MESSAGE DU SAINT-PÈRE POUR LA
45ème JOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRE
POUR LES VOCATIONS

13 Avril 2008 - IVème DIMANCHE DE PÂQUES

Voir La Formation des Missionnaires d'Afrique
Statistiques Etudiants - Ordinations 2008 -


« Les vocations au service de l’Eglise-mission. »

ZF08022206 - 22-02-2008

Journée mondiale de prière pour les vocations : Message de Benoît XVI


« Les vocations au service de l'Église-mission »

 

ROME, Vendredi 22 février 2008 (ZENIT.org) - « Les vocations au service de l'Église-mission » est le thème du message de Benoît XVI aux fidèles du monde entier pour la 45e Journée mondiale de prière pour les vocations 2008 qui sera célébrée le 13 avril 2008, le IVe dimanche de Pâques.

Chers frères et sœurs !

1. Pour la Journée mondiale de prière pour les vocations, qui sera célébrée le 13 avril 2008, j'ai choisi pour thème : Les vocations au service de l'Église-mission. Jésus ressuscité a confié aux Apôtres le mandat : «Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit» (Mt 28, 19), en leur promettant : «Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde» (Mt 28, 20). L'Église est missionnaire dans sa totalité et en chacun de ses membres. Si, en vertu des sacrements du Baptême et de la Confirmation, tout chrétien est appelé à témoigner et à annoncer l'Évangile, la dimension missionnaire est spécialement et intimement liée à la vocation sacerdotale. Dans l'alliance avec Israël, Dieu confia à des hommes, choisis par avance, appelés par Lui et envoyés au peuple en son nom, la mission d'être prophètes et prêtres. Il fit ainsi, par exemple, avec Moïse : «Maintenant, va ! - lui dit le Seigneur - Je t'envoie chez Pharaon : tu feras sortir d'Égypte mon peuple... quand tu auras fait sortir d'Égypte mon peuple, vous rendrez un culte à Dieu sur cette montagne» (Ex 3, 10.12). Il en fut de même avec les prophètes.

2. Les promesses faites à nos Pères se réalisèrent pleinement en Jésus Christ. À ce sujet, le Concile Vatican II affirme : «Le Fils est donc venu, envoyé par le Père qui nous a élus en lui avant la création du monde et nous a prédestinés à l'adoption filiale... C'est pourquoi le Christ, pour accomplir la volonté du Père, a inauguré sur terre le Royaume des cieux, et nous a révélé son mystère et, par son obéissance, a effectué la Rédemption» (Const. dogm. Lumen gentium, n. 3). Et, comme proches collaborateurs dans son ministère messianique, Jésus se choisit des disciples, dès sa vie publique, pendant sa prédication en Galilée. Par exemple, lors de la multiplication des pains, quand il dit à ses Apôtres : «Donnez-leur vous-même à manger» (Mt 14, 16), les incitant ainsi à prendre en charge les besoins des foules, auxquelles il voulait offrir la nourriture pour les rassasier, mais aussi pour leur révéler la nourriture «qui se garde jusque dans la vie éternelle» (Jn 6, 27). Il était saisi de compassion pour les hommes, parce qu'en parcourant les villes et les villages, il rencontrait des foules fatiguées et abattues, «comme des brebis sans berger» (cf. Mt 9, 36). De ce regard d'amour jaillissait son invitation aux disciples : «Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson» (Mt 9, 38), et il envoya les Douze d'abord «aux brebis perdues de la maison d'Israël», avec des instructions précises. Si nous nous arrêtons pour méditer cette page de l'Évangile de Matthieu, que l'on appelle habituellement «le discours missionnaire», nous relevons tous les aspects qui caractérisent l'activité missionnaire d'une communauté chrétienne qui veut rester fidèle à l'exemple et à l'enseignement de Jésus. Correspondre à l'appel du Seigneur nécessite d'affronter, avec prudence et simplicité, tout danger et même les persécutions, puisque «le disciple n'est pas au-dessus de son maître, ni le serviteur au-dessus de son seigneur» (Mt 10, 24). Devenus un avec le Maître, les disciples ne sont plus seuls à annoncer le Royaume des cieux, mais c'est Jésus lui-même qui agit en eux : «Qui vous accueille m'accueille, et qui m'accueille accueille Celui qui m'a envoyé» (Mt 10, 40). Et en outre, comme véritables témoins, «revêtus d'une force venue d'en-haut» (Lc 24, 49), ils prêchent «la conversion et le pardon des péchés» (Lc 24, 47) à toutes les nations.

3. C'est précisément parce qu'ils sont envoyés par le Seigneur que les Douze prennent le nom d'"apôtres", destinés à parcourir les routes du monde en annonçant l'Évangile comme témoins de la mort et de la résurrection du Christ. Saint Paul écrit aux chrétiens de Corinthe : «Nous - c'est-à-dire les Apôtres - nous proclamons un Messie crucifié» (1 Co 1, 23). Dans ce processus d'évangélisation, le livre des Actes des Apôtres attribue aussi un rôle très important à d'autres disciples, dont la vocation missionnaire provient de circonstances providentielles, parfois douloureuses, comme l'expulsion de leur terre en tant qu'adeptes de Jésus (cf. 8, 1-4). L'Esprit Saint permet de transformer cette épreuve en occasion de grâce et d'en tirer profit pour que le nom du Seigneur soit annoncé à d'autres peuples et qu'ainsi s'élargisse le cercle de la Communauté chrétienne. Il s'agit d'hommes et de femmes qui, comme l'écrit Luc dans le livre des Actes, «ont consacré leur vie à la cause de notre Seigneur Jésus Christ» (15, 26). Le premier de tous, appelé par le Seigneur lui-même à être un véritable Apôtre, est certainement Paul de Tarse. L'histoire de Paul, le plus grand missionnaire de tous les temps, fait émerger, sous de multiples points de vue, le lien entre vocation et mission. Accusé par ses adversaires de ne pas être autorisé à l'apostolat, il fait maintes fois appel à la vocation qu'il a reçue directement du Seigneur (cf. Rm 1, 1 ; Ga 1, 11-12.15-17).

4. Au début, comme par la suite, c'est toujours «l'amour du Christ» qui «pousse» les Apôtres (cf. 2Co5, 14). En fidèles serviteurs de l'Église, dociles à l'action de l'Esprit Saint, d'innombrables missionnaires ont suivi les traces des premiers disciples au long des siècles. Le Concile Vatican II fait remarquer : «Bien qu'à tout disciple du Christ incombe pour sa part la charge de répandre la foi, le Christ Seigneur ne cesse cependant d'appeler parmi ses disciples ceux qu'il veut pour qu'ils soient avec lui et pour les envoyer prêcher aux peuples païens (cf. Mc 3, 13-15)» (Décr. Ad gentes, n. 23). En effet, l'amour du Christ est communiqué à nos frères par l'exemple et par la parole, et par toute l'existence. «La vocation spéciale des missionnaires ad vitam - selon les paroles de mon vénéré Prédécesseur Jean-Paul II - conserve toute sa valeur : elle est le paradigme de l'engagement missionnaire de l'Église, qui a toujours besoin que certains se donnent radicalement et totalement, qui a toujours besoin d'élans nouveaux et audacieux» (Enc. Redemptoris missio, n. 66).

5. Parmi les personnes qui se dévouent totalement au service de l'Évangile, on trouve en particulier les prêtres. Ils sont appelés à dispenser la Parole de Dieu, à administrer les sacrements, spécialement l'Eucharistie et la Réconciliation, dévoués au service des plus petits, des malades, des pauvres, des personnes qui souffrent et de celles qui traversent des moments difficiles dans des régions de la terre où il y a parfois des multitudes qui, aujourd'hui encore, n'ont pas véritablement rencontré Jésus Christ. Les missionnaires leur apportent la première annonce de son amour rédempteur. Les statistiques montrent que le nombre des baptisés augmente chaque année grâce à l'activité pastorale de ces prêtres, entièrement consacrés au salut de leurs frères. Dans cet esprit, il faut remercier tout spécialement les «prêtres fidei donum, qui, avec compétence et généreux dévouement, construisent la communauté en lui annonçant la Parole de Dieu et en lui partageant le Pain de la vie, sans épargner leurs forces dans le service de la mission de l'Église. Il faut remercier Dieu pour les nombreux prêtres qui ont souffert jusqu'au sacrifice de leur vie pour servir le Christ... Il s'agit de témoignages émouvants qui peuvent inspirer beaucoup de jeunes à suivre à leur tour le Christ et à donner leur vie pour les autres, trouvant ainsi la vie véritable» (Exhort. ap. Sacramentum caritatis, n. 26). À travers ses prêtres, Jésus se rend donc présent parmi les hommes d'aujourd'hui, jusque dans les lieux les plus reculés de la terre.

6. Dans l'Église, il y a aussi depuis toujours beaucoup d'hommes et de femmes qui, poussés par l'action de l'Esprit Saint, choisissent de vivre l'Évangile d'une manière radicale, professant les vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance. Cette multitude de religieux et de religieuses, appartenant à d'innombrables Instituts de vie contemplative et active, a encore «une très grande part dans l'évangélisation du monde» (Décr. Ad gentes, n. 40). Par leur prière permanente et communautaire, les religieux de vie contemplative intercèdent sans cesse pour toute l'humanité ; les religieux de vie active, par leurs multiples formes d'action caritative, apportent à tous le témoignage vivant de l'amour et de la miséricorde de Dieu. À propos de ces apôtres de notre temps, le Serviteur de Dieu Paul VI tint à dire : «Grâce à leur consécration religieuse, ils sont par excellence volontaires et libres pour tout quitter et aller annoncer l'Évangile jusqu'aux confins du monde. Ils sont entreprenants, et leur apostolat est marqué souvent par une originalité, un génie qui forcent l'admiration. Ils sont généreux : on les trouve souvent aux avant-postes de la mission, et ils prennent les plus grands risques pour leur santé et leur propre vie. Oui, vraiment, l'Église leur doit beaucoup» (Exhort. ap. Evangelii nuntiandi, n. 69).

7. De plus, pour que l'Église puisse continuer à accomplir la mission qui lui a été confiée par le Christ et qu'il y ait toujours les évangélisateurs dont le monde a besoin, il est nécessaire que l'on ne néglige jamais dans les communautés chrétiennes une constante éducation à la foi des enfants et des adultes ; il est nécessaire de maintenir vivant chez les fidèles un sens actif de la responsabilité missionnaire et de la participation solidaire avec les peuples de la terre. Le don de la foi appelle tous les chrétiens à coopérer à l'évangélisation. Cette conscience est nourrie par la prédication et la catéchèse, la liturgie et une continuelle formation à la prière ; elle grandit par l'exercice de l'accueil, de la charité, de l'accompagnement spirituel, de la réflexion et du discernement, ainsi que par un projet pastoral dont le souci des vocations fait intégralement partie.

8. C'est seulement dans un terrain spirituellement bien cultivé que fleurissent les vocations au sacerdoce ministériel et à la vie consacrée. En effet, les communautés chrétiennes, qui vivent intensément la dimension missionnaire du mystère de l'Église, ne seront jamais portées à se replier sur elles-mêmes. La mission, comme témoignage de l'amour divin, devient particulièrement efficace quand elle est partagée d'une manière communautaire, «afin que le monde croie» (cf. Jn 17, 21). Ce don des vocations, l'Église le demande chaque jour à l'Esprit Saint. Comme à ses débuts, recueillie autour de la Vierge Marie, Reine des Apôtres, la Communauté ecclésiale apprend d'elle à implorer du Seigneur la floraison de nouveaux apôtres qui sachent vivre en eux la foi et l'amour qui sont nécessaires pour la mission.

9. Alors que je confie ces réflexions à toutes les Communautés ecclésiales, afin qu'elles se les approprient et surtout qu'elles s'en inspirent pour la prière, j'encourage l'engagement de tous ceux qui agissent avec foi et générosité au service des vocations et de grand cœur j'adresse aux formateurs, aux catéchistes et à tous, spécialement aux jeunes en chemin vocationnel, une particulière Bénédiction Apostolique.

Du Vatican, le 3 décembre 2007.

BENEDICTUS PP. XVI

[00267-03.01] [Texte original: Italien]


* * *

Pour Plus en français : Voir Service National des Vocations France

Quelques chiffres
15 440 prêtres diocésains
5 083 prêtres religieux
101 ordinations de prêtres diocésains (2007)
2061 diacres permanents en service
(source : SNV)


« Devenez ce que que vous recevez, le Corps du Christ... »
Pour être Eglise-communion, chacun a sa place à tenir pour que ce corps-Eglise soit riche de toutes les diversités et témoigne aux yeux du monde de Celui qui est sa source et son sommet.
Devenons serviteurs actifs de l’Eglise, communion d’amour ...

 

Le thème de la Journée Mondiale de prière pour les Vocations s’articule sur trois années :
• Serviteurs de l’Eglise Mystère (2006)
• Serviteurs de l’Eglise communion (2007)
• Serviteurs de l’Eglise mission (2008).

 

En France, des jeunes se préparent à devenir :
prêtres diocésains
(au 15 novembre 2007)
  • 133 entrées 1ère année de formation au ministère de prêtre diocésain
  • 756 séminaristes en formation en 2007

religieux
(2006-2007)
  • 79 entrées en formation dont 31 dans les monastères
  • 99 novices français dont 42 moines
  • 183 professions temporaires
  • 77 professions perpétuelles

religieuses apostoliques
(1er janvier 2007)
  • 65 novices françaises en France
  • 127 novices non françaises en France

moniales
(1er novembre 2007)
  • 170 professes temporaires
  • 75 novices en France
  • 82 postulantes

 

Vocations et mission

« Les vocations au service de l’Eglise-mission », tel est le thème de la 45ème Journée mondiale des Vocations qui a lieu dimanche 14 avril.

Chaque année la Journée Mondiale de Prière pour les Vocations a lieu le 4ème dimanche de Pâques, appelé "le dimanche du Bon Pasteur". En lien avec les thèmes de deux années précédentes ("Serviteurs de l’Église Mystère" en 2006 et "Serviteurs de l’Église communion" en 2007), la journée des vocations mettra l’accent cette année sur la mission.

Dans son message publié en décembre 2007, Benoît XVI a rappelé que, si chaque chrétien en vertu des sacrements du baptême et de la confirmation, est appelé à témoigner et à annoncer l’Evangile, la dimension missionnaire n’en est pas moins « spécialement et intimement liée à la vocation sacerdotale ».

Des communautés chrétiennes missionnaires
Il a tenu à remercier tout spécialement les prêtres fidei donum, qui, « avec compétence et généreux dévouement, construisent la communauté en lui annonçant la Parole de Dieu et en lui partageant le Pain de la vie, sans épargner leurs forces dans le service de la mission de l'Église » mais aussi les « nombreux prêtres qui ont souffert jusqu'au sacrifice de leur vie pour servir le Christ ». Des témoignages qui, comme le souligne Benoît XVI « peuvent inspirer beaucoup de jeunes à suivre à leur tour le Christ et à donner leur vie pour les autres, trouvant ainsi la vie véritable».

Pour que l’Église puisse continuer à accomplir la mission qui lui a été confiée par le Christ et qu’il y ait toujours les évangélisateurs dont le monde a besoin, Benoît XVI a rappelé l’importance au sein des communautés chrétiennes « d’une constante éducation à la foi des enfants et des adultes (…) « C'est seulement dans un terrain spirituellement bien cultivé que fleurissent les vocations au sacerdoce ministériel et à la vie consacrée. En effet, les communautés chrétiennes, qui vivent intensément la dimension missionnaire du mystère de l'Église, ne seront jamais portées à se replier sur elles-mêmes. La mission, comme témoignage de l'amour divin, devient particulièrement efficace quand elle est partagée d'une manière communautaire, «afin que le monde croie» (cf. Jn 17, 21) ».

Toutes les communautés chrétiennes sont appelées à vivre pleinement cette journée : célébrations d’éveil à la foi, temps forts avec les enfants du catéchisme, rassemblements pour les jeunes, veillées de prières, temps de prières… les initiatives sont multiples pour rendre grâce et prier pour les vocations.

Une invitation à la prière adressée avec enthousiasme par Mgr Pascal Roland, évêque de Moulins, membre de la Commission pour les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiales dans un livret de prière spécialement conçu pour cette journée : « Prier c’est s’exposer à entendre le Seigneur nous confier une mission et nous éprouver en nous renvoyant à notre pauvreté personnelle. Il n’est plus question d’être rassuré par la possession de moyens matériels (…) mais il est impératif de s’investir pleinement tout en faisant totalement confiance au Maître de la moisson, seul responsable de la mission. N’ayez donc pas peur de prier ! Contemplez le Christ, soyez attentifs, laissez-le appeler er envoyer pour être des serviteurs donnés… et vos vies seront-elles-mêmes appelantes ! »

 

* * *

Prière


Christ Jésus,
serviteur de l’amour du Père,
Tu es venu parmi nous,
Pour nous appeler à vivre
Avec Toi et comme Toi
Pour un monde plus juste
et plus fraternel,
Tu appelles toutes tes créatures
À participer à ta mission
Suscite en ton Église,
Des disciples ardents,
Conduits par le souffle de l’Esprit
Loué sois-tu Seigneur
Pour les consacrés et les prêtres
Serviteurs de ton peuple
Que ton Esprit guide
Les jeunes que tu appelles
A être signes de ta charité et de ton espérance
Qu’à travers toutes les vocations
Se révèle ton visage
De lumière et de paix
Amen

Amen.




MESSAGE OF HIS HOLINESS POPE BENEDICT XVI
FOR THE 45th WORLD DAY OF PRAYER FOR VOCATIONS

See the Formation of the Missionaries of Africa
Statistics Students - Ordinations 2008 -

13 Avril 2008 - FOURTH SUNDAY OF EASTER

 

Theme: “Vocations at the Service of the Church on Mission”

ZE08022205 - 2008-02-22

Papal Message for Pray-for-Vocations Day


Vocations "Flourish in a Spiritual Soil That Is Well Cultivated"

 

VATICAN CITY, FEB. 22, 2008 (Zenit.org).- Here is Benedict XVI's message for the 45th World Day of Prayer for Vocations, which will take place April 13, the Fourth Sunday of Easter.

The theme of the message, released by the Vatican today, is "Vocations at the Service of the Church on Mission."

* * *

Dear brothers and sisters,

1. For the World Day of Prayer for Vocations, to be celebrated on 13 April 2008, I have chosen the theme: "Vocations at the service of the Church on mission." The Risen Jesus gave to the Apostles this command: “Go therefore and make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and of the Son and of the Holy Spirit” (Mt 28:19), assuring them: “I am with you always, to the close of the age” (Mt 28: 20). The Church is missionary in herself and in each one of her members. Through the sacraments of Baptism and Confirmation, every Christian is called to bear witness and to announce the Gospel, but this missionary dimension is associated in a special and intimate way with the priestly vocation. In the covenant with Israel, God entrusted to certain men, called by him and sent to the people in his name, a mission as prophets and priests. He did so, for example, with Moses: “Come, - God told him - I will send you to Pharaoh, that you may bring forth my people … out of Egypt …when you have brought forth the people out of Egypt, you will serve God upon this mountain” (Ex 3: 10 and 12). The same happened with the prophets.

2. The promises made to our fathers were fulfilled entirely in Jesus Christ. In this regard, the Second Vatican Council says: “The Son, therefore, came, sent by the Father. It was in him, before the foundation of the world, that the Father chose us and predestined us to become adopted sons … To carry out the will of the Father, Christ inaugurated the kingdom of heaven on earth and revealed to us the mystery of that kingdom. By his obedience he brought about redemption” (Dogmatic Constitution "Lumen Gentium," 3). And Jesus already in his public life, while preaching in Galilee, chose some disciples to be his close collaborators in the messianic ministry. For example, on the occasion of the multiplication of the loaves, he said to the Apostles: “You give them something to eat” (Mt 14: 16), encouraging them to assume the needs of the crowds to whom he wished to offer nourishment, but also to reveal the food “which endures to eternal life” (Jn 6: 27). He was moved to compassion for the people, because while visiting cities and villages, he found the crowds weary and helpless, like sheep without a shepherd (cf. Mt 9: 36). From this gaze of love came the invitation to his disciples: “Pray therefore the Lord of the harvest to send out labourers into his harvest” (Mt 9: 38), and he sent the Twelve initially “to the lost sheep of the house of Israel” with precise instructions. If we pause to meditate on this passage of Matthew’s Gospel, commonly called the “missionary discourse”, we may take note of those aspects which distinguish the missionary activity of a Christian community, eager to remain faithful to the example and teaching of Jesus. To respond to the Lord’s call means facing in prudence and simplicity every danger and even persecutions, since “a disciple is not above his teacher, nor a servant above his master” (Mt 10: 24). Having become one with their Master, the disciples are no longer alone as they announce the Kingdom of heaven; Jesus himself is acting in them: “He who receives you receives me, and he who receives me receives him who sent me” (Mt 10: 40). Furthermore, as true witnesses, “clothed with power from on high” (Lk 24: 49), they preach “repentance and the forgiveness of sins” (Lk 24: 47) to all peoples.

3. Precisely because they have been sent by the Lord, the Twelve are called “Apostles”, destined to walk the roads of the world announcing the Gospel as witnesses to the death and resurrection of Christ. Saint Paul, writing to the Christians of Corinth, says: “We -- the Apostles -- preach Christ crucified” (1 Cor 1: 23). The Book of the Acts of the Apostles also assigns a very important role in this task of evangelization to other disciples whose missionary vocation arises from providential, sometimes painful, circumstances such as expulsion from their own lands for being followers of Jesus (cf. 8,1-4). The Holy Spirit transforms this trial into an occasion of grace, using it so that the name of the Lord can be preached to other peoples, stretching in this way the horizons of the Christian community. These are men and women who, as Luke writes in the Acts of the Apostles, “have risked their lives for the sake of our Lord Jesus Christ” (15: 26). First among them is undoubtedly Paul of Tarsus, called by the Lord himself, hence a true Apostle. The story of Paul, the greatest missionary of all times, brings out in many ways the link between vocation and mission. Accused by his opponents of not being authorized for the apostolate, he makes repeated appeals precisely to the call which he received directly from the Lord (cf. Rom 1: 1; Gal 1: 11-12 and 15-17).

4. In the beginning, and thereafter, what “impels” the Apostles (cf. 2 Cor 5: 14) is always “the love of Christ”. Innumerable missionaries, throughout the centuries, as faithful servants of the Church, docile to the action of the Holy Spirit, have followed in the footsteps of the first disciples. The Second Vatican Council notes: “Although every disciple of Christ, as far in him lies, has the duty of spreading the faith, Christ the Lord always calls whomever he will from among the number of his disciples, to be with him and to be sent by him to preach to the nations [cf. Mk 3: 13-15]” (Decree Ad Gentes, 23). In fact, the love of Christ must be communicated to the brothers by example and words, with all one’s life. My venerable predecessor John Paul II wrote: “The special vocation of missionaries ‘for life’ retains all its validity: it is the model of the Church's missionary commitment, which always stands in need of radical and total self-giving, of new and bold endeavours”. (Encyclical "Redemptoris Missio," 66)

5. Among those totally dedicated to the service of the Gospel, are priests, called to preach the word of God, administer the sacraments, especially the Eucharist and Reconciliation, committed to helping the lowly, the sick, the suffering, the poor, and those who experience hardship in areas of the world where there are, at times, many who still have not had a real encounter with Jesus Christ. Missionaries announce for the first time to these people Christ’s redemptive love. Statistics show that the number of baptized persons increases every year thanks to the pastoral work of these priests, who are wholly consecrated to the salvation of their brothers and sisters. In this context, a special word of thanks must be expressed “to the 'fidei donum' priests who work faithfully and generously at building up the community by proclaiming the word of God and breaking the Bread of Life, devoting all their energy to serving the mission of the Church. Let us thank God for all the priests who have suffered even to the sacrifice of their lives in order to serve Christ ... Theirs is a moving witness that can inspire many young people to follow Christ and to expend their lives for others, and thus to discover true life” (Apostolic Exhortation "Sacramentum Caritatis," 26).

6. There have always been in the Church many men and women who, prompted by the action of the Holy Spirit, choose to live the Gospel in a radical way, professing the vows of chastity, poverty and obedience. This multitude of men and women religious, belonging to innumerable Institutes of contemplative and active life, still plays “the main role in the evangelisation of the world” ("Ad Gentes," 40). With their continual and community prayer, contemplatives intercede without ceasing for all humanity. Religious of the active life, with their many charitable activities, bring to all a living witness of the love and mercy of God. The Servant of God Paul VI concerning these apostles of our times said: “Thanks to their consecration they are eminently willing and free to leave everything and to go and proclaim the Gospel even to the ends of the earth. They are enterprising and their apostolate is often marked by an originality, by a genius that demands admiration. They are generous: often they are found at the outposts of the mission, and they take the greatest of risks for their health and their very lives. Truly the Church owes them much” (Apostolic Exhortation "Evangelii Nuntiandi," 69).

7. Furthermore, so that the Church may continue to fulfil the mission entrusted to her by Christ, and not lack promoters of the Gospel so badly needed by the world, Christian communities must never fail to provide both children and adults with constant education in the faith. It is necessary to keep alive in the faithful a committed sense of missionary responsibility and active solidarity with the peoples of the world. The gift of faith calls all Christians to co-operate in the work of evangelization. This awareness must be nourished by preaching and catechesis, by the liturgy, and by constant formation in prayer. It must grow through the practice of welcoming others, with charity and spiritual companionship, through reflection and discernment, as well as pastoral planning, of which attention to vocations must be an integral part.

8. Vocations to the ministerial priesthood and to the consecrated life can only flourish in a spiritual soil that is well cultivated. Christian communities that live the missionary dimension of the mystery of the Church in a profound way will never be inward looking. Mission, as a witness of divine love, becomes particularly effective when it is shared in a community, “so that the world may believe” (cf. Jn 17: 21). The Church prays everyday to the Holy Spirit for the gift of vocations. Gathered around the Virgin Mary, Queen of the Apostles, as in the beginning, the ecclesial community learns from her how to implore the Lord for a flowering of new apostles, alive with the faith and love that are necessary for the mission.

9. While I entrust this reflection to all the ecclesial communities so that they may make it their own, and draw from it inspiration for prayer, and as I encourage those who are committed to work with faith and generosity in the service of vocations, I wholeheartedly send to educators, catechists and to all, particularly to young people on their vocational journey, a special Apostolic Blessing.

From the Vatican, 3 December 2007

BENEDICTUS PP. XVI

[Italian original translated by the Holy See]