Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 1er au 15 Septembre 2011
n°178


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 

 

Jeudi 1er septembre.

RDC: rentrée scolaire 2011, les parents se plaignent du nombre élevé de cahiers exigés. A quatre jours de la rentrée scolaire fixée le 5 septembre 2011 en RDC, les parents se plaignent du coût élevé des frais scolaires et de confirmation d'inscription. A ce problème s'ajoute aussi celui du coût de fournitures scolaires. Par exemple, certaines écoles de Kinshasa exigent près de cinquante cahiers par élève, a constaté, mercredi 31 août Radio Okapi. Pour les parents, le vrai problème n'est pas le nombre de cahiers, mais leur coût. "Le prix d'un cahier varie entre 1 et 3 USD. S'il faut en acheter 50, multiplié par le nombre d'enfants à scolariser, l'équation n'est pas du tout simple", soutiennent-ils. Les parents ne sont donc pas opposés à cette mesure mais appellent tout de même ces écoles à la souplesse.

Bunia : après l'assassinat d'un chauffeur, la société civile appelle à la sécurisation du tronçon Komanda-Mambasa. La société civile de l'Ituri demande au commandement de la zone opérationnelle des Fardc de sécuriser les voyageurs sur le tronçon routier Komanda-Mambasa, sur la route nationale numéro 4. Cet appel a été lancé mercredi 31 août suite à l'assassinat d'un chauffeur sur ce tronçon, long de 100 kms. Le commandant des Fardc dans la zone sollicite plus de moyens logistiques pour l'efficacité des actions à mener.

RDC: Kakese Malela investi candidat de l'URDC à la présidentielle 2011. L'Union pour le réveil et le développement du Congo (URDC) a investi son président national, François Nicéphore Kakese Malela, comme candidat à la présidentielle de novembre 2011. Cette décision a été annoncée, mercredi 31 août à Kinshasa, à l'issue du congrès de ce parti.

Beni : grève des marchands de Lubirya dans le secteur de Ruwenzori. Au moins une centaine de marchands de Mutwanga, dans le secteur de Ruwenzori, ont entamé mercredi 31 août, une grève de 10 jours. Ils protestent contre la multiplicité de taxes dans ce secteur. Ils ont décidé de ne plus vendre leurs produits vivriers vers le marché de Lubirya-Kasindi avant la levée de ces taxes. Les autorités du territoire de Beni parlent d'une confusion entretenue par les responsables du secteur.

DGDA: 29 ex-travailleurs réclament leur rémunération. Vingt-neuf personnes se réclamant ex-travailleurs temporaires à la Direction générale de douanes et accises (DGDA), ex-Ofida à Kinshasa, déclarent avoir presté comme balayeurs et jardiniers pendant deux ans sans être rémunérés.

Nord-Kivu: l'ambassadeur américain Joe Torsella évalue les efforts de rétablissement de la paix. J.oe Torsella, l'ambassadeur américain à l'ONU chargé de la gestion et de la réforme de cette organisation séjourne à Goma depuis le mardi 30 août. Il est parti s'enquérir de l'évolution des opérations de maintien de la paix dans l'Est de la RDC particulièrement au Nord-Kivu où la situation sécuritaire reste précaire dans certains territoires.

RDC-Elections: les manifestations de l'UDPS dispersées à Kinshasa et Mbuji-Mayi. Les militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) ont organisé une marche jeudi 1er septembre à travers le pays. A Kinshasa comme à Mbuji-Mayi, les manifestants ne sont pas arrivés à destination. Ils ont rencontré sur leurs chemins des barrières érigées par la police nationale congolaise.
.
Baraka: les conséquences socio-économiques des accrochages Fardc-Maï Maï. Plusieurs déplacés en provenance de la presqu'île d'Ubwari affluent vers la cité de Baraka, dans le territoire de Fizi, au Sud-Kivu. C'est l'une des conséquences de récents accrochages entre Fardc et Maï Maï Yakutumba. Par ailleurs, les récents affrontements ont provoqué la rareté de certaines denrées dans la cité de Baraka et du coup, les prix ont pris l'ascenseur.

Lubumbashi: bras de fer entre la Gecamines et le groupe Forrest pour le rachat d'une société minière. Un conflit ouvert oppose actuellement la Générale des Carrières et des Mines (Gecamines) et l'Entreprise générale Malta Forrest (EGMF) au sujet de la gestion des parts (évaluées à 60%) de cette dernière dans la Compagnie minière du Sud Katanga, CMSK. De son côté, la Gécamines estime que le partenariat entre les deux entreprises est une affaire clause. Des sources proches de l'EGMF indiquent que la CMSK devrait construire une usine moderne dont le coût est évalué à 300 millions de dollars américains. Pour réunir ce montant, Forrest décide de racheter les 60% des parts de EGMF dans la CMSK. Ce montant devait servir de garantie auprès des autres créanciers. Mais la Gecamines s'y oppose, précisant que Forrest a violé les clauses du contrat. Elle décide à son tour de racheter les 60% des parts de l'EGMF. Il faut préciser que jusque là, la Gecamines ne détenait que 40% des parts. Les deux parties ne sont pas tombées d'accord. Pour rappel, la CMSK est issue de la joint-venture entre la Gécamines et EGMF. Elle produit 3.500 tonnes de cobalt et 10.000 tonnes de cuivre par an. 5radio Okapi)

Sud-Kivu : des populations déplacées après les affrontements entre FARDC et Maï Maï Yakutumba. Plus de 290 personnes sont arrivées à Baraka au sud d'Uvira le 26 août dernier en provenance de Katenga où ils ont fui les affrontements entre les Maï Maï Yakutumba et les Fardc. Des mouvements des populations ont été constatés dans plusieurs territoires et localités du Sud-Kivu à la fin du mois d'août. Le rapport hebdomadaire du 30 août publié par Ocha indique que 200 autres personnes seraient arrivées depuis le 25 août dernier à Kazimia dans la même région. 13 987 déplacés de Fizi sont arrivés depuis juin denier à Kabubili et Kabembe dans la province de Katanga.

Vendredi 2 septembre.

Jacques Djoli rassure: "l'opposition aura bel et bien accès au fichier électoral". Réagissant aux revendications de l'opposition, laquelle accuse la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de la gestion opaque du fichier électoral, son vice-président Jacques Djoli rassure que l'opposition aura bel bien accès au fichier électoral.

Clément Kanku : " La stature d'Etienne Tshisekedi l'oblige à adopter un comportement fédérateur ". Le coordonnateur de l'Union pour la Nation (UN) et président du Mouvement pour le renouveau (MR) a fait cette déclaration jeudi 1er septembre à Kinshasa devant un parterre de journalistes. Clément Kanku a reconnu que "le candidat idéal de l'opposition reste Etienne Tshisekedi "

Ituri: éboulement d'une mine d'or à Mongwalu, 3 morts. Trois personnes sont mortes, mercredi 31 août, dans une mine d'or à Mongwalu, à environ 90 km de Bunia. Selon le chef de cette cité, les victimes ont été asphyxiées dans une vieille mine de la Société minière de Kilo Moto (Sokimo), exploitée par des creuseurs artisanaux.

Kisangani: 55 personnes victimes d'une intoxication alimentaire à Mangobo. Cinquante cinq personnes souffrant d'une forte diarrhée sont internées depuis mercredi à l'hôpital général de référence de Mangobo à Kisangani, dans la Province Orientale. Elles ont toutes consommé la même nourriture dans un même restaurant. Les premières hypothèses des sources médicales sur place parlent d'une intoxication alimentaire. Des examens médicaux appropriés détermineront les causes réelles.

Goma: 13 rebelles des FDLR rejoignent le centre de transit DDRRR de la Monusco. Treize combattants des FDLR, dont un officier et deux cadres politiques, treize dépendants ainsi que trois civils Rwandais provenant de différents territoires du Nord-Kivu, ont rejoint le centre de transit de la section Désarmement, démobilisation, rapatriement, réintégration et réinstallation (DDRRR) de la Monusco à Goma, jeudi 1er septembre.

Kinshasa: marche de l'UDPS, Jed et Olpa dénoncent des violences contre des journalistes. Les ONG Journaliste en danger (Jed) et l'Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (Olpa) condamnent des violences "aveugles" contre des journalistes. Selon leurs différents communiqués publiés vendredi 2 septembre, cinq journalistes ont été agressés par des éléments de la Police nationale congolaise, lors de la manifestation des militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à Kinshasa.

RDC-Elections: la Ceni réceptionne le premier dossier d'un candidat à la présidentielle. Me Jean Andeka Djamba est le tout premier candidat à la présidentielle de novembre 2011. Le président de l'Alliance des nationalistes croyants congolais (ANCC) a déposé sa candidature vendredi 2 septembre au Bureau de réception et de traitement de candidature (BRTC), au siège national de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à Kinshasa. Au sortir du BRTC, Me Jean Andeka donne les raisons pour lesquelles il se présente à la présidentielle: "Le Congo a longtemps souffert des traumatismes politiques. Vous constatez que dans notre pays, il y a des camps qui font troubler notre peuple", affirme-t-il. Selon lui, il fallait trouver un candidat qui puisse assurer tous les Congolais et les amener à la paix et au développement. Agé de 48 ans, Me Jean Andeka Djamba est avocat au barreau de la Gombe. (Radio Okapi)

Samedi 3 septembre.

Bunia: arrestation du responsable des services des renseignements militaires. Le lieutenant colonel Cédric Ikiyo, responsable des services des renseignements militaires à la zone opérationnelle des Fardc à Bunia, est aux arrêts depuis quatre jours. L'auditeur supérieur de la Province Orientale lui reproche d'avoir gardé au cachot pendant vingt jours un fonctionnaire du Fonds forestier national au motif qu'il recrutait des miliciens. Il ajoute que l'officier arrêté a perçu 500 dollars américains auprès de la famille du fonctionnaire suspect, en promettant sa libération. D'autres griefs sont égalent portés contre lui, notamment : des arrestations arbitraires des civils, l'extorsion et la perception d'amendes illégales, son immixtion dans une affaire civile liée au détournement d'un colis d'or dont la valeur est estimée à près de 100 mille dollars américains. L'auditorat militaire n'exclut pas le transfert du lieutenant Cédric Ikiyo à la Cour militaire de Kisangani. 5radio Okapi)

Bukavu : incendie à la maison de la Poste, la RNTC et 7 ministères consumés. Un incendie s'est déclaré la nuit du vendredi 2 au samedi 3 septembre à la maison de la Poste de Bukavu. Plusieurs sources concordantes contactées sur place et certains employés de la Radio télévision nationale congolaise, RTNC/ Bukavu, indiquent que l'incident s'est produit vers 1 heure du matin.

Mbandaka : les enseignants décident de boycotter la rentrée scolaire. Les différents syndicats de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel réunis vendredi 2 septembre en assemblée générale à Mbandaka ont décidé, à l'unanimité, de ne pas reprendre la craie lundi 5 septembre, jour de la rentrée scolaire. Ils posent un certain nombre de préalables avant la reprise des enseignements, notamment le paiement du premier palier de Mbudi. Le paiement par le gouvernement central du premier palier de Mbudi, la mécanisation des nouvelles unités, le paiement effectif des enseignants non-payés ainsi qu'une retraite digne de ce nom des enseignants avancés en âge sont autant des préalables posés lors de cette rencontre. Si toutes ces recommandations ne sont pas prises en compte par le gouvernement central, déclarent les enseignants mécontents, la rentrée scolaire à Mbandaka ne sera pas effective. (Radio Okapi)

Lubumbashi : incident dans les installations de la Monusco à l'aéroport de la Luano. Un incident s'est produit vendredi 2 septembre matin dans les installations de la Monusco/ Lubumbashi à l'aéroport de la Luano.
Vendredi 2 septembre, deux officiers de la police nationale congolaise, accompagnés de quinze policiers se présentent à la porte d'accès des installations de la Monusco, pour ramener de force tous les éléments de la maison de gardiennage KK Security. La sécurité de la Monusco s'y oppose. La police utilise alors la force et force la porte d'entrée. Un agent de la société de gardiennage est arrêté par la police qui l'emmène vers l'aéroport civil. Une bousculade s'ensuit entre les agents de sécurité de la Monusco et la police. Il a fallu l'intervention des autorités provinciales et des responsables de la Monusco pour que le calme revienne et que l'agent arrêté soit libéré. La police soutient qu'elle exécutait un ordre de la Régie des voies aériennes (RVA) qui demande le départ de toutes les sociétés de gardiennage des installations aéroportuaires de la Luano. Pourtant, dans la correspondance du 9 juillet, la délégation générale du gouvernement assurant la liaison avec la Monusco s'était opposée à la décision de la RVA vis-à-vis de la Mission onusienne. De son côté, le commandant de la RVA/Lubumbashi maintient que la Monusco doit respecter cette mesure. (Radio Okapi)

Des mouvements de grève paralysent la Miba et la SNCC. Les agents de la minière de Bakuanga (Miba) à Mbuji Mayi sont en grève. Ils réclament 3 mois d'arriérés de salaires. Tous les mémos déposés auprès des autorités et même de l'inspection du travail sont restés lettre mort. Une autre grève c'est celle des agents de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC), à Likasi et à Kamina. A la base, encore un problème d'arriérés de salaire non encore payés. Entre temps, les activités économiques sont paralysées.

Tourisme : l'ONT organise la seconde phase de "Karibuni RDC " au Katanga en septembre. L'Office national du tourisme (ONT) organisera la seconde phase du festival " Karibuni RDC " à Lubumbashi au Katanga au cours de ce mois de septembre 2011, a annoncé ce vendredi 2 septembre Mme Rosette Saïba, directeur général adjoint de l'ONT. L'office et ses partenaires comptent ainsi présenter au public les diversités culturelles et touristiques de cette province.

Dimanche 4 septembre.

Nord-Kivu : Julien Paluku craint que la montée de l'insécurité serve à des fins politiciennes. Le gouverneur du Nord-Kivu a dénoncé samedi 3 septembre à Goma l'insécurité croissante dans plusieurs territoires de la province, au lendemain de son retour de Kinshasa où il a pris part à la 2e session de la conférence des gouverneurs. Insécurité qui, selon lui, règne sur les routes, dans des villages à Masisi, Rusthuru, Lubero et Beni.
Julien Paluku craint que cette montée de l'insécurité soit exploitée par des politiciens à des fins ethniques et donc de guerre civile, comme il y a 15 à 20 ans. " Ne sachant pas ce que sera leur avenir (politique), beaucoup d'acteurs politiques passent par la manipulation de leurs ethnies pour s'attirer un certain nombre de populations et de voix parce qu'ils ne survivent que quand ils sont dans les institutions. Une fois qu'ils n'y sont plus, c'est la fin du monde ", soutient le gouverneur. Julien Paluku interpelle la conscience de ses administrés. (Radio Okapi)

Bunia: 14 juges assesseurs prêtent serment. Quatorze juges assesseurs ont prêté serment samedi 3 septembre devant le président du tribunal de grande instance à Bunia, en Ituri. Ils siègeront désormais aux cotés d'un juge de carrière dans tous les dossiers dont le jugement nécessitera le recours aux coutumes locales.

Kinshasa : la Nouvelle société civile dénonce de nouvelles menaces de mort contre ses dirigeants. La situation sécuritaire des militants des droits de l'homme inquiète la Nouvelle société civile congolaise. Selon le coordonnateur national de cette organisation, son adjoint et lui-même sont victimes d'un complot d'assassinat. Jonas Tshiombela dit avoir été menacé plus d'une fois en l'espace de deux jours. Il invite le gouvernement congolais et la communauté internationale à veiller sur la sécurité des activistes des droits de l'homme surtout pendant cette période électorale. " Nous dénonçons un complot qui est monté contre nous pour nous assassiner. Une réunion s'était tenue à Bandal au cours de laquelle il a été décidé de faire taire tous ceux qui font le bruit, en commençant par un certain Jonas Tshiombela ", déclare le coordonnateur de la Nouvelle société civile, citant un informateur. Il affirme aussi avoir reçu tard dans la nuit un message qui disait que " ces activistes des droits de l'homme sont chauds et il était temps qu'on puisse les refroidir " Enfin, Jonas Tshiombela dit avoir contacté le cabinet du ministre de la justice dès qu'il a reçu ces menaces. Le ministère a promis de tout faire pour retrouver ceux qui se cacheraient derrière ces messages. (Radio Okapi)

Rentrée des classes ce lundi : les enseignants de Matadi se disent prêts, ceux de Kalemie disent non. Le ministère de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) a fixé la rentrée scolaire 2011-2012 pour ce lundi 5 septembre. Cette rentrée doit avoir bel et bien lieu dans les établissements scolaires du Bas-Congo, selon le chef de division de l'EPSP. Par contre, à Kalemie, dans le district du Tanganyika, les enseignants posent des préalables avant de reprendre la craie.

RDC: rentrée scolaire, les syndicats des enseignants divisés. Les syndicats des enseignants sont divisés au sujet de la rentrée scolaire fixée au lundi 5 septembre. Le Syndicat des enseignants catholique (Synecat) appelle à la reprise des cours dès le lundi. Le Syndicat des enseignants du Congo (Syeco) demande, de son coté, aux enseignants d'attendre la réunion d'évaluation du 13 septembre pour décider de la date de la rentrée.

Kisangani: les enseignants posent des préalables avant de reprendre les cours. Les enseignants de Kisangani membres du Syndicat des enseignants du Congo (Syeco), du Syndicat national des écoles catholiques (Synecat) et du Synep posent des préalables avant de reprendre les cours. Au cours d'une assemblée générale organisée, samedi 3 septembre, ils ont décidé d'observer une grève jusqu'au 5 octobre.

Goma: les enseignants des écoles publiques ne reprendront pas les cours lundi. Les enseignants des écoles publiques conventionnées et non conventionnées de Goma ont décidé de ne pas reprendre les cours ce lundi 5 septembre, date fixée pour la rentrée scolaire. Pour eux, la prime que le gouvernement a allouée aux enseignants pour la paie du mois d'octobre est insignifiante. Ils réclament aussi que le paiement des salaires des enseignants à travers la Caritas-Congo devienne effectif et se fasse sur toute l'étendue de la République.

RDC: l'USC plébiscite Etienne Tshisekedi candidat à l'élection présidentielle. L'Union socialiste congolaise (USC) a plébiscité, dimanche 4 septembre, Etienne Tshisekedi, candidat à l'élection présidentielle de novembre 2011. Le président de ce parti, Christian Badibangi, l'a annoncé à l'occasion d'un rassemblement dénommé "Convention de Lukunga" organisé à Kinshasa. Au cours de ce rassemblement, le parti a aussi désigné Opango Meli comme son candidat tête de liste à l'élection législative.

Lundi 5 septembre.

RDC: rentrée scolaire 2011-2012, Maker Mwangu appelle les élèves au travail. Les élèves congolais reprennent le chemin de l'école, lundi 5 septembre. Vendredi 2 septembre, le ministre de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), Maker Mwangu, a déclaré que toutes les dispositions sont prises pour que la reprise des cours se passe dans un climat apaisé comme convenu entre l'Intersyndicale des enseignants et le gouvernement dans le protocole d'accord signé le 1er septembre à Kinshasa. Maker Mwangu a demandé aux élèves de reprendre leurs cartables et leurs cahiers pour rentrer à l'école. Il a demandé aux responsables politiques et administratifs de tout mettre en œuvre pour faciliter l'arrivée des élèves dans les écoles ainsi que leur encadrement parce que, a-t-il expliqué, l'école est un bien de la communauté. Cette année, outre les classes de 1ère, 2ème et 3e année primaires, la gratuité de l'enseignement va s'étendre à celles de 4e année. Mais cette gratuité ne va pas s'appliquer aux écoles des villes de Kinshasa et Lubumbashi. (Radio okapi)

Bunia: viol d'une mineure, une ONG dénonce la lenteur de la justice. Un magistrat du parquet de grande instance de Bunia est accusé de viol. Sa présumée victime, une fille mineure, est enceinte. samedi 3 septembre, Justice Plus, une ONG de défense des droits de l'homme de l'Ituri, s'est insurgée contre la lenteur de l'instruction de l'affaire en justice. L'ONG fustige aussi le fait que le magistrat présumé auteur du viol n'est pas suspendu de ses fonctions. Depuis le 4 août, la famille d'un fonctionnaire du parquet accuse ce magistrat de viol sur leur fille mineure. La victime est porteuse d'une grossesse déjà à terme et habite avec ses parents juste à coté du palais de la justice de Bunia.

Kalemie: un bateau pris en otage puis libéré par les Maï-Maï Yakutumba. Le MV Rafiki 3, qui provenait du port de Kalundu, a passé 12 heures entre les mains du groupe Maï-Maï Alléluia et de Yakutumba, avant d'atteindre, dimanche 4 septembre, le port de Kalemie. Le capitaine de bateau a dû verser une rançon de 1000 dollars américains aux ravisseurs.

Nord-Kivu: les avocats du barreau dénoncent la corruption. "Nous refusons d'être complices de corruption et de concussion en gardant le silence ". C'est ce qu'a déclaré Me Jérôme Midagu, un bâtonnier de Goma à l'issue d'une assemblée extraordinaire des avocats et défenseurs judiciaires clôturée, samedi 3 septembre, à Goma. Me Jérôme Midagu a plaidé pour la fin de la corruption sur toute l'étende de la République démocratique du Congo (RDC) de peur que le pays ne " disparaissent ".

Kinshasa: marche de l'UDPS, la VSV dénonce la brutalité de la répression. La marche des militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) du jeudi 1er septembre a été réprimée dans la brutalité. C'est ce qui ressort du communiqué de l'ONG Voix des sans voix (VSV), rendu public dimanche 4 septembre. Dans ce communiqué, la VSV demande l'ouverture d'une enquête indépendante pour établir les responsabilités. Elle plaide aussi pour plus de neutralité des forces armées, de la police et des services de renseignement.

Présidentielle 2011, Etienne Tshisekedi dépose sa candidature. Le président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Etienne Tshisekedi, a déposé sa candidature pour l'élection présidentielle, lundi 5 septembre au Bureau de réception et de traitement de candidature (BRTC), au siège national de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à Kinshasa. Des milliers de militants de l'UDPS et d'autres partis politiques alliés l'ont accompagné. Le député national, Lisanga Bonganga, qui soutient la candidature d'Etienne Tshisekedi a affirmé que c'était un grand jour pour l'opposition politique congolaise et pour le peuple congolais. Le président de l'UDPS a déclaré qu'il respectait le point de vue des partis politiques qui manifestent des réticences quant à sa candidature à l'élection présidentielle de novembre 2011. "Je suis démocrate, je respecte les opinions de tous," a-t-il indiqué avant d'ajouter qu'il mettait fin au processus de consultation avec les autres partis. (Radio Okapi)

Mardi 6 septembre.

RDC: des incidents signalés à Kinshasa après le dépôt de candidature d'Etienne Tshisekedi à la présidentielle. Un bureau du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), le parti présidentiel, a été saccagé, lundi 5 septembre, sur le boulevard Sendwe dans la commune de Kalamu. Les faits se sont déroulés lorsque le cortège d'Etienne Tshisekedi, président national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) rentrait au bureau de son parti située à la 10ième rue Limete. Etienne Tshisekedi était accompagné de ses militants. Au niveau du boulevard Sendwe, des accrochages ont eu lieu entre les policiers postés devant le siège du PPRD et les partisans de l'UDPS. La police a tiré en l'air et lancé de gaz lacrymogènes pour disperser les fidèles d'Etienne Tshisekedi. Trois véhicules ont été brûlés à cet endroit. La Radio Lisanga télévision (RLTV), appartenant à Roger Lumbala, un opposant qui soutient la candidature d'Etienne Tshisekedi, a été incendiée dans la nuit de lundi à mardi 6 septembre vers 3 heures du matin. Le secrétaire national du Rassemblement congolais pour la démocratie/National (RCD/N) a affirmé à Radio Okapi que la veille, les hommes non identifiés avaient promis d'incendier ce média. A l'occasion, il a annoncé la destruction du siège de l'UDPS à la 10ième rue Limete. Le secrétaire général de ce parti, Jacquemin Shabani a confirmé, mardi à l'agence Belga la mise à sac de ce siège. (Radio Okapi)

Beni: deux militaires arrêtés pour viol sur une mineure. Deux militaires ont été arrêtés lundi 5 septembre à Mabuku dans le territoire de Beni au Nord-Kivu. Ils sont accusés d'avoir violé une mineure de 7 ans, indiquent des sources de la société civile locale.

Nord-Kivu: des bandits armés attaquent le domicile du ministre provincial des Mines et Energie. Quatre bandits armés ont attaqué, lundi 5 septembre dans la soirée, le domicile du ministre provincial des Mines et Energie du Nord-Kivu, Naasson Kubuya Ndoole. Les faits se sont déroulés au quartier Himbi à Goma, renseignent des sources policières. Selon elles, aucune perte en vie humaine n'a été enregistrée, ajoute la police.
Elle indique l'identité des assaillants n'est pas encore connue. Les mêmes sources policières affirment que le ministre provincial Naasson Kubuya Ndoole aurait reçu des menaces de mort au téléphone lundi 5 septembre. Des sources proches du gouvernement provincial déclarent que ces messages anonymes viendraient de certains réseaux de trafic frauduleux des minerais que combat le ministre Kubuya. (Radio Okapi)

Kinshasa: vives tensions entre la police et les militants de l'UDPS à Limete. Une personne a été tuée et deux autres grièvement blessées, mardi 6 septembre à Kinshasa lors d'une manifestation des militants de l'UDPS dispersée par la police à Limete, une commune résidentielle de Kinshasa. Ce bilan est fourni par des sources médicales. Les militants de l'UDPS sont descendus dans la rue pour manifester contre le pillage, la veille, de leur siège situé sur la 10ème rue Limete. Jusqu'aux environs de 11 heures du matin, des coups de feu ont été entendus dans les périmètres de la 10ième rue Limete. La police déployée dans ce coin se dirigeait vers la 12ième rue en empruntant la voie qui mène vers Mombele, un autre quartier proche du quartier résidentiel de Limete. Elle pourchassait les militants de l'UDPS, en dégageant toutes les barrières et les pierres placées sur les chaussées. (Radio Okapi)

Législatives: 5 candidatures déposées à la Ceni/ Maniema. Cinq candidatures pour la députation nationale ont été déposées, lundi 6 septembre, au Bureau de réception de traitement des candidatures (BRTC) de Tumba au Maniema. Il s'agit de quatre candidatures présentées par trois partis membres de la Majorité présidentielle (MP). La cinquième candidature est celle d'un indépendant pour la ville de Kindu.

Katanga: CMSK au centre de la controverse entre Malta Forrest et la Gecamines. Les agents de l'entreprise générale Malta Forrest sont descendus dans la rue, lundi 6 septembre, pour protester contre l'attitude des dirigeants de la Gecamines. D'après eux, la Gecamines veut s'accaparer des parts sociales de leur entreprise dans la Compagnie minière du sud Katanga (CMSK). Dans leur mémo déposé à l'assemblée provinciale et au gouvernorat de province, ces agents affirment craindre que cette situation influe sur leur emploi. Le vice gouverneur et le président de l'assemblée provinciale leur ont promis de se concerter pour trouver la solution à cette situation.

Nord-Kivu: le ministre provincial de l'Intérieur dresse un tableau sombre de la situation sécuritaire dans la province. Au moins huit cents cas d'assassinats, d'enlèvements, de vols, de pillages et d'évasions de prisonniers ont été enregistrés au Nord-Kivu entre les mois de janvier et juillet 2011. Ces chiffres ont été donnés par le ministre provincial de l'Intérieur, Valérien Mbalutwirandi, lors de la question orale qui lui a été adressée par le député Jaribu Muliwavyo.

Kasaï-Oriental: les habitants de Kanangila toujours dans la brousse depuis les incidents de mai. Les habitants de la localité de Kanangila dans le territoire de Luilu vivent encore dans la brousse. Leurs maisons ont été incendiées, mardi 24 mai, par leurs voisins de la localité de Lulamba à cause d'un conflit foncier qui oppose les habitants de ces deux localités situées dans le territoire de Luilu au Kasaï-Oriental. Des sources concordantes avaient indiqué que les habitants de Lulamba s'étaient vengés après que ceux de Kanangila ont tué deux des leurs. Des milliers de personnes s'étaient réfugiées dans la brousse.

Kinshasa: tensions politiques, l'UDPS et le PPRD appellent au calme. Après la manifestation des militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dispersée par la police dans la commune de Limete à Kinshasa, mardi 6 septembre dans la matinée, les responsables de ce parti appellent les militants au discernement. Le secrétaire de l'UDPS, chef du département des relations avec les forces politiques et sociales, Serge Mayamba, demande aux militants de son parti d'observer un grand sens de discernement parce que, selon lu i:"L'objectif poursuivi par l'autre camp [le PPRD] est d'éviter la tenue des élections." Serge Mayamba affirme cependant que le dialogue entre les deux partis est possible. Mais il ajoute : "Il appartient à ceux qui ont commencé les troubles de les arrêter. La police qui tire n'est pas une police qui est gérée par l'UDPS. C'est une police qui est gérée par des responsables politiques membres du PPRD. Ils n'ont qu'à donner des consignes à leurs préposés. Ces derniers vont obéir et ça va se calmer." Le PPRD appelle au calme. François Nzekuye, cadre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) et conseiller principal du secrétaire général de la Majorité présidentielle, appelle les militants de son parti et ceux de l'UDPS au calme. Il demande aux deux partis de régler leurs divergences d'opinion au cours des débats dans les médias et dans les échanges entre partis politiques avant d'ajouter :"Nous sommes un même peuple et une même nation. Nous devons cheminer ensemble. Evitons de poser des actes qui peuvent compromettre le processus électoral et allons de l'avant pour consolider l'unité nationale et la paix dans notre pays." Selon François Nzekuye, le dialogue entre le PPRD et l'UDPS est possible d'autant plus qu'idéologiquement, les deux partis appartiennent à un même courant. Le gouvernement en appelle au sens de responsabilité des acteurs politiques. Dans un communiqué officiel rendu public, mardi 6 septembre, le vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur et Sécurité, Adolphe Lumanu, indique que le gouvernement condamne les actes perpétrés ces derniers jours par les militants des partis politiques. "Ces actes sont constitutifs d'infractions de pillage, de destruction méchante, de coups et blessures volontaires," affirme-t-il. Il promet des sanctions contre leurs auteurs et leurs commanditaires. "Ils [les acteurs et les leaders des partis politiques] ont l'obligation d'éduquer leurs militants au respect de l'ordre public, de la propriété privée et de concourir à la sécurité individuelle," souligne Adolphe Lumanu. Le communiqué mentionne également que le gouvernement de la République "salue le professionnalisme de la police nationale et félicite la population pour son comportement responsable". (Radio Okapi)

Pillages et violences préélectorales, accusations et condamnations réciproques. Le climat politique de Kinshasa est surchauffé, une série d'incidents violents ont eu lieu ces dernières 24 heures, avec pour bilan au moins un mort et 12 blessés. On a assisté au pillage, hier et aujourd'hui, des bureaux du parti présidentiel, le Pprd (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), du parti d'opposition Udps, d'une radio-télévision proche de l'opposition, la Rltv, et à des échauffourées ce matin dans le quartier de Limete, qui aurait causé au moins un mort. "Le gouvernement vient de publier une déclaration condamnant ces violences et assure que les responsables seront poursuivis et punis. Il appelle également les dirigeants politiques à discipliner leurs militants", a déclaré une source gouvernementale à la MISNA. Dans cette note, le gouvernement enregistre et condamne ce qu'il a appelé une "manipulation des jeunes" à des fins politiques. Selon le gouvernement, le climat de tension entre les militants de l'Udps et de la majorité présidentielle a dégénéré à partir des pillages du 1° Septembre de véhicules publics pour la construction de routes. D'autres incidents ont été enregistrés pendant une manifestation de l'opposition en fin de semaine, et hier, tandis que Etienne Tshisekedi, chef de l'Udps, s'est rendu aux bureaux de la Commission électorale pour déposer sa candidature à la présidentielle du 28 Novembre.
Les sympathisants de l'Udps se disent victimes de la répression violente de la police et de la violence de bandes à la solde du président Joseph Kabila, en lice pour une réélection. Selon l'Udps, la police est intervenue ce matin devant les bureaux du parti pour disperser des militants. La police serait intervenue avec à son coté des hommes armés, appelés "Pompa", qui auraient mortellement blessé un autre jeune. (Misna)

Mercredi 7 septembre.

Elections: signature du code de bonne conduite pour des élections apaisées, la Ceni ouvre de nouvelles concertations. La Ceni ouvre, jeudi 8 septembre à Kinshasa, un forum de concertation avec tous les acteurs du processus électoral pour aplanir les divergences sur la transparence du processus électoral. Le but : emmener les acteurs politiques à signer le code de bonne conduite pour des élections apaisées. Ce document a été adopté le 25 juillet à Kinshasa sans l'opposition.

RDC: après l'attaque de leurs bureaux à Kinshasa, l'UDPS et le PPRD vont saisir la justice. Deux conférences de presse à Kinshasa, mardi 6 septembre, dans deux bureaux saccagés. Deux condamnations. Deux décisions. L'UDPS et le PPRD ont condamné la mise à sac de leurs bureaux, lundi 5 septembre à Kinshasa. Des incidents survenus après le dépôt de candidature de l'opposant Etienne Tshisekedi à la présidentielle de 2011 en RDC. Les deux partis ont appelé leurs militants au calme. Tous les deux promettent de saisir la justice pour obtenir réparation.

Elections, les USA et la Monusco appellent les leaders politiques à arrêter la violence. L'ambassadeur des Etats-unis en RDC, James Entwistle, a appelé, mardi 6 septembre, tous les leaders politiques congolais à dénoncer les violences et de s'engager pour une campagne électorale apaisée, calme et amicale.

Roger Lumbala: "On ne peut pas détruire un seul média sur la cinquantaine qui encense le chef de l'Etat". Le patron de la Radio Lisanga télévision (RLTV), Roger Lumbala, a estimé, mardi 6 septembre à Kinshasa, que l'incendie de son média est une manière de museler l'opposition en RDC. Cette station de radiodiffusion et de télévision a été incendiée, mardi 6 septembre vers 3 heures du matin.

Nord-Kivu: corruption de la justice, le Synamac exige des preuves au bâtonnier Midagu. Le Syndicat autonome des magistrats (Synamac) du Nord-Kivu a qualifié, mercredi 7 septembre, les propos du bâtonnier Jérôme Midagu de dénonciation calomnieuse et outrage au corps de magistrats. Le bâtonnier Jérôme Midagu a déclaré, samedi 3 septembre, que la corruption et la concussion caractérisaient l'appareil judiciaire du Nord-Kivu, au cours d'une assemblée générale des avocats.

Lubumbashi: 963 prisonniers s'évadent de la prison de Kasapa. Neuf cent soixante-trois détenus se sont évadés, mercredi 7 septembre dans la matinée, de la prison centrale de Kasapa à Lubumbashi. Cent soixante-trois d'entre eux ont été repris par la police plus tard dans la journée. Deux personnes ont été tuées et deux autres blessées au cours de l'évasion. Selon le ministre provincial de l'intérieur, Jean-Marie Dikanga Kazadi, qui donne ce bilan, cette opération doit avoir bénéficié de la complicité des personnes qui travaillent dans la prison. "Un minibus est entré dans la prison entre 10h 30 et 10h40. Quand il s'est arrêté, des gens cagoulés et armés sont sortis et se sont mis toute suite à tirer sur le poste de la garde," raconte Jean-Marie Dikanga Kazadi. Des témoins rapportent qu'un militaire qui a essayé d'intervenir a été abattu. Un jeune homme venu rendre visite à un détenu a, lui aussi, été tué. Les mêmes sources affirment que les renforts envoyés par l'état major de la police sont arrivés à la prison une heure après l'évasion. Les assaillants ont tout détruit sur leur passage et sont allés au pavillon où est gardé l'ancien chef Maï-Maï, Gédeon, pour l'extraire, explique le ministre qui poursuit :"Ils ont aussi libéré une dame détenue dans un autre local. Ils ont ensuite demandé à tous les autres détenus de sortir." La police continue à rechercher les évadés. 1200 prisonniers étaient détenus dans la prison de Kasapa.(Radio Okapi)

Kinshasa : Déclaration du Cardinal Monsengwo face à la situation politique du pays. Ce mercredi 7 septembre, le Cardinal Monsengwo, archevêque de Kinshasa, a condamné les actes de destructions perpétrés lundi et mardi à Kinshasa par les militants des partis politiques. En effet, un bureau du PPRD, parti politique au pouvoir, avait été saccagé lundi. Le lendemain à 3 heures du matin, la Radio Lisanga Télévision et la permanence de d'UDPS, parti politique de l'opposition, ont été incendiées. Le mardi aussi, les affrontements entre la police et les militants de L'UDPS ont fait un mort et plusieurs blessés. Pour le Cardinal, les élections ne sont pas une rixe ou une guerre pour laquelle on doit préparer les armes, mais une opération citoyenne où les nationaux choisissent leurs mandataires sur la base d'un programme, qui soit de nature à relever et à développer le pays. L'archevêque de Kinshasa invite les uns et les autres, de même que les forces de l'ordre, à garder le sang froid, à éviter des provocations inutiles et à faire preuve de calme et de retenue. C'est d'ailleurs le sens de l'appel fait le 9 août dernier par 8 chefs des confessions religieuses. Dans leur message, ils souhaitaient qu'on puisse arriver à des élections apaisées, en évitant tout comportement qui pourrait entraver le processus électoral en cours, notamment les violences. (Ademis)

Kinshasa: l'Hôtel de ville interdit toute manifestation à caractère politique jusqu'au 11 septembre. Dans un communiqué rendu public, mercredi 7 septembre, l'Hôtel de ville de Kinshasa interdit toute manifestation à caractère politique (marche ou sit-in) sur la voie publique jusqu'au dimanche 11 septembre 2011.

Présidentielle 2011, Vital Kamerhe et Nzanga Mobutu déposent leurs candidatures. Vital Kamerhe et Nzanga Mobutu ont déposé, mercredi 7 septembre, leurs candidatures à l'élection présidentielle au bureau de réception et de traitement de candidature (BRTC). Le président de l'Udemo, Nzanga Mobutu a expliqué que sa candidature était sérieuse: "Nous n'avons pas de jeu à faire avec qui que ce soit." Il a aussi annoncé que son parti allait présenter des candidats aux législatives dans toutes les provinces du pays. Nzanga Mobutu a indiqué, par ailleurs, que l'Udemo est déjà en discussion avec d'autres partis politiques en vue de former une future majorité. "Il faut déjà envisager des futurs accords mais le peuple en décidera. Et en ce moment là nous allons décider avec qui nous allons faire ces alliances," a-t-il expliqué avant d'annoncer que son parti menait des discussions avec beaucoup de partis de l'opposition :"Nous souhaitons l'alternance dans notre pays et nous souhaitons que cela se fasse dans le calme et dans le respect du vote des électeurs." Lors de la présidentielle de 2006 en RDC, l'Udemo s'est alliée au Palu et à l'AMP (Alliance de la majorité présidentielle) pour former la majorité. Après avoir été révoqué du gouvernement par le chef de l'Etat en mars 2011, Nzanga Mobutu avait annoncé s'être désolidarisé de cette coalition. Le dépôt de la candidature de Nzanga Mobutu a coïncidé avec le 14ème anniversaire du décès de son père, le Maréchal Mobutu mort le 7 septembre 1997 à Rabat au Maroc. Vital Kamerhe: "Il faut continuer de dialoguer" Après avoir déposé sa candidature, le président de l'UNC Vital Kamerhe a affirmé que malgré les divergences de vue, les partis de l'opposition peuvent encore trouver un compromis. Il annoncé qu'il va continuer de discuter avec les autres partis de l'opposition pour trouver un candidat commun :"Nous avons décidé de continuer à parler. Nous avons parlé avec Jean-Pierre Bemba, il a accepté que nous puissions poursuivre le dialogue. Nous avons parlé avec Kongo wa Dondo, il est aussi d'accord pour continuer à discuter." Alors qu'Etienne Tshisekedi avait annoncé, le jour du dépôt de sa candidature à l'élection présidentielle, qu'il mettait fin aux consultations avec les autres partis pour désigner un candidat commun de l'opposition, Vital kamerhe a affirmé garder encore l'espoir. "Même en dernière minute, nous pouvons faire des miracles," a-t-il lancé. (Radio Okapi)

Kinshasa: un atelier sur la fibre optique dans les pays de la SADC. La Southern africa telecommunications association (Sata), a ouvert un atelier, mercredi 7 septembre, à Kinshasa pour faire un état de lieu de l'évolution des réseaux terrestres et des câbles-sous marins dans les pays membres de la SADC. Objectif: assurer la connectivité de ces pays avec le reste du monde par câbles à fibre optique terrestre. La Sata est une organisation qui regroupe tous les opérateurs des télécommunications membres de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Selon le directeur générale de la Société congolaise des postes et télécommunications (SCPT), Simon Bolenge, cette rencontre tombe à pic pour la RDC car, explique-t-il, le pays s'apprête à mettre en service son réseau à fibre optique. Ce projet est issu notamment de la coopération entre la RDC et la chine avec l'appui de l'Union postale universelle (UPU). La première phase du backbone national Kinshasa-Moanda, long de 637 km, a eu lieu il y a trois mois dans le cadre de la réalisation de ce projet. Simon Bolenge soutient que les entreprises de télécommunication Vodacom congo et Airtel font déjà des expériences techniques sur cette ligne métropolitaine (Kinshasa-Moanda) avec succès. Il ajoute : "Des sociétés comme Global Broadband solution, Microcom et Standard telecom finalisent déjà des contrats avec la SCPTpour l'exploitation de cette ligne." En outre, le directeur générale de la SCPT indique qu'avec l'appui financier de la banque chinoise Exim bank of china, la mise en service de la deuxième ligne du réseau à fibre optique Kinshasa-Kasumbalese sera bientôt effective. Selon Simon Bolenge, la réussite de tous ces projets permettra à la RDC d'offrir notamment une connexion internet à haut débit en faveur de tous les opérateurs et fournisseurs des services de télécommunication. Ce qui permettra également au pays, poursuit-il, de s'acquitter de l'une des recommandations de la Sata et de la SADC: assurer l'interconnexion avec l'Angola et la Zambie. (Radio Okapi)

Bukavu: des démobilisés et ex-bandits formés pour la protection de l'environnement. L'Association pour le développement des pêcheurs et analphabètes au Sud-Kivu (ADPASK) regroupe à peu près deux mille membres, dont la moitié sont des démobilisés et des ex-bandits. Ces personnes sont régulièrement formées par l'ADPASK, qui les encadre sur la protection de l'environnement, a indiqué, ce mercredi 7 septembre, le responsable de cette association. Ces démobilisés et ex -bandits ont décidé de se créer un emploi, la pèche sur une pirogue. Les uns proviennent des ilots du Lac Kivu et les autres, des localités côtières. Selon son porte-parole, Jean Baptiste Mudugo, les relations se sont améliorées entre les pécheurs et les services de l'environnement : "L'association ADPASK a contribué beaucoup plus à la réduction de la délinquants, des voleurs et des destructeurs de l'environnement", a-t-il précisé. Outre les activités de pêche, l'association assure aussi l'alphabétisation de la plupart de ces personnes. (Radio Okapi)

Jeudi 8 septembre.
Kinshasa : JED dénonce la tentative d'attaque de Congo Media TV.
Dans un communiqué publié mercredi 7 septembre dans la soirée, Journaliste en danger (Jed), une organisation de défense des droits des journalistes, se dit préoccupée après la tentative d'attaque de Channel Media Congo Télévision, une chaîne de télévision privée émettant de Kinshasa. Jed demande aux autorités congolaises de prendre des mesures concrètes en vue de sécuriser les professionnels des medias en cette période électorale.

Masisi : Zabuloni empêche l'installation du nouveau commandant de la police. Le nouveau commandant de la police district de Masisi n'a pas été installé, mardi 6 septembre, comme prévu. Le colonel Zabuloni a bloqué la délégation à Lushebere, siège de son l'état-major, à quelque 6 km de Masisi-centre. Les membres de la délégation qui devaient installer le nouveau commandant de la police ont dû retourner à Goma. Le major Jean Jacques Malumba qui était dans la délégation témoigne :" Nous avons été encerclés par plus de 2 000 personnes nous demandant de n'installer que leur leader, le commandant Zabuloni et pas quelqu'un d'autre. Pour moi, il y a une nouvelle rébellion qui va commencer à Katale. Je n'ai jamais vu une population aussi méchante. Cette résistance est une rébellion contre le pouvoir en place." Pour rappel, la population de Masisi avait contesté la nomination du colonel Zabuloni à la tête de la police de Masisi. Nomination annulée par la suite par les responsables de la police à Kinshasa. (Radio Okapi)

Kinshasa: la RDC compte 18 millions d'analphabètes, selon l'Unesco. La monde célèbre ce jeudi 8 septembre, la journée internationale de l'alphabétisation. A cette occasion, l'Unesco( Organisation des Nations unies pour l'éducation et la culture) révèle que la RDC compte aujourd'hui plus de 18 millions d'analphabètes, en majorité des femmes et des jeunes filles.

Kinshasa: la police démantèle un réseau de faussaires des passeports. Deux membres d'un réseau de présumés faussaires des passeports, Roger Maboke et Pululu Zikunyoka, ont été présentés à la presse, mercredi 7 septembre, au parquet général de la république à Kinshasa. Selon l'Inspecteur général de la police judiciaire, Christophe Ndongo Nzita, l'enquête se poursuit en vue de remonter la filière et arrêter les autres complices de ce réseau. Christophe Ndongo Nzita explique que les faussaires parviennent à produire des passeports dont les photos et les identités des personnes sont différentes. " Il y a peut-être des complices aussi au niveau du ministère des Affaires étrangères.

Le maire de Mbuji Mayi interdit toutes les manifestations politiques. Dans un communiqué publié, mardi 6 septembre, l'autorité urbaine interdit les meetings, les rassemblements populaires dans des lieux publics. Motif: éviter le débordement des manifestants membres des partis politiques. Certains partis déplorent cette mesure, estimant qu'elle restreint les libertés publiques.

Elections: les partis politiques signent le code de bonne conduite sans l'UDPS et alliés. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a organisé, jeudi 8 septembre au Palais du peuple à Kinshasa, un forum avec les partis politiques. Les échanges ont tourné notamment autour de l'évolution du processus électoral et de la signature du code de bonne conduite. Plusieurs partis et regroupements politiques ont signé ce code de bonne conduite. Mais les partis de l'opposition qui soutiennent la candidature d'Etienne Tshisekedi à l'élection présidentielle conditionnent leur signature par la prise en compte de leurs préalables. Ils demandent à la Ceni d'impliquer l'opposition dans la gestion du serveur central et dans l'audit du fichier électoral. Le président de la Ceni, Daniel Ngoyi Mulunda, a indiqué que la Ceni accepte que l'opposition désigne des techniciens qui vont se joindre à ceux de la Ceni pour travailler ensemble. Quant à l'audit de la Ceni, il a déclaré qu'il est du ressort du parlement. Le code de bonne conduite pour les regroupements politiques et candidats aux élections doit réguler le comportement des acteurs politiques pendant la période électorale. (Radio Okapi)

Processus électoral, l'ambassadeur des Pays-Bas appelle les acteurs à éviter la violence. Les événements malheureux qui se sont produits le mardi à Kinshasa ne doivent plus se reproduire. C'est ce qu'a déclaré, jeudi 8 septembre à Matadi, l'ambassadeur des Pays-Bas en RDC, Robert Van Embden, en marge de sa rencontre avec les opérateurs économiques du Bas-Congo.

L'opposant Bemba ne pourra pas être candidat. Le chef de l'opposition Jean-Pierre Bemba, détenu à la Haye pour crimes de guerre, ne pourra pas se présenter aux élections présidentielles du 28 novembre. Son parti, le Mouvement de libération du Congo (Mlc), l'a annoncé après le rejet de la Court pénale internationale (Cpi) de sa demande de libération provisoire afin de présenter sa candidature au pays avant la date butoir du 11 septembre. Ex-chef rebelle et vice-président de la transition de l'après guerre (2003), il a été le principal adversaire de Joseph Kabila, l'actuel président, lors des élections de 2006. L'annonce de sa candidature avait suscité stupeur et critiques en juillet, mais aussi de l'espoir pour les militants du Mlc, aujourd'hui principale force d'opposition, surtout à Kinshasa et dans la province de l'Equateur, région d'origine de Bemba. Détenu à la Haye depuis juillet 2008, Bemba est en attente de procès : il est accusé de violences commises par ses troupes rebelles en Afrique centrale en 2002 et 2003. Cette nouvelle de non-candidature, qui affectera l'équilibre des forces d'opposition, arrive dans un climat pré-électoral marqué par de la violence et des tensions, en particulier dans la capitale Kinshasa, où les autorités de la ville ont interdit jusqu'au dimanche 11 septembre toute manifestation à caractère politique. La même mesure a été adoptée par le maire de Mbuji Mayi, la capitale de la province du Kasaï orientale, ou des scènes de violence pré-électorale se sont déroulées début de septembre. Une tentative de pacifier le processus électoral est la signature apposée hier devant la Commission électorale nationale Independent (Ceni), d'un code de bonne conduite. Une initiative déjà chancelante puisque les partis d'opposition, soutenant l'opposant historique Etienne Tshisekedi, candidat de l'Union pour la démocratie et le progrès social (Udps), n'ont pas confirmé leur propre adhésion. Ils conditionnent leur signature à un engagement futur dans la gestion de la base de données centrale et dans le contrôle des listes électorales de la Ceni. (Misna)

Sud-Kivu: la population de Bwegera manifeste contre la vente de près de 800 hectares de terre. Le calme est revenu à Bwegera, dans la plaine de la Ruzizi, après une manifestation de la population locale, jeudi 8 septembre, contre les notabilités. La route principale barricadée par des grosses pierres et des troncs d'arbres a été libérée après l'intervention de la police et de l'armée. La population en colère exprimait son mécontentement par rapport à la vente de près de 800 hectares de terre cultivables à une tierce personne par les notabilités locales.

Nord-Kivu: la FEC/Beni dénonce le délabrement de plusieurs routes. La Fédération des entreprises du Congo/Beni (FEC/Beni) menace d'arrêter les activités économiques si le Fonds d'entretien routier (FONER) ne réhabilite pas les axes routiers importants actuellement délabrés. Les responsables de la FEC disent avoir pris cette décision pour mettre fin au calvaire des voyageurs et des opérateurs économiques qui roulent sur des routes en mauvais état. Selon ces responsables, la dégradation des routes est consécutive à la mauvaise utilisation des Fonds collectés par le FONER. Les données bancaires renseignent qu'entre janvier 2010 et août 2011, le FONER a réalisé plus de 3.270.000$ de recettes sur les carburants, indiquent les mêmes sources et note aussi que le FONER a perçu, dans la même période, 460.125 $ à titre de droit de péage routier. Elle s'étonne que cet argent n'ait pas été utilisé pour entretenir les routes. (Radio Okapi)

Vendredi 9 septembre.

Kalemie : lancement d'une nouvelle campagne contre la polio. Le Commissaire de district assistant du Tanganyika en charge de l'administration, Joseph Kasonde, a procédé jeudi 8 septembre au lancement de la campagne de vaccination contre la poliomyélite à l'école primaire Ushariki de la cité de Kalemie. Cette campagne est lancée après la déclaration d'un nouveau cas de poliovirus sauvage au Tanganyika.

Mbandaka : évasions à répétition à la prison centrale. Des évasions fréquentes des détenus sont signalées à la prison centrale de Mbandaka. La direction de cette maison d'arrêt attribue ce phénomène à l'état de délabrement des infrastructures pénitentiaires et aux mauvaises conditions carcérales des détenus. Ces derniers n'ont ni nourriture ni soins de santé.

Sud-Kivu: attaque des FDLR à Lutwe et Kamasani, 50 personnes prises en otage. Cinquante personnes ont été prises en otage, jeudi 8 septembre, lors des attaques des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans le groupement d'Ikama Kasanza au Sud-Kivu. Ces rebelles ont pourchassé des déplacés qui avaient trouvé refuge dans la forêt de Lutwe et Kamasani, indiquent des témoins.

Lubumbashi: des coups de feu entendus au camp militaire de Kimbembe. Des coups de feu ont été tirés pendant près d'une demi-heure, jeudi 8 septembre, dans le secteur du camp Kimbembe, la garnison de la garde républicaine à Lubumbashi, la capitale du Katanga. Certaines sources indiquent que l'échange des tirs a opposé la garde républicaine à un groupe d'assaillants à l'intérieur du camp. Des sources officielles indiquent, en revanche, que l'accrochage a eu lieu au poste de contrôle de Kiswishi à environ 3 km du camp de Kimbembe. Le ministre provincial de l'Intérieur explique. Le ministre provincial de l'Intérieur, Jean-Marie Dikanga Kazadi, a déclaré vendredi au cours d'une conférence de presse, qu'un échange des tirs a eu lieu entre trois militaires de la garde républicaine en poste à un point de contrôle des Fardc situé non loin du camp militaire et un groupe d'environ vingt personnes dont trois étaient armées. (Radio Okapi)

Fizi: des accrochages entre les FARDC et la milice Maï-Maï Yakutumba. Des accrochages ont opposé mercredi 7 septembre, les Fardc aux éléments du groupe Yakutumba dans le village de Kasakwa, à plus de 24 kilomètres au Sud-Est de la cité de Baraka, en territoire de Fizi, au Sud-Kivu.

Province Orientale: les fonctionnaires réclament le payement des arriérés de salaire. Les fonctionnaires membres de l'intersyndicale du secteur public de la Province Orientale ont organisé un sit-in, vendredi 9 septembre, à la place des Martyrs à Kisangani, pour réclamer le paiement de leurs arriérés de salaire et la mécanisation de nouvelles unités. Ils ont été dispersés par la police.

RDC: les négociations entre le Synamac et le gouvernement dans l'impasse, selon les magistrats. Les négociations entre le Syndicat autonome des magistrats du Congo (Synamac) et la commission interministérielle instituée par le Premier ministre, Adolphe Muzito, pour examiner les problèmes liés à l'amélioration des conditions salariales des magistrats sont dans l'impasse dix jours après leur lancement. Selon Eric Kuku Kiese, les experts du gouvernement sont responsables de ce blocage. Ces derniers, a expliqué Eric Kuku Kiese, ont annoncé, au début des négociations, que le magistrat le moins gradé pourrait avoir un salaire de 800 000 francs congolais (869,5 USD) avant de se rétracter suite aux pourparlers entre le gouvernement congolais et le Fonds monétaire international (FMI).

Ouverture du centenaire de la présence des Dominicains au Congo. Jeudi 8 septembre, le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa, a présidé à la paroisse Saint Dominique de Limete, l'Eucharistie d'ouverture du centenaire de la présence de l'Ordre des Prêcheurs en RDC. Le P. Justin Adriko, provincial des Dominicains au Congo, a rappelé que le premier groupe des Dominicains -3 prêtres et 2 frères- a quitté la Belgique le 4 novembre 1911. Arrivés le 17 janvier 1912 au Congo, ils se sont installés dans l'Haut Uélé, dans la Province Orientale. "Ces hommes avaient bravé la malaria et les intempéries dans une contrée ou il n'existait ni routes ni infrastructures de base pour commencer à évangéliser et à s'occuper de l'éducation", a dit le Père Justin. Il a conclu en disant que "le centenaire est une occasion excellente pour réfléchir sur ce qui a été fait et ce qui reste encore à faire au Congo". Le Cardinal Monsengwo a fait mémoire des Dominicains morts à cause de leur engagement dans la mission lors de la guerre dite "muleliste", qui déchirât le Congo en 1964. Il a aussi loué les bienfaits des Dominicains dans l'évangélisation de l'archidiocèse de Kinshasa depuis leur arrivée en 1954. Ils ont contribué à la création des paroisses Elimo Santu, Saint Jean Apôtre, Saint Augustin et Saint Dominique. La clôture du centenaire est prévue le 17 janvier 2012 à Isiro, dans la Province Orientale. (Ademis)

Samedi 10 septembre.

Elections: les postulants aux législatives de l'intérieur du pays peuvent déposer leurs candidatures à Kinshasa. Le rapporteur de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a annoncé, vendredi 9 septembre, que les candidats à l'élection législative pourront déposer leurs candidatures aux bureaux de réception et de traitement des candidatures (BRTC) de Kinshasa, dimanche 11 septembre, date de la clôture officielle de dépôt des candidatures.

Bunia : bataille rangée entre les agents du TGI et les habitants de Kindya. Un groupe d'habitants du quartier Kindya et les agents de la greffe du tribunal de grande instance (TGI) de Bunia, en sont venus aux mains vendredi 9 septembre. Les premiers protestaient contre l'opération de démolition de leurs maisons amorcée par les autorités judiciaires locales, en exécution d'un jugement rendu en juin 2011. Ce jugement fait suite à un conflit foncier entre une centaine de familles à l'Eglise Fepaco Nzambe Malamu.

Lubumbashi : le bureau de réception des candidatures confronté aux difficultés techniques et financières. A 24 heures de la clôture de dépôt des candidatures pour les législatives et la présidentielle, le bureau de réception et de traitement des candidatures, BRTC / Katanga, affirme être confronté à de sérieuses difficultés techniques et financiers. Il n'y a pas de frais fonctionnement et la plupart des antennes VSAT installées à Lubumbashi, Kolwezi, Kipushi et dans d'autres localités n'ont pas de signal, selon le responsable de ce bureau.

Mbuji-Mayi : engouement au bureau de réception à la veille de la fin du dépôt des candidatures. A 24 heures de la clôture de dépôt des candidatures pour les élections présidentielles et législatives, les candidats envahissent le bureau de réception et de traitement des candidatures (BRTC) de la Commission électorale nationale indépendante de Mbuji-Mayi.

Kinshasa : la Cenco annonce la mort de Mgr Matondo. Mgr Ignace Matondo Kwa Nzambi n'est plus. Ce missionnaire scheutiste et évêque émérite du diocèse de Molegbe, dans la province de l'Equateur, est mort vendredi 9 septembre matin à Kinshasa. L'annonce est faite par le secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Mgr Matondo Kwa Nzambi est le fondateur du groupe " Bilenge ya Mwinda " (Jeunes de lumière), l'un des grands mouvements des jeunes catholiques, présent dans tous les diocèses de la République Démocratique du Congo. (Cenco)

Elections : Etienne Tshisekedi s'est envolé pour Bruxelles. Etienne Tshisekedi, président national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et l'un des candidats à la présidentielle congolaise de 2011, s'est envolé vendredi 9 septembre dans la soirée pour Bruxelles, en Belgique. Le président de l'UDPS est allé rencontrer ses partenaires européens pour discuter du processus électoral en cours en RDC. Il y est accompagné de quelques membres de son parti.

Dimanche 11 septembre.

Présidentielle 2011 : Léon Kengo wa Dondo et Nicéphore Kakese déposent leurs candidatures. Léon Kengo Wa Dondo, président national de l'Union des forces du changement (UFC) et candidat de l'opposition, groupe de Sultani Hôtel et le docteur Nicéphore Kakese, président de l'Union pour le réveil et le développement de Congo (URDC), ont déposé samedi 10 septembre, leurs candidatures au bureau de réception et de traitement des candidatures (BRTC/Gombe) de la Ceni à Kinshasa. A cette occasion, l'actuel président du Sénat a invité le peuple congolais à voter utile. Pour sa part, le docteur Kakese a déclaré que le pays manque un garant de la paix et de la sécurité nationale.

Kinshasa : Radio Okapi présente sa charte électorale. Les responsables de Radio Okapi ont présenté samedi 10 septembre dans la salle Universal à Kinshasa, la charte électorale de ce média aux représentants des partis et regroupements politiques ainsi qu'aux médias. A cours de la cérémonie, le directeur de la Division de l'information publique de la Monusco, a affirmé que Radio Okapi revendique une stricte neutralité dans sa couverture des élections. Georges Ola Devis a précisé que " cette charte est là pour rappeler que les journalistes de Radio Okapi seront des observateurs vigilants de futures élections " La majorité des partis politiques présents à la cérémonie ont manifesté un motif de satisfaction à cette initiative de la Radio de la paix. Pour Albert Moleka, cadre de l'UDPS, la place qu'occupe actuellement Radio Okapi dans le paysage médiatique congolais et sa capacité de relayer l'information peuvent lui faire jouer un rôle prépondérant, avec l'ensemble les acteurs politiques, dans la création d'un climat apaisé dont le pays a besoin pour les élections. (Radio Okapi)

Medias : la RLTV annonce la reprise de ses émissions. La chaîne de télévision privée Radio Lisanga Télévision, (RLTV) va bientôt relancer son signal. Selon son patron, le député Roger Lumbala qui a annoncé la nouvelle dans un point de presse samedi 10 septembre, des bénévoles se présentent déjà en vue de réhabiliter gratuitement sa chaîne. Ce député national qualifie de complice l'indifférence des autorités tant nationales que provinciales dans l'incendie de la RLTV.

Kalemie : destruction des engins non explosés. Des engins non explosés ont été démolis samedi 10 septembre au quartier périphérique de Triko, à près de 5 km de Kalemie. Ces engins non explosés ont été récupérés au dépôt du camp Marin dans cette cité.

Kisangani : engouement au BRTC, à quelques heures de la fin du dépôt des candidatures. A quelques heures de la fin du dépôt des candidatures pour les élections présidentielles et législatives nationales, un engouement est observé samedi et dimanche 11 septembre devant le bureau de réception et de traitement des candidatures (BRTC) à Kisangani.

Présidentielle 2011: Joseph Kabila dépose sa candidature comme indépendant. La Commission électorale indépendante a officiellement enregistré la candidature de Joseph Kabila, président sortant, pour un second mandat de cinq ans à la tête du pays. Aujourd'hui, dernier jour pour présenter la documentation, Kabila s'est inscrit sur les listes électorales comme "indépendant", mais il est en réalité le seul candidat de la majorité. Ces derniers jours, la Cour pénale internationale (Cpi) avait rejeté la demande de libération provisoire du leader de l'opposition congolaise, Jean-Pierre Bemba, détenu à La Haye pour crimes de guerre, qui lui aurait permis de déposer sa candidature dans son pays. L'ancien chef des rebelles et ex-vice-président de la transition après la guerre (2003), il était le principal adversaire de Joseph Kabila aux élections de 2006. Dans une atmosphère encore plus tendue - ces dernières semaines des affrontements et heurts ont eu lieu entre partisans de différentes tendances - Vital Kamerhe, ex-président de l'Assemblée nationale et Nzanga Mobutu, fils du défunt dictateur Mobutu Sésé Séko, ont présenté leurs candidatures pour le vote du 28 Novembre. (Misna)

Gemena: législatives, les candidats de l'UFC retrouvent in extremis leurs dossiers emportés. Un membre de l'Union des forces du changement (UFC), non aligné sur la liste des candidats de ce parti à la députation nationale, a emporté, samedi 10 septembre, les candidatures de ses six collègues qui s'apprêtaient à les déposer au Bureau de réception et de traitement des candidatures (BRTC) de Gemena dans la province de l'Equateur. Les dossiers ont été déposés, grâce à l'intervention de la police, ce dimanche, date buttoir. Selon les membres de l'UFC, chaque parti politique devait présenter six candidats conformément au nombre de sièges prévus pour la députation nationale dans la circonscription de Gemena, dans le district du Sud-Ubangi, province de l'Equateur. Curieusement, ont-ils poursuivi, l'un des membres de ce parti en provenance de Kinshasa a surgi comme septième candidat. Son dossier n'ayant pas été retenu compte tenu des critères arrêtés par le parti, il lui été proposé d'attendre la députation provinciale pour postuler. Mécontent, le concerné a emporté les candidatures de ses collègues trouvées au siège du parti avant de se volatiliser dans la nature. (Radio Okapi)

Lubumbashi : la femme de Gédéon rejette les accusations du ministère provincial de l'Intérieur. Présentée comme cerveau moteur dans la spectaculaire évasion de son mari, la femme de l'ancien seigneur de guerre Kyungu Mutanga alias Gédéon nie tout. Béatrice Ilunga Monga a déclaré à la Radio télévision nationale congolaise que si elle était impliquée dans cette évasion, elle serait aussi en cavale comme son mari. Pour rappel, au lendemain de l'évasion de 967 détenus de la prison de la Kasapa, le ministre provincial de l'Intérieur avait affirmé que l'épouse de Gédéon est aux arrêts parce qu'elle est considérée comme meneuse de l'opération commando qui a occasionné l'évasion massive de prisonniers.

Lundi 12 septembre.

RDC-Elections: 12 candidats à la présidentielle de 2011. Douze candidatures à la présidentielle de 2011 en RDC dont celle d'une femme ont été déposées à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). La Ceni a clôturé, dimanche 11 septembre, l'opération de dépôt des candidatures à la présidentielle et aux législatives en RDC .Quatre anciens candidats se sont lancés de nouveau dans la course. Il s'agit du sortant Joseph Kabila, candidat indépendant soutenu par la Majorité Présidentielle, sa plate-forme électorale. Dr Oscar Kashala de l'UREC (arrivé en 5è position au premier tour de la présidentielle de 2006), Antipas Mbusa Nyamwisi du RCD/KML (un ancien ministre de la Décentralisation) et François Joseph Nzanga Mobutu de l'Udemo (arrivé en 4è position au premier tour de la présidentielle de 2006). Jean Pierre Bemba, qui avait obtenu 42 % au second tour de la présidentielle 2006, n'est pas candidat en 2011. Il est incarcéré à La Haye. La Cour pénale internationale le poursuit pour des crimes de guerres et crimes contre l'humanité commis par les militaires du MLC en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003. Le MLC ne présente pas de candidat à la présidentielle de 2011. En revanche, un cadre du MLC est en lice comme candidat indépendant à la présidentielle. Il s'agit d'Adam Bombole, candidat malheureux à l'élection du gouverneur de la ville de Kinshasa en 2007. L'unique femme candidate de ce scrutin s'appelle Ngoy Mafuta. D'autres candidats sont à leur première expérience à la présidentielle. Il s'agit notamment d'Etienne Tshisekedi de l'UDPS, l'opposant historique au maréchal Mobutu, qui avait appelé ses militants au boycott de la présidentielle de 2006 au motif qu'elle était truffée d'irrégularités. Kengo wa Dongo de l'UFC, plusieurs fois Premier ministre sous le règne du maréchal Mobutu, et président du Sénat depuis 2007. Vital Kamerhe de l'UNC, ancien collaborateur du président Kabila et ancien président de l'Assemblée nationale, passé dans l'opposition. D'autres figures peu connues sur la scène politique congolaise figurent également sur la liste de candidats. Il s'agit de Jean Andeka Djamba de l'ANCC, Nicephore Kakese de l'URDC et Ismaël Kitenge de MRC-PTF. Trente trois candidats avaient concouru à la présidentielle de 2006 en RDC. Joseph Kabila avait remporté ce scrutin avec 58% des voix à l'issue d'un second tour qui l'avait opposé à Jean-Pierre Bemba, candidat du MLC. (Radio Okapi)

RDC: remaniement, 4 nouveaux ministres entrent au gouvernement. Le président de la RDC, Joseph Kabila a remanié le gouvernement, dimanche 11 septembre. L'ancien secrétaire général intérimaire de la Majorité présidentielle, Louis Alphonse Koyagialo fait son entrée au gouvernement comme vice-premier ministre et ministre des Postes, Téléphones et Télécommunications. Galapy Bulupiy quitte ce ministère pour celui du Travail et de la Prévoyance sociale, laissé vacant par Nzanga Mobutu depuis sa révocation du gouvernement au mois de mars 2011. Justin Kalumba Mwana Ngongo est nommé au ministère du Commerce extérieur et Charles Alulea Mengulwa, au Développement rural. Le portefeuille du Commerce extérieur était sans titulaire depuis la démission de Bernard Biando en signe de solidarité au président de l'Udemo (Nzanga Mobutu) révoqué du gouvernement. L'ancien ministre du Développement rural, Philippe Undji, est écroué à la prison centrale de Makala pour une affaire de malversation financière. Joseph Martin Gasagisa prend la place de Laure-Marie Kawanda Kayena limogée du ministère des Transports, mardi 3 mai, après un naufrage qui a fait des centaines de morts. Il lui était reproché une série de négligences à l'origine de nombreux accidents dans son secteur. Antipas Mbusa Nyamwisi, ministre de la Décentralisation et Aménagement du Territoire, ne fait pas partie dans la nouvelle équipe gouvernementale. Il est candidat à l'élection présidentielle de 2011. (Radio Okapi)

Elections: Ngoy Mulunda satisfait du déroulement de l'opération de dépôt de candidatures. Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Daniel Ngoy Mulunda, se dit satisfait du déroulement des opérations du dépôt des candidatures. Dans une déclaration faite, dimanche 11 septembre à la presse, il affirme que la durée de dépôt de candidatures ne sera pas prolongée.

RDC: législatives, des candidats accusent les agents électoraux de lenteur. Les Bureaux de réception et de traitement des candidatures (BRTC) de Kindu continuent de recevoir les dossiers des candidats à l'élection législative ce lundi 12 septembre, au lendemain de l'expiration du délai de dépôt des candidatures. Certains candidats des partis de l'opposition dénoncent la lenteur des agents électoraux de la province. Ils les accusent de parti pris dans la réception et le traitement des dossiers.

Elections:la Ceni envahie par les candidats en dernière minute, déplore Jacques Djoli. Une dizaine des candidatures à l'élection présidentielle et environ deux mille aux législatives ont été reçues sur l'ensemble du pays, dimanche 11 septembre à 22 h, à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). C'est ce qu'indique le bilan provisoire dressé par le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli, au lendemain de la clôture officielle de cette opération. Jacques Djoli déplore cependant les difficultés dans lesquelles le personnel électoral a travaillé dans les Bureaux de réception et de traitement des candidatures (BRTC), à cause de l'arrivée massive des candidats à quelques heures de la clôture officielle, dimanche, du dépôt des dossiers. La vérification des pièces déposées a donné énormément du travail au personnel électoral, à cause des dossiers incomplets ou mal remplis. Alors que cette vérification, selon lui, devait normalement durer seulement 5 minutes. Dimanche à 22 h, a confirmé Jacques Djoli,la Ceni a dû en outre distribuer des jetons aux candidats retardataires, dont les dossiers devraient être reçus ce lundi 12 septembre. "Et la masse de jetons distribués est énorme, parce qu'il y a des BRTC - par exemple dans le district de la Tshangu (Kinshasa) - qui en atteignent deux cent quarante six", a indiqué la même source. (Radio okapi)

Nord-Kivu: dégradation de la route Butembo-Mangurejipa, SOS de la société civile de Lubero. La société civile du territoire de Lubero a lancé, lundi 12 septembre, un SOS face à la dégradation de la route Butembo-Mangurejipa au Nord-Kivu. Cette situation a un impact négatif sur le trafic entre le secteur de Mangurejipa et la ville de Butembo, a affirmé la meme source, tout en demandant au gouvernement provincial de plaider auprès de l'Office des routes pour réhabiliter cet axe routier. La détérioration de la route Butembo-Mangurejipa est due aux fortes pluies diluviennes de ces deux derniers mois.

Nord-Kivu: une embuscade des coupeurs de route à Lume. Un véhicule transportant des passagers et de la marchandise est tombé, dimanche 11 septembre, dans une embuscade tendue par des coupeurs de route à Lume dans le territoire de Beni. Le véhicule venait de Kasindi et se rendait à Butembo via Beni. Des assaillants, armés de fusils, l'ont arrêté à une barrière qu'ils ont installée eux-mêmes. Selon les victimes, les bandits ont emporté de l'argent et des téléphones portables.

Mardi 13 septembre.

Présidentielle : le candidat Mbusa Nyamwisi plaide pour une alternance politique. Antipas Mbusa Nyamwisi appelle toutes les parties acquises au changement à s'unir pour une alternance politique crédible en RDC. Le président du RCD/KML l'a déclaré, lundi 12 septembre, lors d'une conférence de presse qu'il a tenue dans sa résidence à Kinshasa à l'occasion du dépôt, la veille, de sa candidature à l'élection présidentielle prévue fin novembre 2011 en RDC.

RDC: après le dépôt de sa candidature à la présidentielle, Adam Bombole suspendu du MLC. Le député du Mouvement de libération du Congo (MLC), Adam Bombole, a été suspendu de son parti, lundi 12 septembre. Le collège de fondateurs du MLC lui reproche d'avoir posé sa candidature à l'élection présidentielle de novembre alors que le dernier congrès du parti avait désigné Jean- Pierre Bemba, le chef du MLC détenu à la CPI, comme unique candidat malgré son absence.

Bukavu: rumeur d'un soulèvement des Fardc, le colonel Delphin Kahimbi appelle au calme. .Le commandant des opérations militaires Amani Leo, le colonel Delphin Kahimbi, a appelé lundi 12 septembre, la population de Bukavu à garder son calme et à vaquer paisiblement à ses occupations. Il a minimisé une rumeur qui a circulé le même jour à dans la ville selon laquelle certains militaires des Fardc planifiaient un soulèvement. Certains habitants de Bukavu n'ont pas effectué leurs activités quotidiennes, lundi, à la suite de cette rumeur. Des parents n'ont pas envoyé leurs enfants à l'école. Selon le colonel Delphin Kahimbi, quelques officiers frustrés veulent intoxiquer la population. Toutefois, il n'a pas précisé les motifs de cette frustration et a traité de " bandits " les auteurs de cette rumeur. (Radio Okapi)

RDC: une ONG demande à la Ceni de rejeter les candidatures des mandataires publics. L'Action contre l'impunité pour les droits humains (ACIDH), une ONG congolaise, demande à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de rejeter les candidatures des membres du gouvernement, des dirigeants des entreprises publiques, des fonctionnaires de l'administration publique qui n'ont pas démissionné de leurs fonctions conformément à l'article 10 de la loi électorale. L'article 10 de la loi électorale (PDF, 16 pages, 3MB) impose aux agents de l'Administration publique, aux mandataires actifs dans les établissements publics et ou les entreprises publiques, aux magistrats, aux membres des Forces armées et de la police nationale congolaise ainsi qu'aux membres du Conseil économique social, du CSAC et de la Ceni, à la date limite du dépôt des leurs candidatures, d'apporter la preuve de leur démission ou de leur mise en disponibilité. Dans un communiqué publié, lundi 12 septembre à Lubumbashi, l'ONG se dit certaine qu'il y a des postulants à l'élection présidentielle qui se retrouvent dans ce cas, sans fournir des preuves. Elle promet de faire la lumière lorsque la Ceni donnera la liste provisoire des toutes les candidatures retenues. L'ACIDH craint que les postulants qui occupent des fonctions publiques ne profitent de leur position pour utiliser les moyens de l'Etat pour battre campagne. (Radio Okapi)

Province Orientale: trois militaires des FARDC poursuivis pour meurtre de six civils à Dungu. Trois militaires du 922e bataillon des Fardc, poursuivis pour meurtre de six civils, sont aux arrêts au cachot des Fardc du territoire de Dungu dans le district du Haut-Uélé, dans la Province Orientale. La société civile locale a dénoncé, ce mardi 13 septembre, ce meurtre. Selon le président de la société civile de Dungu, ce drame s'est produit le 24 août dernier dans la chefferie de Wando, à une vingtaine de Kilomètres de Dungu Centre. Les victimes étaient sur deux motos avec deux passagers sur chaque moto. Il s'agissait de deux femmes, dont une était enceinte, et de deux garçons d'une vingtaine d'années, a-t-il précisé. Ils sont tombés dans une embuscade tendue par trois militaires des Fardc, a soutenu la même source; ajoutant que ces militaires les ont dépouillé de leurs biens avant de les abattre. Ils ont également emporté les deux motos. Après leur forfait, ces militaires ont été arrêtés par leurs collègues. (Radio Okapi)

Kasaï-Oriental: une maladie inconnue tue une dizaine de personnes à Kabinda. Une maladie d'origine inconnue a fait une dizaine des morts en l'espace de dix jours dans la zone de santé de Kalonda Est, dans le territoire de Kabinda, 150 km de Mbuji-Mayi. Ce sont les enfants de moins de dix ans qui sont les plus touchés.

Présidentielle 2011: Josué-Alex Mukendi explique le sens de sa candidature. La restauration de la République démocratique du Congo par la bonne gouvernance, la stabilité juridique, la paix, la justice pour tous, l'abolition de l'impunité et la protection des droits de l'homme. C'est ce qui justifie le dépôt de la candidature de Josué-Alex Mukendi Kamama à la magistrature suprême. Il l'a déclaré, ce mardi 13 septembre, lors d'un point de presse tenu en sa résidence de Kinshasa/Mont Ngafula.

Kinshasa: l'UDPS accuse le pouvoir d'avoir dérobé les corps de ses deux militants. Des hommes en uniforme ont pris de force deux corps des militants de l'UDPS, tués par balles les 5 et 6 septembre 2011 à Kinshasa, aux morgues de la polyclinique Bondeko et de l'hôpital général de référence de Kinshasa. C'est ce qu'a indiqué mardi 13 septembre le secrétaire général de l'UDPS Jacquemin Shabani. Selon lui, ces corps ont été enterrés la nuit dans la clandestinité.

Katanga: le PPRD et la société civile satisfaits du déroulement des dépôts des candidatures. Le dépôt des candidatures s'est poursuivi jusqu'au mardi 13 septembre au Katanga. Le bureau de réception et de traitement des candidatures (BRTC) affirme avoir reçu tous les dossiers des retardataires qui détenaient encore des jetons après la date officielle de dépôt, dimanche 11 septembre.

Mercredi 14 septembre.

Nord-Kivu: la société civile dénonce l'insécurité dans la collectivité des Batangi. La société civile de la collectivité des Batangi au Nord-Kivu a demandé au gouvernement provincial, mercredi 14 septembre, d'assurer la sécurité de cette collectivité en y déployant les forces de l'ordre et en traquant les rebelles. Elle a dénoncé plusieurs attaques des Maï-Maï et des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) contre les populations civiles, dans une lettre adressée au gouverneur de province, Julien Paluku, deux jours plutôt. Selon la société civile locale, la dernière attaque remonte à la nuit de samedi à dimanche 11 septembre.

Kananga : campagne électorale avant l'heure, le CSAC rappelle des journalistes à l'ordre. Le Conseil supérieur de l'audio visuel et de la communication (CSAC) a interpellé, mardi 13 septembre à Kananga, certains journalistes qui se comportent, selon lui, en propagandistes de certains hommes politiques. C'était lors de la vulgarisation du code de bonne conduite des hommes politiques dans les médias.

Les conditions carcérales difficiles au Nord-Kivu débattues à l'assemblée provinciale. Le surpeuplement et la sous alimentation sont à la base de fréquents soulèvements dans les lieux de détention du Nord-Kivu et plus particulièrement dans la prison de Kangbayi de Beni, a relevé, ce mercredi 14 septembre, la société civile de Beni.

Bandundu: une marche suivie de pillage à la résidence de l'administrateur d'Idiofa. La société civile d'Idiofa a organisé, mercredi 14 septembre, une marche de protestation contre l'administrateur de ce territoire. Selon plusieurs sources sur place, à la fin de la marche, les manifestants sont allés piller la maison et la boutique de l'administrateur. Trois manifestants ont été blessés à la suite de ces incidents.

Nord-Kivu: insécurité, les humanitaires se retirent de certains axes de Lubero et Walikale. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires, OCHA, a annoncé, mercredi 14 septembre au cours de la conférence de presse hebdomadaire des agences des Nations unies, la suspension des activités humanitaires sur certains axes de Lubero et Walikale, dans la province du Nord-Kivu. Selon Fabienne Pompey, la chargée d'information du Programme alimentaire mondial (Pam) qui a assuré la présentation d'OCHA, cette insécurité persistante s'accompagne d'une forte insécurité alimentaire dans cette partie du pays. Lors de cette conférence, Fabienne Pompey a déclaré : "Suite à l'enlèvement des membres de deux ONG nationale et internationale, les activités humanitaires ont été suspendues sur certains axes du territoire de Lubero et de Walikale. Ces enlèvements ont eu lieu les 9 et 10 septembre." Le premier cas, a-t-elle précisé, concerne la localité de Kigoma, où cinq personnes ont été enlevées. Quatre personnes ont pu s'échapper et un chauffeur est toujours retenu. Par ailleurs, OCHA est préoccupé par l'impact de l'insécurité sur les migrations dans les villes. "Les déplacés internes ne peuvent plus cultiver. Ils se trouvent dans une situation d'insécurité alimentaire. Ils viennent grossir les rangs des ménages pauvres vivant en zones urbaines", a déclaré Fabienne Pompey. Selon elle, l'insécurité constitue un handicap majeur pour le développement socio-économique. OCHA estime que l'amélioration des conditions sécuritaires doit être une grande priorité pour le gouvernement et ses partenaires. Pour le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Diop, la persistance des poches d'insécurité dans l'Est de la RDC est due à la résurgence des groupes armés incontrôlés opérant dans cette partie du pays. (Radio Okapi)

RDC: Joseph Kabila dresse un bilan positif de son mandat. Le chef de l'Etat congolais Joseph Kabila a présenté, mercredi 14 septembre, un bilan de ses 10 années d'exercice du pouvoir qu'il a jugé positif. Devant les cadres et membres des partis de la Majorité présidentielle (MP), réunis dans sa ferme privée de Kingakati dans la périphérie de Kinshasa, Joseph Kabila a tenu un discours teinté d'un sentiment de satisfaction pour les dix années passés à la tête de la RDC. Routes et salaires. Sur le plan de la reconstruction, il s'est attardé sur les réalisations des cinq chantiers, notamment: plus ou moins 6.000 km de routes réhabilités sur l'ensemble du pays,
12.000 km dont les travaux se poursuivent avec plus de 1.200 km de la voirie interurbaine réhabilitée et revêtue dans le pays, des ponts construits tels que Mponzo, Loange. Au plan social, Joseph Kabila a évoqué l'augmentation des salaires des fonctionnaires, en l'occurrence des médecins et magistrats. S'agissant des professeurs d'universités, d'après lui, leur salaire est passé de 8 $ en 1997 à 200 $ en 1998; puis de 300 $ en 2010 à 500$ en 2009. Désormais, a-t-il poursuivi, le professeur touche 2.200 $ et sa situation sociale s'est améliorée avec l'acquisition des véhicules. Le chef de l'Etat a affirmé avoir hérité d'un pays en ruine en 2001 et a mis à son actif plusieurs faits : la paix rétablie, la réunification du pays, la tenue de premières élections libres et démocratiques, la liberté d'opinions publiques et politiques, le partage de ses pouvoirs avec les anciens rebelles. Agriculture et énergie. S'il est élu, Joseph Kabila compte revaloriser en cinq ans le civisme et promouvoir l'agriculture en réduisant la fracture entre la production agricole rurale et urbaine. Il projette également de : combattre l'exode rural en développant les villages et les industries locales, améliorer la compétitivité internationale de la RDC en matière d'exportation des produits agricoles. Joseph Kabila a poursuivi : "Une autre action, c'est l'organisation d'un meilleur accès aux crédits, à la propriété foncière et immobilière. Le potentiel hydroélectrique du Congo, estimé à 100 000 Mégawatts, dont 40 000 dans le seul site d'Inga, est l'un des atouts dont dispose notre pays. Nous multiplierons donc le nombre des barrages et centrales de petites et moyennes dimensions à travers le pays, par souci de proximité, et organiserons leur connexions." Education. Dans une ambiance électorale, où l'assistance chantait et scandait des slogans à sa gloire, le candidat Joseph Kabila a aussi sollicité le suffrage du souverain primaire " pour parachever l'œuvre qu'il a déjà commencée ". Il a axé la deuxième partie de son discours sur les perspectives d'évolution, promettant notamment de faire de l'éducation une des priorités de son programme. "J'ai tenu ma promesse. De même, je la tiendrai en faisant du Congo un pays émergent ", a promis Joseph Kabila, qui s'est porté candidat indépendant à sa propre succession. La candidature de Joseph Kabila est soutenue par la MP. (Radio Okapi)

Jeudi 15 septembre.

RDC: discours de Joseph Kabila, réactions de la MP et de l'UDPS. François Nzekuye, cadre de la MP, qualifie de positif le bilan du président Kabila, tout en reconnaissant qu'il reste encore à faire. Il affirme qu'avant l'avènement de Joseph Kabila, l'insécurité était généralisée en RDC et l'inflation avait atteint plus de 9600%. "Les prix changeaient tous les jours, les salaires étaient dérisoires même si aujourd'hui ils ne sont pas encore parfaits. Il n'y avait pas d'infrastructures. Pour quitter Kasangulu et venir à Kinshasa [distant de 40 km] on pouvait mettre deux jours de route. Aujourd'hui en matière d'infrastructures on peut relier toutes les capitales des provinces. En matière d'éducation, tous les enseignants des écoles primaires ont le même salaire. Ce qui prouve que nous avons réussi sur tous les fronts ", a déclaré François Nzekuye. Il a tout de même reconnu que le pouvoir d'achat des Congolais reste encore faible mais, selon lui, des efforts sont fournis pour l'améliorer grâce notamment à l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE qui a abouti à l'annulation de la dette de la RDC et la mobilisation des recettes internes. "Le bilan de Joseph kabila est biaisé et loin de la réalité vécue par les Congolais", a déclaré pour sa part Serge Mayamba, secrétaire national de l'UDPS en charge des relations avec les autres formations politiques. Selon lui, Joseph Kabila se fonde sur les chiffres sans tenir compte de l'indicateur de référence qu'est le panier de la ménagère. " Il parle du salaire du magistrat. Ce dernier ne touche pas 1.600 USD. Il parle de l'huissier qui touche 55.000 Francs congolais (environ 60USD). Que peut procurer 55.000 FC comme moyen de survie dans la situation actuelle de la RDC ? ", a dit Serge Mayamba estimant que le président Kabila ne sait pas concilier ses propos avec la vie réelle des Congolais. (Radio Okapi)

Nord Kivu : la société civile dénonce l'insécurité généralisée. Dans une lettre du 13 septembre adressée au commandant des opérations Amani Leo au Nord-Kivu, la société civile du Nord-Kivu déplore les multiples cas d'insécurité, notamment les enlèvements et assassinats des citoyens dans de nombreux territoires. Selon la société civile du Nord-Kivu, l'une des causes de cette insécurité qu'elle qualifie de généralisée serait l'absence de certains officiers militaires aux côtés de leurs troupes sur le terrain. Allégation que rejette le porte-parole des opérations Amani Leo dans le Nord et Sud-Kivu.

RDC: processus électoral, la Monusco prépare un plan pour protéger les populations civiles. Développer à temps des stratégies pour prendre en compte toute la situation sécuritaire et assurer une meilleure protection des civils pendant la période électorale. C'est l'un des objectifs de la tournée du commandant des forces de la Monusco, le général Chander Prakash, dans les provinces de la RDC. Le général Chander Prakash l'a déclaré, jeudi 15 septembre, à Bukavu où il a débuté sa tournée il y a trois jours.

Kinshasa: grogne au palais de justice, les magistrats disent ne pas toucher les 1600 USD annoncés par Kabila. Les magistrats du palais de la Justice à Kinshasa ont spontanément déserté les bureaux, ce jeudi 15 septembre. Ils se disent mécontents de leur enveloppe salariale, qui n'est pas conforme à ce que le chef de l'Etat a communiqué, mercredi, dans son discours bilan à Kingakati, dans la périphérie est de Kinshasa.

Elections: la Ceni accueille les premiers lots du matériel électoral. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a commencé à réceptionner, à partir de mercredi 14 septembre, un lot important du matériel électoral. Selon le rapporteur dela Ceni, Matthieu Mpita, le troisième avion contenant les kits électoraux est arrivé ce jeudi après-midi. Tous ces matériels sont maintenant prêts pour être acheminés par voie aérienne vers deux grands points, selon la même source; à savoir : Kinshasa et Lubumbashi. Matthieu Mpita a souligné que les avions dela Monusco vont entrer en jeu à ce niveau : "La Monusco va nous aider à acheminer tous ces matériels dans les quinze grandes villes du pays et, à partir de là, la Ceni va les dispatcher dans les deux cent dix points de chute."

RDC-présidentielle 2011: l'UE appelle les candidats à assurer un processus électoral apaisé. L'Union européenne (EU) appelle tous les candidats à l'élection présidentielle à l'apaisement. Le représentant de l'UE en RDC, l'ambassadeur allemand Richard Zink, a lancé cet appel, jeudi 15 septembre, au sortir d'une réunion hebdomadaire des chefs des missions diplomatiques européennes accrédités en RDC.

Jugé non polluant, le système solaire intéresse les habitants de Kinshasa. A Kinshasa, 1500 dollars américains suffisent pour avoir de l'énergie électrique en permanence et pour de longues années chez soi. Un autre avantage qu'offre l'usage du système solaire, c'est qu'il est non polluant, ont indiqué certains usagers. Le marché des produits dérivés du système solaire est en plein essor à cause de nombreuses irrégularités constatées dans la fourniture de l'énergie électrique en RDC.

RDC: Joseph-Denys Lukusa publie un dictionnaire des dates et événements historiques. Le professeur Joseph-Denys Mwamba Lukusa a publié aux éditions Melonic, le "Dictionnaire de référence des dates et des évènements historiques en République démocratique du Congo". A travers cet ouvrage de 681 pages subdivisé en cinq chapitres, l'auteur tente de reconstituer l'histoire du pays, de son peuple et de ses dirigeants. Pour Joseph-Denys Mwamba Lukusa, dresser un bilan des crises que la RDC a connues, des changements et des répétitions qui ont émaillé son histoire, revient à nourrir la question de savoir si l'avenir de l'Etat congolais s'inscrit dans un mouvement évolutif.

Le premier discours du candidat Kabila : entre passé et futur. La paix et la réunification, la reconstruction par de grands projets, l'augmentation des salaires des fonctionnaires, font la fierté de deux mandats présidentiels au pays des Grands Lacs, et ont été présentés en détail hier par Joseph Kabila dans son premier discours de candidat et chef de l'état sortant. Il a parlé aux députés et aux chefs de partis de la Majorité présidentielle (Mp), réunis dans sa résidence privée de Kingakati, à environ 100 km de la capitale Kinshasa. Dans un discours qui a duré plus d'une heure et demie, Kabila, 40 ans, favori à la présidentielle du 28 novembre, n'a pas caché sa satisfaction pour un bilan "plutôt positif" qui a permis à la République démocratique du Congo d' "avancer ensemble " sur le chemin de la paix et de la reconstruction suite aux deux guerres entre 1996 et 2003. Joseph Kabila a succédé à son père Laurent-Désiré, assassiné le 16 janvier 2001, a été réélu aux présidentielles de 2006. Dans le cadre des prochaines élections, le président sortant a présenté les grandes lignes de son futur programme de gouvernement pour les cinq prochaines années. Il pense développer l'éducation pour faire du Congo "un pôle d'intelligence et de savoir faire ", mais aussi " un grenier agricole, une puissance énergétique, un pôle économique et industriel, une terre de paix et de mieux-être, une puissance régionale au cœur de l'Afrique ". Il a samedi officiellement présenté sa candidature en tant qu'indépendant, mais Kabila est soutenu par la coalition politique "Majorité présidentielle". Ce matin, les titres de la presse congolaise sont dédiés à l'intervention de Kabila comme président sortant et candidat, dans une atmosphère d'enthousiasme de campagne électorale anticipée, mais aussi de conviction de ses partisans qui pensent que " la victoire est assurée ". Toutefois, le chef de l'état sortant a minimisé certaines questions non résolues, comme l'insécurité chronique dans certaines régions. " L'Est du pays reste un foyer d'instabilité en raison de la présence de groupes armés en activité. Dans certaine zone il n'y a plus d'incendie, sinon quelques braisiers " dit-il simplement. Les dernières nouvelles des provinces orientales du Nord et du Sud-Kivu, indiquent en réalité une situation plus complexe et difficile. En raison de l'insécurité croissante, l'Office des Nations Unies pour les affaires humanitaires (Ocha) a annoncé la suspension des activités des agences de l'ONU dans les zones de Lubero et de Walikale (Nord-Kivu), où l'enlèvement de personnel humanitaire est fréquent. La société civile qui représente la communauté des Batanga a également dénoncé les attaques répétées par des Mayi-Mayi et des rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr). A Bukavu, des rumeurs d'une mutinerie parmi les forces régulières déployées dans la capitale du Sud-Kivu circulent, et suscitent les craintes de la population locale. (Misna)

Présidentielle 2011: la Ceni valide 11 candidatures. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a publié, jeudi 15 septembre à Kinshasa, la liste provisoire des candidatures à l'élection présidentielle prévue le 28 novembre 2011. Le bureau de la Ceni a déclaré recevable les onze candidatures déposées pour ce scrutin. Les candidats retenus sont :Jean Andeka Djamba (ANCC), Etienne Tshisekedi (UDPS), François Joseph Nzanga Mobutu (Udemo), Vital Kamerhe (UNC), Kengo wa Dondo (UFC), ,Nicephore Kakese (URDC), Joseph Kabila (Indépendant), Oscar Kashala (UREC) Antipas Mbusa Nyamwisi (Indépendant), Adam Bombole (Indépendant), Josué Alex Mukendi Kamama (Indépendant). Par ailleurs, la Ceni rappelle aux candidats ayant déposé des dossiers de candidature non retenus à l'élection présidentielle que la période de recours est fixée du 16 au 19 septembre. Les recours en contestation des candidatures doivent être déposés à la Cour suprême de justice (CSJ). (Radio Okapi)