemblée provinciale de Kinshasa ont déposé au bureau de cette institution une motion dans laquelle ils exigent la convocation d'une session extraordinaire. Le président du bureau, Roger Nsingi, a 24 heures pour pour ce faire. Faute de quoi, ce dernier sera considéré comme étant empêché, auquel cas, le vice-président de l'organe délibérant en prendra la responsabilité.

Kinshasa: la télémédecine bientôt dans le traitement médical de la RDC. C'est un projet de l'Union africaine qui finance en ce moment l'installation sur le continent d'un réseau de travail à distance dans le domaine de la politique, de l'enseignement et de la médecine. Et dans ce cadre, la République Démocratique du Congo pourra bientôt bénéficier des avantages de la télémédecine dans le traitement médical.

Kinshasa: violences sexuelles, le fléau s'empare de la capitale. Plus de 100 cas de viols contre les femmes enregistrés en l'espace de deux mois dans la ville de Kinshasa. C'est un rapport de la Synergie Congo, une ONG politico-culturelle, qui le révèle. Les coins les plus touchés par ce fléau sont, notamment, les municipalités de Masina et de Selembao. Les victimes de ces viols accusent les hommes en uniforme et les délinquants communément appelés "Kuluna".

Vendredi 5 novembre.

Chebeya: le dossier transféré à la Cour militaire, la VSV s'inquiète. La Voix des Sans Voix se dit inquiète du transfert, depuis le 28 octobre 2010, du dossier Floribert Chebeya et Fidèle Bazana à la cour militaire. Avec ce transfert, estime la VSV dans un communiqué publié jeudi 4 novembre, le pouvoir cherche à soustraire le Général John Numbi, premier suspect dans cette affaire, de toute action judiciaire, puisqu'il n'est pas justiciable devant la cour militaire. Partie civile dans l'affaire Chebeya, la VSV veut voir tous les suspects répondre de leurs actes devant la justice, indique le communiqué. Selon la VSV, cinq policiers, arrêtés peu après le meurtre, devraient prochainement comparaître devant la cour militaire de la Gombe. Il s'agit du colonel Daniel Mukalay, chef des services spéciaux, deux majors et deux autres policiers. Le général Numbi a été suspendu de ses fonctions d'inspecteur général de la police dans le cadre de l'enquête. (Radio Okapi)

Fardc: le Général Etumba ne reconnaît pas la défection des troupes au Nord-Kivu. Le Chef d'État-major général des Forces armées de la RDC, le Général Didier Etumba dit ne pas être informé de la défection des troupes au Nord-Kivu. Ni les responsables de la 8ème région militaire ni ceux des opérations Amani Leo dans les deux-Kivu n'ont livré une telle information au Général Etumba. Il l'a dit jeudi 4 novembre devant la presse à l'aéroport de Goma. Didier Etumba a placé cette information dans le registre d'une rumeur. La semaine dernière, des nouvelles en provenance de Goma faisaient état de la défection des troupes dans certaines unités militaires du Nord-Kivu. Des officiers, issus pour la plupart des rangs de l'ex-CNDP, auraient entraîné dans leur mouvement une centaine de soldats de rangs. (Radio Okapi)
Assemblée nationale: débat sur le projet de loi relatif à la mise en œuvre du statut de Rome. Les députés ont ouvert jeudi 4 novembre le débat sur la proposition de loi relative à la mise en œuvre du statut de Rome de la Cour pénale internationale. Il s'agit concrètement de voir comment adapter le code judiciaire militaire et le code de procédure pénale congolaise à ce statut.

Katako Kombe: l'Eglise catholique s'implique pour résorber un conflit intercommunautaire. Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe et président de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Cenco, s'est rendu cette semaine dans le territoire de Katako Kombe. Objectif de sa mission : apporter sa contribution à la pacification de deux villages longtemps engagés dans des conflits fonciers à Katako Kombe. Il s'agit notamment des villages Kianda dans le groupement de Nyanga et Okidambo dans le groupement de Ngombe.

Kikwit: accalmie après les manifestations des jeunes. Un calme apparent règne, depuis vendredi 5 novembre dans l'après-midi à Kikwit dans le Bandundu, après les manifestations des jeunes entamées depuis la veille. Le bilan fait état d'un mort par balle perdue tirée par la police pour disperser la foule, deux enfants grièvement blessés, la maison et le bureau du secrétaire exécutif du parti présidentiel pillés systématiquement, des cabines téléphoniques ambulantes emportées. Pour rappel, les manifestations des jeunes de vendredi contre l'assassinat de trois soldats Fardc camp colonel Ebeya, se sont soldées par un mort par balle.

Vaccination antipolio: le Japon débloque 440.000 USD pour le Bas-Congo, Kinshasa et le Bandundu. L'Unicef a remis, le vendredi 5 novembre, au Programme élargi de vaccination (Pev), deux millions sept cent vingt huit vaccins oraux anti-poliomyélite pour les vaccinations de routine dans les provinces du Bas Congo, Bandundu et à Kinshasa. Le coût de ces vaccins, don du gouvernement japonais, est estimé à 440.000 dollars américains.

Kinshasa: dans la perspective des élections de 2011, la Ham lance un cri d'alarme. Dans l'attente de sa mutation en Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC), la Haute autorité des médias (Ham) a évoqué, vendredi 5 novembre, plusieurs défis à relever à l'approche de la période électorale. Selon son président, Primo Mukambilwa, cette instance de régulation doit faire face notamment à la formation des journalistes, au problème d'infrastructures, à la carence des ressources humaines.

Violations de l'interdiction des activités minières, le parquet contre les Forces de l'ordre. Des militaires et des policiers continuent d'exploiter les gisements miniers du territoire de Walikale, dans la province du Nord-Kivu (Nord-est), au mépris de la suspension des activités minières proclamée par le gouvernement depuis septembre dernier, dénonce le parquet militaire local, qui a ouvert une enquête sur les faits et a déjà fait arrêter six personnes. Le parquet militaire soutient que "certaines autorités militaires et policières utilisent des civils pour exploiter les minerais dans le territoire de Walikale". Des accusations similaires avaient été formulées il y a déjà quelques semaines par la société civile locale. Soucieux de remettre de l'ordre dans la gestion du secteur minier, qui enrichit les groupes armés, les forces de sécurité nationales, les partenaires commerciaux étrangers et les intermédiaires corrompus mais en aucun cas la population riveraine, le gouvernement a décidé de suspendre provisoirement l'exploitation minière artisanale, ou clandestine, dans les provinces orientales du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema. (Misna)

Samedi 6 novembre.

La Monusco réagit à la situation de Kikwit. La situation sécuritaire qui a prévalu vendredi 5 novembre dans la ville de Kikwit n'a pas laissé indifférente la Monusco. Sa porte-parole estime qu'il faut promouvoir le dialogue dans la résolution des conflits

Mbandaka sous la hantise des Kuluna. La montée en flèche de l'insécurité fait penser à plus d'un habitant de Mbandaka que le phénomène Kuluna (gangster) tant décrié à Kinshasa serait en pleine implantation dans cette ville de l'Equateur. Des cas d'agression et de dépouillement des victimes de leurs biens se multiplient ces derniers temps dans cette ville. Un jeune garçon d'une trentaine d'années a été agressé lundi 1er novembre par une bande de plus d'une dizaine de bandits, en plein centre ville de Mbandaka. Selon la victime, les assaillants étaient armés des machettes, des couteaux et des chaînes des motos. Le lendemain, un chauffeur-mécanicien de la Fondation Damien a été terrassé, en début de soirée, dans un quartier populaire. Les deux cas ont été portés à la connaissance de la police. Cette dernière a promis de tout mettre en œuvre pour mettre "les apprentis Kuluna" hors d'état de nuire. Le général José-Alexandre Bakemo, inspecteur provincial de la PNC/Equateur invite la population à dénoncer toute présence suspecte dans les quartiers. (Radio Okapi)

Kinshasa: les femmes parlementaires de la SADC réclament plus de représentativité. " Il faut augmenter la représentativité de la femme dans les institutions de la République mais surtout au parlement." C'est l'une des recommandations du Caucus régional des femmes parlementaires de la SADC dont les travaux se sont clôturés vendredi 5 novembre à Kinshasa.

Kisangani: le général Jean Claude Kifwa annonce le désarmement forcé des Mbororo. Le commandant du bataillon Fardc du Bas-Uele doit procéder urgemment à la vérification des informations faisant état de la présence des armes parmi les Mbororo et les désarmer au cas où ces allégations seraient fondées. L'ordre est du commandant de la 9e région militaire. Le général Jean Claude Kifwa a rassuré que des dispositions sont prises pour sécuriser les civils. Contactés, les habitants de Bondo affirment que les Mbororo sont réellement armés du côté de Bakpolo et Bili à la frontière avec la République Centrafricaine. La population redoute les effets collatéraux de cette opération militaire, notamment les exactions des hommes en uniforme sur elle. (Radio Okapi)

Kinshasa: l'Union sacrée pour l'alternance accuse l'AMP d'anticiper la campagne électorale. L'Union sacrée pour l'alternance, Usa, plate forme politique regroupant plusieurs dignitaires d'anciens régimes et des parlementaires, accuse la majorité présidentielle au pouvoir, l'AMP, d'être déjà en précampagne électorale. Elle demande par conséquent au chef de l'Etat de libérer la démocratie. L'Usa a fait cette déclaration récemment, au terme de sa réunion statutaire mensuelle tenue à Kinshasa. Le secrétaire exécutif de l'Alliance de la majorité présidentielle balaye d'un revers de la main toutes ces accusations. Pour l'AMP, le fait que l'Usa s'exprime librement prouve déjà que la démocratie existe et que cette plate forme est aussi dans la précampagne électorale.

Kikwit: le Vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur rassure la population. Adolphe Lumanu, vice-premier ministre chargé de l'Intérieur séjourne depuis vendredi 5 novembre à Kikwit. M. Lumanu a déclaré qu'il était envoyé par le chef de l'Etat pour réconforter les familles éprouvées suite aux récents événements survenus à Kikwit et rassurer la population.

Dimanche 7 novembre.

Katanga: polio, près de 100 000 enfants n'ont pas reçu le vaccin lors de la dernière campagne. Environ 1 million 800 000 enfants étaient ciblés par la dernière campagne de vaccination contre le poliomyélite dans la province du Katanga. Selon le médecin inspecteur provincial, près de 1 million 700 000 ont été vaccinés, les autres, soit environ 100 000, le pourront à partir de ce lundi 8 novembre 2010.

Brazzaville: les réfugiés de la RDC continuent à vivoter, le HCR les appelle à la patience. A l'image de ces réfugiés de la RDC à Impfondo, ceux de Brazzaville, logent dans des maisons inachevées ou dans des églises. Le HCR Congo Brazzaville est à la recherche d'une solution durable pour les cinq cents réfugiés de la RDC qui continuent à vivoter et après avoir été victimes d'humiliation et de bastonnade et de déguerpissement depuis la mi-septembre 2010. Ces derniers sont ainsi appelés à prendre patience.

Kananga: sensibilisation à la réforme de la Police nationale congolaise. Le Comité de suivi de la réforme de la Police nationale congolaise (PNC) séjourne depuis la semaine dernière à Kananga, capitale de la province du Kasaï-Occidental, dans le cadre de la sensibilisation au processus de la réforme engagée dans ce service de l'Etat. Vendredi dernier déjà, la délégation a lancé un appel aux autorités politico-administratives, aux policiers de la place ainsi qu'à la population de cette province à s'approprier ce processus. Au cours de la même journée, la délégation du Comité de suivi de la réforme de la PNC a également procédé à l'information sur la collecte des données de policiers et la doctrine de police de proximité.

Kisangani: un don en Equipment médicaux de la BAD aux hôpitaux généraux et zones de santé de la province. Pendant ce temps, la Banque africaine de développement a donné vendredi dernier, des matériels bios médicaux à une trentaine de zones de santé et une dizaine d'hôpitaux de la province orientale. Ces matériels sont estimés à une valeur de plus de 700 000 USD.

Kinshasa: le prix du carburant revu à la hausse. Le prix de l'essence a été revu à la hausse depuis samedi soir dans les stations service de Kinshasa. Ce dimanche matin, certaines stations sont restées fermées, en attendant une communication officielle sur la nouvelle grille tarifaire. Un litre d'essence est donc passé dans les stations service qui ont ouvert dimanche matin de 970 francs congolais à 1150. Le gasoil est lui passé à 1140 francs congolais.

Beni: un véhicule tombe dans une embuscade des miliciens à Bulambo, dix morts dont cinq militaires. Cinq militaires Fardc ont été tués vendredi dernier avec autant des civils au cours d'une embuscade tenue par un groupe résiduel de miliciens sur l'axe Bulambo, dans le groupement de Issale, dans la zone des opérations Rwenzori, au Nord-Kivu. Les victimes militaires ont été enterrées ce dimanche à Butembo. L'information a été confirmée par le commandant des opérations Rwenzori. En plus des ADF Nalu, des miliciens Mai Mai locaux opèrent aussi dans cette partie du territoire.

Nord-Ubangi: 280 000 enfants vaccinés contre la polio. Les autorités sanitaires de la province de l'Equateur ont procédé, samedi 6 novembre, à l'évaluation de la première phase de la campagne de riposte contre la polio dans le district sanitaire du Nord-Ubangi. Selon le médecin chef de ce district, Guy Metonga, deux cent quatre-vingt mille enfants de zéro à cinq ans ont reçu leur dose contre la polio. Cette campagne, selon lui, s'est globalement bien déroulée dans les différentes zones de santé; malgré quelques aléas d'ordre organisationnel.

Kindu: plaidoyer pour la création d'une commission vérité et réconciliation. Le groupe de réflexion de l'université de Kindu propose la mise sur pied d'une commission vérité et réconciliation. Cette proposition a été faite aux femmes leaders dans un document remis, vendredi 5 novembre, à l'ONG COLFADHEMA. Elle résulte d'une réflexion sur les obstacles au développement du Maniema depuis 1960.

Lundi 8 novembre.

Kinshasa: controverse autour du transfert des eaux de l'Ubangi au lac Tchad. Le président du parti écologiste congolais (Peco), Didace Pembe, a exprimé le week-end dernier son inquiétude sur le risque que représente le projet de transfert des eaux de l'Ubangi vers le lac Tchad, comme une des réponses au dessèchement de ce lac. Réagissant à cette inquiétude, le ministre de l'Environnement, José Endundo Bononge rassure qu'aucune décision n'est prise.

Kasaï occidental: dix policiers écopent de 20 ans de servitude pénale pour viol. Le Tribunal militaire de garnison de Kananga siégeant en chambre foraine à Tshimbulu a condamné, samedi 6 novembre, un policier à 20 ans de servitude pénale pour viol collectif commis à Tshimbulu en 2009. Neuf de ses coaccusés, en cavale, ont été condamnés par contumace à la même peine. Outre la servitude pénale, les condamnés doivent payer 100 000 Francs congolais d'amende (environ 111 USD), 40 000 Francs congolais de frais de justice (44,4 USD) et 1 million de Francs (1 111 USD) congolais de dommages et intérêts aux victimes. Sur les dix présumés violeurs, un seul policier de l'escadron mobile d'Intervention de Tshimbulu, a comparu depuis le début du procès au tribunal militaire de garnison de Kananga. Les dix policiers condamnés du secteur de Kumanda, territoire de Dibaya, avaient enlevé durant trois jours douze femmes qui se rendaient aux champs en juin 2009. Ils les avaient emmenées de force dans une ferme qu'ils gardaient avant d'abuser d'elles. Trois de ces femmes avaient porté plainte après leur libération. A l'annonce de l'arrivée d'une chambre foraine du tribunal militaire à Tshimbulu, neuf présumés violeurs avaient pris la fuite. Cette chambre foraine a été accompagnée par la section des droits de l'homme de la Monusco. (Radio Okapi)

Province Orientale: le déploiement des kits électoraux se poursuit. Deux semaines après le début du déploiement par route du matériel de révision du fichier électoral en Province Orientale, l'opération a repris vendredi dernier par voie aérienne, grâce aux aéronefs de la Monusco. Quatre sites sur les dix-sept que compte la province Orientale, hormis Ituri, sont déjà servis en kits électoraux. Il s'agit des territoires de Bafwasende et d'Ubundu dont l'accessibilité ne pose aucun problème par voie routière. Les quinze autres sites sont et seront desservis par voie aérienne.

Kinshasa : début de l'opération " Pieds Bots ". Le Programme National de Réadaptation à Base Communautaire (PNRBC), une structure du ministère de la Santé publique de la RDC et l'organisation "Médecins sans vacance de Belgique" ont lancé lundi 8 novembre à Kinshasa la campagne d'intervention chirurgicale gratuite en faveur des Congolais atteint des " pieds bots ". Les interventions chirurgicales, prévues du 8 au 22 novembre, sont pratiquées à l'hôpital pédiatrique de Kalembe lembe.

Kinshasa: un réseau des mutuelles de santé congolaises en gestation. Le ministère de la Santé veut étendre la protection sociale à travers la consolidation de l'action mutualiste. Pour ce faire, il organise, depuis lundi 8 novembre à Kinshasa, des assises de deux jours consistant à mettre en réseau les mutuelles de santé dans les provinces. Ce forum vise le renforcement des capacités organisationnelles et institutionnelles de santé en RDC.

Nord Katanga: le choléra fait dix morts. De Kalemie à Kongolo en passant par Ankoro dans le territoire de Manono, le choléra a tué une dizaine de victimes depuis le mois d'août. Dans la plupart de cas, l'eau potable manque dans beaucoup de structures sanitaires, ont indiqué, lundi 8 novembre, les autorités sanitaires du nord du Katanga.

SNCC: 150 wagons bloqués à Ilebo avec des produits périssables depuis septembre. Faute de locomotive, 150 wagons de la SNCC (Société nationale de chemins de fer du Congo) sont bloqués à la gare d'Ilebo, dans la province du Kasaï-Occidental, chargés des produits des clients de Kananga (Kasaï-Occidental) et à Mwene Ditu (Kasaï-Oriental). La situation dure déjà plus d'un mois et demi et inquiète la Fédération des entreprises du Congo (Fec) qui craint que cette situation ne préjudicie les opérateurs économiques propriétaires des marchandises bloquées dont certaines sont périssables. Parmi les produits bloqués dans ces wagons, l'on cite le maïs, les boissons gazeuses et le carburant. (Radio Okapi).

Kinshasa: la suppression de la subvention des produits pétroliers à la base de la hausse de prix à la pompe. Le gouvernement a renoncé à la prise en charge de la taxe que lui devaient les pétroliers. Cette décision a conduit à une hausse de près de 20% de prix des produits pétroliers, a expliqué, lundi 8 novembre à Kinshasa, le ministre de l'Economie nationale, Jean-Marie Bulambo Kilosho. Le gouvernement, ayant opté pour la maximisation des recettes, ne pouvait plus poursuivre cette subvention, selon le ministre de l'Economie nationale.

Des milliers d'expulsion de l'Angola, plaintes pour abus. Près de 6000 ressortissants congolais - soit bien plus que les bilans initialement diffusés - auraient été expulsés de l'Angola et rapatriés dans leur pays d'origine, indique Ocha de l'Onu, précisant qu'un tel nombre ne n'applique qu'à octobre. "Plusieurs personnes ont subi des violences et près de 600 femmes ont été violées", déclare le porte-parole de l'Ocha, Maurizio Giuliano. "Nous demandons trois choses aux gouvernements angolais et congolais", ajoute-t-il : "Vérifier les plaintes pour violences en ouvrant éventuellement des enquêtes sur les faits ; éviter ces violences et coordonner le flux des personnes rapatriées pour éviter de graves retombées sur le plan humanitaire". Une fois franchi la frontière, les Congolais rapatriés trouvent refuge dans des camps provisoires, dans des écoles ou autres édifices publics. "La population locale se montre extrêmement solidaire à l'égard des arrivants", observe M Giuliano, précisant que les informations relatives au déroulement des opérations de rapatriement arrivent parfois avec plusieurs jours de retard et que la situation sur le terrain n'est pas encore tout-à-fait claire. Selon les autorités angolaises, les expulsions concernent des Congolais entrés illégalement sur le territoire pour s'adonner à l'extraction clandestine de diamants. La question des expulsions est récurrente entre l'Angola et la République Démocratique du Congo et se répète presque tous les ans. (Misna)

Beni-Butembo : les trafics et la soif du pouvoir alimentent l'insécurité. Une embuscade tendue vendredi soir par des miliciens armés à Issale, au nord de Butembo - dans l'aire d'action des forces armées contre les rebelles dans le cadre de l'opération dite Ruwenzori, au Nord-Kivu -, a causé dix victimes, dont cinq civils et cinq militaires. Les faits, qui n'ont été rapportés que lundi par Radio Okapi, ont été suivis de quelques fusillades samedi. "Cette embuscade n'est qu'un épisode emblématique : à Beni et à Butembo, il y a des agressions et des meurtres presque tous les jours", dit une source de la société civile locale. "À Beni, des sortes de brigades armées patrouillent de nuit et les gens vivent dans la peur. Personne ne sait exactement qui sont ces bandits, mais il est notoire que des bandes Maï-Maï et des rebelles ougandais des Adf Nalu sévissent dans la zone ainsi qu'un autre mouvement qui revendique le contrôle de la réserve nationale Ruwenzori. Ces milices tentent de recruter des jeunes", poursuit l'interlocuteur. L'intérêt des groupes rebelles à opérer dans la zone est grandement stimulé par les trafics de bois, café, cacao, minerais ainsi que par le soutien apporté par certaines mouvances politiques, essentiellement d'anciennes rébellions, qui se servent des bandes armées pour consolider leur assise par la force, notamment en prévision des élections générales de 2011. Officiellement, les forces armées congolaises - dont les troupes au Nord-Kivu comptent dans leurs rangs un grand nombre d'anciens rebelles - s'efforcent de rétablir la paix dans la zone, mais, selon nos sources, de nombreux soldats sévissent au même titre que les rebelles. De surcroît, certaines rumeurs font état de l'arrivée d'un chargement d'armes et de munitions en provenance de Mombasa (Kenya) en échange de minerais. (Misna)

José Endundu: "Il est grand temps qu'on parle de forêts du Congo". La 6ème session ordinaire des ministres de la Commission des forêts d'Afrique centrale (Comifac) s'est ouverte, lundi 8 novembre à Kinshasa. Plusieurs décisions devraient y être prises pour la sauvegarde de ressources naturelles. Cette rencontre revêt une signification particulière pour la RDC, qui va briguer cette année la présidence de la Comifac. Le ministre congolais de l'Environnement, Conservation de la nature et Tourisme, José Endundo, revient sur les ambitions de la RDC pendant les deux ans de mandat qu'elle va briguer : "La RDC va renforcer la structure de négociations d'Afrique, qu'il s'agisse de négociations climatiques, des négociations sur la biodiversité, et sur d'autres questions pertinentes qui sont devenues aujourd'hui des questions mondiales. La RDC va vouloir aussi faire en sorte que nous existions plus en termes d'images. Dans le monde, on parle plus de forêts de Brésil. Il est devenu grand temps qu'on parle de forêts du Congo." Pour lui, le temps a sonné pour ce pays noue des alliances stratégiques entre les trois grands bassins forestiers. (Radio Okapi)

Mardi 9 novembre.

Uvira: affrontements entre les FARDC et combattants FNL à Kiliba, 2 civils tués. La situation est rentrée sous contrôle lundi 8 novembre soir à Kiliba, une localité située près de la cité d'Uvira, après les accrochages qui ont opposé les Fardc et un groupe de bandits armés identifiés comme des combattants burundais du Front national de libération, (FNL). Bilan: deux morts parmi les civils, tous agents de la sucrerie de Kiliba et quatre combattants FNL capturés.

Bukavu : des officiers Fardc à l'école des droits de l'enfant. Une quarantaine d'officiers Fardc des opérations Amani Leo sont sensibilisés à Bukavu sur le respect des droits de l'enfant. Cette formation est dispensée notamment par la section de protection de l'enfant à la Monusco Bukavu, l'Unicef et le UE-PNDDR, des structures militant toutes en faveur des droits de l'enfant. Elles ont pour objectif de faire sortir tous les enfants au sein des Fardc.

Butembo : Assassinat de l'abbé Christian Bakulene, curé de la Paroisse St Jean Baptiste de Kanyabayonga. Hier, 8 novembre 2010, l'abbé Christian Bakulene, curé de la paroisse St Jean Baptiste de Kanyabayonga, a été tué, aux environs de 18h30, par un homme armé en tenue militaire à Kinyondo (à 7km de sa paroisse). Né à Mundiba-Maboya le 19 janvier 1968 et ordonné prêtre le 21 août 1998, l'abbé Christian avait été nommé curé de la paroisse St Jean Baptiste de Kanyabayonga le mois de septembre dernier. L'insécurité tant urbaine que rurale a élu domicile dans la province du Nord-Kivu, spécialement dans le sud du territoire de Lubero et dans l'extrême nord de celui de Beni. Les circonstances de la mort de l'Abbé Christian n'en disent pas beaucoup. Néanmoins, elles révèlent que l'Eglise n'est pas épargnée de ce plan diabolique qui vise à dissiper tout un peuple. Pasteur zélé du Peuple de Dieu, l'abbé Bakulene, après avoir chargé un lot des Bibles dans un véhicule, suivait à moto avec son chauffeur. Des sources dignes de foi, nous apprennent que trois motards, avant lui, avaient été arrêtés par un coupeur de route leur demandant: "C'est toi le prêtre?". Ce qui prouve suffisamment que c'était lui qu'on cherchait. Pis, encore, ce meurtre a eu lieu à moins d'un kilomètre d'un camp des Fardc. Le malfrat, avant d'exiger une somme d'argent au curé qui n'en avait pas sur lui, a demandé aux deux: "Qui est le curé entre vous?". Courageux, l'abbé Christian a dit comme Jésus: " C'est moi!" (Jn 18,5). Son chauffeur, lui, avait 5000 fc, ce qui lui a valu la vie sauve. "Pars vite d'ici", lui a dit le militaire. Aussitôt, ce dernier a criblé l'abbé Bakulene de balles. Aucune autorité tant militaire qu'administrative de Kanyabayonga n'a osé dénoncer ce crime. Néanmoins, nous avons pu recueillir le propos d'une autorité politico-administrative de la ville de Butembo en lui posant cette question: " La criminalité monte d'un ton… Que faire? Prier?, nous le faisons déjà et toujours. Que faire en plus?" La réponse de cette personnalité est claire: " Aide-toi et le ciel t'aidera, dit-on. Il faut dénoncer le mal et faire des actions concrètes pour relever le défi de insécurité généralisée dans le grand nord et impliquer tout le monde dans la recherche des solutions. La prière suivra. Je suis optimiste". L'Eglise de Butembo-Beni dénonce, avec la dernière énergie, ces actes de vandalisme et le plan machiavélique qui endeuillent la paisible population et le Peuple de Dieu. Qui comprendra ces agressions mortelles dans un pays où " la tolérance zéro " est devenu un slogan qui, malheureusement, ne produit aucun effet? L'impunité s'est érigée en culture dominante dans certaines régions de la RD Congo. Les assassins opèrent en toute liberté. Qui nous libérera? Que pour la mort de l'Abbé Christian Bakulene, curé de la paroisse St Jean Baptiste de Kanyabayonga, justice soit faite. Le diocèse de Butembo-Beni a perdu un des bons pasteurs.(Adélard MAYANI a.a.)

Kinshasa: viols dans une famille endeuillée, deux policiers aux arrêts. Deux policiers accusés d'avoir commis le viol dans une famille endeuillée dans la commune de Masina, dans la partie Est de Kinshasa, sont aux arrêts, a annoncé, mardi 9 novembre, l'inspecteur provincial de la police, le général Jean de Dieu Oleko. Cette arrestation entre dans le cadre des mesures qu'il a prises contre les cas de viol, devenus récurrents dans la capitale congolaise.

Matadi: élections 2011, Roger Meece réaffirme le soutien logistique de la Monusco. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC et chef de la Monusco, Roger Meece, est arrivé, ce mardi 9 novembre à Matadi. Durant son bref séjour dans la ville portuaire, il a rencontré les autorités politico-administratives, judiciaires et militaires de la province du Bas-Congo. Le soutien de la Monusco à l'organisation de prochaines élections, selon lui, figure parme les principaux point abordés au cours de ces discussions.

Uvira: accrochages entre Fardc et la coalition FDLR-FRF-FNL, 10 soldats tués. Des accrochages ont opposé les Fqrdc à une coalition composée des combattants de la Force républicaine fédéraliste (FRF), des rebelles rwandais des FDLR et burundais du FNL (Front national de libération), dans la nuit du dimanche à lundi 8 novembre dans les hauts plateaux de Mibunda, au nord-ouest de Minembwe centre dans le territoire de Fizi, au Sud-Kivu. Ces affrontements ont fait une dizaine de morts et deux blessés dans les rangs des Fardc..

Hausse des prix de carburant à Kisangani. Après deux jours de carence en produits pétroliers, les stations-service ont recommencé à livrer du carburant ce mardi 9 novembre à Kisangani, en Province orientale, selon la nouvelle tarification du ministère de l'Economie. Le litre d'essence revient désormais à 1 278 Francs congolais (1,42 USD) à la pompe et celui de mazout à 1 268 Francs congolais (environ 1,40 USD). Chez les revendeurs des produits pétroliers communément appelés " Kadhafi", un litre se vend ce jour à 2000 Francs congolais (environ 2,2 USD).

Le Nord Kivu tient son premier forum économique. Ce premier forum économique s'ouvre ce mardi 9 novembre à Goma. Il réunit plus de 150e invités, parmi lesquels des experts nationaux et internationaux. Dans un point de presse animé lundi 8 novembre au gouvernorat de province, les ministres provinciaux de l'Economie et du Plan ont indiqué que ce forum vise " à doter la province du Nord-Kivu d'un document de référence de stratégie de stabilité, de croissance économique et d'amélioration du bien-être social" Juma Balikwisha, ministre provincial en charge du Plan, explique : "Nous lançons un forum économique parce que comme vous le savez, avec le rétablissement progressif de la paix par le programme Starec, la province du Nord-Kivu a aujourd'hui l'opportunité de réduire la pauvreté et participer effectivement à l'essor de développement durable dans notre pays. Nous devons maintenant étudier les opportunités, les forces et faiblesses, les potentialités de la province, comment améliorer le climat des affaires et comment investir dans la province. Mais aussi les obstacles, voir comment nous pouvons agir pour effectivement arriver à mener à bien l'économie de notre province." (Radio Okapi)

Mercredi 10 octobre.

Kabongo: le paludisme sévit sur fond de pénurie des médicaments Des cas de paludisme et d'anémie accompagnée des fortes fièvres sont enregistrés dans le territoire de Kabongo depuis près de trois mois, alors que l'hôpital général de référence connaît une pénurie en médicaments de spécialité. A cela, s'ajoute le manque de poches de sang, qui devraient être récupérées à Kamina, à 150 km de Kabongo - Centre.

Ceni : les quatre candidats de l'AMP sont connus. L'Alliance pour la majorité présidentielle (AMP) a enfin ses quatre candidats au bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le secrétaire exécutif de cette plate-forme politique, Louis Koyagialo, a déposé leur liste, mardi 9 novembre, au bureau de l'Assemblée nationale à Kinshasa. Il a refusé de dévoiler à la presse les noms des candidats, arguant que cette tâche revient aux députés.

Kilwa: une ONG congolaise traîne Anvil Mining en justice au Canada. L'entreprise minière Anvil Mining est appelée à comparaître devant la justice canadienne, à la suite d'une plainte de l'ONG Action contre l'impunité pour les droits de l'homme (ACIDH). Cette ONG représentant les parents des victimes, accuse Anvil Mining d'avoir aidé les FARDC à commettre des crimes graves sur les civils lors de la récupération de Kilwa les 14 et 15 octobre 2004.

Uvira : les FARDC contrôlent Yungu, après la débâcle de Yakutumba. Les Forces armées de la RDC affirment contrôler la localité de Yungu depuis lundi 8 novembre (à 140 km de Baraka, sur le littoral du lac Tanganyika), après de violents combats qui les ont opposées à un groupe coalisé de combattants Maï Maï Yakutumba et les FDLR, selon le commandement du 43e secteur opérationnel Amani Leo à Fizi.

Haut-Uélé : le CIP recense 119 cas des violences sexuelles en octobre. Sept cent dix-sept cas de violences sexuelles, dont cent dix-neuf en octobre, ont été enregistrés par le Centre d'intervention psycho-sociale(CIP) au cours des sept derniers mois. Hormis les cas d'Isiro et du territoire de Niangara, les autres victimes n'ont pas bénéficié de soins médicaux adéquats.

Mbandaka: dix écoles cambriolées en deux semaines. Une dizaine d'établissements et des bureaux d'administration scolaire ont été visités par des inconnus en l'espace de deux semaines environ. Le dernier cas en date est le vol des documents et chaises en plastique survenu dimanche matin à l'institut Wangata, au centre ville. Des dossiers d'élèves, des matériels et de l'argent, ont été emportés, ont affirmé les responsables de ces écoles.

Lubumbashi: inauguration de la piste réhabilitée de l'aéroport de la Lwano. Cette piste a été inaugurée le mardi 9 novembre. Les travaux ont consisté d'abord au grattage de la partie dégradée avant la pose de la couche de roulement et ensuite la pose du béton bitumé. Ces travaux ont été exécutés par l'entreprise chinoise CREC 7, a affirmé un responsable de l'Office des routes, commis à la direction des travaux.

Assemblée de Bukavu: le questeur accuse le président de détournement. Le questeur de l'assemblée provinciale du Sud-Kivu, Mme Kindja Mwendanga déplore ce qu'elle appelle " le disfonctionnement profond " de la gestion financière entretenu par le président de cette assemblée. Dans une lettre adressée au président Emile Baleke Kadudu avec copie au gouverneur du Sud-Kivu, elle énumère un éventail des fonds décaissés par le président sans l'associer.

Une route, trois fois plus de champs. Les travaux de remise en état de la route entre Kisangani et Ubundu, 125 km, sur la rive gauche du fleuve Congo, ont commencé en septembre 2009. Moins d'un an après, de nouvelles maisons et même des villages entiers se sont déjà installés au bord de cet axe vital. La dégradation de la chaussée devenue inutilisable par les véhicules avait contraint les riverains à aller habiter le long du chemin de fer, où un train passe de temps en temps, ou simplement à rester en brousse. Aujourd'hui, les camions roulent facilement sur cette route bien compactée. Tous les 10 km, on aperçoit un village nouvellement créé ou revitalisé où se sont installés les gens revenus de Bagwasi, à environ 60 km en pleine forêt. Les voyageurs qui, auparavant, bravaient les bourbiers à pied, vélo, moto ou véhicule pour transporter quelques marchandises ne trouvaient même pas de quoi s'alimenter en chemin. Sans débouchés, les paysans ne cultivaient que de petites parcelles. Avec le retour des camions, ils ont fortement accru leur production. " Nous cultivons des champs d'une centaine de mètres carrés, mais maintenant nous allons jusqu'à 300 m³, déclare un cultivateur. Grâce à la reprise des mouvements de population et l'intensité du trafic, nous vendons le gobelet de riz près du double ". la plupart des régions de cette province Orientale sont enclavées depuis des années faute de routes praticables. Il y a 50 ans, bien desservies par la route, le train et la voie fluviale, elles étaient le grenier de la RDC. (Spore)

Certification des minerais : un forum de la société civile des Grands Lacs à Kinshasa. Kinshasa accueille les représentants des sociétés civiles des Grands Lacs. Ils vont entament des concertations dès ce jeudi 11 novembre dans le cadre d'un sommet alternatif. Le but : exiger l'engagement des chefs d'Etat sur le processus de certification des minerais. Chaque colis de minerais en circulation dans les Grands Lacs devrait bientôt s'accompagner d'un certificat établi par la conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Ce processus priverait les groupes armés illégaux de ressources financières et limiterait par conséquent leurs exactions contre les civils. Ce document n'attend plus que l'aval des chefs d'Etat, affirment certains les délégués à ce sommet. (Radio Okapi)

Ceni, l'Udemo dépose sa propre liste. L'Union des démocrates mobutistes (Udemo) a déposé, mardi 9 novembre, la liste de ses représentants au sein de la Commission électorale nationale indépendante. Elle a affirmé ne pas figurer sur la liste que l'Alliance pour la majorité présidentielle (AMP) a déposée, le même mardi, au bureau de l'Assemblée nationale.

Jeudi 11 novembre.

Célestin Mbuyu interpellé sur les dangers du gaz du lac Kivu. Le ministre des Hydrocarbures, Célestin Mbuyu, s'est présenté, mercredi 10 novembre devant la plénière de l'Assemblée nationale pour répondre à la question d'actualité du député Bapolisi sur la menace que présente le gaz carbonique du lac Kivu sur pour les populations riveraines des provinces du Nord et Sud-Kivu. Les députés voulaient connaître les mesures prises par le Gouvernement pour éviter un drame dans les Kivu. A en croire les chercheurs, le lac Kivu contient actuellement 300 kilomètres cubes de dioxyde de carbone et 60 kilomètres cubes de méthane. Des quantités de gaz qui se répandent dans l'atmosphère par des cheminées volcaniques. Une grande concentration de gaz se forme dans des couches d'eau situées à 80 mètres de profondeur en raison des fortes pressions qui s'exercent. Des mouvements géologiques ou volcaniques pourraient perturber ces eaux profondes et cela pourrait laisser les gaz s'échapper. Ce qui causerait la mort par asphyxie de plus de 2 millions de personnes dans les Kivu, dans l'est de la RDC et au Rwanda voisin. L'explosion redoutée du gaz carbonique occasionnerait une catastrophe semblable à celle qui s'était produite le 21 août 1986 dans le lac Nyos, au Cameroun et dans l'océan Indien. Celle-ci avait causé la mort de 1 million 700 mille personnes et des dégâts écologiques considérables. Pourtant, selon les experts, le lac Kivu contient du gaz 300 fois supérieur à celui du lac Nyos. Exploitation du Gaz méthane. Le ministre Mbuyu a indiqué que le Gouvernement travaille pour empêcher une telle catastrophe. Un projet d'exploitation du gaz méthane en vue de produire de l'énergie électrique existe et traîne les pieds. Célestin Mbuyu s'est aussi exprimé là-dessus. "Nous avons mis en place trois millions d'euros pour réaliser une expertise au lac. Ils ont mis le doigt sur le problème réel. Sans le gaz méthane, le dioxyde de carbone est quasiment inoffensif. Il faudra extraire cet élément. C'est une question d'intérêt national. Il s'agit du bien-être de la population. L'extraction devra se passer de manière sécurisée afin de supprimer tout risque d'explosion." Août 2010, le ministre de l'Environnement, José Endundo avait reconnu que la Banque mondiale avait accordé 3 millions de dollars pour le dégazage du lac Kivu et que toute la procédure devait être suivie pour le décaissement de ce fonds. "J'avais obtenu un accord des principes de trois millions des dollars pour faire le dégazage du dioxyde des carbones dans le golf de Kabuno. Comme il y a eu un accord de la Banque mondiale, il faut ensuite qu'il y ait un conseil d'administration de cette même Banque. Cet argent, nous devons l'utiliser avec des principes de la Banque mondiale." En juillet 2009, la RDC et le Rwanda avaient signé, à Kinshasa, un avenant pour l'exploitation commune du gaz méthane du Lac Kivu en vue de produire de l'énergie électrique d'une capacité de 200 mégawatts. Dans l'accord, les deux pays s'étaient convenus de se partager 100 mégawatts, chacun, pour résoudre le déficit en électricité dans cette partie de la Région des Grands Lacs. (Radio Okapi)

RDC: mutuelles de santé, la loi sur la protection sociale vivement attendue. Au terme de la 2e rencontre nationale des mutuelles de santé de la République Démocratique du Congo tenue à Kinshasa, les participants venus de toutes les provinces du pays ont lancé mercredi un appel au gouvernement d'accélérer le processus du projet de la loi sur la protection sociale. Cela permettrait, pensent-ils, l'accessibilité aux soins de santé de qualité au profit de la majorité des Congolais.

Distribution des armes aux miliciens en Ituri, la Monusco parle des rumeurs infondées. Les casques bleus de la Monusco auraient-ils distribué des armes aux miliciens en Ituri, en Province Orientale ? Une rumeur persistante circulerait dans ce sens. Interrogée, la porte-parole de la Monusco précise qu'au stade actuel des investigations, il s'agit "des allégations occasionnées par des rumeurs infondées et d'instrumentalisation." Sylvie Van Den Wildenberg promet la transparence dans la communication des résultats que donnerait l'enquête en cours.

Kinshasa: une tripartite pour le rapatriement de cent mille réfugiés de la RDC. Des experts de la RDC, de la République du Congo ainsi que du HCR se sont réunis du 9 au 10 novembre à Kinshasa en vue de réfléchir sur les voies et moyens de faciliter le retour volontaire des réfugiés du Congo-Kinshasa vivant sur l'autre rive du fleuve Congo. Ils sont au nombre de cent mille qui sont dans une situation difficile.

Nord-Kivu: inauguration d'un nouveau commissariat de police à Sake. La population de Sake se dit satisfaite de l'inauguration, le mercredi 10 novembre, d'un nouveau commissariat de la police dans cette localité. Toutefois, elle recommande aux autorités congolaises et à leurs partenaires internationaux de songer également aux conditions de vie de la soixantaine de policiers affectés à ce commissariat, s'ils veulent bien mettre la population civile à l'abri des tracasseries et autres formes d'exactions.

Lubumbashi: les ministres de la santé de la SADC élaborent une politique sanitaire régionale commune. La réunion conjointe des ministres de la santé et des ministres en charge du Vih sida de la SADC s'est ouverte officiellement mercredi 10 novembre à Lubumbashi, au Katanga. Les participants passent en revue les questions liées à certaines maladies dont le Vih sida et le paludisme. Objectif: conjuguer les efforts en vue de lutter contre ces maladies dans la sous région. Ils envisagent de créer des laboratoires supra nationaux d'analyse de paludisme et du Vih sida.

Un ancien combattant de la deuxième guerre mondiale témoigne, 55 ans après. Un défilé des anciens combattants de la deuxième guerre mondiale a été organisé ce 11 novembre à Kinshasa. Né en 1918 à la fin de la première guerre mondiale, l'ex-sergent major Joseph Ngasia a combattu à la seconde guerre. Il raconte comment celle-ci s'est déroulée. "Nous avons combattus pendant la guerre de 40 à 45 à Assossa, Gambela et Sayo. Il s'agit des villages qui se trouvent au delà de la ville de Kisangani en Province Orientale. Lorsque les Allemands ont pris la décision de venir se battre au Congo, on nous a vite dépêchés à Kisangani pour les empêcher de gagner du terrain… ", a témoigné Joseph Ngasia.

EPSP: des mouvements de grève gagnent plusieurs villes de la RDC. L'Enseignement primaire secondaire et professionnel (EPSP) connaît des mouvements de grève des enseignants dans plusieurs agglomérations de la RDC. La situation salariale et la mise en application de la gratuité de l'enseignement au niveau élémentaire du primaire sont à la base de cette grogne

Kinshasa: naissance de l'"Union fait la Force", une plate-forme syndicale. Une nouvelle plate-forme, dénommée : "Union fait la force" (UFF) a effectué sa sortie officielle, jeudi 11 novembre à Kinshasa. Elle regroupe trois grands syndicats de la RDC: l'Union nationale des travailleurs du Congo UNTC, la Confédération démocratique du Congo (CDT) et le Conseil syndical des services publics et privés (COSSEP).

Vendredi 12 novembre.

Lumbashi: 1 500 agents de Frontier dénoncent des disparités dans le calcul de leur décompte final. Le calcul du décompte final de près de mille cinq cents agents de l'entreprise minière Frontier est entaché d'irrégularités. Selon la commission de crise installée à la veille de la paie de ce décompte final, l'employeur a commis plusieurs erreurs dans les calculs des préavis.

Chebeya: le procès a commencé. Une nouvelle page s'ouvre dans l'affaire Floribert Chebeya et fidèle Bazana. Ce vendredi 12 novembre 2010, le procès du meurtre du militant des droits de l'homme a débuté à la cour militaire de la Gombe, à Kinshasa. Cette première audience est essentiellement instructive. Elle consiste à identifier tous ceux qui participent au procès avant de juger l'affaire.

Affaire Chebeya : à la sortie du tribunal. "La présence du général John Numbi, cité à comparaître comme témoin, nous a énormément choquée. C'est le principal suspect dans l'affaire et c'est en tant qu'imputé qu'il devrait comparaître", a déclaré Rosten Manketa, membre de l'ONG Voix des Sans Voix (VSV), qui a assisté vendredi à la première audience du procès sur le meurtre de Floribert Chebeya, directeur de VSV, et la disparition de son collège et beau-frère Fidèle Banzana. Le procès a débuté auprès de la cour militaire de Kinshasa à 11 heures vendredi matin, avec deux heures de retard et dans une salle trop petite pour contenir les dizaines d'avocats de la partie civile et de la défense, le public et les témoins. "Les conditions n'étaient pas bonnes et nous avons sollicité le transfert de la cour dans une autre salle", ajoute Manketa. La première audience a été consacrée à l'identification des huit imputés (dont trois par contumace) : parmi eux, le chef des services spéciaux de la police, le colonel Daniel Mukalay, et les militaires Georges Kitungwa, François Ngoy, Michel Mwuila et Blaise Mandiangu. Le chef de la police Numbi, suspendu de ses fonctions, est retenu par VSV le principal responsable du meurtre du militant des droits de l'homme. Les charges retenues contre les militaires sont association de malfaiteurs, enlèvement, terrorisme, désertion, assassinat et soustraction d'armes et de munition. VSV proteste contre la tenue du procès près la cour militaire, qui n'est pas compétente pour juger les hauts officiers, comme Numbi : celui-ci ne pourrait comparaître sur le banc des accusés que devant la Haute cour militaire. Des dizaines de personnes attendaient à l'extérieur du tribunal pour manifester leur soutien à l'ONG et son directeur assassiné. La prochaine audience a été fixée au 3 décembre. (Misna)

Kibombo: un mort et de nombreux dégâts dans un conflit de chasse. Les habitants de deux villages situés de part et d'autre de la rivière Lomami, en provinces du Kasaï Oriental et du Maniema, se sont affrontés le week-end dernier à la suite d'une dispute autour d'un gibier attrapé dans un partie de terre longtemps querellée. Bilan des accrochages : un mort par balles, cinq blessés graves, six femmes violées et une dizaine de maisons incendiées dans le groupement Lokenye, en territoire de Kibombo, au Maniema.

Kisangani: 30 jours de délestage à partir de ce dimanche. La ville de Kisangani, capitale de la Province Orientale, va bientôt connaître un délestage intensif sans précédant à partir du dimanche 14 novembre. L'annonce a été faite jeudi par le ministre provincial en charge de l'énergie au cours d'un point de presse. Cette situation est due à une panne de l'une de deux turbines en fonctionnement à la centrale hydroélectrique de la Tshopo.

Grands Lacs: une tripartite à Kinshasa pour la réhabilitation du barrage de la Ruzizi II. Une tripartite RDC-Rwanda-Burundi s'est tenue ce vendredi 12 novembre 2010 à Kinshasa pour réfléchir sur les solutions aux problèmes énergétiques auxquels sont confrontés les populations de ces trois pays de la région des Grands Lacs. Au cours des assises, les délégations de ces trois pays ont focalisé leur attention sur le fonctionnement de la Société internationale d'électricité dans la région des pays des Grands Lacs, Sinelac. Cela en vue de réhabiliter le barrage électrique de la Ruzizi II.

Sud-Kivu: " Amani leo ", coup sur les activités économiques des groupes armés. C'est un constat de l'Observatoire gouvernance et paix (OGP), une ASBL qui vient de terminer une étude sur le thème " Economie des groupes armés nationaux et étrangers du Sud-Kivu pendant les opérations " Amani leo ". D'après cette étude, par leurs efforts dans le cadre de ces opérations, les FARDC ont contribué à l'affaiblissement des activités économiques des groupes armés opérant dans cette partie du pays.

Ressources naturelles : la Société civile des Grands Lacs se réunit à Kinshasa. L'exploitation illégale des ressources naturelles du Congo fait l'objet d'un Sommet de la société civile locale qui sera réunie à Kinshasa jusqu'à vendredi soir. Organisé par le Southern africa resource watch (Sarw) - observatoire sis en Afrique du Sud - l'événement se veut un "Sommet parallèle" à celui qui réunira le 19 novembre prochain les chefs d'État de la région sur le même sujet. L'exploitation illégale et le commerce des ressources naturelles contribuent à l'instabilité de la région et entravent son développement socioéconomique, affirment les promoteurs de la rencontre, qui voit également la participation de nombreuses organisations congolaises et des Grands Lacs. "Il est fondamental que la société civile s'investisse au niveau régional à travers une coopération transversale dans la gestion des problèmes découlant de l'exploitation illégale des minerais, de la mauvaise répartition des profits du secteur et du commerce des ressources", dit le directeur exécutif de l'ONG congolaise Action contre l'impunité et pour les droits de l'homme (Acidh), Emmanuel Umpula Nkumba. Contacté dans la capitale où il participe aux travaux du Sommet parallèle, M Umpula souligne le fossé qui existe entre l'imposant chiffre d'affaires des activités d'extraction au Congo et la contribution de ces mêmes activités au budget public. "Notre pays se heurte aussi aux tensions alimentées par les groupes armés, surtout dans l'Est, soucieux de maintenir leur contrôle sur les gisements - ajoute le représentant de l'Acidh - les activités minières justifient la persistance des milices et de l'insécurité dans l'Est", limitrophe du Rwanda, du Burundi et de l'Ouganda. L'Acidh, qui représente également des familles de victimes, s'efforce actuellement d'intenter un procès au Canada contre la compagnie Anvil Mining Limited (sise au Canada et en Australie) pour son soutien présumé à une milice armée responsable en 2004 de graves crimes sur les civils à Kilwa, au Katanga. La question des activités illicites est règlementée par le Protocole contre l'exploitation illégale des ressources naturelles, adopté en 2006 par les 11 chefs d'État de la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (Cirgl). Les promoteurs du Sommet parallèle de Kinshasa rappellent que les principaux aspects du Protocole constituent les piliers de leur action : promouvoir et renforcer l'efficacité de mécanismes de prévention et de répression, intensifier la collaboration régionale et favoriser l'harmonisation des législations nationales contre le phénomène. La décision d'organiser spécialement un Sommet des chefs d'État de la région sur l'exploitation des ressources congolaises découle d'une réunion ministérielle de la Cirgl, tenue en mai dernier à Kampala. Les conclusions et les recommandations qui émaneront du Sommet parallèle seront remises aux chefs d'État en prévision de leur réunion du 19 novembre. (Misna)

Ressources naturelles : témoignages contre un général au Nord-Kivu. Alors que les travaux d'un Sommet de la société civile sur l'exploitation illégale des ressources naturelles se poursuivent à Kinshasa, de nouvelles plaintes sont formulées pour l'implication des militaires congolais dans l'extraction des minerais, notamment dans l'Est du pays. Le président de la société civile du Nord-Kivu, Jason Luneno, a confirmé à la MISNA la participation directe du vice-commandant de l'armée congolaise, le général Gabriel Amisi Kumba, alias Tango Four. Selon la chaîne britannique Bbc, la compagnie minière Geminaco aurait sollicité l'aide du général pour opérer dans la mise d'Omate, en territoire de Walikale, contre 25% des recettes touchées. Le président de la compagnie, René Mwinyi, serait un ami du général Amisi. "Ici tout le monde est au courant de l'implication d'Amisi dans les activités minières - poursuit Jason Luneno - à tel point qu'on dit que Geminaco est sa compagnie". Le gouvernement congolais a suspendu les activités minières artisanales depuis septembre dernier au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et au Maniema. "Le général Amisi - ajoute Luneno - est censé se plier à la volonté de son gouvernement et ce n'est absolument pas normal que les militaires violent l'interdiction". Le leader de la société civile soutient également que de nombreux jeunes de la région auraient été contraints par les soldats à travailler à l'extraction des minerais. Après la proclamation officielle de l'interdiction en septembre dernier, un accident dans une mine avait causé la mort d'une quinzaine de personnes. (Misna)