Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 15 au 30 Septembre 2011
n°179


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 

 

Vendredi 16 septembre.

Goma: Affaire Zabuloni, la société civile condamne l'attitude du gouvernement. "Le gouvernement ne devrait pas attribuer un poste de commandement au Colonel Zabuloni." C'est ce qu'a déclaré, jeudi 15 septembre, le président de la coordination de la société du Nord-Kivu, Jason Luneneo. Réagissant à la nomination du colonel Zabuloni, il affirme qu'il est impliqué dans plusieurs exactions et crimes contre les populations civiles à Masisi. Pour lui, le gouvernement devrait avoir la fiche de tous officiers de la police avant d'envisager une nomination. Or, pour Zabuloni, son tableau est "sombre", dit-il. "Parce qu'il a commis de violations graves des droits de l'homme lorsqu'il était dans la rébellion", soutient Jason Luneno. Le colonel Zabuloni a été nommé au mois d'août à la tête de la police du territoire Masisi. La population a contesté cette décision. Le colonel zabuloni avait refusé cette nouvelle affectation et a établi son état major à Lushebere, à 6 km Masisi-centre où il entretient sa propre police. (Radio Okapi)

Affaire Mbarushimana: les audiences de confirmation des charges s'ouvrent ce vendredi. Les audiences de confirmation des charges contre le secrétaire exécutif des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), Callixte Mbarushimana, s'ouvrent vendredi 16 septembre à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye (Pays-Bas). Cette audience va se poursuivre du lundi 19 au mercredi 21 septembre. La question-clé de ses audiences est de savoir si le procureur de la CPI, Louis Moreno Ocampo parviendra à confirmer les charges portées contre le Rwandais Callixte Mbarushimana. Selon le procureur, l'informaticien Rwandais aurait, avec les chefs des FDLR, fomenté un plan d'attaques contre les civils du Kivu. Callixte Mbarushimana aurait aussi massacré de centaines d'innocents, en organisant des chantages sur les gouvernements congolais et rwandais. Il voulait obtenir une part de pouvoir à Kigali, poursuit l'accusateur. Si les massacres commis par les FDLR sont bien documentés, la tâche du procureur reste compliquée. Callixte Mbarushimana était réfugié politique à Paris lorsque les crimes ont été commis. C'est de là qu'il émettait des communiqués de presse et des entretiens aux médias internationaux, qui auraient, selon l'accusation, entretenus la guerre. Une autre difficulté de taille attend le procureur. En délivrant un mandat d'arrêt contre le suspect, arrêté à Paris en octobre 2010, les juges avaient estimé que sa participation aux crimes étaient certes, importante, mais que son absence ne les aurait pas empêchés. Incarcéré à la prison de la CPI, le suspect nie toute participation dans les crimes. (Radio Okapi)

Ituri: le Secope dément les allégations de détournement des salaires des enseignants. Les salaires de juillet et août des enseignants des écoles conventionnées catholiques de l'Ituri dans la Province Orientale n'ont jamais été détournés. C'est ce qu'a déclaré, jeudi 16 septembre, le directeur local des services de contrôle et de paie des enseignants (Secope) de la Province Orientale 2, Kabukura Bin Kyamulesere. Kabukura Bin Kyamulesere explique que le Secope attendait les 1352 listings des enseignants pour commencer à payer les enseignants. Ces listes devraient venir de Kinshasa, selon lui. Le secrétaire principal du Syndicat des écoles conventionnées catholiques (Synecat), Florencier Lolu, avait prévenu, jeudi 9 septembre, que ses affiliés aller observer un mouvement de grève " à cause du détournement de salaire des enseignants de vingt écoles primaires de l'Ituri " Le directeur de Secope/Ituri se dit indigné de constater que le Synecat ne soit pas venu s'informer auprès de ses services pour avoir la bonne information.

Kasaï-Oriental: des militaires et des policiers se disputent le contrôle des maisons de vente de chanvre à Bakwa Cimuna. Un homme a été tué et un militaire des Fardc grièvement blessé lors des affrontements, jeudi 15 septembre, entre militaires et policiers à Bakwa Cimuna, à 15 km de Mbuji-Mayi au Kasaï-Oriental. " Ils se disputaient le contrôle des maisons de vente du chanvre indien ainsi que le contrôle des graviers de diamant ", affirment des témoins.

Sud-Kivu : des militaires FARDC réclament les anciens grades à Kalehe et à Kaniola. Des militaires dont la plupart sont issus des ex-groupes armés, mécontents de leur grade, ont manifesté jeudi 15 septembre dans les centres de formation de régiments à Kalehe et à Kaniola. Ils refusent les cartes biométriques délivrées par la commission nationale des Fardc, au motif qu'elles leur attribuent des grades inférieurs.

Pont Kinshasa-Brazzaville : 7 millions USD de la BAD pour financer l'étude de faisabilité. La Banque africaine de développement (BAD) a débloqué 7 millions USD pour une étude faisabilité de la construction d'un pont pour relier Kinshasa et Brazzaville, les deux capitales les plus rapprochées du monde, a déclaré jeudi un expert du ministère du Plan. Selon lui, les experts d'un bureau français mènent cette étude depuis quelques jours sur les deux rives du fleuve Congo.

Kinshasa: le Sénat suspend les travaux de la session budgétaire. Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo a suspendu la session budgétaire ouverte le 15 septembre pour permettre aux sénateurs de se rendre dans leurs circonscriptions respectives. Léon Kengo wa Dondo invite les sénateurs à voter la loi budgétaire pour ne pas perturber le fonctionnement régulier de la chambre haute. Il a aussi demandé au gouvernement de déposer au bureau de l'Assemblée nationale le Projet de la ladite loi, conformément à l'article 126 de la Constitution.

Samedi 17 septembre.

RDC : les magistrats vont en grève pour réclamer le salaire de 1600 USD. Les magistrats affiliés au Syndicat autonome des magistrats du Congo (Synamac) ont décidé d'observer un arrêt de travail illimité dès ce samedi 17 septembre sur toute l'étendue du territoire national. Ils réclament le paiement de leur salaire de 1 600 USD pour le dernier magistrat comme a déclaré le chef de l'Etat congolais Joseph Kabila dans le discours bilan de son mandat, mercredi 14 septembre à Kinshasa.

Kamerhe réagit au discours de Kabila: " Rien n'a marché ces 5 dernières années ". " Ni le social, ni les infrastructures, ni l'eau, ni l'électricité ni l'emploi, rien n'a marché pendant ces cinq dernières années ", a déclaré Vital Kamerhe, ex-collaborateur de Joseph Kabila, dans la course pour la présidentielle de 2011. Au cours d'une conférence de presse, vendredi 16 septembre à Kinshasa, Vital Kamerhe, président de l'Union pour la nation congolaise (UNC) a réagi au discours bilan du président Kabila prononcé, mercredi 14 septembre, à Kinshasa. Concernant le secteur de l'énergie, par exemple le, président Kabila avait déclaré : " Le potentiel hydroélectrique du Congo, estimé à 100 000 Mégawatts, dont 40 000 dans le seul site d'Inga, est l'un des atouts dont dispose notre pays. Nous multiplierons donc le nombre des barrages et centrales de petites et moyennes dimensions à travers le pays, par souci de proximité, et organiserons leur connexions." Vital Kamerhe affirme, par contre, que la quasi-totalité de la ville Kinshasa, capitale de la RDC, est dans le noir. Il a déclaré : "Ce n'est même plus le délestage qui avait un certain rythme, une certaine séquence. Maintenant, il y a des coupures de trois jours pour des quartiers huppés comme les nôtres. Mais pour les quartiers populaires, on peut faire trois mois sans électricité ". Selon lui, la desserte en eau potable ne s'est pas améliorée non plus. " Même le centre ville manque d'eau, dans des quartiers comme Macampagne, on recourt aux bornes fontaines. Donc nous retournons à l'âge de la pierre taillée", a dit Vital Kamerhe. Commentant le chantier " emploi " du programme du gouvernement, Vital Kamerhe estime que " l'emploi, c'est nul. Au contraire, des emplois ont été supprimés ". A ceux qui attribuent en partie ce bilan à Vital Kamerhe qui a été président de l'Assemblée nationale de 2007 à mars 2009, il répond : " Désabusé, je n'ai pas attendu de quitter pour qualifier les différents bilans de mauvais. Chaque fois que le Premier ministre venait à l'Assemblée nationale quand je présidais cette institution, je lui disais de ne pas mentir au peuple et que nous étions sur la mauvaise voie." Enfin, Vital Kamerhe demande au Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication " d'interdire à Joseph Kabila la campagne électorale qu'il a, selon lui, déjà commencée illégalement." (Radio Okapi)

Bas-Uele : accrochages à Bili, 1 militaire Fardc et 15 Mbororo tués. Des affrontements ont opposé la semaine dernière les Fardc et des éleveurs Mbororo dans la localité de Bakpolo, au poste d'Etat de Bili, dans le territoire de Bondo. Ces accrochages se sont soldés par la mort d'un élément Fardc et d'une quinzaine de Mbororo. Une forte délégation d'autorités du district du Bas-Uélé séjourne depuis jeudi 15 septembre à Bili pour faire le point sur ces troubles. Les accrochages entre les Fardc et les éleveurs étrangers appelés Mbororo ont eu lieu au lendemain du retour des militaires Fardc de Buta où ils ont subi un contrôle biométrique. Selon le président de la société civile de Buta, les accrochages ont eu lieu suite au refus des Mbororo de répondre à l'invitation du commandant des Fardc de cette entité. Un Mbororo, refusant d'obtempérer, a poignardé en plein coeur un militaire Fardc, le tuant sur le coup. Certaines sources indiquent que les Fardc ont tué une quinzaine de Mbororo, vengeant ainsi leur compagnon d'arme. Les Mbororo ont profité de leur absence pour revenir paître leurs troupeaux sur les lieux où les FARDC les avaient chassés quelques mois auparavant Pour l'instant, une présence de militaires centrafricains est signalée à la frontière avec la RDC, pour empêcher les Mbororo d'entrer dans le territoire centrafricain, rapporte le Commissaire de district du Bas-Uele. (Radio Oakpi)

Dungu : situation difficile pour plus de 10 000 déplacés de Sambia. Quinze mille personnes, essentiellement des déplacés de la localité de Sambia, à 135 km de Dungu centre, dans la Province Orientale, sont dans une situation déplorable. Selon le président de la société civile de Dungu qui donne l'information, ces personnes n'ont jamais bénéficié de l'aide, depuis la dernière attaque de leur localité en janvier 2009 par des rebelles ougandais de LRA.

Lubumbashi: l'incendie d'un répartiteur plonge une grande partie de la ville dans le noir. Une grande partie de la ville de Lubumbashi est privée de courant électrique depuis vendredi 16 septembre. L'incendie de l'une des machines de la Société nationale d'électricité (Snel) appelée répartiteur sud, installé à la Gecamines, est à la base d'une coupure d'électricité. Les responsables de la Snel déplorent d'énormes dégâts matériels.

Kinshasa : le PGR appelle les OPJ à bannir l'impunité en période électorale. " La période des élections est certes un moment de turbulence, mais ne consacre pas l'impunité ", a déclaré le procureur général de la République, s'adressant aux officiers de la police judiciaire, (OPJ) ce samedi 17 septembre à la Cour suprême de justice, à Kinshasa. Le PGR Flory Kabange Numbi a sensibilisé les OPJ de la police nationale et ceux de la brigade judiciaire à jouer leur rôle dans la recherche des infractions. Les derniers incidents qui ont troublé l'ordre public à Kinshasa, notamment l'incendie des bureaux de l'UDPS et du PPRD, de la chaîne privée RLTV ainsi que des injures publiques à travers certaines chaînes de télévision que le PJR qualifie d'incitation à la haine tribale et à la violence, ont motivé la causerie morale entre ce haut magistrat et ses administrés. Flory Kabange a rappelé aux OPJ leurs obligations, traduire en justice les fauteurs de trouble, en application du code de procédure pénale.

Dimanche 18 septembre.

Dongo : une maladie inconnue tue les enfants de moins de 5 ans. Une mystérieuse maladie (non encore identifiée) attaque quatre localités du district du Sud-Ubangi. Elle a déjà causé la mort des enfants de moins de 5 ans dans le secteur de Dongo. Selon Désiré Manyale, chef de ce secteur, la maladie remonte au début du mois d'août 2011.

Kinshasa : les femmes des Grands Lacs tiennent la première réunion de leur Conseil d'administration. La première réunion du conseil d'administration du centre régional de recherche et de documentation sur les femmes, le genre et la construction de la paix dans la région des grands Lacs s'est ouverte samedi 17 septembre à Kinshasa. Selon ses initiateurs, ce centre qui bénéficie de l'appui de l'Unesco, se veut un instrument phare pour le renforcement de capacités des femmes de la région.

Joseph Kabila : "La discipline et la rigueur dans la gestion ont permis la stabilisation du cadre macroéconomique.". Dans son discours bilan 2006-2011, mercredi 14 septembre à Kingakati devant les cadres et membres de la Majorité présidentielle, le chef de l'Etat a jugé le bilan de son mandat de positif. La croissance n'est pas seulement venue, elle est en constante progression, a-t-il déclaré.

Ituri: bagarre rangée à Ndrungo, 39 maisons incendiées. Une grande bagarre à armes blanches a opposé, dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 septembre, les habitants de Ndrungo et ceux de Bulo, deux localités du groupement de Gobi, dans le territoire de Djugu, à plus de 70 km de Bunia. Des sources concordantes précisent que les habitants de la localité de Bulo et leurs alliés de la localité de Mandro, munis de lances, flèches et machettes, ont attaqué leurs voisins du village de Ndrungo. Ils ont incendié trente-neuf maisons des habitants de Ndrungo ainsi que le bâtiment de l'école primaire Gobi. Aucune perte en vies humaines ni blessés n'ont été enregistrés au cours de cette rixe, indique un officier des Fardc dans la région. La même source ajoute que des militaires congolais sont intervenus quelques instants après pour mettre fin à la bagarre. Ils ont arrêté deux présumés meneurs de la localité de Bulo. L'administrateur du territoire de Djugu affirme que l'ordre est déjà rétabli dans cette localité déchirée par ce conflit foncier récurent. (Radio Okapi)

Pénurie d'eau dans certains quartiers de Kinshasa. L'eau ne coule plus depuis plus de trois mois au quartier Mbanza-Lemba, dans la commune de Lemba à Kinshasa. Les quartiers Salongo, Righini, Manza-Lemba ainsi que le campus de l'Université de Kinshasa (Unikin) connaissent aussi des difficultés dans l'approvisionnement en eau potable.

Kinshasa: certains quartiers mieux desservis en électricité. Certains quartiers de la ville de Kinshasa sont mieux desservis en électricité depuis quelques semaines. Les communes de Gombe, Bandalungwa, Kintambo et Ngaliema qui connaissaient régulièrement des coupures de courant sont quasiment alimentées de manière ininterrompue.

Lundi 19 septembre.

Dungu: la situation sécuritaire s'améliore. La situation sécuritaire dans le territoire de Dungu en district du Haut Uélé (Province Orientale) s'est nettement améliorée durant les trois derniers mois. C'est ce qu'ont affirmé les autorités civiles et militaires ainsi que la communauté humanitaire basée dans ce territoire au cours d'une réunion organisée, samedi 17 septembre, par Henri Venant Kosi Palamu, l'administrateur de territoire.

Elections: une clinique électorale pour appuyer les candidates du Kasaï-Oriental. Une clinique électorale s'est ouverte, depuis samedi 16 septembre, à Mbuji-Mayi au Kasaï-Oriental. Il s'agit d'un cadre d'accompagnement et d'assistance aux femmes candidates aux prochaines échéances électorales. Une vingtaine des femmes candidates de Mbuji-Mayi se sont déjà faites enregistrées lors de l'ouverture de la clinique électorale. Ce projet vise la participation massive des femmes aux élections. Il est exécuté par l'ONG Centre féminin de formation et d'information pour le développement (Cefide) avec l'appui de l'Union européenne (UE). Selon la coordinatrice du Cefide, Gertrude Biaya Ndaya, cette structure donne aux candidates la documentation et les conseils nécessaires. (Radio Okapi)

Gemena : le commandant de l'aéroport inquiet de la présence des explosifs autour de la piste. L'aéroport national de Gemena ne remplit pas les conditions sécuritaires recommandées par les normes internationales de l'aviation civile. C'est ce que déclare, lundi 19 septembre, le commandant de cet aéroport, Jacques Kalenga. Il affirme qu'une grenade enfouie dans les herbes a failli faire sauter une niveleuse il y a quelques jours. Il demande de nouvelles investigations sur une superficie de 70 mètres de la piste. Pour l'ONG de déminage et de destruction des engins explosifs Mine Advisory Group (MAG), après les évaluations techniques effectuées en 2010 et 2011 aucun explosif n'a été trouvé à cet endroit pour justifier une nouvelle opération de déminage. En 2009, MAG avait procédé à un nettoyage sur 35 mètres de la piste. (Radio Okapi)

Sud-Kivu: les FDLR contrôlent 5 localités à Shabunda. Cinq localités de Shabunda sont sous le contrôle des rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). C'est ce qu'affirme, lundi 19 septembre, l'administrateur du territoire de Shabunda, Louis Boboto. Plusieurs sources concordantes déclarent que les affrontements ont opposé, samedi 17 septembre à Kalole, chef-lieu du groupement d'Ikama Kasanza, les rebelles des FDLR aux forces d'autodéfense locale, les Raïa Mutomboki. Deux personnes ont été tuées dans le camp des forces de Raïa Mutomboki, ajoute Louis Boboto. Selon lui, les populations de Shabunda fuient des exactions des FDLR et affluent vers Kitutu, en territoire de Mwenga. Ils sont cependant butés aux barrières érigées par les rebelles rwandais sur l'axe Kitutu- Chabene dans ce territoire. (Radio Okapi)

Monusco: processus électoral, Roger Meece à Goma. En provenance de la Zambie, via Lubumbashi, le Représentant spécial du secrétaire général de l'Onu en RD Congo, Roger Meece, est arrivé lundi 19 septembre 2011 à Goma, au Nord-Kivu. But de sa mission: échanger avec les autorités locales, notamment sur des conditions sécuritaires en rapport avec la tenue de prochaines élections.

Controverse autour du salaire des magistrats: le Synamac maintient la grève. Il n'y aura ni reprise de travail ni service minimum dans les parquets et tribunaux du pays, et ce, jusqu'à nouvel ordre. C'est la conclusion à laquelle est parvenue l'assemblée générale extraordinaire du Synamac, Syndicat autonome des magistrats du Congo, tenue lundi 19 septembre 2011 à Kinshasa. L'arrêt du mouvement de grève est conditionné par la libération effective du traitement salarial tel qu'annoncé par le chef de l'Etat à Kingakati le mercredi 14 septembre dernier.

Goma: les transporteurs décrètent " sept jours " sans taxi. Les conducteurs de transport en commun ont décrété " sept journées " sans taxi du lundi 19 au dimanche 25 septembre à Goma au Nord-Kivu. Un responsable de l'association des chauffeurs du Congo (ACCO/Goma) affirme que les conducteurs protestent contre les tracasseries routières perpétrées par les éléments de la Police spéciale de roulage (PSR).

La lutte contre l'insalubrité au marché central de Kinshasa piétine. Les autorités du marché central de Kinshasa ont de nouveau lancé la campagne de la lutte contre l'insalubrité. Mais, l'évacuation des immondices dans ce site bute à l'insuffisance d'engins. Le marché central de Kinshasa produit plus de 60 mètres cube d'immondices par jour. Chaque soir, plusieurs équipes sont mobilisées pour nettoyer les différents pavions et avenues qui environnent ce lieu de négoce. Ils récoltent ainsi les déchets qu'ils rassemblent à divers endroits. Mais, seulement deux camions appartenant à la Régie d'assainissement et des travaux publics de Kinshasa (RATPK) sont mis à la disposition de nettoyeurs pour évacuer tous ces déchets. Ces véhicules tombent souvent en panne et oblige les nettoyeurs à faire plusieurs rotations par jour. Cette situation fait que les immondices non évacuées continuent à traîner à côté des étalages. (Radio Okapi)

Mardi 20 septembre.

Elections : la Ceni et l'opposition d'accord pour l'audit du fichier électoral. Le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) est d'accord pour que le fichier électoral soit audité comme l'exigeait l'opposition politique congolaise. Au cours d'une rencontre, lundi 19 septembre à Kinshasa, entre son bureau et les représentants de l'opposition, le pasteur Ngoy Mulunda a accepté la présence de cinq délégués de l'opposition et cinq de la majorité présidentielle pour cet audit.

Les étudiants congolais sommés de quitter le Burundi faute de diplôme d'Etat. Les étudiants congolais au Burundi sont menacés de quitter les établissements qu'ils fréquentent. Le président de la communauté des étudiants congolais du Burundi, Fabrice Tshibaka Mutiga, a déclaré, lundi 19 septembre, que les autorités académiques leur exigent de présenter les diplômes d'Etat des années 2007 à 2010. Le ministre de l'Enseignement Supérieur et universitaire (ESU), Mashako Mamba, assure que les diplômes d'Etat sont déjà disponibles. Il se plaint cependant que le Burundi, un pays membre de la Communauté économique des pays de grands lacs (CEPGL) menace les étudiants congolais sur son sol. Selon lui, les pays membres de la CEPGL avaient décidé, en janvier 2010, de se concerter avant toute prise de décision dans le domaine de l'éducation:

Le cholera resurgit à Mbandaka: 26 nouveaux cas. L'épidémie de choléra refait surface à Mbandaka, dans la province de l'Equateur. Le centre de traitement situé en face de l'hôpital général de référence de Wangata a enregistré vingt six nouveaux de cholera ces deux dernières semaines, ont indiqué, lundi 19 septembre, des sources médicales.

Sud-Kivu: des FDRL attaquent le village de Chambombo et emportent 60 vaches. Un groupe de présumés combattants rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont emporté une soixantaine de vaches (le prix d'une vache revient entre 400$US et 600$US), lors d'une attaque perpétrée, dans la nuit de lundi 19 septembre au mardi 20 septembre, à Chambombo, dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu. C'est ce qu'affirme l'administrateur du territoire, Désiré Masumbuko.

Kabinda: la maladie inconnue est désormais identifiée, le paludisme sévère. On en sait un peu plus sur la maladie qui a causé une dizaine de morts à Kabinda, dans la zone de santé de Kalonda, il y a deux semaines. Il s'agit du paludisme sévère marqué d'une anémie favorisée par la malnutrition. C'est ce que révèlent les tests des prélèvements effectués sur place, samedi 17 septembre, par une équipe médicale conduite par le ministre provincial de la Santé du Kasaï-Oriental.

Goma: les conséquences de la grève des magistrats se font sentir. Les conséquences de la grève des magistrats commencent à se faire sentir à Goma, capitale du Nord-Kivu. De nombreux prévenus attendent d'être jugés. Certains condamnés en fin de peine ne peuvent pas être libérés parce que les juges ne travaillent pas.

Ceni: 97 tonnes de kits électoraux à Lubumbashi. Près de 370 colis contenant du matériel électoral sont arrivés mardi 20 septembre à Lubumbashi, à bord d'un cargo. Parmi ces kits, des urnes, des isoloirs et du matériel des centres de liaison et de compulation. Tous ces matériels ont été commandés par la Ceni en Chine.

RDC: la SNCC a un nouveau conseil d'administration. Le chef de l'Etat, Joseph Kabila, a nommé, lundi 5 septembre, un nouveau conseil d'administration à la Société de chemins de fer du Congo (SNCC). Ce nouveau comité a pour mission de relever les défis auxquels l'entreprise fait face depuis quelques années. Selon l'ancien administrateur délégué général (ADG) de la SNCC, Norbert Lubanda, la situation financière de l'entreprise se caractérise par un faible résultat d'exploitation. Pour redynamiser l'entreprise, le nouvel ADG de la SNCC, Fidèle Mwamba Munkolokoto, compte planifier la mise à la retraite de plus de deux mille agents qui ont atteint l'âge requis. Il compte aussi doter la société d'un nouveau matériel et de nouvelles locomotives. Fidèle Mwamba Munkolokoto veut recentrer la SNCC sur son objet social, le transport des personnes et des biens. La SNCC va bénéficier de la Banque mondiale d'un financement de 218 millions USD pour se relancer. (Radio Okapi)

Naufrage sur le Lac Tanganyika: 5 corps repêchés. Cinq corps des disparus d'un naufrage survenu le weekend dernier sur le Lac Tanganyika ont été retrouvés, lundi 19 septembre, près de Rumonge, au Burundi. Les victimes sont quatre enfants et une femme. L'embarcation quittait un village d'Ubwari à destination de Rumonge, au Burundi avec à son bord trente passagers et des marchandises.

Mercredi 21 septembre.

Journée internationale de la paix : Ban Ki-Moon appelle les nations à nourrir et défendre la démocratie. Le monde célèbre, mercredi 21 septembre, la Journée internationale de la paix sous le thème: " Paix et démocratie, faites-vous entendre". Pour le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai, cette journée tombe à point nommé en RD Congo qui connaît une année électorale. "Les Congolais doivent savoir qu'il n'y a pas de paix sans démocratie et pas de démocratie sans paix", a-t-il lancé à l'occasion.

Elections: le contrôle du serveur de la Ceni n'est que pure distraction, selon Delly Sessanga. Delly Sessanga a appelé, mardi 20 septembre, l'opposition congolaise à ne pas se laisser distraire. Pour le président d'Envol (Ensemble de volontaires pour le développement de la RDC), l'opposition devrait penser à mettre en place une plateforme de témoins qui vont être déployés dans les bureaux de vote pendant l'élection présidentielle plutôt que de demander à participer à la gestion du serveur de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Province Orientale: la police accusée de tortures et travaux forcés sur des habitants de Faradje. La société civile du territoire de Faradje dans la Province Orientale a dénoncé, mardi 20 septembre, des cas de tracasseries, de torture et des travaux forcés auxquels sont soumis des civils de la part des éléments de la Police nationale congolaise (PNC). Cette situation est surtout observée dans les carrières d'exploitation d'or de Faradje, district du Haut Uélé, indique cette source. Une dizaine de cas de tortures sont enregistrés depuis août 2011 notamment sur les détenus dans les carrières d'or d'Ogambi, de Mabanga et de Bogoro, a indiqué le président de la société civile de Faradje. "Ces détenus sont soumis au payement des amendes exorbitantes après avoir travaillé pendant plus de trois semaines dans les carrières pour le compte des policiers", a-t-il précisé. Ces personnes sont souvent arrêtées sans cause ou pour des faits bénins, dit-il. " C'est le cas d'un étudiant tabassé, lundi 19 septembre, à Tadu par des policiers avant d'être jeté au cachot", indique la même source. Suite à la multiplication de cas de tracasseries dans cette région, les orpailleurs ont organisé une marche de protestation, il y a plus d'une semaine, contre la police pour dénoncer ces exactions. Ces démarches et les plaidoyers de la société civile locale sont restés vains, affirme le président de la société civile de Faradje. Le président de cette structure a accusé le commandant du sous commissariat de la police à Tadu de défendre les policiers. (Radio Okapi).

Kisangani: 35 officiers des FARDC formés sur le rôle des officiers civilo-militaires. Trente-cinq officiers de la 9ème région militaire des Forces armées de la RDC (FARDC) suivent une formation de trois jours depuis le mardi 20 septembre à Kisangani sur le rôle d'un officier civilo-militaire. Selon Enrico Castello, conseiller civilo-militaire à l'EUSEC, un officier civilo-militaire est chargé d'établir un lien entre l'armée et la nation et essaie de comprendre l'impact des opérations militaires sur les civils.

La protection de l'environnement dans les zones minières au centre d'un atelier à Lubumbashi. Informer les ONG sur la gestion environnementale d'une entreprise minière et ses responsabilités sociales. C'est le but d'un atelier de renforcement des capacités des acteurs de la société civile sur la gestion durable des forêts dans le cœur vert de l'Afrique. Organisée par l'ONG Protection de l'écorégion de Miombo (Premi Congo), cette formation a débuté mardi 20 septembre à Lubumbashi. Elle va se pencher aussi sur la part des services publics dans les études et programmes sur la gestion de l'environnement présentés par les entreprises minières. Les organisateurs espèrent que les membres de la société seront mieux outillés, à la fin de la formation, pour faire le suivi des engagements pris par ces sociétés. Plusieurs participants ont avoué que la société civile locale n'est pas suffisamment outillée pour bien jouer son rôle dans le suivi de la gestion environnementale de ces entreprises. Certains intervenants ont même précisé que la plupart des entreprises minières au Katanga ne veulent pas communiquer leurs engagements environnementaux. Pourtant, ont-ils indiqué, plusieurs d'entre elles polluent l'environnement, détruisent l'écosystème et les villages où elles sont installées ne bénéficient de rien. Cette situation est encouragée notamment par le fait que, selon eux, l'Etat congolais est "défaillant" en la matière. Les participants ont recommandé la reforme du code minier pour donner à la société civile un pouvoir de contrôle sur la gestion environnementale des entreprises minières. (Radio Okapi)

Affaire de 16 000 vaccins antipolio enterrés à Bolomba: fausse alerte, selon une enquête du gouvernorat de l'Equateur. C'est ce qu'indique le rapport de l'enquête sur les allégations d'enterrement de seize mille doses de vaccin dans la zone de santé de Bolomba située à 200 km de Mbandaka, rendu public, mardi 20 septembre. Les investigations menées à Bolomba en confrontation des données, selon ce rapport, n'ont pas confirmé la destruction massive pendant la campagne de vaccination de mai de seize mille doses de vaccin anti-polio d'une valeur de 16 000 USD. Le rapport évoque plutôt la destruction de "quelques flacons périmés."

Journée internationale de la paix: la société civile du Sud-Kivu plaide pour la poursuite de la pacification de la province. A l'occasion de la célébration de la Journée internationale de la paix, mercredi 21 septembre, le vice-président provincial du bureau de coordination de la société civile, Descartes Mponge, invite le gouvernement de la RDC et la communauté internationale à poursuivre le processus de pacification du Sud-Kivu.

RDC: plus de 100 000 cas de rougeole enregistrés depuis janvier 2011. La sonnette d'alarme vient de l'OMS. Plus de 106 000 cas dont 1 200 décès ont été enregistrés de janvier à septembre 2011 sur l'ensemble du territoire congolais. L'insuffisance de la couverture vaccinale serait à la base de la résurgence de cette maladie infantile, selon le ministère national de la Santé.

Kinshasa: la VSV dénonce la torture dans les cachots secrets. Plusieurs personnes sont en détention illégale et prolongée dans les cachots des services de sécurité à Kinshasa, a indiqué, mardi 20 septembre, La Voix des Sans Voix pour les droits de l'homme (VSV). Selon Olivier Kungwa, le chargé d'enquêtes et des investigations de cette ONG, toutes ces personnes sont victimes de mauvais traitements et des tortures.

Jeudi 22 septembre.

CPI : l'affaire Mbarushimana prise en délibéré. Les juges de la chambre préliminaire de la Cour pénale internationale (CPI) sont entrés en délibéré, mercredi 21 septembre, après l'audition des conclusions finales dans l'affaire Mbarushimana. Ils devront décider au cours des prochains jours si oui ou non sont confirmées les charges portées par l'accusation contre le secrétaire exécutif des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

RDC : la Ceni publie la liste de candidats à la députation nationale dans 7 provinces. La Ceni a publié, mercredi 21 septembre, la liste de candidats déclarés recevables à la députation nationale dans sept provinces de la RDC. Environ 13.000 candidatures sont retenues. Il s'agit des provinces suivantes : Bas-Congo, Maniema, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Province Orientale, Kinshasa, Kasaï Occidental. La liste de candidats est disponible sur le site web de la Ceni que vous pouvez consulter ici. Dans un communiqué publié le même jour, la Ceni rappelle que les recours en contestations peuvent être déposés à la Cour suprême de justice du 22 au 25 septembre. La Ceni promet de publier la liste de candidats pour les autres provinces dans un avenir proche. (Radio Okapi)

Kananga: la police scientifique dotée d'un laboratoire moderne. La Police nationale congolaise (PNC) a installé, mardi 20 septembre, un laboratoire scientifique pour sa section technique et scientifique de la province du Kasaï-Occidental. Ce laboratoire va servir à analyser des éléments physiques d'enquêtes prélevés dans les scènes de crimes. Depuis mercredi martin, cinq commissaires principaux de l'inspection provinciale de la police au Kasaï-Occidental se familiarisent avec des matériels ultramodernes mis à leur disposition par la police de l'Union européenne (UE). Leur formation va durer cinq jours. Selon Janna Davidson, formatrice suédoise de la police de l'Union européenne (Eupol), un kit des matériels ultramoderne de prélèvement et d'analyse est mis à la disposition de ce laboratoire.

Nord-Kivu: les employés de l'ONG Agro-Action allemande libérés. Cinq employés et une stagiaire de l'ONG Agro-Action allemande (AAA), enlevés samedi 10 septembre à Kaseghe au sud du territoire de Lubero par des hommes du chef Maï-Maï Gervais Mwenye Bulongo, ont été libérés, dimanche 18 septembre. Les négociations qui ont conduit à cette libération ont été menées conjointement par les responsables de cette ONG et les autorités administratives locales.

Mbuji-Mayi: les policiers appelés à redoubler d'efforts contre l'insécurité. Le commissaire provincial de la Police nationale congolaise (PNC) au Kasaï-Oriental a appelé, mardi 20 septembre, les policiers à sécuriser correctement les personnes et leurs biens. Cette exhortation est consécutive à l'insécurité, qui est toujours croissante dans la ville de Mbuji-Mayi, a-t-il affirmé.

RDC: les vendeurs de boissons dénoncent la vente exclusive et les prix imposés par les brasseurs. L'Association nationale des vendeurs du Congo (Anaveboc) a organisé, mercredi 14 septembre, une journée sans boissons à Kinshasa. Cette association reproche à la Bralima et à la Bracongo, les deux brasseurs de Kinshasa, d'imposer des prix et d'appliquer le système des ventes exclusives de leurs produits. Selon l'Anaveboc, la vente exclusive éloigne certains consommateurs et occasionne la baisse des recettes. Le directeur général de la Bralima, Hans Mammeren, trouve ces revendications infondées. Il affirme que l'exclusivité de vente n'est imposable qu'aux vendeurs qui ont accepté cette condition stipulée dans le contrat. Hans Mammeren note également que les prix de vente conseillés aux dépositaires sont fixés de concert avec le ministère de l'Economie. Il indique, par ailleurs, que le conditionnement des boissons en bouteilles plastiques est irréalisable à Kinshasa à cause de l'absence de structures d'évacuation des déchets. L'Anaveboc a donné un ultimatum de deux semaines aux deux brasseurs pour trouver des solutions à ses revendications sinon elle projette d'organiser des journées sans boissons sur l'ensemble du pays. (Radio Okapi)

JED dénonce l'arrestation d'un journaliste à Fungurume. Dédé Ilunga, un journaliste dela Radio Océanau Katanga, croupit dans le cachot des services spéciaux de la cité de Fungurume à 75 km de Likasi depuis 17 jours, a annoncé l'ONG Journaliste en Danger mercredi 21 septembre dans un communiqué. Selon JED, on reproche à Dédé Ilunga d'avoir critiqué les 5 chantiers, le programme du gouvernement congolais initié par le président Kabila, au cours de l'émission Oasis. Journaliste En Danger condamne cette arrestation et demande la libération de ce journaliste.

RDC : Lancement officiel de la campagne d'éducation civique et électorale par la CENCO. Dans le cadre de son programme triennal " Elections et questions majeures de gouvernance en RDC", la commission épiscopale justice et paix de la CENCO procédera, le vendredi 23 septembre 2011, au lancement de la campagne d'éducation civique et électorale. Au cours de cette cérémonie, qui aura lieu au centre culturel Boboto, dans la commune de la Gombe de Kinshasa, à partir de 10h00, sera présentée la documentation produite à cet effet et qui sera remise aux partenaires. Ce matériel d'éducation civique et électorale comprend, notamment un CD et un DVD contenant une chanson et un clip vidéo sur les élections dans la paix et pour le développement. Le CD et DVD seront distribués moyennant une contribution symbolique de 6 dollars américains. (Ademis)

Vendredi 23 septembre.

Roger Meece: " Aucune contrée de la RDC ne ratera les élections pour des raisons de sécurité ". Tout en reconnaissant la présence des groupes armés dans certaines contrées de la RDC, le chef de la Monusco Roger Meece assure qu'il n'y a aucune zone en RDC où les élections n'auront pas lieu. Il l'a dit jeudi 22 septembre lors d'une rencontre avec la presse nationale et internationale, à Kinshasa, au siège de la Monusco. Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU au en RDC a également évoqué l'implication de son organisation dans le déploiement du matériel électoral en cours.

RDC: certains rapatriés de la Libye vivent dans le dénuement à Kinshasa. Au mois de mars 2011, 163 ressortissants congolais avaient été rapatriés de la Libye au début des troubles politiques dans ce pays. Selon l'Asadho, une ONG congolaise de défense des droits de l'homme, six mois après leur arrivée, ces Congolais ne plus à charge du gouvernement. Dans un communiqué publié jeudi 22 septembre, l'Association africaine des droits de l'homme demande au gouvernement de prendre des mesures urgentes pour leur réinsertion sociale et économique. Pour rappel, le premier groupe de Congolais vivant en Lybie est rentré à Kinshasa dimanche 6 mars à bord d'un avion affrété par le gouvernement congolais. Ce dernier leur avait promis une prise en charge de dix jours le temps pour eux de rentrer dans leurs familles respectives à Kinshasa ou en provinces. Le gouvernement s'était aussi engager à payer le voyage de ceux qui devaient rentrer en province. A ce jour, plus de cent rapatriés de Lybie ont rejoint leurs familles. Radio Okapi a tenté de joindre les autorités sur le sort de la cinquantaine de rapatriés qui vivent encore dans le dénuement à Kinshasa, sans succès.

Kinshasa: campagne électorale précoce, la majorité rejette les accusations de l'opposition. Le calendrier de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) fixe la période de la campagne électorale du 28 octobre au 26 novembre 2011. Pourtant certains partis de l'opposition déclarent que la Majorité présidentielle (MP) est en train de battre campagne avant la date prévue. Ils en veulent pour preuve les affiches et effigies du candidat Joseph Kabila apposées dans les grandes artères de Kinshasa.

New-York: Joseph Kabila propose la mutation de la Monusco en une mission de développement de la RDC. Dans un discours axé sur le processus du développement de la RDC et la reforme des Nations unies face à la gestion des questions internationales, Joseph Kabila a souhaité que la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RD Congo (Monusco) soit changée en une mission pour le développement de la RDC Le président de la RDC, Joseph Kabila l'a déclaré, jeudi 22 septembre, au cours de la 66e Assemblée générale de l'ONU, jeudi 22 septembre à New-York.

Les Fardc et les casques bleus ratissent Dungu. Les troupes des Fardc appuyées par les casques bleus de la Monusco mènent depuis une semaine des opérations de recherche dans des zones du territoire de Dungu qui ont été la cible des attaques des rebelles de l'Armée de résistance du seigneur (LRA). Ces opérations se déroulent sans la participation des soldats de l'armée ougandaise pourtant présente dans la région.
Ceni: 47 tonnes des kits électoraux destinés à Beni en transit à Kindu. Trois vols de la Monusco ont convoyé jeudi 22 septembre au total 47 tonnes du matériel électoral à Kindu, dans la province du Maniema. Du matériel dont la destination finale est le territoire de Beni, au Nord-Kivu.
La Conférence épiscopale du Congo compte fournir 30 000 observateurs aux prochaines élections. La Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo) s'est lancée dans la campagne de sensibilisation et de la mobilisation de la population congolaise en prévision des prochaines échéances électorales. Cette campagne a commencé vendredi 23 septembre à Kinshasa, par une formation des formateurs en éduction civique et électorale. Elle va s'étendre à l'ensemble du territoire national. A terme, la Cenco compte fournir environ trente mille observateurs aux prochains scrutins. La mission est confiée à la commission épiscopale " Justice et Paix " de l'Eglise catholique congolaise. La campagne cible presque toutes les catégories sociales du pays: hommes de Dieu, représentants des partis politiques et acteurs d'ONG et de la société civile, notamment. "Notre action touche tous les Congolais sans distinction, sans discrimination", a souligné Mgr Nicolas Djomo, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo. Le prélat explique le bien-fondé de cette action: "Nous faisons l'éveil de la conscience de tout citoyen congolais: ceux qui auront à élire et les élus. Ce que l'on vise, c'est l'amélioration des conditions de vie des Congolais. Pour ça, la condition essentielle, c'est la paix. Lorsqu'on a la paix, on donne une chance à la démocratie, à la croissance économique." Et de conclure : "C'est donc un appel à la conscience des Congolais qui ont un contrat social qui consiste à faire de ce pays viable et intéressant pour tout le monde." (Radio Okapi)
Sud-Kivu: les objets à l'effigie des partis politiques interdits dans les établissements supérieurs. La conférence des chefs d'établissements supérieurs et universitaires de la province du Sud-Kivu interdit aux étudiants ainsi qu' au personnel de porter des T-shirt, des Képis, des pagnes et des insignes des partis politiques dans les enceintes des établissements.

Samedi 24 septembre.

RDC-Elections: 19 000 candidats pour 500 sièges à l'Assemblée nationale. La Commission nationale électorale (Ceni) a publié, vendredi 23 septembre, la liste complémentaire des candidats aux élections législatives pour les circonscriptions de l'Equateur, Bandundu et le Kasaï-Oriental. Cet ajout porte à dix-neuf mille le nombre des candidats députés déclarés recevables sur toute l'étendue de la République démocratique du Congo, a précisé le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli.

RDC: l'insécurité sur les pistes des aéroports préoccupe les voyageurs. La sécurité des pistes d'atterrissage dans la plupart des aéroports de la RDC est préoccupante. Les pistes sont traversées aussi bien par les humains que par les animaux. Par exemple, lundi 19 septembre, un avion de la Monusco en provenance d'Entebbe, qui amorçait déjà son atterrissage à l'aéroport de Kisangani, a dû subitement reprendre de l'altitude pour éviter un cycliste qui traversait la piste.

Sud-Kivu: nouveaux accrochages entre Maï-Maï, FDLR et Fardc, six morts. Un militaire des Fardc et deux présumés éclaireurs des FDLR ont été tués, lors d'un affrontement entre les deux groupes dans la nuit de vendredi à samedi 24 septembre, à Mwenga au Sud-Kivu. A Fizi, trois combattants du groupe Maï-Maï Yakotumba et un militaire dans un autre affrontement, vendredi.

Protection de l'environnement: WWF conclut un partenariat avec des ONG de la RDC. Le Fond mondial pour la nature (WWF) a signé, jeudi 23 septembre à Kinshasa, un accord de partenariat avec une vingtaine d'ONG œuvrant dans le secteur de l'environnement. L'objectif est de créer un cadre permanent de concertation entre cette organisation internationale et la société civile congolaise en vue de mettre en œuvre quelques projets expérimentaux relatif à la protection de forêts, domaines et autres réserves. Pour le directeur national de WWF-RDC, Raymond Lumuenamo, la plupart des organisations non gouvernementales congolaises n'ont pas d'assise réelle sur terrain. Quand elles reçoivent des financements, selon lui, les responsables de ces structures disparaissent sans laisser des traces. WWF vient ainsi de créer ce cadre officiel pour faire le suivi des activités sur terrain pour un meilleur rendement. Raymond Lumuenamo a poursuivi : "Nous voulons faire en sorte que les ONG locales soient celles qui fassent le travail sur le terrain et que les ONG internationale soient là simplement pour attirer certains fonds. Pour l'instant, les ONG locales n'ont pas la capacité d'aller sur le marché des capitaux et récupérer l'argent qui est disponible pour elles." Il est aussi question de sensibiliser la société civile congolaise à rechercher, elle-même, les financements au niveau international, des différents projets sur la protection des forêts dela RDC. Le réchauffement climatique est causé par les gaz à effets de serre, le déboisement et la déforestation. Ainsi les pays industrialisés, principaux pollueurs de l'environnement, ont pris l'engagement de lutter contre danger en finançant les pays en voie de développement pour qu'ils protègent leurs forêts, réserves et autres domaines forestiers. Le financement dans le cadre de cette lutte doit en principe intervenir en 2013. Mais, les communautés locales doivent se préparer pour recevoir cet argent en ayant des projets concrets sur terrain. (Radio Okapi)

Dimanche 25 septembre.

Beni: le calme revient après la mort du chef de quartier Matembo. Le calme est revenu à Beni dans la province du Nord-Kivu, dimanche 25 septembre, après les affrontements entre la population et les policiers au quartier Matembo dans la commune Mulekera. Les jeunes du quartier ont protesté contre la mort, la veille, du chef de quartier, Kambale Matoko Marcel. Selon des témoins sur place, six hommes armés ont tiré sur lui.

Kinshasa: 500 observateurs nationaux formés pour des élections transparentes et apaisées en RDC. Cinq cents observateurs nationaux ont été formés pour des élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées en RDC. Le séminaire de formation a eu lieu, samedi 24 septembre à Kinshasa, à l'initiative de l'ONG congolaise Case, en partenariat avec la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Cette formation était placée sous le thème "Ethique et importance des observateurs nationaux en RDC." Selon le vice-président de Case, André Kiomba, la présence de ces observateurs dans les bureaux de vote s'avère très indispensable pour la réussite des prochaines élections présidentielle et législatives en RDC. Ces observateurs nationaux se disent déterminés à surveiller ces élections sans parti pris. Quelques délégués des partis politiques ont pris part à cet atelier. (Radio Okapi)

RDC-France: 600 000 euros pour lutter contre le crime organisé. Le vice-premier ministre en charge de l'Intérieur, sécurité et décentralisation, Adolphe Lumanu, et l'ambassadeur de la France, Luc Hallade ont signé, samedi 24 septembre à Kinshasa, une convention de financement évaluée à 600 000 euros. Ce projet vise à lutter contre le crime organisé et les trafics transfrontaliers.

Kasaï-Occidental: plus de 114 prisonniers s'évadent de la prison centrale de Tshikapa. Plus de 114 prisonniers se sont évadés, dimanche 25 septembre dans la matinée, de la prison centrale de Tshikapa. Selon le directeur de la prison, l'évasion a été causée par un soulèvement des prisonniers. Mécontents après la mort de deux des leurs par manque d'alimentation, vendredi 23 septembre, ils se sont attaqués aux policiers qui surveillent la prison.

Ituri: élections législatives, le nombre de candidats du PPRD est supérieur à celui de sièges à pourvoir. La liste de candidats du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) à l'élection législative dans la circonscription électorale de l'Ituri compte plus de candidats que de sièges à pourvoir. Le parti présente dix candidats alors qu'il n'y a que cinq sièges à pourvoir.

Le respect des règles du jeu gage pour un processus électoral apaisé selon le Réseau Paix pour le Congo. "Tous les ingrédients sont réunis pour une éventuelle dérive avant la date des élection du 28 novembre 2011", affirme le "Réseau Paix pour le Congo". "Le fond du problème, assurent tous les observateurs avisés, c'est l'homme politique congolais. Tous les acteurs politiques, toutes tendances confondues, semblent ignorer l'abc du processus électoral", affirme le Réseau Paix pour le Congo. "Autant ils ont acclamé l'avènement de la démocratie, autant ils s'ancrent dans l'intolérance politique. Il est aberrant d'accepter le système démocratique et, au même moment, s'ancrer dans l'intolérance politique". "Respecter les règles du jeu est le gage de réussite d'un processus électoral apaisé. Un consensus minimal parmi les acteurs impliqués dans le processus électoral est de nature à éviter à la nation un nouveau cycle de violence. Déjà, le fait d'enregistrer des violences à ce stade préélectoral est un signal négatif pour la suite. Les élections, il faut les tenir absolument pour ne plus replonger le pays dans le cycle infernal d'illégitimité et d'interminables transitions ponctuées des négociations et partage équitable et équilibré du pouvoir". "Recourir à la provocation afin de pousser l'autorité à l'erreur est une tactique qui semble être une lame à double tranchant. Car, tout dépend toujours de cette capacité de maîtriser la situation avant qu'elle ne devienne incontrôlable. L'appel à l'apaisement lancé par tous les protagonistes doit être entendu et suivi. Il ne sert à rien d'embraser l'édifice. Pour y parvenir, le respect des règles du jeu doit s'imposer à tout le monde", rappelle le Réseau Paix pour le Congo. (Fides et Ademis)

Lundi 26 septembre.

Elections législatives, fin des réclamations. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a clôturé, dimanche 25 septembre, la réception des réclamations des candidats aux élections législatives. A Kinshasa, plusieurs candidats étaient encore présents dimanche au bureau central de réception et de traitement des candidatures dans la commune de la Gombe pour signaler des erreurs matérielles. Certains candidats se plaignent de la mauvaise orthographe de leurs noms. D'autres affirment avoir vu leurs noms repris deux fois sur la liste de leurs partis. Certains partis politiques ont présenté un nombre de candidats supérieur au nombre de sièges à pourvoir dans la circonscription. Ce qui constitue une violation de l'alinéa 2 de l'article 22 de loi électorale RDC qui stipule qu'une liste présentée par un parti politique, un regroupement politique ou une candidature présentée par un indépendant est déclarée irrecevable lorsqu'elle porte un nombre de candidats supérieur au nombre maximum de sièges fixé pour chaque circonscription. Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), par exemple, a présenté dix-sept candidats à la circonscription de Tshangu à Kinshasa alors qu'il n'y a que quinze sièges à pourvoir. A Masimanimba dans la province du Bandundu, l'Union pour la nation congolaise (UNC) aligne neuf candidats et le Renovac, treize alors qu'il n'y a que six sièges à pourvoir. Le MLC aligne quatre candidats dans la circonscription de Bongandanga en Equateur. Cette circonscription ne dispose que de trois sièges à pourvoir. De son côté, la Ceni indique que les contestations liées au contenu de ces listes doivent être adressées à la cours suprême de justice. La date de la fin du dépôt des réclamations pour les provinces du Katanga, Bandundu et Kasaï-Oriental est fixée pour le mardi 27 septembre. (Radio Okapi)

Uvira: les Maï-Maï Yakutumba prennent en otage un bateau sur le Lac Tanganyika. Les éléments du groupe Maï-Maï Yakutumba ont détourné un bateau sur le lac Tanganyika dimanche 25 septembre. Le bateau Maman Wundja, en provenance d'Uvira au Sud-Kivu vers Moba au Katanga, a été intercepté à la fontenière burundo-tanzanienne alors qu'il tentait d'échapper aux pirates. Le bateau, à destination de Moba via Kalemie, avait à son bord une centaine de passagers dont des familles des militaires et 40 tonnes de marchandises. Alors que le capitaine tentait d'échapper à la capture des pirates, en passant par les eaux territoriales burundaises et tanzaniennes, il a été surpris, le soir, par deux corvettes chargées d'armes lourdes et conduites par des éléments de Yakutumba. Ces derniers l'ont contraint de changer de direction jusqu'à Dine, l'actuelle base arrière de Yakutumba. "Le sort du bateau et des passagers à bord n'est pas encore connu", a déclaré, le commissaire maritime confirmant cette prise d'otage. C'est le deuxième bateau intercepté en moins d'un mois dans cette région d'Ubwari sous contrôle de Yakutumba. Dimanche 4 septembre, le Rafiki 3 a été pris dans les mêmes circonstances. Les agresseurs s'étaient trouvés dans l'impossibilité d'ouvrir la cale. Ils avaient alors pris douze futs de carburant et dépouillé les passagers de quelques biens avant de libérer ce bateau. (Radio Okapi)

Nord-Kivu: échange de tirs entre marins FARDC et une patrouille de garde-parcs de Vitshumbi, 2 morts. Un échange de tirs a eu lieu entre des marins des Forces armées de la RDC (FARDC) et une patrouille de gardes du parc de Vitshumbi, vendredi 23 septembre, dans le secteur de Chondo, au bord du lac Edouard au Nord-Kivu.
Selon l'ONG IDPE qui livre cette information, les patrouilleurs ont surpris ces marins en possession des alevins, poissons interdits de pêche. Il s'en est suivi un échange de tirs. Un marin des Fardc a succombé à la suite de ses blessures. Le lendemain, indique la même source, les marins ont attaqué une position des gardiens du parc, brûlé deux paillotes et deux hors-bord. Les deux parties ont à nouveau échangé des tirs qui se sont soldé par deux blessés dont un civil et un marin. Le commandant de la force navale du Nord-Kivu confirme la mort de deux marins. Il indique que les enquêtes sont en cours. (Radio Okapi)

Elections: des formateurs pour apprendre à la population à mieux présenter ses attentes aux candidats. La formation des formateurs en éducation civique et électorale organisée depuis vendredi 23 septembre par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) s'est clôturée lundi 26 septembre à Kinshasa. Plus de quarante délégués du diocèse de Kinshasa, des confessions religieuses, de la société civile et de l'ONG Vision Mondiale des provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, de l'Equateur, du Bas-Congo et du Katanga ont pris part à cette formation.

Un forum organisé à Addis Abeba pour des élections transparentes et apaisées en RDC. Un forum va réunir pendant deux jours les partis politiques de l'opposition et de la majorité présidentielle ainsi que des représentants la société civile de la RDC depuis lundi 26 septembre à Addis Abeba, la capitale de l'Ethiopie. Selon le Représentant spécial du président de la Commission de l'Union africaine en RDC, Emmanuel Mendoume Nze, ce forum a notamment pour objectif l'adoption d'un mémorandum qui va assurer la bonne conduite des acteurs pendant le processus électoral.

Kalemie: début de la vaccination des poules contre la pseudo-peste aviaire. La campagne de vaccination des poules contre la pseudo peste aviaire a débuté, lundi 26 septembre, à Kalemie au nord du Katanga. L'ONG locale Human Dignity in the World (HDW), appuyée par une ONG italienne, compte distribuer environ cinquante mille doses en l'espace d'une semaine. Le coordonnateur des projets de l'ONG HDW, Jean Pierre Kapalay, a indiqué que ces doses vont être administrées aux poules gratuitement. Depuis trois ans, HDW vaccine la volaille au début de la saison sèche.

Des milliers de candidats au parlement, des affrontements au Sud-Kivu. Ce sont 19.497 candidats qui rivaliseront pour les 500 sièges de l'Assemblée nationale aux élections du 28 novembre. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) reçoit actuellement les recours de certains aspirants députés qui se plaignent d'erreurs ou d'irrégularités dans la procédure d'enregistrement, mais aussi de violations du droit électoral. Selon la presse locale, certains partis présentent plus de candidats qu'il n'y a de sièges dans certaines circonscriptions, comme le parti présidentiel PPRD à Tshangu (Kinshasa), ou le parti d'opposition au MLC à Bongandanga, dans la province de l'Equateur. Pour contrôler le processus électoral, 500 observateurs nationaux ont été formés, à l'initiative de l'Ong congolaise "Maisons " et de la Ceni, alors que devrait être envoyés 120 observateurs de l'Union européenne. Toujours très attentive à l'éducation civique de la population, la Conférence épiscopale congolaise (Cenco) a lancé une campagne de sensibilisation des électeurs pour un vote informé et dans la paix. Selon certaines sources, la Cenco pourrait avoir 30.000 observateurs dans les bureaux de vote. Alors que le pays se prépare à élire les députés et le président de la République, la sécurité reste volatile dans la province orientale du Sud-Kivu, théâtre ces derniers mois d'une résurgence de la violence. Les affrontements entre les forces armées régulières et des rebelles présumés des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont eu lieu entre vendredi et samedi à Mwenga et Fizi, avec un bilan de sept victimes, cinq rebelles et deux soldats. Des sources locales ont rapporté que des civils fuient les combats du territoire de Mwenga, d'ailleurs déjà réfugiés originaires de la zone de Sabunda. La société civile locale a également signalé des affrontements, jeudi dernier, entre les soldats et les milices, avec un bilan de quatre morts, dont trois rebelles, dans les villages de Nemba, Katenga et Misha. (Misna)

Mardi 27 septembre.

RDC: les magistrats suspendent la grève. Les magistrats ont suspendu leur grève, lundi 26 septembre, à l'issue de l'assemblée générale extraordinaire du Syndicat national des magistrats du Congo (Synamac) à Kinshasa. Mais ils conditionnent leur retour au travail par le respect des engagements du gouvernement.

Général Bisengemina: "La Police nationale congolaise va sécuriser correctement les élections". Le général Charles Bisengimana, commissaire général de la Police nationale congolaise (PNC) réfute les allégations selon lesquelles la police congolaise serait partisane au profit du pouvoir en place en RDC. Au cours de l'émission Dialogue entre Congolais de lundi 26 septembre, le général Charles Bisengimana a garanti l'implication effective de la police dans la sécurisation des élections. "Nous confirmons encore que la Police nationale congolaise est au service de la population et va sécuriser les élections correctement. Nous demandons à la population de pouvoir faire confiance à sa police, la sécurité sera assurée", a-t-il déclaré. Le Général a appelé tout le monde à la retenue et à ne pas verser dans la violence et l'intolérance. (Radio Okapi)

Médias: le CSAC a son bureau définitif. Les membres du Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC) ont mis en place, consensuelle ment, le bureau définitif de cet organe de régulation des médias. Deux femmes font partie de ce bureau.

Kalemie: braquage de la TMB, la société civile demande aux autorités de lutter contre l'insécurité. Le coordonnateur de la société civile du Tanganyika, Ghislain Kabamba, demande aux autorités du pays de sécuriser la population de Kalemie et ses biens. Il s'est exprimé ainsi, lundi 26 septembre, à la suite du braquage de la succursale de la Trust Merchant Bank de Kalemie. Cette attaque a fait deux morts et une dizaine de blessés.

Beni: des patrouilles mixtes PNC-FARDC pour faire face au regain d'insécurité. Au lendemain de l'assassinat du chef du quartier Matembo dans la commune de Mulekera, le comité urbain de sécurité de Beni a pris une série de mesures pour endiguer l'insécurité observée ces derniers jours dans cette ville du Nord-Kivu. Désormais, des patrouilles mixtes renforcées de la police et des Fardc seront présentes dans les huit quartiers de la ville pour intervenir en cas de nécessité, a indiqué le maire de la ville Jean de Dieu Paluku Kisaka. Le maire indique par ailleurs que l'un des présumés assassins de M. Kambale Katoto Marcel a été abattu par la police lundi matin aux environs de 9 heures locales dans la commune Mulekera. Ce dernier avait tenté de tirer sur les policiers qui venaient pour l'arrêter. Son complice qui l'avait dénoncé est actuellement à l'agonie dans un hôpital de Beni. (Radio Okapi)

Katanga: le CDH dénonce l'arrestation d'une dizaine d'officiers des Fardc et de la PNC. Huit officiers des Fardc et un de la Police nationale congolaise (PNC) sont aux arrêts à l'Agence nationale des renseignements (ANR)/ Katanga depuis vendredi 23 septembre. Ces officiers sont accusés d'être impliqués dans un "prétendu projet de sécession du Katanga", a indiqué le Centre de droit de l'homme et droit humanitaire (CDH) dans son communiqué rendu public lundi 25 septembre. Le CDH se dit préoccupé par l'arrestation en cascade des officiers de la police et de l'armée par l'Agence nationale des renseignements (ANR). "Il y a des rumeurs [selon lesquelles] ces gens-là sont en train de chercher à prendre le Katanga. Le CIDH demande, si les griefs leur reprochés pèsent, qu'on les amène devant les juridictions compétentes", a expliqué Grégoire Mulamba, coordonateur de CDH/Katanga. Il a, par ailleurs, dénoncé les conditions de détention des ces officiers : "Ils n'ont pas droit à la visite de leurs membres de famille ou à un avocat pour être assistés. Alors ca devient très compliqué. Nos services nous ont signalé qu'on a encore arrêté d'autres personnes, hier soir, à la police. Ce reste à vérifier." (Radio Okapi)

Masisi: sept personnes tuées en l'espace de deux jours. Sept personnes ont été tuées et quatre autres torturées, entre dimanche et lundi 26 septembre dans certaines localités de la chefferie de Bashali Mokoto dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu. Selon des sources sur place, des hommes armés ont fait irruption dans le village de Rwankeri, dimanche aux environs de 20 heures locales. Ils ont abattu cinq membres d'une même famille: les deux parents et leurs trois enfants. Dans la même nuit, rapportent les mêmes sources, un déplacé de Muongozi qui venait de s'installer à Kichanga a été également tué par des hommes armés. Un commerçant a été abattu par des bandits armés au cours de la même nuit dans sa boutique à Karuba. Des sources concordantes indiquent que depuis le jeudi 22 septembre, un chef de guerre local, dénommé Erasto, recrute de force des jeunes gens dans les localités de Goriba, Kirumbu et Busumbura pour renforcer sa milice. Quatre jeunes qui ont tenté de résister à ce recrutement ont été ligotés et tabassés. Ils seraient détenus dans un cachot à Busumbura. Selon les habitants de ces localités, cette milice est responsable des tueries enregistrées ces derniers jours. La population réclame l'implication des autorités provinciales pour mettre fin à ce climat de terreur. (Radio Okapi)

RDC: pour la Majorité présidentielle, l'audit du fichier électoral est une perte de temps. L'audit du fichier électoral est une perte de temps. C'est ce qu'a déclaré, mardi 27 septembre, le secrétaire général de la Majorité présidentielle, Aubin Minaku, lors d'une conférence de presse organisée à Kinshasa.

Kinshasa: le secteur des supermarchés en plein essor. Les supermarchés sont en plein essor à Kinshasa. Selon l'Agence nationale pour la promotion des investissements (Anapi), la capitale congolaise en compte actuellement douze contre trois en 2001.

Le prix Abraham décerné à 15 défenseurs de l'environnement en RDC. La Fondation Abraham, en collaboration avec l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), a décerné, dimanche 25 septembre, un prix spécial aux différentes personnes ayant contribué à la protection et conservation des parcs nationaux dela RDC. Quinze personnes ont bénéficié du prix "Abraham", dont dix à titre posthume. L'actuel ministre de l'Agriculture, Norbert Basengezi, se trouve parmi les nominés. Ce dernier est reconnu comme défenseur du parc national de Kahuzi-Biega pour avoir annulé toutes les concessions des fermiers qui avaient été attribuées anarchiquement à des particuliers pendant la guerre de 1998 dans le couloir Nindja. Les gardes du parc national des Virunga (PNVi), comme ceux des autres aires protégées du pays sont confrontés aux graves dangers dus : aux attaques des braconniers dans ce parc, à la présence des groupes armés qui vivent des ses ressources, à l'explosion démographique qui menace ses frontières. Le Mwami Saambili est l'un des rares chefs coutumiers qui travaillent pour la délimitation de ce parc. Il a été couronné avec huit autres gardes de parc, qui sont morts pour la défense de ce patrimoine mondial. D'après l'ADG de l'ICCN, Cosma Wilungula, deux cent cinquante gardes des parcs ont été tués dans l'espace de dix ans. Il a estimé qu'il était important d'encourager et de reconnaître le travail fait par ceux qui ont donné leur vie pour cette cause. La RDC est reconnue partout dans le monde pour son incroyable biodiversité. Ce pays compte sep7 parcs nationaux et 57 réserves. (Radio Okapi)

Mercredi 28 septembre.

RDC: évasions dans les prisons, Luzolo Bambi incrimine les gouverneurs de province. Le ministre dela Justice, Luzolo Bambi, a déploré, mardi 27 septembre, les évasions massives enregistrées dans différentes prisons congolaises ces derniers jours. Pour lui, il y a un relâchement de la part des autorités provinciales. Il a rappelé aux gouverneurs de province que la gestion des prisons est de la responsabilité commune des gouvernements provinciaux et du gouvernement central. Le ministre a expliqué, par ailleurs, que les prisons de province sont totalement à la charge des gouvernements provinciaux. Il a affirmé avoir adressé une lettre à tous les gouverneurs de province invitant les présidents des assemblées provinciales à contrôler la manière de gérer les établissements pénitentiaires provinciaux. Plus de cent quatorze prisonniers se sont évadés de la prison centrale de Tshikapa, dimanche 25 septembre. Le mercredi 7 septembre, neuf cent soixante-trois détenus se sont évadés de la prison centrale de Kasapa, à Lubumbashi. (Radio Okapi)

Sud-Ubangi: vive tension à Mwanda à la suite du meurtre d'un commerçant. Le meurtre d'un commerçant de Gemena, abattu jeudi 22 septembre par deux braqueurs avec une arme de guerre, a provoqué une vive tension dans le secteur de Mwanda, dans le territoire de Kungu dans le district du Sud-Ubangi, selon des sources locales. La population en colère a retrouvé l'un des présumés meurtriers qu'elle a brûlé vif.

Candidat à la présidentielle: François Nicéphore Kakese explique pourquoi il a boycotté le Forum d'Addis-Abeba. Le forum qui a réuni à Addis-Abeba, en Ethiopie, les acteurs politiques et de la société civile congolaise devrait prendre fin mardi 27 septembre. Tous les politiciens congolais n'y ont pas participé dont le candidat à la présidentielle du 28 novembre prochain, François Nicéphore Kakese Malela, qui a boycotté les assises. Pour lui, il est temps que les Congolais rompent avec les habitudes du passé qui consistaient à aller chercher des solutions des problèmes de la RDC en dehors des frontières nationales. Ça fait quatorze ans, explique-t-il, que la classe politique congolaise se rend à l'étranger pour chercher les solutions de la RDC en dehors du pays.

Mbuji-Mayi: processus électoral, l'ONG Verbatims sensibilise la population au respect des résultats des urnes. "Nous voulons que les élections se passent dans des conditions plus ou moins acceptables et que les résultats soient acceptés par tous." C'est l'appel lancé, mardi 27 septembre à Radio Okapi, par le responsable de des projets Verbatims en RDC, Me xavier Macky Kisembo, à Mbuji-Mayi au Kasaï-Oriental. Au cours d'une série de sensibilisation ayant pour thème: "Elections, questions identitaires et enjeux politiques en RDC ", Xavier Macky s'oppose au clivage de la RDC dans le choix des dirigeants. "Nous ne voulons pas de clivage Ouest-Est. Pas de régionalisme, pas d'ethnie. Nous avons besoin d'un candidat élu sur base d'un projet de société ", a-t-il ajouté. Cette sensibilisation a concerné les cadres politiques, les candidats aux élections, les journalistes et d'autres leaders d'opinion. (Radio Okapi)

Insécurité: la population observe une "journée morte" à Kalemie. Presque toutes les activités sont paralysées, ce mercredi 28 septembre, à Kalemie. La population y observe "une journée morte", à la suite d'un mot d'ordre lancé par la société civile locale pour protester contre le regain d'insécurité dans cette ville du Nord du au Katanga.

Ceni: deuxième lot de matériel électoral à Lubumbashi. Le deuxième lot de matériel électoral est arrivé mardi 27 septembre à Lubumbashi, en provenance de la Tanzanie. Il s'agit de plus de 187 tonnes de matériel constitués essentiellement d'isoloirs. Ces isoloirs devront ensuite être distribués dans d'autres provinces avec l'appui logistique de la Monusco.

Dongo: la majorité de refugiés prêts à rentrer une fois la sécurité rétablie, selon le HCR. La majorité de refugiés qui ont fui Dongo pour s'installer au Congo-Brazzaville se disent prêts à rentrer si la sécurité est rétablie dans cette cité de l'Equateur." La chargée de communication du HCR en RDC, Céline Schmitt, l'a déclaré, mardi 27 septembre, à son retour d'une tournée de quatre jours à Dongo et à Betu (Congo-Brazzaville).

Maniema: un cadre du RCD/KML se désolidarise de Mbusa Nyamwisi. Un cadre du RCD/KML au Maniema et ministre provincial de la Santé, Dauda Saleh Sendo, se désolidarise du président national du parti, Antipas Mbusa Nyamwisi. Il refuse de soutenir sa candidature à l'élection présidentielle et affirme rester fidèle à Joseph Kabila.

Bukavu : Tenu du 2ème Forum des opérateurs des médias de la zone de l'ACEAC. Le grand séminaire St Pie X de Murhesa, situé à 25 km de la ville de Bukavu, a servi de cadre pour le 2ème Forum des opérateurs des médias de la zone de l'ACEAC (Association des Conférences Episcopales de l'Afrique Centrale). Cet atelier, qui s'est tenu du 15 au 18 septembre 2011, a regroupé des journalistes et responsables des commissions des mass médias délégués par les trois conférences épiscopales, dont 3 du Burundi, 11 de la République Démocratique du Congo et 3 du Rwanda. L'atelier a voulu réfléchir sur divers thèmes au sujet de l'implication des médias catholiques de la sous-région ; notamment : le rôle joué par les médias catholiques au Burundi et au Rwanda pendant les échéances électorales. Sur base de l'expérience évoquée ci-haut des élections dans les pays voisins, quelles stratégies adopter pour qu'on arrive à une gestion transparente de la chose publique et à l'avènement de la bonne gouvernance dans la zone de l'ACEAC? Dans son discours d'ouverture, l'Abbé Melchior Edouard Mombili Tumaini, après avoir fait allusion à la récente histoire des tribulations qui ont ébranlé nos trois pays, a souligné que " la presse avait été abondamment indexée dans cette étape ténébreuse de l'histoire commune de nos trois pays comme agent catalyseur des atrocités déplorées ". A cet effet, a-t-il poursuivi, disant que le besoin de se libérer du joug des antivaleurs exaltées par certains organes de presse s'est depuis lors exprimé par une série d'initiatives axées sur la promotion de la paix, de la justice et de la réconciliation ". Que les médias catholiques devraient faire preuve de la vérité, neutralité et impartialité. (Ademis)

Jeudi 29 septembre.

RDC: la directive du CSAC pour éviter les dérapages pendant la campagne électorale. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC) a présenté, mercredi 28 septembre, une directive sur la campagne électorale 2011 dans les médias. Ce document de soixante et un articles reprend notamment les règles relatives à la déontologie, les normes sur la répartition du temps d'antenne des candidats, les responsabilités des médias et les sanctions que le CSAC va appliquer en cas de dérapage. Cette directive a été conçue en concertation avec la Ceni. En voici quelques extraits. Dans son premier chapitre consacré aux généralités, le document rappelle que la campagne électorale va commencer dans les médias le 28 octobre. Elle prendra fin le 26 novembre à minuit. Les medias sont appelés à observer une grande rigueur dans la collecte, le traitement et la diffusion de l'information. Ils ne doivent pas diffuser des chansons, clips, jeux, spots, communiqués, proverbes, saynètes et caricatures qui incitent à la haine. La diffusion des résultats des sondages quarante-huit heures avant les scrutins est aussi interdite. Le bureau du CSAC a le pouvoir de suspendre sans délai les émissions qui enfreignent les dispositions précitées. La directive fixe aussi le timing des reportages relatifs aux institutions de la RDC, des partis politiques et des composantes de la société civile. Ces reportages ne peuvent pas excéder trois minutes sur les chaînes de radio et de télévision publiques ou 1500 lignes dans les colonnes du bulletin de l'Agence congolaise de la presse (ACP). Seuls les candidats aux différents scrutins se trouvant officiellement sur la liste arrêtée par les institutions compétentes bénéficient des dispositions prévues au titre de campagne électorale dans les medias publics. Tous les candidats bénéficient du même temps d'antenne et de la gratuité des prestations dans les médias publics, précise la directive. Les chargés de communication, les attachés de presse et les journalistes permanents auprès des institutions publiques sont exclus de la couverture de la campagne électorale. Le document du CSAC interdit la publication de tout résultat (partiel ou définitif) avant la fermeture du dernier bureau de vote. D'après cette directive, le non-respect de toutes ces dispositions expose à des sanctions applicables en vertu des articles 9 point 18, 59, 63 et 68 de la loi organique du CSAC. (Radio Okapi)

Sud-Kivu: 5 personnes égorgées à Mukono. Le chef de la chefferie Basile, territoire de Mwenga, a appelé mercredi le gouvernement à accélérer le déploiement dans sa juridiction des militaires formés dans les régiments. Il a condamné le meurtre de cinq personnes retrouvées égorgées mardi 27 septembre dans la localité de Mukono et a demandé l'ouverture d'une enquête policière. Lorsque la nouvelle de la découverte macabre est arrivée mercredi matin à Mwenga-centre, à 15 km du lieu du crime, les habitants de ce territoire se sont soulevés et ont organisé une marche spontanée dans l'après-midi. Bilan de cette manifestation: un blessé par balle et des dégâts matériels.

Kinshasa: insécurité à Mont-Ngafula, la population accuse les policiers. "Dès qu'il y a l'obscurité, des hommes armés en tenue policière passent dans nos maisons pour voler et nous ravir des biens", ont déclaré, mercredi 28 septembre, les habitants de Masangambila dans la commune de Mont-Ngafula. Pour eux, ce sont les policiers basés à Kindele, non loin de Masangambila qui commettent ces exactions. Un policier qui a requis l'anonymat accuse plutôt certains éléments de la Police d'Intervention Rapide (PIR). Il a déclaré qu'un élément de la PIR avait été lapidé à mort par la population, au mois d'avril.

Equateur: des députés et des autorités administratives dénoncent l'insécurité à Budjala et Kungu. Des personnes armées de fusils de guerre braquent et tuent les habitants des territoires de Budjala et Kungu le long des principales routes reliant plusieurs localités. C'est ce qu'ont affirmé, mercredi 28 septembre à Radio Okapi, des autorités territoriales et les députés provinciaux de l'Equateur.

RDC: évasions récurrentes dans les prisons, Moïse Katumbi répond à Luzolo Bambi. "La gestion des prisons fait partie des attributions du gouvernement central", a déclaré jeudi 29 septembre à radio Okapi le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, au sujet des évasions à répétition dans les prisons congolaises. Il répondait aux déclarations du ministre de la Justice Luzolo Bambi. Selon ce dernier, les gouvernements provinciaux sont surtout responsables de la gestion des prisons en provinces.

RDC: les casques bleus vont contribuer à la sécurisation des élections, selon Babacar Gaye. Le conseiller militaire du secrétaire général des Nations unies, Babacar Gaye, a annoncé, jeudi 29 septembre à Goma au Nord-Kivu, l'appui de la Monusco pour sécuriser les élections de 2011.

Listes électorales, manifestations prévues aujourd'hui à Kinshasa. Les deux manifestations convoquées aujourd'hui dans la capitale Kinshasa ont comme un dénominateur commun les listes électorales. D'une part, le parti d'opposition l'UDPS d'Etienne Tshisekedi, qui a invité ses partisans à se rassembler devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour demander l'accès aux listes électorales et renouveler la demande d'un contrôle, dénonçant une fraude électorale en faveur de la majorité. D'autre part, le Parti du PPRD du président sortant Joseph Kabila, qui se rendra devant le siège de l'UDPS affirmant que les demandes de l'opposition sont un simple "caprice". La question des listes a prêté à confusion ces derniers jours : lors d'une conférence de presse, le président de la Ceni a annoncé qu'il autorisait un examen par un comité spécial composé de cinq membres de la majorité et cinq de l'opposition. Peu après, le PPRD a annoncé qu'il s'opposait à une telle commission, jetant le doute sur le processus de vérification. D'autres tensions minent le climat pré-électoral: l'opposition accuse la majorité d'avoir illégalement commencé la campagne électorale, prévue à partir du 28 octobre, par le biais d'affichage à Kinshasa. Si le PPRD dit qu'il s'agit de sensibiliser la population, l'opposition affirme qu'il s'agit d'une véritable et propre campagne du parti. En dehors de la capitale, on note une recrudescence de l'insécurité. Hier, dans la ville orientale de Kalemie, sur les rives du lac Tanganyica, une grève générale a été organisée à l'initiative de la société civile pour protester contre l'insécurité. (Misna)

Kinshasa: la police disperse les marches de l'UDPS et du PPRD. Les éléments de la police du Groupe mobile d'intervention (GMI) ont dispersé, jeudi 29 septembre, les marches des militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et ceux du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD).

Le pasteur Jacques Vernaud est mort. Le pasteur responsable de l'église La Borne, Jacques André Vernaud, est décédé, mercredi 29 septembre à Johannesburg en Afrique du sud. Ses collaborateurs ont affirmé à Radio Okapi qu'il n'était pas malade. Il a eu un malaise pendant qu'il circulait dans un magasin à Johannesburg. Il était âgé de 79 ans. Jacques Vernaud laisse une église avec plusieurs extensions, un centre hospitalier et une école. Il était père de trois filles et avait onze petits enfants. Pour le pasteur Noé Nsasi, un de ses collaborateurs, le pasteur Vernaud était convaincu que la bénédiction de la RDC passait par "la vraie repentance" de ses habitants.

Neil Wigan: "Le climat des affaires au Katanga décourage les investisseurs britanniques". L'ambassadeur de Grande Bretagne en RDC, Neil Wigan, a déclaré, jeudi 29 septembre, que le climat des affaires au Katanga n'incite pas les hommes d'affaires britanniques à investir dans cette province. Selon Neil Wigan, le climat des affaires n'y est pas attrayant, ce qui explique le peu d'investissements britanniques au Katanga. C'est important qu'ils [les investisseurs] puissent avoir les exemples des sociétés qui ont réussi pour les encourager à faire de grands investissements," a indiqué l'ambassadeur britannique, ajoutant que certaines entreprises étrangères qui ont investi dans le secteur des mines en RDC ont connu des difficultés. Il cite le cas de l'entreprise First Quantum à qui le cadastre minier congolais avait retiré les permis d'exploitation. Neil Wigan a assuré que ce dossier a découragé beaucoup d'investisseurs. Il a affirmé, par ailleurs, que la majorité d'investisseurs se plaignent de la complexité et de la lenteur des procédures administratives. (Radio Okapi)

Vendredi 30 septembre.

Marches de l'UDPS et du PPRD à Kinshasa, l'autorité urbaine était prévenue. Une vingtaine de militants de l'UDPS et de partis alliés ont été arrêtés par la police, jeudi 29 septembre à Kinshasa, après que la police a dispersé la marche de ce parti de l'opposition à Kinshasa. Jacquemin Shabani, secrétaire général de l'UDPS, affirme que les militants de l'UDPS voulaient se rendre à la Ceni pour réclamer le démarrage de l'audit du fichier électoral. Selon lui, l'autorité urbaine était informée de l'organisation de cette marche. Francis Kalombo, le président de la jeunesse du PPRD (le parti présidentiel) affirme la même chose. Selon lui, on dénombre onze blessés dans les rangs du PPRD. Francis Kalombo affirme que le PPRD a informé, vendredi 23 septembre, l'Hôtel de ville de Kinshasa de la tenue d'une marche le jeudi 29 septembre. "Mais après nous, l'UDPS a choisi cette même date pour manifester. L'Hôtel de ville nous a écrit hier pour nous informer qu'il ne pouvait sécuriser deux marches en même temps," indique le député du PPRD. (Radio Okapi)

Kinshasa: un cameraman de RFO agressé lors des marches du PPRD et de l'UDPS. Un cameraman de France Télévision-Radio France d'Outre mer (RFO), John Kikendu, a été tabassé jeudi 29 septembre, au cours des marches organisées simultanément à Kinshasa par les militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et ceux du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). D'après les témoignages de sa collaboratrice et correspondante de France Télévision -RFO, Francine Mukoko, les bourreaux de John Kikendu étaient habillés aux couleurs du PPRD.

Province Orientale: affrontements entre Nande et pygmées à Mambasa, 1 mort et 28 blessés. Le calme est revenu, vendredi 30 septembre, après des affrontements à l'arme blanche entre un groupe de pygmées et les membres de la communauté Nande à Biakato en territoire de Mambasa, à plus de 200 km de Bunia dans la province Orientale. Selon la société civile de Biakato, une personne a été tuée, et vingt-huit autres ont été blessées, dont vingt-cinq parmi les protagonistes, un militaire et trois policiers. Il ajoute aussi que trois cases des pygmées et d'autres maisons des Nande ont été incendiées. Le commissaire de district ad intérim de l'Ituri, Avo Eka Rustique déclare que dans la nuit de lundi à mardi dernier, un pygmée a été surpris en train de voler dans le champ d'un habitant de la communauté Nande. Le propriétaire du champ a aussitôt pris sa machette et a abattu ce pygmée, ajoute Avo Eka Rustique. En représailles, un groupe de pygmées munis de flèches sont sortis, jeudi 29 septembre, de la forêt à Biakato pour attaquer les membres de la communauté Nandé. Les éléments de la police et des Fardc ont été déployés sur le terrain pour maîtriser la situation. Ils ont commencé à tirer en l'air et une personne en est morte. (Radio Okapi)

Sud-Kivu: 27 cas de diarrhée à la prison centrale d'Uvira. Vingt-sept détenus souffrent de diarrhée à la prison centrale d'Uvira. Il y a deux semaines, ils étaient soixante. Aucun décès n'a été enregistré. Une délégation du Comité international de la Croix Rouge(CICR) a désinfecté cette prison pendant une semaine. Selon des sources infirmières attachées à cette prison, plusieurs facteurs sont à l'origine de cette épidémie. Il s'agit notamment de l'insalubrité, du surnombre et du manque d'eau potable.

RDC: la Cour suprême de justice commence l'examen des contentieux pré-électoraux. La Cour suprême de la justice (CSJ) a examiné, vendredi 30 septembre, environ quarante affaires portées en justice contre la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à Kinshasa. Les plaintes sont portées soit par les candidats eux-mêmes soit par les partis politiques. Les cas d'omissions ont été les plus nombreux. Il s'agit, par exemple, des candidats dont le nom se retrouve dans la déclaration de candidature de la Ceni, mais pas sur les listes provisoires publiées par la Ceni, mercredi 21 septembre. Les audiences de ce vendredi ont permis de trancher les affaires concernant les omissions et les erreurs. Plusieurs affaires ont été prises en délibéré, car la CSJ a, à la fois, reconnu le bien fondé de certaines revendications des candidats et les réserves de la Ceni. L'examen des contentieux pré-électoraux va se poursuivre au moins jusqu'à la semaine prochain. (Radio Okapi)

RDC: la conclusion de la quatrième revue du PEG 2 hypothétique. La conclusion de la quatrième revue du Programme économique du gouvernement de la RDC (PEG 2) avec le Fonds monétaire international (FMI) est hypothétique. Le ministre congolais des Finances, Matata Ponyo, l'a reconnu, mardi 27 septembre, dans une interview qu'il a accordée à la radio Top Congo. L'institution financière exige que le gouvernement congolais apporte des explications sur les contrats signés par la Sodimico et la Gécamines. Au mois de juillet 2011, l'ONG Action contre l'impunité pour les droits humains (ACIDH) a publié un communiqué pour dénoncer "la vente en catimini" par la Gécamines de ses parts dans les sociétés minières Mutanda Mining et Kansuki Sprl, respectivement aux sociétés Actifs rowny ltd et Biko Invest, liées à l'homme d'affaire israélien Dan Gertler. Ces transactions ont été révélées dans un document du groupe Glencore, publié lors de son introduction à la Bourse de Londres au mois de mai. Le prix de la transaction n'avait été révélé. Mais selon des estimations trouvées dans les documents de Glencore, la valeur de la mine de Mutanda avoisinerait 3,1 milliards de dollars. La Sodimico a, pour sa part, cédé 30% des actions qu'elle détient dans la société minière Sodefor soit 30 millions de dollars américains. La Sodefor est une entreprise minière créée par la Sodimico et Fortune, une société minière hongkongaise. Ce qui pose problème. Le gouvernement congolais s'est engagé au début de l'année avec les institutions de Breton Wood à publier les contrats miniers et les ventes des actifs des entreprises minières publiques. Ce qui n'a pas été le cas avec les contrats signés par la Gécamines. La transaction de la Sodimico a bien été publiée sur le site du ministère congolais des Mines mais le FMI estime que l'entreprise a sous-évalué la valeur de ses actifs. Contacté par Radio Okapi, le directeur de cabinet du ministre des Mines a affirmé que le FMI, en tant que partenaire de la RDC, a le droit de demander des explications. Il a ajouté que le ministère des Mines va faire appel aux experts de la Gécamines de la Sodimico. (Radio Okapi)