Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 1er au 15 Février 2011
n°164


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 

 

Mardi 1er février.

Kamako: violences sur les expulsés congolais, l'Angola dément. Une délégation officielle de la République d'Angola s'est rendue, le samedi 29 janvier, au poste frontalier de Kamako au Kasaï occidental. Les membres de cette délégation ont affirmé qu'"aucun Congolais expulsé d'Angola n'a été tué ni torturé par la police nationale angolaise.".

L'Asadho accuse le gouvernement d'entretenir l'intolérance politique à l'approche des élections. Dans un communiqué, rendu public ce lundi 31 janvier à Kinshasa, l'Association africaine de défense de droits de l'homme (Asadho) énumère quelques cas où les membres de l'opposition politique ont été arrêtés, intimidés, menacés et leurs manifestations réprimées ou interdites par les services de sécurité. Des actes qui violent la constitution, selon l'Asadho. L'ONG accuse le gouvernement d'entretenir l'intolérance politique à la veille des élections générales de 2011 en RDC. Le communiqué de l'Asadho cite la réunion des ténors de l'opposition interdite le 9 janvier Grand Hôtel Kinshasa. Aucune raison n'a été donnée pour interdire cette manifestation, indique l'ONG. Autre faits dénoncés par l'Asadho: les difficultés rencontrées par Vital Kamerhe pour organiser des meetings à Goma et Bukavu, dans l'Est de la RDC. Cet ancien collaborateur du président Kabila et ancien président de l'Assemblée nationale a officiellement annoncé, en décembre 2010, la création de l'UNC (Union pour la nation congolaise) son parti de l'opposition. Asadho mentionne aussi le cas de Diomi Ndongala, président de la Démocratie chrétienne (DC), un parti de l'opposition. Il a été interpellé dans le Bas-Congo (Ouest de la RDC) fin 2010. "Nous avons d'abord demandé au président de la République qu'il puisse faire libérer tous les opposants politiques qui sont en prison aujourd'hui, et, au gouvernement congolais, d'assurer la sécurité des membres de l'opposition et de leur permettre de tenir leurs réunions et manifestations publiques conformément aux prescrits de la constitution ", a déclaré Me Jean Claude Katende, président de l'Asadho. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a exigé des preuves pour les faits allégués "au lieu de faire feu de tout bois parce qu'on veut simplement donner des arguments à ceux qui veulent contrôler notre pays à partir de l'extérieur et dont l'Asadho semble être un instrument." (Radio Okapi)

Procès Chebeya: examen de relevés téléphoniques des prévenus. L'audience de lundi 31 janvier dans le procès des présumés assassins de Floribert Chebeya, était consacrée au tracé historique des appels téléphoniques de certains prévenus et à la comparution du directeur adjoint chargé des renseignements de la Police nationale congolaise, l'inspecteur Jerry Kahozi. L'expert de la compagnie cellulaire Tigo a confirmé qu'il y a eu communication entre le commissaire Michel Mwila de la Police, l'un des prévenus, et M. Olivier Nkungwa, secrétaire de Floribert Chebeya en date du 28 mai, soit cinq jours avant la mort du directeur exécutif de la VSV. Les deux parties n'ont pas contesté cette affirmation. Cependant, les contradictions sont apparues sur le contenu de leur conversation. D'où la requête de la cour, non seulement à Tigo, mais aussi à Airtel et Vodacom (des entreprises de téléphonie cellulaire opérant en RDC), de fournir à la prochaine audience suffisamment d'éléments sur les appels des prévenus. La cour n'a pas pu procéder à toutes les auditions faute de renseignements des compagnies cellulaires. Il est question pour elle d'analyser en profondeur les échanges téléphoniques intervenus entre le 24 Mai et le 2 juin 2010. Appelé à la barre, le directeur adjoint chargé des renseignements à la police, l'inspecteur Jerry Kahozi a affirmé qu'il n'était nullement impliqué dans l'assassinat de Floribert Chebeya. Une affirmation rejetée par la partie accusatrice qui estime que l'inspecteur Kahozi a joué un rôle dans la disparition de Floribert Chebeya. (Radio Okapi)

Kisangani: le Chef de police de la Monusco visite les policiers congolais en formation à Kapalata. Le Commissaire général de la police de la Monusco, Abdallah Wafy appelle les éléments de la police nationale congolaise en formation à Kapalata, à la discipline, à l'ordre et à avoir confiance en leurs autorités. Il leur a lancé cet appel au cours d'une visite qu'il a effectuée lundi 31 janvier dans ce centre de formation. Tout en reconnaissant les difficultés administratives auxquelles ces policiers sont confrontés, le commissaire général de l'UNPOL a indiqué que ces problèmes seront résolus progressivement.

Des cadres de FRF à Bukavu pour intégrer l'armée congolaise. Environ dix cadres du mouvement politico-militaire des Forces républicaines fédéralistes (FRF) sont arrivés lundi 31 janvier à Bukavu en provenance de leur base dans les hauts plateaux de Minembwe. Ils affirment avoir abandonné leur milice pour intégrer les rangs des Forces armées de la RDC à l'issue des négociations avec une délégation de Kinshasa.

Kalemie: la nouvelle industrie cotonnière du Tanganyika dans sa phase opérationnelle. La Cotanga (Nouvelle cotonnière du Tanganyika) recrute depuis deux jours la main d'œuvre pour la relance des activités cotonnières à Kalemie, dans a province du Katanga. Les offres concernent à la fois des ingénieurs agronomes, des moniteurs agricoles ainsi que des cantonniers. Six territoires du district de Tanganyika sont concernés par la relance de la culture du coton. Selon Déogratias Simba, ADG de la Cotanga, cette relance commence avec la prochaine saison culturale. Dans un premier temps, 11 000 hectares de terre cultivable ont été identifiés dans la plaine de Lugumba, à 15 km de Kalemie, selon ce responsable. D'après l'administrateur délégué général de la Cotanga la production attendue est de 450 tonnes de coton par hectare, citant une estimation des agronomes. Selon la même source, Kalemie a été choisi comme point de départ de ce projet parce que son usine d'égrenage est restée quasi intacte. Ce projet va générer 290 000 emplois pour les paysans. En dehors de Kalemie, les activités de la Cotanga seront relancées au district de Tanganyika dans les territoires de Nyunzi, Kabalo, Kongolo avec ses deux usines et dans le district du Haut Lomami, dans les territoires de Kabongo, Malemba Nkulu et Manono, précisément à Ankoro. Quant aux débouchés du coton qui sera produit au Nord-Katanga, en attendant que Filisaf, une entreprise de textile locale, se remette à son tour en fonctionnement après son arrêt en 1991, les responsables de la Cotanga comptent vendre leur production à la Sotexki (Société textile de Kisangani) (Radio Okapi)

Fidele Sarassoro à l'écoute des déplacés de Bukiringi. Le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies en RDC, Fidele Sarassoro, a visité, ce mardi 1er février, la cité de Bukiringi, à environ 100 kilomètres au sud de Bunia, dans la collectivité de Walendu Bindi. Il a échangé successivement avec les notables et le représentant des déplacés dans cette cité de la Province Orientale.

La Cenco mobilise contre l'exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC. La Commission épiscopale ad hoc pour les ressources naturelles de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) organise, depuis ce mardi 1er février à Kinshasa, un atelier axé sur le thème: "Lutte contre l'exploitation illégale et la mauvaise gestion des ressources naturelles." Au cours de ces travaux, les participants vont, après un état des lieux, proposer des stratégies pour une gestion rationnelle et efficace de ce secteur en RDC. Cet atelier rentre dans le cadre de l'éducation et la sensibilisation de la population. Cette dernière est appelée, selon la même source, à s'impliquer pour faciliter l'application de différentes décisions prises dans le sens d'améliorer la gestion des ressources naturelles. (Radio Okapi)

Mercredi 2 février.

Elections: des opposants demandent à la Monusco de les protéger. Une délégation de l'Union sacrée pour l'alternance (USA), une plate-forme de l'opposition, s'est entretenue, mardi 1er février dans la soirée, avec les membres du bureau politique de la Monusco. Elle a demandé à la mission onusienne de protéger la population, y compris les opposants à l'approche des élections en République démocratique du Congo. Cette requête fait suite à ce qu'elle qualifie d'"intolérance politique", dont seraient victimes les membres de l'opposition politique de la part du gouvernement.

Procès Chebeya: Avocats sans frontières/France craint une " une parodie de justice ". Dans un communiqué publié mardi 1 février et relayé par AFP, l'ONG Avocats sans frontières/France exprime sa crainte de voir le procès des présumés assassins de Floribert Chebeya se transformer en une "parodie de justice ". " Les conditions de l'interrogatoire du chef de la police le général John Numbi, soupçonné d'être le commanditaire du crime, font apparaître que la justice congolaise a décidé de ne pas l'inquiéter ", a affirmé l'ONG dans ce communiqué. L'ONG souhaite la mise en place d'une " commission d'enquête internationale. " Celle-ci aurait les plus larges pouvoirs d'investigation. Elle propose également la reprise du procès par une juridiction indépendante de droit commun. (Radio Okapi)

Butembo : jeunes manifestants contre la nouvelle constitution, intervention de l'armée. Une cinquantaine de jeunes ont été arrêtés à Butembo (au Nord-Kivu) par les forces de sécurité qui ont réprimé les détracteurs des récents amendements constitutionnels adoptés par le gouvernement du président Joseph Kabila. L'intervention des agents a également causé plusieurs blessés tandis que deux quartiers de la ville ont été placés sous étroite surveillance des forces de sécurité. Des sources de la Misna contactées à Butembo indiquent que la police et l'armée sont intervenues la semaine dernière à deux reprises minimum contre des jeunes réunis dans le cadre d'assemblées communautaires : tout d'abord dans le quartier de Furu pour disperser une collecte de signatures destinées à une pétition contre les modifications de la Constitution ; puis, vendredi dernier, tant à Furu qu'à Katwa, où les forces de sécurité auraient eu recours à la force et procédé à l'arrestation de nombreux jeunes. Des sources gouvernementales soutiennent en revanche que les jeunes arrêtés feraient partie d'un mouvement insurrectionnel. "Depuis longtemps, nous avons un grave problème d'insécurité en territoire de Butembo et de manière plus générale dans le Nord-est du pays. Malheureusement, la présence des soldats cause le plus souvent de graves problèmes à la population. C'est à cause de cette situation insupportable que les jeunes ont décidé de s'organiser en groupes d'autodéfense", disent des sources locales. Durement contestés par l'opposition, les amendements s'appliquent notamment au mode d'élection du président de la République, qui n'adviendra plus qu'en un seul tour. (Misna)

Kasaï-occidental: un accident de train fait 14 morts et plusieurs blessés à Tshimbulu. Le bilan de l'accident ferroviaire survenu, le mercredi 2 février matin à Tshimbulu, cité située à 120 km au Sud de Kananga (Kasaï occidental), est passé de 13 à 14 morts et plusieurs blessés. Deux blessés graves présentent des signes de perte de vue, ont annoncé des sources hospitalières locales. Les premiers soins reçus jusque là n'arrivaient pas à améliorer leur état de santé.

Nouvelle attaque de la LRA à Niangara: un mort, huit personnes enlevées et plusieurs blessés. Les rebelles ougandais de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) ont incendié un camion, avec des passagers à bord, dans la nuit de lundi à mardi 2 février au village Gbaga, situé à 47 km de Niangara centre, dans le district du Haut Uélé. Le bilan provisoire fait état de d'un mort, trois blessés et huit personnes enlevées parmi les passagers, seon des sources locales. Le commandant de la zone opérationnelle des Fardc à Dungu dit avoir déployé mardi ses hommes sur le lieu de l'incident.

Kivu: la réorganisation des unités des Fardc fait craindre le retour des FDLR. Des mouvements de relève s'observent depuis quelques temps au niveau de certaines positions des Forces armées de la RDC au Nord et Sud-Kivu. Cette situation préoccupe les populations des localités concernées, qui craignent le retour des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans leurs milieux. Le porte-parole de l'opération militaire Amani Leo dans ces provinces, le colonel Sylvain Ekenge, rassure qu'il s'agit plutôt d'une réorganisation des brigades et unités des Fardc, en vue de renforcer la sécurité des populations.

Insécurité: la Monusco annonce le renforcement de son système d'alerte. La Monusco s'emploie à renforcer son système d'alerte précoce dans le Nord-Est de la RDC, a annoncé son porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Gaye, lors de la conférence de presse hebdomadaire de ce mercredi 2 février. Il s'agit d'un réseau dont le but est de faciliter la liaison entre la population et les forces de sécurité locales, soit la Police nationale congolaise (PNC), les Fardc et la force de la Monusco.

Production artisanale du diamant: vers des coopératives minières à Mbuji-Mayi. La Miba, Minière de Bakwanga, a cédé depuis quelques mois plus de cinquante carrés miniers à l'Etat congolais. Pour rentabiliser la production de ces espaces désormais accessibles aux exploitants artisanaux, le gouvernement préconise le regroupement de ceux-ci en coopératives minières. C'est à la demande de ce gouvernement que la Miba a renoncé à certains de ses carrés miniers situés, pour la plupart, en dehors du territoire de Tshilenge. Ces espaces peuvent être exploités par d'éventuels investisseurs, mais aussi par des creuseurs artisanaux, pourvu que ceux-ci soient regroupés dans des coopératives minières.

Jeudi 3 février.

Le Cerdho plaide pour la création d'un tribunal pénal mixte en RDC. Le tribunal pénal mixte permettrait de juger les Congolais et les étrangers responsables des violations des droits de l'homme dans l'Est de la RDC Le tribunal pénal mixte aidera à lutter contre les crimes graves commis à l'Est de la RDC entre 1993 et 2003, estime le Centre régional des droits de l'homme et de droit international humanitaire (Cerdho), une structure de l'université catholique de Bukavu. Cerdho a fait ce plaidoyer, mardi 1er février, au cours d'une conférence tenue à Bukavu, Sud-Kivu, sur les crimes commis dans cette région sur les populations civiles.

Kinshasa: les stations services réduisent le temps de livraison de carburant. De longues files des véhicules ont été constatées ce jeudi 3 février dans la matinée dans les stations d'essence de Kinshasa. Des conducteurs de véhicules affirment que ce jeudi, les stations n'ont pas vendu du carburant. Et pour cause, les distributeurs attendent encore des négociations en cours avec le gouvernement pour revoir les prix à la hausse.

Kasai-Oriental : pénurie de nourriture et de produits pharmaceutiques à la prison de Kabinda. Les prisonniers de Kabinda n'ont pas de nourriture et de médicaments depuis un mois. La dernière subvention du gouvernement provincial, de l'ordre de 500 dollars américains est parvenue aux responsables de cette prison en décembre 2010, indique le responsable de l'ONG internationale " Fraternité de prison" en RDC, Arthur Lubwika
Entre décembre 2010 et janvier 2011, trois de soixante cinq détenus de cette prison se sont évadés.

Lubero: le calme revient dans les localités incendiées par les FDLR. Un calme apparent est revenu ce jeudi 3 février matin dans plusieurs localités situées à cheval entre les territoires de Lubero et Walikale, après les incendies qui ont ravagé mercredi quatre villages, dans un rayon de 50 km de Miriki et Luofu, près de Kanyabayonga. Ces incendies ont été l'œuvre des rebelles hutus rwandais, des FDLR, d'après la société civile de Lubero.

Elections-2011: Lambert Mende réaffirme l'engagement du gouvernement. Au cours d'une conférence de presse ce jeudi 3 février à Kinshasa, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende devant, a abordé plusieurs questions d'actualité relatives, notamment au processus électoral. D'après lui, la RDC est déterminée à organiser ces élections selon ses moyens, la communauté internationale n'ayant pas encore concrétisées ses promesses.

Lubumbashi: Prise de possession canonique de Mgr Jean Pierre Tafunga. Ce dimanche 30 janvier, à la cathédrale Saints Pierre et Paul, Mgr Jean Pierre Tafunga a pris possession canonique comme nouvel archevêque de Lubumbashi. Il avait était nommé par le Pape Benoit XVI le 1er décembre 2010 en substitution de Mgr Songasonga. L'Eglise du Congo a été représentée par le Cardinal Monsengwo, par Mgr Nicolas Djomo (Président de la Cenco) et par 19 autres évêques venus de tous les coins du pays. Le Burundi était représenté par Monseigneur Simon Tamwana, Président de l'Association des conférences Episcopales de l'Afrique Centrale. A côté des évêques, des nombreux prêtres, religieux et religieuses, ainsi qu'une grande foule de chrétiens. Parmi les autorités, le ministre des Hydrocarbures et représentant du Chef de l'Etat, monsieur Célestin Mbuyu et le gouverneur de la Province du Katanga, monsieur Moise Katumbi Chapwe. (Ademis)

Vendredi 4 février.

Lubumbashi : des coups de feu entendus autour de l'aéroport. Des coups de feu ont été entendus ce vendredi 4 février autour de l'aéroport de la Loano à Lubumbashi, chef-lieu du Katanga. Selon le ministre provincial de l'Intérieur, Jean-Marie Dikanga Kazadi, ces coups de feu ont été tirés par un groupe de gens non encore identifiés. Ces hommes armés auraient tenté de prendre le contrôle de l'aéroport. Le calme est revenu peu avant midi. Le gouverneur du Katanga, Moise Katumbi minimise ces incidents, indiquant qu'il s'agissait de quelques inciviques qui ont créé la panique.

Haut Uélé : la LRA sème toujours l'insécurité, selon la société civile. Le district du Haut Uélé, en Province Orientale est toujours en proie aux attaques des rebelles ougandais de l'armée de résistance du seigneur (LRA). D'après la société civile de Dungu qui l'affirme, de nombreux cas d'attaques et d'enlèvements sont signalés surtout dans ce territoire. Cependant, le porte-parole du gouvernement congolais indique que ce sont plutôt des Congolais et non des rebelles ougandais qui sont à la base de cette recrudescence d'insécurité.

Ituri : les assassins du chinois déférés à l'auditorat militaire. L'Etat major opérationnel des Forces armées de la RDC (FARDC) a déféré ce vendredi 4 février à l'auditorat militaire de garnison de Bunia deux soldats accusés d'avoir assassiné un ressortissant chinois dans un carré minier, situé aux environs de Nia-Nia, à plus de 350 km, au Sud de Bunia.

Prix de carburant à Kinshasa: le gouvernement et les pétroliers en désaccord. Le prix de carburant à la pompe va-t-il augmenter ou pas à Kinshasa? La question était au centre d'une réunion de plus de 4 heures qui a réuni, jeudi 3 février, le gouvernement et les pétroliers. Les deux parties se sont séparées en queue de poisson. Mais les négociations se poursuivent ce vendredi 4 février. Pendant ce temps, les stations vendent le carburant de façon irrégulière depuis jeudi. Les pétroliers veulent une hausse du prix du litre à la pompe suite à la hausse du baril sur le marché international.

Joseph Kabila a nommé les membres de la Ceni. Les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) sont désormais connus. Ils ont été nommés par ordonnance présidentielle, jeudi 03 février, à Kinshasa. Il s'agit de : Carole Kabanga, Flavien Misoni, Matthieu Mpita Pinto, Elyse Muhimuzi, Laurent Ndaye Kondo, Jacques Ndjoli, Daniel Ngoy Mulunda

Les FARDC dotées d'une doctrine logistique, fruit d'un accord avec EUSEC. Les Forces armées de la RDC disposent désormais d'un document de bord en vue du développement de leur logistique. Ce document s'appelle doctrine logistique et est l'œuvre d'un partenariat avec la mission de l'Union européenne de conseil et d'assistance en matière de réformer de la sécurité (EUSEC). Le document était en élaboration depuis 2009. Il a pour but de recréer une logistique efficace, bien gérée et adaptée aux besoins de l'armée congolaise. Il vise également à contribuer à l'éclosion d'une armée nationale moderne, professionnelle, républicaine et correctement équipée. Il prévoir notamment la coordination, la gestion et la distribution des ressources nécessaires ainsi que l'entretien du potentiel Fardc. L'établissement de la doctrine logistique des FARDC entre dans le cadre du plan de réforme tel que défini par le ministère de la Défense nationale et des anciens combattants en 2009. (Radio Okapi)

Lutte contre le cancer: RDC, les spécialistes pour un dépistage précoce. La RD Congo n'est pas épargnée du cancer qui constitue, selon l'OMS, la première cause de mortalité dans le monde. A l'occasion de la journée mondiale contre ce mal, ce jeudi 4 février, des spécialistes congolais préconisent un dépistage précoce.

Samedi 5 février.

Nouvelles attaques de la LRA à Dungu, six morts. Les rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur, LRA reviennent à la charge avec de nouvelles attaques perpétrées entre mardi 1er et vendredi 4 février à Limayi et au poste d'Etat de Dungu, dans le territoire qui porte le même nom, à 780 kilomètres au nord-est de Kisangani. Bilan : six personnes tuées, dont quatre militaires des FARDC et deux rebelles de la LRA.

Bukavu: inauguration d'une cité pour la prise en charge des victimes des violences sexuelles. La " Cité de joie " a été inaugurée vendredi 4 février à Panzi, dans la commune d'Ibanda à Bukavu. Cette vaste cité est une œuvre réalisée par l'Unicef et le mouvement V-DAY, en faveur des victimes de toute forme de violences liées au genre. Objectif : aider les victimes à passer du stade des victimes à celui des leaders, ce qui leur permettra de transformer leur douleur en pouvoir. Selon le docteur Mukwege, médecin directeur de l'hôpital de Panzi, la cité de joie a vu le jour grâce à Yves Hansler. Cette actrice et écrivain américaine s'est battue corps et âme pour la réalisation de ce projet. C'est un centre de dédramatisation et de réinsertion sociale pour les femmes victimes de toutes sortes de violences liées au genre, a indiqué le médecin. D'après lui, l'inauguration de cette cité va redonner le sourire aux victimes des violences et elle constitue en même temps une victoire sur le mal. Même son de cloche pour Mme Jan Schakowsky, membre du Congrès américain. Elle a déclaré que la Cité de la joie est un message et un signal fort qu'on envoie pour dire " non aux viols et violences faites aux femmes". La Cité de joie est un vaste complexe qui comprend plusieurs bâtiments destinés à abriter différentes activités qui permettront aux femmes survivantes de toutes formes de violences liées au genre de se prendre en charge. Fruit d'un partenariat du mouvement V-DAY, de l'Unicef avec la Fondation Panzi, la Cité de la joie donnera à ces femmes déshonorées et humiliées, une opportunité de se réinsérer socialement à travers des programmes novateurs, a affirmé pour sa part le représentant de V-DAY en RDC. Cette inauguration a permis aux femmes victimes des violences liées au genre et à un groupe d'acteurs de renommée venus des Etats Unis de dénoncer les violences faites aux femmes. La cérémonie a été présidée par le ministre de la santé du gouvernement central, en présence des autorités provinciales du Sud Kivu et de plusieurs délégations venues du pays et de l'extérieur. Les travaux de la dite Cité ont duré deux ans. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi: un policier tue deux filles pour une boîte de sardines. Un élément de la police a ouvert le feu sur trois jeunes filles dans la nuit de vendredi 4 février, vers 19 h 30, faisant deux morts dans la commune de Kanshi à Mbuji-Mayi. Des témoins affirment que le policier a engagé une longue discussion avec les filles autour du prix d'une boîte de sardines avant de tirer à bout portant. Le meurtrier est en fuite, selon la police qui déclare avoir récupéré l'arme dans son domicile.

Rutshuru: les FDLR attaquent deux villages à Bwito. Des rebelles hutus rwandais ont attaqué les villages de Mirangi et de Busundule de la collectivité de Bwito dans la nuit de jeudi 3 à ce vendredi 4 février. Des combattants FDLR mêlés aux Mai-Mai ont pillé, au cours de cette incursion, plusieurs habitations, indique la police nationale congolaise à Rutshuru.

Lubumbashi : lutte contre la fraude minière, saisie de cinq véhicules pleins de minerais. Neuf creuseurs clandestins arrêtés, cinq véhicules chargés des minerais saisis , c'est la moisson d'une opération que la brigade de la police des mines a menée jeudi 3 février à la carrière de Kawama, à une vingtaine de km de Lubumbashi. Selon le commandant de la police des mines du Katanga, des milliers des creuseurs clandestins pénètrent dans la carrière de l'entreprise minière dénommée " Compagnie minière du Sud du Katanga ", CMSK. Des minibus chargés de sacs de minerais ont été arrêtés. Selon le colonel Félicien Ilunga, commandant de la police des mines du Katanga, les responsables de ces cargaisons ont tenté de corrompre ses éléments, sans succès. La situation dans la carrière de Kawama n'est pas stable. Il y a une semaine, un creuseur a même été tué par balle. Pour rappel, le gouvernement provincial du Katanga avait initié une opération d'indemnisation des creuseurs de Kawama. Objectif : les faire partir définitivement de ce site. Mais cette opération n'a pas abouti à des résultats escomptés. (Radio Okapi)

Dimanche 6 février.

Présidentielle 2011: l'opposition politique milite pour une candidature unique. L'opposition politique sensibilise sa base au choix d'un candidat unique à l'élection présidentielle. Plusieurs leaders de l'opposition en ont émis le vœu à la matinée politique de la plate-forme "Union pour la nation ", UN, organisée samedi 5 février au collège Boboto à Kinshasa. Après avoir qualifié de négatif le bilan de cinq années de la majorité au pouvoir, l'UN en appelle à l'alternance. Selon le coordonnateur de l'UN, le compte à rebours vient de commencer.

Margaret Chan à Kinshasa pour renforcer la lutte contre la polio. La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé, OMS, est attendue ce dimanche 6 février à Kinshasa pour un séjour de deux jours, à l'invitation du président Joseph Kabila. Selon un communiqué de l'OMS, cette visite s'inscrit dans le cadre de renforcement de la coopération entre la RDC et l'OMS, notamment l'appui au programme national d'éradication de la poliomyélite.

Mweka: une dizaine de drapeaux de l'UDPS brûlés, selon un responsable de ce parti. A Mweka, territoire situé à 260 km à l'ouest de Kananga, les membres de Parti du peuple pour la démocratie et la reconstruction (PPRD) ont brûlé une dizaine de drapeaux de l'Union pour la démocratie et le progrès social, UPDS. Le président sectionnaire de l'UPDS/Mweka qui donne cette information crie à l'intolérance politique et dénonce la complicité de certains services publics. Mais le PPRD rejette ces accusations.

Difficile situation des travailleurs du Sud-Ubangi. Plusieurs travailleurs dans nombre des services de l'Etat et même des entreprises privées sont victimes de retard de paiement de leurs salaires pour les uns, et des menaces de licenciement pour les autres. C'est le constat fait par l'inspecteur du Travail du Nord-Equateur à l'issue d'une mission dans le district du Sud-Ubangi.

Des pluies diluviennes jettent 400 élèves dans la rue à Kongolo. Les dernières pluies torrentielles ont causé beaucoup de dégâts matériels dans la localité de Kongolo. C'est le cas des plusieurs maisons qui se sont écroulées mais aussi certaines écoles qui ont perdu plusieurs salles de classes. Deux écoles sont plus touchées, l'Ecole Yona en collectivité Bashayi et l'Institut Nyange.

Lubero: retour au calme à Kayna après une journée agitée. Le meurtre, la nuit dernière d'un jeune homme dans un quartier de la cité de Kayna, à 185 km au nord de Goma, en territoire de Lubero, a causé dimanche matin une manifestation populaire qui a débouché sur des actes violences. Les forces de l'ordre ont dû intervenir pour rétablir le calme.

Lundi 7 février.

Kamako: Margot Wallström rencontre les victimes des violences sexuelles expulsées d'Angola. "C'est très grave ce qui se passe dans cette région", a notamment déclaré, dimanche 6 février à Kamako, au Kasaï occidental, Mme Margot Wallström, secrétaire générale adjointe des Nations unies chargée des violences sexuelles, au terme de sa visite dans cette localité congolaise frontalière avec l'Angola. Elle a promis de rencontrer prochainement les autorités de Luanda pour évoquer la question des victimes des violences sexuelles lors des opérations de refoulement sur le sol angolais.

Trafic de minerais: un avion cloué au sol à l'aéroport de Goma. Un Jet privé en provenance du Nigeria est cloué au sol depuis jeudi 4 février à l'aéroport international de Goma. Cet avion et son équipage, sont arrivés à Goma avec une importante somme d'argent, estimée à plusieurs millions de dollars américains, a annoncé le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, ce lundi 7 février dans un communiqué. Cette somme serait, selon lui, destinée à une transaction des minerais, notamment de l'or.

Kinshasa: le ministre Makweng présente la situation sanitaire de la RDC. Le Secteur de la santé au Congo ne bénéficie que de 3,5% du budget de l'Etat au lieu de 15% comme préconisé dans les engagements d'Abuja de septembre 2010. Sommet au cours duquel les nations (africaines) s'étaient mobilisées à garantir l'adhésion des politiciens et des communautés dans la lutte contre la poliomyélite. Les ressources budgétaires affectées au secteur de la santé en RDC rendent parfois difficile la prise en charge sanitaire de près de 66 millions d'habitants que compte la RDC. C'est l'un des défis sanitaires relevés par le ministre de la Santé ce lundi 7 février lors de la présentation de la situation sanitaire du pays à la directrice générale de l'OMS, en séjour à Kinshasa.

Beni: des hommes en uniforme à la base d'un regain d'insécurité à Oisha, selon la société civile locale. Des militaires incontrôlés des Fardc se distingueraient ces derniers temps à Oisha, chef-lieu du territoire de Beni, au Nord-Kivu, par des exactions et des actes de banditisme contre la population civile. Le président de la société civile locale l'a dénoncé ce lundi 7 février au cours d'un entretien avec la presse.

Kikwit: des détenus torturent d'autres détenus à la prison urbaine. Certains condamnés de la prison urbaine de Kikwit, dans la province de Bandundu, constituent un danger pour d'autres pensionnaires du même lieu carcéral qu'ils frappent et torturent, surtout que les uns et les autres, détenus militaires, civils et mineurs, partagent tous le même pavillon.

Ex-Onatra: 13 nouvelles voitures du train interurbain à Kinshasa. La Société commerciale des transports et des ports, ex-Onatra (Office national des transports) a réceptionné lundi 7 février à Kinshasa 13 nouvelles voitures passagers pour renforcer son transport interurbain. Cette acquisition est le fruit du partenariat entre le gouvernement congolais et la Coopération technique belge. Elles viennent de la Tchécoslovaquie et ont une capacité de deux cent places assises chacune. Elles desserviront deux lignes: Gare centrale-aéroport de N'djili et Gare centrale-Kasangulu.

Affaire Chebeya : les contradictions du chef de la police de Kinshasa. Dans l'attente de la décision de la cour militaire sur la requête des parties civiles relative à une nouvelle comparution de l'inspecteur général de la police, le général John Numbi, dans le cadre du procès sur le meurtre du président de l'association des droits de l'homme Voix des Sans Voix, Floribert Chebeya, l'audience de lundi a permis de souligner les contradictions présentes dans la déposition du chef de la police de Kinshasa, le général Jean Dieudonné Oleko. Selon la presse congolaise et internationale, le général Oleko aurait été sérieusement mis en difficulté pendant sa comparution et les avocats de la partie civile auraient pour cette raison exigé de rappeler à la barre le témoin mais cette fois en tant qu'accusé. Le général Oleko a dû reconnaître l'incohérence entre la mention "aucune trace visible de violence" sur le corps présente dans le communiqué officiel qu'il avait personnellement signé au lendemain de la découverte du corps de Floribert Chebeya en juin 2010 et le rapport de la police diffusé trois jours plus tard et faisant état de traces de menottes sur les poignées de la victime, d'une fracture au cou et de sang sur le coin de la bouche. Décontenancé, le général Oleko a tenu à préciser qu'il n'avait pas personnellement écrit le communiqué et qu'il l'avait signé de bonne foi. Bien que la partie civile considère que le communiqué tendancieux du général Oleko ait contribué à dissimuler les preuves du crime, la cour militaire a argué de son incompétence pour faire comparaître l'intéressé en tant qu'accusé, seule la juridiction de la Haute cour militaire étant apte à juger un haut gradé. Une nouvelle audience se tiendra jeudi prochain. (Misna)

Nouvelles incursions des rebelles ougandais, des militaires tués. De nouveaux combats survenus entre militaires congolais et rebelles ougandais de la Lra en territoire de Dungu (Nord-est) se seraient soldés par la mort de quatre soldats et de deux miliciens. Selon des sources locales, une fusillade engagée mardi dernier pour libérer un civil enlevé à Limayi, à 25 km au nord de Dungu, aurait par ailleurs donné lieu à la mort de deux militaires et de deux rebelles tandis qu'un autre soldat au guidon de sa moto aurait été abattu à Doruma par de présumés combattants de la Lra. Jeudi dernier, un soldat est mort et deux civils ont été enlevés à Limayi dans le cadre d'une embuscade tendue contre des habitants riverains qui allaient travailler aux champs sous l'escorte des militaires. On enregistre depuis quelques semaines une recrudescence des incursions de la Lra sous commandement de Joseph Kony qui sévit dans le Nord-est du Congo depuis septembre 2007. D'autres factions de la Lra opèrent également au Soudan et au Centrafrique. (Misna)

Mardi 8 février.

Projet de centrales électriques à l'Equateur: le sénateur Lokondo dénonce un accord maffieux. Au cours d'un point de presse, tenu le samedi 5 février à Kinshasa, le sénateur Henri Thomas Lokondo a contesté le contrat signé pour la construction de sept centrales électriques dans cette province du Nord de la RDC. Cet accord a été signé par Equatorial Energy & Water, une société de droit congolais, et Prinitas Financing, une firme finlandaise. Il a estimé que ce contrat est inconstitutionnel et déséquilibré.

Katanga: 40 enfants souffrent de paludisme accompagné des troubles neurologiques à Kabongo. Une quarantaine d'enfants en âge scolaire du territoire de Kabongo sont frappés par un paludisme avec trouble neurologique depuis une semaine. D'après le médecin chef de zone de santé, la maladie se manifeste par des troubles brusques de comportement accompagnés d'une agitation et de convulsion. Quatre écoles sont touchées par cette maladie et la prise en charge se fait à l'hôpital général de référence de Kabongo

Mbandaka : les Nations unies donnent une baleinière aux victimes de Songo Mboyo. Le représentant spécial du Haut commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme a remis une baleinière lundi 7 février à Mbandaka, à l'Association de mamans réinsérées de Songo Mboyo (AMRS), victimes des viols massifs de 2003 à Songo Mboyo, en présence du gouverneur intérimaire de cette province. Cette embarcation leur servira à évacuer les produits agricoles vers les centres de consommation. Les bénéficiaires ont exprimé leur satisfaction.

Kasaï-occidental: l'opposition veut installer un bureau de crise à l'assemblée provinciale. Dans une déclaration politique faite le lundi 7 février à Kananga, les députés de l'opposition au sein de l'assemblée provinciale du Kasaï-occidental ont décrié l'arrêt des activités de l'assemblée provinciale alors qu'elle est en pleine session. Ils ont menacé d'installer un bureau de crise si les activités ne reprennent pas.

Matadi: affaire général Munene, comparution du présumé recruteur des "rebelles". L'audience de ce mardi 8 février a été consacrée à la poursuite de l'instruction des prévenus, notamment de l'adjudant accusé d'être le chef de file de ces présumés rebelles. Ces derniers sont poursuivis notamment pour organisation d'un mouvement insurrectionnel dans le Bas-Congo. Ils ont été arrêtés il y a près d'un mois dans les territoires de Tshela et de Seke Banza.

Kinshasa: le défi de l'hôpital du Cinquantenaire, selon Margareth Chan. Mme Margareth Chan, directrice générale de l'OMS en mission en RDC a visité ce mardi, à Kinshasa, quelques infrastructures sanitaires existantes ou en construction comme l'hôpital du Cinquantenaire. Elle a invité le gouvernement de la RDC à s'assurer du bon fonctionnement et de la maintenance de ce bijou.

Buta: les infirmiers en grève. Ils sont au total plus de 300 infirmiers et autres personnels administratifs et professionnels de santé non médecins qui ont déclenché le mouvement de grève dans tous les hôpitaux et centres sanitaires publics du district sanitaire de Buta. Ils protestent contre l'amputation de leur enveloppe de prime de risque des trois derniers mois.

Monusco: Meece sollicite à New York un ajustement du budget en prélude de la prochaine présidentielle congolaise. Le représentant spécial du secrétaire général de l'Onu pour la RDC, Roger Meece, s'est adressé lundi 7 février au Conseil de sécurité de l'Onu auquel il a fait part des besoins de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco), notamment pour faire face aux opérations logistiques liées à la prochaine élection présidentielle dans ce pays. La Monusco aura besoin de renforcer sa capacité aérienne en hélicoptères et d'un ajustement de son budget 2011-2012. Roger Meece a averti les 15 du Conseil de sécurité qu'un déficit dans ce domaine pourrait compromettre les opérations logistiques liées au scrutin présidentiel de novembre 2011 et mettrait en mal les progrès enregistrés ces dernières années en RDC. A ce propos, le représentant spécial de Ban Ki-Moon a noté qu'il existe des motifs de satisfaction quant aux progrès réalisés dans le cadre de la réalisation du mandat de la Monusco. Il a également dit que les rapports entre son institution et les autorités congolaises sont au beau fixe. Par ailleurs, Roger Meece s'est dit satisfait des efforts du gouvernement congolais dans la lutte contre l'impunité. Il a ainsi salué l'arrestation, en janvier dernier, d'une dizaine d'officiers de l'armée congolaise impliqués dans une trentaine des cas de viols à Fizi dans le Sud-Kivu. La région du Sud-Kivu où les violences se sont accrues du fait de la présence des groupes armés tels que les FDLR même si, a indiqué le chef de la Monusco, l'on assiste à une baisse de leur capacité opérationnelle. (Radio Okapi)

Ituri: saison sèche, 20 mille têtes de bétail manquent de pâturage à Tchomia et Kasenyi. Plus de 12 mille bovins et huit mille caprins éprouvent des difficultés pour brouter les herbes à Kasenyi et Tchomia, deux localités situées respectivement à 55 et 60 km, au Sud de Bunia, au bord du lac Albert. Le début de la saison sèche est à l'origine de cette situation qui pousse certains éleveurs à faire paître leurs troupeaux dans d'autres entités voisines. Sur l'axe routier Bunia-Kasenyi-Tchomia, les herbes ont séché depuis le début du mois de janvier. Les femmes déclarent que certains produits agricoles sont devenus rares sur le marché. Il s'agit des feuilles de manioc, épinards et d'autres légumes. Autre constat, certains grands ruisseaux ont tari. Il s'agit de Kisengue et Sona, du coté de Kasenyi et de Drigi, du coté de Tchomia. Cette situation constitue un véritable calvaire pour une vingtaine d'éleveurs qui errent avec leurs bêtes à la recherche des pâturages dans les localités voisines. Pour ce faire, les éleveurs du coin doivent négocier avec d'autres chefs coutumiers, moyennant un paiement d'argent, en nature ou en espèce pour avoir l'autorisation de paître leur bétail. (Radio Okapi)

Bunia: l'assistance aux sinistrés de Rukwanzi se met en place. L'ONG internationale Caritas Développement achemine, depuis trois jours ce mardi 8 février, l'assistance aux sinistrés de l'îlot de Rukwanzi, une colonie des pêcheurs située à environ 50 km de Kasenyi au sud-est de Bunia (Province Orientale). D'après le chef de collectivité de Bahema sud, Déogracias Rusoke, ce don est constitué essentiellement des non vivres, notamment des ustensiles de cuisines, des sticks pour la reconstruction des cases, des bâches ainsi que des moustiquaires imprégnées d'insecticide. Le gouvernement provincial a, quant à lui, donné 2 500 dollars américains à titre d'assistance. Cet îlot avait été touché par un incendie en janvier, qui consommé plus de sept cents cases et des marchandises évaluées à plus de 100 000 dollars américains. (Radio Okapi)

Beni: 15 civils enlevés à Beni-Mbau. Quinze personnes, dont trois femmes, sont portées disparues depuis plusieurs jours dans le groupement Bambuba, en collectivité Beni-Mbau. Ces personnes auraient été progressivement enlevées entre les 27 janvier et 4 février à Abialos, localité située à 50 kilomètres au nord de Beni-Ville. Selon la société civile locale, quatre de ces personnes enlevées sont issues d'une même famille. Les kidnappeurs, selon elle, seraient des rebelles de Forces démocratiques des alliés (ADF/Nalu), un groupe résiduel opérant dans cette localité. Les familles des disparus demandent l'implication des autorités civiles et militaires du territoire pour retrouver les leurs, affirme le président de la société civile de Beni.

Des Chinois quittent Nia-Nia. Une dizaine d'expatriés chinois exploitants artisanaux d'or ont quitté, lundi 7 février, la cité de Nia-Nia, située à 350 km au sud de Bunia pour Kinshasa via Kisangani. Leur départ intervient plus d'une semaine après l'assassinat d'un des leurs par deux éléments des Fardc. Le commissaire de district de l'Ituri, selon un de ses collaborateurs, est à Nia-Nia depuis ce même lundi pour des enquêtes approfondies sur les circonstances qui ont conduit à l'assassinat du Chinois. Il a déclaré, quelques jours plutôt, que la victime ainsi qu'une dizaine de ses compatriotes étaient en situation migratoire irrégulière. En plus, a-t-il poursuivi, ils ne détenaient aucun papier les autorisant à exercer les activités minières dans la forêt de Nia-Nia. (Radio Okapi)

Mercredi 9 février.

RDC : plus de 70 millions USD pour éradiquer la polio en deux ans, selon l'OMS. Trente millions de dollars américains sont déjà disponibles à l'OMS pour lutter contre la résurgence de la poliomyélite en République Démocratique du Congo, a annoncé mardi, avant de quitter le pays, Mme Margareth Chan, directrice de l'OMS.

Kinshasa : rupture de vaccins pour femmes enceintes à la clinique Ngaliema. Depuis deux semaines, la clinique Ngaliema ne dispose plus de stock de vaccins de routine pour les femmes enceintes, indique un membre de cette institution hospitalière. L'inquiétude se lit non seulement du côté des femmes enceintes, principales bénéficiaires de ces vaccins, mais aussi du coté des infirmières.

RDC: les Pays-Bas, la Grande Bretagne et la Suède accordent 25 millions USD d'appui à la société civile. Le Département britannique pour le développement international, l'Agence suédoise de coopération internationale et le Royaume des Pays-Bas accordent 25 millions de dollars américains aux organisations de la société civile congolaise, dans le cadre du Fonds Société civile pour la bonne gouvernance (FSCBG). Ce fonds a été lancé le mardi 8 février à Kinshasa. Il va servir au renforcement du processus démocratique en RDC et à une plus grande participation citoyenne dans le système politique.

RDC: le HCR cherche 143 millions USD pour son programme 2011. Le HCR a lancé mardi 8 février à Kinshasa un appel des fonds à l'endroit des donateurs. D'après le HCR, son programme pour la RDC vise à garantir la protection et l'assistance aux personnes déplacées. Mais il prévoit aussi la recherche des solutions durables pour les déplacés internes et les réfugiés sur le sol congolais.

Bunia: l'eau potable, une denrée rare dans plusieurs quartiers. La Regideso et la Caritas qui assurent la distribution de l'eau potable dans la cité de Bunia, en Ituri, éprouvent depuis des mois de sérieux problèmes techniques qui les empêchent d'approvisionner normalement ses habitants. Et des promesses gouvernementales pour renforcer la capacité de desserte de cette entité en cette denrée tardent à se concrétiser.

Sud-Ubangi: Ocha craint une crise alimentaire chez les Enyele et les Monzaya. Le comité de sécurité du district du Sud-Ubangi a décidé d'interdire la pêche dans les villages des Enyele des Monzaya, en territoire de Kungu, dans la province de l'Equateur en vue de prévenir un regain des conflits entre les deux communautés. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) redoute cette décision qui pourrait déboucher sur l'insécurité alimentaire dans la région étant donné que la pêche y constitue l'activité principale de substance.

Beni: une attaque attribuée au Pareco à Kyondo contre la police fait 2 morts. Des éléments Mai Mai du Pareco ont attaqué dans la nuit de mardi à mercredi le sous-commissariat de la Police nationale congolaise de Kyondo, cité située à 80 km de Beni ville, selon des sources militaires. Bilan: 2 morts, un dans chaque camp.

RDC: Octroi de visas, la maison Schengen continue. La maison Schengen de la RDC ne sera pas fermée. C'est la position du ministre des Affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba qui l'a exprimée mercredi 9 février au cours d'un forum qui a réuni, à Kinshasa, ambassadeurs de l'Union européenne hommes d'affaires congolais membres de la Fec (fédération des entreprises du Congo), associations de la société civile et autres groupes professionnels avec des experts de son ministère.

Les cours des métaux de base en hausse, mais la RDC n'en profite pas. Le cuivre se négocie actuellement sur le marché international à 9500$ la tonne. Un plus haut pic depuis la crise financière internationale de 2008. De tous les métaux de base, le plus haut pic atteint depuis les années 90 l'est par l'étain-cassitérite qui se négocie à 31 250 $ la tonne. Mais, la RDC qui fait partie des grands pays producteurs des minerais de base ne semble pas tirer profit de cette conjoncture favorable. Plusieurs raisons justifient cette hausse, concernant particulièrement l'étain-cassitérite. Parmi ces raisons, l'absence des stocks de la RDC sur le marché mondial, depuis que le président de la République a suspendu l'exploitation des minerais à l'Est du pays, principal foyer minier de l'étain et ses dérivées dont le wolframite et la cassitérite. La mesure de Joseph Kabila visait à mettre un peu de l'ordre dans ce secteur. La levée de cette mesure était conditionnée par la mise en application d'un certain nombre de mesures qui visaient la relance de l'exploitation des petites mines et/ou industrielle. Il fallait améliorer la traçabilité et la certification d'une part, et d'autre part renforcer la gouvernance et la sécurité. En ce qui est de la traçabilité et de la certification, en août 2010, le président américain avait publié la loi sur le conflit minéral, dans laquelle il fallait que les entreprises qui exploitent la cassitérite et l'étain puissent déclarer la provenance de leurs minerais avant d'être côté à la bourse américaine. Mais pour ce qui est de la gouvernance et la sécurité, le ministère des Mines devait travailler de concert avec les autres ministères, notamment de l'Intérieur et Décentralisation. Malheureusement, toutes ces mesures ne sont pas respectées. Ce qui engendre des manque-à-gagner pour le pays, alors que la RDC aurait pu profiter de la hausse des prix de ces matières premières sur le marché mondial. La situation profite beaucoup plus aux fraudeurs, au détriment, d'abord, des opérateurs économiques du secteur qui ne peuvent pas exporter les stocks qu'ils ont, ensuite de l'Etat congolais, dont la perception des taxes et redevances minières a sensiblement baissé. (Radio Okapi)

Jeudi 10 février.

Kasaï-occidental : arrestation d'un homme pour trafic d'enfants à Kamako. La Police nationale congolaise vient de transférer au parquet secondaire de Tshikapa, à environ 260 kilomètres de Kananga, au Kasaï-Occidental, un présumé trafiquant d'enfants appréhendé à Kamako sur dénonciation de la population. Lors de sa première audition, ce dernier a signalé à la police l'existence d'un réseau de trafic d'enfants dans cette localité.

"L'application de la loi sur les violences sexuelles est un échec en RDC", selon l'avocat général près la Cour d'appel de Matete. " L'application de deux textes de loi de 2006 est un échec en RDC ", a déclaré l'avocat général Stanislas Kalambay du parquet général près la Cour d'appel de Kinshasa-Matete lors d'une conférence organisée mercredi 9 février par la Lizadeel, Ligue de la zone Afrique pour la défense des droits des enfants et élèves. Cette rencontre entrait dans le cadre du programme de lutte de cette ONG contre la corruption dans l'instruction des infractions liées aux violences sexuelles. Pour l'avocat général, plusieurs goulots d'étranglement empêchent une application efficace de cette loi. Il cite les moyens insuffisants mis à la disposition de la justice. Au terme de cette loi, les magistrats n'ont que quatre mois au maximum pour traiter un cas de violences sexuelles, a-t-il poursuivi. Un délai qu'il estime court au regard des moyens à la disposition des magistrats. A cette entrave, s'ajoutent les refus des victimes de collaborer avec la justice et le conflit entre l'ordre public et l'ordre familial, dictés par la sauvegarde de l'honneur et de la dignité des victimes. Sous la pression de la famille, certaines victimes ne dévoilent pas leurs auteurs ni leur état. Autres obstacles à la justice pour rendre justice en cas des violences sexuelles, selon Stanislas Kalambay : le laxisme, la partialité et la complaisance des magistrats du parquet et de ceux du siège. Une complaisance qu'il attribue à la " vente déshonorante des consciences pour une profession aussi noble." Un euphémisme pour qualifier la corruption des magistrats. (Radio Okapi)

L'état des prisons de Ngandajika et Kabinda laisse à désirer. C'est le constat fait par une mission conjointe d'évaluation du bureau des Droits de l'homme, de la police et de l'unité correctionnelle de la Monusco/Kasaï Oriental à Ngandajika et à Kabinda. L'objectif de cette mission était de dresser une cartographie des prisons au Kasaï Oriental. D'après cette mission conjointe, les conditions d'incarcération ou l'état des bâtiments laissent à désirer. D'après la mission, les prisons des territoires de Kabinda et Ngandajika sont délabrées. Celle de Kabinda est actuellement l'ombre d'elle-même. Les toits d'une grande partie des cellules ont été emportés par des vents et les cellules envahies par les herbes. Celle de Ngandajika est pire. Il s'agit d'un bâtiment de 8 mètres sur 4 ouvert depuis deux ans. Cette ancienne maison délabrée abritait le centre de santé de la cité de Ngandajika. Plus de quarante détenus s'y étaient évadés en décembre 2010. Une seule pièce sert de dortoir. Les mineurs et adultes cohabitent, y compris les femmes s'il y en a. Pas un seul bureau pour l'administration pénitentiaire. Le directeur garde à son domicile tous les documents judiciaires de détenus. (Radio Okapi)

Sud-Kivu: début du procès des présumés violeurs du nouvel an à Fizi. Le procès de onze officiers militaires FARDC, accusés d'avoir violé une cinquantaine de femmes à Fizi-centre la nuit du 1er au 2 janvier 2011, a commencé ce jeudi 10 février à Baraka. Le procès se tient en chambre foraine durant dix jours au tribunal coutumier du secteur Mutambala dans la cité de Baraka à plus de 200 km au sud d'Uvira.

Lubumbashi: la police intercepte 50 tonnes de cobalt volé. Près de 50 tonnes de cobalt ont été saisis mercredi 9 février matin au dépôt des établissements " Maïsha",à Lubumbashi. L'opération a été menée par la police des mines et des hydrocarbures. Quatre personnes ont aussi été arrêtées. Parmi elles, le gérant de Maïsha et les agents chargés de sécurité de ces établissements. La police a également appréhendé une dame, en pleine transaction pour l'achat de ces minerais. Un camion chargé des minerais est parti de la carrière de Kawama, à près des 20 km de Lubumbashi, à destination des usines de l'entreprise CMSK à Kipushi. D'après la police des mines, le camion a été détourné et les minerais ont été déchargés dans l'enceinte des Etablissements Maïsha. Pour la police des mines, il s'agit d'un cas de flagrance avec complicité. " La brigade minière est en train de combattre le vol des minerais à Kawama et, Luswishi qui est une concession minière appartenant à CMSK. Réellement, c'est un vol qui se commet avec la complicité des agents CMSK. Et aujourd'hui, la police est tombée sur ce cas là ", a déclaré l'Officier de police judiciaire, William Ngoy. (Radio Okapi)

Vendredi 11 février.

Haut Uele: les commerçants seront désormais escortés par les FARDC. Les déplacements des opérateurs économiques se feront désormais sous escorte de militaires des Forces armées de la RDC, dans le Haut-Uélé, en province Orientale, pour garantir leur sécurité. Le chef d'état-major général adjoint chargé des renseignements et le commandant de la 9ème région militaire, le général Jean-Claude Kifwa ont communiqué cette décision aux opérateurs économiques et à la société civile le mercredi 9 février à Isiro.
Beni: la société civile dénonce l'enlèvement de 15 personnes à Mayimoya. La société civile du territoire de Beni dénonce l'enlèvement de plus de quinze personnes dans la localité de Mayimoya, à une soixantaine de km, au Nord de Beni, dans la collectivité de Beni-Mbau, au Nord-Kivu. Dans son dernier rapport du mois de janvier publié le mercredi 9 février, la société civile du territoire de Beni attribue ce kidnapping aux rebelles ougandais des ADF-Nalu. Elle demande, par ailleurs, aux Fardc de redoubler d'efforts pour retrouver ces otages.

RDC: Roger Meece se félicite des progrès réalisés ces dernières années dans la lutte contre l'impunité. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC, Roger Meece s'est dit satisfait des efforts des autorités congolaises pour mettre fin à l'impunité dans un pays, où les cas de violences sexuelles ne cessent de se multiplier. Il l'a déclaré lundi 7 février à New York, lors de la présentation du rapport de la Monusco devant le Conseil de la sécurité de l'Onu. Roger Meece a mis en exergue l'arrestation en janvier, d'une dizaine d'officiers des Forces armées de la RDC (FARDC) impliqués de cas de viols dans l'Est du pays.

Les conflits fonciers refont surface à Kongolo. Le territoire de Kongolo, au nord du Katanga, connaît actuellement la résurgence des conflits de pouvoir coutumier. Le dernier en date est celui qui oppose deux personnes prétendant toutes régner sur une portion de la localité de Zimba, à plus ou moins 50 km de Kongolo-centre. L'administrateur de territoire estime que la plupart de ces conflits sont alimentés par sa hiérarchie.

Kinshasa: la Regideso augmente sa capacité de desserte en eau potable grâce à un financement de la Banque mondiale. Une nouvelle usine de production d'eau a été inaugurée mercredi 9 février 2011 à Kinshasa. Il s'agit de l'usine de Ndjili située à Limete. Les travaux de l'installation de cette nouvelle unité de production de la Regideso ont été financés par la Banque mondiale (BM) à hauteur de 29 millions d'euros.

Goma: conflit entre opérateurs pétroliers et Foner sur la gestion du péage des routes. Toutes les stations-service n'ont pas ouvert, ce vendredi 11 février matin à Goma, faisant du coup grimper le prix du carburant et du transport en commun en ville. A la base: un conflit oppose le Fond national d'entretien routier (Foner) aux opérateurs économiques du domaine pétrolier. Ces derniers réclament la gestion des fonds de Péage-routes, estimant que le Foner est lourd et inefficace. A l'issue d'une réunion, tenue jeudi avec tous les transporteurs, les pétroliers ont dit non à la gestion des fonds de Péage-routes par le Foner. Les participants à cette réunion ont décidé de reprendre en main la gestion de ces fonds, afin d'assurer eux-mêmes l'entretien quotidien des routes. Le président des pétroliers du Nord-Kivu, Dieudonné Komayombi, explique: "Nous avons un problème: tous les ponts commencent à s'affaisser. Si tu poses la question au Foner, la réponse est que Kinshasa n'a pas encore signé pour qu'on débloque les fonds. Et le fonds est venu d'où? D'ici chez nous. Nous trouvons que nous sommes lésés, nos véhicules vont tomber en panne. C'est pourquoi nous disons non, nous n'allons pas remettre le péage route au Foner, le péage route va être géré localement comme nous les commerçants nous l'avons organisé et créé." En plus des frais versés pour le Péage-Routes, a poursuivi Dieudonné Komayombi, les transporteurs de produits pétroliers payent un fonds spécial de 100 dollars au Foner. Selon lui, en moyenne, deux cent quatre-vingts camions entrent par mois et la redevance payée à chaque entrée s'élève à de 100 dollars américains. Cela fait environ 50 millions de dollars américains déjà versés au compte de ce service public depuis trois ans. Malheureusement la gestion de ces fonds n'est pas visible, aux eux de ces pétroliers, au niveau des routes de cette province. (Radio Okapi)

Samedi 12 février.

Affaire Kapuku: des incidents émaillent l'arrivée du ministre de l'Intérieur à Kananga, deux blessés. Le Vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Adolphe Lumanu, est arrivé vendredi à Kananga, capitale de la province du Kasaï-Occidental en mission de service au sujet du dossier du gouverneur Trésor Kapuku Ngoyi, retenu à KInshasa depuis décembre dernier pour une affaire judiciaire au parquet général de la République. Une arrivée émaillée d'incidents entre la police et des jeunes gens, pro-Kapuku, qui tentent d'empêcher le cortège du ministre d'atteindre le centre ville.

Elections 2011: plaidoyer pour un grand nombre de femmes candidates sur les listes électorales. Des représentants de quelques partis politiques de Kinshasa, une vingtaine, ont signé vendredi 11 février, dans la capitale, un acte d'engagement pour soutenir l'inscription d'un plus grand nombre de femmes candidates sur les listes électorales aux scrutins prévus en 2011. Un plaidoyer du Cafco, Cadre permanent de concertation de la femme congolaise.

RDC: près de 7 000 enfants soldats démobilisés et réintégrés dans la vie sociale depuis 2009, selon l'Unicef. La communauté internationale commémore ce samedi 12 février la Journée des enfants soldats. Ce phénomène reste encore fluide en République Démocratique du Congo, selon la chargée de la protection de l'enfant au sein de l'Unicef en RDC au regard de plusieurs foyers de tension encore existants. Toutefois, des efforts sont consentis pour sortir les enfants des forces et groupes armés encore actifs dans la partie Est du pays, signale la même source.

Equateur: l'enrôlement des déplacés de guerre préoccupe la CEI. Mme Rose Mika Embenga, 1ère vice-présidente de la Commission électorale indépendante (CEI) effectue une mission dans la province de l'Equateur. Objet de son voyage: réfléchir avec les autorités politico-administratives provinciales, les structures humanitaires et la Monusco sur la problématique liée à l'identification et à l'enrôlement des déplacés de guerre en perspective de prochaines échéances électorales.

Nord-Kivu: opérations Amani leo, la région militaire rassure les populations des zones où il y a relève des unités FARDC. Les Fardc procèdent actuellement à la réorganisation de leurs troupes dans le cadre des opérations Amani leo, notamment par la relève de leurs unités et le redéploiement dans certaines zones du Nord et du Sud-Kivu. Le coordonnateur de ces opérations rassure les populations de ces zones et leur demande de rester calme.

Bukavu:VIH/Sida, le taux de séroprévalence en baisse. La dernière enquête du PNMLS révèle une sensible baisse du taux d'infection du VIH/Sida dans la ville de Bukavu, au Sud-Kivu, qui est passé de 4 à 1,6%. Une bonne nouvelle, mais qui doit pousser la population à plus d'engagement pour stopper davantage l'extension de cette pandémie dans cette région.

Dimanche 13 février.

Affaire Trésor Kapuku: Adolphe Lumanu consulte les couches sociopolitiques du Kasaï occidental. La consultation de différentes organisations des masses par le vice-premier ministre Adolphe Lumanu est marquée par de fortes divergences des vues sur le retour à Kananga du gouverneur Trésor Kapuku. Le président de l'assemblée provinciale du Kasaï occidental, Omer Mujimbu, s'est dit favorable à ce retour pour permettre à la plénière de décider sur la mise en justice du gouverneur, conformément au réquisitoire du procureur général de la République. Cette demande est contestée par les groupes parlementaires de PPRD et de l'opposition qui, à cette occasion, se sont soudés les coudes.

Le plan d'actions prioritaires 2011 - 2015 du Nord-Kivu adopté. Le gouvernement provincial du Nord-Kivu a validé, le samedi 12 février à Goma, le plan d'actions prioritaires de développement 2011-2015 de cette province. Sa mise en œuvre va coûter environ 4, 5 milliards de dollars américains. Selon les experts du Pnud, qui ont été associés à son élaboration, ce plan a été préparé par le gouvernement provincial après la consultation de la population locale qui a déterminé les différentes actions prioritaires à considérer. Ce plan porte notamment sur les actions de renforcement de la bonne gouvernance, la paix et de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble de la province, l'amélioration de l'accès aux services sociaux, la protection de l'environnement, etc. Pour le ministre provincial du Plan, Djuma Balikwisha, qui en a présidé les travaux d'élaboration, ce plan d'actions prioritaires quinquennal permettrait aux autorités de ne plus naviguer à vue. Il a été élaboré, selon lui, suivant l'esprit de la 2ème génération du Document stratégique pour la croissance et réduction de la pauvreté et les recommandations de la Banque mondiale sur la gestion axée sur les résultats. Les actions prévues dans ce plan seraient exécutées par les gouvernements provincial et central ainsi que par les acteurs humanitaires. (Radio Okapi)

Uvira: tension après le meurtre d'un homme d'affaires, trois suspects lynchés. La cité d'Uvira dans la Sud-Kivu a connu une matinée agitée, après le meurtre d'un jeune opérateur économique à son domicile au quartier Kasenga dans la nuit de samedi à dimanche 13 février par un groupe de bandits non identifiés. Courroucés, les jeunes du quartier ont perquisitionné tôt dimanche matin quelques maisons soupçonnées abriter des bandits dans les quartiers Kasenga et Mulongwe.

Onze corps des ex-otages des ADF-Nalu découverts à Beni. Onze corps ont été retrouvés, vendredi 11 février, dans les villages de Byalose et Sesele, au nord du territoire de Beni dans le Nord-Kivu. Selon des sources militaires confirmées par la société civile locale, il s'agit de corps des personnes disparues au début du mois. Le chef de la collectivité secteur de Beni-Mbau attribue ces tueries aux combattants ougandais des ADF-Nalu, très actifs dans cette région.

Accalmie après une tension à Faradge: un mort. Le calme est revenu ce dimanche 13 février à Faradge dans la Province Orientale, après la panique observée la veille. Une panique occasionnée par des coups de feu tirés par des hommes armés non identifiés. Selon le commissaire de district intérimaire du Haut Uélé, le bilan définitif de ces coups de feu fait état d'une femme tuée, trois personnes blessées et une autre kidnappée par les saillants. Des dispositions sécuritaires ont été renforcées, a-t-il poursuivi. Suite à ces incidents, certaines ONG et des religieuses se sont déplacés vers Aba, localité située à une soixantaine de kilomètres vers le sud du Soudan.

Brazzaville: le cardinal Monsengwo appelle au respect de la loi. "Une loi qui ne sert pas les intérêts du peuple est une loi cynique ", a déclaré le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya ce dimanche 13 février, au cours d'une messe dite au stade Félix Eboué de Brazzaville. Le Président Congolais, Denis Sassou Ngouesso, son épouse et les membres de son gouvernement ont participé à cette messe.

Mbuji-Mayi: cinq creuseurs artisanaux meurent dans un éboulement. L'accident s'est produit dans le polygone de la Minière de Bakwanga, la Miba, précisément dans sa partie située dans le territoire de Lupatapata, à une quinzaine de kilomètres de Mbuji-Mayi, dans la nuit de vendredi 11 à samedi 12 février. La société civile locale lance un appel aux autorités afin qu'elles luttent contre la pratique de galeries souterraines et évitent ainsi le pire dans l'avenir.

Lundi 14 février.

Kinshasa: ouverture de la 2eme consultation régionale sur la mise en œuvre de la résolution 1325. La deuxième consultation régionale sur la mise en oeuvre de la résolution 1325 du conseil de sécurité des Nations unies se tiennent ce lundi 14 février à Kinshasa. Cette résolution porte sur l'intégration des femmes dans la prévention des conflits, les processus de paix et de la reconstruction post-conflit des pays des Grands lacs.

Affaire du Jet cloué à l'aéroport de Goma: sept expatriés impliqués, selon Luzolo Bambi Le gouvernement congolais a affirmé avoir autorisé au parquet général de la République d'ouvrir une enquête judiciaire, à propos du Jet privé, en provenance du Nigeria, cloué, depuis bientôt 10 jours, à l'aéroport international de Goma, dans le Nord-Kivu. C'est le ministre de la Justice et des Droits humains, Luzolo Bambi qui l'a déclaré dimanche 13 février à Kinshasa. Le ministre de la Justice et des Droits humains s'est limité à dire, toutefois, que sept expatriés sont impliqués dans cette affaire. Des personnalités de nationalité américaine, nigériane et française, a-t-il précisé. " Nous tenons à ce que l'opinion soit au courant de l'évolution de la situation. Et nous n'acceptons pas que le pillage des ressources puisse prendre corps comme cela semble être fait dans le pays. " a déclaré le ministre de la Justice et des Droits humains, avant de relever que si cet aéronef a du atterrir sur le sol congolais, c'est qu'il a obtenu une autorisation. Pour rappel, un Jet privé en provenance du Nigeria est cloué au sol depuis jeudi 4 février à l'aéroport international de Goma. (Radio Okapi)

Kinshasa: la Saint Valentin au rythme des concerts et des cadeaux d'amour. Des rendez-vous, surtout musicaux, sont prévus ce lundi 14 février 2011 dans plusieurs endroits de la capitale congolaise pour fêter la Saint Valentin, fête des amoureux devenue presqu'universelle. La plupart des programmes ont même commencé la veille, avec nombre de grands groupes musicaux de la place.

Douane: le désengorgement des ports du Bas-Congo à l'ordre du jour. Les heures d'entrée et de sortie des marchandises au port international de Matadi doivent être respectées scrupuleusement. C'est l'une des recommandations formulées au cours d'une séance de travail qui a réuni le week-end dernier, dans la ville portuaire, responsables provinciaux de la DGDA, opérateurs économiques ainsi que partenaires des régies financières impliqués dans le circuit de la douane dans la province du Bas-Congo. C'était une réunion d'évaluation. A la haute direction de cette régie financière, le désengorgement des ports est à l'ordre du jour. Au cours de la rencontre du week-end dernier à Matadi, les participants ont relevé notamment que 80 % des services de l'Office congolais de contrôle (OCC) et 60 % de ceux de l'ex-Onatra sont exécutés manuellement au port international de Matadi. Pour l'OCC, il faut arracher 19 signatures dans un délai de trois jours pour achever le paiement des frais de dédouanement. En revanche, du coté de la DGDA, le constat est plutôt positif : 70 % de ses services au même port sont informatisés. Alors, pour désengorger ce port, les opérateurs économiques sont appelés à signaler aux responsables des services concernés le blocage des dossiers suite à l'absence d'un agent en charge de la vérification. C'est l'une des recommandations issues de la réunion d'évaluation à Matadi. Au-delà de des recommandations, une mesure a été prise concernant les horaires de la DGDA au port international de Matadi: ses agents travailleront désormais de 8 h00 à 23 heures moyennant une prime. Pour le directeur adjoint de la DGDA, il faut désengorger ce port et aussi rendre plus rapides les opérations de dédouanement. (Radio Okapi)

Sud-Kivu: des villages vidés de leurs populations. La majeure partie de la population des villages se trouvant le long de tronçon routier Burhale-Katchungu, dans le territoire de Shabunda, s'est réfugiée dans la forêt. Presque toutes les écoles de cette contrée sont aussi fermées, a annonce, ce lundi 14 février, la société civile locale. A la base de cette situation, les populations locales ont peur des mouvements effectués par les militaires des Fardc appartenant aux compagnies 513 et 111. Ces habitants craindraient d'être réquisitionnées par ces militaires en déplacement pour porter leurs bagages, selon la même source. Ils redoutent de voir leur petit bétail et leur volaille pillés par ces troupes, qui sont souvent dans le besoin alimentaire, a souligné la société civile.

Kivu : insécurité, le mécontentement de la Société civile s'accroît. Les écoles et les magasins sont restés fermés ce lundi dans le cadre de la grève générale proclamée par la société civile dans la région de Mwenga, au Sud-Kivu (Est), pour protester contre l'insécurité croissante. Selon les promoteurs de l'initiative, trois journées de "ville morte" auront lieu à Kamituga, Kitutu et Lugushwa pour dénoncer la recrudescence des attaques contre les civils, notamment sur la route nationale 2, et des enlèvements imputés aux rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr). Le mécontentement de la société civile du Nord-Kivu s'accentue également: les corps de 11 agriculteurs de Mayimoya ont été retrouvés le week-end dernier au nord de Beni. Parmi eux, certains étaient attachés tandis que d'autres présentaient des marques de torture. Selon certaines sources locales, ces nouvelles victimes pourraient correspondre à une partie des 15 civils enlevés dans la région entre le 27 janvier et le 5 février derniers. Les rebelles ougandais des Adf-Nalu sévissent également dans cette zone. La société civile locale condamne vivement l'inefficacité des opérations militaires dites Ruwenzori lancées contre les mouvements armés opérant dans la région. (Misna)

Bukavu: audition des témoins sur les viols massifs à Baraka. Le procès des onze éléments des Fardc accusés de viols et des violences sexuelles contre une cinquantaine de femmes à Fizi centre à la veille du nouvel an 2011, se poursuit à Baraka. La quatrième audience a consisté ce lundi 14 février dans l'après-midi à l'audition des témoins et des renseignants. Quant au prétendu mineur âgé de 16 ans, la cour militaire a requis trois médecins pour déterminer si le prévenu est réellement un mineur.

Mardi 15 février.

Bandundu: la société forestière Sodefor désavouée. La population du groupement Batito-sud dans le territoire d'Oshwe, dans le Maindombe, province du Bandundu, désapprouve la Société d'exploitation forestière Sodefor. Dans un mémorandum adressé au ministre de l'Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, à travers l'ONG Développement Paysan et Famille, elle demande au ministre de soumettre cette entreprise forestière au respect strict du code forestier. La population reproche à Sodefor de ne pas contribuer au développement dans son milieu.

Adolphe Muzito met en place une commission contre la vie chère. Le Premier ministre, Adolphe Muzito, a chargé les ministres de l'Economie et de l'Agriculture de constituer une commission contre la vie chère qui secoue presque tous les secteurs du pays. C'est ce qui ressort de sa rencontre du lundi 14 février à Kinshasa avec les opérateurs économiques des secteurs de grande consommation, des producteurs agricoles et du secteur minier. La commission instituée par le Premier ministre devrait formaliser les obligations entre le gouvernement et les opérateurs économiques. Objectif: chercher à baisser les prix des produits de grande consommation. Adolphe Muzito a, au cours de cette rencontre, informé les opérateurs économiques du code agricole que le Parlement devrait voter au mois de mars. L'objectif de ce code consiste à inciter et promouvoir l'activité agricole. (Radio Okapi)

Kinshasa: insécurité, un ultimatum du général Oleko aux commandants de la police. Ce sont les propos du général Jean de Dieu Oleko, inspecteur provincial de la ville de Kinshasa au cours d'une parade lundi 14 février, la première de 2011. Plusieurs poches d'insécurité persistent encore dans la capitale, a-t-il reconnu.

Kasaï oriental: une tête d'érosion menace la voie ferrée et la nationale numéro 1 à Luilu. La route nationale numéro 1 et le chemin de fer de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC risquent de se couper au niveau du territoire de Luilu, à plus de 150 km de Mbuji-Mayi. A la base, une tête d'érosion qui menace à cet endroit.

Jean-Claude Vuemba: " La RDC est dans une situation de non Etat". Le président du Mouvement du peuple congolais pour la République, MPCR, et député de l'opposition, Jean-Claude Vuemba, a fait cette déclaration ce mardi 15 février au cours d'un point de presse tenu au siège de son parti, dans la commune de Ngiri Ngiri, à Kinshasa. Pour appuyer sa déclaration, Jean-Claude Vuemba a notamment évoqué le disfonctionnement au sein du gouvernement, l'absence de conseils des ministres depuis plus de sept mois, la persistance des poches d'insécurité dans le pays et les détournements des fonds dans les entreprises publiques. En guise de solution, Jean-Claude Vuemba lance un appel urgent à l'opposition toute tendance confondue, l'invitant à s'organiser en vue de conquérir le pouvoir de manière démocratique lors des échéances électorales prochaines. Ce, dans le but, selon lui, de changer la situation du pays. (Radio Okapi)

Assemblée provinciale de Kinshasa: Thérèse Olenga n'a pas convaincu son interpellateur. Appelée à répondre ce mardi 15 février à la question orale avec débat du député provincial Jolinot Diwampovesa, la ministre provinciale de l'Environnement et porte-parole du gouvernement provincial n'a pas donné satisfaction à la préoccupation principale soulevée, celle de savoir s'il y avait une politique responsable en matières environnementales pour la ville de Kinshasa, a estimé l'auteur de la question orale. Ce qui a fait dire au député Diwampovesa qu'il n'y a pas de politique générale responsable en matière environnementale pour la capitale. Jolinot Makiese a décidé donc de transformer sa question orale en interpellation.

Nord-Equateur: 528 millions Francs congolais d'impôts assignés pour l'exercice fiscal 2011. La Direction générale des Impôts, DGI/Nord-Equateur, doit réaliser pour cette année fiscale 528 millions des Francs congolais des recettes. Ce sont les termes du contrat signé lundi 14 février à Gemena entre la Direction provinciale de la DGI et les animateurs des centres des impôts du Nord-Equateur. La signature de ce contrat est intervenue à l'issue de la formation de cinq jours de remise à niveau de ces animateurs. Cette formation avait pour but d'arrêter des stratégies d'encadrement et de mobilisation des recettes et de vulgariser les textes légaux auprès des contribuables.

Le nombre de grands singes passe de 10 000 à 700 en dix ans dans le parc national de Kahuzi-Biega. Il faut un plan d'action pour la conservation des grands singes, notamment les gorilles des montagnes et des plaines dans l'Est de la RDC. C'est ce à quoi devait déboucher un atelier de trois jours qui réuni à Bukavu, du lundi 14 au 16 février, les responsables du parc national de Kahuzi-Biega (PNKB). Au cours de ce forum, les participants se sont rendus compte de la diminution sensible des primates dans cette aire protégée. En dix ans, le nombre des grands singes est passé de dix mille à sept cents au PNKB, a précisé le directeur chef de ce site, Radar Nishuli. Il y a donc péril en la demeure. Et, selon la même source, si rien n'est fait pour protéger cette espèce de gorille qui n'existe qu'en RDC, particulièrement dans cette région du pays, il y a risque qu'elle disparaisse dans deux ou trois ans. Parmi les causes de cette diminution, l'on cite la destruction de l'habitat, l'exploitation des minerais et la circulation des armes. (Radio Okapi)