Journal d'Afrique Centrale - R.D.C.
du 16 au 31 Octobre 2011
n°181


Chronique réalisée par Luc de l'Arbre

 

 

Dimanche 16 octobre.

Enseignement supérieur: le ministre Mashako Mamba annonce des primes des recherches pour les enseignants. "Dans le budget 2012, trois mille Chefs de travaux inscrits à la thèse de doctorat vont bénéficier, en plus de leurs primes, d'une prime de recherche ". C'est ce qu'a déclaré, samedi 15 octobre, le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Mashako Mamba, lors de l'ouverture solennelle de l'année académique 2011-2012 intervenue à l'Université de Kisangani (Unikis) en Province Orientale. Il souhaite que cette prime soit utilisée à bon escient pour augmenter le nombre de productions scientifiques en milieu universitaire.

RDC: la FAO propose d'investir en agriculture pour lutter contre la hausse des prix des produits alimentaires. Le représentant de l'Organisation des nations unis pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) en RDC, Ndianga Gueyre suggère que le pays investisse davantage dans l'agriculture pour atténuer les effets de la hausse mondiale des prix des produits alimentaires sur la population.

Bukavu: des militaires FARDC tuent un policier et un détenu à Kamituga. Deux personnes, dont un policier et un détenu, ont été tuées et deux autres policiers grièvement blessés, lors de l'attaque d'un bureau d'encadrement administratif par deux militaires des Fardc, samedi 15 octobre à Kamituga, à près de 150 km de Bukavu au Sud-Kivu, renseignent des sources policières. Selon elles, les militaires des Fardc se sont présentés comme des patrouilleurs au bureau d'encadrement administratif. A côté de bureau se trouvait un cachot gardé par trois policiers. Après un bref échange d'incompréhension avec les policiers commis à la garde, les militaires se sont retranchés du lieu pour ouvrir le feu quelques minutes plus tard, en direction du cachot. Des sources indépendantes notent que ces militaires appartiendraient au 102è régiment des Fardc.

Kasaï-Oriental: les députés provinciaux boycottent la clôture de la session ordinaire. Trois députés provinciaux sur les cinquante-quatre présents ont assisté, samedi 15 octobre, à la cérémonie de clôture de la session ordinaire de l'assemblée provinciale du Kasaï-Oriental. Au perchoir, seul le président, Denis Kabuba. Tous les autres membres du bureau ont quitté la salle avant l'arrivée des invités. La séance plénière, avant celle de la clôture, devrait statuer sur l'adoption du rapport sur l'érection d'une ville dénommée "Lumumba Ville" dans le Sankuru. Au cours de la plénière, un des députés provinciaux soulève une motion sur le retard de la paie de leurs émoluments de cinq mois. Les débats et délibérations se font à huit clos, mais aucun compromis n'est trouvé, et la séance est suspendue. Le vice gouverneur de la province qui vient assister à la cérémonie de clôture ne trouve que trois députés dans la salle. Cette situation n'empêche pas au président de l'assemblée, Denis Kabuba de prononcer son discours. Il se félicite d'avoir doté la province de plus de 122 milliards de Francs congolais (132 608 695 $US), dans le projet de budget 2012. (Radio Okapi)

Nord-Kivu: les Maï-Maï exigent 300 USD pour libérer 3 otages. Des Maï-Maï ont pris en otage, depuis trois jours, deux filles et un garçon, dans la localité de Kibuabua, à une dizaine de km de Butembo au Nord-Kivu. Ils exigent une rançon de 300 USD pour libérer leurs otages, a indiqué une organisation locale de défense des droits de l'homme, ce dimanche 19 octobre. Les Maï-Maï ont enlevé les deux filles, vendredi, alors qu'elles récoltaient des patates douces dans leur champ. Un membre de famille de ces filles, parti à la rencontre de ravisseurs pour négocier leur libération, a été lui aussi détenu par ces derniers. Ces miliciens, actifs dans les chefferies de Bashua dans le territoire de Beni et de Baswaga (Lubero), auraient réduit ces filles en esclaves sexuelles, ont indiqué certains activistes locaux de droits de l'homme. C'est la quatrième fois que ces miliciens enlèvent des filles de ce secteur, qu'ils relâchent après payement d'une rançon, ont rappelé les mêmes sources. (Radio Okapi)

RDC: le projet Makala pour la préservation du bois face au besoin énergétique de la population. Le projet Makala - charbon de bois en lingala - a organisé une rencontre, mercredi 12 octobre, avec certains de ses partenaires. Il s'agit de sa troisième réunion du comite de pilotage axé sur la nécessité de sécuriser le bois en RDC, tout en répondant au besoin constant de la population d'utiliser le bois comme source d'énergie. Le bois représente plus de 85% de la ressource en énergie domestique en RDC, selon des études menées par cette organisation. Dans la ville province de Kinshasa en 2010, selon les mêmes études, la consommation du charbon de bois était de 490 000 tonnes et de 60 000 tonnes du bois de chauffe, appelé localement "koni". Cette consommation représente un total d'au moins 4,7 millions de mètres cubes de bois utilisé dont plus 290 000 personnes sont impliquées dans sa fabrication et sa commercialisation. Ce produit est destiné à plus de cinq millions de consommateurs, indique la même source. A Kisangani, par contre, 200. 000 mètres cubes de charbon et bois et de chauffe sont produits et consommés par plus d'un million des personnes. Ces chiffres prouvent que le besoin du bois comme source d'énergie domestique est énorme en RDC. L'accroissement des centres urbains en est l'une des causes. Ainsi les espaces disponibles pour planter les arbres deviennent de plus en plus réduits dans certaines zones. A Kisantu, dans le Bas-Congo, la demande en bois pour l'approvisionnement de la ville ou pour la cuisson des briques a conduit à la disparition des anciennes forêts. Le projet Makala aide les populations locales à délimiter leurs parcelles et terrains agricoles par certains arbres. Ceci pourrait leur permettre de s'approvisionner en charbon de bois sans réduire les terres dédiées à la production agricoles. (Radio Okapi)

Elections: la Ceni publie la liste définitive des candidats députés. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a publié, vendredi 14 octobre, la liste définitive des candidats aux élections législatives nationales. Le nombre des candidats a baissé, soit environ dix-huit mille candidats contre plus de dix-neuf mille publiés sur la liste provisoire. La Ceni a affirmé avoir tenu compte des erreurs dénoncées sur les listes provisoires. A ce stade, selon elle, tous les contentieux exprimés ont bel et bien tous été évacués. Le premier vice rapporteur de la Ceni, Laurent Ndaye, a expliqué : "La Ceni a fait un travail en amont. Lorsqu'on a clôturé la période de réception et traitement des candidatures et qu'il y a eu des réclamations, la Ceni a mis en place une équipe [et élaboré] un formulaire de correction qui devait être remis aux partis politiques et candidats indépendants pour y apporter des corrections nécessaires. C'a été fait." Ces listes avaient été transmises à la Cour suprême de justice (CSJ), seule compétente pour examiner les recours éventuels en contestation. La CSJ avait rendu ses arrêts sur les contentieux pré-électoraux. Mercredi 5 octobre, elle a notamment déclaré irrecevable la plainte de l'UDPS demandant l'invalidation de certaines listes des candidats du PPRD présentant un nombre de candidats supérieurs aux sièges prévus dans la circonscription électorale, pour dépôt tardif du recours. "Et pour la Ceni, la liste qui a été rendue publique [vendredi] est définitive", a conclu Laurent Ndaye. (Radio Okapi)

Traque de la LRA: la RDC salue le déploiement des troupes américaines. La RDC est "satisfaite de la décision" de Washington consistant à déployer une centaine des soldats de forces spéciales américaines dans la région des d'Afrique centrale pour appuyer la traque de la LRA. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, l'a déclaré, ce dimanche 16 octobre. Lambert Mende a déclaré: "Cette décision vient en fait renforcer la coopération militaire qui existe déjà entre nous et le gouvernement américain. Parce que nos unités déployées dans cette partie de la Province Orientale bénéficient déjà du soutien en formation, en renseignements aussi bien qu'en logistique de l'armée américaine." Le président Barack Obama a informé le Congrès américain, vendredi 14 octobre, du déploiement de ces éléments des forces spéciales, chargés d'appuyer les forces régionales à combattre la rébellion ougandaise de la LRA et son chef Joseph Kony. Pour Lambert Mende, ce déploiement constitue "un complément qui renforce les efforts des pays de la région contre ce mouvement terroriste." Ainsi, en octobre 2001, les États-Unis ont inscrit la LRA sur la liste des organisations terroristes. (Radio Okapi)

Lundi 17 octobre.

Elections législatives : l'UDPS conteste la validité des listes définitives de candidats. Les listes définitives de candidats aux élections législatives, publiées par la Ceni vendredi 14 octobre, suscitent toujours la polémique au sein de la classe politique. Pour l'UDPS, parti de l'opposition, certaines listes sont toujours non-conformes à la loi électorale, tandis que la Majorité présidentielle se réjouit de l'avancée du processus électoral.

L'assemblée provinciale de l'Equateur clôture la session ordinaire sans voter le budget 2011. L'assemblée provinciale de l'Equateur a clôturé sa session ordinaire, samedi 15 octobre, sans examiner ni voter le budget de la province pour l'exercice 2012. Son vice-président qui présidait la cérémonie de clôture a déclaré que son institution laisse le soin au gouvernement provincial de promulguer ce budget. L'exécutif provincial a pourtant déposé le projet de budget au bureau de l'assemblée provinciale au mois de septembre.

Assassinats et slogans politiques : le gouverneur du Kasaï-Oriental fait appel à la justice. Le gouverneur du Kasaï-Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, dément les tracts qui l'accusent de préparer l'assassinat des candidats de l'opposition dans sa province. Au cours d'une conférence de presse organisée dimanche 16 octobre dans sa résidence officielle à Mbuji-Mayi, il a aussi promis de traduire en justice toute personne qui " détiendrait, jouerait ou diffuserait des chansons xénophobes outrageant la personne du chef de l'Etat ".

Des bœufs pour transporter les récoltes au Nord-Kivu. Le programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a lancé samedi 15 octobre, un projet de traction bovine et d'agriculture au Nord-Kivu. L'initiative vise à faciliter le labour et le transport des produits vivriers, dans le cadre du programme "développement communautaire et promotion de l'emploi pour les Jeunes" dans cette province.

Nord-Kivu : le colonel Zabuloni installé comme commissaire de police de Rutshuru. Le ministre provincial de l'Administration du territoire et de la Sécurité a installé, lundi 17 octobre, le colonel Zabuloni Munyantware comme commissaire supérieur principal de la police dans le district de Rutshuru. Au mois d'août 2011, le colonel Zabuloni a été nommé au poste de commandant de la police du territoire de Masisi. Cette nomination avait soulevé de vives protestations de la population de Masisi. Cette dernière accuse cet ancien chef milicien Maï-Maï d'être à la base de beaucoup d'exactions dans ce territoire pendant la guerre. Aussitôt installé, le colonel Zabuloni a promis de collaborer avec la population de Rutshuru pour la sécuriser.

Bunia: "le chef spirituel" des miliciens du FRPI est mort. Bernard Kakado, le plus vieux prisonnier de l'Ituri, considéré comme le chef spirituel des miliciens du Front de résistance patriotique de l'Ituri (FRPI) est mort en détention, samedi 15 octobre, à la prison centrale de Bunia. Il a été enterré le lendemain dans son village de près de Kagaba, à environ 50 kms au Sud de Bunia. Condamné en août 2010 par le tribunal militaire de garnison de Bunia notamment pour crimes de guerre, enrôlement des enfants dans un groupe armé et d'actes de cannibalisme, Bernard Kakado a toujours clamé son innocence.

Examen du budget 2012: les députés exigent d'abord leurs indemnités de sortie. L'examen du projet de loi sur le budget 2012 se fait toujours attendre à l'Assemblée nationale. Les députés tant de la Majorité présidentielle (MP) que de l'opposition, interrogés ce lundi 17 octobre, ont affirmé conditionner l'examen de ce texte au paiement de leurs indemnités de sortie.

Tshikapa : la pluie fait 17 morts et 3000 sans abris. La pluie torrentielle qui s'est battue, la nuit du dimanche à ce lundi 17 octobre, sur la ville de Tshikapa au Kasaï-Occidental, a fait dix-sept morts et laissé trois mille ménages sans abris, selon un bilan établi par la société civile locale et les membres des familles éplorées.

Insécurité : les habitants de Bunia crient leur ras-le-bol. La société civile et des habitants de Bunia en Ituri ont exprimé leur consternation, ce lundi 17 octobre, face au regain d'insécurité dans cette cité de la Province Orientale. Le dernier cas en date concerne un changeur de monnaie qui a été abattu par balles dans la nuit de dimanche à ce lundi. La victime a été tuée vers 21 heures non loin d'une source d'eau au cœur de la cité de Bunia, a témoigné le chef du quartier adjoint de Bankonko, Antoine Nyanza. Ce cas vient rallonger la liste d'assassinats et attaques à mains armées enregistrés depuis quelques temps dans cette cité. Dans la nuit de samedi à dimanche derniers au quartier Sukisa, huit hommes lourdement armés ont forcé le domicile d'un négociant d'or. Ils ont emporté 5 000 USD et un colis d'or, dont la valeur n'a pas été révélée. Exacerbés par l'insécurité, les habitants de Bunia s'interrogent "s'il y a des autorités sur place (…) qui assurent la sécurité." Toutes les autorités, du commissaire de district au chef de cité en passant par le commandant de la Police nationale congolaise (PNC) en Ituri, ont reconnu cette insécurité grandissante. (Radio Okapi)

Mardi 18 octobre.

RDC-Elections : une plate-forme d'ONG inquiète sur le respect de la date du 28 novembre. Les ONG membres de la plate-forme "Agir pour des élections transparentes et apaisées" (AETA) se disent très préoccupées par les multiples défis logistiques, techniques, politiques et sécuritaires auxquels la Ceni est confrontée pour organiser les élections du 28 novembre. De son côté, la Ceni rassure. Tous les défis logistiques sont en train d'être surmontés, selon elle.

Kinshasa: des chauffeurs de taxi dénoncent les tracasseries des agents du Bureau 2. Les chauffeurs des taxis et taxis bus de la ville de Kinshasa montent au créneau pour dénoncer ce qu'ils qualifient des tracasseries des agents des services de renseignement du Bureau 2 (des agents de la police opérant en civil).

Lubumbashi : les communautés impliquées dans la lutte contre la cécité des rivières. La coordination nord - Katanga de lutte contre l'onchocercose, appelée aussi cécité des rivières, lance une nouvelle approche de lutte consistant à associer les relais communautaires dans la gestion et la distribution des médicaments auprès des malades. Selon le médecin coordonnateur de lutte contre l'onchocercose au nord - Katanga, les communautés ont choisi des représentants ou " relais communautaires " qui géreront chacun 15 ménages et s'assureront notamment de la gestion et de la distribution des médicaments ainsi que de la sensibilisation.

FRPI: la population de Mangiva dort dans la brousse de peur d'une nouvelle attaque. Les habitants de Mangiva continuent à passer la nuit dans la brousse une semaine après l'incursion des miliciens du Front de résistance patriotique de l'Ituri (FRPI) dans leur village, situé à 70 m environ au sud de Bunia (Province Orientale). Au cours de cette dernière attaque, survenue dans la nuit de samedi à dimanche 9 octobre, trois personnes avaient été enlevées et deux autres blessées, dont un militaire des Fardc.
Masisi : 150 policiers équipés pour sécuriser la population. Cent cinquante policiers de quatre localités de Masisi ont reçu des boucliers, bottes, sirènes mécaniques et de menottes lundi 17 octobre. Selon, le gouverneur intérimaire de la province, Feler Lutahichirwa, cette dotation permettra de renforcer l'autorité de l'Etat dans le territoire de Masisi.

Gemena: les travailleurs de l'entreprise Cortec réclament leurs salaires. Les travaux de construction de la station service de Gemena, à l'Equateur sont aux arrêts. A la base, une grève des travailleurs de l'entreprise Cortec qui réclament leur salaire, impayé depuis un mois. Lancé au mois de mai dernier, le chantier commandé par l'entreprise Cohydro, s'interrompt au moment de la phase de finissage.

Joseph Kabila : "Ce ne sont pas les manifestations de l'opposition qui vont empêcher la tenue des élections". Le chef de l'Etat, Joseph Kabila, assure que "la promesse d'organiser des élections apaisées sera tenue", en dépit de certains défis sécuritaires. "Ce ne sont pas les manifestations de l'opposition qui vont empêcher la tenue des élections", déclare-t-il, ce mardi 18 octobre, lors d'une conférence de presse au Palais de la nation. A une question de la presse sur la répression des manifestations organisées dans les artères de Kinshasa par l'UDPS et partis alliés de l'opposition pour exiger la transparence du processus électoral, Joseph Kabila a répondu : "On n'a pas besoin de manifestations pacifiques chaque jeudi. D'ailleurs, il nous reste combien de jeudis pour qu'on organise les élections ? Quatre ou cinq ! Il ne faut même pas dire 'manifestations pacifiques'. On n'a pas vu des gens qui ont été blessés par ces manifestants dans cette même ville ?" Il s'est dit confiant en la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) dont il a salué le " travail de titan", avant de déclarer: "Nous sommes prêts pour les élections libres, démocratiques et transparentes. Et nous y allons avec ceux qui sont prêts." A la question de savoir s'il accepterait de dialoguer avec la classe politique et la société civile avant les scrutins, le président de la République a répondu, affirmant sa disponibilité : "Je suis un homme de dialogue. Alors, je suis prêt à écouter, à dialoguer que ça soit avec l'opposition ou la société civile." (Radio Okapi)

Traque de la LRA: la RDC non encore saisie du déploiement des troupes américaines, selon Joseph Kabila. Le chef de l'Etat a affirmé n'avoir pas été officiellement saisi au sujet du déploiement des marines américains pour traquer les éléments de la LRA et leur chef Joseph Kony en Afrique centrale. Il a précisé que ce dernier n'est plus en RDC, mais plutôt en Centrafrique. "Aujourd'hui, Monsieur Joseph Kony n'est plus en RDC. C'est depuis dix-huit mois qu'il est parti en République centrafricaine", a indiqué le président congolais, précisant que des unités ont été déployées à la frontière de deux pays pour empêcher à ce chef rebelle de rentrer en RDC.

Mercredi 19 octobre.

Equateur: la ville de Gbadolite plongée dans le délestage. La ville de Gbadolite n'est plus régulièrement fournie en énergie électrique depuis deux semaines. Le directeur provincial de la SNEL, l'Ingénieur Denis Tukuzu explique que "cette situation est due à une panne de l'unique turbine du Barrage de Mobayi-Mbongo encore en fonctionnement actuellement". L'unique machine qui fonctionne encore sur les trois que compte la centrale connaît un problème depuis plus de dix jours.

"La Ceni n'a pas momifié la date du 28 novembre", selon son vice-président. En confirmant le lancement de l'impression des bulletins, le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), a voulu rassurer la société civile et les partis politiques à propos des défis logistiques et techniques qui pourraient entrainer le report du scrutin. Il a précisé que l'impression des bulletins de la présidentielle, exécutée en Afrique du Sud, était en cours. Celle des bulletins de vote pour les législatives devraient également débuter dans les 48h. La prochaine étape consistera à " déployer ce matériel " dans toute la RDC. Les inquiétudes de la société civile et de certains partis politiques concernant le report du scrutin, reposant sur les difficultés de la CENI à affronter les défis logistique et organisationnel, ne sont donc pas fondées, pour le moment, selon lui. "Sur ce point, si nous avons des difficultés, nous allons le dire. [...] Et, dans la sérénité, franchise et patriotisme, il sera pris les mesures qu'il faut. Laissons le temps au temps. Nous n'avons pas dit que nous avons momifié la date du 28 novembre. Mais nous y travaillons. Il y a encore 40 jours. Pourquoi commencer à dire que nous ne pourrons pas? (Radio Okapi)

Elections: le CSAC appelle les médias au respect de sa directive de campagne. La bonne conduite des médias et des acteurs politiques pendant la campagne électorale reposera sur le respect de la directive du Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC). C'est ce qu'a déclaré, mardi 18 octobre à Radio Okapi, Jean-Bosco Bahala, le président du CSAC rappelant aux médias la nécessité d'observer ses instructions.

Nord Kivu : la violence chronique favorise l'insécurité alimentaire. La sécurité alimentaire ne s'est pas améliorée dans la région malgré l'augmentation de la production agricole en 2010. Selon la FAO, le retour de l'insécurité générale dans la région serait le facteur clé de cette situation.

Bukavu : Trois enfants périssent dans l'incendie d'un camp militaire. Un camp militaire de fortune situé sur l'avenue industrielle a pris feu dans la nuit de mardi à mercredi 19 octobre. Trois enfants sont morts et un autre a été blessé. Le feu a finalement été maîtrisé grâce aux véhicules anti-incendie de la Mairie et de la Monusco.

Lubumbashi : en prévision des élections, la police rappelle son caractère apolitique. Aucun candidat aux élections ne peut battre campagne dans un camp de la police nationale. Le policier reste apolitique et devra protéger la population et ses biens. C'est le message qu'a délivré le commissaire divisionnaire provincial de la police/Katanga à ses éléments lors d'une parade ce mercredi 19 octobre.

L'UDPS accuse Joseph Kabila " d'ignorer la notion de liberté publique ". Réagissant aux déclarations du président de la RDC, lors de sa conférence de presse, le secrétaire national de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) en charge des relations avec les partis politiques, Serge Mayamba, a affirmé: "Joseph Kabila ignore la notion de liberté publique". Mardi 18 octobre, Joseph Kabila, candidat indépendant à la présidentielle avait déclaré aux journalistes que les manifestations de l'opposition n'empêcheraient pas la tenue des élections, ajoutant qu'elles n'étaient pas pacifiques. Pour Serge Mayamba, les manifestations de l'UDPS n'ont pas pour objectif d'empêcher la tenue des élections mais plutôt d'obtenir la transparence du processus électoral. "Mais nous comprenons le chef de l'Etat sortant. Il a peut-être reçu des rapports qui l'ont poussé à faire pareille déclaration," poursuit-il avant d'ajouter que son parti maintenait l'organisation des marches tous les jeudis "jusqu'à ce que la voix de la démocratie triomphe". Le secrétaire générale du parti, Jacquemin Shabani, a annoncé lors de la dernière manifestation que l'UDPS allait maintenir la pression jusqu'à avoir gain de cause. Depuis plusieurs semaines l'UDPS organise des marches chaque jeudi pour obtenir l'audit du fichier électoral. Elles ont donné lieu à des affrontements entre policiers et manifestants. (Radio Okapi)

Kinshasa : les feux de signalisation normalisent la circulation sur le boulevard du 30 juin. Les feux de signalisation facilitent la circulation routière sur le boulevard du 30 juin malgré quelques désagréments observés.
Sous la pluie battante les conducteurs des véhicules comme les piétons respectaient spontanément les indications de la signalisation malgré l'absence des éléments de la police de circulation routière sur cette artère principale.

Route Moba-Pweto : l'accident d'un camion fait 11 morts et une soixantaine de blessés. Un camion de marque Fuso qui transportait près de deux cents personnes s'est renversé, dans la nuit de mardi à mercredi 19 octobre, sur la route Moba-Pweto dans la province du Katanga. Bilan provisoire: onze morts et plus de soixante blessés. Les témoins évoquent la surcharge du véhicule, alors que la police parle de négligence de la part du conducteur, toujours en fuite.

La Monusco promet des élections apaisées aux populations du Nord-Kivu. La brigade de la Monusco s'implique dans la sécurisation des élections dans la province du Nord Kivu. Elle s'engage à déployer les efforts suffisants pour permettre aux populations de cette partie du pays de voter en paix. Le colonel Vijay Nair, commandant second de la brigade Nord Kivu de la Monusco l'a affirmé, mardi 18 octobre, à l'occasion d'une tournée dans les localités enclavées et confrontées à des défis sécuritaires.

L'Onu en appelle à des élections crédibles en RDC. Le Conseil de sécurité des Nations-unies appelle le gouvernement congolais à garantir la tenue des élections crédibles et apaisées, a indiqué, ce mercredi 19 octobre, le porte-parole de la Monusco, Madnodje Mounoubai, au cours de la conférence hebdomadaire des Nations-unies à Kinshasa.

Elections : l'Union européenne déploie 147 observateurs électoraux. L'Union européenne (UE) envoie cent quarante sept experts et observateurs pour les élections présidentielles et législatives prévues le 28 novembre en RDC. La chef observatrice de la Mission d'observation électorale de l'UE dans ce pays, Mariya Nedelcheva, l'a annoncé ce mercredi 19 octobre, au cours d'une conférence de presse à Kinshasa.

Jeudi 20 octobre.

Daniel Ngoy Mulunda: "On ne va plus utiliser le serveur central lors des élections". Coupant court à la polémique autour de l'audit du serveur central de la Ceni, le président de la Commission électorale nationale indépendante a affirmé mercredi 19 octobre lors d'une conférence de presse : " Que les gens se mettent en campagne. On ne va plus utiliser le serveur lors des élections." Daniel Ngoy Mulunda en a également profité pour contredire les rumeurs sur un éventuel report des scrutins, prévus le 28 novembre. Devant la presse, Daniel Ngoy Mulunda a loué l'initiative du législateur congolais instituant un comptage manuel des voix, qui devra être exécuté devant les témoins des différents partis politiques. Il a affirmé : "Il est important que les partis politiques et les militants sachent que le vote est manuel. Le serveur ne votera pas. On peut le brûler aujourd'hui, mais vous allez toujours voter et vous allez contrôler [les opérations de vote]. C'est vous qui certifiez les résultats en signant sur les PV, (…) vous, les témoins des partis politiques." La compilation des résultats des élections ne sera pas informatisée non plus, a tenu à préciser le pasteur : " Au niveau du bureau de la Ceni, on ne va pas centraliser [les résultats électoraux]. On va faire la sommation de onze colis [venant de onze provinces du pays]. Tous les membres du bureau vont signer et moi, votre serviteur, je vais annoncer." Le président de la Ceni a tenu ce point de presse au lendemain de son retour d'Afrique du Sud où il a assisté au lancement de l'impression des bulletins de vote pour l'élection présidentielle du 28 novembre. Ngoy Mulunda a ainsi fermement démenti la rumeur selon laquelle les élections seront reportées : " Je veux encore rassurer tout le monde, il n'y aura pas de report, même pas d'une heure du temps. Les observateurs internationaux qui viennent et qui disent que la Ceni n'est pas prête. Non ! Nous, on est prêt." Selon lui, quatre vingt dix mille urnes fabriquées en Chine arrivent en RDC le week-end prochain. Dix vols sont prévus à cet effet. Par ailleurs, le président de la Ceni a convié tous les chefs d'antenne de la Ceni à une rencontre, la semaine prochaine, à Kinshasa pour valider la nouvelle cartographie des bureaux de vote. (Radio Okapi)

Sénat : plus d'avantages sociaux pour les policiers congolais. Le nouveau texte accordant aux policiers plus d'avantages sociaux, des primes et des indemnités a été adopté mercredi 19 octobre au Sénat. Comprenant 264 articles, cette loi vise à faire de la police un service public, civil, républicain et professionnel. Selon Sébastien Adambu, co-président de la commission mixte 'sécurité et social' du Sénat, cette loi devrait conduire à une amélioration des conditions de vie et de travail du policier congolais.

Traque de la LRA: la mission des militaires américains n'est pas de combattre. Lors d'une conférence de presse tenue ce mercredi 19 octobre à Kinshasa, le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé des affaires africaines, Johnnie Carson, a indiqué que la mission des cent soldats américains envoyés en Afrique centrale avait pour but la formation et le conseil aux armées en lutte contre le LRA. Il a également affirmé que les gouvernements des pays concernés avaient été consultés.

Nord-Kivu : une attaque des Maï-Maï/APCLS retient une équipe du conseil territorial dans Nyabiondo. Une équipe du conseil territorial de sécurité de Nyabiondo est bloquée à l'intérieur de la cité par les Maï-Maï/Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS). Selon l'administrateur du territoire, Marie-Claire Bangwene, les miliciens auraient attaqué la localité située à 30 km de Masisi, jeudi 20 octobre, pendant que les membres du conseil étaient en réunion. Les Fardc ont répliqué à cette attaque, précise l'administratrice, avant d'ajouter que des coups de feu avaient aussi entendus dans la partie sud de la localité de Nyabiondo. Les sources administratives locales ne donnent aucun bilan de ces affrontements. Elles soulignent que les habitants ont fui la localité pour se réfugier dans les villages de Bukombo, en direction sud vers Masisi-centre, et à Kashebere, au nord de Walikale. (Radio Okapi)

Ituri : une nouvelle attaque du FRPI fait 30 000 déplacés. Les miliciens du Front de Resistance Patriotique de l'Ituri, FRPI ont attaqué ce matin les localités d'Aveba et de Getty Etat, en Ituri. Les habitants, 30 000 personnes environ, essentiellement des déplacés de guerre, ont fui vers d'autres localités. Une fille a été blessée par balle. Selon des sources concordantes, un important groupe de miliciens ont envahi le village d'Aveba vers 5 heures du matin. Le président des notables de Walendu Bindi indique que les militaires Fardc, en faible effectif par rapport aux miliciens, n'ont pas résisté et se sont repliés. Les assaillants ont attaqué les positions de la police et emporté deux radios Motorola et des tenues militaires. Les miliciens ont ensuite attaqué Getty Etat , à une dizaine de km d'Aveba. C'est alors que les forces loyalistes sont intervenues. Les affrontements se poursuivaient encore vers 12h ce jeudi 20 octobre dans cette localité, selon le président des notables Walendu Bindi. Les deux localités sont à plus de 60 km au sud de Bunia, en collectivité de Walendu Bindi. (Radio Okapi)

Elections : Roger Meece sensibilise les autorités locales de Bukavu. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC suit de près l'avancement du processus électoral. C'est ce qui explique sa visite à Bukavu, au Sud-Kivu, où il s'entretient depuis mercredi 19 octobre avec les représentants de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les autorités tant civiles que les militaires de la ville de Bukavu, au Sud-Kivu sur les élections à venir. Dans sa tournée, Roger Meece se propose de régler quelques problèmes qui minent la région pendant cette période préélectorale. A Radio Okapi, le représentant spécial du SG des Nations unies en RDC a expliqué les tenants et aboutissants de son périple kivutien. ''Les préparatifs pour les élections, c'est une des nos activités prioritaires, mais bien entendu, il y a toujours nos activités en partenariat avec les Fardc en rapport avec la situation sécuritaire en général'', a déclaré Roger Meece qui devait achever sa visite dans l'après-midi du jeudi 21 octobre. (Radio Okapi)

Mbuji-Mayi : les partis politiques se concertent en vue d'élections apaisées. Les partis politiques se mettent d'accord pour la mise sur pied d'un cadre de concertation en vue d'élections apaisées. C'est à cette fin qu'ils se sont rencontrés mercredi 19 octobre, au siège de la Monusco à Mbuji-Mayi. Les représentants de la majorité présidentielle comme ceux de l'opposition se félicitent de cette initiative de la Monusco.

Une nouvelle manifestation de l'UDPS et alliés réprimée à Kinshasa. L'UDPS et partis alliés de l'opposition n'ont pas pu, encore une fois, tenir leur marche ce jeudi 20 octobre dans les rues de Kinshasa. Les dizaines de militants qui ont tenté de manifester ont été dispersés violemment par la police sur le boulevard du 30 juin. Bilan: quelques blessés et certains manifestants interpellés.

Ituri: la localité de Getty aux mains des miliciens du FRPI. Les miliciens de Front de résistance patriotique de l'Ituri (FRPI) contrôlent, depuis ce jeudi 20 octobre après-midi, la localité de Getty et ses environs, à plus de 70 km au sud de Bunia dans la collectivité de Walendu Bindi (Province Orientale). Ils ont occupé Getty "après des violents affrontements avec les militaires des FARDC, qui seraient en débandade", ont affirmé les notables de cette entité. Les affrontements étaient signalés dans la localité de Getty entre les miliciens du FRPI et les Forces loyalistes, depuis ce jeudi matin. Les Fardc n'ont pas résisté à l'assaut des assaillants et se seraient repliés vers Kagaba, selon les notables de la collectivité de Walendu Bindi et certains habitants joints par téléphone par radiookapi.net. Les miliciens ont pris le contrôle de la localité de Getty et d'autres villages voisins, notamment :Isura, Tchede, Karaji. Ils progresseraient vers le village de Kagaba. Cette attaque a été revendiquée par le chef des miliciens FRPI, Cobra Matata, que radiookapi.net a pu joindre au téléphone ce jeudi. Le commandant de la zone opérationnelle des Fardc en Ituri, le colonel Fall Kabwe, a reconnu la chute de Getty, ajoutant en même temps que ses hommes étaient " toujours présents sur le terrain ". Tous les habitants de Getty et ses environs ont déserté leurs villages. Des blindés des casques bleus faisaient mouvement, jeudi, vers Getty en provenance de Bogoro et d'Aveba pour renforcer les Farc, ont annoncé des sources militaires de la Monusco. (Radio Okapi)

Vendredi 21 octobre.

Katanga: 6 nouveaux cas de poliovirus sauvage enregistrés dans le Tanganyika. Six nouveaux cas de poliovirus sauvage sont confirmés depuis le début de l'année 2011 au Katanga, dont deux à Mbulula, une localité du Territoire de Kongolo, dans le district du Tanganyika, affirme le responsable du Programme élargi de vaccination (PEV) pour ce district, Dr. Collard Madika.

Elections : les femmes de Kinshasa sensibilisées sur le choix des candidats. Les ONG Fraternité d'encadrement au développement et aux droits humains (Fedeh) et Espoir de la femme pour le développement intégral (EFDI) sensibilisent, depuis jeudi 20 octobre, les femmes sur le choix des candidats aux élections de novembre 2011.

Ituri : soutenues par la Monusco, les Fardc reprennent Getty. Les Fardc, appuyées par les casques bleus, ont repris Getty aux FRPI dans la soirée de jeudi 20 octobre. Les miliciens contrôlaient la localité depuis le début de la journée. Des patrouilles mixtes Fardc-Monusco continuent de surveiller la zone. Une partie des habitants qui avaient fui regagne la localité. Le calme est revenu à Getty après que les FARDC, soutenus par les casques bleus équipés de véhicules blindés, ont repris jeudi soir le contrôle de la localité. Des notables de Walendu Bindi indiquent que les miliciens FRPI, qui avaient pris le contrôle de la ville depuis le matin, ont abandonné la zone et se sont retranchés dans leur bastion de Tcheyi. Plusieurs témoins confirment également le retour de certains habitants qui avaient fui dans les localités voisines lors de l'attaque et une reprise timide des activités depuis cet avant midi. (Radio Okapi)

Kalemie: l'ONG Cedi mobilise des donneurs de sang bénévoles. La banque du sang de l'hôpital général de Kalemie, au Nord-Katanga, est à l'abri d'une rupture de stock. L'ONG Commission d'encadrement pour le développement intégré (Cedi) met à la disposition de cet hôpital plusieurs dizaines de donneurs de sang bénévoles. Ce projet, financé par Pooled Fund, vise à disposer suffisamment de poches de sang pour soigner les déplacés de guerre dans les centres de santé de Kalemie et de Nyemba.

Lubumbashi : les nouveaux magistrats voudraient pouvoir travailler. Nominés depuis plus de trois mois, les nouveaux magistrats lushois réclament les conditions nécessaires pour rejoindre leurs bureaux et commencer à travailler. Ils se disent abandonnés par le gouvernement et lésés par rapport à leurs confrères de Mbuji-Mayi et Kisangani qui ont déjà prêté serment.

Kikwit : Joseph Kabila veut impliquer les chefs coutumiers dans la reconstruction. Lors de la 3e conférence annuelle des chefs traditionnels de la RDC qui s'est clôturée le jeudi 20 octobre au soir, le président de la RDC, Joseph Kabila, a annoncé aux chefs coutumiers son engagement à " révolutionner le monde rural, afin de faire des villages des véritables moteurs de développement ". La place de l'autorité coutumière dans la reconstruction de la RDC et la modernisation des entités des bases était au centre de cette 3e conférence annuelle des chefs coutumiers de la RDC. Le chef de l'Etat a souligné que sa présence à cette conférence marque l'intérêt qu'il porte à la réhabilitation du pouvoir coutumier. Joseph Kabila a ensuite relevé que ces assises le confortent à faire des chefs coutumiers de véritables partenaires dans la modernisation du pays. Aux chefs coutumiers, il a été demandé d'intégrer volontairement le programme de regroupement des villages, qui tiendra compte des affinités des populations, et de mobiliser et encadrer les masses pendant les prochaines élections. Les conférenciers ont souligné, par exemple, la nécessité d'allouer des crédits aux chefs coutumiers, pour assurer la mise en œuvre de la lutte contre la pauvreté, et la matérialisation du statut de chef coutumier. Le vice-premier ministre en charge de l'Intérieur a lu les recommandations formulées par les conférenciers à l'endroit du gouvernement, de l'Assemblée nationale et des chefs coutumiers eux-mêmes. Le chef de l'Etat a enfin remis des médailles du mérite civique aux chefs coutumiers. (Radio Okapi)

Elections-2011: les acteurs politiques du Nord-Kivu soumettent leurs inquiétudes à Roger Meece. Les représentants des partis politiques à Goma ont exprimé, jeudi 20 octobre, leurs inquiétudes concernant le processus électoral lors d'une réunion avec le représentant spécial du secrétaire général de l'Onu en RDC et chef de la Monusco, Roger Meece. Leurs craintes portent notamment sur le travail des témoins dans les bureaux de vote et la campagne précoce. Environ quinze représentants des partis politiques actifs au Nord-Kivu ont échangé avec Roger Meece. Ils ont exprimé leurs craintes au sujet de l'accès des témoins et observateurs dans les bureaux de vote par rapport à l'espace disponible. Les représentants de l'opposition ont aussi dénoncé la monopolisation des médias publics parla Majorité présidentielle (MP) ainsi que la campagne précoce pratiquée notamment sous forme de distribution des dons à la population. Par sa part, Roger Meece a réaffirmé sa disponibilité à œuvrer pour faciliter la collaboration entre les formations politiques et la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) (Radio Okapi)

Toujours pas d'examen du budget 2012 au Parlement. L'examen du projet de loi budgétaire 2012 n'a toujours pas commencé, a-t-on constaté ce vendredi 21 octobre au Palais du Peuple, siège du Parlement congolais. Certains députés accusent le gouvernement de n'être "pas encore prêt pour défendre un projet de budget, du reste incomplet." D'autres conditionnent l'examen de ce texte au paiement anticipé de leurs indemnités de sortie.

La société cellulaire CCT devient Orange. L'opérateur de téléphonie mobile Congo Chine Telecom (CCT) devient Orange. Les accords ont été signés, jeudi 20 octobre àKinshasa, par les représentants de Orange, ZTE et du gouvernement congolais. L'acquisition a couté 143 millions d'euros. Orange a acquis les 100% des parts de cette entreprise que détenait à 51% l'équipementier chinois ZTE et à 49% l'Etat congolais. En 2011, CCT, quatrième opérateur sur son marché avec 1,6 millions d'abonnés devrait réaliser un chiffre d'affaires de 68 millions d'euros. Selon certaines sources, France télécom a l'ambition d'atteindre 7 milliards d'euros de revenus dans les pays émergents d'ici à 2015. La RDC, quatrième pays du continent par sa démographie, constitue une aubaine. Son taux de pénétration du téléphone portable est encore de 17%. (Radio Okapi)

Kinshasa: le gouvernement lance le projet Biogaz. Le gouvernement congolais a officiellement lancé, jeudi 20 octobre à la ferme de la N'Sele dans l'est de Kinshasa, le projet du système Bio économie intégré (BEI). Initié avec l'appui le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le Fonds internationale pour le développement agricole (Fida), ce projet consiste à la vente du Biogaz. Issu des excréments humains, des animaux mais également de la fiente des volailles, ce gaz permet notamment à la RDC de sauvegarder ses forêts, deuxième poumon de la planète. ''Nous allons baisser la coupe du bois et promouvoir une agriculture moderne par des engrais biologiques avec cette production'', a affirmé le ministre de l'Agriculture, Pêche et Elevage, Norbert Basengezi Kantitima. Il a souligné l'importance de cette technologie dans les habitants des milieux périurbains et ruraux du pays. "Les paysans peuvent récupérer les déchets de leurs bétails pour les transformer en énergie et en engrais", a poursuivi le ministre Basengezi. De son côté, Fidèle Sarosoro, coordonnateur du système des Nations unies en RDC et représentant pays du Pnud, a estimé que les bénéfices pourraient être immédiats pour que la population congolaise puisse en tirer profit. "Il est prévu qu'un grand nombre de paysans de chaque province soient formés à Kinshasa pour qu'ils puissent répliquer ces techniques dans leurs milieux de vie", a renchéri Fidèle Sarasoro. Le Pnud se propose de former également des étudiants et chercheur, appelés à apprendre et appliquer cette le projet BEI. Ce projet pilote va utiliser tous les déchets des fermes de la ville de Kinshasa. Il s'agit de la fiente de la volaille, explique un expert, les matières fécales et d'autres déchets, qui sont les matières premières pour la production du gaz méthane. Ces matières organiques seront mises dans des cuves avec du feu, sans oxygène, sans air. Cela produira du méthane, qui est un combustible qui sera utilisé pour produire la chaleur susceptible d'être convertie en énergie électrique. Estimé à plus de 3 millions de dollars américains, ce projet constitue une valeur ajoutée pour tous les habitants de ces milieux et permettra en même temps d'avoir de l'énergie supplémentaire pour les zones où l'électricité n'arrive pas. Le projet du système bio économie intégré BEI est implanté en RDC après la visite en Ethiopie, des experts congolais des ministères de l'Agriculture, Pêche et Elevage des provinces de Kinshasa, Bas-Congo et Sud-Kivu. (Radio Okapi)

Samedi 22 octobre.

Présidentielle-2011: Vital Kamerhe appelle les autres candidats à signer le code de bonne conduite. Le président de l'Union pour la nation congolaise (UNC) et candidat à l'élection présidentielle de 2011, Vital Kamerhe, a signé, vendredi 21 octobre, le code de bonne conduite électorale. Il a invité tous les autres candidats à le signer aussi pour éviter que le pays ne plonge dans une crise postélectorale.

La production agricole du Sud-Ubangi a baissé de moitié. La production agricole du district du Sud-Ubangi (Equateur) a baissé de moitié par rapport à l'année passée à la même période. En 2010, elle s'élevait à 3 000 tonnes. L'inspecteur provincial de l'agriculture, Flavien Kanda Moke, qui l'a déclaré, vendredi 21 octobre, à Radio Okapi, indique que cette baisse concerne les cultures vivrières et les cultures pérennes (dont la durée de vie peut s'étaler sur plusieurs années). Flavien Kanda a cité l'exemple du secteur de Banga-Kungu dont la production de maïs est passée de 2 800 à 1 400 tonnes. Le secteur de Mbari a vu sa production passée de 1 300 à 918 tonnes. Il a expliqué cette baisse par l'irrégularité des précipitations et la mauvaise qualité des semences indiquant que l'inspection provinciale de l'agriculture n'a pas de moyens financiers et matériels pour y faire face. Le vice-président de la Fédération des entreprises du Congo (Fec)/Sud Ubangi, Martin Mokalwa, a affirmé, par ailleurs, que cette baisse de la production entraîne la hausse des prix des produits agricoles.

Dimanche 23 octobre.

Kinshasa: des militants de l'UDPS agressent deux policiers à Limete. Des partisans de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) ont tabassé, vendredi 21 octobre, deux éléments de la police nationale congolaise (PNC) dans la commune de Limete à Kinshasa. Le commandant de la police d'intervention rapide (PIR), le colonel Seguin Ngoyi, affirme que les deux policiers venaient de la parade lorsqu'ils ont été agressés. "Il était 13h30 locales, vers l'Eglise "Amen" à Limete. Les agresseurs se sont présentés comme une branche de l'UDPS", explique le colonel Seguin. Pour sa part, le secrétaire général de l'UDPS, Jacquemin Shabani, dit ne pas être au courant de cet incident.

Kinshasa: la construction de nouvelles infrastructures lancée à l'aéroport de N'djili. Le vice-premier ministre et ministre des Postes et Télécommunications, Louis Koyagialo, a lancé, vendredi 21 octobre, le Projet prioritaire de sécurité aérienne (PPSA) à l'aéroport international de N'djili à Kinshasa. Ce projet qui concerne aussi l'aéroport de Luano à Lubumbashi, consiste en la construction : d'une nouvelle centrale électrique, d'une nouvelle caserne anti-incendie et d'une seconde tour de contrôle ainsi qu'un bloc technique doté d'équipement Ces travaux évalués à près de 160 millions de dollars américains sont financés parla Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement congolais. Ils seront exécutés par l'entreprise chinoise Sinohydro pendant vingt-quatre mois. (Radio Okapi)

ESU: l'Apukin accuse le ministre de freiner la commande des véhicules. Les professeurs, membres de l'Association des professeurs de l'Université de Kinshasa (Apukin) accusent le ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Mashako Mamba, de bloquer le processus d'obtention des crédits bancaires pour la commande de leurs véhicules.

Radio Okapi lance trois nouvelles émissions pour la campagne électorale. Les responsables de la Radio Okapi ont annoncé, samedi 22 octobre à Kinshasa, devant les représentants des partis politiques le réaménagement de la grille de programmes en prévision de la campagne électorale dont le début est prévu six jours plus tard.

Ituri: les Fardc arrêtent trois bandits présumés à Djugu. Des militaires des Fardc ont arrêté trois présumés bandits armés, samedi 22 octobre, à Banyali Kilo en territoire de Djugu dans le district de l'Ituri (Province Orientale). Le chef de la collectivité chefferie de Banyali Kilo déclare qu'il s'agit de deux éléments des Fardc et d'un policier. La population locale aurait contribué à ces arrestations.

Province Orientale: les chefs coutumiers se mobilisent contre les braconniers. Une délégation de chefs de chefferies du territoire de Mambassa a déposé un mémorandum à l'assemblée provinciale et au gouvernorat de la Province Orientale contre le braconnage dans la réserve d'okapis à Epulu. Selon ces chefs de chefferie, ces braconniers sont pour la plupart des militaires des Forces armées de la RDC déployés pour combattre cette pratique. Ils réquisitionneraient la population locale qui leur sert d'éclaireurs.

Uvira: huit personnes tuées par des hommes armés à Tulambo. Huit personnes, dont deux enseignants de l'institut Mahuno et Makutano, ont été tuées entre samedi 15 octobre et mardi 18 octobre, par des hommes armés, dans les hauts plateaux d'Itombwe à Uvira, en territoire de Mwenga au Sud-Kivu. Une équipe de l'ONG Cadre de concertation intercommunautaire (CCI) rentrée vendredi 21 octobre des hauts plateaux attribue affirme que dans la nuit de lundi à mardi 18 octobre, les agresseurs ont poignardé les deux enseignants, avant de tuer par balles la troisième victime. Un membre de la famille des deux enseignants a pu s'échapper des mains des assaillants, poursuit la source. La même source indique que dans la nuit de samedi à dimanche 16 octobre, les mêmes hommes armés vêtus en tenue civile ont tué cinq personnes dans le village de Tulambo, toujours à Uvira. Cette Ong demande aux autorités provinciales de garantir la sécurité des civils. (Radio Okapi)

Lundi 24 octobre.

La Ceni accorde l'audit du fichier électoral à l'UDPS. L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) se sont mises d'accord sur l'audit du fichier électoral. Leurs représentants se sont rencontrés, samedi 22 octobre, au siège de la Ceni à Kinshasa. L'UDPS a déposé ses termes de référence et s'est félicitée de cet accord. Le parti de l'opposition organisait des manifestations depuis le mois de septembre afin, notamment, d'avoir accès à ce fichier. le secrétaire général de l'UDPS, Jacquemin Shabani affirmant que la Ceni a annoncé le début de cet audit pour la semaine qui commence. Jacquemin Shabani a indiqué que son parti signera le code de bonne conduite des partis pour des élections apaisées, jeudi 27 octobre. L'UDPS avait posé comme préalable à la signature du code de bonne conduite, la prise en compte de ces revendications pour un processus électoral transparent. Elle exigeait notamment l'audit du fichier électoral et l'accès au serveur dela Ceni, organisant une marche hebdomadaire chaque jeudi à Kinshasa pour faire pression sur la Ceni. De son côté, la Ceni s'est dite satisfaite de cet accord. Son vice-président, Jacques Djoli, a promis d'envoyer l'invitation "formelle" aux personnes que le parti a désignées pour réaliser l'audit du fichier électoral. En même temps, a-t-il poursuivi, le candidat de l'UDPS et ses partis alliés "viendront signer le code de bonne conduite" (Radio Okapi)

Kinshasa: Le 3è Forum social congolais se demande où nous allons. Le troisième Forum social congolais a ouvert ses portes, dimanche 23 octobre, au Carrefour des jeunes, dans le centre de Kinshasa. Prévues jusqu'au mercredi 26 octobre, ces assises se planchent sur l'avenir des Congolais. Des participants, venus de 11 provinces de la RDC, se proposent de répondre à la question: ''Où allons-nous, 51 ans après l'indépendance de la RDC?''Ces altermondialistes, recrutés parmi les forces vives de la société civile, des mutuelles de la santé, organisations de la diaspora et défenseurs de l'environnement, ont marché, banderoles en mains, du rond-point Kimpwanza jusqu'au au Carrefour des jeunes, en passant par le rond-point Victoire. Ces derniers revendiquent notamment l'équité dans les soins de santé : "Dans les mutuelles de santé, il y a égalité sociale. Il n'y a pas d'un côté des riches et de l'autre des pauvres, ni encore de subalternes. Les gens meurent parce qu'ils manquent de 3.000 ou 5.000 francs congolais pour s'acheter une aspirine. Nous demandons aux politiques d'aider à ce que cette approche mutualiste soit réellement une réalité", a déclaré un des participants au Forum de Carrefour des jeunes sous couvert d'anonymat. A l'occasion, les représentants de la diaspora ont fustigé la discrimination dont ils sont l'objet de la part des autorités congolaises chaque fois que les élections sont organisées au pays. "Ce n'est pas normal que le pays organise pour la 2è fois les élections est que la diaspora soit toujours exclue", s'est plaint Gina Mutanda, venue du Sénégal, dans un entretien à Radio Okapi. Le secrétaire permanent du Forum social congolais, Dany Singoma a affirmé que la touche particulière de cette édition est que les bases s'expriment à la place de leurs organisations. (Radio Okapi)

Kinshasa: les fonctionnaires peinent à se faire soigner à l'étranger. Les agents et fonctionnaires de l'Etat accèdent difficilement aux soins de santé à l'extérieur du pays. Ces derniers dénoncent entre autres, la lourdeur dans le traitement de leurs dossiers d'évacuation à l'étranger.

Bunia : un partenariat Sokimo - Hydroforce pour améliorer la desserte en électricité. L'administrateur délégué général de la Sokimo, Willy Bafoa, a annoncé dimanche 23 octobre un partenariat avec l'entreprise privée Hydroforce, en vue d'améliorer la production et la distribution du courant électrique à Bunia. Selon Willy Bafoa, ce partenariat consiste à ce que Hydroforce Congo réhabilite les centrales hydroélectriques de Solenyama 1 et 2, présentement à l'arrêt, ainsi que le réseau de distribution du courant électrique. Après une période de gestion commune durant laquelle Hydroforce récupérera les fonds investis, il rendra les ouvrages à la Sokimo. Le patron de la Sokimo espère ainsi que son entreprise pourra mieux répondre aux besoins en électricité de tous ses abonnés à Bunia et ses environs. Willy Bafoa explique que ce souci de performance est aussi motivé par des exigences exprimées par le chef de l'Etat. Il s'agit notamment, pour la Sokimo, de desservir la Regideso en électricité suffisante pour lui permettre de desservir la cité de Bunia en eau potable. (Radio Okapi)

Election du procureur de la CPI: Kofi Annan plaide pour un candidat apolitique. Le mandat du procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Louis Moreno O'campo, touche à sa fin en décembre 2011. Dans la perspective de l'élection du nouveau procureur de la CPI, l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a rappelé la nécessité d'avoir à la tête de cette juridiction une personnalité indépendante. Il a mis en garde notamment contre ce qu'il a qualifié de "manœuvres politiciennes, qui ne doivent pas s'immiscer dans l'élection d'une personne qui exercera des fonctions aussi importantes."

Les Nations Unies, pour une coexistence pacifique des humains sur terre. "7 milliards d'humains sur terre. Quelles actions pour une coexistence pacifique?". C'est le thème de la journée des Nations Unies célébrée lundi 24 octobre dans le monde. En RDC, la journée a été marquée par plusieurs activités à Kinshasa et en provinces. A Kinshasa, les agences et les programmes des Nations Unies ont organisé une cérémonie au quartier général de la Monusco. Fidèle Sarassoro, représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon en RDC a lu le message de ce dernier. Les prévisions indiquent que la croissance démographique va bientôt atteindre 7 milliards d'habitants sur la terre. Pour le Secrétaire Général des Nations Unies, ce chiffre représente une force. Il faut que chaque Etat apporte des solutions pour une coexistence pacifique de 7 milliards d'habitants.
De son côté, Noël Pemba, conseiller du Premier ministre Adolphe Muzito et représentant du gouvernement congolais à ces assises, a formulé 4 propositions pour une coexistence pacifique entre des 7 milliards d'humains sur terre : le respect de l'environnement et de l'Ecosystème, le respect de la souveraineté de l'Etat, le respect de l'autre, sur le plan culturel et le respect des engagements pris dans la charte Par ailleurs, plusieurs activités sont organisées à Kinshasa depuis la semaine dernière jusqu'au 28 octobre. Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) et l'Unicef prévoient de recenser des enfants nés dans les maternités de la capitale. L'occasion pour le Fnuap de lancer le rapport sur l'état de la population mondiale en 2011. A Bukavu, l'ONG ANU invite les étudiants à œuvrer pour des élections apaisées. Des étudiants ont débattu le week-end du 22 au 23 octobre autour du thème " Modèle des Nations Unies : la démocratie et les élections en RDC ", au siège de la Monusco. Objectif : pousser ces jeunes à œuvrer pour un processus électoral apaisé. Pour Christophe Bisimwa, coordonnateur de la branche ANU Sud Kivu, le choix des étudiants comme cible de ce message, se justifie du fait qu'ils sont des leaders d'opinion pour la population. Cet atelier est l'occasion de rappeler les idéaux et les objectifs de la Charte des nations unies et aussi de débattre sur les réalisations et la manière dont l'organisation mobilise les peuples sur les problèmes et défis les plus graves qu'affronte l'humanité. Lubumbashi : les autorités demandent à la Monusco de poursuivre le processus de paix. Au cours d'une manifestation au quartier général de la Monusco, les autorités du Katanga ont aussi sollicité le soutien de la Monusco pendant cette période électorale pour l'organisation des élections libres et apaisées dans la province. Les autorités de la province ont aussi redit leur souhait de voir la mission des Nations Unies rester au Katanga et poursuivre le processus de paix, surtout en cette période électorale. La Journée des Nations unies a été instituée depuis 1971. (Radio Okapi)

Kinshasa: déguerpissement de CMC TV, Kudura Kasongo crie à une décision politique. La chaine de télévision Congo media chanel (CMC TV) a été déguerpie de son siège, à l'immeuble du Fond médical pour le Congo (Fomeco) dans la commune de Gombe à Kinshasa. Les policiers ont mis dehors, lundi 24 octobre, le personnel et les effets de cette entreprise de presse, en exécution d'une décision du tribunal de paix de la Gombe, disent-ils. Pour le patron de cette chaine, Kudura Kasongo, cette opération est un règlement de compte politique, compte tenu de la ligne éditoriale de l'entreprise qui se penche vers l'opposition. "Nous sommes à 5 jours du lancement de la campagne [La campagne électorale débute le 28 octobre, selon la Ceni)]. Congo Media est une chaine pro opposition, Kudura Kasongo est avec Vital Kemerhe", déclare-t-il. L'ancien porte-parole de Joseph Kabila, Kudura Kasongo, ajoute que sa chaine est en ordre de payement de loyer avec son bailleur Fomeco et qu'il ne comprend pas les vraies raisons de ce déguerpissement "partiel." (Radio Okapi)

Mardi 25 octobre.

Procès Yaghi: le ministère public cherche des preuves chez l'accusé. Le procès de Roger Yaghi, ancien président du conseil d'administration de la Banque congolaise (BC), en liquidation, est confronté à l'absence de preuves matérielles. Poursuivi par le parquet général près la Cour d'appel de la Gombe, Roger Yaghi est accusé entre autres de faux en écriture et d'augmentation fictive du capital de la Banque congolaise. Selon l'accusation, Roger Yaghi aurait détourné plus de 123 millions de dollars américains qu'il aurait viré dans ses propres comptes à travers certaines banques telle que Raw group. Roger Yaghi est inculpé de huit chefs d'accusation, notamment. La Banque congolaise, plaignante dans ce dossier, estime que Roger Yaghi a détourné de l'argent destiné à la BC pendant qu'il était aux affaires. Pour rappel, la Banque centrale du Congo a lancé, début janvier 2011, le processus de liquidation de la Banque congolaise. A cette époque, la Banque congolaise devait aux tiers environ 195 millions de dollars alors qu'elle ne disposait environ que d'un million de dollars dans ses caisses. Lundi 18 avril 2011, Roger Yaghi a été interpellé par la justice avant d'être transféré à la prison centrale de Makala. (Radio Okapi)

Médias : le patron de la RLTV ignore l'invitation du parquet général de la République. Le député national Roger Lumbala, propriétaire de la chaîne de télévision privée RLTV, un média d'opposition, n'a pas répondu à l'invitation du parquet général de la République. Le document lui demandant de se présenter lundi 25 octobre à l'office du PGR ne stipulait pas les raisons de cette invitation. Pour le député, l'invitation contient des irrégularités de droit, entre autres la confusion autour de la date et du jour. La lettre porte en outre la signature du 1er secrétaire du Parquet général de la république et non celle d'un magistrat. Par ailleurs, soutient Roger Lumbala, pendant la session ordinaire de l'Assemblée nationale, un député ne peut pas être entendu par la justice, sauf en cas de flagrance. La RLTV avait été incendié mardi 6 septembre vers 3 heures du matin. Son propriétaire, l'honorable Roger Lumbala, avait estimé que l'incendie de son média était une manière de museler l'opposition en RDC.

RDC : le gouvernement suspend la livraison des tenants lieux de passeport. Le ministère des Affaires étrangères de la RDC a décidé de ne plus délivrer les attestations tenant lieu de passeport. Appliquée dans toutes les ambassades depuis le 25 août dernier, cette directive du gouvernement inquiète certains Congolais à l'étranger. Au ministère des Affaires étrangères, on apaise les esprits en invitant ces Congolais à se procurer des passeports biométriques déjà disponibles dans toutes les ambassades ou missions diplomatiques.

Kinshasa: la plaidoirie de "la Coalition 15%" pour le secteur de la Santé. La relance du secteur de la santé publique préoccupe les activistes de la Société civile de la RDC, réunis au sein de l'Ong "la Coalition 15 %". Ces forces vives de la République exhortent les candidats présidents de la République et députés nationaux, une fois élus, d'allouer 15% du budget national au secteur de la santé. Ils ont lancé leur invitation, lundi 24 octobre, au cours d'une réunion organisée par l'Ong "la Coalition 15%" sous la coordination de l'Ong Acs-Amo-Congo à Kinshasa. L'assistant technique chargé du plaidoyer au sein de l'Ong acs-Amo-Congo indique que l'invitation lancée par son organisation ne constitue qu'un rappel de l'engagement de la République pris depuis le 27 avril 2001. (Radio Okapi)

L'ONG EISA forme 1440 observateurs électoraux pour Kinshasa. L'Institut électoral d'Afrique australe (Eisa) a formé, le lundi 24 octobre, mille quatre cent quarante observateurs électoraux. Ces derniers devraient être déployés uniquement dans les bureaux de vote de Kinshasa le 28 novembre, jour prévu pour les élections présidentielles et législatives en RDC.

Kasaï-Occidental: la construction de la centrale hydroélectrique de Katende est relancée. Les travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Katende située à près de 75 km de Kananga (Kasaï-Occidental) ont débuté, lundi 24 octobre. Le président de la RDC, Joseph Kabila, a procédé au lancement des travaux. Suite à l'accord de financement qui a été signé à Kananga en juillet dernier entre la RDC et le gouvernement indien, les travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Katende devraient pouvoir débuter et s'achever d'ici quatre ans. Plusieurs fois abandonnés par le passé, la réalisation de ce chantier est attendue par la société civile depuis la conception du projet, il y a 52 ans. D'une capacité de 64 mégawatts, la centrale est destinée à desservir les deux provinces du Kasaï en énergie électrique. Selon l'accord de financement signé par la RDC et le gouvernement indien, le 11 juillet 2011 à Kananga, le coût global des travaux est de 280 millions de dollars américains, dont 168 millions à décaisser par l'Inde et 112 millions, par la RDC. (Radio Okapi)

L'UPC nie tout accord de soutien à Etienne Tshisekedi. Une délégation de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) séjourne à Bunia depuis le dimanche 23 octobre pour préparer la prochaine visite d'Etienne Tshisekedi. Le chef de la délégation, maître Guy Marin Baguma, a déclaré à la presse que le chef de l'Union des patriotes congolais (UPC), Thomas Lubanga, a promis "un soutien total" à la candidature d'Etienne Tshisekedi au cours de leur rencontre à La Haye en septembre. Thomas Lubanga est détenu depuis 2005 à la prison de la Cour pénale internationale. Mais le président intérimaire de l'UPC, John Tinanzabo, a nié le lundi l'existence d'un tel accord : "Nous sommes bel et bien informés par notre président Thomas Lubanga depuis La Haye. L'accord d'ailleurs ne se conclut pas en prison. Si un accord existait entre nos deux formations politiques, c'est moi-même qui engagerais le parti." L'UPC a signé la charte de l'AVK, la plate-forme qui soutient la candidature de Vital Kamerhe. (Radio Okapi)

La RDC, le Burundi et le Rwanda se concertent à Lubumbashi sur leurs opportunités d'échanges. Le forum du secteur privé des pays membres de la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL) a ouvert ses portes, ce mardi 25 octobre, à Lubumbashi au Katanga. Une quarantaine des participants de la RDC, du Burundi et du Rwanda vont plancher, pendant trois jours, sur les opportunités d'échanges économiques entre les différents pays pour soutenir le développement de la sous région.

Sénat : session suspendue pour cause de campagne législative. Le sénat suspend sa session ordinaire de septembre. Selon son rapporteur, c'est pour permettre aux sénateurs, candidats aux élections, de se lancer dans la campagne. Nombre d'entre eux manqueraient déjà à l'appel des séances.

Un journaliste arrêté pour un article encore en chantier. L'ONG Journaliste en danger (JED) dénonce, mardi 25 octobre, l'arrestation d'un journaliste, Odon Mwamba, depuis dimanche 23 octobre à Lubumbashi au Katanga, accusé " d'imputation dommageable " à l'endroit d'un abbé de l'Eglise catholique et recteur du grand séminaire de Lubumbashi. Le journaliste n'a pourtant jamais publié l'information pour laquelle il est incriminé, dénonce Sylvie Manda, la représentante katangaise de JED. Elle qualifie donc cette arrestation d'arbitraire. Dans son article en chantier, Odon Kayembe relatait une relation amoureuse que cet abbé entretiendrait avec une jeune fille de la ville. Ayant appris la nouvelle, le prélat a demandé au journaliste de lui dévoiler ses sources d'informations. Ce que le journaliste a refusé d'exécuter. L'abbé a alors recouru à la police. Celle-ci amènera Odon kayembe directement à la police criminelle. (Radio Okapi)

Elections 2011: le ministre des Affaires étrangères de la RDC rassure le corps diplomatique. Le ministre des Affaires étrangères, Alexis Tambwe Mwamba, a rassuré, mardi 25 octobre, les membres du corps diplomatique accrédités en RDC en affirmant que les élections auraient bel et bien lieu à la date du 28 novembre, en toute sécurité et dans un climat apaisé.

Maniema: les responsables d'écoles appelés à réhabiliter leurs établissements. Les gestionnaires des établissements scolaires de la province du Maniema n'ont plus que quatre mois pour réhabiliter leurs écoles en état de délabrement. C'est l'ultimatum lancé, lundi 24 octobre, par la ministre provinciale de l'Education, Albertine Wakusomba. Selon Albertine Wakusomba, certains élèves de cette province suivent les cours à même le sol. " Ces conditions non viables, s'est-t-elle plaint, peuvent influer sur le rendement des enfants ".

Elections: l'arrivée des urnes toujours attendue. L'arrivée des 186 000 urnes en provenance de la Chine pour la RDC se fait toujours attendre. Annoncées pour dimanche 23 octobre, les urnes ne sont pas encore arrivées à Kinshasa. Le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Jacques Djoli, a annoncé, mardi 25 octobre à Radio Okapi, que ces urnes devraient arriver "incessamment ".

L'exploitation minière dégrade les cours d'eau et les paysages de la RDC, selon le PNUE. L'exploitation artisanale et industrielle dans les zones minières constitue un des principaux responsables de la dégradation de l'environnement en RDC. Les métaux lourds et autres substances toxiques sont à la base de la pollution des cours d'eau et du paysage, selon une étude présentée par le PNUE, mardi 11 octobre à Kinshasa. L'exploitation minière industrielle a entraîné la dégradation du sol et même du paysage, indique l'étude du PNUE. Le mode d'exploitation, à ciel ouvert, consiste à creuser de très grands trous pouvant prendre plusieurs hectares à l'aide d'engins. Et ces travaux se font souvent dans des forêts ou encore dans des savanes, explique la même étude. Un autre problème que pose l'exploitation industrielle est lié à la gestion des déchets dus à la production des ces métaux, pour la plupart toxiques. Les restes des matières récoltées par ces industries sont déversés dans les cours d'eaux. Ce qui provoque, soutient le rapport du PNUE, "la pollution de l'air et de l'eau, la contamination radioactive et la détérioration du bien-être social." Le PNUE a réalisée cette étude dans les zones minières du Katanga, des deux Kasaï, de la Province Orientale (Ituri) qui connaissent des véritables problèmes environnementaux. Dans la province du Katanga, les enquêteurs du PNUE ont relevé la présence des métaux lourds, tels que cobalts et le cuivre, dans certaines rivières. Toutes ces matières, ont-ils estimé, pourraient constituer une source importante de contamination à laquelle sont exposées les populations locales. L'industrie minière n'est pas seule responsable : l'exploitation artisanale pollue aussi l'environnement. En Ituri, par exemple, "l'utilisation répandue et dangereuse du mercure dans le traitement de l'or participe aussi à destruction de l'environnement", selon les mêmes sources. Les creuseurs sont parfois contraints de couper les arbres dans un vaste territoire pour chercher des diamants, de l'or, des cobalts ou autres précieuses. Mais ils sont aussi contraints de chercher un endroit où s'installer. Et lorsque la carrière se trouve dans un parc national ou dans une autre aire protégée, les paysans s'attaquent à certains animaux, pour se nourrir ou encore pour se défendre; oubliant parfois qu'ils détruisent la biodiversité et même les espèces rares. (Radio Okapi)

Mercredi 26 octobre.

Sud-Ubangi : le commissaire du district exhorte les politiciens à calmer leurs militants. Le commissaire du district du Sud-Ubangi, Pierre Kamulete, a appelé, mardi 25 octobre, les candidats à la députation nationale et les responsables des partis politiques au calme condamnant les tensions qu'ils excitent parmi leurs partisans. A Gemena, comme dans les grands centres des 4 territoires du Sud-Ubangi, la tension est grandissante entre les militants des partis politiques à l'approche des élections présidentielle et législatives. Certains militants profèrent des injures et des menaces contre les adversaires de leurs candidats députés et déchirent les drapeaux de leurs partis, remarque-t-on dans cette juridiction. Certains candidats demandent à la population de ne plus participer aux travaux de salubrité publique et de cesser de payer les taxes de l'Etat, note-t-on. Au lieu de les pousser à cultiver la haine, les responsables des partis politiques devraient plutôt amener à leurs militants des projets qui peuvent les aider à sortir de la misère, ajoute Pierre Kamulete. Il leur a demandé à promouvoir l'amour, la paix, le dialogue et le bien-être de la population. (Radio Okapi)

Elections : la Ceni mute ses secrétaires exécutifs hors de leur province d'origine. A un mois des scrutins présidentiel et législatif, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) vient de muter ses secrétaires exécutifs provinciaux loin de leurs milieux d'origine " pour éviter une forme de clientélisme ", explique le vice président de la commission, Jacques Djoly. Selon le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli, cette décision vise à renforcer la transparence lors du vote. Le secrétaires exécutifs venaient de suivre une formation dans la capitale dela RDC, Kinshasa. Cependant, la décision de la Ceni n'est pas bien accueillie par les concernés qui se plaignent de devoir travailler loin de chez eux. Le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli a justifié la démarche de son institution. D'après lui, cette mutation est nécessaire parce que les cadres concernés ont travaillé dans les mêmes juridictions depuis 5 ans. (Radio Okapi)

Ituri : deux groupes de militaires FARDC se tirent dessus. Les éléments de la 4e brigade intégrée des Fardc se sont tirés dessus dans la nuit de dimanche à lundi 24 octobre derniers, se prenant mutuellement pour des miliciens FRPI actifs dans la zone, selon une source militaire. Un sous officier a été tué dans cet échange de tirs. Selon un officier des Fardc qui a requis l'anonymat, l'incident a eu lieu au cours d'une patrouille nocturne dans le village de Zunguluka, à environ 100 km au sud de Bunia, en territoire d'Irumu.

Kasaï-Oriental: des hommes armés extorquent les cartes d'électeur à Bena Kabamba. Des hommes armés, non identifiés sont passés de porte à porte, dans la nuit de mardi à ce mercredi 26 octobre à Bena Kabamba, territoire de Katanda, demandant aux habitants de cette localité leurs cartes d'électeur en les menaçant de les exécuter s'ils n'obtempèrent pas, affirment des témoins. Selon eux, ces hommes armés auraient même déshabillé une dame et blessé grièvement deux hommes à la baïonnette.

RDC: les conditions pour le retour des réfugiés angolais sont réunies, selon le HCR. Au cours de la cinquième réunion de la tripartite Angola-RDC-HCR tenue lundi et mardi 25 octobre à Luanda, le représentant régional de l'institution onusienne à Kinshasa a déclaré que les conditions techniques et matérielles sont désormais réunies pour assurer le retour volontaire des réfugiés angolais vivant en RDC. Il a notamment évoqué la création des structures d'accueil pour ces réfugiés. Selon le HCR, environ 80 000 réfugiés angolais vivraient en RDC. Lors de la dernière réunion de la tripartite à Kinshasa, mercredi 8 juin, les participants ont indiqué que 43 000 Angolais ont exprimé leur désir de rentrer chez eux. Des milliers d'Angolais se sont réfugiés en RDC au cours de la guerre civile qui a sévi dans leur pays entre 1975 et 2002. (Radio Okapi)

Mbandaka : un militaire Fardc condamné à mort pour le meurtre d'une jeune femme. Le sergent Matshila Mutombo, garde à l'auditorat militaire supérieur de l'Equateur, a été condamné par le tribunal militaire garnison de Mbandaka à la peine capitale pour le meurtre d'une jeune femme de 19 ans. Le gouvernement congolais aussi a été condamné à payer 100.000 dollars américains de dommages et intérêts à la famille de la victime. Le militaire des Fardc avait tiré à bout portant sur la jeune fille dimanche soir, parce qu'elle menaçait de le dénoncer aux autorités militaires. Il refusait en effet de lui remettre les 50 dollars américains qu'elle réclamait pour avoir eu des relations sexuelles avec lui. La jeune femme, qui s'était rendue à l'auditorat militaire pour rendre visite à son compagnon emprisonné, avait dénoncé son meurtrier avant de succomber à sa blessure. (Radio Okapi)

Elections apaisées : la Ceni cherche à responsabiliser les présidentiables. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organise mercredi 26 et jeudi 27 octobre à Kinshasa un colloque à l'intention des candidats à la présidentielle. L'objectif de ces assises est d'amener les principaux candidats à des élections apaisées. Malgré des prédispositions positives, les partis de l'opposition attendent encore des garanties de transparence.

Journée de la population: le FNUAP préoccupé par la jeunesse congolaise. La population mondiale atteindra, lundi 31 octobre, 7 milliards, selon les projections du Fonds des nations unies pour la population (FNUAP). Dans son rapport publié mercredi 26 octobre, cette organisation mondiale invite la RDC à investir davantage dans la jeunesse. Mais le représentant de FNUAP, Richard Dackam-Ngatchou, reconnaît que les Nations unies ont du mal à établir des projections chiffrées sur la population congolaise par manque de données. Se fondant sur les différents rapports de Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et de l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), le FNUAP estime que 67% de la population congolaise a moins de 27 ans. D'après les estimations, la RDC reste néanmoins 3e pays le plus jeune au monde et Richard Dackam-Ngatchou craint que ces jeunes se retrouvent sans emploi. Le rapport du FNUAP demande par ailleurs de placer les femmes sur un pied d'égalité que les hommes. Richard Dackam-Ngatchou estime que la RDC devrait faire autant pour les femmes congolaises qui donnent naissance en moyenne de 6,3 enfants, alors que la moyenne mondiale est de 2,7 enfants. La RDC est le seul pays africain qui n'a pas organisé un recensement depuis 27 ans, affirme-t-il, au cours de la conférence des Nations unies, le même mercredi à Kinshasa. (Radio Okapi)

Seul 1 % des Congolais accède aux services bancaires, selon la BCC. A l'occasion de la célébration de la journée mondiale de l'épargne, le 31 octobre, la Banque centrale du Congo (BCC) a annoncé que seul 1 % de la population a accès aux services bancaires en RDC. Le thème retenu cette année en RDC est: "Epargnez pour mon avenir, oui c'est possible".

Jeudi 27 octobre.

Elections: la Monusco appelle les candidats à battre campagne dans la paix. La campagne électorale débute vendredi 28 octobre en RDC. A la veille du lancement de cette campagne, le directeur de la division électorale de la Monusco, Matthieu Bile Bouah exhorte les candidats aux scrutins présidentiel et législatif à battre campagne en préservant la paix. "Pour la transparence du processus, la loi donne à chaque parti la possibilité de choisir ses témoins, dès maintenant pour suivre tout le processus", déclare-t-il dans un entretien accordé, mercredi 26 octobre, à Radio Okapi.

Le CSAC va produire des émissions pendant la campagne électorale. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CASC) va produire, pendant la campagne électorale, des émissions destinées à vulgariser les textes le régissant et ouvrir aux candidats "un espace régulé et équilibré pour leur propagande". Sa rapporteuse, Chantal Kanyimbo, l'a annoncé à Radio Okapi, mercredi 26 octobre. Elle a expliqué que conformément à la directive du CSAC sur la campagne électorale, ces émissions, débats et interviews notamment, seront réalisées et programmées avec le concours technique et humain de la radio et de la télévision publiques. La directive sur la campagne électorale est un document qui reprend notamment les règles relatives à la déontologie, les normes sur la répartition du temps d'antenne des candidats, les responsabilités des médias et les sanctions que le CSAC va appliquer en cas de dérapage pendant la campagne électorale. Par ailleurs, cet organe prévoit d'organiser jeudi 27 octobre un tirage au sort pour déterminer l'ordre de passage des candidats à la présidentielle à ces émissions. Le CSAC est l'organe de régulation des médias congolais. Il a été investi par le président de la République, Joseph Kabila, le 12 août 2011. (Radio Okapi)

Uvira : retour progressif des habitants dans la presqu'île d'Ubwari. Plusieurs centaines de déplacés ont commencé à regagner le territoire de Fizi qu'ils avaient fui en septembre dernier, lorsque les FARDC traquaient les miliciens Maï-Maï Yakutumba.

Campagne électorale: les préparatifs à la veille du lancement. La ville de Mbuji-Mayi chef-lieu du Kasaï-Oriental est dans la fièvre de la campagne électorale depuis le mercredi 26 octobre, a constaté un reporter de Radio Okapi. Un gala de soutien à Joseph Kabila a été organisé par les membres de la Majorité présidentielle le même jour. Des souscriptions ont été lancées à tous les partisans. L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a organisé une collecte des fonds en faveur de son candidat à la présidentielle, Etienne Tshisekedi et les drapeaux de l'UNC de Vital Kamerhe flottent déjà dans la ville.

Kinshasa: Texaf déloge les occupants de la concession Fomeco. La concession Fomeco (Fonds médical congolais), sur l'avenue de la Justice, commune de la Gombe, est vidée de tous ses locataires. Le dernier occupant, le Programme national de lutte contre la trypanosomiase (PNLTA) a été délogé, mercredi 26 octobre, par les éléments de la police, en exécution d'un jugement du Tribunal de grande instance de la Gombe. La chaîne de télévision privée Congo Media Channel, la Sonas (Société nationale d'assurances) et quelques ONG étaient les premières à vider le lieu. Mais l'affaire qui oppose Fomeco à Cotex-Texaf est en train d'être plaidée à la Cour d'appel de la Gombe. Texaf, autrement appelée Utexafrica est une usine de production des textiles. Elle a attaqué en annulation le jugement rendu en faveur du Fomeco lui reconnaissant comme étant propriétaire de la concession querellée. L'avocat-conseil de Texaf accuse Fomeco d'occupation irrégulière de sa concession située sur l'avenue de la Justice et qu'elle aurait achetée auprès de l'asbl belge Fometro (Fonds médical tropical), depuis les années 60. En 2007, Texaf avait gagné un procès au Tribunal de grande instance de la Gombe dont le jugement l'a rétabli dans ses droits et sommé Fomeco de libérer cette concession. "Faux", rétorque l'avocat conseil de Fomeco. Me Nestor Bokuma fait valoir un deuxième jugement du même tribunal rendu en mai 2011. Ce jugement suspend l'exécution du premier jugement, qui reconnaît texaf comme propriétaire de la concession, et donne raison à Fomeco. (Radio Okapi)

Goma : le chef Mai-Mai Gervais Bulongo a été abattu par les Fardc. Le colonel Mai-Mai Gervais Mwenye Bulongo a été tué mercredi 26 octobre à Hutwe, lors de violents affrontements entre le 809ème régiment Fardc et ses hommes. Il s'agit d'un dissident des Mai-Mai la Fontaine, accusé d'avoir commis plusieurs exactions contre la population dans le territoire de Lubero.

Nord-Kivu: un militaire Fardc tué et cinq civils enlevés à Mapembe. Les miliciens Maï-maï de Gervais Mwenye Bulongo ont tué un militaire des Fardc et enlevé cinq personnes dont le commissaire de la police et ses deux éléments, mercredi 26 octobre, dans le village Mapembe à20 km au nord de Kirumba, dans le territoire de Lubero, province du Nord-Kivu.

Elections : Pour les " Laïcs catholiques ", les candidats doivent être des serviteurs du peuple. Le Conseil national de l'apostolat des laïcs catholiques du Congo (Calcc) invite à élire un dirigeant exemplaire sur le plan moral et éthique. Il a peint son portrait idéal du futur chef de l'Etat et du futur député national lors d'une cérémonie organisée mardi 27 octobre dans la salle paroissiale Saint Anne à Kinshasa. Pour le vice - président du Calcc, Elias Karokoli, le futur chef de l'Etat doit être un serviteur entièrement consacré à résoudre les problèmes du peuple et à défendre les intérêts de la patrie. " Ils doivent être capables d'arrêter tous les réseaux de détournement des deniers publics, améliorer les conditions de vie des travailleurs, par une rémunération juste et régulière, mettre fin à la complicité des politiques avec les trafiquants des minerais qui alimentent les conflits à l'est de le République". Le candidat député national, lui, doit " contrôler le pouvoir exécutif et les actes du président de la République avec courage ", a t-il poursuivi. " Un député n'est pas un constructeur de routes et d'écoles, ni un dispensateur de cadeaux ", a-t-il insisté. (Radio Okapi)

Bukavu: l'UNFPA forme les gestionnaires sur le programme santé-sexuelle et reproductif. Les gestionnaires de santé de la ville de Bukavu, au Sud-Kivu, sont formés à la prise en charge des femmes vulnérables dans une situation d'urgence. C'est au cours d'un atelier organisé par l'agence des Nations unies pour la population (UNFPA) en collaboration avec l'inspection provinciale de la santé et l'Ong internationale PATHFINDER.

Le gouverneur Katumbi met en garde contre les dérapages pendant la campagne électorale. Dans un communiqué rendu public, jeudi 27 octobre à l'issue du conseil provincial de ministres, le gouverneur du Katanga, qui dit avoir constaté des échanges médiatiques vifs entre partisans, invite la population et les acteurs politiques à éviter les actes de vandalisme et la provocation pendant la campagne électorale.

Kinshasa : oui aux manifestations publiques sans violences pendant la campagne électorale. La porte-parole du gouvernement provincial de Kinshasa, Thérèse Olenga, a déclaré, mercredi 26 octobre à Radio Okapi, que les manifestations publiques seront garanties pendant la période électorale. Mais elle a prévenu qu'elles doivent être tenues "avec responsabilité".

Maniema: 200 enfants meurent d'anémie en deux semaines à Kabambare. Deux cents enfants de moins de six ans sont morts d'anémie en l'espace de deux semaines dans la zone de santé de Sarambila dans le territoire de Kabambare au Maniema. Selon le médecin chef de zone de santé, 3 à 5 enfants meurent chaque jour, dans des structures médicales de Sarambila et Lusangi. Il affirme que cette anémie est causée par le paludisme.

Vendredi 28 octobre.

Elections: les budgets de campagne, un sujet presque tabou. La campagne électorale a commencé, vendredi 28 octobre à minuit, en RDC. Quelques heures avant, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Daniel Ngoy Mulunda l'avait officiellement lancée à Kinshasa. Quels sont les budgets des partis qui alignent des candidats à la présidentielle et aux législatives du 28 novembre ? Radio Okapi a posé la question aux responsables de quelques partis. Peu d'entre eux ont donné de chiffres. Au Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD), parti qui soutient le candidat indépendant Joseph Kabila, Francis Kalombo, un cadre de la Majorité présidentielle affirme que la population finance la campagne de Joseph Kabila mais n'avance aucun chiffre. L'Union pour la nation congolaise (UNC), de l'opposant et candidat à la présidentielle Vital Kamerhe, garde aussi secret le budget de sa campagne électorale. A l'Union pour la démocratie et le progrès social de l'opposant Etienne Tshisekedi, on estime que le budget de la campagne électorale est un secret du parti. Le candidat à la présidentielle Jean Andeka Djamba dispose, lui, de 30 000 USD pour sa campagne. Le budget de campagne du candidat Kakese Malela de l'Union pour le réveil et le développement du Congo (URDC) s'élève à 5 millions de dollars américains. Un fonds qu'il a collecté grâce à une épargne de trois ans, dit-il. (Radio Okapi)

Elections- Kisangani: la Police nationale congolaise "est là pour protéger tout le monde". Les hommes en uniforme de la Province Orientale ont affirmé leur engagement à protéger l'ensemble de la population congolaise à l'issue d'une marche d'endurance et de santé qu'ils ont effectuée, jeudi 27 octobre, sur les grandes artères de la ville de Kisangani. "Nous faisons voir à la population de Kisangani et de la Province Orientale que nous sommes là pour protéger tout le monde, donc les électeurs et candidats pour parvenir à des élections apaisées", affirmé le commissaire provincial de la police en Province Orientale, David Masambi Luntala.

Goma: Les Fardc appellent les groupes armés des Kivus à déposer les armes. Les Fardc appellent toutes les milices nationales et étrangères, encore actives dans le Nord et le Sud-Kivu, à déposer sans condition leurs armes. "Après la mort du chef Maï-Maï Gervais Mwenye Bulongo, mercredi dernier près de Kirumba, l'heure n'est plus à l'intégration, mais plutôt à la traque de ces forces réfractaires"", a déclaré le colonel Sylvain Ekenge dans un entretien à Radio Okapi. Le porte-parole militaire a rappelé l'engagement des Fardc à pacifier le Nord et le Sud-Kivu où des milices sont actives depuis des années. "Tous les groupes armés doivent savoir que nous sommes là pour les traquer. Qu'ils soient FDLR [Forces démocratiques pour la libération du Rwanda] ou nationaux. Aucun groupe armé n'est plus fort que les FARDC ", a-t-il déclaré, rappelant que ses troupes disposent des moyens nécessaires pour neutraliser " les groupes armés qui ne comprennent pas que le temps de la paix a sonné ". Le message de Sylvain Ekenge s'adresse aussi au candidat député Cheka à qui il demande de déposer les armes pour se consacrer seulement à sa campagne électorale et à la milice Maï-Maï Yakutumba. Ntabo Ntaberi alias Cheka a récemment dit être prêt à donner ses hommes pour qu'ils soient intégrés au sein des FARDC. En réponse, le commandant des opérations Amani leo au Nord-Kivu et Sud-Kivu l'avait invité à livrer ses hommes sans condition. (Radio Okapi)

Médias : le Csac tire au sort, Joseph Kabila sera le premier invité. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a tiré au sort jeudi 27 octobre les candidats à la présidentielle pour déterminer dans quel ordre ils passeront dans ses émissions électorales. Suivant le tirage, Joseph Kabila sera le premier et Josué Mukendi le dernier.

Kisangani : le gouverneur appelle les candidats aux élections à être " fairplay ". Le gouverneur de la Province Orientale, Medard Autsai Asenga, met en garde tout politicien qui tenterait " d'inoculer le venin de la haine pendant cette période de la campagne électorale ". Au cours d'un point de presse tenue jeudi 27 octobre à la RTNC, il les a appelés à être " fairplay ".

Nord-Katanga: les agences des Nations unies assistent plus de 18 000 familles déplacées. Plus de 18 000 ménages, soit 70 000 personnes en situation humanitaire difficile bénéficient de l'assistance des agences du système des Nations-unies dans le district de Tanganyika, au Nord-Katanga. Selon le Haut commissariat pour le refugier (HCR), ces personnes démunies dont la plupart sont des femmes et des enfants sont venues du Sud-Kivu, du Maniema et du Nord-Katanga.

Mbuji-Mayi: interdite de manifestation publique, l'UDPS organise une caravane motorisée. Les militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) ont été dispersés par la police ce vendredi 28 octobre lorsqu'ils lançaient le campagne électorale de leur parti à Mbuji-Mayi. La veille tard dans la soirée, à la suite des affrontements entre militants de l'opposition et de la majorité, le conseil provincial de sécurité s'est réuni. Au terme de la rencontre, le porte-parole du gouvernement provincial a annoncé que l'UDPS est interdit de manifestation sur la voie publique durant toute la campagne électorale. Les policiers ont tiré des coups de feu pour disperser les partisans du parti d'Etienne Tshisekedi au rond-point de l'Etoile dans la commune de Dibindi. Plusieurs personnes ont été arrêtées, a constaté Radio Okapi. Dans la commune de Muya, d'autres militants de l'UDPS ont affronté ceux du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Des témoins indiquent que plusieurs personnes ont été blessées et une maison d'habitation détruite. (Radio kapi)

À un mois des élections, la campagne commence. La campagne électorale a officiellement débuté à minuit, et le 28 novembre, environ 31 millions d'électeurs congolais iront voter pour élire le président de la république et renouveler le parlement. Depuis des mois, des débats et des manifestations sont à l'ordre du jour dans ce vaste pays d'Afrique des Grands Lacs, possédant de riches ressources naturelles et minières. Depuis des semaines, les manifestations se succèdent, même si régulièrement réprimées, des partisans du candidat de l'opposition Etienne Tshisekedi, de l'Union pour la démocratie et le progrès social (Udps), qui dénonce les fraudes et irrégularités dans les listes électorales. Si les méthodes brutales de la police congolaise ne font aucun doute, certaines sources à Kinshasa parlent aussi des méthodes tout aussi brutales des partisans de Tshisekedi. L'ancien dirigeant politique, qui depuis des années boycotte les élections, est aussi appelé "opposant historique" pour sa stratégie: celle de la résistance, de la rue, de la manifestation, même par la violence. " Si l'opposition n'a pas réussi à faire un front commun contre le président Joseph Kabila, c'est aussi parce que les candidats savent que Tshisekedi cèdera difficilement aux concessions s'il obtient la victoire ", dit-on dans la capitale congolaise. Les difficultés financières et l'immensité du territoire sont d'autres problèmes qui se posent à l'opposition, qui peut difficilement rivaliser avec les ressources à disposition de Kabila, à la tête de l'Etat depuis dix ans. Les candidats principaux sont donc Tshisekedi et Kabila, mais neuf autres candidats combattent pour le fauteuil présidentiel: Jean Andeka Djamba (Ancc), François Joseph Nzanga Mobutu (Udemo), Vital Kamerhe (Unc), Kengo wa Dondo (Ufc), Nicephore Kakese (Urdc), Oscar Kashala (Urec), Antipas Mbusa Nyamwisi (indépendant), Adam Bombole (indépendant), et Josué Alex Mukendi Kamama (indépendant). Plus de 19.000 candidats se présentent pour les 500 sièges de l'Assemblée nationale. Pour surveiller le processus électoral, 500 observateurs nationaux ont été formés, à l'initiative de l'Ong congolaise "Maisons" et de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), et doivent être envoyés 120 observateurs de l'Union européenne. Toujours très attentive à l'éducation civique de la population, la Conférence épiscopale congolaise (Cenco) a lancé une campagne de sensibilisation des électeurs sur un vote conscient et pacifique. Selon certaines sources, la Cenco pourrait avoir 30.000 observateurs dans les bureaux de vote. (Misna)

Samedi 29 octobre.

Deux tendances de l'UPDS s'affrontent à Kisangani, quatre blessés. Les militants de deux tendances rivales de l'UDPS se sont affrontés à coup de pierres, vendredi 28 novembre dans l'après-midi au siège de leur parti dans la commune Makiso à Kisangani. Le bilan fait état de quatre personnes blessées, dont une grièvement. La police s'est déployée rendus sur le lieu afin de remettre de l'ordre.

Meurtre et viol: une dizaine de militaires des Fardc écopent de la perpétuité à Dungu. L'auditorat militaire de la garnison du Haut-Uélé dans la Province Orientale organise des audiences foraines, depuis plus de vingt jours à Dungu, territoire à plus de 700 km à l'est de Kisangani. Jusqu'au vendredi 28 octobre, une dizaine de militaires des Fardc ont été condamnés à la peine à perpétuité pour meurtre. L'un des militaires condamnés a été reconnu avoir tué, le 6 janvier 2011, à l'aide de son arme, un garçon d'une vingtaine d'années dans la localité de Nabiongo, à20 km au nord de Dungu. Et un autre, avait tué son compagnon d'arme au front dans la localité de Sambia, dans la nuit du 23 au 24 novembre 2009. Selon des sources de la justice militaire, d'autres militaires ont été condamnés à la servitude pénale principale et moins de cinq ont été acquittés. La plupart des militaires des Fardc, dont une vingtaine sont poursuivis pour meurtre, tentative de viol, viol et dissipation de munitions de guerre. Pour le tribunal militaire, l'objectif de cette chambre foraine est de juger tous les cas de meurtres, viols, vols à mains armées et dissipation de munitions de guerre.

Mbuji-Mayi: accrochages entre militants du pouvoir et ceux de l'opposition. Des partisans de la Majorité présidentielle (MP) et ceux de l'opposition se sont affrontés, ce samedi 29 octobre matin, dans la partie Nord et Est de la ville de Kasaï-Oriental. Ces incidents ont fait des dégâts matériels de part et d'autre. La jeep officielle du gouverneur Ngoy Kasanji a été sérieusement endommagée.

Elections: Human rights watch dit halte au discours haineux. Plus de soixante dix organisations congolaises et internationales, dont Human Rights Watch (HRW) ont appelé, dans un communiqué de presse publié vendredi 28 octobre, les candidats à la présidentielle en RDC à s'abstenir des discours haineux et d'incitation à la violence durant la campagne électorale. HRW a affirmé avoir relevé, depuis le mois de mars dernier, des dizaines de cas de discours haineux basés sur des critères ethniques de la part des candidats politiques et de leurs partisans, notamment au Katanga et dans l'Est du pays. Elle a invité les autorités judiciaires à lancer des enquêtes sur pareils cas pour faire respecter le droit congolais ainsi que le code de conduite pendant toute la durée de la campagne électorale. Pour la chercheuse senior sur l'Afrique de HRW, Anneke Van Woudenberg, cette ONG internationale de défense des droits de l'homme voudrait voir la campagne électorale se dérouler de manière "crédible, sans violence." (Radio Okapi)

Médard Numba Matulu est mort. Journaliste présentateur à la télévision nationale (RTNC), Médard Ntumba Matulu décédé dans la nuit de vendredi à ce samedi 29 octobre à la clinique Bondeko de Kinshasa, de suites d'une courte maladie. A sa mort, Médard Ntumba Matulu était sous-directeur de la rédaction à la direction des informations TV de la RTNC.

Dimanche 30 octobre.

RDC-Elections: un premier lot de 12 000 urnes réceptionné à Lubumbashi. Le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Jacques Djoli, a annoncé, samedi 29 octobre, qu'un premier lot de douze mille urnes est arrivé, vendredi, à Lubumbashi au Katanga. Un deuxième lot de ces urnes en provenance de la Chine était attendu ce même samedi à Kinshasa.

Sud-Kivu: sécurisation des élections, le général Gaston Lunzembo rassure. Le commissaire provincial de la Police nationale congolaise (PNC) au Sud-Kivu, le général Gaston Lunzembo, a assuré, samedi 29 octobre, que la police disposait de tous les moyens nécessaires pour sécuriser les élections prochaines dans cette province. Il l'a déclaré à l'issue d'un carnaval motorisé organisé parla PNC dans les artères de Bukavu.

Insécurité à Beni: un cambiste abattu par des hommes armés. Un changeur de monnaies d'une trentaine d'années a été tué, dans la nuit de samedi à ce dimanche 30 octobre à Oïcha, à 30 km au nord de la ville de Beni au Nord-Kivu. Selon la société civile locale, la victime, Katembo Bwira, a été abattue vers 21 hoo à son domicile au quartier Baheko, par deux hommes armés non identifiés. La société civile a condamné "ce Nième acte odieux en début de la campagne électorale" et invité la population à observer une journée de deuil ce dimanche.

Kinshasa: l'UDPS se lance dans la campagne électorale. L'UDPS a organisé, ce dimanche 30 octobre, une caravane motorisée dans plusieurs artères principales de la ville de Kinshasa. Cet événement est destiné à marque le lancement officiel de la campagne électorale de son candidat à la présidentielle 2011, Etienne Tshisekedi et de ses candidats à la députation nationale.

Joseph Kabila lance sa campagne électorale à Kindu. Le président de la RDC et candidat à sa propre succession, Joseph Kabila, a atterri à l'aéroport de Kindu (Maniema) dimanche 30 octobre dans l'après-midi. Accueilli par des milliers de ses partisans, il a parcouru 5 km à pied pour rejoindre le centre-ville où il a lancé sa campagne électorale.

Des opérateurs économiques de Mbandaka sensibilisés à la TVA. Des opérateurs économiques de la ville de Mbandaka (Equateur) et ses environs ont été sensibilisés pendant trois jours à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Cette activité, qui s'est clôturée le samedi 29 octobre, a été organisée par une délégation de la Direction générale des impôts (DGI) venue de Kinshasa. Blaise Batshilwango, inspecteur des impôts à la DGI/Kinshasa, a affirmé que l'objectif de cette sensibilisation était d'apprendre aux hommes d'affaire de cette partie du pays les modalités de perception de la TVA ainsi que les avantages de cette taxe. La TVA est un impôt indirect sur la consommation des biens et services qui est supporté par le consommateur final. Elle doit remplacer l'impôt sur le chiffre d'affaire (ICA). La loi qui l'a instituée a été votée en août 2010 et sera mise en application au mois de janvier 2012 sur toute l'étendue du pays. (Radio Okapi)

Assassinat de Mgr Christophe Munzihirwa. Mgr. Christophe Munzihirwa, archevêque de Bukavu, a été assassiné le soir du 29 octobre 1996. Nous célébrons cette année le 15ème anniversaire de cet événement. Mgr. Munzihirwa a été un prophète, quelqu'un qui voyait loin, avec des "yeux qui ont pleuré" disait-il souvent, pour indiquer la nécessité de participer à la vie de la population afin de connaître les véritables problèmes de nos gens. Pour célébrer cet anniversaire, plusieurs initiatives ont été envisagées. Un dépliant a été produit par la paroisse St. Alphonse, qui a comme titre : "Un prophète levé au milieu de nous" et qui présente en bref sa vie et son message. Le CIAM-Kinshasa, le Groupe Jérémie et RODHECIC-Kinshasa ont invité le P. Tonino Falaguasta Nyabenda, missionnaire combonien, à donner une conférence, mardi 25 octobre, à la paroisse St. Alphonse sur le thème : " Mgr. Munzihirwa, assassiné pour cause de l'Evangile ". Jeudi, 27 octobre, en direct sur la station de télévision " Antenne A ", l'abbé José Mpundu et le P. Tonino Falaguasta Nyabenda ont échangé sur l'actualité du message laissé par Mgr. Munzihirwa. Le vendredi soir, à la paroisse St. Alphonse toujours, une Messe a été célébrée en mémoire de l'archevêque de Bukavu à 15 ans de sa mort. A la fin de la Messe, l'abbé José Mpundu, qui la présidait, a ouvertement invité les Chrétiens à espérer de voir un jour Mgr. Christophe Munzihirwa proclamé Bienheureux par les autorités de l'Eglise. Il le mérite en effet, parce qu'il a donné sa vie en défense des valeurs évangéliques, pour la paix, le dialogue, le respect de tous les pays de l'Afrique des Grands Lacs et de ses habitants. Un vrai martyr, dont tous les Chrétiens et les Congolais peuvent être fiers! (Ademis)

Lundi 31 octobre.

La Ceni et les candidats à la présidentielle discutent pour la tenue des élections apaisées. Les candidats à l'élection présidentielle ou leurs représentants ont rencontré les membres du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), dimanche 30 octobre à Kinshasa, en présence du diplomate américain Bill Richardson, du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Roger Meece, et d'autres ambassadeurs. Les discussions ont notamment tourné autour des affiches placées sur les édifices publiques. Certains candidats ont condamné l'affichage des effigies du candidat Joseph Kabila sur les façades des édifices publiques. Vital Kamhere a déclaré qu'il ne coûtait rien au chef de l'Etat de se mettre au même niveau que les autres candidats. Il a souhaité que le meilleur gagne. Le président de la Ceni a assuré aux candidats qu'il prendrait contact avec les autorités pour que la campagne électorale se passe dans la sérénité. Pour Louis Koya Gialo, délégué du candidat Joseph Kabila, sa famille politique n'a pas de reproches ni d'inquiétudes à l'égard du processus électoral. La question de la sécurité des candidats présidentiels pendant la campagne électorale a aussi été soulevée. Bill Richardson a, pour sa part, déclaré être venu non pas pour le compte du gouvernement américain mais sur invitation de l'Institut National pour la Démocratie, (NDI). Il a aussi indiqué que le président de la Ceni a expliqué aux candidats le travail qui est entrain d'être fait pour que l'élection se tienne le 28 novembre. Il a fait circuler un document contre les violences sexuelles en RDC qu'il voudrait voir signer par tous les candidats à l'élection présidentielle. (Radio Okapi)

La Monusco favorise le dialogue entre la MP et l'opposition après les tensions à Mbuji-Mayi. La Monusco facilite le dialogue entre les familles politiques du chef de l'Etat et de l'Opposition, après des incidents survenus au début de la campagne électorale, le week-end dernier à Mbuji-Mayi, au Kasaï-Oriental. Les membres de la Majorité présidentielle (MP) et de l'Opposition se réunissent ce lundi 31 octobre sous l'arbitrage de la mission onusienne afin de discuter sur la suite de la campagne. "Tous les partis sont d'accords pour parler de la paix. Personne n'a intérêt que la ville soit sous tension", a déclaré le coordonnateur provincial de la MP/Mbuji-Mayi, Alidor Numbi. Les partis de deux camps saluent cette initiative pour une suite de campagne électorale apaisée dans la province du Kasaï-Oriental. On rappelle que les incidents de la ville diamantifère ont causé mort d'hommes, des blessés et des dégâts matériels importants vendredi 28 octobre entre les deux camps.

Elections : les candidats collent leurs affiches n'importe où. Plusieurs édifices publics ainsi que les murs de certaines propriétés privées se trouvent envahis par des affiches de campagne. Les candidats aux élections collent leurs affiches partout et n'importe où, au grand dam des propriétaires. Les affiches des candidats remplacent peu à peu la peinture sur les murs. Elles envahissent les propriétés privées, sans l'autorisation des propriétaires, et couvrent même les édifices publics alors que la loi l'interdit. Elles sont sur les murs ou les portails d'écoles privées ou publiques, des hôpitaux, des maisons privées comme des bâtiments de service public. Le vice-président de la commission électorale nationale indépendante, Jacques Ndjoli, rappelle que la loi interdit de coller des affiches électorales sur des édifices publiques. Il invite les candidats aux élections à placer leurs affiches " sur les lieux prévus et non sur les lieux publics ". Il invite aussi les candidats à obtenir l'autorisation préalable des propriétaires avant de coller des affiches sur leurs clôtures. (Radio Okapi)

Lubumbashi : un début de campagne qui manque de civisme. Affiches et drapeaux déchirés, chansons pleines de haine et d'injures, discours incendiaires diffusés par les médias… Au quatrième jour de la campagne électorale, les candidats et leurs sympathisants multiplient les excès, faisant preuve d'un manque de culture civique.

Les incidents de Mbuji-Mayi: "un cas de dérapage", affirme le ministre Lumanu. Les échauffourées entre partisans de la majorité et de l'opposition au lancement de la campagne électorale, vendredi 28 octobre, et le jour suivant ne peuvent pas être interprétées comme étant une exacerbation de la violence électorale mais comme un cas de dérapage. C'est ce qu'a déclaré, lundi 31 octobre à Radio Okapi, le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Adolphe Lumanu Bwana Sefu.

Bas-Congo: deux circonscriptions revendiquent le même quartier. Les territoires de Madimba et de Mbanza-Ngungu se disputent le quartier Nsele situé dans le territoire de Mbanza Ngungu, à 215 km de Matadi. Le quartier serait désormais rattaché au territoire de Madimba, ce que la population refuse d'accepter. Le conflit dure depuis quelques jours. Il a commencé au lendemain de l'opération d'enrôlement, lorsque les 10 000 électeurs de Nsele ont été informés que leur bureau de vote était désormais rattaché par la Ceni à la future ville d'Inkisi, en territoire de Madimba. Une disposition prise suivant un décret du premier ministre du 08 décembre 2009, conférant le statut de ville et commune à certaines agglomérations de la RDC…..La société civile de Mbanza-Ngungu affirme que la cité de Nsele fait partie de son territoire. La Société civile de Madimba réplique exactement le contraire. Mais les deux coordinations locales sont tout de même d'avis que ce conflit est entretenu pour des fins électorales par un groupe de députés provinciaux. Les députés de Mbanza-ngungu comme ceux de Madimba craignent de perdre des électeurs au cas où le quartier ne revenait pas à leur circonscription électorale. Le secrétaire exécutif de la Ceni du Bas Congo déclare attendre une lettre officielle de sa hiérarchie qui va se prononcer sur ce problème. (Radio Okapi)

Campagne électorale: à chaque budget son média. De l'affichette aux SMS en passant par la télévision et la chanson, depuis le lancement officiel de la campagne électorale, vendredi 28 octobre, les candidats aux élections présidentielles et législatives de RDC se sont approprié tout type de médias pour communiquer avec leurs électeurs. Avec des préférences qui dépendent surtout de leur budget de campagne. Médias traditionnels (radio, télévision, presse écrite), internet, affiches et téléphone mobile, sont mis à contribution pour faire passer les messages aux électeurs. En dehors des médias de masse, certains candidats recourent à des chanteurs populaires qui composent des chansons vantant leurs mérites. D'autres candidats placent sur les grandes artères de la capitale des panneaux géants avec slogan, photo et numéro sur le bulletin de vote. Ces moyens plutôt onéreux ne sont pas utilisés par des candidats qui disposent de petits budgets. Ceux-ci préfèrent les petites affiches qu'ils collent sur les murs des parcelles ou les pare-brise des véhicules. D'autres font carrément du porte-à-porte ou arpentent des avenues avec leurs sympathisants, mégaphones à la main criant des slogans à leur honneur. Notons que presque tous les candidats ont imprimé des chapeaux, foulards et macarons à leur effigie. Contrairement aux élections de 2006, les réseaux comme Facebook sont devenus des lieux de rencontre entre candidats et électeurs.
Des électeurs reçoivent aussi des SMS envoyés par des candidats ou leurs proches. (Radio Okapi)

Vital Kamerhe réclame la protection prévue pour les candidats à la présidentielle. Au terme de la rencontre entre le bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et les candidats à l'élection présidentielle, dimanche 30 octobre, Vital Kamerhe a déclaré avoir commencé sa campagne électorale sans la protection de vingt-cinq policiers qui devrait être commis à sa sécurité. L'article 110 bis de la loi électorale stipule en effet que chaque candidat à l'élection présidentielle bénéficie d'une garde de vingt-cinq policiers afin d'assurer sa sécurité jusqu'à l'investiture du président élu.

Campagne électorale: les candidats ont des difficultés pour voyager en province. Certains candidats à la députation nationale qui doivent aller battre campagne en province rencontrent des difficultés pour voyager. Depuis la suspension de la licence de Hewa Bora à la suite du crash du Boeing 727 de l'entreprise à Kisangani, le 8 juillet 2011, la Compagnie africaine d'aviation (CAA) est la seule société d'aviation à effectuer des vols à l'intérieur du pays. Certains voyageurs affirment être obligés de réserver leur place une à deux semaines avant le vol. Le directeur gérant de la CAA assure que sa compagnie va bientôt augmenter le nombre de ses vols avec la mise en services de trois nouveaux avions : un Airbus de cent quatre-vingts places, un Fokker de cent places et un autre de cinquante places.