Nouvelles du 07-01- 2012
Texte Pris sur le site Zénith


Note avec indications pastorales pour l'Année de la foi
Document de la Congrégation pour la doctrine de la foi

ROME, samedi 7 janvier 2012 (ZENIT.org) – Après avoir publié un communiqué annonçant ce document (cf. Zenit du 5 janvier 2012), la Congrégation pour la doctrine de la foi publie, ce 7 janvier, le texte intégral de cette « Note avec indications pastorales pour l’Année de la foi » (11 octobre 2012-24 octobre 2013).

La « Note » annonce notamment la mise en place d'un "Comité" pour coordonner les initiatives à dimension universelle: il dépendra du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation. Les initiatives sont aussi encouragées aux différents niveaux des conférences épiscopales, puis des diocèses, et enfin des paroisses, associations, mouvements, etc.

CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI
Note avec indications pastorales pour l’Année de la foi

Introduction

Avec la Lettre apostolique « Porta fidei » du 11 octobre 2011, le Saint-Père Benoît XVI a proclamé une Année de la foi. Elle s’ouvrira le 11 octobre 2012, pour le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile œcuménique Vatican II, et s’achèvera le 24 novembre 2013, Solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’univers.

Cette année sera une occasion propice pour que tous les fidèles comprennent plus profondément que le fondement de la foi chrétienne est « la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive » (1). Fondée sur la rencontre avec Jésus-Christ ressuscité, la foi pourra être redécouverte dans son intégrité et dans toute sa splendeur. « De nos jours aussi, la foi est un don à redécouvrir, à cultiver et dont il faut témoigner », afin que le Seigneur « accorde à chacun de nous de vivre la beauté et la joie d’être chrétiens » (2).

Le début de l’Année de la foi coïncide avec le souvenir reconnaissant de deux grands événements qui ont marqué le visage de l’Église en nos jours : le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, voulu par le bienheureux Jean XXIII (11 octobre 1962) et le vingtième anniversaire de la promulgation du Catéchisme de l’Église catholique, offert à l’Église par le bienheureux Jean-Paul II (11 octobre 1992).

Le Concile, selon le Pape Jean XXIII, a voulu « transmettre la doctrine dans sa pureté et dans son intégrité, sans atténuations ni altérations », s’efforçant afin que « cette doctrine certaine et immuable, qui doit être respectée fidèlement, soit approfondie et présentée de la façon qui répond aux exigences de notre époque » (3). À cet égard, l’importance du début de la Constitution Lumen gentium reste décisive : « Le Christ est la lumière des peuples ; réuni dans l’Esprit Saint, le saint Concile souhaite donc ardemment, en annonçant à toutes les créatures la bonne nouvelle de l’Évangile répandre sur tous les hommes la clarté du Christ qui resplendit sur le visage de l’Église (cf. Mc 16, 15) » (4). À partir de la lumière du Christ, qui purifie, illumine et sanctifie dans la célébration de la liturgie sacrée (cf. Constitution Sacrosanctum Concilium) et avec sa parole divine (cf. Constitution dogmatique Dei Verbum), le Concile a voulu approfondir la nature intime de l’Église (cf. Constitution dogmatique Lumen gentium) et son rapport avec le monde contemporain (cf. Constitution pastorale Gaudium et spes). Autour de ses quatre Constitutions, véritables piliers du Concile, se regroupent les Déclarations et les Décrets, qui affrontent quelques-unes des questions majeures de l’époque.

Après le Concile, l’Église s’est engagée dans la réception et dans l’application de son riche enseignement, en continuité avec toute la Tradition, sous la direction sûre du Magistère. Pour favoriser la réception correcte du Concile, les Souverains Pontifes ont convoqué à plusieurs reprises le Synode des évêques (5), institué par le Serviteur de Dieu Paul VI en 1965, proposant à l’Église des orientations claires par le biais des diverses Exhortations apostoliques post-synodales. La prochaine Assemblée générale du Synode des évêques, au mois d’octobre 2012, aura pour thème : La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne.

Depuis le début de son pontificat, le Pape Benoît XVI s’est engagé fermement en faveur d’une juste compréhension du Concile, repoussant comme erronée la dénommée « herméneutique de la discontinuité et de la rupture » et promouvant celle qu’il a lui-même appelée « l’"herméneutique de la réforme", du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Église, que le Seigneur nous a donné ; c’est un sujet qui grandit dans le temps et qui se développe, restant cependant toujours le même, l’unique sujet du Peuple de Dieu en marche » (6).

Le Catéchisme de l’Église catholique, se plaçant dans cette perspective, est d’une part un « fruit authentique du Concile Vatican II » (7), et, d’autre part, entend en favoriser la réception. Le Synode extraordinaire des évêques en 1985, convoqué à l’occasion du vingtième anniversaire de la clôture du Concile Vatican II et pour effectuer un bilan de sa réception, a suggéré de préparer ce Catéchisme afin d’offrir au peuple de Dieu un compendium de toute la doctrine catholique et un texte de référence sûr pour les catéchismes locaux. Le Pape Jean-Paul II a accueilli cette proposition comme un désir « répondant pleinement à un vrai besoin de l’Église universelle et des Églises particulières (8). Rédigé en collaboration avec l’épiscopat entier de l’Église catholique, ce Catéchisme « exprime véritablement ce qu’on peut appeler la " symphonie" de la foi » (9).

Le Catéchisme comprend « du neuf et de l’ancien (cf. Mt 13, 52), la foi étant toujours la même et source de lumières toujours nouvelles. Pour répondre à cette double exigence, le Catéchisme de l’Église catholique, d’une part reprend l’ordre "ancien", traditionnel et déjà suivi par le Catéchisme de saint Pie V, en articulant le contenu en quatre parties : le Credo ; la sainte liturgie, avec les sacrements en premier plan ; l’agir chrétien, exposé à partir des commandements ; et enfin la prière chrétienne. Mais, en même temps, le contenu est souvent exprimé d’une façon "nouvelle", afin de répondre aux interrogations de notre époque » (10). Ce Catéchisme est « un instrument valable et autorisé au service de la communion ecclésiale » et « une norme sûre pour l’enseignement de la foi » (11). Les contenus de la foi trouvent en lui « leur synthèse systématique et organique. Ici, en effet, émerge la richesse d’enseignement que l’Église a accueilli, gardé et offert au cours de ses deux mille ans d’histoire. De la sainte Écriture aux Pères de l’Église, des Maîtres de théologie aux Saints qui ont traversé les siècles, le Catéchisme offre une mémoire permanente des nombreuses façons dans lesquelles l’Église a médité sur la foi et produit un progrès dans la doctrine pour donner certitude aux croyants dans leur vie de foi » (12).

L’Année de la foi veut contribuer à une conversion renouvelée au Seigneur Jésus et à la redécouverte de la foi, afin que tous les membres de l’Église soient des témoins crédibles et joyeux du Seigneur ressuscité dans le monde d’aujourd’hui, capables d’indiquer aux nombreuses personnes en recherche la "porte de la foi". Cette "porte" ouvre grand le regard de l’homme sur Jésus-Christ, présent au milieu de nous « tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Il nous montre comment « l’art de vivre » s’apprend « dans un rapport intense avec Lui » (13). « Par son amour, Jésus-Christ attire à lui les hommes de toutes générations : en tous temps il convoque l’Église lui confiant l’annonce de l’Évangile, avec un mandat qui est toujours nouveau. C’est pourquoi aujourd’hui aussi un engagement ecclésial plus convaincu en faveur d’une nouvelle évangélisation pour redécouvrir la joie de croire et retrouver l’enthousiasme de communiquer la foi est nécessaire » (14).

Par mandat du Pape Benoît XVI (15), la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a rédigé, en accord avec les Dicastères compétents du Saint-Siège et avec la contribution du Comité pour la préparation de l’Année de la foi (16), la présente Note accompagnée de quelques indications pour vivre ce temps de grâce, sans exclure d’autres propositions que l’Esprit Saint voudra susciter parmi les pasteurs et les fidèles dans les différentes parties du monde.

Indications

« Je sais en qui j’ai mis ma foi » (2 Tm 1, 12) : cette parole de saint Paul nous aide à comprendre que la foi « est d’abord une adhésion personnelle de l’homme à Dieu ; elle est en même temps, et inséparablement, l’assentiment libre à toute la vérité que Dieu a révélée » (17). La foi comme confiance personnelle dans le Seigneur et la foi que nous professons dans le Credo sont inséparables, elles s’appellent et s’exigent mutuellement. Il existe un lien profond entre la foi vécue et ses contenus : la foi des témoins et des confesseurs est également la foi des apôtres et des docteurs de l’Église.

Dans ce sens, les indications suivantes pour l’Année de la foi désirent favoriser tant la rencontre avec le Christ au travers d’authentiques témoins de la foi, que la connaissance toujours plus grande de ses contenus. Il s’agit de propositions qui entendent solliciter, par mode d’exemple, la réponse empressée de l’Église à l’invitation du Saint-Père à vivre pleinement cette Année comme un « temps de grâce » (18) spécial. La redécouverte joyeuse de la foi pourra aussi contribuer à consolider l’unité et la communion entre les diverses réalités composant la grande famille de l’Église.

I. Au niveau de l’Église universelle

1. Le principal événement ecclésial au début de l’Année de la foi sera la XIIIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, convoquée par le Pape Benoît XVI pour le mois d’octobre 2012 et dédiée à La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne. Durant ce Synode, le 11 octobre 2012 aura lieu une célébration d’ouverture solennelle de l’Année de la foi, pour le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II.

2. Au cours de l’Année de la foi, il conviendra d’encourager les pèlerinages des fidèles auprès du Siège de Pierre, pour y professer la foi en Dieu Père, Fils et Esprit Saint, en s’unissant avec celui qui, aujourd’hui, est appelé à confirmer ses frères dans la foi (cf. Lc 22, 32). Il sera aussi important de favoriser les pèlerinages en Terre Sainte, lieu qui a vu en premier la présence de Jésus, le Sauveur, et de Marie, sa mère.

3. Au cours de cette Année, il sera utile d’inviter les fidèles à s’adresser avec une particulière dévotion à Marie, figure de l’Église, qui « rassemble et reflète en elle-même d’une certaine façon les requêtes suprêmes de la foi » (19). Il faut donc encourager toute initiative aidant les fidèles à reconnaître le rôle particulier de Marie dans le mystère du salut, à l’aimer filialement et à en suivre la foi et les vertus. À cet effet, il sera très opportun d’organiser des pèlerinages, des célébrations et des rencontres auprès des sanctuaires les plus importants.

4. La prochaine Journée mondiale de la jeunesse à Rio de Janeiro au mois de juillet 2013 offrira aux jeunes une occasion privilégiée pour expérimenter la joie qui provient de la foi au Seigneur Jésus et de la communion avec le Saint-Père, dans la grande famille de l’Église.

5. Il est souhaitable qu’il y ait des symposiums, des colloques et des rassemblements de large envergure, même au niveau international, afin de favoriser la rencontre avec d’authentiques témoins de la foi et la connaissance des contenus de la doctrine catholique. En montrant comment aujourd’hui encore la Parole de Dieu continue à croître et à se répandre, il sera important de rendre témoignage au fait qu’en Jésus-Christ « trouve son achèvement tout tourment et toute aspiration du cœur humain » (20) et que la foi « devient un nouveau critère d’intelligence et d’action qui change toute la vie de l’homme » (21). Certains colloques seront consacrés en particulier à la redécouverte des enseignements du Concile Vatican II.

6. À tous les croyants, l’Année de la foi offrira une occasion propice pour approfondir la connaissance des principaux Documents du Concile Vatican II et l’étude du Catéchisme de l’Église catholique. Ceci vaut en particulier pour les candidats au sacerdoce, surtout au cours de l’année propédeutique ou des premières années d’études théologiques, pour les novices des Instituts de vie consacrée et des Sociétés de vie apostolique, ainsi que pour ceux qui vivent un temps d’essai en vue de rejoindre une Association ou un Mouvement ecclésial.

7. Cette Année sera une occasion propice pour un accueil plus attentif des homélies, des catéchèses, des discours et des autres interventions du Saint-Père. Les Pasteurs, les personnes consacrées et les fidèles laïcs seront invités à un engagement renouvelé pour une adhésion effective et cordiale à l’enseignement du Successeur de Pierre.

8. Durant l’Année de la foi et en collaboration avec le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, on souhaite diverses initiatives œcuméniques destinées à implorer et à favoriser « la restauration de l’unité entre tous les chrétiens », qui est « l’un des objectifs principaux du saint Concile œcuménique de Vatican II » (22). Il y aura en particulier une célébration œcuménique solennelle pour réaffirmer la foi au Christ de la part de tous les baptisés.

9. Un Secrétariat spécial sera institué auprès du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, afin de coordonner les diverses initiatives concernant l’Année de la foi promues par les différents Dicastères du Saint-Siège, ou ayant du moins une importance pour l’Église universelle. Il conviendra d’informer ce Secrétariat à temps au sujet des principaux événements organisés ; celui-ci pourra également suggérer des initiatives opportunes en la matière. Le Secrétariat ouvrira pour l’occasion un site internet destiné à offrir toute information utile pour vivre efficacement l’Année de la foi.

10. Pour conclure cette Année, en la solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’univers, une Eucharistie sera célébrée par le Saint-Père, au cours de laquelle on renouvellera solennellement la profession de foi.

II. Au niveau des Conférences épiscopales (23)

1. Les Conférences épiscopales pourront consacrer une journée d’étude au thème de la foi, de son témoignage personnel et de sa transmission aux nouvelles générations, conscients de la mission spécifique des évêques comme maîtres et « hérauts de la foi » (24).

2. Il sera utile de republier les Documents du Concile Vatican II, du Catéchisme de l’Église catholique et de son Compendium, également en éditions économiques de poche, et de les diffuser plus largement à l’aide des moyens électroniques et des technologies modernes.

3. Un effort renouvelé est souhaitable afin de traduire les Documents du Concile Vatican II et le Catéchisme de l’Église catholique dans les langues dans lesquelles ils ne sont pas encore disponibles. On encourage les initiatives de soutien caritatif pour ce genre de traduction dans les langues locales des pays en terre de mission, dans lesquels les Églises particulières ne peuvent assurer les dépenses. Cela devra être mené sous la direction de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples.

4. Utilisant les nouveaux langages de la communication, les Pasteurs s’efforceront de promouvoir des émissions télévisées ou radiophoniques, des films et des publications – y compris au niveau populaire accessible au grand public – consacrées au thème de la foi, de ses principes et de ses contenus, ainsi que sur la signification ecclésiale du Concile Vatican II.

5. Les saints et les bienheureux sont les témoins authentiques de la foi (25). Il sera donc opportun que les Conférences épiscopales fassent mieux connaître les saints de leur propre territoire, en recourant aux moyens modernes de communication sociale.

6. Le monde contemporain est sensible au rapport entre la foi et l’art. On recommande donc aux Conférences épiscopales de mettre en valeur adéquatement, dans une perspective catéchétique et, éventuellement, en collaboration œcuménique, le patrimoine des œuvres d’art repérables dans les lieux confiés à leur charge pastorale.

7. Ceux qui enseignent dans les centres d’études théologiques, les séminaires et les Universités catholiques sont invités à montrer, dans leur enseignement, l’importance des contenus du Catéchisme de l’Église catholique et des implications qui en découlent pour leurs disciplines respectives.

8. Avec l’aide de théologiens et d’auteurs compétents, il sera utile de préparer des instruments de travail de caractère apologétique (cf. 1 P 3, 15). Chaque fidèle pourra ainsi mieux répondre aux questions qui se posent dans les différents milieux culturels, en rapport au défi des sectes, aux problèmes liés à la sécularisation et au relativisme, aux « interrogations qui proviennent d’une mentalité changée qui, particulièrement aujourd’hui, réduit le domaine des certitudes rationnelles à celui des conquêtes scientifiques et technologiques »26, tout comme à d’autres difficultés spécifiques.

9. Il est souhaitable de vérifier les catéchismes locaux et les différents instruments de travail catéchétiques en usage dans les Églises particulières, pour assurer leur pleine conformité avec le Catéchisme de l’Église catholique (27). Au cas où certains catéchismes ou instruments de travail pour la catéchèse ne seraient pas en plein accord avec le Catéchisme ou manifesteraient des lacunes, on commencera à en élaborer de nouveaux, éventuellement selon l’exemple et avec l’aide d’autres Conférences épiscopales qui ont déjà pris le soin d’en rédiger.

10. En collaboration avec la Congrégation pour l’Éducation Catholique, qui est compétente, il sera opportun de vérifier la présence des contenus du Catéchisme de l’Église catholique dans la Ratio de formation des futurs prêtres et dans le cursus de leurs études théologiques.

III. Au plan diocésain

1. Il faut souhaiter que, dans chaque Église particulière, on fasse une célébration d’ouverture et une conclusion solennelle de l’Année de la foi, pour « confesser la foi dans le Seigneur ressuscité dans nos cathédrales et dans les églises du monde entier » (28).

2. Il sera opportun d’organiser dans chaque diocèse du monde une journée sur le Catéchisme de l’Église catholique, en invitant particulièrement les prêtres, les personnes consacrées et les catéchistes. À cette occasion, par exemple, les éparchies orientales catholiques pourront faire une réunion de prêtres pour témoigner de leur sensibilité et de leur tradition liturgique propres à l’intérieur de l’unique foi au Christ ; ainsi les jeunes Églises particulières en terre de mission pourront-elles être invitées à donner un nouveau témoignage de la joie de la foi qui les caractérise tant.

3. Chaque évêque pourra consacrer une lettre pastorale au thème de la foi, en rappelant l’importance du Concile Vatican II et du Catéchisme de l’Église catholique, et en tenant compte des conditions pastorales spécifiques de la portion de fidèles qui lui est confiée.

4. On souhaite que, sous la responsabilité de l’évêque, on organise dans chaque diocèse des moments de catéchèse destinés aux jeunes et à ceux qui cherchent le sens de leur vie, afin de découvrir la beauté de la foi de l’Église, et que l’on organise des rencontres avec ses témoins privilégiés.

5. Il sera opportun de vérifier la réception du Concile Vatican II et du Catéchisme de l’Église catholique dans la vie et la mission de chaque Église particulière, surtout dans le domaine de la catéchèse. Pour ce faire, on espère que, soutenus par les Commissions des Conférences épiscopales pour la catéchèse, les Services diocésains de la catéchèse, qui ont le devoir de veiller à la formation des catéchistes sur le plan des contenus de la foi, feront un nouvel effort.

6. La formation permanente du clergé pourra être centrée, particulièrement au cours de cette Année de la foi, sur les textes du Concile Vatican II et sur le Catéchisme de l’Église catholique, en traitant, par exemple, des thèmes comme « l’annonce du Christ ressuscité », « l’Église sacrement du salut », « la mission d’évangélisation dans le monde d’aujourd’hui », « la foi et l’incrédulité », « la foi, l’œcuménisme et le dialogue interreligieux », « la foi et la vie éternelle », « l’herméneutique de la réforme dans la continuité », « le catéchisme dans la charge pastorale ordinaire ».

7. On invite les évêques à organiser, surtout pendant le Carême, des célébrations pénitentielles pour demander pardon à Dieu, en particulier pour les péchés contre la foi. Cette Année sera aussi un temps favorable pour s’approcher avec plus de foi et plus souvent du sacrement de pénitence.

8. On espère inciter le monde académique et celui de la culture à de nouvelles occasions de dialogue créatif entre foi et raison, par des symposiums, des colloques et des journées d’étude, surtout dans les Universités catholiques, afin de montrer « comment entre foi et science authentique il ne peut y avoir aucun conflit parce que les deux, même si c’est par des chemins différents, tendent à la vérité » (29).

9. Il sera important de favoriser des rencontres avec des personnes qui, « bien que ne reconnaissant pas en soi le don de la foi, sont quand même dans une recherche sincère du sens ultime et de la vérité définitive sur leur existence et sur le monde » (30), en s’inspirant aussi des dialogues du Parvis des gentils, initiés sous la direction du Conseil pontifical de la Culture.

10. L’Année de la foi pourra être l’occasion de faire davantage attention aux écoles catholiques, lieux adaptés pour offrir aux élèves un vivant témoignage du Seigneur et pour cultiver leur foi, en rappelant opportunément l’existence de bons instruments catéchétiques à utiliser, comme, par exemple, le Compendium du Catéchisme de l’Église catholique ou le Youcat.

IV. Au plan des paroisses, des communautés, des associations et des mouvements

1. Pour préparer l’Année de la foi, tous les fidèles sont invités à lire et à méditer avec attention la Lettre apostolique Porta fidei du Saint-Père Benoît XVI.

2. L’Année de la foi « sera une occasion propice pour intensifier la célébration de la foi dans la liturgie, et en particulier dans l’Eucharistie » (31). Dans l’Eucharistie, mystère de la foi et source de la nouvelle évangélisation, la foi de l’Église est proclamée, célébrée et fortifiée. Tous les fidèles sont invités à y prendre part consciemment, activement et fructueusement, pour être d’authentiques témoins du Seigneur.

3. Les prêtres pourront étudier plus attentivement les textes du Concile Vatican II et du Catéchisme de l’Église catholique, en s’en inspirant pour la pastorale paroissiale – catéchèse, prédication, préparation aux sacrements – et en proposant des cycles d’homélies sur la foi ou sur certains de ses aspects spécifiques, comme, par exemple, « la rencontre avec le Christ », « les contenus fondamentaux du Credo », « la foi et l’Église » (32).

4. Les catéchistes pourront puiser davantage dans la richesse doctrinale du Catéchisme de l’Église catholique et, sous la responsabilité de leurs curés, guider des groupes de fidèles dans la lecture et l’approfondissement en commun de cet instrument précieux, afin de former de petites communautés de foi et de témoignage rendus au Seigneur Jésus.

5. On espère assister, dans les paroisses, à un effort nouveau de diffusion et de distribution du Catéchisme de l’Église catholique ou d’autres instruments de travail adaptés aux familles, véritables églises domestiques et premiers lieux de transmission de la foi, par exemple dans le cadre des bénédictions de maisons, des baptêmes d’adultes, des confirmations et des mariages. Cela pourra contribuer à la confession et à l’approfondissement de la doctrine catholique « dans nos maisons et auprès de nos familles, pour que chacun ressente avec force l’exigence de mieux connaître et de transmettre aux générations futures la foi de toujours » (33).

6. Il sera opportun de promouvoir des missions populaires et d’autres initiatives, dans les paroisses et sur les lieux de travail, pour aider les fidèles à redécouvrir le don de la foi baptismale et la responsabilité de son témoignage, dans la conscience que la vocation chrétienne « est aussi par nature vocation à l’apostolat » (34).

7. Les membres des Instituts de vie consacrée et des Sociétés de vie apostolique sont invités, au cours de cette année, à s’engager dans la nouvelle évangélisation par une adhésion plus ferme au Seigneur Jésus, grâce à l’apport de leurs charismes propres et dans la fidélité au Saint-Père et à la saine doctrine.

8. Pendant l’Année de la foi, les communautés contemplatives se donneront particulièrement à la prière pour le renouvellement de la foi dans le Peuple de Dieu et pour un nouvel élan dans sa transmission aux jeunes générations.

9. Les associations et les mouvements ecclésiaux sont invités à favoriser des initiatives spécifiques qui, grâce à leur charisme propre et en collaboration avec les Pasteurs locaux, s’inséreront dans le grand événement de l’Année de la foi. Les communautés nouvelles et les mouvements ecclésiaux sauront, de manière créative et généreuse, trouver les moyens les plus appropriés pour offrir leur témoignage de foi au service de l’Église.

10. Tous les fidèles, appelés à raviver le don de la foi, chercheront à communiquer leur expérience de foi et de charité35, en dialoguant avec leurs frères et sœurs, y compris des autres confessions chrétiennes, avec les adeptes d’autres religions et avec ceux qui ne croient pas ou qui sont indifférents. On espère que, de la sorte, le peuple chrétien tout entier entreprendra une sorte de mission à l’égard de ceux avec lesquels il vit et travaille, conscient d’avoir reçu « un message de salut qu’il faut proposer à tous » (36).

Conclusion

La foi « est une compagne de vie qui permet de percevoir avec un regard toujours nouveau les merveilles que Dieu réalise pour nous. Engagée à saisir les signes des temps dans l’aujourd’hui de l’histoire, la foi incite chacun de nous à devenir signe vivant de la présence du Ressuscité dans le monde » (37). La foi est un acte personnel en même temps que communautaire : c’est un don de Dieu, qui est vécu dans la grande communion de l’Église et doit être communiqué au monde. Chaque initiative prise pour l’Année de la foi veut favoriser la redécouverte joyeuse et le renouvellement du témoignage de la foi. Les indications ici présentées ont pour but d’inviter tous les membres de l’Église à s’engager pour que cette Année soit une occasion privilégiée pour partager ce que le chrétien a de plus cher : le Christ Jésus, Rédempteur de l’homme, Roi de l’univers, « principe et terme de la foi » (He 12, 2).

Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 6 janvier 2012, en la solennité de l’Épiphanie du Seigneur.

William Card. Levada
Préfet

Luis F. Ladaria, S.I.
Archevêque titulaire de Thibica
Secrétaire

____________________________

1 BENOÎT XVI, Lettre enc. Deus caritas est, 25 décembre 2005, n. 1.
2 ID., Homélie pour la fête du baptême du Seigneur, 10 janvier 2010.
3 JEAN XXIII, Discours d’ouverture du Concile œcuménique Vatican II, 11 octobre 1962.
4 CONC. ŒCUM. VAT. II, Const. dogm. Lumen gentium, n. 1.
5 Les Assemblées ordinaires du Synode des évêques ont traité les thèmes suivants : La préservation et le renforcement de la foi catholique, son intégrité, sa vigueur, son expansion et sa cohérence doctrinale et historique (1967), Le sacerdoce ministériel et la justice dans le monde (1971), L’évangélisation dans le monde moderne (1974), La catéchèse en notre temps (1977), La famille chrétienne (1980), La réconciliation et la pénitence dans la mission de l’Église (1983), La vocation et la mission des laïcs dans l’Église et dans le Monde (1987), La formation des prêtres dans les circonstances actuelles (1991), La vie consacrée et sa mission dans l’Église et dans le monde (1994), L’évêque : serviteur de l’Évangile de Jésus-Christ pour l’Espérance du Monde (2001), L’Eucharistie : source et sommet de la vie et de la mission de l’Église (2005), La Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l’Église (2008).
6 BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, 22 décembre 2005.
7 ID., Lettre ap. Porta fidei, n. 4.
8 JEAN-PAUL II, Discours de clôture de la IIe Assemblée extraordinaire du Synode des évêques, 7 décembre 1985, n. 6. Au cours de la phase initiale de ce Synode, le même Pontife dit pendant l’Angelus du 24 novembre 1985 : « La foi est le principe fondamental, c’est le pivot, le critère essentiel du renouveau voulu par le Concile. De la foi dérivent la norme, le style de vie, l’orientation pratique en toute circonstance ».
9 ID., Const. ap. Fidei depositum, 11 octobre 1992, n. 2.
10 Ibid., n. 3.
11 Ibid., n. 4.
12 BENOÎT XVI, Lettre ap. Porta fidei, n. 11.
13 ID., Discours aux participants du Congrès international organisé par le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, 15 octobre 2011.
14 ID., Lettre ap. Porta fidei, n. 7.
15 Cf. ibid., n. 12.
16 Ledit Comité, érigé auprès de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi par mandat du Saint-Père Benoît XVI, compte parmi ses membres : les cardinaux William Levada, Francis Arinze, Angelo Bagnasco, Ivan Dias, Francis E. George, Zenon Grocholewski, Marc Ouellet, Mauro Piacenza, Jean-Pierre Ricard, Stanilaw Rylko et Christoph Schönborn ; les archevêques Luis F. Ladaria et Salvatore Fisichella ; les évêques Mario Del Valle Moronta Rodríguez, Gerhard Ludwig Müller et Raffaello Martinelli.
17 Catéchisme de l’Église catholique, n. 150.
18 BENOÎT XVI, Lettre ap. Porta fidei, n. 15.
19 CONC. ŒCUM. VAT. II, Const. dogm. Lumen gentium, n. 65.
20 BENOÎT XVI, Lettre ap. Porta fidei, n. 13.
21 Ibid., n. 6.
22 CONC. ŒCUM. VAT. II, Décret Unitatis redintegratio, n. 1.
23 Les indications offertes aux Conférences épiscopales valent également de manière analogue pour les Synodes des évêques des Églises patriarcales et archiépiscopales majeures et pour les Assemblées des Hiérarques des Églises sui iuris.
24 CONC. ŒCUM. VAT. II, Const. dogm. Lumen gentium, n. 25.
25 Cf. BENOÎT XVI, Lettre ap. Porta fidei, n. 13.
26 Ibid. n. 12.
27 Cf. JEAN-PAUL II, Const. ap. Fidei depositum, n. 4.
28 BENOÎT XVI, Lettre ap. Porta fidei, n. 8.
29 Ibid., n. 12.
30 Ibid., n. 10.
31 Ibid., n. 9.
32 Cf. BENOÎT XVI, Exhortation ap. post-synodale Verbum Domini, 30 septembre 2010, nn. 59-60 et 74.
33 ID., Lettre ap. Porta fidei, n. 8.
34 CONC. ŒCUM. VAT. II, Décret Apostolicam actuositatem, n. 2.
35 Cf. BENOÎT XVI, Lettre ap. Porta fidei, n. 14.
36 CONC. ŒCUM. VAT. II, Constitution past. Gaudium et spes, n. 1.
37 BENOÎT XVI, Lettre ap. Porta fidei, n. 15.


--------------------------------------------------------------------------------

Indications pastorales pour "l'Année de la foi"
A propos de la "Note" de la Doctrine de la Foi


ROME, jeudi 5 janvier 2012 (ZENIT.org) – La congrégation pour la Doctrine de la foi présente sa prochaine "Note" relative à l'Année de la Foi (11 octobre 2012-24 octobre 2013). Elle annonce notamment dans ce communiqué la mise en place d'un "Comité" pour coordonner les initiatives à dimension universelle: il dépendra du Conseil pontifical pour la la promotion de la nouvelle évangélisation. Les initiatives sont aussi encouragées aux différents niveaux des conférences épiscopales, puis des diocèses, et enfin des paroisses, associations, mouvements, etc.

Communiqué sur la
"Note de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi
relative aux indications pastorales de l'Année de la foi"

L'Année de la foi a été annoncée par la Lettre apostolique Porta Fideidu 11 octobre 2011. Elle débutera le 11 octobre prochain, cinquantième anniversaire de l'ouverture du Concile oecuménique Vatican II, et se conclura le 24 octobre 2013, en la solennité du Christ Roi. Comme il l'a annoncé à l'aube de son pontificat, Benoît XVI entend replacer au centre de l'attention ecclésiale la rencontre avec Jésus-Christ, et avec la beauté de la foi qu'il dégage. Consciente des questions dont la foi est sujet, l'Eglise ressent comme tout à fait actuelle la question que le Seigneur se posait: Lorsque le Fils de l'homme reviendra sur terre, y trouvera-t-il encore la foi? (Lc 18, 8). Si la foi n'est pas revitalisée, déclarait le Saint-Père lors des voeux à la Curie Romaine (22 décembre 2011), si elle n'est pas une conviction profonde et une force tirée de la rencontre avec le Christ, aucune réforme ne sera efficace.

A la demande du Saint-Père, en collaboration avec certains dicastères et le Comité préparatoire de l'Année de la foi, la Congrégation a rédigé une Note sur les indications pastorales de l'Année de la foi. Constitué près cette même congrégation, ce comité compte le Cardinal William Levada, le Cardinal Francis Arinze, le Cardinal Angelo Bagnasco, le Cardinal Ivan Dias, le Cardinal Francis E. George, le Cardinal Zenon Grocholewski, le Cardinal Marc Ouellet, le Cardinal Mauro Piacenza, le Cardinal Jean-Pierre Ricard, le Cardinal Stanislaw Rylko et le Cardinal Christoph Schönborn, Mgr. Salvatore Fisichella, Mgr. Luis F. Ladaria, Mgr. Mario Del Valle Moronta Rodríguez, Mgr. Gerhard Ludwig Müller et Mgr. Raffaello Martinelli.

Daté de l'Epiphanie et publiée le lendemain, le document comprend une introduction, qui rappelle que l'Année de la foi entend contribuer à raviver chez tous les fidèles l'adhésion au Seigneur et à approfondir la foi. Ainsi pourront-ils être des témoins crédibles du Ressuscité, capable d'indiquer aux autres la porte de la foi.

Le début de l'Année de la foi coïncide avec deux grands évènements de l'histoire de l'Eglise, l'ouverture de Vatican II (11 octobre 1962), concile voulu par le bienheureux Jean XXIII, et le Catéchisme de l'Eglise catholique (11 octobre 1992), voulu par le bienheureux Jean-Paul II.

"A partir de la lumière du Christ, ...le Concile Vatican II a voulu approfondir la nature intime de l'Eglise et son rapport avec le monde contemporain... Après le concile, l'Eglise s'est engagée dans la réception et dans l'application de son riche enseignement, en continuité avec toute la tradition, sous la sûre direction du magistère".

"Pour favoriser une correcte réception du concile, les Souverains Pontifes ont convoqué à plusieurs reprises le Synode des évêques, ...en proposant à l'Eglise des orientations claires par le biais d'exhortations apostoliques post-synodales. La prochaine assemblée générale du Synode (octobre 2012) aura pour thème: La nouvelle évangélisation pour transmettre la foi chrétienne".

"Depuis le début de son pontificat, Benoît XVI s'est fermement engagé en faveur d'une juste compréhension du concile, repoussant comme erronée ce qu'on appelle "l'herméneutique de la discontinuité et de la rupture" et promouvant ce qu'il a baptisé "l'herméneutique de la réforme" et du renouveau dans la continuité".

Le Catéchisme de l'Eglise catholique, "fruit authentique du Concile Vatican II" qui prend place dans un "renouveau dans la continuité", comprend "du neuf et de l'ancien". Il reprend l'ordre traditionnel de la catéchèse qu'il articule en quatre parties: le Crédo, la liturgie, l'agir chrétien et la prière, tout en l'exprimant de manière à répondre à notre temps.

L'Année de la foi sera une excellente occasion pour étudier et diffuser le contenu de Vatican II et du Catéchisme.

Les indications pastorales de la Note tendent à favoriser "la rencontre avec le Christ grâce à de vrais témoins de la foi, comme une meilleure connaissance des contenus de la foi". Celles ci n'entendent pas exclure d'autres propositions que l'Esprit pourrait susciter de par le monde parmi pasteurs et fidèles. Etant donné que ses compétences ne se limitent pas à la défense de la doctrine authentique et à la correction des erreurs, la Congrégation pour la doctrine de la foi apportera son soutien à tout ce qui favorise la vérité de la foi (Pastor Bonus, nn. 48-51).

Les propositions de la Note s'articulent en quatre parties: 1) Eglise universelle; 2) Conférences épiscopales; 3) Diocèses; 4) Paroisses, Communautés, Associations et Mouvements, dont voici quelques exemples.

Parallèlement à l'ouverture solennelle de l'Année de la foi et aux autres manifestations présidées par le Pape, tels le Synode des évêques de 2012 ou la JMJ de 2013, on suggère des initiatives oecuméniques destinées à favoriser le rétablissement de l'unité des chrétiens. Ainsi, une cérémonie oecuménique solennelle réaffirmera la foi dans le Christ de tous les baptisés.

Les conférences épiscopales sont encouragées à améliorer la qualité de la formation catéchistique universelle comme celle des catéchismes et manuels locaux, afin qu'ils soient parfaitement conformes au Catéchisme de l'Eglise catholique. La même attention sera portée à l'utilisation des techniques de la communication et de l'expression artistique: émissions de radio et télévision, films et publications sur la foi et son contenu, sur la valeur ecclésiale de Vatican II, y compris pour le grand public.

Au niveau diocésain ensuite, cette année particulière devra être une occasion de faire dialoguer positivement foi et raison, par le biais de congrès ou de journées d'étude, notamment près les universités catholiques. Mais aussi d'organiser des cérémonies pénitentielles, qui insisteront tout particulièrement sur les péchés contre la foi.

Enfin, dans les diverses structures base de la communauté ecclésiale, on insistera sur la célébration de la foi dans la liturgie, tout particulièrement dans l'Eucharistie car, "dans l'Eucharistie, mystère de la foi et source de la nouvelle évangélisation, c'est la foi de l'Eglise qui est proclamée, célébrée et fortifiée". De toutes ces initiatives doivent naître, croître et dépendre toutes les autres propositions, en particulier celles des nouvelles communautés et mouvements ecclésiaux.

Un Secrétariat pour l'Année de la foisera institué près le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, qui coordonnera les initiatives des dicastères romains comme celle de dimension ecclésiale universelle. En mesure de proposer des initiatives pour l'Année, il disposera d'un site internet spécifique destiné à fournir toutes les informations sur son déroulement.

Les indications pastorales de la Note de la Congrégation pour la doctrine de la foi veulent inviter tous les fidèles à s'engager dans l'Année de la foi, afin de "partager ce que le chrétien a de plus cher, le Christ Jésus, rédempteur de l'homme, roi de l'univers, principe et finalité de la foi".

 


site Zenith

Date: 2012-01-07

Vatican Note on Upcoming Year of Faith


"The Foundation of Christian Faith Is the Encounter With an Event, a Person"


VATICAN CITY, JAN. 9, 2012 (Zenit.org).- Here is a note from the Congregation for the Doctrine of the Faith, containing proposals for ways to live the upcoming Year of Faith, from the universal to the personal level. Benedict XVI called the Year of Faith for Oct. 11 through Nov. 24, 2013.

* * *

CONGREGATION FOR THE DOCTRINE OF THE FAITH
Note with pastoral recommendations for the Year of Faith

Introduction

With the Apostolic Letter of 11 October 2011, Porta fidei, Pope Benedict XVI declared a Year of Faith. This year will begin on 11 October 2012, on the 50thanniversary of the opening of the Second Ecumenical Vatican Council, and will conclude on 24 November 2013, the Solemnity of our Lord Jesus Christ, Universal King.

This year will be a propitious occasion for the faithful to understand more profoundly that the foundation of Christian faith is "the encounter with an event, a person, which gives life a new horizon and a decisive direction."1 Founded on the encounter with the Risen Christ, faith can be rediscovered in its wholeness and all its splendor. "In our days too faith is a gift to rediscover, to cultivate and to bear witness to" because the Lord "grants each one of us to live the beauty and joy of being Christians."2

The beginning of the Year of Faith coincides with the anniversaries of two great events which have marked the life of the Church in our days: the fiftieth anniversary of the opening of the Second Vatican Council, called by Blessed Pope John XXIII (11 October 1962), and the twentieth of the promulgation of the Catechism of the Catholic Church, given to the Church by Blessed Pope John Paul II (11 October 1992).

The Council, according to Pope John XXIII, wanted "to transmit doctrine, pure and whole, without attenuations or misrepresentations," in such a way that "this sure and immutable teaching, which must be respected faithfully, is elaborated and presented in a way which corresponds to the needs of our time."3 In this regard, the opening words of the Dogmatic Constitution Lumen gentium remain of primary importance: "Christ is the Light of nations. Because this is so, this Sacred Synod gathered together in the Holy Spirit eagerly desires, by proclaiming the Gospel to every creature, (cfr. Mk 16:15) to bring the light of Christ to all men, a light brightly visible on the countenance of the Church."4 Beginning with the light of Christ, which purifies, illuminates and sanctifies in the celebration of the sacred liturgy (cfr. Constitution,Sacrosanctum Concilium) and with His divine word (cfr. Dogmatic Constitution, Dei Verbum), the Council wanted to elaborate on the intimate nature of the Church (cfr. Dogmatic Constitution, Lumen gentium) and its relationship with the contemporary world (cfr. Pastoral Constitution, Gaudium et spes). Around these four Constitutions, the true pillars of the Council, are arranged the Declarations and Decrees which address some of the major challenges of the day.

After the Council the Church – under the sure guidance of the Magisterium and in continuity with the whole Tradition – set about ensuring the reception and application of the teaching of the Council in all its richness. To assist in the correct reception of the Council, the Popes have frequently convoked the Synod of Bishops,5 first instituted by the Servant of God, Paul VI, in 1965, providing the Church with clear guidance through the various post-Synodal Apostolic Exhortations. The next General Assembly of the Synod of Bishops, to be held in October 2012, will have as its theme: The New Evangelization for the Transmission of the Christian Faith.

From the beginning of his pontificate, Pope Benedict XVI has worked decisively for a correct understanding of the Council, rejecting as erroneous the so-called "hermeneutic of discontinuity and rupture" and promoting what he himself has termed "the ‘hermeneutic of reform’, of renewal in the continuity of the one subject-Church which the Lord has given to us. She is a subject which increases in time and develops, yet always remaining the same, the one subject of the journeying People of God."6

The Catechism of the Catholic Church, in this same vein, is both an "authentic fruit of Vatican Council II"7 and a tool for aiding in its reception. The Extraordinary Synod of Bishops of 1985, convoked on the occasion of the twentieth anniversary of the closing of the Second Vatican Council and to measure its reception, suggested the preparation of a Catechism in order to offer the People of God a compendium of all Catholic doctrine and a sure point of reference for local catechisms. Pope John Paul II accepted this proposal as a desire which "fully responds to a real need of the universal Church and of the particular Churches."8 Compiled in collaboration with the entire Episcopate of the Catholic Church, this Catechism "truly expresses what could be called the symphony of the faith."9

The Catechism includes "the new and the old (cfr. Mt 13:52), because the faith is always the same yet the source of ever new light. To respond to this twofold demand, the Catechism of the Catholic Church on the one hand repeats the old, traditional order already followed by the Catechism of St Pius V, arranging the material in four parts: the Creed, the Sacred Liturgy, with pride of place given to the sacraments, the Christian way of life, explained beginning with the Ten Commandments, and finally, Christian prayer. At the same time, however, the contents are often expressed in a new way in order to respond to the questions of our age."10 This Catechismis "a valid and legitimate instrument for ecclesial communion and a sure norm for teaching the faith."11 The content of faith finds " its systematic and organic synthesis in the Catechism of the Catholic Church. Here, in fact, we see the wealth of teaching that the Church has received, safeguarded and proposed in her two thousand years of history. From Sacred Scripture to the Fathers of the Church, from theological masters to the saints across the centuries, the Catechism provides a permanent record of the many ways in which the Church has meditated on the faith and made progress in doctrine so as to offer certitude to believers in their lives of faith."12

The Year of Faith is intended to contribute to a renewed conversion to the Lord Jesus and to the rediscovery of faith, so that the members of the Church will be credible and joy-filled witnesses to the Risen Lord in the world of today - capable of leading those many people who are seeking it to the "door of faith." This "door" opens wide man’s gaze to Jesus Christ, present among us "always, until the end of the age" (Mt 28:20). He shows us how "the art of living" is learned "in an intense relationship with him."13 "Through his love, Jesus Christ attracts to himself the people of every generation: in every age he convokes the Church, entrusting her with the proclamation of the Gospel by a mandate that is ever new. Today too, there is a need for stronger ecclesial commitment to new evangelization in order to rediscover the joy of believing and the enthusiasm for communicating the faith."14

At the invitation of Pope Benedict XVI,15 the Congregation for the Doctrine of the Faith, in consultation with the competent Dicasteries of the Holy See and with the contribution of the Committee for the Preparation of the Year of Faith,16 has drawn up this Note, with some recommendations for living this time of grace, without precluding other initiatives which the Holy Spirit will inspire among Pastors and faithful in various parts of the world.

Recommendations

"I know him in whom I have believed" (2 Tm 1:12). These words of St Paul help us to understand that faith is "first of all a personal adherence of man to God. At the same time, and inseparably, it is a free assent to the whole truth that God has revealed."17 Faith which is a personal trust in the Lord and the faith which we profess in the Creed are inseparable; they focus on each other and they require each other. There exists a profound bond between the lived faith and its contents. The faith of the Witnesses and Confessors is also the faith of the Apostles and Doctors of the Church.

Thus, the following recommendations for the Year of Faith desire to aid both the encounter with Christ through authentic witnesses to faith, and the ever-greater understanding of its contents. These proposals are intended as examples to encourage a ready response to the invitation of the Holy Father to live fully this Year as a special "time of grace."18 The joyous rediscovery of faith can also contribute to consolidate the unity and communion among the different bodies that make up the wider family of the Church.

I. On the level of the Universal Church

1. The main ecclesial event at the beginning of the Year of Faith will be the XIII General Assembly of the Ordinary Synod of Bishops, convoked by Pope Benedict XVI in October 2012, dedicated to The New Evangelization for the Transmission of the Christian Faith. During this Synod, on 11 October 2012, there will be a solemn celebration of the beginning of the Year of Faith, in remembrance of the fiftieth anniversary of the opening of the Second Vatican Council.

2. In the Year of Faith pilgrimages of the faithful to the See of Peter are to be encouraged, to profess faith in God the Father, Son and Holy Spirit, in unity with him who today is called to confirm his brothers and sisters in the faith (cfr. Lk 22:32). It is also important to promote pilgrimages to the Holy Land, the place which first saw the presence of Jesus, the Savior, and Mary, his Mother.

3. During this Year, it will be helpful to invite the faithful to turn with particular devotion to Mary, model of the Church, who "shines forth to the whole community of the elect as the model of virtues."19 Therefore, every initiative that helps the faithful to recognize the special role of Mary in the mystery of salvation, love her and follow her as a model of faith and virtue is to be encouraged. To this end it would be proper to organize pilgrimages, celebrations and gatherings at the major Marian shrines.

4. The next World Youth Day, in Rio de Janeiro in July 2013, will offer a special occasion for the young to experience the joy which comes from faith in the Lord Jesus and communion with the Holy Father, in the greater family of the Church.

5. It is hoped that many symposia, conferences and large gatherings will be held, even at the international level, to encourage encounters with authentic witness to the faith and to promote understanding of the contents of Catholic doctrine. Noting how, still today, the Word of God continues to grow and spread, it will be important to give witness that "all the anguish and all the longing of the human heart finds fulfilment"20 in Christ Jesus and that faith "becomes a new criterion of understanding and action that changes the whole of man’s life."21 Some conferences should be particularly dedicated to the rediscovery of the teachings of Vatican Council II.

6. The Year of Faith will offer a special opportunity for all believers to deepen their knowledge of the primary documents of the Second Vatican Council and their study of the Catechism of the Catholic Church. This is especially true for candidates for priesthood, particularly during the propedeutic year or in their first years of theological studies, for novices in Institutes of Consecrated Life and Societies of Apostolic Life, as well as for those in a period of discernment for joining an Ecclesial Association or Movement.

7. This Year will provide an auspicious time for a more attentive reception of the homilies, catechesis, addresses and other speeches and documents of the Holy Father. Pastors, consecrated persons and the lay faithful are invited to renew their efforts in effective and heart-felt adherence to the teaching of the Successor of Peter.

8. During the Year of Faith, in cooperation with the Pontifical Council for the Promotion of Christian Unity, various ecumenical initiatives are to be planned, aimed at "the restoration of unity among all Christians" which "is one of the principal concerns of the Second Vatican Council."22 In particular, there will be a solemn ecumenical celebration in which all of the baptized will reaffirm their faith in Christ.

9. A Secretariat to coordinate all of the different initiatives promoted by various Dicasteries of the Holy See, or other events relevant to the Universal Church, will be established within the Pontifical Council for the Promotion of the New Evangelization. This Secretariat should be informed timely of the main events and can also suggest appropriate initiatives. The Secretariat will open a dedicated website with the goal of making available useful information regarding living out the Year of Faithmore effectively.

10. At the conclusion of this Year, on the Solemnity of Our Lord Jesus Christ, Universal King, there will be a Eucharist celebrated by the Holy Father, in which a solemn renewal of the profession of faith will take place.

II. On the level of Episcopal Conferences23

1. Episcopal Conferences, in light of the specific mission of the Bishops as teachers and "heralds of the faith,"24 can dedicate a day of study to the topic of faith, its personal witness and its transmission to new generations.

2. The republication in paperback and economical editions of the Documents of Vatican Council II, the Catechism of the Catholic Church and its Compendium is to be promoted, as is the wider distribution of these texts through electronic means and modern technologies.

3. A renewed effort to translate the documents of Vatican Council II and the Catechism of the Catholic Church into languages which lack a translation is desirable. Initiatives of charitable support to enable translations into the local languages of mission countries, where the local Churches cannot afford the expense, are to be encouraged. This should be done under the guidance of the Congregation for the Evangelization of Peoples.

4. Pastors should work to promote television and radio transmissions, films and publications focusing on the faith, its principles and content, as well as on the ecclesial significance of the Second Vatican Council. This should be done using the new styles of communication, especially on the popular level, making these things available to a wider public.

5. The Saints and the Blessed are the authentic witnesses of the faith.25 It is, therefore, opportune that Episcopal Conferences work toward the dissemination of a knowledge of the local Saints of their territory, also by modern means of social communication.

6. The contemporary world is sensitive to the relationship between faith and art. It is, therefore, recommended that Episcopal Conferences maximize the catechetical potential – possibly with ecumenical cooperation – of the artistic patrimony of the region entrusted to their pastoral care.

7. Educators in centers of theological studies, seminaries and Catholic universities should be encouraged in their teaching to demonstrate the relevance within their various disciplines of the contents of the Catechism of the Catholic Church and of the implications derived from them.

8. It would be useful to arrange for the preparation of pamphlets and leaflets of an apologetic nature (cfr. 1 Pt 3:15), which should be done with the help of theologians and authors. Every member of the faithful would then be enabled to respond better to the questions which arise in difficult contexts – whether to do with sects, or the problems related to secularism and relativism, or to questions "arising from a changed mentality which, especially today, limits the field of rational certainties to that of scientific and technological discoveries,"26 or to other specific issues.

9. It is hoped that local catechisms and various catechetical supplements in use in the particular Churches would be examined to ensure their complete conformity with the Catechism of the Catholic Church.27 Should a catechism or supplement be found to be not totally in accord with the Catechism, or should some lacunae be discovered, new ones should be developed, following the example of those Conferences which have already done so.

10. The Year of Faith will also be an appropriate time to examine, in collaboration with the Congregation for Catholic Education, the Ratio of formation for future priests, ensuring that the contents of the Catechism for the Catholic Church are presentin their theological studies.

III. At the Diocesan level

1. It is hoped that each particular Church would have a celebration of the opening of the Year of Faith and a solemn conclusion to it, in which to "profess our faith in the Risen Lord in our cathedrals and in the churches of the whole world."28

2. It would be desirable that each Diocese in the world organize a study day on the Catechism of the Catholic Church, particularly for its priests, consecrated persons and catechists. On this occasion, for example, the Eastern Catholic Eparchies could hold a meeting with their priests to give witness to their specific experience and liturgical tradition in the one faith in Christ. Also, in this way, young particular Churches in mission territories would be able to give renewed witness to that joy of faith which is so often particular to them.

3. Each Bishop could devote a pastoral letter of his own to the topic of faith, keeping in mind the specific pastoral circumstances of the portion of the faithful entrusted to him, reminding them of the importance of the Second Vatican Council and of the Catechism of the Catholic Church.

4. It is hoped that in each Diocese, under the leadership of the Bishop, catechetical events will be organized, especially for the youth and those searching for a sense of life, helping them to discover the beauty of ecclesial faith, promoting encounters with meaningful witnesses to the faith.

5. It would be appropriate for each particular Church to review the reception of Vatican Council II and the Catechism of the Catholic Church in its own life and mission, particularly in the realm of catechesis. This would provide the opportunity for a renewal of commitment on the part of the catechetical offices of the Dioceses which - supported by the Commissions for Catechesis of the Episcopal Conferences – have the duty to care for the theological formation of catechists.

6. The continuing education of the clergy can be focused during this Year of Faith on the documents of Vatican Council II and on the Catechism of the Catholic Church, treating such themes as "the proclamation of the Risen Christ", "the Church - sacrament of salvation", "the mission of evangelization in the world today", "faith and disbelief", "faith, ecumenism and inter-religious dialogue", "faith and eternal life", "the hermeneutic of reform in continuity" and "the Catechism in ordinary pastoral care."

7. Bishops are invited to organize penitential celebrations, particularly during Lent, in which all can ask for God’s forgiveness, especially for sins against faith. ThisYear also provides an appropriate occasion in which all can approach the Sacrament of Penance with greater faith and more frequently.

8. It is hoped that there will be a renewed creative dialogue between faith and reason in the academic and artistic communities, through symposia, meetings and days of study, especially at Catholic universities, in order to demonstrate that "there cannot be any conflict between faith and genuine science, because both, albeit via different routes, tend towards the truth."29

9. It is also important to promote encounters with those persons who, "while not claiming to have the gift of faith, are nevertheless sincerely searching for the ultimate meaning and definitive truth of their lives and of the world,"30 taking as an example the dialogues of the Courtyard of the Gentiles, sponsored by the Pontifical Council for Culture.

10. The Year of Faith can be an opportunity to pay greater attention to Catholic schools, which are a perfect place to offer to students a living witness to the Lord and to nurture their faith. This can be done by making use of good catechetical tools, like the Compendium of the Catechism of the Catholic Church and Youcat.

IV. At the level of the parish/community/association/movement

1. In preparation for the Year of Faith, all of the faithful are invited to read closely and meditate upon Pope Benedict XVI’s Apostolic Letter, Porta fidei.

2. The Year of Faith "will also be a good opportunity to intensify the celebration of the faith in the liturgy, especially in the Eucharist."31 In the Eucharist, mystery of faith and source of the new evangelization, the faith of the Church is proclaimed, celebrated and strengthened. All of the faithful are invited to participate in the Eucharist actively, fruitfully and with awareness, in order to be authentic witnesses of the Lord.

3. Priests should devote greater attention to the study of the documents of Vatican Council II and the Catechism of the Catholic Church, drawing from them resources for the pastoral care of their parishes – catechesis, preaching, Sacramental preparation. They should also offer cycles of homilies on the faith or on certain specific aspects such as, for example, "the encounter with Christ", "the fundamental contents of the Creed", and "faith and the Church."32

4. Catechists should hold more firmly to the doctrinal richness of the Catechism of the Catholic Church and, under the direction of their pastors, offer guidance in reading this precious document to groups of faithful, working toward a deeper common understanding thereof, with the goal of creating small communities of faith, and of giving witness to the Lord Jesus.

5. It is hoped that there will be a renewed commitment in parishes to the distribution of the Catechism of the Catholic Church, and of other resources appropriate for families, which are true domestic churches and the primary setting for the transmission of the faith. This might be done, for example, during the blessing of homes, the Baptism of adults, Confirmations and Marriages. This can contribute to the deepening of Catholic teaching "in our homes and among our families, so that everyone may feel a strong need to know better and to transmit to future generations the faith of all times."33

6. The promotion of missions and other popular programs in parishes and in the workplace can help the faithful to rediscover the gift of Baptismal faith and the task of giving witness, knowing that the Christian vocation "by its very nature is also a vocation to the apostolate."34

7. During this time, members of Institutes of Consecrated Life and of Societies of Apostolic Life are asked to work towards the new evangelization with a renewed union to the Lord Jesus, each according to their proper charism, in fidelity to the Holy Father and to sound doctrine.

8. Contemplative communities, during the Year of Faith, should pray specifically for the renewal of the faith among the People of God and for a new impulse for its transmission to the young.

9. Associations and Ecclesial Movements are invited to promote specific initiatives which, through the contribution of their proper charism and in collaboration with their local Pastors, will contribute to the wider experience of the Year of Faith. The new Communities and Ecclesial Movements, in a creative and generous way, will be able to find the most appropriate ways in which to offer their witness to the faith in service to the Church.

10. All of the faithful, called to renew the gift of faith, should try to communicate their own experience of faith and charity35 to their brothers and sisters of other religions, with those who do not believe, and with those who are just indifferent. In this way, it is hoped that the entire Christian people will begin a kind of mission toward those with whom they live and work, knowing that they "have welcomed the news of salvation which is meant for every man."36

Conclusion

Faith "is the lifelong companion that makes it possible to perceive, ever anew, the marvels that God works for us. Intent on gathering the signs of the times in the present of history, faith commits every one of us to become a living sign of the presence of the Risen Lord in the world."37 Faith is both a personal and a communal act: it is a gift from God that is lived in the communion of the Church and must be communicated to the world. Every initiative for the Year of Faith should be designed to aid in the joyous rediscovery of the faith and its renewed transmission. The recommendations provided here have the goal of inviting all of the members of the Church to work so that this Year may be a special time in which we, as Christians, may share that which is most dear to us: Christ Jesus, the Redeemer of mankind, Universal King, "leader and perfecter of faith" (Hb 12: 2).

Given in Rome, at the Congregation for the Doctrine of the Faith, on 6 January 2012, the Solemnity of the Epiphany of the Lord.

William Cardinal Levada
Prefect

Luis F. Ladaria, S.I.
Titular Archbishop of Thibica
Secretary

____________________________

1 BENEDICT XVI, Enc. Letter, Deus caritas est, 25 December 2005, n. 1.
2 ID., Homily on the Feast of the Baptism of the Lord, 10 January 2010.
3 JOHN XXIII, Address of the solemn opening of the Ecumenical Vatican Council II, 11 October 1962.
4 CONC. ECUM. VAT. II, Dogmatic Constitution, Lumen gentium, n. 1.
5 The Ordinary Assemblies of the Synod of Bishops have treated the following topics: The preservation and strengthening of the Catholic Faith, its integrity, vigor, development, historical and doctrinal coherence (1967), The ministerial priesthood and justice in the world (1971), Evangelization in the modern world (1974), Catechesis in our time (1977), The Christian Family (1980), Penance and reconciliation in the mission of the Church (1983), The vocation and mission of the laity in the Church and in the world (1987), The formation of priests in actual circumstances (1991), Consecrated life and its mission in the Church and in the world (1994), The Bishop: Servant of the Gospel of Jesus Christ for the hope of the world (2001), The Eucharist: source and summit of the life and mission of the Church (2005), The Word of God in the life and mission of the Church (2008=.
6 BENEDICT XVI, Address to the Roman Curia, 22 December 2005.
7 ID., Porta fidei, n. 4.
8 JOHN PAUL II, Address on the closing of the Second Extraordinary Assembly of the Synod of Bishops, 7 December 1985, n. 6. The same Pope, in the initial phase of this Synod, during the Angelus of 24 November 1985, said: "Fatih is the principal foundation, it is the cornerstone, the essential criterion of the renewal willed by the Council. From faith come custom, the stile of life and practical direction in every circumstance."
9 ID., Apostolic Constitution, Fidei depositum, 11 October 1992, n. 2.
10 Ibid., n. 3.
11 Ibid., n. 4.
12 BENEDICT XVI, Porta fidei, n. 11.
13 ID., Address to the participants in the meeting organized by the Pontifical Council for the Promotion of the New Evangelization, 15 October 2011.
14 ID., Apostolic Letter, Porta fidei, n. 7.
15 Cfr. ibid., n. 12.
17 Catechism of the Catholic Church, n. 150.
18 BENEDICT XVI, Apostolic Letter, Porta fidei, n. 15.
19 CONC. ECUM. VAT. II, Dogmatic Constitution, Lumen gentium, n. 65.
20 BENEDICT XVI, Apostolic Letter, Porta fidei, n. 13.
21 Ibid., n. 6.
22 CONC. ECUM. VAT. II, Decree, Unitatis redintigratio, n. 1.
23 The following recommendations made for Episcopal Conferences are also offered, in an analogous way, to the Synods of Bishops of Patriarchal and Major Archepiscopal Churches, as well as to the Assemblies of Hierarchs of the other Eastern Catholic Churches sui iuris.
24 CONC. ECUM. VAT. II, Dogmatic Constitution, Lumen gentium, n. 25.
25 BENEDICT XVI, Apostolic Letter, Porta fidei, n. 13.
26 Ibid., n. 12.
27 JOHN PAUL II, Apostolic Constitution, Fidei depositum, n. 4.
28 BENEDICT XVI, Apostolic Letter, Porta fidei, n. 8.
29 Ibid., n. 12.
30 Ibid., n. 10.
31 Ibid., n. 9.
32 Cfr., BENEDICT XVI, Apostolic Exhortation, Verbum Domini, 30 September 2010, nn. 59-60, and 74.
33 ID., Apostolic Letter, Porta fidei, n. 8.
34 CONC. ECUM. VAT. II, Decree, Apstolicam actuositatem, n. 2.
35 Cfr. BENEDICT XVI, Apostolic Letter, Porta fidei, n. 14.
36 CONC. ECUM. VAT. II, Pastoral Constitution, Gaudium et spes, n. 1.
37 BENEDICT XVI, Apostolic Letter, Porta fidei, n. 15.

[Original text: English]

16 This Committee, formed by the Congregation for the Doctrine of the Faith, according to the mandate of the Holy Father, Benedict XVI, includes among its members: Cardinals William Levada, Francis Arinze, Angelo Bagnasco, Ivan Dias, Francis E. George, Zenon Grocholewski, Marc Ouellet, Mauro Piacenza, Jean-Pierre Ricard, Stanislaw Rylko and Christoph Schönborn; Archbishops Luis F. Ladaria, and Salvatore Fisichella; Bishops Mario Del Valle Moronta Rodríguez, Gerhard Ludwig Müller and Raffaello Martinelli.