Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM)

NOS VOEUX POUR LA JOURNÉE MONDIALE DU SIDA 2006

A tous nos frères et sœurs de l'Église Catholique en Afrique et à Madagascar, à tous les hommes et femmes de bonne volonté et particulièrement à tous ceux qui sont infectés par le VIH ou affectés par le SIDA : je vous salue et formule mes meilleurs vœux à l'occasion de la Journée Mondiale du SIDA 2006. Le thème de la Journée est : " Stop au SIDA : Tenons les promesses !" Alors que nous commémorons ce jour, réfléchissons sur la fidélité la plus profonde requise pour faire reculer la pandémie.

Nous sommes très alarmés par l'expansion du VIH et du SIDA, les conditions de prédisposition à l'infection et à la maladie, sa diffusion et ses conséquences. Les statistiques à elles-seules disent une histoire dévastatrice. Selon le rapport de l'ONUSIDA de l'année en cours, 24.5 millions de personnes sur une population totale de 774 millions en Afrique sub-saharienne vivent avec le VIH-SIDA. Presque tous les pays du sous-continent ont un taux d'infection bien supérieur à un pour cent, le seuil d'une épidémie, et le taux moyen parmi les adultes âgés de 15 à 49 ans est de 6,1 %.

Malgré d'importants efforts d'éducation, beaucoup de gens restent ignorants du SIDA ou le nient encore. En dépit d'une plus grande disponibilité de traitement, davantage de personnes meurent. Et en dépit des services offerts, beaucoup de personnes infectées et malades sont anéanties par les situations les plus désespérées.

En écho à l'enseignement de cette année du Pape Benoît XVI, nous, les Évêques africains encourageons chacun à considérer les causes les plus profondes de la pandémie. Ce n'est pas seulement une question médicale. Une approche de santé publique est nécessaire mais insuffisante. Car la mission de l'Église est de s'adresser à la personne entière dans toutes les dimensions de la vie, nous nous sentons particulièrement responsables de la revitalisation des valeurs morales fortes dans nos sociétés. Elles mèneront à une solution vraie et durable pour le SIDA en Afrique.

Le fait social et l'Évangile sont tout simplement indissociables. Nos Papes les plus récents insistent là-dessus depuis au moins 125 ans. Là où nous n'apportons aux hommes que des connaissances, le savoir-faire, des capacités techniques et des instruments, nous apportons trop peu. Le Saint Père a de nouveau insisté sur ce point en disant récemment :

" Le Dieu de Jésus le Christ doit être connu, cru et aimé. Il faut convertir les cœurs pour que les questions de société puissent elles aussi progresser, pour que commence la réconciliation et que - par exemple - le SIDA puisse être combattu en affrontant véritablement ses causes profondes et en soignant les malades avec toute l'attention et l'amour qui leur sont dus ".

L'attention de la communauté mondiale a été, ces dernières années, attirée à juste titre par la tragédie de l'épidémie du SIDA. Nous avons été considérablement encouragés par les engagements généreux offerts pour fournir les ressources nécessaires pour la bataille contre ce tueur redoutable. Nous interpellons ceux qui ont fait de telles promesses qu'ils doivent se rappeler les propos vigoureux de feu le Pape Jean Paul II selon lesquels " Les promesses faites aux pauvres sont une dette qui doit être payée ". Les engagements doivent être honorés en temps opportun. Les promesses doivent être tenues rapidement si nous voulons obtenir un quelconque succès convenable dans la lutte. Le thème de cette année pour la journée mondiale du SIDA est donc très approprié: " Stop au SIDA : Tenons les promesses !"

De notre côté, avec les moyens que nous avons, nous continuerons à offrir des soins avec compétence et amour de la personne toute entière. Nous instruirons et prêcherons inlassablement. Nous continuerons à mettre au défi nos concitoyens Africains de tous âges et de toutes conditions pour qu'ils exercent leur responsabilité personnelle et commune. Nous continuerons à inviter particulièrement nos leaders avec les paroles du Saint Père pour " un engagement commun pour la justice et l'amour ". Et nous continuerons à faire bon accueil à l'aide généreuse et respectueuse des gouvernements, des organismes, des corps religieux et des différents bienfaiteurs.

Que notre Sainte Mère Marie, la Reine de l'Afrique et la Santé des Malades, intercède pour nous devant le trône de la grâce. Amen.

+ John ONAIYEKAN,

Archevêque d'Abuja, Nigéria

Président du Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM)

Journée Mondiale du SIDA 2006, 1 décembre 2006



GHANA: SECAM Message for World Aids Day 2006
Symposium of Episcopal Conferences of Africa and Madagascar (SECAM)

GREETING FOR WORLD AIDS DAY 2006

To all our Brothers and Sisters of the Catholic Church in Africa and Madagascar, to all men and women of good will, and especially to all who are infected by HIV or affected by AIDS: greetings and best wishes to you all on World AIDS Day 2006. This year's theme is "Stop AIDS: Keep the Promise!" As we commemorate this day, we reflect on the deeper fidelity needed to reverse the pandemic.

We are greatly alarmed by the magnitude of HIV and AIDS, the conditions of susceptibility to infection and illness, its spread and its consequences. The statistics alone tell a devastating story. According to this year's UNAIDS report, 24.5 million people out of a total population of 774 million in sub-Saharan Africa are living with HIV and AIDS. Nearly all the countries of the sub-continent have a rate of infection well above one percent, the epidemic threshold, and the average rate among adults aged 15-49 is 6.1%.

Despite good educational efforts, many people remain ignorant about AIDS or still deny it. Despite greater availability of treatment, more people are dying. And despite the services offered, many infected and ill people are still crushed under the most desperate of circumstances.

Echoing Pope Benedict XVI's teaching this year, we Catholic Bishops of Africa encourage everyone to consider the deeper causes of the pandemic. It is not just medical. A public health approach is necessary but insufficient. As the Church's mission is to address the whole person in all dimensions of life, we feel the special responsibility to revitalise the strong moral values in our societies. That is what will lead to a true, sustainable solution to AIDS in Africa.

Social issues and the Gospel are inseparable. The recent Popes have been insisting on this for at least 125 years. When one offers people only knowledge, ability, technical competence and tools, this brings them too little. This has been stressed again by our Pope, Benedict XVI, when he said recently:

"The God of Jesus Christ must be known, believed in and loved. Hearts must be converted if progress is to be made on social issues and reconciliation is to begin, if AIDS is to be combated by realistically facing its deeper causes and if the sick are to be given the loving care they need."

The attention of the global community has been adequately drawn in recent years to the tragedy of the AIDS pandemic. We have been greatly encouraged by the generous commitments made to provide needed resources for the battle against this dreaded killer. We urge those who have made such promises to remember the strong statement of the late Pope John Paul II that "Promises made to the poor are a debt that must be paid." Commitments must be honoured in good time. Promises must be kept promptly, if we are ever to achieve any reasonable success in the struggle. The theme for this year's World AIDS Day is therefore very pertinent: "Stop AIDS: Keep the Promise!"

On our part, within the means available to us, we will continue to offer care which is competent, loving and holistic. We will educate and preach, tirelessly. We will continue to challenge our fellow-Africans of every age and condition to exercise personal and communal responsibility. We will continue to invite especially our leaders, in the words of the Holy Father, to "a shared commitment to justice and love." And we will continue to welcome the generous and respectful assistance of governments, organizations, religious bodies and individual benefactors.

May our Holy Mother Mary, Queen of Africa and Health of the Sick, intercede for us at the throne of grace. Amen.

+ John ONAIYEKAN

Archbishop of Abuja, Nigeria

President of the Symposium of Episcopal Conferences of Africa and Madagascar (SECAM)

World AIDS Day, 1 December 2006