Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 15 au 31Janvier 2011
n°163


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 

 

Samedi 15 janvier.

Mort d'un étudiant à l'Unikin: Mashako Mamba n'exclut pas une main noire. La mort d'un étudiant la nuit de mercredi 12 à jeudi 13 janvier, ne relève pas de l'auto pendaison (suicide par pendaison). Le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire exclut cette hypothèse. Le professeur Mashako Mamba estime qu'il s'agit plutôt " d'une main noire, cherchant à soulever les étudiants et à occasionner un carnage ", dans le but selon lui, de discréditer le pouvoir, comme ce fut le cas en 1990, avec l'Université de Lubumbashi.

Procès JP Bemba: fin de la comparution du témoin numéro 87, le goût amer de la défense. La défense de l'ancien vice-président de la République de la RD Congo a fini son contre-interrogatoire sans avoir obtenu plus des détails qu'elle cherchait, parce que, souvent, le témoin, ne s'en souvenait plus. Le témoin numéro 87 qui affirme avoir tout entendu, vu l'assassinat de son frère et sa dépouille, n'a pas donné aux avocats de Jean-Pierre Bemba les précisions, même approximatives, des blessures sur le corps de celui-ci. Sur un croquis du corps humain qui lui a été présenté, elle néanmoins indiqué la zone où se trouvait les impacts de balles. Curiosité des avocats de la défense. Cette femme qui venait d'être violée, a assisté à cette scène sans fuir, ni appeler les voisins. En plus elle a passé la nuit dans la même maison que la dépouille de son frère qu'elle n'a vu qu'au petit matin. Autre fait surprenant. Dans la matinée de ce 30 octobre 2002, les personnes en fuite avaient prévenu cette femme de la brutalité des militaires Banyamulenge. Pourquoi le témoin 87 est-il resté chez elle alors que tout le monde fuyait son quartier ? A cette question, la victime explique être restée vendre du café et garder leur maison.
Pour conclure le contre-interrogatoire, Maître Aimée Kilolo, a voulu avoir des précisions sur le commandement des troupes. Visiblement en difficulté, le témoin 87 a déclaré que pendant les affrontements de 2002, c'est l'ancien président centrafricain Félix Patassé, encore au pouvoir, qui assurait le commandement de ses hommes sur place. (Radio Okapi)

Walikale: le Racid demande au gouvernement d'enquêter sur les viols de la Saint Sylvestre. Dans un communiqué de presse rendu public jeudi 13 janvier, le Réseau d'actions citoyennes pour la démocratie, Racid, dénonce les événements survenus en date du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011, à la limite des territoires de Walikale et de Masisi. Il demande au gouvernement d'initier une commission d'enquête sur place à Walikale. Au cours de ces événements, plus de 350 maisons ont été pillées et plusieurs femmes violées dans les villages de Mikweti et Mukoberwa, au sud de Walikale, ainsi que dans le village de Kalambairo dans le sud de Masisi.

RDC: révision constitutionnelle, mise en place d'une commission parlementaire. Les deux chambres du parlement réunies en congrès, ont mis en place vendredi 14 janvier une commission qui a pour tâche d'examiner la proposition de loi portant révision constitutionnelle. L'opposition a, pour sa part, boycotté les assises du congrès. Dans une déclaration faite peu avant l'ouverture des travaux, elle estime que cette proposition de loi n'a pas été notifiée au gouvernement.

Nord-Kivu : lancement de la 4e phase des opérations Ruwenzori contre les ADF Nalu. Les opérations Ruwenzori menées par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) entrent dans leur phase décisive et déterminante, avec le lancement de la 4e phase, a annoncé ce samedi 15 janvier le porte-parole de ces opérations. Ceci, après leur lancement en juin 2010, par le commandement de la 8e région militaire.

Kananga: la police disperse une marche des jeunes kabilistes. Des centaines des jeunes kabilistes ont été dispersés vendredi 14 janvier à Kananga par la police alors qu'ils s'apprêtaient à marcher pour soutenir l'idéologie de Mzee Kabila, à l'occasion du 10e anniversaire de sa mort, a annoncé le coordonnateur urbain de l'Association des jeunes kabilistes dans cette ville du Kasaï Occidental.

Equateur: l'insécurité alimentaire sévit dans 5 territoires. Nonobstant la fertilité du sol de l'Equateur et sa vocation agricole, certaines populations de cette province vivent dans insécurité alimentaire, révèle le rapport publié par le ministère de l'Agriculture, Pêche et Elevage du gouvernemental central, à l'issue d'une l'enquête menée en 2010, avec l'appui technique de la FAO. Selon Donatien Ngoy, chef de sous bureau FAO/Equateur, il s'agit du territoire de Bomongo dans le district de l'Equateur, de celui de Kungu dans le Sud Ubangi, de Monkoto, d'Ikela et de Bokungu. Le reste des territoires sont en état d'insécurité alimentaire modéré. A en croire cette source, l'insécurité alimentaire dans les cinq territoires précités est accentuée notamment par les conflits armés du Mouvement de libération indépendante et des alliés dans le territoire de Kungu et de Bomongo. Cependant, pour les territoires de Monkoto, d'Ikela et de Bokungu, cette situation est due à l'enclavement de ces entités, à l'insuffisance de marché où doivent s'approvisionner les paysans en denrées alimentaires et mauvaises habitudes alimentaires. (Radio Okapi)

Dimanche 16 janvier.

Parlement: vote de la loi sur la révision de la Constitution. Le parlement réuni en congrès a voté samedi 15 janvier, à une large majorité, le projet de loi portant révision constitutionnelle. Les partisans de cette révision se disent satisfaits de ce vote. Il s'agit, selon eux, d'un exercice démocratique. Par contre, certains membres de l'opposition ont pris part au vote dans l'ultime démarche de faire échec à la proposition de loi. Au total, quatre cent quatre-vingt cinq membres du congrès ont voté pour, huit contre et onze se sont abstenus. Tel est le résultat du vote de la révision de la constitution. Princesse Adèle Kanyinda, députée de la majorité, apprécie la détermination et le courage de la majorité d'avoir anticipé cette action (vote). Selon certains députés, l'article 71 de la constitution ne garantie pas nécessairement la victoire de Joseph Kabila. Le sénateur Henri Thomas Lokondo est de cet avis. Pour ce sénateur, il s'agit d'un faux débat, parce qu'il n'est pas dit que c'est le président Joseph Kabila qui va gagner les élections au premier tour. Quelqu'un de l'opposition peut aussi les gagner au premier tour, estime-t-il. Quelques députés de l'opposition ont pris part au vote. (Radio Okapi)

Ceni: les membres du bureau sont désormais connus. L'Assemblée nationale a entériné, samedi 15 janvier dans la soirée, les propositions des membres devant faire partie du bureau de la Commission électorale nationale indépendante, Ceni.

Kinshasa: libération de 122 détenus à la faveur de la grâce présidentielle. Cent vingt-deux condamnés dont sept femmes de la prison centrale de Makala ont bénéficié samedi 15 janvier de la libération conditionnelle découlant de la mesure de grâce présidentielle. Selon le ministre de la justice et des Droits humains Luzolo Bambi qui a présidé cette cérémonie, ces détenus, tous des civils, ont accompli le quart de leurs peines et ont présenté les signes d'amendement particuliers.

Kinshasa: José Makila appelle à l'unité des enfants de l'Equateur. Oui à la divergence et à la diversité d'opinions, non à la division dans le milieu des Equatoriens, c'est en fait le nouveau credo de José Makila, gouverneur honoraire de la province de l'Equateur, évincé à la suite d'une motion de défiance de l'assemblée provinciale en janvier 2009

Il y a 10 ans, mourait Laurent Désiré Kabila. 16 janvier 2001-16 janvier 2011, cela fait exactement 10 ans depuis que mourait Laurent Désiré Kabila, ancien président de la RDC, assassiné par un de ses gardes, dans sa résidence au palais de marbre à Kinshasa. Des milliers de personnes ont pris part au culte inter religieux organisé à l'esplanade du palais de la nation à l'occasion du 10e anniversaire de l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila. La commémoration de cet événement a été une grande mobilisation.

Révision du fichier électoral: poursuite des opérations au Katanga et au Maniema. L'opération d'accréditation des témoins, observateurs et journalistes aux opérations de révision du fichier électoral qui a débuté en début de semaine, se poursuit au Katanga. Sur la liste, seuls quatre partis politiques ont déjà envoyé leurs demandes au bureau provincial de la Commission électorale indépendante, CEI. Poursuite des mêmes opérations également au Maniema.

Dungu: attaque armée d'un véhicule à Ndiangu, un mort et quatre blessés. Les faits se sont passés samedi, à 95 km nord-est du territoire de Dungu, dans la localité de Ndiangu. Un groupe d'assaillants armés non encore identifiés a attaqué un véhicule en provenance de Bangadi où la rébellion ougandaise de la LRA est encore active.

Lundi 17 janvier.

Dungu : Assassinat d'une sœur par la LRA. La sœur augustinienne Jeanne Yengane a été assassinée par les rebelles de la LRA non loin de Dungu. Le véhicule dans lequel la sœur voyageait est tombé dans une embuscade à 35 km de Bangadi, vers Ngilima. Un rebelle LRA est sorti devant le véhicule et s'est mis à tirer. La sœur Jeanne, qui était assise au milieu entre le chauffeur et un médecin, a reçu plusieurs balles, tandis que le chauffeur et le médecin ont pu sortir du véhicule et s'enfuir dans la brousse. Le rebelle a continué à tirer, et a blessé 4 autres personnes qui se trouvaient encore à l'intérieur de la camionnette. D'autres rebelles sont sortis de la brousse et après avoir pillé tout ce qui se trouvait dans le véhicule, l'ont incendié avant de se retirer dans la brousse. Le corps de la sœur a été retrouvé à côté du véhicule incendié. La sœur Jeanne Yengane était ophtalmologue. Elle venait de la localité de Bangari où elle avait soigné plusieurs malades. Hier, dimanche 16 janvier, l'avion de " Avion Sans Frontières (ASF)" a ramené à Dungu la dépouille mortelle de la sœur ainsi que les blessés et les rescapés de ce malheureux évènement. (Ademis. Vincent Ndombe)

Les Etats-Unis prêts à soutenir le processus électoral en RDC. " Les candidats doivent participer à ces élections librement et sans intimidations ". L'ambassadeur américain a fait cette déclaration le week-end dernier lors d'une visite de travail à Lubumbashi (Katanga), dans le sud-est de la RDC. James Entwistle n'a pas révélé le budget que compte allouer les USA aux élections de 2011, précisant que les discussions sont en cours entre l'ambassade américaine à Kinshasa et Washington à ce sujet. Selon lui, Washington accorde une grande importance à la tenue des élections libres et équitables en RDC

Kamerhe projette une pétition pour revenir à la présidentielle à deux tours. Le président de l'Union nationale des Congolais (UNC), Vital Kamhere, s'est déclaré, dimanche 16 janvier, opposé à la révision constitutionnelle instaurant le scrutin à un seul tour. Lors d'un point de presse, tenu le dimanche 16 janvier à Kinshasa, il a annoncé son projet de pétition pour modifier l'article 71 alinéa 1 de la constitution. Ce nouvel article révisé instaure la présidentielle à un tour.

50ème anniversaire de l'assassinat de Lumumba: Mpolo et Okito honorés. La communauté congolaise commémore, ce lundi 17 janvier, le 50ème anniversaire de la mort de patrice Emery Lumumba, le 1er premier ministre de la RDC à son accession à l'indépendance. Le personnage est l'un des pères de l'indépendance du pays. Pour honorer sa mémoire et celles de deux de ses compagnons assassinés avec lui, une messe d'action de grâce a été dite en la cathédrale Notre Dame du Congo.

Sud-Kivu: Alexandre Kabare réclamé comme héros national, à titre posthume. A Bukavu, les cérémonies commémoratives du cinquantenaire de la mort du Premier ministre de la RDC, Patrice Emery Lumumba se sont déroulées, en deux temps. D'abord, à la place de l'Indépendance et ensuite, dans la chefferie de Kabare où la population locale a réclamé l'élévation, à titre posthume, de feu le Mwami Alexandre Kabare au rang de héros national pour sa lutte contre la colonisation. Né de souche royale, selon Forum des As, Mwami Alexandre Kabare, lui-même lumumbiste, mourut le 18 septembre 1980, à 67 ans, dans le dénuement le plus total et dans l'oubli des pouvoirs établis.

Mardi 18 janvier.

Université de Kinshasa: les enseignements reprennent ce mardi. Mardi 18 janvier, dès 8h30, les activités académiques reprennent à l'Université de Kinshasa après quelques jours d'arrêt à la suite des incidents qui ont suivi le décès d'un étudiant sur le campus jeudi dernier. Selon le secrétaire général académique de cette institution, des mesures ont été prises pour sécuriser le site.

Révision constitutionnelle : Kamerhe, Mwamba, Vuemba… à la Monusco. Une délégation de l'opposition politique congolaise a été reçue, lundi 17 janvier par la représentante spéciale adjointe du secrétaire général de l'Onu en RDC, Mme Leïla Zerrougui. Cette délégation est venue exprimer " sa désapprobation de la révision constitutionnelle " adoptée samedi 14 janvier dans une plénière du Congrès au parlement. " On ne peut pas se réveiller un matin et dire que nous changeons une constitution pour laquelle nous avons fait une campagne pendant une année à travers tout le pays, [et qui a été] votée au référendum," a déclaré Vital Kamerhe, ancien président de l'Assemblée nationale qui a récemment rejoint l'opposition. Il s'exprimait ainsi au nom de la délégation. Selon lui, l'opposition a saisi la Mission de l'ONU en RDC parce qu'elle représente la communauté internationale. Cette dernière avait pris une part active pour doter la RDC de la constitution qui vient d'être révisée, a-t-il rappelé. Vital Kamerhe a aussi critiqué la modification apportée aux articles 197 et 198 de la Constitution. Cette modification permet au président de la République de d'arbitrer les conflits de gestion des provinces. " Les gouverneurs de province et les assemblées provinciales seront désormais soumises aux humeurs du chef de l'Etat qui peut les virer comme il l'entend," a réagi Vital Kamerhe à cette disposition la qualifiant d'inconstitutionnelle. La révision constitutionnelle adoptée samedi à Kinshasa consacre la présidentielle à un seul tour en RDC. La délégation de l'opposition était notamment constituée de : Vital Kamerhe de l'UNC, François Mwamba du MLC, Me Lumeya Dhu Malegi de Chrétiens démocrates, Jean-Claude Vuemba de l'ODR et Dr Bwassa du G14. (Radio Okapi)

Procès Bemba : le témoin 68 a raconté les circonstances de son viol. Le cinquième témoin a commencé, lundi 17 janvier, sa déposition à la Cour pénale internationale (CPI) dans l'affaire Jean-Pierre Bemba contre le procureur. C'est la cinquième femme victime de viol qui a décrit les atrocités commises sur elle en octobre 2002. Elle a imputé ce crime aux militaires du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba.

Le général Faustin Munene arrêté au Congo Brazzaville. L'ancien chef d'état-major de l'aviation du Congo-Kinshasa, le général Faustin Munene, qui avait récemment formé la rébellion de l'Armée populaire de résistance (APR), a été arrêté par les forces de sécurité du Congo-Brazzaville. Onze autres individus ont été arrêtés en même temps que le général dissident alors que le groupe tentait de passer en République du Congo. La presse locale, qui rapporte l'arrestation avec emphase, souligne quant à elle la confiance de Kinshasa concernant l'extradition du général rebelle. L'APR est considérée responsable d'une attaque contre les forces armées en novembre dernier à Kikwit, dans la province de Bandundu. Certaines rumeurs relataient même l'intention de Munene de préparer une nouvelle insurrection. L'arrestation du général rebelle distrait quelque peu l'actualité congolaise, dernièrement concentrée sur une controversée modification de la Constitution, grâce à laquelle la prochaine présidentielle se tiendra en un seul tour. (Misna)

Université de Kinshasa: timide reprise des enseignements ce mardi. Le site du campus de l'Université de l'Université de Kinshasa (Unikin) n'a pas grouillé de monde ce mardi matin, mais quelques étudiants ont quand même répondu à l'appel pour la reprise des enseignements, après une semaine agitée. Aucune présence policière n'y a été observée.

Goma : 500 policiers issus de différents ex-groupes armés en formation. Ils viennent du Maniema, de la Province Orientale, ainsi que du Nord et du Sud-Kivu. Ces policiers issus de différents ex-groupes armés et intégrés dans différentes unités de la Police nationale congolaise vont suivre pendant 45 jours, une session de formation et de recyclage au centre de Munigi, près de Goma, au Nord-Kivu.

Bunia: les manifestations politiques interdites momentanément en Ituri. Dimanche dernier, les militants du PPRD prêtaient serment dans la salle polyvalente du district. Vingt-quatre heures après, John Tinanzabo, président a.i de l'UPC, parti d'opposition, a été interdit d'accès au même endroit pour animer sa conférence-débat. Selon le commissaire de district de l'Ituri, les activités politiques sont suspendues momentanément.

Oléoduc pour l'Atlantique : contrats et indiscrétions. Les articles de presse relatifs à la volonté du gouvernement congolais d'annuler l'accord passé avec le groupe italien Cestari pour la réalisation d'un système d'oléoducs censés rejoindre l'Océan Atlantique ne constitueraient qu'une "manœuvre de discréditation", estime Alfredo Cestari, président de la compagnie holding italienne signataire en décembre d'un mémorandum d'accord avec Kinshasa. Le maintien de l'accord vient d'être remis en doute par le portail d'informations Africa Energy Intelligence que reprend avec emphase le quotidien Le Potentiel. En effet, les autorités auraient ordonné l'annulation de l'accord en raison de leurs doutes sur la capacité du groupe Cestari à prendre en charge des tâches si complexes. Cependant, cette reconstitution des faits est réfutée par la compagnie italienne : "Nous avons un accord en termes de contrat qui doit être respecté", dit le représentant de la chambre de commerce Italie-Afrique centrale, Francesco D'Ambrosio. Le mémorandum confie au groupe Cestari la coordination de la construction de 6500 kilomètres d'oléoducs pour un montant de 13 milliards de dollars. L'accord vise à relier les gisements de pétrole et de gaz du Congo central et oriental au terminal de Muanda, sur l'Atlantique. Selon Africa Energy Intelligence, la demande d'annulation de l'accord serait intervenue alors que le colosse italien Eni attend la décision du gouvernement congolais sur une concession d'hydrocarbures dans le Bassin du Lac Édouard, une des zones les plus prometteuses de l'Est. Le groupe Cestari s'était déjà vu confier la réalisation de plusieurs projets d'ingénierie civile au Congo. Les débuts de la compagnie italienne à Kinshasa remontent à la période entre la fin de la guerre civile en 2003 et l'élection du président Joseph Kabila trois ans plus tard. (Misna)

Mercredi 19 janvier.

17 détenus s'évadent du cachot de la police à Kalemie. L'évasion s'est produite, lundi 17 janvier en soirée à l'Etat-major de la police de Kalemie. Les prisonniers ont profité de l'inattention du chef de poste pour s'enfuir, rapportent des sources sur place..

Sud Ubangi: le gérant d'une baleinière abattu près de Boyele. " Une baleinière battant pavillon RDC dénommée "H/B Quatre fleurs" a été braquée vendredi 14 janvier sur la rivière Ubangi par des militaires du Congo-Brazzaville ". C'est ce qu'a révélé à Gemena le Commissaire de district du Sud-Ubangi. Selon lui, l'incident a eu lieu à 30 km de la localité de Dongo. Face à la résistance du gérant de l'embarcation, les assaillants l'ont abattu et l'ont jeté dans la rivière, a indiqué le commissaire de district du Sud-Ubangi, Jean Baptiste Lumbwe citant des témoins. Selon ces sources, à l'arrivée de "H/B Quatre fleurs " à ce port, deux éléments de l'armée de la République du Congo, n'ayant pas trouvé le propriétaire de la baleinière, se sont rabattus sur le gérant de l'embarcation. Les mêmes sources précisent qu'ils lui ont ravi une somme d'argent d'une valeur de 50 sacs de maïs et de 50 sacs d'arachides. Son corps a été repêché à Dongo. (Radio Okapi)

Kisangani : assemblée provinciale, une session ordinaire sur fond des attentes de la population. La première session ordinaire de l'assemblée provinciale, pour l'année 2011 a été ouverte mardi 18 janvier à Kisangani, en présence du gouverneur de province, des ministres ainsi que des députés provinciaux. Cette session sera essentiellement législative, a précisé le président de l'assemblée provinciale de la Province Orientale, Philippe Masikini Masimango, dans son allocution de circonstance.

Remaniement ministériel à l'Equateur: deux entrants, quatre ministres permutés. Le gouverneur de province a remanié l'exécutif provincial mardi 18 janvier par arrêté. Selon des sources proches du gouvernorat, ce remaniement s'explique par des raisons d'efficacité. Dans cette nouvelle équipe qui compte deux femmes, on note deux entrées et quatre permutations.

Mbuji-Mayi: reprise des cours à l'Université, après une semaine de suspension. L'Université de Mbuji-Mayi a été recouverte mardi 18 janvier, après une semaine de fermeture sur décision du conseil provincial de sécurité du Kasaï-Oriental. Les cours ont effectivement repris ce mercredi 19 janvier sur le campus de Tshikama. Outre la levée de cette mesure, le conseil de sécurité a également pris plusieurs autres décisions, à l' l'endroit des meneurs des manifestations du 11 et 12 janvier dernier sur le campus. Il s'agit, entre autres, des poursuites judiciaires.

LD Kabila: la VSV réclame la réouverture du procès. Dix ans après la mort de feu président Laurent-Désiré Kabila, l'ONG la Voix des sans voix (VSV) demande la réouverture du procès de son assassinat, estimant que la vérité n'a toujours pas éclaté au grand jour pour permettre d'établir les responsabilités et condamner les coupables et les commanditaires. Dans un communiqué daté du 17 janvier 2011, la VSV trouve cela anormal. Elle ne s'explique pas que jusqu'à ce jour, le procès qui avait été engagé ne soit pas achevé puisque la cour militaire continue les enquêtes. C'est pourquoi cette ONG de défense des droits de l'homme plaide pour la réouverture de ce procès. (Radio Okapi)

Monusco: plus de 1800 combattants FDLR démobilisés en 2 010. Le programme DDRRR de la Monusco a démobilisé 1881 combattants FDLR et rapatrié 1165 ex-combattants étrangers au cours de l'année 2010, a indiqué mercredi Madnodje Mounoubai, porte-parole de la mission onusienne, au cours de la conférence de presse hebdomadaire à Kinshasa.

Goma: l'assemblée provinciale, bientôt fin mandat sans avoir rencontré les attentes de la population, selon la société civile. La dernière session ordinaire de l'assemblée provinciale du Nord-Kivu s'est ouverte mardi 18 janvier 2 011. A quelques jours de la fin du mandat de l'organe délibérant de cette province, la société civile locale estime que le travail réalisé pendant les quatre premières premières années n'a pas rencontré les attentes de la population.

La BCC a vendu 25 millions USD pour stabiliser le Franc congolais. La Banque centrale du Congo (BCC) a vendu, mardi 18 janvier, 25 millions de dollars américains aux banques commerciales. Il s'agit de sa deuxième intervention en une semaine sur le marché de change. Objectif : contrer la volatilité du Franc congolais face aux devises étrangères. Pour calmer les craintes d'un dérapage, Jean Claude Masangu, gouverneur de la BCC rassure que cette intervention sur le marché de change ne sera pas permanente. Il affirme que la Banque centrale a accumulé suffisamment de réserves pour pouvoir vendre des devises, assurant respecter à cet effet les critères du FMI.

Lubero: les coupeurs de route braquent un véhicule des prêtres. Les coupeurs de route ont attaqué, lundi 17 janvier, un véhicule des prêtres à Kitovo. Le véhicule partait de Kitsombiro pour la paroisse de Kipese, à 80 km au Sud de Butembo. L'attaque s'est produite non loin de Kitovo, la destination. " Six hommes en armes, habillés en tenue militaire, ont surgi de la brousse. Ils ont tiré des coups de feu en l'air," a affirmé le curé de la paroisse de Kipese, l'une des victimes de l'attaque. Selon lui, ces criminels ont emporté tous les biens de passagers du véhicule, après avoir braqué le véhicule. Deux motocyclistes qui suivaient le véhicule ont subi le même sort, a déclaré le même curé.

Kinshasa : plusieurs quartiers dans le noir malgré les nouveaux transformateurs. La Société nationale d'électricité (Snel) s'active depuis un temps, à déployer des transformateurs et installer de nouveaux câbles dans différents quartiers de la capitale. Cette opération vise à mettre fin au délestage à Kinshasa, capitale de la RDC. Un mois après la distribution des transformateurs de basse tension, plusieurs quartiers kinois manquent toujours de courant électrique.

Jeudi 20 janvier.

Le pétrole du parc national des Virunga au centre d'une polémique. Soco international, une société britannique veut exploiter le pétrole dans le bloc 5 du rift albertin Est, dans le parc national des Virunga, au Nord-Kivu. Une délégation de cette société séjourne cette semaine à Goma pour vulgariser le projet. Mais ce dernier rencontre des résistances, notamment de la part de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et des ONG locales. Une étude de l'impact environnemental de ce projet sur l'écosystème du parc des Virunga a été menée au mois d'août 2010 par un comité institué par Soco international et le ministère des Hydrocarbures. Le directeur général Afrique de Soco international, Serge Lescaut a déclaré que son entreprise attend que le gouvernement congolais valide les résultats de cette étude pour lancer l'exploitation pétrolière. Les résultats de cette étude n'ont pas encore été rendus publics, selon des sources concordantes. " Pour l'heure, Soco international n'a pas accès au parc des Virunga, " a affirmé Serge Lescaut à l'issue d'une séance de vulgarisation du projet auprès des ONG environnementales de Goma. Mais il s'est dit optimiste puisque l'entreprise dispose d'un contrat d'exploitation acquis sur ordonnance présidentielle. Expertise. L'ICCN estime que le bureau qui a mené l'étude d'impact environnemental n'a aucune expertise. L'administrateur délégué général adjoint de l'ICCN, India Omari est plutôt favorable à la mise sur pied d'un bureau d'études indépendant pour " ne pas sacrifier les trois quarts du parc menacés par le projet. " " Les études menées par ce bureau n'étaient pas allées en profondeur pour déterminer les conséquences à court et à long terme de cette exploitation, " ont indiqué des responsables de l'ICCN. " Personne ne sait comment ils ont procédé ni quelles ont été les conclusions de cette étude," ont affirmé les mêmes sources. Certaines ONG locales affichent aussi leur opposition à ce projet. Le gouverneur du Nord-Kivu Julien Paluku suggère qu'il soit organisé à Goma, dans les prochains jours, un forum qui pourra réunir Soco, l'ICCN et les ONG de conservation de la nature. Solution alternative? Au cours d'une réunion entre l'Unesco et le gouvernement congolais, la représentante spéciale adjointe du secrétaire général de l'Onu en RDC, Mme Leila Zerrougui avait aussi exprimé son inquiétude sur ce projet qui concerne 60 % de la superficie de cette aire protégée. Elle a invité le gouvernement à explorer les solutions alternatives, estimant que la mise en œuvre de ce projet affecterait grandement la biomasse du parc. Le site d'exploitation pétrolière querellé couvre une superficie de 7 mille km², allant de Rumangabo, en territoire de Rutshuru jusqu'à Kasindi port au Nord en territoire de Beni, en longeant le lac Edouard au cœur du Parc national des Virunga. Périmètre approximatif du bloc 5. L'ordonnance présidentielle accordant l'exploration et la production du pétrole dans le bloc 5 du rift albertin Est de la RDC à l'entreprise SOCO internationale avait été signée par le Chef de l'Etat en juin 2010. (Radio Okapi)

Début de la vaccination contre le polio virus sauvage à Tshikapa. Le ministre congolais de la Santé, Victor Makwenge a lancé ce jeudi 20 janvier à Tshikapa, dans le Kasaï Occidental, la troisième phase de la campagne de riposte contre le polio virus sauvage. Cette maladie infectieuse paralyse les membres inférieurs des enfants et des adultes. Plus d'un million d'enfants de moins de 5 ans sont concernés par cette campagne de vaccination. Le ministre Makweng Kaput a choisi la ville de Tshikapa, l'épicentre de ce virus, pour lancer la présente campagne. Un million sept cents doses de vaccins sont disponibles. Huit mille vaccinateurs présents dans quarante quatre zones de santé ont commencé à vacciner les enfants de moins de 5 ans ce jeudi 20 janvier.

Droits de l'homme: le Renadhoc contre la révision constitutionnelle et lance le prix Floribert Chebeya. L'idée de la révision constitutionnelle ne privilégie pas la cohésion nationale, selon le Réseau national des ONG des droits de l'homme de la RDC, Renadhoc, qui désapprouve ainsi cette initiative de la majorité au pouvoir. La position de cette organisation a été rendue publique jeudi 20 janvier, à Kinshasa, par son secrétaire général au cours d'un point de presse. Le Renadhoc reste convaincu que le processus électoral, la composition du bureau de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) et le mode du scrutin doivent privilégier la cohésion, la paix et le consensus entre les acteurs pour éviter les conflits électoraux et postélectoraux. Ce qui n'est pas le cas actuellement, a indiqué Fernandez Murhola. Pour ce dernier, il y a risque que le pays soit doté de deux constitutions à la fois et qu'il soit ainsi plongé "dans la jungle juridique et autres crises de légitimité postélectorale." Par ailleurs, concernant les victimes des droits de l'homme, le Renadhoc a mis en service ce même jeudi un numéro vert par lequel ces dernières pourraient rapidement saisir cette structure (Renadhoc), qui, à son tour, se chargera d'alerter les autorités compétentes. Ce numéro vert, c'est le 081 080 0012. Il sera ouvert 24 heures sur 24, et gratuitement. Précision, ce numéro est cependant réservé à certaines catégories de personnes défenseurs des droits de l'homme, journalistes, syndicalistes et acteurs politiques, toutes tendances confondues. Prix Floribert Chebeya. A la même occasion, le Renadhoc a lancé le prix Floribert Chebeya. Ce prix sera décerné le 1er juin de chaque année pour récompenser le meilleur défenseur des droits de l'homme. Pour l'édition 2011, le Renadhoc attend les différentes candidatures au plus tard le 25 avril prochain. (Radio Okapi)

Luzolo Bambi visite les détenus de la prison de Makala. Le ministre de la Justice et des droits humains a visité, mercredi 19 janvier dans la soirée, à Kinshasa, la prison centrale de Makala. Luzolo Bambi et son collègue des Travaux publics et infrastructures sont partis constater les conditions de détention et l'état des infrastructures de cette prison. Initialement construite pour 1 500 détenus, la prison de Makala héberge à ce jour près de 6 000 pensionnaires.

Le gouverneur du Bandundu lance la campagne contre la polio. Plus d'un million d'enfants âgés de moins de 5 ans et plus de deux millions de personnes de plus de 5 ans, y compris les adultes, vont être vaccinés contre la polio dans la province du Bandundu. Le gouverneur Richard Ndambu a lancé l'opération de vaccination ce jeudi 20 janvier à Kikwit.

Pas de vaccin en Ituri depuis décembre 2010. Les centres de santé Bunia et de Djugu, district de l'Ituri, en Province orientale ne dispose pas de vaccin contre la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et l'hépatite. La rupture de stock de ces produits serait du aux difficultés d'acheminement de ces vaccins dans ces zones, d'après les sources médicales de la place. Dr Louis Tsulo, médecin du district sanitaire de Djugu, craint que le manque de vaccin occasionne la résurgence de certaines maladies. Il plaide pour l'acheminement rapide de ces produits afin que les enfants de l'Ituri soient vaccinés d'ici la fin du mois de janvier.

Vendredi 21 janvier.

Révision constitutionnelle: l'Union européenne refuse de juger le système électoral congolais. "Nous ne pouvons pas juger le système électoral. C'est de la compétence de l'Assemblée Nationale et du Sénat". C'est la position des ambassadeurs de l'Union européenne accrédités à Kinshasa. Ils se sont exprimés, jeudi 20 janvier à Kinshasa, sur la question de la révision constitutionnelle. Le texte adopté le 15 janvier au Congrès modifie le mode de scrutin présidentiel en le ramenant à un seul tour.

Nord-Kivu: 450 000 USD pour appuyer l'inscription des électeurs. Le gouvernement provincial du Nord Kivu va débourser environ 450 mille dollars américains pour financer les opérations d'inscription des électeurs dans cette province. C'est ce qui ressort de la rencontre tenue le jeudi 20 janvier à Goma entre le gouverneur Julien Paluku et la conférence des présidents de l'assemblée provinciale. Julien Paluku souligne que cette démarche permettra de rapprocher les populations des centres d'inscription.

Bunia: incendie à Rukwanzi, plus de 600 cases et des matériels de pêche consumés. Au moins six cents cases, des marchandises et des matériels de pêches sont parties en fumée dans la nuit de mercredi 19 janvier dans le camp de pêche de Rukwanzi, à deux heures de navigation de Kasenyi, un village situé au bord du lac Albert, à 55 km au sud de Bunia. L'origine de l'incendie n'est pas encore connue.

Joseph Kabila a promulgué la constitution révisée. Le chef de l'Etat congolais, Joseph Kabila, a promulgué jeudi 20 janvier la proposition de loi portant révision de la constitution. Huit articles de la loi fondamentale ont été révisés. L'article 71 alinéa 1 prévoit désormais l'élection présidentielle à un seul tour. L'article 110 traite de la perte du mandat d'un parlementaire. Lorsque ce dernier est nommé à une fonction politique incompatible avec son mandat, ce parlementaire peut retrouver son siège au sein du parlement à la fin de cette fonction politique. Les articles 197 et 198 relatifs aux institutions provinciales ont fait également l'objet d'une modification. Face aux nombreux conflits, au cours de cette législature, cette révision constitutionnelle, permet désormais au chef de l'Etat d'arbitrer les conflits. Il peut relever le gouverneur de ses fonctions ou dissoudre l'assemblée provinciale. L'article 149 place les magistrats du parquet sous l'autorité du ministère de la Justice. L'article 208 autorise uniquement le chef de l'Etat à appeler le peuple au référendum. L'article 226 propose de déconstitutionnaliser la programmation de l'installation de 26 nouvelles provinces et de la laisser aux bons soins du législateur. L'article 126 intègre la disposition selon laquelle le gouvernement doit demander les crédits provisoires au parlement lorsque le budget n'est pas voté à temps. (Radio Okapi)

Violences sexuelles: le commandant de police à Opala arrêté. Le commandant de la Police nationale congolaise (PNC) dans le territoire d'Opala à 250 km au sud de Kisangani, Kumaraki Mundjandju, a été transféré et écroué jeudi 20 janvier à la prison centrale de Kisangani par l'auditeur militaire de garnison, le major Ngoma. Il est poursuivi comme présumé auteur moral dans une affaire de viol de femmes par des policiers de son ressort en décembre 2010 dans ce territoire.

Rupture de vaccin au Katanga: les autorités provinciales accusent le pouvoir central. Le ministère provincial de la santé au Katanga, le Dr Ilunga Ndoloko, s'est inquiété, jeudi 20 janvier, de la rupture de stocks de vaccin dans la ville de Lubumbashi. Il a dit ne pas comprendre pourquoi le Katanga est traité de la même manière que les autres provinces, pourtant il avait versé sa contribution tel qu'exigé par le gouvernement central. Depuis trois semaines, les enfants ne sont pas vaccinés dans cette province.

Isiro : " TROP C'EST TROP " : Action pour dénoncer les tueries de la LRA. Il s'est tenue aujourd'hui 21 janvier dans la grande salle paroissiale N. D. de Tely une réunion ayant comme unique ordre du jour Alerter le gouvernement congolais sur les exactions de la LRA, parmi lesquels l'assassinat de la Révérende Sœur Jeanne YENGANE, ancienne Mère générale des Sœurs Augustines de Dungu. Présidée par Mgr Dieudonné Abakuba, vicaire épiscopal du diocèse d'Isiro-Niangara, la rencontre d'aujourd'hui a réuni les forces vives de la population d'Isiro, dont tous les curés des paroisses de la ville, les différentes associations de la société civile ainsi que les représentants de quelques ONGs. Après le mot de Mgr Abakuba, un témoignage sur l'assassinat de la Sr. Jeanne a été donné par la Sr. Josephine Aundei. Cela a donné l'occasion aux 53 participants de donner quelques propositions concrètes sur les actions à entreprendre. Les points retenus sont les suivants: 1.- Ville morte : En signe de deuil de nos frères et sœurs qui périssent aux mains de la LRA à partir de mercredi prochain, 26 janvier au vendredi 28 janvier (dans la ville d'Isiro et partout dans les 4 diocèses touchés par les conséquences de la LRA, à savoir Bondo, Dungu, Isiro-Niangara et Wamba, 2.- une lettre ouverte au Président de la République, 3.- un forum social du bassin de l'Uélé le mois prochain., 4.- Les autres propositions à finaliser concernent le départ de la Monusco et le refus de payer les taxes. (Adémis)

Samedi 22 janvier.

La CEPGL redoute une coalition des groupes armés à l'est de la RDC. La deuxième réunion de la commission de défense et de sécurité de la Commission économiques des pays Grands Lacs (CEPGL) s'est clôturée, vendredi 21 janvier dans la soirée à Kigali au Rwanda, avec la réunion des ministres de Défense du Burundi, du Rwanda et de la RDC. Les participants ont révélé qu'un projet d'alliance des forces négatives, localisées à l'est de la RDC, est actuellement en gestation, selon la presse de Kigali. Cette alliance serait composée de FDLR, des groupes Kayumba/Karegeya et Nsengiyumva, des Maï-Maï Yakutumba et Cheka, du Front patriotique pour la libération du Congo (FPLC), ainsi que du groupe de Soki bien connu à Rutshuru, au Nord-Kivu. Les experts parlent également d'El Shabab, le groupe intégriste islamique, qui ne serait pas étranger à cette coalition. La rencontre des ministres a été précédée de celle des chefs d'état-major des armées de ces trois pays. Selon le colonel Mamba, responsable des services de renseignements de la RDC et rapporteur de la sous-commission Défense et Sécurité des pays membres de la CEPGL, citée par la presse de Kigali, la formation de cette alliance a pour seul objectif, de créer l'instabilité dans la région. Les armées des trois pays membres de cette communauté ont donc convenu d'un projet d'actions 2011. (Radio Okapi)

Boshab explique le bien fondé de la révision constitutionnelle aux ambassadeurs africains. Les ambassadeurs du groupe Afrique accrédités en RDC ont pris acte, vendredi 21 janvier à Kinshasa, de la révision constitutionnelle initiée par le Parlement congolais. Le doyen de ce groupe, le Gabonais Ferdinand Masala Malongi, l'a déclaré à l'issue d'un déjeuner de travail leur offert par le président de l'Assemblée nationale, Evariste Boshab. Il s'agissait d'expliquer le bien fondé de cette initiative, qui, selon ce dernier, ne remet pas en question la transparence du processus électoral.

Une marche pour soutenir la révision constitutionnelle à Mbuji-Mayi. Des centaines de personnes ont marché, vendredi 21 janvier sur les artères de la ville de Mbuji-Mayi en guise de leur soutien à la promulgation de la loi portant révision constitutionnelle. A leur tête, le gouverneur de la province du Kasaï oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, et tous ses collaborateurs, le bureau de l'assemblée provinciale ainsi que les partis membres de l'Alliance pour la majorité présidentielle (AMP).

Dimanche 23 janvier.

Mahagi: conflit foncier, 55 maisons incendiées et 3 blessés. Un conflit foncier entre les clans de Djupazunguru et Djupamula a dégénéré, jeudi, en scènes de violence dans la collectivité des Ang'al, dans le territoire de Mahagi, à plus de 250 km au nord de Bunia, ont annoncé, samedi 22 janvier les autorités politico administratives et coutumières locales. Trois personnes ont été grièvement blessées et cinquante cinq cases, incendiées. Les deux parties ont conclu un acte de non agression mutuelle.

Présidentielle 2011: l'opposition prépare sa candidature unique, selon Jean Claude Vuemba. Au cours d'un point de presse, samedi 22 janvier à Kinshasa, le président du Mouvement du peuple congolais pour la République, Jean-Claude Vuemba a annoncé que l'opposition politique entend se choisir un candidat unique à l'élection présidentielle de 2011. Selon lui, toutes tendances confondues de l'opposition vont se rassembler, début février, en vue d'adopter un programme commun et se doter d'un leadership rassembleur. Jean-Claude Vuemba a souligné l'importance de la rencontre des opposants, prévue pour février. Selon le secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC), François Mwamba, toute l'opposition est d'accord sur le principe. Mais, il reste à convenir de la date et le MLC, parti de Jean-Pierre Bemba, se prépare d'abord à organiser son congrès. Quant à l'UDPS d'Etienne Tshisekadi, son secrétaire national en charge de la communication soutient l'initiative de Jean-Claude Vuemba, qu'il estime salvatrice. La démarche en soi est bonne. Car, c'est de la diversité de l'opposition réunie que peut jaillir la lumière, a estimé Odette Banbandoa, cadre de l'Union pour la nation congolaise (UNC) pilotée par Vital Kamerhe. Les partis de l'opposition avaient déjà amorcé une démarche commune visant à protester contre la révision constitutionnelle, adoptée samedi 14 janvier dans une plénière du Congrès. (Radio Okapi)

La Nouvelle société civile initie une pétition contre la révision constitutionnelle. La Nouvelle société civile congolaise (NSCC) a initié, depuis samedi 22 janvier à Kinshasa, une pétition contre la révision de la constitution. Elle estime que modifier la constitution du 18 février 2006 maintenant, c'est à la fois la fragiliser et faire entrave à la démocratie en RDC. Elle a demandé la restauration de cette constitution, qui garantissait l'élection présidentielle à deux tours.

Affaire Trésor Kapuku: l'assemblée provinciale se prononcera sur le réquisitoire du PGR. " C'est la plénière de l'assemblée provinciale du Kasaï Occidental qui va décider de la réponse à donner au réquisitoire du procureur général de la République (PGR) adressé à cette assemblée aux fins d'obtenir l'autorisation des poursuites contre le gouverneur Kapuku Ngoy Trésor ". C'est ce qu'a déclaré le président de l'organe délibérant provincial. Omer Mijimbu Sha Kalau réagissait ainsi aux déclarations de certains députés provinciaux qui l'accusaient d'avoir confisqué ce réquisitoire, en refusant de le présenter au bureau pour une bonne orientation. Selon le président Omer Mijimbu sha Kalau, le réquisitoire doit être soumis à un débat contradictoire à l'assemblée provinciale. Pour rappel, le gouverneur Kapuku Ngoy Trésor fait objet d'une plainte au parquet général de la République. Cette plainte était déposée par le réceptionniste des établissements Kin Med dont le bras gauche a été fracturé par les gardes du gouverneur Kapuku Ngoy Trésor, sur ordre de ce dernier. (Radio Okapi)

Parc national des Virunga: l'ICCN rejette les allégations de violations des droits de l'homme. Le député provincial Nzangi Muhindo a dénoncé récemment les violations des droits de l'homme commises, selon lui, par les gardes du parc national de Virunga. En réaction, l'Administrateur directeur général de l'Institut congolais pour la conservation de la nature, ICCN, rejette en bloc ces accusations. Il soutient que le rapport d'une commission d'enquête mise en place par le gouvernement avait été validé et qu'aucun cas de violation des droits de l'homme n'a été signalé.

Lundi 24 janvier.

Andrew Shapiro : " Il est important que la RDC paie ses militaires et les nourrisse ". C'est le message que le secrétaire d'Etat américain adjoint chargé des affaires politico-militaires, Andrew Shapiro a transmis au Premier ministre congolais Adolphe Muzito, le week-end dernier à Kinshasa en présence du ministre de la Défense et du conseiller spécial du chef de l'Etat en matière de sécurité. Andrew Shapiro a insisté sur la nécessité de respecter les droits humains. Selon lui, les officiers accusés de violations des droits humains ne devraient pas être promus dans l'armée

Fizi: les FDLR attaquent et pillent les populations. Les chefs coutumiers du groupement de Basikasilu, à Lulimba, à l'extrême sud du territoire de Fizi, dans le Sud-Kivu, se disent préoccupés par de nombreux cas d'attaque et de pillage. Ces exactions sont commises par des combattants rwandais FDLR sur des civils. Une réunion du conseil local de sécurité devrait se pencher sur cette question ce lundi 24 janvier avec l'Etat major du 42ème secteur opérationnel d'Amani Leo, à Lulimba.

Procès Chebeya: le général John Numbi n'a pas comparu. Comme prévu, la cour militaire de la Gombe a siégé ce lundi 24 janvier en chambre foraine à la prison centrale de Makala dans le cadre du procès Chebeya. Mais le général John Numbi qui devait comparaître comme renseignant dans un premier temps ne s'est pas présenté devant les juges. L'inspecteur général de la police suspendu s'est excusé, évoquant des problèmes de santé.

Tshikapa: la production artisanale de diamant baisse de 50%. La production artisanale de diamant a connu, depuis novembre 2010, une baisse d'environ 50% à Tshikapa, cité minière du Kasaï occidental. Les statistiques présentées par le service local des mines fixent à 4 000 carats de diamant la production artisanale mensuelle. La production artisanale mensuelle de 4.000 carats de diamant représente une valeur de plus 100 000 USD, selon chef de service des mines à Tshikapa, Kamukendji Tshilomba Mutombo. Elle a diminué de moitié par rapport au mois d'octobre où elle était évaluée à 200 000 USD. Selon Kamukendji Tshilomba, cette baisse de production est due à l'utilisation d'un matériel inadapté. Les creuseurs artisanaux utilisent des tuyaux légers qui n'atteignent pas certaines profondeurs au lieu des dragues. Cet outil permet d'obtenir une meilleure production, d'après la même source. Pour acquérir des dragues, les exploitants artisanaux peuvent s'organiser en coopérative, suggère Kamukendji Tshilomba. Cette baisse de production affecte la vie socio-économique de la population de Tshikapa estimée à plus d'un million d'habitants. Elle a entraîné l'amenuisement du pouvoir d'achat du citoyen moyen dans une cité minière dont le nombre de creuseurs artisanaux est estimé à trente mille, d'après la même source. A Tshikapa, la production artisanale est disputée sur le marché par cinq comptoirs représentés par vingt-et-un bureaux d'achats. (Radio Okapi)

Rutshuru: 8 morts, bilan d'une attaque contre les gardes de parc de l'ICCN. Des hommes armés ont attaqué, ce lundi 24 janvier vers 10 heures, un convoi des patrouilleurs de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN). Une embuscade tendue dans le parc national des Virunga, non loin du pont Mabenga, en territoire de Rutshuru, dans le Nord-Kivu. L'Administrateur délégué général de l'ICCN, Cosma Wilungula parle de huit gardes de parc tués lors de cette attaque. Une neuvième personne est portée disparue et de nombreuses sont blessées, a ajouté la même source.

Mardi 25 janvier.

Bunia: Caprikat et Foxwhelp offrent 5 jeeps et 20 motos à la police. Oil Of DRC, un sous-traitant des sociétés pétrolières Caprikat et Foxwhelp, a remis à la Police nationale congolaise (PNC/Ituri), lundi 24 janvier à Bunia, cinq jeeps et vingt motos. Ces engins ont été officiellement réceptionnés par le vice Premier ministre en charge des PTT, Simon Bulupi. Cette action marque le début de la concrétisation des promesses faites à la population locale par Caprikat Limited et Foxwhelp Limited en prévision du projet d'exploitation pétrolière dans le Graben Albertine. Le coût de ce lot des véhicules et des motos remis à la PNC/Ituri, lundi, s'élève à 600 000 dollars américains, selon un cadre de la société Oil Of DRC. En plus de ce lot, cette société doit remettre aux autorités congolaises, ce mardi 25 janvier, un lot des manuels scolaires pour trois mille écoliers de ce district. A cette occasion, Oil of DRC leur présentera également un dispensaire qu'il a réhabilité depuis plus de trois mois pour la population de Kasenyi, à 55 km de Bunia au bord du Lac Albert. La société civile de l'Ituri a salué toutes ces actions, mais elle souhaite obtenir mieux, a indiqué son coordonnateur Jean Bosco Lalo. Le 27 mai 2010, le ministère des Hydrocarbures a annoncé le démarrage de l'exploitation pétrolière du lac Albert en 2011 et 2012. D'après certaines autorités nationales et provinciales, cette exploitation devrait s'accompagner de quelques projets socio-économiques: la construction de 150 kilomètres de routes à asphalter à Bunia, l'adduction d'eau potable, électrification et la construction des bâtiments pour les services publics, etc. (Radio Okapi)

Catherine Ashton : " les changements du mode de scrutin présidentiel en RDC ont peu d'incidence financière". L'Union européenne a réagi, lundi 24 janvier, à la révision de la Constitution de la RD Congo qui ramène le scrutin présidentiel à un seul tour. " Les changements du mode de scrutin présidentiel en RDC ont peu d'incidence financière, étant entendu que les engagements de l'Union européenne seront revus à la lumière d'un nouveau budget électoral à établir," a déclaré dans un communiqué la Haute représentante de l'Union européenne, Mme Catherine Ashton.

Matata Ponyo présente les perspectives économiques de la RDC en 2011. Maintenir un taux de croissance de près de 7% et maîtriser l'inflation à moins de 10%. Telles sont les perspectives économiques que le gouvernement congolais envisage en 2011. Le ministre des Finances, Matata Ponyo les a présentées lundi 24 janvier devant un parterre de représentants diplomatiques, de partenaires au développement et de différents responsables d'entreprises publiques. Pour Matata Ponyo, 2011 sera marquée principalement, sur le plan interne, par l'organisation des élections. A ce sujet, affirme le ministre des Finances, le gouvernement entend respecter ses engagements et promet de décaisser 20 millions de dollars au cours du 1er trimestre. La consolidation de la stabilité macro économique restera de mise. Il faudra éviter, selon le ministre des Finances, tout financement du budget par la Banque centrale. Selon l'argentier national, l'économie congolaise compte atteindre en 2011 un taux de croissance de 6,8% et maintenir une inflation inférieure à 9,8 %, le niveau atteint en 2010. Défis. Des défis restent cependant à relever, notamment la lutte contre la fraude et la corruption, une mobilisation encore plus accrue des recettes et la vigilance pour éviter le surendettement. Matata Ponyo souligné aussi que la RDC devra faire face au risque de ralentissement de l'économie mondiale qui pourrait avoir des retombées négatives sur les investissements directs étrangers et sur les exportations, au risque d'affaiblir les résultats macro économiques attendus. Matata Mponyo exhorte par ailleurs les différents partenaires au développement à appuyer les budgets au regard des enjeux économiques mais aussi politiques pour l'année qui commence, en particulier pour les élections. Il a rappelé qu'en 2010, le trésor public a contribué à concurrence de 80 millions de dollars pour le financement du processus électoral, mais n'a déterminé les fonds et le gouvernement ne compte pas se dérober sur la question pour la nouvelle année. (Radio Okapi)

Lubero : l'administrateur dénonce le délogement forcé des familles habitant dans le parc des Virunga. L'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) a lancé depuis le 25 décembre 2010 une opération de délogement forcé des familles qui envahissent le parc des Virunga. L'administrateur du territoire de Lubero, Dominique Bofondo dit observer un afflux des personnes déplacées dans sa juridiction. Ces déplacés s'établissent dans le secteur de Ndwali situé entre les territoires de Lubero et Rutshuru. Ce sont ces personnes que l'ICCN chasse du parc des Virunga, affirment des sources administratives locales. La plupart de ces déplacés disent avoir perdu toutes leurs récoltes dans leurs champs incendiés par les gardes du parc national des Virunga. Ces gardes ont aussi brûlé leurs cases, disent-ils. Ces déplacés vivaient illégalement depuis des années à l'intérieur du parc ou aux alentours, notamment à Muramba, Nduali, et Kamandi-lac à l'est du territoire de Lubero. L'administrateur du territoire de Lubero, Dominique Bofondo déplore la procédure de délogement forcé et indique que les populations habitant le parc n'ont pas été sensibilisées avant cette opération. De nombreuses familles délogées continuent à affluer dans les localités de Kirumba, Kayna, Kanyabayonga jusqu'autour du chef lieu de Lubero, a-t-il affirmé. L'administrateur délégué général de l'ICCN, Cosma Wilungula, soutient que le délogement des envahisseurs du parc s'est fait sans violence. Les populations sont appelées à quitter le parc depuis 2007, affirme-t-il. Des véhicules ont même été mis à leur disposition pour évacuer le parc, souligne-t-il. C'est après toutes ces démarches que l'ICCN a décidé de déloger les quelques dix mille familles qui vivaient là. (Radio Okapi)

Ituri: la localité de Sukadi toujours sous occupation de la LRA. La localité de Sukadi, dans le territoire d'Ango, à plus de 600 km au nord de Kisangani dans la Province Orientale, est investie depuis octobre 2010 par des rebelles ougandais de la LRA. Les autorités du district du Bas-Uélé l'ont annoncé à la Monusco, lundi 24 janvier, au cours d'une mission d'évaluation de la situation sécuritaire de ce district par la mission onusienne.

Walikale-Masisi : menacées par les FDLR, les populations demandent plus sécurité. La série d'opérations militaires menées contre les FDLR depuis le début de l'année 2009 dans les secteurs Osso-Banyungu dans le territoire de Masisi et Waloa-Yungu dans celui de Walikale, à environ 100 km au nord-ouest de Goma n'ont pas encore d'impact positif sur la sécurité des civils. Au contraire, ces populations sont toujours confrontées au récurent problème d'insécurité dû à la présence des FDLR. Elles demandent plus de sécurité.

Mercredi 26 janvier.
Paris a transféré Calixte Mbarushimana à la CPI.
Le secrétaire exécutif des rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), Callixte Mbarushimana est arrivé mardi 25 janvier à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Arrêté le 11 octobre 2010 à Paris en vertu d'un mandat d'arrêt de la CPI, Callixte Mbarushimana est accusé d'avoir joué un rôle important dans la planification d'attaques commises par les FDLR contre les civils congolais dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu en RDC, en 2009.

Kisangani: une ONG norvégienne aurait sous-payé les dommages-intérêts pour la libération des assassins d'un chauffeur congolais. L'affaire de deux Norvégiens condamnés par la cour militaire de la Province Orientale à une peine d'emprisonnement à perpétuité refait surface. Le deux touristes, MM. Joshua French et Tjostolv Moland, avaient été reconnus coupables du meurtre d'Abedi Kasongo, chauffeur de taxi de l'Ituri (Nord-est de la RDC) en 2009. Les avocats de la partie civile accusent l'ONG norvégienne Dina Foundation d'user des manœuvres pour obtenir la libération de deux condamnés.

Lubumbashi: démolitions du quartier CRAA, une action en justice contre la mairie et l'Unilu. Plus de 500 maisons ont été démolies pour spoliation de terrain, il y a deux semaines, dans la concession de l'Université de Lubumbashi (Unilu), au quartier CRAA. Les habitants de ce quartier ont encore manifesté mardi 25 janvier, pour protester contre un rapport de l'assemblée provinciale du Katanga sur cette affaire. Pendant ce temps, un collectif d'avocats des victimes de cette démolition est allé en justice contre la mairie de Lubumbashi et l'Unilu.

Rutshuru : attaque des FDLR au village Mirangi, 6 morts. Six personnes, dont deux militaires FARDC et quatre civils ont été tuées ce mercredi 26 janvier à Mirangi, village situé à une vingtaine de km de Kanyabayonga, en chefferie de Bwito, territoire de Rutshuru. Deux militaires et une femme ont été blessés au cours de cette attaque attribuée, par des sources concordantes, à un groupe de rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR)..

RDC : 10 ans de pouvoir de Joseph Kabila, l'heure du bilan. 26 janvier 2001-26 janvier 2011, cela fait exactement dix ans depuis que Joseph Kabila prêtait serment devant la cour suprême de justice, en qualité de président de la République. Dix ans après, les avis des acteurs politiques, tant du pouvoir que de l'opposition, sont partagés sur le bilan. Au sein du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie, parti politique du chef de l'Etat, le bilan est jugé positif bien que certaines choses restent à faire. A l'opposition, le bilan est jugé catastrophique. Sur le plan social, elle déplore l'extrême pauvreté de la population. Bref rappel historique. Il y a exactement dix ans, le 26 janvier 2001, il prêtait serment. Trois ans après, soit en 2003, le nouveau chef de l'Etat était appelé à partager le pouvoir avec les belligérants, l'opposition non armée et la société civile. D'où la formule 1+4. En 2006, Kabila remportait les élections, grâce à une coalition avec le Palu ( Parti lumumbiste unifié) et l'Udemo (Union des démocrates mobutistes). (Radio Okapi)

Nord-Kivu : création d'un Front congolais pour la conservation de la nature, FCCN, un nouveau groupe armé. L'annonce a été faite mercredi 26 janvier, au cours du point de presse de la Monusco à Kinshasa. La mission onusienne dit avoir reçu cette information de ses services de renseignement. Selon le lieutenant colonel Gaye, porte-parole militaire de la Monusco, le Front congolais pour la conservation de la nature s'oppose à l'ICCN (Institut congolais pour la conservation de la nature) dans le parc national des Virunga dans le Nord-Kivu.

Jeudi 27 janvier.

RDC: 8 accords pour réhabiliter 154 kilomètres des routes dans 7 provinces. Environ 154 km de routes, au total, seront réhabilités dans sept provinces de la RDC. Les travaux qui vont durer entre 18 et 24 mois commencent cette année. Pour concrétiser ce projet, le gouvernement congolais a signé huit accords avec six entreprises chinoises de construction, le mercredi 26 janvier à Kinshasa en présence des gouverneurs de sept provinces bénéficiaires de ce projet. Le Directeur général du Bureau central de coordination (BCECO), service public qui gère des projets financés par divers bailleurs de fonds et faisant l'objet d'accords de don ou de prêts, a indiqué que ces contrats ont été conclus après sélection entre plusieurs prestataires. Préalablement à l'appel d'offres, les experts du BCECO ont fait un état des lieux des routes de Kinshasa et des provinces et déterminé les routes à réhabiliter, a précisé la source. Le montant global du projet financé sur fonds propres du gouvernement congolais s'élève à 260 millions de dollars américains. Les villes concernées sont celles de Bukavu (20,584 km), Goma (31,943 km), Kisangani (20 km), Mbuji-Mayi (20,120 km), Kananga (11,870 km), Kenge (5,570 km), Tshikapa (11,220 km), Mbandaka (15,177 km), Gemena (5,474 km), Kindu (10,79 km) Le ministre des Infrastructures, travaux publics et réaménagement, Fridolin Kasweshi a souligné l'importance de ce projet :" Sa concrétisation entraînera un grand développement économique de la République démocratique du Congo avec comme effets la création des richesses et des emplois, l'intégration économique par les échanges commerciaux entre les différentes provinces, l'amélioration des conditions de santé et de confort, la sécurité… " La première phase de réhabilitation commence en 2011, la seconde sera entamée en 2012. (Radio Okapi)

Étienne Tshisekedi réclame la légalisation des statuts du congrès de l'UDPS. "A bas la peur", scande une trentaine de militants de l'UDPS face à une dizaine de policiers commis à la garde de l'hôtel de ville. Ce mercredi 26 janvier sous une fine pluie, ces militants venus nombreux de différentes fédérations veulent voir le notaire légaliser les statuts du dernier congrès tenu à Kinshasa. Les militants qui accompagnent la délégation veulent tous accéder au bâtiment sans se faire identifier. Les minutes s'écoulent et la discussion s'amplifie. Finalement, un compromis est trouvé: seuls les membres de la délégation officielle conduite par Jacquesmain Shabani, nouveau secrétaire général de l'UDPS, sont autorisés à se rendre au bureau du notaire. Ils sont reçus par le secrétaire du notaire en l'absence de ce dernier. Il promet de faire rapport à son chef qui réservera une réponse à la requête de l'UDPS. Cette correspondance demande au notaire de légaliser les statuts du premier congrès de l'UDPS tenu du 10 au 14 décembre 2010. Le président de l'UDPS, de retour en RDC, après trois ans d'absence a lui-même dirigé ces assises. Les statuts de ce congrès le désignent comme l'unique candidat du parti au scrutin présidentiel prévu fin novembre 2011 dans le pays. Pour de nombreux militants et cadres de l'UDPS, les tergiversations du notariat cachent mal la main noire du pouvoir. (Radio Okapi)

Lubumbashi: après les démolitions, les familles en détresse au quartier CRAA. "Je suis habillé en uniforme [culotte bleue - chemise blanche], car c'est l'unique habit qui me reste. Mes parents ont vendu beaucoup de nos biens pour éviter à ce qu'on les perde pendant cette saison pluvieuse. Je ne sais pas aller en classe car tous mes objets classiques sont mouillés," raconte Gaylord, 7 ans, qui passe nuit dehors avec sa famille depuis la destruction de leur maison au quartier CRAA à Lubumbashi.

Portefeuille de l'Etat: le PCA et l'ADG de la Sonal limogés. La mesure est tombée mercredi 26 janvier 2011. La ministre du Portefeuille, Jeannine Mabunda, a limogé le président du conseil d'administration et l'administrateur délégué général de la Société nationale de loterie (Sonal). En même temps, la ministre a lancé une mise en garde aux mandataires en disant que les clans et les partis politiques n'ont pas de place dans les entreprises publiques.

Connexion de la RDC à la fibre optique: jour J-4. Plus que quatre jours pour que la RDC soit branchée au réseau de câble à fibre optique. Le pays est prêt pour ce rendez-vous, a affirmé mercredi à Radio Okapi, le directeur général intérimaire de la Société congolaise des postes et télécommunications (SCPT) ex-OCPT, Jean Pierre Mongo. Selon lui, le 31 janvier, le navire câblier en provenance de pointe noire devrait accoster à Muanda dans le Bas-Congo pour y déposer la part du câble dû à la RDC. La fibre optique, est un support qui achemine les données numériques sous forme d'impulsions lumineuses modulées. Il est constitué d'un cylindre de verre très fin entouré d'une couche de verre. L'acquisition de cette technologie permettra à la RDC de passer à l'Internet à haut débit. Mais à l'approche de la date butoir prévue pour brancher la fibre optique, les observateurs sont inquiets. Mais, le DG a.i. de la SCPT rassure. Selon lui, la RDC a déjà payé au consortium qui va installer la fibre optique 17 millions USD sur les 25 requis. "Après avoir déposé le câble, nous devons construire la station technologique, qui est une station de très haute technologie. Elle va faire la jonction et la gestion du câble qui ira à Kinshasa," affirme Jean-Pierre Mongo. A en croire Jean-Pierre Mongo, la construction de cette station technologique coûtera à la RDC 12 millions USD. Les différentes opérations préalables à la commercialisation de cette technologie pourront aboutir au mois de mai 2011, indique la source. A cette date, les 24 pays concernés par l'acquisition de la fibre optique pourront procéder au test technique avant son lancement définitif. (Radio Okapi)

Uvira : accrochages entre FARDC et FNL à Rukoko, 6 morts. Les éléments du 12e bataillon intégré des FARDC ont repoussé des ex-combattants burundais du Front national de libération, FNL, dans la forêt de Rukoko, à cheval entre le Burundi et la RDC, après d'âpres combats qui ont duré deux jours (mardi et mercredi), près de Kiliba, à 20 km nord-est de la cité d'Uvira. Le bilan, du reste confirmé par le commandant du 41e secteur opérationnel Amani Leo dans la plaine de Rizizi, fait état de six morts dont du côté des FARDC et quatre chez les ex combattants burundais.

Chirurgie gratuite : les Cliniques universitaires de Kinshasa appellent à la consultation médicale. Des médecins suisses et congolais débuteront en mars prochain à Kinshasa les opérations chirurgicales des fentes labiales et des séquelles de brûlures. En prélude de ces opérations, les cliniques universitaires de Kinshasa lancent un appel à la consultation médicale qui débute ce lundi 31 janvier. Une cinquantaine de personnes est attendue pour cette action sociale et humanitaire, indique-t-on aux Cliniques universitaires.

Vendredi 28 janvier.

Affaire Chebeya : le général Numbi dément son implication. La comparution de l'inspecteur général de la police, le général John Numbi, au procès pour le meurtre du militant des droits de l'homme Floribert Chebeya a duré plusieurs heures. Bien qu'il ait été convoqué par les juges comme simple témoin - alors que la défense le considère comme le possible commanditaire du meurtre de Floribert Chebeya, retrouvé mort dans son véhicule le 2 juin 2010 dans la périphérie de Kinshasa - l'interrogatoire du général Numbi par les avocats et la cour sur son emploi du temps du 1er juin 2010 s'est avéré particulièrement important pour la reconstitution des faits. Le témoin a reconnu qu'il avait effectivement rendez-vous le jour du meurtre avec la victime - qui, a-t-il précisé, avait personnellement organisé cette rencontre par l'intermédiaire du colonel Daniel Mukalay, imputé dans l'affaire -, avant d'indiquer qu'il n'avait pas pu s'y rendre en raison d'un empêchement. De son côté, la défense attend de recevoir les registres téléphoniques du général Numbi, qui a rappelé avoir connu Chebeya en 1996, alors que celui-ci l'avait aidé à sortir de prison. Pour l'ong que dirigeait Chebeya, Voix des Sans Voix, le général Numbi serait impliqué dans le meurtre et devrait comparaître devant la cour en tant qu'imputé. Cependant, la Cour militaire de La Gombe (un quartier de Kinshasa) n'est pas compétente pour juger un général ; c'est pourquoi la partie civile avait requis le transfert de l'affaire devant la Haute Cour militaire, avant d'être déboutée de sa demande en décembre dernier. (Misna)

Sarassoro fait le point des progrès réalisés et des défis sécuritaires au Nord-Kivu. Fidèle Sarassoro, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'Onu en charge des questions humanitaires en RDC, a mis un terme ce vendredi 28 janvier 2011 à sa visite de travail de quatre jours au Nord-Kivu. Il a fait le constat suivant: des progrès ont été réalisés dans cette province, mais des défis liés à la sécurité demeurent.

Affaire député Mukonkole: agitation à Kabinda, sa circonscription électorale. La cité de Kabinda, à 150 km à l'est de Mbuji-Mayi, au Kasaï-Oriental, a connu ce vendredi une matinée agitée. La police a tiré des coups de feu en l'air pour étouffer une marche convoquée par les sympathisants du député national Martin Mukonkole, objet des poursuites judiciaires à Kinshasa. Les organisateurs de la marche ont voulu réclamer, à travers cette marche, la libération sans conditions de leur élu.

Révision du fichier électoral: quelques petits problèmes persistent au Kasaï-Occidental. Au Kasaï occidental, l'opération d'accréditation des témoins et observateurs des partis politiques marche à pas de tortue. Aussi les difficultés de déploiement du carburant vers les centres intérieurs retardent-elles le démarrage de la formation des membres de centres d'inscription dans l'ensemble de la province. Une situation qui risque d'affecter le calendrier des activités de révision du fichier électoral.

Risque de suspension du processus de révision du fichier électoral à Kasongo. Dans le territoire de Kasongo, à 230 km de Kindu, dans le sud de la province de Maniema, 135 des 152 présidents des centres de la CEI n'ont pas été payés mercredi dernier alors que 17 d'entre eux l'étaient. Mécontents, ils ont menacé de suspendre les opérations de la révision du fichier électoral.

Samedi 29 janvier.

Le Sud-Kivu attend des humanitaires un appui dans la relance de l'agriculture. Après le Nord-Kivu, le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies chargé des affaires humanitaires, Fidèle Sarassoro poursuit sa mission dans le Sud-Kivu. A Bukavu où il est arrivé vendredi 28 janvier, il s'est entretenu avec le gouverneur intérimaire de la province, Jean- Claude Kibala qui a insisté auprès de son hôte pour que les humanitaires s'impliquent dans la relance de l'agriculture de sa juridiction.

Panu: affaire Bulambo, mise au point du secrétaire général adjoint du parti. La fédération provinciale du Parti de l'alliance nationale pour l'Unité (Panu), au Kasaï Oriental, a demandé jeudi dernier à Jean-Marie Bulambo, ministre de l'Economie nationale de démissionner du gouvernement central au motif qu'il aurait adhéré à un autre parti politique, le Panader. Une allégation que rejette la direction nationale du Panu.

Sud-Ubangi: détournement des salaires de plus d'une centaine d'enseignants des écoles catholiques de Budjala. Plus d'une centaine d'enseignants des écoles conventionnées catholiques du territoire de Budjala n'ont pas touché leurs salaires, certains depuis plus de douze mois, et d'autres depuis quatre à six mois. Les intéressés ont constitué une délégation qui s'est rendue à Gemena pour une vérification auprès du Service de contrôle de paie des enseignants (Secope) Sud-Ubangi. La délégation a découvert que les salaires de ces enseignants étaient tout simplement détournés.

UDPS: enfin, les statuts du 1er congrès légalisés. Le notariat de l'Hôtel de ville de Kinshasa a finalement légalisé les statuts de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) Étienne Tshisekedi révisés au 1er congrès du parti qui s'est tenu du 10 au 14 décembre dernier.

Lubumabshi: plus de trois tonnes de vaccins disponibles pour les zones de santé de la province. Après près de quatre semaines de ruptures de stocks, les vaccins sont à nouveau disponibles pour la province du Katanga. Environ trois tonnes et demie de ces vaccins sont arrivés jeudi soir à Lubumbashi, en provenance de Kinshasa. Il ne reste que les colis soient réparties et envoyés dans les différentes zones de santé.

Wikong: vingt à trente mille francs congolais pour l'accès des expulsés d'Angola aux terres arables. Plus de trois mille expulsés congolais d'Angola qui vivent dans la localité de Wikong depuis mai 2010, en territoire de Luilu, au Kasaï-Oriental, ont difficile à s'intégrer socialement. La plupart sont réfugiés dans des familles d'accueil, et pour accéder aux terres arables, ils doivent débourser entre vingt et trente mille francs congolais.

Dimanche 30 janvier.

Elections 2011: Antoine Gizenga appelle à la cohésion interne du Palu. Dans un discours d'orientation politique samedi 29 janvier à Kinshasa, Antoine Gizenga, secrétaire général du Parti lumumbiste unifié, Palu, a appelé ses militants à la cohésion interne du parti et à la discipline. Ceci, en vue de se ranger en ordre de bataille pour les élections de 2011.

Lèpre: le point sur la situation de la maladie en RDC. Ce dimanche 30 janvier, la communauté mondiale célèbre la 58e journée mondiale contre la lèpre. En RDC, cette maladie n'est pas éradiquée, malgré les efforts visant son élimination. A Kinshasa, l'hôpital de la rive continue à recevoir de nouveaux cas, pendant que dans la Province Orientale, on n'en est encore pas au seuil de l'élimination de la maladie, bien qu'une certaine amélioration de la prise en charge soit enregistrée en Ituri. A l'occasion de cette journée, à Kinshasa, le directeur du Programme national de lutte contre la lèpre a choisi de s'entretenir avec les anciens malades à l'hôpital de la rive, situé sur la rive gauche du fleuve Congo, dans la commune de Ngaliema. Le docteur Florent Mputu, directeur adjoint au programme de lutte contre la lèpre, souligne que l'hôpital de la rive continue à recevoir des nouveaux cas, même si son statut a déjà changé. Il l'explique à Radio Okapi : L'hôpital de la rive a changé de statut depuis un certain moment. Ce n'est plus la léproserie, maintenant c'est un hôpital général de référence. Mais vous savez comme dans le temps, il traitait des lépreux, les gens ont toujours tendance à venir ici pour se faire dépister. Alors il y a une expertise effectivement ici. Lorsqu'un nouveau cas ou un cas suspect arrive, on l'examine. S'il est suspecté lépreux, on lui donne des médicaments et il va suivre le traitement en ambulatoire. Donc on n'interne plus les malades. Selon ce médecin, les lépreux internés sont des anciens cas qui ont terminé leur traitement et qui, malheureusement, sont abandonnés par leurs familles. Province Orientale : six zones de santé n'ont pas atteint le seuil d'élimination de la lèpre Entre temps, six zones de santé sur les seize que compte la Coordination pour la lèpre et la tuberculose en Province orientale centre, n'ont pas encore atteint le seuil de l'élimination de ces maladies. Ces zones de santé sont basées à Isiro, ville située à 570 km de Kisangani. Et pour cause : ces zones connaissaient des troubles suite à la présence des rebelles ougandais de la LRA dans la région. Une amélioration de la prise en charge en Ituri. Selon le médecin coordonnateur local du programme national de lutte contre la lèpre, il y a une amélioration progressive de la prise en charge de la maladie à Bunia. Le docteur Jean Marie Mupapa indique que la majorité des victimes se retrouvent parmi la population pygmée. En 2010, cent quatre-vingts cas de lèpre ont été recensés en Ituri, principalement dans la territoire de Mambasa. Un chiffre assez supérieur à ceux enregistrés les années antérieures, mais qui ne signifie pas du tout l'augmentation réelle des cas de maladie. Le docteur Jean Marie Mupapa justifie cette amélioration par l'augmentation de centres de dépistage. Il affirme aussi qu'il y a plus des malades issus de la communauté pygmée qu'ailleurs. En cette année 2011, la coordination de lutte contre la lèpre en Ituri compte élargir la couverture géographique du programme et renforcer la sensibilisation. (Radio Okapi)

Relance de l'agriculture: le gouvernement lance le projet PARRSA à l'Equateur. Une délégation des membres du ministère de l'Agriculture est arrivée à Gbadolite (Equateur), dimanche 30 janvier, dans le cadre du lancement du Projet d'appui à la réhabilitation et à la relance du secteur agricole (PARRSA) dans cette province. Ce projet est une initiative du gouvernement congolais financé par la Banque mondiale à hauteur de 120 millions de dollars américains. Il a été lancé officiellement vendredi à Mbandaka en présence de tous les acteurs impliqués dans le secteur agricole.

367 millions USD de la Chine pour combler le déficit en courant électrique à Kinshasa. La Chine a prêté 367 millions de dollars américains à la RDC pour atteindre cet objectif dans 3 ans. Cet argent servira à construire la centrale de Zongo II qui apportera les 150 mégawatts pour combler la demande actuelle en électricité dans la capitale, une demande estimée à 1000 mégawatts selon les experts. Les travaux de cette centrale vont pouvoir créer deux mille emplois. Le ministre des Finances, Matata Mponyo a indiqué que ce projet servira à produire suffisamment d'énergie électrique pour la capitale. Des villes voisines, qu'elles soient à l'intérieur ou à l'extérieur du pays, pourraient également bénéficier de l'électricité produite par ZongoII, a-t-il poursuivi. (Radio Okapi)

Lundi 31 janvier.

José Endundo annonce la fin de la conversion des titres forestiers. Le ministre de l'Environnement, conservation de la nature et tourisme, José Endundo, a annoncé samedi 27 janvier au cours d'une conférence de presse, la décision du gouvernement congolais de clôturer le processus de conversion des anciens titres forestiers. Cette décision, a-t-il expliqué, consiste à renforcer la légalité dans l'exploitation forestière en RDC.

Sud-Ubangi: la vie reprend peu à peu à Enyele. Une centaine de familles ont regagné la localité des Enyele, située à 83 kilomètres de Dongo, dans le territoire de Kungu. Ces habitants avaient fui leurs domiciles après l'insurrection armée partie de cette localité en novembre 2009. Samedi 29 janvier, une mission conjointe de la Monusco et des agences du système de Nations Unies est partie rencontrer ces retournés.

Parc des Virunga: un mort et un blessé dans une nouvelle attaque contre les gardes. Un garde de parc a été tué par balle et un autre grièvement blessé dimanche 30 janvier au parc national des Virunga lorsque des bandits armés ont attaqué leur véhicule de ravitaillement dans les escarpements de Kabasha, à plus de 100 km au nord de Goma, sur l'axe routier Goma-Butembo. Selon les activistes de la protection de la nature à la Rwindi, les auteurs de cet acte pillaient un minibus en provenance de Butembo. Ils venaient juste d'arrêter ce véhicule quand les deux gardes les ont surpris. Sur le champ, les bandits ont ouvert le feu sur eux. Cette nouvelle attaque, porte à neuf le nombre de gardes du parc tués, dont cinq militaires FARDC. On compte également trois blessés et une camionnette détruite. Cette attaque intervient dix jours après celle de Mabenga, dans le même secteur du parc, en début de la semaine passée. (Radio Okapi)

Fidèle Sarassoro évalue la situation humanitaire et sécuritaire en Ituri. Le représentant adjoint du secrétaire général des Nations unies en RDC, Fidèle Sarassoro, est arrivé à Bunia pour une première mission dans le district de l'Ituri ce lundi 31 janvier. Objectif: évaluer la situation humanitaire et de stabilisation dans la région afin de contribuer davantage aux efforts du gouvernement.

RDC: décisions et contre décisions au sein du gouvernement Muzito. Les décisions prises par le gouvernement ces derniers temps laisse entrevoir un dysfonctionnement de l'équipe d'Adolphe Muzito. Certaines d'entre elles sont annoncées par quelques ministres, concernant leurs départements respectifs, avant d'être cassées par le premier ministre. C'est le cas de la lettre du Premier ministre, du vendredi 28 janvier, réhabilitant les mandataires de la Société nationale de loterie (Sonal), suspendus par la ministre de tutelle.

Mgr Tafunga intronisé archevêque Lubumbashi. Le cardinal Monsengwo Pasinya a présidé, dimanche 30 janvier dans la capitale du Katanga, la cérémonie d'intronisation de Lubumbashi. Il s'agit de Monseigneur Jean Pierre Tafunga, nommé archevêque le 1er décembre 2010. Des milliers des chrétiens catholiques, une dizaine d'évêques et archevêques venus des différentes provinces et plusieurs personnalités du pays ont assisté à cette messe. Monseigneur Jean Pierre Tafunga a été nommé depuis le 31 mai 2008 évêque coadjuteur (revêtu de droit de succession). Il remplace l'archevêque Floribert Songa Songa, qui a démissionné pour des raisons de santé, après plus de douze ans passés à la tête de la province ecclésiastique de Lubumbashi.