Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 13 au 26 Novembre 2010
n°159


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 

 

Samedi 13 novembre.

Kabongo: trois décès parmi des passagers de la SNCC abandonnés à la gare de Kime. Un enfant dont l'âge n'a pas été déterminé est mort à bord du train Kambelembele de la SNCC abandonné depuis plus de dix jours à a gare de Kime, en territoire de Kabongo, avec plus de 500 passagers. Selon l'administrateur du territoire de cette entité, ce décès s'ajoute à deux autres enregistrés en début de semaine.

Kananga: l'inspecteur adjoint de la PNC blessé au cours d'une attaque d'un groupe de bandits armés. Un blessé dans les rangs de Police nationale congolaise en patrouille la nuit de vendredi à samedi, bilan d'une attaque par les bandits à mains armées dans la commune Katoka. Les faits ont eu lieu sur l'avenue Kalemie dans un quartier populaire de la ville.

Procès Chebeya: la VSV choquée que John Numbi soit présenté comme témoin et non comme prévenu.
A la première audience du procès Floribert Chebeya qui a eu lieu vendredi 12 novembre à la Cour militaire de la Gombe, à Kinshasa, le général John Numbi, inspecteur général de la PNC en suspension conservatoire ainsi que le général Jean de Dieu Oleko, inspecteur provincial de la même police à Kinshasa ont été identifiés comme témoins dans cette affaire. La Voix des sans voix (VSV), une des parties civiles en présence s'est dit choquée qu'il en soit ainsi pour le général Numbi.Pour la VSV, le général John Numbi reste le suspect numéro un. Il devrait donc par conséquent comparaître comme les autres prévenus, et non comme témoin. " Statut " de John Numbi à la Cour militaire, position du gouvernement. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende Omalanga, met en exergue l'indépendance du pouvoir judiciaire, cela, en rapport avec les déclarations des ONG des droits de l'homme qui estiment que le général John Numbi devrait comparaître devant les juridictions compétentes comme prévenu et non comme témoin.C'est la thèse que défend notamment la VSV. Mais pour le ministre de la Communication et Médias, la qualification des faits d'une cause dans un dossier judiciaire relève de la seule compétence des magistrats et non des particuliers. Des craintes des ONG de l'autre rive. Pendant ce temps, des ONG des droits de l'homme du Congo-Brazzaville émettent des craintes quant à l'aboutissement heureux du procès Chebeya. Elles se disent surprises de voir le général John Numbi présenté comme témoin. Dans une correspondance adressée au président Joseph Kabila, ces ONG avaient déjà plaidé pour un procès transparent et équitable. Pour l'Observatoire congolais des droits de l'homme, ce procès va vers un déni de justice, vu que le suspect numéro un n'est plus présenté que comme simple témoin. D'entrée de jeu, la RDC a montré son incapacité de juger de cette affaire, a dit Rock Elogy Nzobo. "C'est la grande surprise, John Numbi joue les seconds rôles, notre crainte c'est devoir les choses évoluer négativement", a indiqué de son côté un responsable de l'Association pour les droits de l'homme de l'univers carcéral. (Radio Okapi)

L'Institut Panafricain Cardinal Martino a ouvert ses activités. Le jeudi 4 novembre, Mgr Nicolas Djomo, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo et grand chancelier de l'Université catholique du Congo, a ouvert les activités de l'Institut Cardinal Martino pour l'enseignement social de l'Eglise. Dans la salle Bakandja du Centre d'accueil Caritas Congo, Mgr Djomo a notamment souligné le fait que le lancement de l'institut Panafricain Cardinal Martino pour l'Enseignement Social de l'Eglise s'inscrit dans la perspective de l'accompagnement et de la formation des acteurs politiques africains. "L'IPCM, a-t-il ajouté, a une vocation originelle à promouvoir une authentique culture de la paix en terre africaine." (Cenco)

Dimanche 14 novembre.

Polio: le ministre Makweng annonce une campagne de vaccination "spécialisée" à Kinshasa et Bas-Congo. Le ministre de la Santé, Victor Makweng Kaput a déclaré que le Gouvernement de la RDC doit organiser rapidement la campagne spécialisée contre la polyomélite sauvage dans la province du Bas-congo et dans la ville province de Kinshasa. L'objectif de cette campagne consiste à éviter la propagation de la polyiomelite, qui frappe actuellement les villes de Brazzaville et Pointe Noire.

Kinshasa: 31% d'établissements de l'enseignement supérieur fermés. Le ministère de l'Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Mashako Mamba, a fermé définitivement 100 nouveaux établissements déclarés non viables. Il reproche à ces établissements, entre autre, un personnel académique insuffisant et peu qualifié. Les établissements fermés ont été jugés non viables par l'enquête, qui a concerné environ 300 établissements des provinces du Katanga, de Bandundu, de l'Equateur, la Province Orientale ainsi que deux districts du Bas-Congo.

Kisangani: prison d'Osio, SOS des détenus sur les conditions de vie difficiles. Les détenus du centre pénitentiaire d'Osio, à une vingtaine de kilomètres de Kisangani, ont témoigné, vendredi 12 novembre, sur leurs conditions de vie déplorables: pas de nourriture, pas assistance, plusieurs de décès enregistrés… Ils l'ont déclaré à une délégation mixte constituée des représentants de la Monusco et de l'administration locale, qui s'est rendue sur place pour une visite. Les détenus appellent les autorités à leur venir en aide.

Goma: la vérification des dossiers des demandeurs d'asile et réfugiés rwandais et Burundais se clôture ce dimanche. La Commission nationale pour les réfugiés (CNR) et le HCR clôturent, ce dimanche 14 novembre à Goma, l'opération de vérification des dossiers de ces réfugiés urbains et demandeurs. Au moins trois mille sept cents ressortissants burundais et rwandais, parmi lesquels environ deux mille sept cents réfugiés et mille demandeurs d'asile pourront bénéficier d'une couverture juridique de leur statut en RDC.

Bruxelles: des films historiques de la RDC numérisés. Le musée royal belge pour l'Afrique centrale vient de numériser 150 films coloniaux réalisés au Congo de 1912 à 1960. Ces films font partie de la collection "Le patrimoine filmé de l'Afrique centrale". Des films numérisés ainsi que l'ouvrage "Patrimoine d'Afrique centrale Archives films", qui accompagne cette collection, devraient être mis à la disposition des universités de Kinshasa, Kisangani, Lubumbashi et Bukavu ainsi que celles de Butare au Rwanda et du Burundi pour des échanges sur l'histoire et la mémoire. Ce projet date de trois ans. Il est dirigé par le professeur Patricia Van Schuylenbergh de l'Université catholique de Louvain-la-Neuve. Elle a travaillé en collaboration avec un historien congolais résidant en Belgique, le professeur Matthieu Zana Etambala.

Kinshasa: la Comico commémore le "tabaski " ce lundi. Les musulmans du monde entier vont célébrer ce lundi 15 novembre, la fête dite "tabaski", autrement appelée fête de sacrifice de mouton. A Kinshasa, la Communauté islamique au Congo, Comico, organise ce lundi une journée de jeûne et de prière, à l'intension de tous les musulmans congolais, au stade des Martyrs.

Bukavu: une marche de santé pour soutenir plus de 30 000 diabétiques. L'inspection provinciale de la santé du Sud Kivu a organisé ce dimanche 14 novembre une marche de santé. Plus de 150 personnes, parmi elles, un grand nombre de diabétiques, ont marché à pied ce dimanche sur les artères principales de la ville de Bukavu. Jeunes, hommes, femmes, enfants et vieux, tous ont fait le pied sur une distance d'environ 5 kilomètres. Objectif : soutenir plus de 30 mille malades du diabète au Sud Kivu à l'occasion de la journée internationale de diabète célébrée le 14 novembre de chaque année et aussi sensibiliser à la prévention secondaire du diabète en augmentation dans la province, selon les recherches menées il y a deux ans. Selon le docteur Kachunga Philippe, médecin coordonnateur du projet des maladies non transmissibles globalement à l'hôpital général de référence de Bukavu : La prévalence du diabète à Bukavu serait de 5% et donc on aurait approximativement 30 mille diabétiques dans cette ville et dans un milieu rural, la prévalence serait de 3%. Au moins 30% des patients qui viennent et qui sont admis en médecine interne les sont pour le diabète et ou l'hypertension altérielle. C'est dire que ce sont des chiffres quant même qui sont effarants. Avec tous ces chiffres, on comprend bien que le diabète associé à l'hypertension devienne actuellement des premiers tueurs en milieu hospitalier. (Radio Okapi)

Lundi 15 novembre.

Nord-Kivu: des milliers de femmes exploitées dans les mines, selon la Monusco. Des milliers des femmes du Nord-Kivu sont exploitées dans la chaîne d'exploitation des ressources naturelles et cela a un impact négatif sur leur développement. C'est ce qui ressort d'un rapport d'enquête du bureau genre de la Monusco, rendu public le week-end dernier à Goma. Ce rapport s'est davantage focalisé sur le territoire de Walikale, où selon les enquêteurs du bureau genre, cette situation s'observe avec plus d'acuité. Selon la chef du bureau genre de la Monusco, ces études ont été menées dans le cadre de l'appui au gouvernement congolais dans sa stratégie de protection des civils au Nord-Kivu.

Erection de l'Ituri en Province : les députés provinciaux reviennent à la charge. Les députés provinciaux originaires de l'Ituri ont relancé le débat sur le découpage territorial. Dans une lettre ouverte adressée au président de la république, Joseph Kabila, le 25 octobre, quinze d'entre eux ont de nouveau exigé l'érection de leur district en province avant les prochaines échéances électorales. L'un des signataires de cette lettre, John Tinanzabo, a affirmé : "Nous avons intéressé le chef de l'Etat pour qu'il protège la constitution conformément à son serment ", a-t-il poursuivi. Raphaël Luhulu, le conseiller principal du Chef de l'Etat Joseph Kabila chargé des relations avec d'autres institutions, a affirmé de son coté que le chef de l'Etat avait informé les députés provinciaux originaires de l'Ituri des préalables juridiques qu'il faut accomplir pour procéder effectivement à l'installation des nouvelles provinces lors de son dernier passage dans le district. Il accuse ces députés de chantage en l'endroit du président de la république. Mai 2010, ces députés avaient déjà exigé que leur district soit érigé en province, conformément à la constitution de la RDC qui prévoyait la création de 26 nouvelles provinces au 15 mai 2010. Requête qui avait buté à une fin de non recevoir pour les mêmes motifs qu'avance aujourd'hui Raphaël Luhulu. (Radio Okapi)

Bas-Congo: une campagne de vaccination contre la polio depuis le week-end dernier. Le ministère de la Santé publique, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef) ont lancé depuis le week-end dernier dans le Bas Congo une campagne de riposte synchronisée contre la poliomyélite.

Ituri : accusé de non paiement de loyer, l'Okimo en justice. L'Office des mines d'or de Kilo Moto (Okimo) est traîné, depuis ce lundi 15 novembre, devant le tribunal de grande instance de Bunia. Il est accusé par un citoyen grec de non payement de six mois de loyer. Les responsables de l'Okimo rejettent le statut de locataires auprès de l'accusation et revendique plutôt celui du nouveau propriétaire de l'immeuble que revendique ce Grec. Le loyer que l'accusation réclame à l'Okimo est de l'ordre de 10800 USD. Ce qui équivaut à un loyer mensuel de 1800 USD. Joint ce lundi matin, l'Administrateur délégué général (ADG) de l'Okimo, Willy Bafoa a indiqué que son entreprise a déjà acheté l'immeuble querellé auprès du gouvernement congolais. La défense rejette cette affirmation et dit ne pas être informé de la vente de cet immeuble. (Radio Okapi)

Goma: l'ONG PDH lance la campagne de sensibilisation contre les conflits fonciers. L'ONG Promotion de la démocratie et protection des droits humains (PDH), a lancé dimanche 14 novembre, une campagne de sensibilisation sur le règlement pacifique des conflits fonciers au Nord-Kivu. Cette ONG, selon ses responsables, va également apporter gratuitement une assistance judiciaire aux indigents en cas de procès.

Aéroport de N'djili: les vols internationaux retardés d'au moins 30 minutes. Alix Likaso, chef d'escale de permanence d'Air France à Kinshasa, explique : Au niveau de la RVA, il a été décidé, je sais, il y a trois ou quatre jours, que toutes les compagnies aériennes internationales au départ de N'djili, vont devoir connaître un retard de 30 minutes à une heure du temps parce qu'elles ont refusé que la taxe IDEF soit incorporé dans le billet de passager. Alors, nous, on n'a pas eu le vol samedi, on a eu seulement le vol hier dimanche. Mais avant nous, il parait que Ethiopian, Kenya Airways, Centrafricana et d'autres compagnies internationales ont été clouées au sol, elles ont connu un retard de 30 minutes à une heure du temps. Par rapport à nous même, Air France, hier on a connu un retard de 40' à peu près. (Radio Okapi)
Investissement : des hommes d'affaires belges explorent les opportunités en RDC. Les délégués de soixante-dix sociétés belges effectuent une mission économique à Kinshasa depuis ce dimanche 14 novembre. Ces hommes d'affaires et industriels belges sont en concertation avec les chefs d'entreprises congolaises privées et publiques. Cette délégation devra aussi visiter la ville de Lubumbashi du 17 au 20 novembre. Dans leurs échanges déjà entamés, les hommes d'affaires belges devront explorer les opportunités d'investissement belges en RDC dans quatre secteurs : la construction, l'énergie, l'environnement et l'eau, le transport et de la mobilité urbaine et les mines et la fourniture industrielle.

Transfert des eaux de l'Ubangi vers le lac Tchad, la Comifac donne des précautions. Le secrétaire exécutif de la Commission des forêts d'Afrique centrale (Comifac), Raymond Mbitikon, a réagi vendredi 12 novembre à Kinshasa, sur le projet du transfert des eaux de l'Ubangi vers le lac Tchad. Selon lui, ces eaux constituent un bien commun et il faut tenir compte de la volonté souveraine de trois pays par où elles passent. Raymond Mbitikon a déclaré : "Si les trois pays (la RDC, la République centrafricaine et la République du Congo) pensent que, techniquement, il est possible de pouvoir sauver des vies humaines, parce qu'il y a au moins trente millions des personnes qui dépendent du lac Tchad pour leur survie, et si sur le plan humanitaire ces trois pays propriétaires des eaux de l'Ubangi sont d'accord qu'ils peuvent donner un peu d'eau pour alimenter le lac Tchad, il n'y a pas de problèmes." Mais, cela n'est possible qu'à condition que les données scientifiques et autres soient bien réunies pour qu'on n'arrive pas à un autre fléau qui pourrait provenir de cette initiative, a-t-il poursuivi. Ce projet demande, cependant, beaucoup d'argent et va nécessiter beaucoup d'appui des partenaires, selon la même source. (Radio Okapi)

Mardi 16 novembre.

Dans les mines du Nord-Kivu, de l'implication de militaires à celle des femmes. "Certains des militaires impliqués dans l'exploitation illégale des gisements du Nord-Kivu auraient été arrêtés le week-end dernier. Nous attendons des confirmations et de plus amples renseignements", déclare le président de la société civile du Nord-Kivu, Jason Luneno, qui dénonce depuis quelques temps comme de nombreuses autres voix de la société civile congolaise les activités minières illicites de membres des Fardc malgré la récente suspension de l'exploitation dite artisanale des gisements de l'Est congolais (Kivu et Maniema) par le gouvernement. Depuis lors, maintes sources dénoncent les nombreuses violations de l'interdiction commises par les militaires ainsi que les graves atteintes portées par la suspension de l'exploitation artisanale, c'est-à-dire effectuée par de simples habitants comme moyen de subsistance et non pas par les grandes industries. Le week-end dernier, la Monusco a par ailleurs dénoncé dans un rapport l'exploitation des femmes dans les zones minières. "De nombreuses femmes gravitent autour des zones d'extraction et recherchent une source de revenu dans la prostitution. Ce phénomène comporte de lourdes répercussions sociales non seulement pour ces femmes mais aussi pour leurs familles", commente M Luneno, tout en précisant que "dans certains cas, les femmes participent également aux activités d'extraction, descendent dans les mines et risquent leur vie comme les hommes. C'est une situation inacceptable pour la femme congolaise, qui ne peut être assujettie à de telles conditions". (Misna)

Ban Ki-Moon appelle à la promotion de l'éducation pour renforcer la tolérance. Le secrétaire général des Nations unies lance ce message à l'occasion de la journée internationale de la tolérance, qui est célébrée le 16 novembre de chaque année. Cette journée a été créée sur initiative de l'Unesco pour promouvoir la tolérance, une valeur qui se doit d'être commune à toute société, d'après cette agence onusienne. Dans son message, le secrétaire général de l'ONU affirme que la tolérance est le fondement du respect entre les peuples et les communautés. L'éducation est essentielle pour renforcer la tolérance et combattre la haine et la discrimination, poursuit Ban Ki-Moon. (Radio Okapi)

Ceni, les femmes réclament davantage de postes. Les organisations féminines, membres de la société civile congolaise, ont manifesté lundi 15 novembre au palais du peuple à Kinshasa. Dans leur mémorandum déposé au bureau de l'Assemblée nationale, elles protestent contre la sous représentation des femmes sur les listes des candidats au bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). La revendication des femmes relative à leur représentation au sein de la Ceni est conforme aux dispositions de la loi organique de cette commission, selon le point focal des "forces vives" de la nation congolaise.

Kisangani: l'école Maelé restitue les frais de "contribution des parents" perçus au début de l'année scolaire. L'école primaire Maelé a amorcé le remboursement de tous les frais perçus par sa direction auprès des élèves de 1ere, 2eme, 3eme année primaires. Les responsables de cette école l'ont annoncé, lundi 15 novembre, aux parents concernés au cours d'une assemblée générale. Ces derniers s'en réjouissent. Sur les mille cent douze élèves que compte l'école primaire Maele, 645 sont concernés par ce remboursement. La direction de l'école a perçu, au début de l'année, 1400 francs congolais (1.5 USD) des frais d'inscription par élève et exigé aux parents 35 USD de prime dite "contribution des parents" pour toute l'année. Les parents n'ont qu'à présenter le reçu pour récupérer leur argent indûment perçu par l'école, étant donné que les enseignements dans ces classes ciblées sont gratuits. (Radio Okapi)

Kindu: Tabaski, l'Imam Sheikh Moussa appelle les musulmans à prier pour la consolidation de la paix. Des milliers des musulmans du Maniema ont fêté la Tabaski ou la fête du mouton, ce mardi 16 novembre, avec faste au stade Tchomba vers l'aéroport de Kindu. L'imam principal, Sheikh Moussa Twaibu, qui a officié le culte à cette occasion, a invité les fidèles à prier pour les autorités et pour le pays afin que la paix relative dont la RDC jouit aujourd'hui puisse profiter au développement

Bunia: les Fardc récupèrent deux villages à Nabia, après affrontements avec les ADF Nalu. Les Fardc, combattent depuis trois jours les rebelles de l'ADF Nalu à Nabia et ses environs, en province du Nord-Kivu, à la frontière avec le district de l'Ituri. Selon le commandant des Fardc en Ituri, ses hommes ont délocalisé ces assaillants et récupéré deux villages. Aucun bilan n'est indiqué du côté des Fardc, mais certaines sources parlent d'une vingtaine de morts dans les rangs des rebelles. Les Faradc ont lancé une offensive samedi 13 novembre contre les positions des ADF Nalu, a indiqué le commandant de la zone opérationnelle de l'Ituri. Les deux parties belligérantes se sont affrontées pendant toute la journée de lundi, voire même ce mardi 16 novembre. Les Fardc ont récupéré les villages de Makoyoba 1 et Makoyoba 2 vers le mont Ruwenzori, affirme le colonel Fall Sikabwe. (Radio Okapi)

Kabongo: les passagers bloqués à Kime repartent finalement pour Kamina. Les passagers du train Kambele Mbele bloqués à la gare de Kime à Kabongo dans le Nord Katanga ont embarqué lundi 15 novembre dans la soirée à destination de Kamina. Selon l'administrateur du territoire de Kabongo, une locomotive en provenance de Kamina les a récupérés. Ces passagers, en provenance de Kindu, ont passé onze jours dans la gare de Kime. Des cas de diarrhée et vomissement ont été déclarés dans cette gare suite aux mauvaises conditions de vie des passagers. Deux personnes ont succombé dans la nuit de dimanche 14 au lundi 15 novembre.

Mgr Ayikuli Udjuwa, évêque de Mahagi-Nioka. Le Saint-Père Benoît XVI, en date du 16 novembre 2010, a nommé Evêque de Mahagi-Nioka. le R.P. Sosthène Ayikuli Udjuwa, actuellement Administrateur diocésain de Mahagi-Nioka. Le R.P. Sosthène Ayikuli Udjuwa est né le 7 juillet 1963 à Faradje (Isiro-Niangara). Après les études primaires, il a fait ses études secondaires à Tadu et au Petit Séminaire de Rungu (1978-1984). Il a ensuite étudié la Philosophe à Kisangani (1985-1988) et la Théologie à Bunia (1988-1993). Il a été ordonné prêtre le 15 juillet 1993. Après son Ordination, il a effectué le parcours suivant : 1993-1997 : Professeur au Petit Séminaire Jean XXIII de Vida (Mahagi-Nioka) ; 1997-1999 : Etudes de Droit Canonique près les Facultés catholiques de Kinshasa ; 1999-2001 : Professeur à l'Institut de Théologie Saint Cyprien de Bunia ; 2001-2002 : Vicaire paroissial à Ariwara ; 2002-2009 : Etudes à Rome en vue de l'obtention du Doctorat " in utroque iure " près l'Université pontificale du Latran ; Vicaire paroissial près le Diocèse suburbicaire de Palestrina ; à partir de 2009 : Administrateur diocésain de Mahagi-Nioka. Le Diocèse de Mahagi-Nioka, suffragant de l'Archidiocèse de Kisangani, a été érigé en 1967. D'une superficie de 18.490 Km2, il compte une population de 1.705.486 habitants dont 975.688 catholiques. On y dénombre 17 paroisses, 86 prêtres (74 diocésains et 12 religieux), 7 frères laïcs, 51 séminaristes et 114 religieuses.) (Agence Fides)

Mercredi 17 novembre.

Nord-Kivu : la démilitarisation de Beni est lancée. Le processus de démilitarisation et de redéploiement des unités Fardc engagées dans les opérations Ruwenzori a été lancé mardi 16 novembre, au cours d'une parade mixte Fardc-police à Beni. Les autorités militaires de la province du Nord Kivu avaient annoncé cette mesure qui vise à mettre fin à l'insécurité dans le territoire de Beni Lubero.

Conflit au Kivu: ICG recommande un règlement politique. Dans un rapport publié mardi 16 novembre, l'ONG International Crisis Group (ICG) déclare que la résolution du conflit au Kivu par l'option militaire est un échec. L'ONG, spécialisée dans la prévention des conflits, recommande au gouvernement congolais d'accompagner l'option militaire d'un vrai règlement politique. A propos du rapprochement entre le président congolais Joseph Kabila et son homologue rwandais Paul Kagame, le directeur de l'ICG pour l'Afrique centrale, Thierry Vircoulon, a déclaré que le dialogue entre Kigali et Kinshasa est extrêmement important pour les deux pays. " Mais, il faut que ce dialogue ne sacrifie pas les intérêts des communautés au Kivu. Il est extrêmement important qu'il ait des règlements politiques satisfaisant pour toutes les communautés du Kivu et non pas un règlement partiel qui est fait plus au moins secrètement et qui avantage certaines communautés par rapport à d'autres ", a-t-il poursuivi. Selon la même source, ce rapprochement n'a pas encore donné les résultats attendus. A ce sujet, le rapport de l'ICG indique aussi que les soldats gouvernementaux sont encore aux prises avec des miliciens pour le contrôle des terres et des zones minières. Dans le même temps, les civils subissent des violences extrêmes et la situation humanitaire se détériore, poursuit le document. L'ONG recommande au gouvernement de la RDC, à la Monusco et aux autres partenaires internationaux de suspendre les opérations militaires offensives au Kivu. Et cela en attendant le déploiement des troupes bien entraînées. (Radio Okapi)

Nord-Kivu: 21 personnes meurent dans une embuscade des FDLR à Mungazi. Un véhicule des commerçants est tombé ce mardi 16 novembre dans une embuscade tendue par les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) à Mungazi, à environ 100 km de Walikale-Centre sur l'axe Walikale-Masisi. Le véhicule attaqué provenait de Walikale-centre pour Goma. Des sources de la police nationale congolaise indiquent que les FDLR ont pris d'assaut le véhicule avant de tuer tous les passagers ainsi que le propriétaire du véhicule et le conducteur. Aucune vie humaine n'a été épargnée, précise la même source qui indique également qu'après leur forfait, ces combattants ont pillé tout le camion avant de s'enfuir dans la forêt. (Radio Okapi)

Kamina: le train Kambele Lembe mis en quarantaine à cause du cholera. Le train Kambele Mbele est arrivé mardi 16 novembre soir à Kamina. Mais il est aussitôt mis en quarantaine car des malades de cholera ont été trouvés à son bord.

Lubumbashi: Roger Meece inspecte la Monusco. Le représentant spécial du secrétaire général de Nations unies au Congo est arrivé à Lubumbashi, au Katanga, ce mercredi 17 novembre, à la tête d'une délégation de la mission onusienne. Roger Meece effectue ainsi son premier voyage dans cette ville depuis sa nomination. Object de la visite : prendre contact avec le personnel de la Monusco et les agences onusiennes et aussi faire le constat du travail sur terrain de la mission.

IDEF: la RVA accuse les compagnies aériennes internationales de mauvaise foi. L'IDEF, cette redevance de 50 dollars américains que la RVA, Régie des voies aériennes, perçoit auprès de chaque voyageur à destination de l'étranger et dont l'incorporation est exigée dans le billet d'avion, continue à être la pomme de discorde entre cette entreprise et les compagnies aériennes internationales.
Dans un point de presse tenu ce mardi 16 novembre à Kinshasa, la RVA accuse ces compagnies internationales de mauvaise foi. Elle ne s'explique pas que cette même redevance soit incorporée par les mêmes compagnies dans d'autres pays où elles opèrent, sans poser problème.

Jeudi 18 novembre.

RDC : les députés ont voté un budget d'environ 7 milliards. Les députés ont voté, mercredi 17 novembre au Palais du peuple, le budget de la RDC pour l'exercice 2011. Ce budget s'élève à plus de six mille six cent cinquante trois milliards des Francs congolais (environ 7 milliards de dollars). La Commission économique et financière de la chambre basse du Parlement s'est réjouie des recettes additionnelles affectées dans les rubriques des rémunérations et des investissements. Par rapport à 2010, le budget de l'Etat pour l'exercice 2011 présente un taux d'accroissement de l'ordre de 18,6 %. Les dépenses du personnel ont connu une augmentation de l'ordre de 51 % par rapport au budget 2010. Cependant, cette rubrique ne précise pas s'il s'agit de tout le personnel de l'Etat : les fonctionnaires et le personnel politique au sein des institutions. Par ailleurs, la Commission économique et financière de l'Assemblée nationale affirme que sur un budget global des élections de l'ordre de 715 millions de dollars américains, le gouvernement s'est engagé à contribuer à la hauteur de 366 millions de dollars américains (51%), contre 349 millions pour la communauté internationale. Outre le financement des élections, la Commission économique et financière a dressé une liste des recommandations au gouvernement dont celle qui consiste à mettre un terme, dans le secteur douanier, à l'octroi "des exonérations abusives, fantaisistes, massives et intempestives, et celle sur la réduction au strict minimum des services publics œuvrant aux frontières." (Radio Okapi)

Gemena: 180 détenus s'évadent de la prison d'Angenga. Cent quatre vingt détenus de la prison d'Angemga dans la province de l'Equateur se évadés, mardi 16 novembre, au moment où la chambre de conseil du tribunal de grande instance siégeait pour vérification les dossiers de soixante détenus. Ils ont forcé la porte d'entrée et lancé des projectiles sur le procureur de la République et le juge qui siégeait avec lui.

Journée africaine des statistiques: il faut 170 millions USD pour recenser la population congolaise. Le directeur de l'Institut supérieur des statiques(ISS) de Kinshasa, le professeur Guillaume Muhindo, a évalué à cent soixante-dix millions USD, le budget nécessaire pour organiser le recensement de la population congolaise.

Affrontements Fardc-ADF/Nalu à Béni: 10 morts et plusieurs blessés. Une accalmie est observée depuis ce jeudi 18 novembre dans la zone où se déroulent les opérations militaires contre les rebelles ougandais des ADF/Nalu, dans les environs du massif Rwenzori et de la rivière Semuliki, en collectivité secteur Beni Mbau dans le territoire de Beni. Le bilan s'élève à dix morts et sept capturés du coté des ADF/Nalu et une dizaine de blessés dans les rangs des Fardc, selon le porte-parole de l' opération Rwenzori, le major Célestin Ngaleka.

Lubumbashi: Roger Meece évalue la situation sécuritaire avec les autorités provinciales. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Congo, Roger Meece, a rencontré le gouverneur Moïse Katumbi avant d'être reçu par le président de l'assemblée provinciale du Katanga ce jeudi 18 novembre, deuxième jour de son séjours à Lubumbashi. Il a apprécié le partenariat qui existe entre la Monusco, les agences du système de Nations unies en général et les autorités provinciales.

Sud-Kivu: 2500 personnes fuient Basimimbi après les attaques des FDLR. Deux mille cinq cents déplacés affluent vers le groupement de Basombo à la suite des affrontements qui opposent depuis dix jours les combattants rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda(FDLR) à la 433e brigade des Forces armées de la RDC Amani Leo.

PMURR: un projet de reconstruction bien achevé, selon la Banque mondiale. Le Programme multisectoriel d'urgence de réhabilitation et de reconstruction (PMURR) a connu un grand succès et les résultats attendus ont étés atteints. C'est ce qu'a déclaré le responsable de ce projet à la banque mondiale, Abdelmoula Ghzala, à l'occasion de la clôture officielle de ce programme ce mercredi 17 novembre. A travers ce programme, la Banque Mondiale finance des projets d'investissement dans les domaines des infrastructures notamment la construction d'écoles, d'hôpitaux, de dessertes agricoles, etc. Cependant, dans son exécution, le PMURR a connu plusieurs difficultés, a reconnu M. Abdelmoula Ghzala. Débuté en 2003, ce projet avait pour objectif de répondre rapidement aux besoins prioritaires des populations. Financé par la banque mondiale à hauteur de 182 millions dollars, il devait également permettre la remise en fonctionnement des principales infrastructures de base. (Radio Okapi)

RDC: Alexis Thambwe Mwamba révoque 18 diplomates. Le ministre des Affaires étrangères a signé mardi 16 novembre à Kinshasa un arrêté portant révocation des diplomates. Seize secrétaires d'ambassade dont cinq de première classe et onze de deuxième classe, deux attachés d'ambassade, donc dix-huit diplomates au total, sont radiés du corps diplomatique. Il leur est reproché la désertion de leur poste de travail et le discrédit jeté sur le corps des diplomates de la République.

Kinshasa: la taxe d'affichage publicitaire oppose l'Hôtel de ville à Vodacom. Plusieurs affiches publicitaires à travers la ville de Kinshasa sont barrées en rouge avec l'inscription HVK, (Hôtel de Ville de Kinshasa). Une des entreprises victimes, à savoir Vodacom Congo, a affirmé que la ville province de Kinshasa lui exige le paiement de la taxe sur la publicité, alors qu'elle paie déjà la même taxe au ministère de la Culture et Arts. Le directeur juridique de Vodacom Congo, Annie Kitima Badjoko a montré une lettre du ministre de l'Economie nationale et bien d'autres allant dans le même sens, qui demandent aux opérateurs économiques de ne pas obtempérer aux instructions de l'Hôtel de ville. C'est ainsi que devant ce refus, selon le directeur juridique de Vodacom, la nuit du 2 au 3 novembre, des agents de l'Hôtel de ville, accompagnés d'hommes en armes, ont "vandalisé à la peinture rouge toutes les installations avec affiches publicitaires de Vodacom à travers la ville." Le ministère provincial de l'Economie et Finances, quant à lui, est catégorique: " cette taxe a été créée par édit et doit bel et bien être payée à la ville ". Quant à la lettre du Premier ministre demandant aux gouverneurs des provinces de surseoir à toute taxe créée par édit provincial en attendant le vote au parlement de la loi sur la nomenclature des taxes, Guy Matondo a affirmé qu'une lettre ne peut annuler un édit. Puisque le gouvernement central ne respecte pas la rétrocession des 40%, chaque entité administrative décentralisée essaye de trouver les moyens de survivre, a-t-il affirmé. (Radio Okapi)

Les hommes d'affaire belges séjournent à Lubumbashi. Les hommes d'affaires belges en séjour en RDC se sont rendus, jeudi 18 novembre à Lubumbashi, au terme d'un séjour kinois qui leur a permis d'avoir des contacts fructueux dans le secteur de la construction, du transport, de l'énergie et de l'eau, selon eux.

Vendredi 19 novembre.

Santé: la malaria de plus en plus résistante aux antipaludéens Le rapport mondial sur l'efficacité des antipaludéens et la pharmaco-résistance 2000-2010, publié jeudi 18 novembre à Genève, atteste un début de résistance du paludisme à ces médicaments. C'est pourquoi, l'Organisation mondiale de la santé, OMS, invite les pays et notamment ceux de l'Asie du Sud-Est, à être de plus en plus vigilants en matière de surveillance de l'efficacité des antipaludéens, afin de faciliter la détection précoce d'une résistance. Pascal Ringwald de la surveillance de la résistance de médicaments anti-paludiques de l'OMS, explique : Tous les médicaments recommandés par l'OMS, il y en a cinq, ce qu'on appelle les ATC, contiennent l'artémisine. Et, on s'est rendu compte que le paludisme commence à faire de la résistance à ces médicaments en Asie du Sud-Est. Donc, il se pose un problème parce que les patients, au lieu d'être soignés, un ou deux jours comme auparavant, sont toujours parfaitement soignés mais ils restent malades trois ou quatre jours. On est au début de la résistance aux artémisines. Donc les patients sont légèrement moins soignés qu'auparavant. Pascal Ringwald reconnaît toutefois que pour l'instant, on a pas de remplaçant pour les artémisines. Les chercheurs travaillent pour trouver d'autres médicaments, affirme-t-il. Il reconnaît aussi que les pays tropicaux ne sont pas concernés par ce traitement. " Néanmoins, on leur recommande de bien surveiller pour voir s'il n'y a pas l'apparition de la résistance dans ces pays.", conclut-il. (Radio Okapi)

Le club de Paris efface 7,35 milliards USD de dette de la RDC. Le Club de Paris a annoncé dans un communiqué, jeudi 18 novembre, l'annulation de la totalité de la dette de la RDC, soit plus de 7 milliards et demi de dollars américains. Cette annulation est consécutive à l'atteinte par la RDC du point d'achèvement de l'initiative des pays pauvres très endettés (PPTE) en fin juin 2010. " L'annulation de la dette ne va pas avoir un impact direct dans la casserole de le tout le monde. Mais cette annulation donne davantage de moyens au gouvernement d'avoir une marge de manœuvre supplémentaire quant à une bonne gestion de politique sociale tournée vers le développement, vers la réduction de la pauvreté", a estimé jeudi Matata Ponyo, le ministre des Finances de la RDC. Il a affirmé que les négociations continuent avec d'autres bailleurs, notamment le club de Londres, pour annuler au moins 5 milliards de dollars restants. Les Etats-Unis figurent parmi les pays membres du club de Paris. La dette congolaise envers ce pays est de l'ordre d'un milliard et demi de dollars. Saluant l'étape franchie par la RDC, l'ambassadeur américain en RDC, James Entwistle, a rassuré qu'il ne reste qu'à conclure un accord bilatéral pour concrétiser cette annulation. Fin juin 2010, la RDC avait atteint le point d'achèvement de l'initiative PPTE (Pays pauvres très endettés). Le processus d'annulation de 90% de la dette de la de RDC évaluée à environ 12 milliards de dollars était enclenché. Le Club de Paris est le plus grand créancier de la RDC. Avec l'annulation de 7 milliards, il restera à la RDC d'obtenir l'annulation de 5 milliards de dollars USD. (Radio Okapi)

Province orientale: plus de 4000 éleveurs Mbororo et LRA créent l'insécurité à Ango. Ces forces étrangères tuent les civils, se livrent à des pillages et des enlèvements des populations, ont déclaré les membres d'une délégation de la Monusco et des agences des Nations unies de retour d'une mission à Dungu et Bunia. Cette mission inter-agences des Nations unies précise que les éleveurs Mbororo, en provenance du Soudan et de la Centrafrique à la recherche des pâturages, et les rebelles ougandais de la LRA occupent de vastes étendues dans ce territoire d'Ango dans le district du Bas Uélé, surtout vers la frontière avec la république centrafricaine.

Kalemie: Roger Meece fait le point sur la situation sécuritaire. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en RDC, Roger Meece a quitté ce vendredi 19 novembre dans la matinée la ville de Lubumbashi à destination de Kalemie dans le nord du Katanga. Au cours des deux jours de sa visite, il s'est entretenu avec les autorités politiques, militaires, ainsi que les membres des partis politiques et ceux de la société civile. La question de l'insécurité qui sévit à la frontière entre le nord du Katanga et le Sud-Kivu devrait être au centre des discussions qu'il aura à Kalemie. " Malheureusement, il existe encore des groupes armés qui créent des problèmes sur cette zone frontalière ", a avoué Roger Meece. Il s'est engagé à travailler en collaboration avec les autorités congolaises pour stabiliser le coin notamment avec les troupes de la Monusco qui sont déjà sur place. (Radio Okap)

Mbuji-Mayi: les agents de la Miba réclament leur épargne à un meilleur taux de change. Des agents de la Minière de Bakwanga continuent de réclamer leur argent placé à la Caisse d'épargne du Congo (Cadeco). Ils se sont rendus, jeudi 17 novembre, au cabinet du gouverneur du Kasaï-Oriental Ngoy Kasanji solliciter son implication dans ce dossier. Un mois après que la Miba ait versé une deuxième tranche de 5 mille dollars américains à la Cadeco, ils ne sont pas encore payés. Ils refusent de percevoir cet argent au taux de 430 Francs congolais pour 1 dollar. Ils exigent plutôt l'application du taux du marché parallèle (920 Francs pour 1 dollar). Une commission ad hoc est constituée pour trancher la question.

La révision du fichier électoral démarre ce samedi au Maniema. L'opération de révision du fichier électoral dans la province du Maniema doit commencer ce samedi 20 novembre. Selon le coordonnateur provincial de la Commission électorale indépendante (CEI), tout est presque fin prêt. Il se pose seulement quelques difficultés liées à la sensibilisation, faute des moyens alloués pour cette fin.

Samedi 20 novembre.

Vatican: élévation de Mgr Monsengwo à la dignité de cardinal. Mgr Laurent Monsengwo Masinya, archevêque de Kinshasa sera créé cardinal ce samedi 20 novembre au Vatican. Cet événement aura lieu au cours de deux cérémonies, l'une ce samedi, l'autre dimanche. Au cours de ces deux cérémonies, l'archevêque de Kinshasa et troisième cardinal congolais va recevoir les différents insignes assignés au titre de cardinal.

La Haye: le procès JP Bemba s'ouvre lundi. Le procès de Jean-Pierre Bemba à la Cour pénale internationale s'ouvre lundi prochain à la Haye, a annoncé vendredi 19 novembre cette Cour dans un communiqué.

Mbandaka: annulation d'une marche de l'AMP. Le maire de la ville de Mbandaka annule la marche de soutien au chef de l'Etat que les partis politiques membres de l'AMP devaient organiser ce samedi 20 novembre. Constant Besau a communiqué cette instruction vendredi 19 novembre aux intéressés, au cours d'une séance de travail. Il justifie cette annulation par des raisons sécuritaires.

Mbuji Mayi: l'Unicef et les ONG de protection à la vulgarisation des droits de l'enfant. Des manifestations sur la défense des droits de l'enfant sont organisées ce samedi 20 novembre entre les partenaires et les ONG de droits des enfants à Mbuji-Mayi, à l'occasion de la célébration du 21e anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant Les ONG de défense de droits de l'enfant notent certaines avancées en matière de protection de l'enfant mais souhaitent qu'un accent soit mis sur la sensibilisation des communautés de base et aussi l'implication de l'Etat surtout dans la prise en charge des enfants en conflit avec la loi.

Vatican: le cardinal Monsengwo exprime sa gratitude en Dieu et au Saint Père. "Sentiment de gratitude en Dieu et au Saint Père " Ce sont la les premiers mots prononcés par le cardinal Laurent Monsengwo samedi 20 novembre, en marge de la cérémonie le consacrant cardinal. Selon lui, cette nouvelle tâche lui donne beaucoup plus d'engagement et de responsabilité dans les problèmes sociaux et de développement de son pays. La cérémonie d'élévation de Mgr Monsengwo à la dignité de cardinal de la RDC vient de s'achever ce samedi 20 novembre à la basilique Saint Pierre, dans la cité de Vatican à Rome. Cette cérémonie s'est déroulée en présence d'une délégation des Congolais qui ont abondamment applaudi à la citation du nom du troisième cardinal de la RDC. Vingt trois autres cardinaux ont été créés à cette occasion. Le pape Benoît XVI a, à cette occasion, rappelé la lourde et difficile tâche qui attend les nouveaux cardinaux : Vénérés frères élus à la dignité cardinaliste, la mission à laquelle Dieu vous appelle aujourd'hui, qui vous place dans un service ecclésial avec davantage de responsabilités, demande une volonté toujours plus grande d'assumer le style du fils de Dieu qui est venu au milieu de nous comme celui qui sert. A Kinshasa, beaucoup de fidèles catholiques se sont amassés au centre catholique Béthanie pour suivre à l'écran géant la cérémonie en direct de Vatican. (Radio okapi)

Quatre Africains parmi les nouveaux cardinaux. Le patriarche d'Alexandrie des Coptes (Égypte), S.B.Antonio Naguib (75 ans), le président du Conseil pontifical "Cor Unum" (Guinée), Mgr Robert Sarah (65 ans), l'archevêque émérite de Lusaka (Zambie), Mgr Medardo Joseph Mazombwe (79 ans) et l'archevêque de Kinshasa (RDC), Mgr Laurent Monsengwo Pasinya (71 ans). (Misna)

Dimanche 21 novembre.

Kindu: la révision du fichier électoral confrontée aux problèmes techniques. Au deuxième jour de l'opération de la révision du fichier électoral, les imprimantes et les scanners de la Commission électorale indépendante, CEI, posent problème dans certains centres, nonobstant l'enregistrement de quelques habitants à travers la province au premier jour.

Kinshasa: après l'ARC, Fabrice Puela radié de l'AMP. Le député Fabrice Pwela vient d'être radié de la famille politique du chef de l'Etat, l'Alliance de la mouvance présidentielle AMP. La nouvelle a été confirmée par l'intéressé lui-même. Ce dernier déclare qu'il se sent plus libre dans son action politique, mais déplore le fait qu'il soit limogé de son poste de rapporteur adjoint de la Commission politique, administrative et juridique de l'Assemblée nationale.

Joseph Kabila est arrivé à Mbuji-Mayi ce dimanche. Le président de la République est depuis ce dimanche 21 novembre matin à Mbuji-Mayi, capitale du Kasaï Oriental. Après l'aéroport de Bipemba, Joseph Kabila s'est rendu directement à sa résidence officielle.

Masisi: l'attaque de Mpati est l'œuvre des hommes armés, selon la Monusco. Un calme précaire règne depuis une semaine dans le camp des déplacés de Mpati en territoire de Masisi, après une attaque que des hommes armés identifiés comme des soldats Fardc ont menée dimanche 14 novembre, indique la Monusco. Bilan: quatre blessés graves et la fuite de nombreuses familles en brousse. Les responsables des Fardc rejettent ces allégations et attribuent cette attaque aux combattants FDLR.

Nord-Kivu: un vaccin pour lutter contre les infections à pneumocoque chez les enfants Près de 20 pourcents d'enfants meurent de suite des infections causées par le pneumocoque, a déclaré, samedi 20 novembre, le médecin directeur de l'hôpital général de référence de Goma, le docteur Bitwe-Mihanda. Il a fait cette déclaration à l'occasion de la présentation officielle du vaccin de lutte contre cette endémie, chez les enfants de zéro à cinq ans dans la province du Nord-Kivu.

Procès sur les manifestations de Kasumbalesa: 11 personnes écopent de deux ans de prison. Le verdict est tombé, vendredi 19 novembre au tribunal de paix de Kasumbalesa dans l'affaire en matière de flagrance qui opposait le ministère public aux quinze prévenus, accusés d'être les meneurs des manifestations des opérateurs économiques à Kasumbalesa en début de cette semaine. Parmi les quinze prévenus, onze sont condamnés à vingt quatre mois de servitude pénale et aux amendes de 100 000 francs congolais (environ 111 USD). Deux élèves vont payer 50 000 francs congolais d'amandes pour réparation des préjudices causés, avant d'être traduits au tribunal pour mineurs. Les deux autres élèves ont été acquittés, faute de preuves. Ces élèves étaient poursuivis par le ministère public pour destruction méchante, coups et blessures et vol. Plusieurs dégâts ont été enregistrés à la suite des manifestations des opérateurs économiques en début de semaine. Les immeubles de la Direction générale des douanes et accises (DGDA) de Kasumbalesa ont été attaqués, des véhicules endommagés et des documents ainsi que plusieurs autres biens volés. Les manifestants protestaient ainsi contre la mesure prise par cette direction, qui les oblige désormais à payer des taxes pour le maïs, la farine de maïs et autres denrées alimentaires qu'ils transportent dans des camions. Ces commerçants ont affirmé être de petits détaillants, dont le travail consiste à acheter les marchandises à la frontière pour les revendre à Lubumbashi et qu'ils étaient donc incapables de payer cette taxe de 100 000 francs congolais exigée par la DGDA. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: évaluation de la situation des enfants, l'Unicef appelle les autorités à plus d'efforts. Les résultats des enquêtes MICS 3, publiés samedi 20 novembre à Mbuji-Mayi, indiquent que cette province du Kasaï oriental a encore du chemin à parcourir dans les domaines de l'éducation, de la santé mère et enfant et de la nutrition. Ces résultats de la revue 2010 ont été publiés par les délégués du gouvernement provincial et les partenaires internationaux. Tout en reconnaissant les efforts déjà fournis dans certains domaines, le chef du sous bureau de l'Unicef au Kasaï oriental, le docteur Lamy Kuntonda, a appelé à la conjugaison des efforts entre le gouvernement et les partenaires afin d'améliorer les indicateurs : "Les résultats préliminaire de la MICS 3, qui viennent d'être publiés, dénotent qu'un certain nombre d'indicateurs sont encore problématiques (…) Entre autres, le taux d'enregistrement des naissances à l'état civil, qui pose problème. A l'heure actuelle, on est à 14 pourcents. Il y a la prévalence de la malnutrition qui est aussi très élevée: environ soixante-neuf mille enfant de zéro à onze mois ne sont pas couverts par les Pev (programmes élargis de vaccinations) systématiques." Du point de vue de la scolarisation, a-t-il poursuivi, il reste encore de disparité entre filles et garçons bien qu'il y ait des efforts qui ont été conjugués pour d'autres: on est à 8,9 pourcents au niveau du cycle primaire. Au niveau du secondaire, selon la même source, il n'y a que 5 filles sur 10 qui arrivent à terminer les humanités. (Radio Okapi)

Investissement: 70 hommes d'affaires belges satisfaits d'avoir établi des contacts prometteurs en RDC. Des représentants d'environ soixante-dix entreprises belges sont rentrés satisfaits dans leur pays. Au cours de leur visite en RDC, ils ont pris des contacts prometteurs et certains ont même déjà signé des contrats avec la RDC, a indiqué le ministre belge de l'Economie, Commerce extérieur et Enseignement supérieur pour la région Wallonne, Jean Claude Marcourt. Les opérateurs économiques belges ont, pendant une semaine, visité Kinshasa, capitale de la RDC et Lubumbashi, la deuxième ville du pays. De nombreux contacts établis, a poursuivi le ministre Marcourt, attendent les précisions du gouvernement congolais pour être concrétisés. C'est le cas notamment des projets du secteur de l'Enseignement supérieur et universitaire.

Mgr Adolfo Tito Yllana nouveau Nonce apostolique. Le papa Benoît XVI a nommé Nonce apostolique en RDC à Mgr Adolfo Tito Yllana. Né aux Philippines en 1948, Mgr Tito était nonce au Pakistan depuis 2006.

Lundi 22 novembre.

CPI: les avocats de Jean-Pierre Bemba décrient un procès inéquitable. Le procès Jean-Pierre Bemba s'est ouvert, ce lundi 22 novembre à la Cour pénale internationale (CPI). L'ancien vice-président de la RDC est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, principalement des viols, commis par sa milice en Centrafrique, Entre temps, le collectif de la défense a dénoncé un procès inéquitable. La première audience du procès Jean-Pierre Bemba a finalement lieu ce lundi, après plusieurs reports, a affirmé une juge de la CPI, citée par l'AFP. Il était prévu pendant cette audience, une déclaration liminaire de l'accusation résumant les charges retenues contre l'accusé; à savoir : crimes de guerre et crimes contre l'humanité, notamment des viols, pillages et meurtres commis entre 2002 et 2003. C'était au moment où mille cinq cents hommes du Mouvement de libération du Congo (MLC) s'étaient rendus en renfort en Centrafrique, à la demande du président centrafricain Ange-Félix Patassé, victime d'une tentative de coup d'Etat. Et d'après le greffier de la CPI, sept cent cinquante-neuf victimes sont autorisées à être représentées dans ce procès. Ces victimes, toujours selon la même source, sont des femmes, des hommes, des enfants et vieillards répartis en deux groupes représentés chacun par un avocat centrafricain. Cependant, le collectif de la défense a dénoncé un procès le plus inéquitable qu'une justice internationale ait organisé. Pour ces avocats, l'ancien vice-président de la RDC n'a pas bénéficié de tous les privilèges qu'accordent les statuts de Rome. Ils ont donc dénoncé les faits suivants : arrestation irrégulière de Jean-Pierre Bemba, saisie de ses biens, refus de lui accorder des prêts, pas de moyens mis à la disposition de ses avocats pour mener des enquêtes. Ce procès initié contre l'opposant congolais, ont estimé certains analystes, devrait durer plusieurs mois. (Radio Okapi)

Nord Kivu: démarrage de l'identification des militaires de la 8e région militaire. L'opération de remise des cartes d'identification aux militaires des Forces armées de la RDC (FARDC) de la huitième région militaire devrait démarrer ce lundi 22 novembre, à son Etat-major. Une opération lancée officiellement samedi 20 novembre à Goma.

Province Orientale: 25 000 déplacés de guerre en situation précaire à Ango. L'administrateur du territoire de Ango a lancé, jeudi 18 novembre, un appel à l'aide d'urgence pour vingt-cinq milles déplacés de guerre en situation difficile dans ce territoire du district du Bas Uélé, au cours d'une mission d'évaluation de la délégation des humanitaires et de la Monusco. Selon le président du comité des ces déplacés, plusieurs structures sanitaires et écoles ont été détruites et pillées pendant les attaques des rebelles de l'Armée de résistance du seigneur (LRA). Les déplacés manquent de vivres, d'eau potable et de médicaments et sont regroupés dans des sites à Ango centre, à Diba et à Sukadi.

Kitshanga: les habitants de Mpati accusent les Fardc de leur imposer des corvées. Les habitants de la localité de Mpati, secteur de Kitshanga, en territoire de Masisi (environ 100 km de Goma) se disent soumis à des travaux forcés. D'après eux, ces corvées sont imposées par les militaires Fardc basés dans cette région.

Kinshasa: plaidoyer pour la convergence entre médecines vétérinaire et humaine. La faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Lubumbashi (Unilu) et l'Ecole de santé publique de l'Université de Kinshasa (Unikin), organisent un atelier de concertation depuis ce lundi 22 novembre à Kinshasa axé sur le processus de création d'une structure régionale de santé pour l'Afrique centrale et orientale. Les participants ont plaidé pour un changement de la perception de la santé.

CNDP: "un serpent à plusieurs têtes", selon son porte-parole. Le porte-parole du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Me Mahamba Kasiwa, a réagi, lundi 22 novembre, à la démission du secrétaire exécutif de ce parti, Kambasu Ngeve. Ce dernier était libre de partir. Le porte-parole du CNDP a soutenu que les accords signés en mars 2009 par son parti et le gouvernement n'ont pas trouvé satisfaction. Pour Me Mahamba Kasiwa, le CNDP attend toujours du gouvernement la satisfaction des questions de fond tels que : la traque des rebelles rwandais des FDLR et autres milices, le retour des réfugiés congolais vivant dans les pays voisins et la reconnaissance des grades aux militaires issus du CNDP. Me Mahamba Kasiwa a poursuivi : "Kambasu est parti. Il était libre de partir. Le CNDP est un parti politique à géométrie variable. C'est un serpent à plusieurs têtes. Vous pouvez couper une tête aujourd'hui, une autre va renaître automatiquement. C'est une hydre, le CNDP. Personne n'est pris en otage ici." De son côté, le secrétaire exécutif du Congrès national pour la défense du peuple a annoncé, samedi 20 novembre devant la presse à Kinshasa, sa démission de son parti. Il a justifié son départ par la satisfaction des revendications du CNDP, contenues dans le cahier des charges qui découle des accords signés avec le gouvernement central. (Radio Okapi)

Poliovirus: un deuxième cas détecté dans le district de Tanganyika. Un nouveau cas de poliovirus sauvage déclaré a été détecté au village de Kalenga Mission à 40 km sur la route de Kabimba au nord de Kalemie. Cela porte à deux, le nombre de cas déclarés dans le district de Tanganyika, a annoncé, lundi 22 novembre, le commissaire de ce district sur base des résultats d'analyse effectuée dans un laboratoire de Lubumbashi sur les échantillons des selles d'un enfant malade.

Mardi 23 novembre.

Procès Bemba: Patassé ne commandait pas les troupes du MLC, selon le procureur. La première audience du procès Jean Pierre Bemba à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye a été consacrée, lundi 22 novembre, aux déclarations liminaires du procureur, des représentants des victimes et de la défense. Le bureau du procureur de la CPI a soutenu que la responsabilité de l'ancien vice-président de la RDC est engagée dans ces crimes. Dans sa déclaration liminaire de ce lundi, le procureur adjoint, Fatou Bensauda, a soutenu que Jean-Pierre Bemba est poursuivi en tant que président et commandant en chef de son mouvement militaire le MLC. D'après elle, l'ancien président centrafricain Ange Félix Patassé avait demandé le soutien militaire de Jean-Pierre Bemba mais n'avait pas le contrôle des troupes de ce dernier : Pour la défense de Jean-Pierre Bemba, l'enquête est non seulement partiale mais aussi bâclée. Réagissant aux interventions du procureur et des représentants des victimes, les avocats de l'accusé ont affirmé que "cette enquête n'apporte absolument pas aux juges des preuves au-delà de tout doute raisonnable." L'un d'eux, maître Lyris Nkwebe a fait valoir le regret de la défense: Une deuxième audience est prévue ce mardi 23 novembre dans l'après-midi. Elle sera consacrée à la comparution du premier témoin. Acharnement Entre-temps à Kinshasa, l'Union pour la nation, plate-forme politique qui avait soutenu la candidature de Jean-Pierre Bemba au second tour de la présidentielle en 2006, n'est pas restée indifférente. Le coordonnateur de l'UN a, dans un communiqué de presse, dénoncé un acharnement du procureur Luis Moreno Ocampo sur le leader du MLC. (Radio Okapi)

L'UN demande plutôt que cette procédure se fasse avec diligence afin que son président recouvre sa liberté. Une centaine d'habitants du quartier Kassapa, commune annexe, ont manifesté samedi 20 et lundi 22 novembre dans les rues de Lubumbashi. Dans un mémo adressé au gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, ces habitants dénoncent les menaces de démolition de leurs maisons. Une équipe d'agents du cadastre accompagnée des militaires de la garde républicaine du camp Kimbembe sont déjà entrain de délimiter la concession qu'ils disent appartenir à la présidence de la République.

Equateur: une baleinière en détresse à Lukolela. Les passagers du MB/Ekila, partis de Kinshasa à destination d'Ikela, sont bloqués depuis trois semaines à Lukolela localité située à 200 km en aval de Mbandaka dans la Province de l'Equateur. L'embarcation qui les transporte a connu une panne technique.

Désaccord entre l'opposition et la majorité sur la composition du bureau de la Ceni. Les députés de l'opposition et de la majorité ne se sont pas mis d'accord au sujet du rapport de la commission ad hoc chargée de la vérification des dossiers des candidats au bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). A près trois heures et demie de discussion au bureau du premier vice-président de l'Assemblée nationale, ce mardi 23 novembre, les deux parties n'ont pas pu accorder leurs violons.

Kinshasa: Projustice publie un nouveau " Guide pratique d'accès à la justice en RDC ". Le "Guide pratique d'accès à la justice", un ouvrage de 272 pages produit par le Programme de renforcement des capacités de la justice en RDC (Projustice), a été présenté au public, mardi 23 novembre à Kinshasa. Ce manuel s'adresse en premier lieu, mais pas exclusivement, aux organisations de la société civile pour leur permettre de disséminer une information juridique de qualité et fiable aux justiciables surtout vulnérables du fait de leur pauvreté et de leur éloignement des centres urbains.

Masisi: les ex-officiers du CNDP et les Maï-Maï accusés de recruter des jeunes à Kitshanga. Les populations du secteur de Kitshanga et ses environs, en territoire de Masisi à environ 100 km au nord-ouest de Goma, se disent préoccupées par le recrutement des jeunes dans cette région par des ex-officiers du CNDP et les Maï-Maï. Sur place, plusieurs sources parlent même de création d'un centre d'entraînement militaire à plus de 50 km au nord de Kitshanga. Les responsables militaires des Fardc ont, quant à eux, rejeté ces allégations.

Mercredi 24 novembre.

Le clergé de Butembo appelle le gouvernement à agir contre l'insécurité. L'évêque Sikuli Paluku Melchisédech, porte-parole du clergé de Butembo et Beni, a lancé mardi 23 novembre, un message aux pouvoirs publics pour faire cesser la violence et l'insécurité dans sa juridiction. cette partie de la province du Nord-Kivu. Les enlèvements, les disparitions de personnes, les assassinats, les pillages sur les routes Beni-Kasindi, Butembo-Karuruma-Kasindi, Butembo-Goma, Butembo-Mangurejipa affectent, selon lui, toutes les couches de la société.

Une nouvelle équipe dirigeante à la Miba. Le nouveau staff dirigeant doit rapidement relancer la production de la Miba stoppée depuis 2008. Jeffrey Ovian, de nationalité canadienne, est le nouvel Administrateur délégué général (PAD) de la Minière des Bakwanga (Miba) en remplacement de Christine Tusse. Katenda wa Ndaya est nommé au poste de président du conseil d'administration et Mélanie Mfuta administrateur directeur financier. Les décisions de la ministre du Portefeuille ont été publiées, ce mercredi 24 novembre, à Mbuji-Mayi, capitale du Kasaï-Oriental.

Sud-Kivu: la Monusco poursuit l'opération Protection Shield contre les groupes armés. Neuf cents casques bleus de la Monusco poursuivent l'opération " Protection Shield " (bouclier de protection) pour la sécurisation des populations de Minembwe, de Fizi et d'Uvira, dans la province du Sud Kivu. Cette opération vise aussi neutraliser l'activisme des groupes armés dont les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), les Forces républicaines et fédéralistes (FRF) qui harcèlent les populations locales, les humanitaires et affrontent les Fardc.

Pourparlers entre la RDC et l'Ouganda sur les limites frontalières à Aru. Les autorités ougandaises et congolaises ont ouvert, mardi 23 novembre, des négociations à Aru sur les conflits de limites frontalières entre le district ougandais d'Arua et le territoire congolais d'Aru. Selon l'administrateur du territoire d'Aru, les deux parties s'accusent mutuellement de déplacer illicitement des bornes entre les deux territoires. Les autorités ougandaises accusent la partie congolaise d'avoir érigé la barrière douanière dans la partie ougandaise et d'avoir déplacé les bornes à deux kilomètres à l'intérieur de l'Ouganda. Le constat aurait été fait par le président ougandais, Yoweri Museveni, au cours de sa dernière visite dans le district d'Arua en Ouganda. Il aurait ensuite saisi l'ambassadeur de son pays en RDC pour trouver une solution pacifique à ce conflit. Après les discussions, les parties congolaise et ougandaise sont rendues à la frontière entre les deux pays pour vérifier les allégations de chaque partie. Elles sont retournées en discussion, et les résultats ne sont pas encore connus. (Radio Okapi)

Opienge: les Fardc refusent les négociations des notables avec les Maï-Maï. Une délégation des notables de Bafwasende séjourne à Opienge, où elle échange avec Luc Yabili, le chef rebelle Maï-Maï local. Cette visite entre dans le cadre des démarches entreprises par les notables de ce territoire, depuis octobre sous la houlette des autorités politico-administratives, pour inviter ce chef rebelle au dialogue. Les autorités militaires désapprouvent cette initiative.

Kinshasa: inquiétudes d'OCHA sur le faible financement des affaires humanitaires. Au cours de la conférence hebdomadaire de la Monusco, ce mercredi 24 novembre à Kinshasa, le chargé de l'information publique au Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Maurizio Guiliani, a exprimé l'inquiétude de cette agence onusienne concernant le faible résultat de l'appel des fonds lancé pour l'an 2010. Le financement s'élève à seulement 59,2 pourcents des 827 millions USD demandés.

Katanga: des jeunes munis d'armes blanches blessent trois policiers à Lwena. Le bilan officiel des affrontements de mercredi 24 novembre dans la matinée dans la chefferie de Kibanda à 15 km de la cité de Lwena, territoire de Bukama au Katanga, fait état de trois policiers blessés. Selon l'administrateur de territoire, Bernard Bukalangany, une douzaine des jeunes présumés auteurs de ces incidents ont été arrêtés lors des affrontements et ils sont entendus à Lwena. Il précise que les policiers se sont repliés au niveau de Lwena

Jeudi 25 novembre.

RDC : la Monusco publie une étude sur l'exploitation des femmes dans les mines. A l'occasion de la célébration, ce jeudi 25 novembre, de la Journée internationales pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, la Monusco va publier à Kinshasa une étude sur les implications socio-économiques de l'exploitation artisanale des ressources naturelles pour les femmes et filles en RDC. Cette étude a été menée par le bureau Genre de la Monusco dans le cadre du processus de renforcement de la stratégie de protection des femmes.

Nord-Kivu: nouveaux insignes des FARDC, les officiers pas encore concernés. Les opérations de distribution de nouvelles tenues et cartes d'identification des militaires des Fardc se poursuivent normalement, au Nord-Kivu. Le parole- porte des opérations Amani Leo dans le Nord et Sud Kivu, le Major Ekenge l'a confirmé à Radio Okapi. Il a toutefois précisé que seuls les hommes de troupes et les sous-officiers jusqu'au rang d'adjudant-chef sont concernés par cette distribution dans un premier temps.

Bukavu : les femmes protestent contre les violences sexuelles. La journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes a été célébrée avec faste ce jeudi 25 novembre à Bukavu, province du Sud-Kivu. Des milliers des femmes issues des diverses organisations féminines ont participé à une marche organisée par le ministère provincial du Genre sur les artères principales de la ville de Bukavu. A l'occasion, une campagne d'activisme contre les violences faites à la femme et la fille a été officiellement lancée. Elle va durer seize jours.

Sud-Kivu: retour hésitant des déplacés à Kitumba. Les habitants de Kitumba, localité située au sud-ouest de Minembwe centre, dans les hauts plateaux de Fizi, ont commencé à retourner timidement dans leurs villages, le mercredi 24 novembre. Ils avaient fui leurs maisons après une attaque perpétrée la nuit du dimanche à lundi 22 novembre par des présumés combattants des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans ce village.

Nord-Kivu: 260 cas de choléra à Kirotshe. Au moins deux cents soixante cas de choléra, dont deux décès, ont été identifiés dans la zone de santé de Kirotshe, localité située à 45 km, à l'ouest de la ville de Goma, en territoire de Masisi, depuis la dernière semaine du mois d'octobre. Le Médecin inspecteur provincial de la santé, Dr. Dominique Baabo qui déplore la recrudescence des cas de choléra dans cette zone de santé, déclare cependant que toutes les mesures ont été prises pour aider la population à accéder aux services de soins. Il indique, par ailleurs, que cette recrudescence est liée au manque d'eau potable dans cette zone.

Mbandaka: 16 jours de sensibilisation contre les discriminations interethniques. Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme a lancé, mercredi 24 novembre, une campagne de sensibilisation à l'égalité entre l'homme et la femme et à la lutte contre les discriminations interethniques. Ces activités, d'une durée de seize jours, sont organisées en prévision de la Journée internationale des droits de l'homme célébrée le 10 décembre prochain.

L'Assemblée nationale maintient la peine de mort. La proposition de loi sur l'abolition de la peine de la mort en RDC a été rejetée sans surprise, ce jeudi 25 novembre, par la plénière de l'Assemblée nationale. Au terme d'un débat général d'une rare violence verbale, jamais vécu à l'hémicycle de la chambre basse, les partisans de la peine de mort l'ont emporté face aux abolitionnistes.

Lubumbashi: des prêtres dénoncent la pollution de l'air à Kigoma. Un groupe de prêtres de la paroisse Reine des apôtres de Kigoma se plaignent de la pollution de l'air provoquée par la fumée que dégage une entreprise de fabrication de bitume située dans leur quartier. Ces prêtres ont transcrit leur plainte dans une lettre adressée au ministre provincial de la santé du Katanga....

Le plan d'aménagement de Kinshasa date de l'époque coloniale. Le plan d'aménagement de la ville de Kinshasa n'a plus été actualisé depuis des décennies, alors qu'il doit être fait tous les quinze ans, selon des responsables du service de l'habitat de Kinshasa. Le dernier plan d'urbanisation mis en application date de l'époque coloniale. Ce manque de plan d'aménagement a donné lieu à la naissance de quartiers mal urbanisés ou pas du tout urbanisés: GB à Ngaliema, Mbudi à Mont Ngafula et Bibwa à NSele. Construite pour 500 000 habitants, la ville de Kinshasa regorge aujourd'hui de près de 10 000 000 d'habitants. Cet accroissement démographique a exigé une expansion de la ville qui n'a pas été planifié. (Radio Okapi)

Procès de Jean-Pierre Bemba, après le procureur, la parole est à la défense. La défense de l'ancien chef rebelle et vice-président congolais Jean-Pierre Bemba procèdera jeudi au contre-interrogatoire des témoins jusque là cités par le Parquet de la Cour pénale internationale (Cpi) de La Haye pour des crimes commis au Centrafrique entre 2002 et 2003. Après l'audience d'ouverture du procès tenue lundi, la procureure adjointe Fatou Bensouda a interrogé mercredi le premier témoin sous couvert de l'anonymat et identifié comme Témoin Numéro 38. L'homme, dont le visage était couvert et la voix camouflée, a soutenu que les milices du Mouvement pour la libération du Congo (Mlc) sous commandement de Bemba faisaient souffrir quotidiennement les populations civiles du Centrafrique, avant d'évoquer une visite de l'imputé dans la capitale centrafricaine Bangui au quartier général de ses hommes. L'affaire suscite un grand intérêt au Centrafrique, où la population a pu suivre en direct lundi dernier l'inauguration du procès. Plusieurs centaines de victimes du Mlc figurent en outre dans le public dans l'attente que justice soit faite. Dès le premier jour de son procès, Bemba s'est déclaré non coupable. (Misna)

Vendredi 26 novembre.

Katanga: 70 cas de rougeole déclarés à Sampwe. Soixante dix cas de rougeole, dont sept décès, ont été enregistrés en l'espace de deux semaines dans la localité de Sampwe à 75 km de Lubumbashi. Entre cinq et six malades sont admis chaque jour dans ce centre, a déclaré son responsable, Soeur Gisèle Kayumba, Salésienne de don Bosco. Ces informations ont été confirmées par l'administrateur du territoire de Kasenga.

Polio : Victor Makweng appelle les Congolais à l'hygiène. La population congolaise est appelée au respect des mesures d'hygiène élémentaire et à l'assainissement du milieu, en vue de limiter l'impact de la poliomyélite. Cet appel a été lancé, jeudi 25 novembre à Kinshasa par le ministre de la Santé, Victor Makweng, lors d'une conférence de presse conjointe tenue par le ministère de la santé, l'OMS et l'Unicef.

Equateur: situation sécuritaire calme à Buburu. La situation sécuritaire semble calme à Buburu, Lilanga et Bobangi, trois localités riveraines situées le long de la rivière Ubangi, à l'Equateur où a sévit une insurrection en novembre 2009. Ce constat a été fait au cours d'une mission d'évaluation humanitaire composée des agences du système des Nation Unies, de la Monusco et des ONG internationales et nationales. Cependant, dans ces villages, la population se plaint des tracasseries.

Le bilan de l'assemblée du Nord-Kivu est négatif, selon la société civile. Une dizaine de députés provinciaux ont échangé avec une centaine de leurs électeurs, jeudi 25 novembre à Goma, sur le bilan de leurs réalisations durant les quatre premières années de la législature. Cette séance d'échanges a été organisée par l'Assemblée provinciale du Nord-Kivu avec l'appui du PNUD. Les membres de la société civile présents à cette rencontre ont jugé négatif ce bilan, contre l'avis des députés concernés.

Lettre ouverte de Mme Chebeya à Kabila. Dans une lettre ouverte datée du vendredi 19 novembre et adressée au président de la RDC, la veuve de Floribert Chebeya, dénonce l'absence de John Numbi dans le box des prévenus dans l'affaire Chebeya. Suspendu de ses fonctions de chef de la police congolaise, le général Numbi comparaît en qualité de témoin. La veille de sa disparition, Chebeya avait un rendez-vous, qui n'a pas lieu, avec John Numbi, selon la veuve.

Equateur : une assistance de la Monusco disponible pour les passagers de M/B Ekila. Les agences du système des Nations unies en RDC ont mobilisé une assistance composée de 500 kg de matériel d'urgence, de la nourriture, de médicaments, de produits de traitement d'eau, de kits d'accouchement, du savon et de moustiquaires. Cette assistance pourra bientôt atteindre les passagers du M/B Ekila, une baleinière en détresse sur le fleuve Congo depuis trois semaines.

Kinshasa: Philo, un enfant de la rue qui réussit. Ce vendredi 26 novembre, la communauté internationale célèbre la journée des enfants de la rue, ces enfants qui vivent en dehors de leurs familles biologiques et passent l'essentiel de leur temps dans les rues. Si pour plusieurs d'entre eux, l'avenir est toujours sombre, certains, arrivent à s'en sortir. C'est le cas de Philo aujourd'hui licencié en droit et gérant d'un flat hôtel à Kintambo. A l'âge de 9 ans, Philo choisit de quitter le toit parental suite au divorce de ses parents. Son père accorderait, selon lui, plus d'attention aux enfants de son second mariage. Traités de sorcier, Philo et son petit frère vont regagner la rue. Pour s'en sortir, Philo a exercé plusieurs petits métiers. Il témoigne : Des fois, on allait donner de coups de main dans certaines familles. Avec tout ce qu'on me donnait comme conseils par de gens de bonne volonté, j'avais pris conscience qu'il n'y a que les études qui pourront m'aider à m'en sortir. Parce que sans les études, je ne pensais pas que je pourrais m'afficher dans la société. Il a donc fait des humanités pédagogiques, puis le droit à l'Université de Kinshasa. Si Philo a choisi les études, d'autres enfants de la rue préfèrent plutôt s'adonner au banditisme. Avec son diplôme de licence en poche, Philo se dit serein et confiant en l'avenir. Il a une ambition, celle de travailler un jour dans une organisation internationale. (Radio Okapi)

Grands Lacs : la FAO veut expérimenter le projet filière riz dans la plaine de Ruzizi. Un atelier pour le lancement et la promotion de la filière riz dans la plaine de la ruzizi, pour la composante RDC, s'est tenu jeudi 25 novembre au restaurant la chandelle d'Uvira. Ce projet est le résultat d'un accord de coopération intervenu en 2003 entre d'une part les gouvernements du Burundi, du Rwanda et de l'Ouganda et d'autre part la FAO dans le cadre de son fonds pour la sécurité alimentaire mondiale. D'après la FAO, cette nouvelle approche ne s'intéressera pas uniquement aux riziculteurs mais aussi à tous ceux qui sont dans la filière riz, transformateurs, consommateurs, commerçants, opérateurs financiers qui leur octroient des micros crédits. C'est ce qui fait la nouveauté de l'approche. Le gouvernement italien a réussi l'expérience en Zambie, au Malawi et en Amérique du Sud avant de l'étendre au Rwanda, au Burundi et en Ouganda. En juillet 2009, le gouvernement italien, principal bailleur des fonds, a alloué un montant de 5,6 millions de dollars US pour une période de 3 ans, en vue d'étendre la zone du projet à la RDC. Principales activités du projet. La FAO compte valoriser les productions agricoles du riz, promouvoir la culture commerciale, la génération de revenu par le producteur. Elle veut également faciliter les échanges entre les quatre pays bénéficiaires, à savoir le Rwanda, le Burundi, l'Ouganda et la RDC. Les acteurs seront donc organisés et formés sur le plan technique de gestion pour qu'ils deviennent professionnels autour de cette filière. Ils devront avoir accès aux ressources financières pour produire, transformer et commercialiser le riz de la plaine de la Ruzizi et l'imposer au niveau du marché sous régional dans les quatre pays. (Radio Okapi)

Kinshasa ne doit plus que 153 millions USD au Club de Paris. La RDC n'a plus que 153 millions des dollars de dollars comme dette extérieure due au Club de Paris, a déclaré ce vendredi 26 novembre lors d'une point de presse à Kinshasa le directeur de cabinet adjoint du Premier ministre, chargé du suivi avec le Fmi et la Banque mondiale. Pour rappel, le 17 novembre dernier à Paris, les créanciers traditionnels de la RDC ont annulé 7,35 milliards USD de sa dette extérieure. Jean Claude Nachega a fait savoir que les conclusions des négociations du Club de Paris constituent la fin du processus d'allègement de la dette extérieure de la RDC. Celle-ci est passée de près de 13 milliards USD à 2 milliards